WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La notion de "performativité" de John Langshaw Austin


par Bouchra M'hayro
Ecole Normale Supérieure-Ulm - Master I "Sciences Cognitives" 2006
  

sommaire suivant

« Le terme « performatif » dérive du verbe anglais « to perform » qu'on emploie (...) avec le substantif « action » (...) indique que

produire l'énonciation est exécuter une action. » (P. 42)

B.M'hayro - 1 - Sémantique Pragmatique (O.Ducrot/M. Carel)

La notion de «performativité» de John Langshaw Austin

"Le phénomène à discuter est en effet très répandu, évident, et l'on ne peut manquer de l'avoir remarqué, à tout le moins

ici ou là. Il me semble toutefois qu'on ne lui a pas accordé spécifiquement attention. "(Première Conférence, p.37).

Philosophe britannique, John Langshaw Austin (1911-1960) a été professeur de Morale à Oxford. Sa

figure irradie la philosophie analytique et linguistique. Son oeuvre, constituée d'un ensemble d'article réunis et

publiés à titre posthume, est fusionnée en trois volumes : Ecrits philosophiques1 ; Langage de la perception2 ; et

Quand dire, c'est faire3. Il est à l'origine de l'émergence du paradigme pragmatique.

Dans cet ouvrage Quand dire, c'est faire qui l'a rendu célèbre en France, J. L. Austin réunit douze conférences

prononcées à Harvard en 1955. Insatisfait du manque de clarté des philosophes, et particulièrement des

métaphysiciens, Austin a concentré son attention de toujours au «langage ordinaire». Il se captive ici pour les

«actes de discours» (speech acts), découvrant l'immensité que nous pouvons accomplir par la parole. La notion

de performativité se trouve dans la première philosophie, les actes illocutoires dans la seconde.

Après la présentation synthétique de son ouvrage (I), nous étudierons, appuyés sur la description qu'en

fait O. Ducrot et M. Carel, plus particulièrement la Première philosophie d'Austin contenant la notion-clé de

« performativité » (II), pour finir, enfin, par une ouverture vers cette notion abordée au sein des sciences

sociales (III).

I. Synthèse

Conférences 1 à 4 : Enonciations constatatives et énonciations performatives

John Austin est convaincu du manque de pertinence de la philosophie considérant l' « affirmation » (statement)

classique comme proposition invariablement vraie ou fausse. Il va donc prouver, lors des premières conférences,

qu'au sein des énonciations considérés traditionnellement comme affirmations, toutes ne se reconnaissent pas

suivant leur caractère de vérité ou fausseté (énonciations «constatatives»), pouvant viser l'accomplissement de

certains actes (se marier, parier, baptiser un bateau, etc.) Ces affirmations qui n'en sont pas, au sens classique du

terme, et qui visent en réalité à «faire» quelque chose, Austin se propose de les appeler des «énonciations

performatives» (ou plus brièvement des «performatifs»). Bien entendu, l'accomplissement visé par l'énonciation

performative exige souvent le concours d'autres éléments que les paroles elles-mêmes. Le contexte de

l'énonciation, particulièrement, est primordial, tout autant que la personne de l'énonciateur. Cela étant, si les

«circonstances» se présentent de façon inadéquate, autrement dit si le performatif ne délivre pas ses effets ou ne

les délivre pas comme voulu, il n'en devient pas «faux» pour autant : il est seulement inefficace - on dit alors

qu'il a été affecté d'«Echecs» (Infelicities).

Conférences 5 à 7 : La déconvenue de la distinction

Pour autant, John Austin, de ces analyses, parvient à un résultat contradictoire : le caractère de vérité ou de

fausseté des affirmations classiques (ou «énonciations constatatives») dépend lui-même de nombreuses

«circonstances» ne semblant pas tant éloignées de celles déterminant le «bon fonctionnement» des performatifs.

J. Austin est amené, alors, à reconsidérer la distinction première dichotomique entre énonciations constatatives

et énonciations performatives. Dès lors, il faut reprendre le problème à neuf ; un nouveau point de départ

s'impose.

Conférences 8 à 12 : Actes de discours

L'auteur démontre que nous accomplissons une action «en disant» quelque chose et «par le fait» de dire quelque

chose. C'est la théorie des «actes de langage» ou «actes de discours» (speech acts). Il va différencier au sein de

l'énonciation trois grands types d'actes visant à «faire quelque chose» en parlant.

- L'acte premier de simple «locution», consistant en l'émission d'une suite de sons auxquels est attachée une

signification dans une langue donnée. Cet acte est celui de «dire quelque chose».

- L'acte second d'«illocution» consistant, par son énonciation même, à indiquer comment il doit être reçu par son

destinataire. Par exemple, en prononçant «Sors !», on accomplit, selon la situation, un ordre, une menace, une

requête...L'acte d'illocution est donc l'acte effectué simultanément «en disant quelque chose».

- L'acte dernier de «perlocution», est l'accomplissement réel d'un acte illocutoire. Il consiste en l'obtention de

certains effets concrets ou conséquences au moyen de la parole.

Après ce retour aux éléments plus primordiaux des réalisations de la parole (c'est-à-dire à la production d'actes

1 Philosophical Papers, 1961 - 1994 pour la traduction française

2 Sense and Sensibilia, 1962 - traduit en français en 1971

3John Langshaw Austin, How to Do Things with Words, 1962 - traduit en 1970, Quand dire, c'est faire, traduction de l'anglais par Gilles

Lane, Editions du Seuil, "Points Essais", 1970 (207 p.)

« Le terme « performatif » dérive du verbe anglais « to perform » qu'on emploie (...) avec le substantif « action » (...) indique que

produire l'énonciation est exécuter une action. » (P. 42)

B.M'hayro - 2 - Sémantique Pragmatique (O.Ducrot/M. Carel)

de locution, d'illocution et de perlocution), la distinction initiale entre énonciations constatatives et

performatives ne peut plus être maintenue. John Austin démontre ainsi que le constatif accomplit, en plus de

simplement dire quelque chose, une action, constituant, tout autant que les actes performatifs, un acte

d'illocution. Se contenter de dire : «Il fait chaud», c'est déjà et parallèlement constater, affirmer, informer qu'il

fait chaud. Pour le dire autrement, lorsque nous «disons» quelque chose, nous «faisons» également quelque

chose. Ainsi, dans ce contexte pour accorder une position spéciale aux énonciations constatatives, nous pouvons

dire qu'elles peuvent constituer des actes d'illocution dénués d'objectif. Nous pourrions presque les considérer

tel que des actes gratuits d'illocution.

Ouvrage-clé de la philosophie linguistique, Quand dire, c'est faire a représenté une progression

remarquable dans la science du langage, constituant l'acte de naissance de la «pragmatique linguistique», qui

place la parole et l'intention de communication du locuteur au centre de l'analyse du langage.

Etudions de plus près la notion de « performativité », vue notamment, par les héritiers de J. Austin que sont O.

Ducrot et M. Carel.

sommaire suivant