WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dépenses publiques et bonne gouvernance: cas du secteur de l'éducation de base au Burkina Faso

( Télécharger le fichier original )
par Aissata COULIBALY
Université de Clermont 1- CERDI - Master Economie du Développement 2008
  

précédent sommaire suivant

BILAN DE MON EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

Ma première expérience professionnelle dans une grande institution telle que la Banque Mondiale fut très enrichissante et cela à plusieurs niveaux.

Tout d'abord sur le plan relationnel et humain, au sein de l'institution, mon insertion fut très aisée d'autant plus que dès la deuxième semaine de mon arrivée, j'ai eu la chance de participer à une retraite de 3 jours à Tenkodogo avec tout le personnel de la banque. Ceci m'a permis de sympathiser avec eux, d'attirer leur attention sur le sujet de mon rapport et de mieux comprendre la culture au sein de l'institution.

Par ailleurs, vu l'intérêt que portait les différents acteurs à mon thème de recherche tant au niveau du gouvernement avec le ministère de l'économie et des finances, de l'éducation de base et de l'alphabétisation que de la cour des comptes; ces derniers n'ont ménagé aucun effort pour me mettre en contact avec les personnes ressources. J'ai ainsi pu être confrontée aux difficultés de la recherche d'informations au niveau de l'administration burkinabé avec la « culture du secret » des administrés. Aussi, le soutien du responsable du secteur de l'Education de la Banque Mondiale ainsi que de mon directeur de stage m'ont été d'une grande nécessité. Ce stage m'a ainsi permis d'approfondir mes connaissances en terme de gestion budgétaire et de bonne gouvernance et d'acquérir une assez bonne compréhension du système budgétaire en oeuvre au Burkina Faso et des réformes qui y sont en cours.

J'ai également pu rencontrer divers acteurs de la société civile tels que le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) et le Réseau National de Lutte Anti-corruption (RENLAC) par le biais de rencontre entre la banque et les acteurs de la société civile.

Pour mes différents entretiens, j'ai pu bénéficier de l'approche de la mission CGAC (Country Governance and Anti-Corruption) à laquelle j'ai pu participée. Cette dernière effectue une étude diagnostique sur la gouvernance et la corruption, le Burkina faisant partie des 7 pays d'Afrique ayant été retenus. Nos travaux se sont clôturés par l'élaboration d'un atelier sur l'exigence sociale de la bonne gouvernance avec les représentants de la société civile dont les résultats furent très enrichissants pour la suite de mon rapport.

Par ailleurs, en plus de mes travaux sur la bonne gouvernance comme un facteur d'efficacité des dépenses publiques, j'ai pu appréhender les questions de gouvernance au niveau des projets notamment par des missions d'audits avec le financier de la banque et par les contrôle de demande de remboursement de fonds (DRF) que j'ai eu la chance d'effectuer.

Néanmoins, mon thème de travail est assez vaste et une étude plus approfondie aurait nécessité plus de temps et de moyens. Mon principal apport est donc d'avoir établi un cadre théorique assez intéressant pour l'analyse de la bonne gouvernance au niveau des dépenses publiques.

Ce stage m'a ainsi beaucoup apporté en termes d'organisation de mon travail, de capacité d'analyse et de synthèse, sur le plan relationnel, professionnel... Je retiens également la place prépondérante accordée aux bailleurs de fonds tels que la Banque Mondiale dans un pays aussi dépendant de l'aide que le Burkina qui a certes réussi à mettre en place un assez bon cadre de concertation et de coordination des appuis extérieurs entre le gouvernement et les partenaires techniques et financiers.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)