WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

RAROC: Outil de gestion du risque de crédit

( Télécharger le fichier original )
par Loukmane BOUIDER
Ecole Superieure de Banque - Alger - Diplome Supérieur d'Etudes Bancaires 2008
  

sommaire suivant

BANQUE D'ALGERIE

Mémoire DE FIN D'ÉTUDES

En vue de l'obtention du

DIPLÔME SUPERIEUR D'ÉTUDES BANCAIRES
(DSEB)

g{centsÅxM

RAROC

Outil de gestion du risque de crédit

Cas de BNP Paribas El-Djazair

Elaboré par:

M. BOUIDER Loukmane

10ème promotion

Encadré par:

M. BENMORSLI Mustapha

Novembre 2008

ÞÅt yt2n|x

exÅxÜv|xÅxÇàá

Nous tenons à adresser nos vifs remerciements à tous ceux qui ont contribué à l'élaboration du présent mémoire et au bon déroulement de notre stage pratique.

Nos remerciements sont adressés tout particulièrement à notre encadreur M. BENMORSLI Mustapha pour ses lectures et ses conseils.

Nous tenons à remercier également le personnel de la direction des risques de BNP Paribas, en particulier notre tuteur de stage M. ABBAOUI Sabir pour sa disponibilité, son aide et sa sympathie.

Nous n'oublions pas de remercier M. AMBAR Mohamed pour ses conseils précieux, Hicham, Imène, Nesrine Fahima, Souhaila et Ahlem pour leurs lectures attentives.

Enfin, nous voudrions exprimer notre gratitude à tout le personnel de l'Ecole Supérieure de Banque, en particulier M. LAROUI Moussa et Mme. ASSNAMI.

_Éâ~ÅtÇx

SOMMAIRE

INTRODUCTION

CHAPITRE PRELIMINAIRE : GENERALITES SUR LES RISQUES BANCAIRES

Section 1: Nomenclature des risques bancaire

Section 2: La gestion des risques bancaire

Section 3: La réglementation prudentielle internationale

CHAPITRE I: LA NOTION DE RAROC

Section 1: Le concept de mesure de performance ajustée pour le risque Section 2: Présentation de RAROC

Section 3: Les paramètres de RAROC

CHAPITRE II: LA GESTION DU RISQUE DE CREDIT PAR LA METHODE RAROC

Section 1: La notation interne

Section 2: La modélisation du risque de crédit Section 3: La mise en place de l'outil RAROC

CHAPITRE III : APPLICATION DE RAROC (ETUDE DE CAS)

Section 1: Présentation de la structure d'accueil

Section 2: Présentation du système de notation de BNP Paribas Section 3: Présentation du portefeuille

Section 4: Modélisation du risque de crédit

Section 5: Estimation des paramètres comptables

Section 6 : Calcul de RAROC

CONCLUSION

INTRODUCTION

L'histoire économique récente ne manque pas d'exemples de situations de crises et de tensions extrêmes qui ont démontré le rôle néfaste que peut jouer un système bancaire fragile en amplifiant le désordre financier. Les conséquences sont multiples, quoique tout le monde admette que la cause principale est la concurrence cruelle incitant les banques à se lancer dans une course effrénée aux parts de marchés très souvent au détriment de l'autre activité clé des banques commerciales : le contrôle et la gestion des risques.

Malgré leur ampleur et leurs effets tragiques qui n'ont jamais cessés de menacer la stabilité de l'environnement bancaire, ce n'est qu'au début des années quatre-vingt dix que la gestion des risques est devenue effective. A cette période, les banques en plus de leur tendance à renforcer leurs fonds propres conformément aux exigences édictées par l'accord de Bâle de 1988, elles se sont lancées dans le développement de nouvelles techniques leur permettant de mieux gérer leurs risques, notamment le risque de crédit devenu la préoccupation majeure des banques en raison de son danger désastreux .

Quelques années plus tard, le comité de Bâle conscient des limites de son premier accord (Bâle I) a exprimé sa volonté de le remanier et d'instaurer un nouvel dispositif (Bâle II) dont le principe fondateur est de récompenser les meilleures pratiques en matière de mesure et de gestion du risque et de permettre aux banques ayant fait un long parcours dans ce domaine d'utiliser leur propre savoir-faire et leur technologie pour évaluer leur risque.

La notation interne étant l'une des mesures principales prises par le comité de Bâle dans son nouvel accord a contribué significativement à la diffusion des innovations managériales utilisant cette approche. Parmi ces innovations on trouve la méthode RAROC ou Risk Adjusted Return On Capital adoptée par de nombreuses banques à l'échelle internationale. Cette méthode fondée sur les principes de la finance moderne visant l'optimisation du couple risque-rentabilité, a trouvé une application non seulement en matière de gestion du risque de crédit, mais aussi comme outil de mesure de performance.

La diffusion rapide de RAROC au sein de l'univers bancaire ainsi que la multiplicité de ses applications sont deux éléments parmi d'autres qui ont mis ce concept au coeur d'un long débat sur son utilité, son efficacité et ses limites.

Le présent mémoire s'inscrit dans ce cadre et a pour principal objectif de mettre en lumière les aspects théoriques et pratiques de cette méthode et de s'interroger sur son adéquation avec le contexte national, en adoptant une démarche qui vise à répondre aux préoccupations suivantes :


· Comment peut-on définir RAROC ?

· Quelle sont les conditions préalables pour la mise en place de la méthode RAROC au sein d'une banque ?

· Quel sont les apports de l'outil RAROC et qu'elles sont ses limites ?

· Dans le contexte actuel, la méthode RAROC est elle applicable en Algérie ? Pour répondre à une telle problématique, notre travail sera organisé comme suit :

· Nous allons entamer notre étude par un chapitre préliminaire qui nous permettra de mettre en évidence quelques notions liées à la gestion du risque bancaire et à la réglementation prudentielle internationale.

· Nous passerons après au premier chapitre dans lequel nous aborderons RAROC en tant que concept. Nous allons nous intéresser à définir sa notion et à présenter ses différents paramètres.

· En suite et à travers un deuxième chapitre nous allons aborder quelques aspects relatifs à l'application de RAROC dans la gestion du risque de crédit, les apports de cet outil ainsi que ses limites.

· Nous terminerons enfin notre étude avec un troisième chapitre qui sera consacré à une étude de cas pour présenter les principaux résultats auxquels nous sommes parvenus après l'application de la méthode RAROC sur un échantillon réel issu du portefeuille d'engagement de BNP Paribas El-Djazair.

CHAPITRE PRELIMINAIRE:

sommaire suivant