WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Milieu familial et reussite scolaire


par Jimmy CALIXTE
Université d'Etat D'Haiti/Faculte des Sciences Humaines - Psychologie 2007
  

précédent sommaire suivant

 3.3 -Le rôle des interactions parents adolescents axées sur l'école dans la réussite scolaire de l'adolescent

La pertinence de cette dimension dans la performance scolaire du jeune est soulevée par certains auteurs comme : Muller et Keith (1993); Epstein, Salina et Jackson (1995) ; Potvin et Deslandes (1998) ; Deslandes et Lafortune (2003).

Muller et Keith (1993) ont  souligné que l'implication des parents dans les études de leurs enfants à  travers les discussions centrées sur les expériences scolaires de ce dernier représente un élément essentiel qui motive et qui favorise la réussite scolaire de l'élève.

Potvin et Deslandes (1998) ont souligné que les adolescents  dont les parents apportent du soutien affectif  (encouragement, félicitation, aide dans les devoirs) ont une probabilité plus élevée de réussir à l'école et de poursuivre des études supérieures. Il en est de même pour ceux dont les parents exercent une supervision adéquate. Les résultats des études réalisées par ces auteurs montrent aussi que les adolescents dont les parents exercent un encadrement adapté ont moins de difficulté comportementale à l'école.

Toujours dans la même perspective de recherche, Deslandes (2001) avance que plus les parents participent et interagissent avec les adolescents sur les activités scolaires plus les adolescents ont de meilleurs résultats, un faible taux d'absence, peu de difficultés comportementales, une perception plus positive de la classe et du climat scolaire.

Deslandes et Lafortune (2003) rapportent les effets bénéfiques dans les résultats en mathématiques des travaux interactifs, construit à partir d'un modèle élaboré par Epstein, Salina et Jackson (1995). Ce modèle selon les auteurs a favorisé une meilleure interaction entre les adolescents et leurs familles. Les parents jouent un rôle de soutien social en discutant du contenu des travaux avec les jeunes, en interagissant et en les observant. Les expérimentations réalisées à partir de ce modèle ont montré l'apport bénéfique des interactions parents-adolescents axées sur l'école dans la réussite en mathématiques des enfants et des jeunes.

Ces différentes études soulignent que les interactions parents/adolescents axées sur l'école par les différents éléments qu'ils apportent dans la vie de l'adolescent jouent un rôle fondamental dans la réussite scolaire de ce dernier.

Les travaux de Deslandes et Marcotte (2003) permettent de voir le rôle des interactions entre parents et adolescents sur deux plans. Un plan comportemental et un plan verbal.

· Plan comportemental 

Sur le plan comportemental, elles (ces interactions) se caractérisent par les aides que les parents apportent aux enfants dans leurs devoirs (aide l'adolescent à faire ses devoirs, aide l'enfant dans ses leçons, participent dans les réunions de parents). Des études qui  ont précédé les travaux de Deslandes et Marcotte ont  souligné le rôle de cette dimension de la participation parentale  dans la réussite scolaire des adolescents (Epstein, 2001).Il importe de souligner aussi  le rôle de la supervision parentale comme l'une des dimensions comportementale des interactions qui joue un rôle significatif dans la réussite scolaire des adolescents. Les recherches ont montré (Deslandes et Potvin, 1996 ; Deslandes et Cloutier, 2005) que cette dimension joue sur la performance scolaire des adolescents. En effet les jeunes qui rapportent un niveau optimal ou élevé de supervision  de leurs parents ont de meilleures notes que leur compagnon qui rapporte un faible niveau de supervision de leurs parents. Des auteurs comme Lam (1997), souligne que les adolescents qui passent plus de temps seuls à la maison après l'école ont significativement les notes les plus bas

· Plan Verbal (non comportemental)

Les différents types d'intervention verbaux relatifs aux interactions entre parents et adolescents axées sur l'école, consistent à valoriser l'adolescent, à le motiver et à le supporter psychologiquement.

Sur le plan non verbal, ces interactions se caractérisent par des encouragements, des compliments, des discussions sur le choix à faire, sur l'actualité ou les projets d'avenir. Ces différents aspects non comportementaux, ont  été soulignés bien avant comme des éléments pertinents par des auteurs comme Lahire (1998) qui ont mis l'accent sur le rôle de la communication parentale comme un élément central qui favorise la réussite scolaire des enfants provenant de milieux défavorisés

En outre, il importe de souligner que dans la littérature très peu d'auteurs ont présenté de façon détaillée les effets plus  bénéfiques  de l'un ou l'autre de ces deux plans. Les auteurs envisagent toujours l'influence des interactions de façon globale. Autrement dit, les auteurs n'ont pas souligné par ces deux plans, des patrons parentaux qui jouent un rôle plus déterminant sur la performance et la réussite scolaire de l'adolescent. Si nous restons dans la logique interactionniste, nous dirons en nous basant sur les différentes études que le rôle des interactions parents adolescents  axées sur l'école  dans la réussite scolaire des adolescents est global.

précédent sommaire suivant