WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Corrélation entre le taux de change et la balance des paiements

( Télécharger le fichier original )
par Déogratias DUSHIMUMUKIZA
Université Nationale du Rwanda - Bachelor of Money and Banking 2006
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS

La nécessite de défendre la valeur de la monnaie nationale s'avère incontournable pour atteindre les objectifs de la politique économique qui sont notamment le plein emploi, la croissance économique, la stabilité des prix et l'équilibre extérieur. Cette problématique ne peut pas être séparée a celle du déficit persistant de la balance des paiements. Les termes de l'échange défavorables pour le Rwanda conduisent au déficit du solde extérieur. Par la liaison du marché de change, le Frw perd sa valeur tous les jours.

Plusieurs théories économiques ont expliqué les facteurs déterminant du cours de change d'une monnaie. Certaines ont même affirmé qu'une valeur faible de la monnaie nationale est une bonne situation pour le commerce extérieur. Au cours de ce travail, nous avons voulu analyser la corrélation entre le taux de change et la balance des paiements. Notre objectif était de vérifier si la détérioration de la balance des paiements était a l'origine de la dépréciation du taux de change.

Dans le premier chapitre, nous avons présenté les théories relatives aux taux de change et a la balance des paiements. Les théories présentées ont montré les déterminants du taux de change et ceux de la balance des paiements, la méthode d'enregistrements des échanges extérieurs et les causes des problèmes de la balance des paiements. Dans ce chapitre, il a été aussi question d'expliquer la relation qui existe entre le solde de la balance des paiements et le niveau du taux de change.

Deux théories ont été présentées : la première est celle qui montre que le niveau du taux de change peut affecter le solde de la balance commerciale, ce lui de la balance courante et par conséquent le solde global de la balance des paiements. Cette relation qui est soutenue par beaucoup d'économistes estime qu'une dépréciation du taux de change conduit a la compétitivité du pays et par conséquent a l'amélioration du solde de la balance des paiements.

Notre analyse a permis de montrer que cette situation n'est pas observable dans les pays en voie de développement oü la réalisation des conditions nécessaires a l'application de cette théorie était difficile. La deuxième théorie qui s'avère réaliste pour le cas des PVD est que le déficit de la balance des paiements conduit a la dépréciation du taux de change.

Ceci est justifié par le fait que les monnaies sont échangées a l'occasion des échanges internationaux, et que la balance des paiements enregistre tous ces échanges. Ainsi une balance des transactions courantes déficitaire signifie que les importations pour un pays donné sont plus importantes que ses exportations. L'offre de sa monnaie va augmenter et ceci résultera a une dépréciation du taux de change.

Dans le deuxième chapitre, nous avons comparé des différents agrégats de la balance des paiements et celle du taux de change. L'évolution du taux de change du Frw a montré que le taux de change s'est déprécié beaucoup, mais cette dépréciation n'a pas eu des effets d'améliorer la balance commerciale. Ceci a été montré par l'analyse de l'évolution du solde de la balance commerciale et la balance courante.

Ces balances ont été déficitaires malgré la dépréciation du Frw. Le solde de la balance commerciale s'est détériorée d'années en années, mais le solde étant compensé par les transferts unilatéraux et le solde du compte capital, le déficit de la balance des paiements n'a pas été trop profond comme celui de la balance des biens et services.

Le troisième chapitre consistait a l'estimation et a la vérification de nos hypothèses. L'analyse quantitative nous a permis de confirmer partiellement nos hypothèses. La première et la troisième hypothèse ont été vérifiées. La deuxième hypothèse a été en partie vérifiée. Notre objectif a été atteint parce que nous avons pu montrer que la dépréciation du Frw dans ces quinze dernières années a été causé par le déficit persistent de la balance des paiements du Rwanda

Recommandations

Vu les résultats de notre analyse, une série des recommandations est a proposer aux divers responsables de la politique du commerce extérieur du Rwanda pour atténuer la perte de la valeur externe du Frw. En premier lieu, il convient de prendre les mesures nécessaires pour réduire le déficit de la balance des paiements. Du coté des exportations, il faut :

- Encourager les exportations par la diversification des produits exportés. - Encourager les exportateurs par la diminution des taxes a l'exportation. - Améliorer la qualité de nos produits grace a l'utilisation de la

technologie pour rendre nos produits compétitifs.

- Encourager le tourisme pour gagner des devises.

- Subventionner les entreprises du secteur d'exportation.

- La promotion des exportations des produits non traditionnels comme les peaux des animaux et les fleurs.

Du coté des importations, la réduction de volume des importations peut se faire par:

- La modernisation de l'agriculture pour quitter l'agriculture de subsistance vers l'agriculture de commercialisation.

- La spécialisation régionale des produits selon les caractéristiques des cultures et le climat du milieu.

- Le gouvernement rwandais devrait voir comment maltriser l'inflation qui sévit dans le pays. Il faudrait équilibrer le développement du secteur tertiaire, qui avance a grand pas, avec le secteur de production réelle.

Quant a la BNR nous la recommandons ce qui suit: Les conséquences de l'instabilité du taux de change du Frw cause la diminution des échanges internationaux. La BNR doit essayer de stabiliser les changes notamment par:

- L'augmentation des réserves de devises pour intervenir sur le marché

des changes pour soutenir le cours du Frw.

- La hausse du taux d'escompte pour décourager l'opération de réescompte faite par les banques commerciales.

- La création de fonds de stabilisation des changes, telle que l'a proposé WAUTHY et DUCHESNE (1964 :143), qui consiste a se porter acheteur de devises étrangères lorsque leur cours tend a descendre sous un certain niveau.

Toutefois, nous nous gardons d'être trop généralisant sur la relation entre le taux de change et la balance des paiements. Notre analyse s'est limitée sur un nombre peu élevé d'observations (15 ans) parce que nous avons été bloqués par le souci de mesurer l'influence de la balance des paiements sur le taux de change flexible. Si nous avions retenu beaucoup d'années, une grande partie de notre étude serait dans le régime des changes fixes. C'est pourquoi nous recommandons aux futurs chercheurs de porter leurs analyses sur un nombre élevé d'observations pour compléter notre analyse. Cela va permettre de construire une théorie solide expliquant les liaisons entre le marché des biens et services et le marché des changes, spécifiquement pour les pays en voie de développement comme le Rwanda.

En outre, les autres recherches pourront découvrir d'autres causes qui sont a l'origine de la dépréciation du taux de change du Frw. Ces recherches pourront étudier la question des changes fixes et les changes flottants et de dire si le retour aux parités fixes peut contribuer a la fixité de la valeur externe des monnaies nationales et de résoudre les problèmes de la balance des paiements.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.