WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Pratiques locales de développement urbain durable dans l'aglomération Dakaroise: cas de la commune d'arrondissement de NGOR

( Télécharger le fichier original )
par Mamadou DIOUF
Ecole Nationale d'Economie Appliquée (ENEA) - DESS Aménagement du territoire, décentralisation et développement territorial 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre III. Hypothèse (s) de recherche

L'hypothèse de recherche étant définie comme  « une réponse anticipée que le chercheur formule à sa question de recherche »30(*), nous retiendrons au-delà des questions que soulèvent nos objectifs spécifiques que les principales questions auxquelles nous avons cherché à trouver des réponses ont été de savoir:

1. comment se dessinent et s'organisent les jeux d'acteurs observables autour des pratiques d'usages, d'aménagement, de gestion, d'exploitation, d'entretien, et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie?

2. Qu'est ce qui motivent les acteurs gravitant autours de ces dites pratiques :

§ Sont-ils animés par une adhésion aux principes de la durabilité ?

§ Ne font-ils que réagir à une situation locale caractérisée par un problème écologique patent ?

§ Ou, ne font-ils que déployer des stratégies d'affichage où le « durable » ne s'inscrit que dans une logique de mobilisation de l'histoire locale ? 

A ces questions nous formulons les réponses anticipées suivantes :

1. Les jeux d'acteurs observables autour des pratiques d'usages, d'aménagement, de gestion, d'exploitation, d'entretien, et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie se dessinent et s'organisent autour de deux groupes d'acteurs à savoir les acteurs publics locaux (services techniques déconcentrés, autorités municipales...) et les acteurs locaux non publics (structures traditionnelles, structures associatives, OCB, entreprises privées, ONG....).

2. Ces acteurs en réagissant à une situation locale caractérisée par un problème écologique patent adhérent sans l'afficher, ni même en prendre clairement conscience, aux principes de la durabilité.

Chapitre IV. Cadre Conceptuel et Opératoire de la recherche

IV.1. Cadre Conceptuel

L'étude repose sur un certain nombre de concepts qu'il nous faut définir afin de mieux préciser notre cadre théorique tant il est vrai qu'« une théorie ne peut être contrôlée que si l'on sait reconnaître les faits dont elle doit rendre compte »31(*).

1. Pratiques locales de développement urbain durable : Selon l'une des définitions du dictionnaire de la langue française (Le Petit Larousse 1999), la notion de pratiques peut s'entendre comme des façons d'agir. Appliqué à notre problématique, le concept de pratiques locales de développement urbain durable renvoie, très lacunairement, aux différentes façons d'agir (ou de faire) à l'échelle locale (infra communal) en vue et pour le développement urbain durable. Autrement dit ce sont l'ensemble des initiatives, stratégies, actions, activités, projets ou programmes entrepris sur le territoire de la commune d'arrondissement dans le dessein d'y impulser (promouvoir) ou amorcer (renforcer) des dynamiques de développement urbain durable.

Ainsi entendues, les pratiques locales de développement urbain durable peuvent s'étudier au travers des dispositifs (de programmation et/ou de mise en oeuvre), projets et programmes de développement urbain durable qui existent sur la scène locale.

Notre postulat de départ selon lequel ces pratiques locales se situent entre politiques publiques locales et construction sociale, impose que soient également définis ces deux concepts.

2. Politiques Publiques Locales : Le concept de politiques publiques a été, selon Quermone (1982), principalement appliqué à deux champs d'intervention du pouvoir : la politique extérieure et de défense et les politiques économiques, sociales et culturelles issues de l'Etat providence. Thoenig (1992) quant à lui, identifie les politiques publiques « aux programmes d'action des autorités gouvernementales en tant qu'ils forment un ensemble de processus et d'interactions concourant à la prise en charge et à la solution d'un certain nombre de problèmes placés sur l'agenda des autorités ».

Le qualificatif de local renvoie comme le suggère la définition du Larousse à ce qui est « particulier à un lieu, à une région (par opposition à national, général) ».

Ce que nous entendons donc par politiques publiques locales c'est l'ensemble des programmes d'actions des autorités locales (mairie commune d'arrondissement de NGOR) en tant qu'ils forment un ensemble de processus et d'interactions concourant à la prise en charge et à la solution des problèmes de développement urbain durable.

3. Construction Sociale : Voilà un concept central dans le langage de la Sociologie contemporaine. Il suggère qu'un phénomène, fait ou valeur, en l'occurrence le développement urbain durable, est le produit (résultante) d'un processus de façonnage collectif où chacun des acteurs (membres) concernés prend activement part à la production, à l'appropriation et à la vulgarisation du phénomène, fait ou valeur ainsi produit.

Nous faisons ici recours à ce concept pour une raison toute simple : l'opposer au concept de politiques publiques locales. Il faut comprendre que partant du postulat qu'à coté des autorités locales (acteurs publics), il y a divers acteurs non publics (société civile, ONG, organisations ou personnes privées, associations de toute nature...) qui s'investissent et participent activement au modelage de la figure locale du développement urbain durable ; nous avons voulu à travers l'usage du concept de construction sociale mettre en exergue ce rôle actif.

Autrement dit nous voulons, en faisant usage du concept de construction sociale, parler de l'implication et de la participation très active d'acteurs non publics ( le plus souvent des organisations de la société civile) dans le processus de construction, au niveau local, de la figure du développement urbain durable.

4. Jeux d'acteurs : C'est aussi l'un des concept centraux de notre étude puisque notre objectif principal est de les observer et de les analyser dans le cadre des pratiques d'usages, d'aménagement, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie. À la vérité ce concept renvoie à l'ensemble des interrelations et interactions liant les différents acteurs de la scène locale du développement urbain durable.

Ces interrelations et interactions peuvent, globalement, se décliner sous deux formes :

ü Sous forme de convergences (alliances)

ü Sous forme de divergences (conflits)

5. Performativité : Ce néologisme est un concept qui d'une certaine façon s'impose à nous (ou nous a été imposé) dans le cadre du programme de recherche international dans lequel s'inscrit notre étude de cas. Il faut le comprendre comme un niveau d'appréciation (évaluation) des pratiques locales de développement urbain durable et de leurs retombés (impacts). Ce niveau de performativité se détermine sur la base d'une échelle ordinale32(*) de mesure des niveaux d'intégration, d'articulation et d'équilibre (dans les dispositifs, projets et programmes de développement urbain durable) entre les trois dimensions fondamentales du développement durable : économie, social et environnement. Ainsi les niveaux de performativité peuvent être de trois natures :

1. faibles

2. moyens

3. satisfaisants

6. Expertise : C'est également un concept que nous utilisons pour satisfaire aux directives des termes de référence « Est expert tous ceux qui ont une connaissance ou un savoir faire à apporter en matière de développement durable et territorial. L'expertise ne se limite donc pas aux seuls spécialistes ou techniciens, mais s'étend à de nombreuses autres personnes de la communauté (élu, notable, leader social, expertise populaire, etc. »33(*).

IV.2. Cadre Opératoire

Il est généralement conseillé, pour bien définir le cadre opératoire d'une recherche, de poser à travers l'hypothèse de recherche une relation de causalité de sorte à faire ressortir les principales variables (dépendantes et indépendantes) de l'étude.

Partant de nos hypothèses de recherche, la relation causale sous jacente que nous pourrions poser est que : le niveau de performativité des pratiques d'usages, d'aménagement, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation durable de la plage de NGOR village et de sa baie dépend pour une large part de la nature et de la qualité des jeux d'acteurs qui s'observent autour. Il en ressort que les variables principales de l'étude sont :

ü variable indépendante : La nature et qualité des jeux d'acteurs observables autour des pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage et de sa baie.

ü variable dépendante : Le niveau de performativité de ces pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation durable de la plage et de sa baie.

L'opérationnalisation de ces variables nous a emmené à identifier pour chacune de ces variables des dimensions, des indices et indicateurs (voire schéma récapitulatif).

Tableau 4.1 : CADRE OPERATOIRE DE LA RECHERCHE

VARIABLES

DIMENSIONS

INDICES

INDICATEURS

INDEPENDANTES

Nature et qualité des jeux d'acteurs observables autour des pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie.

Jeux de conflits

Isolement des différents acteurs

Inexistence de cadres d'échange, de coordination et/ou d'harmonisation regroupant les différents acteurs impliqués dans les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie.

Les différents acteurs n'entretiennent les uns vis-à-vis des autres aucune forme de partenariat (ni financier, ni technique, ni institutionnel)

Divergences d'objectifs et de finalités

Intérêts divergents

Objectifs contradictoires

Stratégies opposées

Jeux d'alliances

Réseautage des différents acteurs

Existence de cadres d'échange, de coordination et/ou d'harmonisation regroupant les différents acteurs impliqués dans les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie.

Les différents acteurs entretiennent les uns vis-à-vis des autres une ou plusieurs formes de partenariat (financier, technique, institutionnel......)

Convergences d'objectifs et de finalités

Intérêts convergents

Objectifs conciliables

Stratégies complémentaires

DEPENDANTE

Niveaux de performativité des pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation durable de la plage et de sa baie.

Faibles

Faibles niveaux d'intégration, d'articulation et d'équilibre entre les trois dimensions fondamentales du développement durable (économie, social et environnement) dans les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie.

Les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage et de sa baie privilégient une seule de ces dimensions (économie) au détriment des deux autres.

Moyens

Niveaux moyens d'intégration, d'articulation et d'équilibre entre les trois dimensions fondamentales du développement durable (économie, social et environnement) dans les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie.

Les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage et de sa baie visent l'intégration, l'articulation et l'équilibre entre deux au moins parmi les trois dimensions fondamentales du développement durable (économie, environnement).

Satisfaisants

Niveaux satisfaisants d'intégration, d'articulation et d'équilibre entre les trois dimensions fondamentales du développement durable (économie, social et environnement) dans les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage de NGOR village et de sa baie.

Les pratiques d'usages, de gestion, d'entretien, d'exploitation et/ou de préservation de la plage et de sa baie visent l'intégration, l'articulation et l'équilibre entre les trois dimensions fondamentales du développement durable.

* 30 Gordon Mace, Guide d'élaboration d'un projet de recherche, Université De Boeck, 1992,115 p., p.35

* 31 Emile Durkheim, Les Règles de la Méthode Sociologique, réed. PUF, Paris, 1968, 149 p, p.34

* 32 Contrairement à l'échelle métrique ou quantitative et à l'échelle nominale, l'échelle ordinale se borne à distinguer des niveaux ordonnés de mesure du phénomène.

* 33J-J GUIBBERT, Notes d'orientations méthodologiques pour les étudiants du DESS de l'ENEA ayant déposé un sujet sur le DUD dans l'agglomération, 30 septembre 2006, 8 p

précédent sommaire suivant