WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'efficience informationnelle du marché financier Marocain; L'impact d'un profit warning sur les cours boursiers

( Télécharger le fichier original )
par Rachid RAHAOUI
Université Hassan I er Casablanca - Diplôme des Etudes Superieures Approfondies 2007
  

sommaire suivant

INTRODUCTION :

Jusqu'à la fin des années quatre-vingt-dix, la diffusion des Nouvelles technologies de l'information et de la communication avait un impact significatif sur la quasi-totalité du système économique, marqué par une croissance forte et régulière, grâce aux progrès dans les systèmes de télécommunication (la numérisation de l'information, la production et la diffusion de biens informationnels). Ces progrès ont accru de manière significative la vitesse de diffusion de l'information et la réactivité des acteurs économiques face à une conjoncture de plus en plus versatile, impliquant ainsi le marché des biens et services et le marché financier.

L'hypothèse à la base de la finance moderne est sans doute celle de l'efficience des marchés financiers (S. Laajimi 2004). D'après cette hypothèse les prix reflètent toute l'information disponible, de façon à ce que l'opportunité de gagner un rendement extraordinaire provienne uniquement de l'information privée. Ainsi, la question de la transparence informationnelle est devenue primordiale dans le débat sur l'efficience boursière.

E. FAMA (1970) a défini un marché des capitaux efficient comme un marché où les prix des titres reflètent complètement l'information existante (efficience du traitement de l'information), s'inspirant en cela de la conception hayekienne du marché comme un lieu de traitement de l'information (information processing). En cela, l'efficience telle qu'elle est définie par E. FAMA et J. TOBIN (1970) mêle l'efficience informationnelle et l'efficience évaluative en distinguant trois niveaux d'efficience informationnelle :

ü une efficience « faible » signifie que les prix reflètent complètement toute l'information contenue dans l'historique des prix.

ü une efficience « semi-forte » signifie que les prix des titres reflètent toute l'information publiquement disponible.

ü une efficience « forte » signifie que toute l'information est connue instantanément de n'importe quel investisseur, si bien qu'il est impossible d'en tirer des gains spéculatifs.

De ce point de vue, nous pouvons dire que l'efficience forte ou semi-forte est l'état vers lequel tendent les marchés des capitaux développés, tandis que les marchés émergents sont dits à efficience faible, vu les caractéristiques de leurs systèmes d'information (Robert BOYER 2001).

Le concept d'efficience des marchés financiers a trois acceptations d'importance inégale : l'efficience fonctionnelle, le comportement rationnel des acteurs et l'efficience informationnelle. Selon cette dernière acceptation, un marché sera efficient si l'ensemble des informations permettant l'évaluation des actifs financiers est immédiatement et complètement reflétées dans les cours. Un marché efficient incorpore donc instantanément les conséquences des événements passés et reflète précisément les anticipations exprimées sur les événements futurs. Il est totalement impossible de prévoir ses variations futures puisque tous les événements connus ou anticipés sont déjà intégrés dans le cours actuel. D'où l'importance de l'analyse cinématique de l'information1(*) pour le suivie de l'évolution des cours.

Les études d'événements constituent une des formes de recherche classique de la finance moderne. Elles étaient destinées initialement à vérifier la théorie de l'efficience des marchés financiers et ses différentes formes, et en particulier dans sa forme semi-forte. Les études d'événements permettent de tester les réactions des marchés financiers à l'annonce ou à la réalisation d'un événement quelconque, endogène ou exogène, susceptible d'affecter l'activité ou les performances d'une entreprise. Elles mettent ainsi en évidence les effets de cet événement sur le cours de l'action de la société cotée et donc sur la richesse des actionnaires.

Parmi les informations officielles affectant le marché boursier on cite les "profits warning", littéralement « alertes sur les résultats ». Ces dernières sont des communications diffusées par les sociétés cotées et relatives à des événements significatifs susceptibles d'avoir un impact sur les résultats attendus par la société elle-même2(*). Ces « alertes sur résultats », sont communiquées dans le but d'informer le marché que les attentes en termes de résultat doivent être modifiées.

Lorsque les dirigeants estiment que les prévisions de résultats sont trop optimistes, ils avertissent volontairement le marché sur un possible décalage entre les chiffres futurs et anticipés. Les causes peuvent être diverses : restriction du marché, prévisions trop optimistes, provisions pour dépréciation de valeur d'un actif, hausse des coûts... D'une manière générale, tout ce qui concourt à une diminution du résultat d'une entreprise.

Nous cherchons dans le cadre de ce travail à évaluer l'efficience informationnelle du marché boursier marocain. C'est pourquoi nous proposons dans ce travail de tester économétriquement les trois formes de l'efficience sur le marché boursier Casablancais, en cherchant à déterminer s'il est possible de prévoir les rentabilités futures à partir des informations disponibles, et donc la possibilité de réaliser des profits sans risque sur ce marché. Notre étude porte sur les séries mensuelles et quotidiennes des cours et des rendements des valeurs composant l'indice MADEX3(*) de la Bourse de Casablanca, ces données portent sur l'année 2006 (du 1er Janvier 2003 au 31 décembre 2006).

Le premier chapitre de ce travail, comporte deux sections. La première sera consacrée à l'exposé de la revue de littérature et la présentation des diverses approches de la notion d'efficience informationnelle des marchés boursiers. Nous y évoquons les diverses formes d'efficience du marché financier. La seconde section sera consacrée à l'analyse économétrique de l'efficience informationnelle du marché boursier de Casablanca. Nous y exposons des différents tests statistiques des trois formes d'efficience informationnelle du marché boursier Marocain.

Dans le deuxième chapitre de cette étude, et dans le but de cerner l'interprétation de l'information par les spéculateurs marocains, nous étudions l'impact d'un événement sur les cours boursiers. Dans un premier temps, nous présentons la pratique de l'étude d'événements, puis nous essayons de distinguer les différents impacts d'une information sur les cours d'une action. Notons que cette étude nécessite une présentation du modèle d'équilibre des actifs financiers MEDAF pour appréhender la volatilité des titres et les rendements normaux du marché. Enfin nous illustrons par une étude de cas : l'impact d'un profit warning sur les cours d'un titre du MADEX, à savoir le titre de la société SAMIR qui a subi en 2002 et en 2003 deux événements exceptionnels (incendies), ce qui a affecté considérablement les cours de ses actions.

* 1 Le développement des systèmes d'information et leur diffusion donne lieu à une réactivité assez significative des investisseurs.

* 2 La significativité de l'impact d'un événement sur les cours d'une action dépend du fait d'être anticipé ou non par les investisseurs.

* 3 MADEX : Moroccan Most Active Shares Index, c'est un indice compact, qui intègre les valeurs les plus actives de la cote en terme de liquidité.

sommaire suivant