WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les effets des investissements directs étrangers sur la croissance des pays méditerranéens

( Télécharger le fichier original )
par Laà»la MKIMER
Université Sud Toulon Var - Master 2 recherche Macroéconomie  2009
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Sommaire

Introduction générale 2

Chapitre I : Cadre théorique et conceptuel de l'étude

Section 1 : Revue de la littérature 5

Section 2 : Flux et évolution des IDE dans la zone Med 19

Chapitre II : Les effets des IDE sur la croissance de la zone Med

Section 1 : Revue de la littérature sur les effets des IDE dans les pays en développement 34

Section 2 : Modèle économétrique .41

Section 3 : Résultats : Effets directs et indirects 46

Section 4 : Contribution des IDE à la croissance de la zone Med ..55

Conclusion générale 61

Bibliographie ...62

Webographie 66

Introduction générale

Au lendemain de l'indépendance, l'Investissement Direct Etranger (IDE) était regardé avec beaucoup de méfiance par la plupart des pays en voie de développement. Il était considéré comme une menace de la souveraineté nationale, et les firmes multinationales étaient soupçonnées de réduire le bien être social par la manipulation des transferts des prix et la formation d'enclaves.

Confrontés aux courants de mondialisation des marchés, de globalisation et de la production et d'internalisation des politiques monétaires, on assiste à un changement radical de l'attitude des pays en développement qui sont obligés, aujourd'hui, de rechercher des sources d'investissement non traditionnelles et non génératrices de dettes. C'est la raison pour laquelle ils se sont orientés vers les IDE. Ce sont des investissements stables et moins sensibles aux crises financières. Ils doivent permettre de créer des opportunités supplémentaires de financement, sans alourdir la dette extérieure d'un pays.

En effet, les IDE sont maintenant de plus en plus sollicités aussi bien par les pays développés que par les pays en développement et ne sont plus considérés comme un facteur de dominance, mais plutôt comme un canal majeur de transfert de technologies et d'innovation.

C'est ainsi que l'économie mondiale s'est complètement métamorphosée ces dernières années. Elle évolue dans un environnement de plus en plus enchevêtré où le libre échange, la libre circulation des capitaux et des biens deviennent des maîtres mots et où les IDE sont de plus en plus qualifiés comme une nouvelle voie de financement de la croissance économique.

Problématique

De leur part ; afin d'accroitre leurs capacités d'investissement, agir positivement sur l'équilibre de la balance des paiements, pallier l'insuffisance de l'épargne national, créer de nouvelles opportunités d'emplois de qualité offrant de meilleures rémunérations ou de meilleures conditions de travail ; les pays méditerranéens tentent de faire des IDE l'un des piliers les plus puissants dans la stratégie de développement de la zone Med.

Ces pays sont dotés d'un potentiel de production non négligeable, ils ont tous les atouts nécessaires au décollage effectif de leur économie. Les Etats méditerranéens ont axé leurs actions sur la relance économique et sociale considérant les IDE comme un sous produit du développement économique, ce qui explique la grande importance liée à l'attractivité des flux d'investissements étrangers, en mettant en place une série de mesures pour rendre la zone de plus en plus attractive.

Cette politique a garantit aux pays méditerranéens un flux moyen de l'ordre de 8 milliards de $ d'investissement étrangers ces dernières années (Reiffers / Radwan, FEMISE 2005).

Dés lors, il s'agit de voir si ces flux d'IDE ont réellement contribué à la croissance de l'économie méditerranéenne. Dans l'objectif d'analyser les attributs des IDE et de tenter de mesurer l'impact de ces investissements sur la croissance, ce travail est subdivisé en trois chapitres :

Le premier chapitre fait l'objet d'une présentation sommaire de la revue de la littérature sur les concepts des investissements et de la croissance économique. Il offre également un panorama de l'évolution des IDE dans la zone Med, à travers une analyse descriptive des IDE : principales origines/destinations et les secteurs privilégiés.

Dans le deuxième chapitre, il est question d'annoncer une brève revue de la littérature avant de formuler un modèle qui tiendra compte des variables macroéconomiques permettant d'expliquer l'influence des IDE sur la croissance économique.

Le troisième chapitre du mémoire est consacré à l'analyse des résultats du modèle estimé ; de façon à dégager les facteurs explicatifs directs et indirects agissant positivement ou négativement sur l'économie de la zone.

Ce chapitre a pour objectif ; dans un premier temps ; de clarifier les concepts de base utilisés dans ce mémoire tels que investissement privé /investissement public / IDE..., avant de faire une revue des théories économiques relatives aux IDE.

Dans un second temps, il s'agira de procéder à l'état des lieux sur les investissements directs étrangers de la zone méditerranéenne, tout d'abord en analysant les flux d'IDE entrant dans la zone Med, ensuite, l'évolution de ces flux d'investissement sera la question à traiter, enfin le chapitre se termine par un aperçu sur la répartition sectorielle de l'IDE dans la zone en question.

Chapitre I

Cadre théorique et conceptuel de l'étude

Section 1 : Revue de la littérature

1.1. Définitions des concepts

1.1.1.Investissement / privé/public

L'investissement est une opération qui consiste pour une entreprise ou un pays à remplacer ou augmenter le stock capital par l'acquisition des moyens de production qui permettent de produire des biens et services. Il est brut ou net, selon qu'il prend en compte ou non l'usure et l'entretien des biens durables qui interviennent dans la production.

Les investissements peuvent être classés selon leur objectif.

L'investissement de capacité ou d'expansion, a pour but d'augmenter la capacité de production de l'entreprise en ajoutant par exemple des unités de production que ce soit d`un produit déjà existant et dans ce cas c'est une expansion quantitatives ou d`un nouveau produit et dans ce cas c`est une expansion qualitative.

L'investissement de remplacement ou de renouvellement, a pour but de maintenir l'activité à son niveau actuel. C'est l'investissement de prédilection en période de crise en remplaçant par exemple un équipement usé par un autre.

L'investissement de modernisation ou de productivité, a pour but d'accroître la productivité en introduisant des équipements modernes et perfectionnés.

L'investissement financier.

Il peut aussi prendre une forme stratégique, son but est alors d'assurer le développement de l'entreprise.

Selon le lexique financier, Un investissement est une dépense ayant pour but de modifier durablement le cycle d'exploitation de l'entreprise ; à la différence d'une charge, il n'est pas détruit par celui-ci. Investir revient en effet pour celui qui s'y décide à renoncer à une consommation immédiate pour accroître ses recettes futures. Bien entendu, le surcroît de recettes occasionné par cet investissement devra être suffisant pour assurer sa rentabilité prévisionnelle.

L'investissement est donc un processus fondamental dans la vie de l'entreprise, qui engage durablement celle-ci. Si dans un premier temps, il grève fréquemment les états financiers de l'entreprise, lui seul lui permet d'assurer sa croissance à long terme. De plus, c'est en choisissant judicieusement ses investissements, et non ses financements, que l'entreprise créée de la valeur.

De toutes ces définitions, l'élément commun est l'affectation d'une finance pour l'acquisition de bien de production en vue de l'obtention d'un revenu pendant une période ultérieure. Ces biens de production peuvent être matériels ou immatériels selon qu'il s'agisse du domaine de la production industrielle ou du développement.

L'investissement est considéré comme productif (en général synonyme d'investissement matériel ou corporel) lorsque la valeur cumulée des biens et des satisfactions obtenues est suffisamment supérieure aux coûts engendrés. L'investissement est considéré comme improductif (ou non directement productif), lorsqu'il concerne des biens et des services d'utilité publique (écoles, hôpitaux, etc.), qu'il est quand même difficile de qualifier d'improductif : la rentabilité réelle de l'investissement immatériel est seulement difficile à mesurer. Un investissement matériel concerne un bien de production, par exemple. Un investissement immatériel concerne des services : formation, recherche-développement, innovation, marketing, technologies de l'information, publicité, etc., susceptibles d'apporter un développement futur.

L'aspect économique s'attache aux caractéristiques réelles de l'investissement, l'aspect financier ne considère que sa contrepartie financière.

Pour mesurer l'investissement, deux outils sont à connaître :

*La FBCF (Formation Brute de Capital Fixe) : agrégat qui mesure l'investissement essentiellement matériel.

*Le taux d'investissement (= effort d'Investissement) est la part de l'investissement dans le P.I.B. Il se définit par le rapport (FBCF / PIB) x 100.

On distingue également :

Les investissements privés désignent les dépenses des ménages et aussi et surtout l'investissement des entreprises, en vue d'augmenter la quantité ou d'améliorer la qualité des facteurs (ressources naturelles, main-d'oeuvre et capital) utilisés dans la production de biens et de services.

Le financement interne de l'investissement d'une entreprise provient de ses capacités d'autofinancement (profits conservés en réserve) ; son financement externe est constitué soit par l'émission de titres de différentes natures (actions, obligations), soit par un recours à l'emprunt.

En ce qui concerne les ménages, un placement financier constitue une épargne, et non pas un investissement (contrairement à l'acception la plus répandue du terme « investissement »).

Les investissements publics sont constitués d'une part des dépenses publiques dites de « consommation collective », investissements considérés comme « non productifs » et en tout cas comme relevant d'une production « non marchande » (réseau routier, justice, police, éclairage public, enseignement public et recherche, défense nationale, etc.), et d'autre part par la subvention d'une partie de l'accumulation du capital technique des entreprises, qu'elles soient publiques ou privées.

Dans la logique marchande, le payeur et le bénéficiaire sont confondus ; dans la logique non marchande des services dans lesquels investissent les Etats et qui deviennent des « consommations collectives », une dissociation entre le payeur et l'usage est de règle, l'ensemble de la collectivité (entreprises et ménages) payant des impôts pour faire fonctionner ces services.

En dehors de l'impôt, le financement des investissements publics est également assuré par les emprunts obligataires réalisés par les Etats, ainsi que par le recours occasionnel de ces mêmes Etats à des emprunts auprès de leur Banque centrale.

1.1.2. Investissement Direct Etranger

Le Fonds Monétaire International (FMI) définit l'investissement direct étranger (IDE) comme "les investissements qu'une entité résidente d'une économie (l'investisseur direct) effectue dans le but d'acquérir un intérêt durable dans une entreprise résidente d'une autre économie (l'entreprise d'investissement direct). Par intérêt durable, on entend qu'il existe une relation à long terme entre l'investisseur direct et l'entreprise et que l'investisseur exerce une influence significative sur la gestion de l'entreprise. Les investissements directs comprennent non seulement la transaction initiale, qui établit la relation entre l'investisseur et l'entreprise, mais aussi toutes les transactions ultérieures entre eux et entre les entreprises apparentées, qu'elles soient ou non constituées en sociétés et donc dotées d'une personnalité morale distincte".

L'IDE représente donc l'ensemble des ressources (apports au capital social; dotations; prêts; mise à disposition de trésorerie, de crédits commerciaux ou de bénéfices réinvestis) qu'un investisseur direct laisse à la disposition d'entreprises avec lesquelles il est en relation d'investissement direct.

L'OCDE définit l'Investissement Direct à l'Etranger ainsi : « L'IDE est une activité par laquelle un investisseur résidant dans un pays obtient un intérêt durable et une influence significative dans la gestion d'une entité résidant dans un autre pays. Cette opération peut consister à :

Créer une entreprise entièrement nouvelle dite « Greenfield » (investissement de création),ou modifier le statut de propriété des entreprises existantes (par le biais de fusions et d'acquisitions). Sont également définis comme des investissements directs étrangers d'autres types de transactions financières entre des entreprises apparentées, notamment le réinvestissement des bénéfices de l'entreprise ayant obtenu l'IDE, ou d'autres transferts en capital ». Ces derniers incluent notamment les prêts accordés par une maison-mère à sa filiale implantée à l'étranger.

Contrairement aux investissements de portefeuille, les IDE impliquent une prise de contrôle de la part de la firme étrangère. Le seuil à partir duquel le contrôle s'exerce est arbitraire, le FMI utilise une valeur de 10 %.

De plus, L'investissement direct à l'étranger est un vecteur important de la mondialisation, connaît actuellement un développement considérable, il est de plus en plus prisé comme source externe de capitaux pour les pays en développement.

Ce flux d'investissement participe à la construction des avantages comparatifs d'une économie. Il est donc crucial pour les États d'éviter une "déconstruction" de ces avantages comparatifs en favorisant l'ancrage de ces investissements, c'est-à-dire leur durabilité. Cela est possible en incitant à créer des interdépendances entre la firme étrangère et les producteurs locaux (échanges, coopération technologique...).

L'IDE est censé stimuler l'emploi, les exportations, et ainsi être source de croissance et de gains de productivité. Il est également un vecteur de transfert de technologie, ce qui est crucial pour le décollage et la remontée des filières vers des productions à plus fort contenu technologique ou de haut de gamme.

D'après Bosworth et Collins (1999), l'IDE produit une augmentation remarquable de l'investissement intérieur lorsque les entrées de capitaux de portefeuille semblent n'avoir pratiquement aucun effet sensible sur l'investissement et les prêts un impact mitigé.

Selon les recherches de Fontagné L. et Pajot M., (1999), les IDE améliorent la compétitivité des entreprises installées sur le marché intérieur du pays récepteur et ont un impact positif sur les échanges extérieurs, en particulier sur les exportations. Ils entraînent aussi des externalités positives par les effets de sous-traitance et d'exploitation du progrès technologique.

Tandis que, l'IDE peut fragiliser les économies naissantes. En effet, les investisseurs directs étrangers ; grâce à ces investissements ; obtiennent des informations cruciales sur la productivité des entreprises qu'ils contrôlent, ainsi ils ne garderont dans leurs portefeuille que les entreprises robustes et vendront les moins productives à des investisseurs nationaux non informés bien entendu.

Dans un sens ou dans un autre, il est évident que l'IDE contribue au développement du pays hôte, son importance n'étant plus à démontrer, il convient de se concentrer sur la mise en place de dispositifs d'application crédibles afin de tirer davantage de profits.

1.1.3. Firmes multinationales

Une multinationale se compose d'une société mère et de filiales ou sites dans au moins un autre pays, généralement dans de très nombreux pays même. Il importe que la société mère contrôle complètement ou en partie ces sites.

L'expression firme ou société « multinationale » apparut pour la première fois en 1960 sous la plume de D.E. Lilienthal (1960) : « De telles sociétés, qui ont leur siège dans un pays, mais qui fonctionnent et vivent également soumises aux lois d'autres pays, j'aimerais les définir ici sous le nom de sociétés multinationale ». Le sujet allait ensuite susciter une riche floraison de travaux. L'intrusion des « multinationales » dans la science économique correspondait au développement des activités des grandes entreprises américaines dans le monde au lendemain de la seconde guerre mondiale, ressenties souvent par les Européens ou les Latino-américains comme une atteinte à leur indépendance économique nationale.

En 2004, l'UNCTAD estimait le nombre d'entreprises multinationales dans le monde à 64 000, comptant quelque 866 000 filiales occupant 53 millions de travailleurs. Avant, les filiales étaient surtout des répliques de la société mère et servaient leur marché régional. Aujourd'hui, les firmes multinationales se forment et croissent par annexions

d'entreprises, rachats, fusions et autres alliances stratégiques sont des conglomérats représentant une concentration énorme de capital. Elles évoluent pour devenir des chaînes de production complexes, les filiales se spécialisant dans l'un ou plusieurs maillons de la chaîne.

Ce sont aussi des structures qui permettent des transferts de capitaux et de technologies. On peut ainsi produire des composantes différentes dans des pays très variés en vue d'optimiser les potentialités de chaque contexte de production.

Pour développer leur stratégie à l'échelle mondiale, les FMN réalisent des Investissements Directs à l'Etranger. A travers les quels la multinationalisation entrainent des conséquences plus ou moins positives ; selon que le pays soit indépendant ou en développement ; à savoir : les firmes peuvent créer des emplois grâce à l'implantation et aux petites entreprises soustraitantes, elles introduisent de nouvelles technologies , elle stimulent la concurrence et obligent les entreprises nationales à être plus dynamiques ,elles se maintiennent à la pointe du progrès en matière de salaire, d'avantages sociaux, de formations... , elles offrent un plus grand choix pour le consommateur parce que la production est diversifiée. En outre, il est fort de constater que l'activité croissante des firmes multinationales à l'étranger ainsi que la multiplication de ces implantations entraînent le développement des échanges intra-firmes.

Toutefois, ces firmes disposent de capitaux si importants qu'elles peuvent imposer des prix ou obliger le gouvernement à mener des actions déterminées. La concentration du capital amène ainsi un pouvoir concurrentiel à l'État -un contre pouvoir- que l'économie marché initiale, faite de petits entrepreneurs, ne connaissait que fort peu, du moins jusqu'à la fin du XIXe siècle. Certains critiques de la société contemporaine estiment que le poids de ces entreprises est si grand qu'elles transforment le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif en des marionnettes des volontés des firmes multinationales.

De plus, Le but poursuivi par une FMN est toujours dans la logique d'une politique de firme : le profit. Ce n'est jamais de résoudre les problèmes : ce qui est nécessaire aux pays n'est pas conciliable avec les intérêts des firmes.

En 1993, Dunning dans ses études sur les FMN considère cinq types de firmes multinationales selon leur comportement vis-à-vis le choix de leurs lieux d'implantation.

-Elles s'implantent dans une économie afin d'acquérir des ressources particulières, la main d'oeuvre à moindre coût par exemple.

- Elles recherchent la rentabilité de l'approvisionnement sur le marché local. En tenant compte de la taille du marché dans l'arbitrage entre exporter vers une économie à l'étranger ou s'y implanter.

- Elles recherchent la diversification des risques l'efficacité de l'économie d'échelle.

-Elles cherchent à renforcer leur compétitivité ou profiter de la baisse de compétitivité de leurs concurrents en achetant des actions à l'étranger dans le but de promouvoir leurs objectifs de long terme.

-Le dernier type regroupe les firmes qui adoptent des stratégies d'investissement pour échapper à des restrictions afin de soutenir l'activité d'autres filiales ou tout simplement des investissements passifs dans le but d'accroître le capital.

1.1.4. Croissance économique

Le terme « croissance » désigne l'augmentation du volume de la production de biens et de services d'une année sur l'autre. Les chroniqueurs économiques parlent ainsi d'accélération ou de ralentissement de la croissance pour caractériser une année particulière.

Si, dans le langage courant, on emploie souvent le terme de « croissance » dans le cadre d'évolutions à court terme, les économistes l'utilisent conventionnellement pour décrire une augmentation de la production sur le long terme. À court terme, les économistes utilisent plutôt le terme d'« expansion », qui s'oppose à « récession », et qui indique une phase de croissance dans un cycle économique.

Selon François Perroux, la croissance économique est «l'augmentation soutenue durant une ou plusieurs périodes longues d'un indicateur de dimension : pour une nation, le produit global brut ou net, en termes réels». La croissance économique correspond donc à l'accroissement de la quantité de biens et de services produits dans un pays au cours d'une période donnée.

La croissance décrit ainsi un phénomène plus restreint que le processus de développement, lequel intègre généralement, au-delà du revenu par tête, l'espérance de vie et le niveau d'éducation. Sur la base de l'histoire des pays dits développés, la croissance apparaît comme la condition sine qua non du développement. Par ailleurs, la croissance n'est qu'une des composantes du développement qui est une notion plus abstraite et qualitative. Il peut donc y avoir croissance sans développement et inversement.

Au sens strict, la croissance décrit un processus d'accroissement de la seule production économique. Elle ne renvoie donc pas directement à l'ensemble des mutations économiques et sociales propres à une économie en développement. Ces transformations au sens large sont, conventionnellement, désignées par le terme de développement économique. Selon François Perroux, « le développement est la combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population qui la rend apte à faire croître, cumulativement et durablement, son produit réel global. ».Le terme de « croissance » s'applique alors plus particulièrement aux économies déjà développés.

La croissance économique est généralement mesurée par l'utilisation d'indicateurs économiques dont le plus courant est le Produit intérieur brut (PIB). Il offre une certaine mesure quantitative du volume de la production. Afin d'effectuer des comparaisons internationales, on utilise également la parité de pouvoir d'achat, qui permet d'exprimer le pouvoir d'achat dans une monnaie de référence. ). Pour éviter le problème dû à l'augmentation des prix, la croissance est calculée en "monnaie constante" (hors inflation), le P.I.B. étant corrigé de l'augmentation de l'indice des prix. Ceci permet de calculer une croissance en volume.

Croissance = [PIB(n) - PIB (n-1)] / PIB (n-1)

L'indicateur du PIB reste cependant imparfait comme mesure de la croissance économique. Il est pour cela l'objet de plusieurs critiques : il ne mesure ainsi pas, ou mal, l'économie informelle. D'autre part, s'il prend en compte la production des services publics gratuits, il ne mesure pas l'activité de production domestique (ménage, potagers, etc.).

En outre, Une croissance du PIB n'implique pas nécessairement une élévation du niveau de vie. En effet, si la croissance démographique est plus rapide que la croissance du PIB, le PIB par habitant diminue.

Rostow.W, économiste et historien américain, dans son livre célèbre datant de 1960 « Les étapes de la croissance économique - un manifeste anti-communiste » affirme qu'un pays voulant connaître une forte croissance devait progressivement 5 étapes.

La première est le point de départ ; il l'appelle la société traditionnelle et est caractérisée par une faible croissance du fait d'un progrès technique très limité. La deuxième étape, appelée conditions préalables au démarrage, voit le progrès technique valorisé et l'apparition d'un esprit d'entreprise.

Ensuite, le démarrage correspond à une tendance à la généralisation des changements de l'étape précédente à l'ensemble des activités économiques; de nouvelles industries se développent, le progrès technique se généralise. C'est la période de la révolution industrielle qui nécessite un taux d'épargne et un taux d'investissement de plus de 10%. Puis, c'est la marche vers la maturité grâce à des taux d'épargne et d'investissement qui peuvent atteindre 20%, au développement d'une multitude d'autres secteurs d'activité ; dès lors, un progrès soutenu est possible qui permet à la croissance économique de dépasser celle de la population. Enfin, la dernière phase est celle de l'ère de la consommation de masse au cours de laquelle se développent les industries de biens de consommation durables et les activités de service.

Robert Solow a été le premier à proposer un modèle formel de la croissance. D'inspiration néoclassique, ce modèle se fonde sur une fonction de production à deux facteurs : le travail et le capital. La production résulte donc exclusivement de la mise en combinaison d'une certaine quantité de capital (moyens de production) et de travail (main d'oeuvre).

Le modèle de Solow se fonde sur l'hypothèse que les facteurs de production connaissent des rendements décroissants, c'est-à-dire qu'une augmentation de ceux-ci dans une certaine proportion engendre une augmentation dans une proportion plus faible de la production. Il pose également comme hypothèse que les facteurs de production sont utilisés de manière efficace par tous les pays. En posant que la population connaît un taux de croissance que Solow qualifie de « naturel » (non influencé par l'économie).

Le modèle déduit trois prédictions :

Augmenter la quantité de capital augmente la croissance.

Les pays pauvres auront un taux de croissance plus élevé que les pays riches. Ils ont en effet accumulé moins de capital, et connaissent donc des rendements décroissants plus faibles.

Les économies vont atteindre un point où toute augmentation des facteurs de production n'engendrera plus d'augmentation de la production. Ce point correspond à l'état stationnaire. En fait, les économies n'atteignent jamais ce stade, en raison du progrès technique qui accroît la productivité des facteurs.

Autrement dit, pour Solow, sur le long terme, la croissance provient du progrès technologique. Toutefois, ce progrès technologique est exogène au modèle, c'est-à-dire qu'il ne l'explique pas mais le considère comme donné.

Ce constat a incité les économistes à développer des modèles dans lesquels la déterminants de la croissance sont endogènes, donc l'apparition de la nouvelle théorie de la croissance ou la théorie de croissance endogène a mis l'accent sur l'existence des externalités technologiques et de connaissances qui viennent contrebalancer les effets des rendements décroissants, donc l'accumulation du capital peut bien rendre compte d'une croissance soutenue.

Parmi les déterminants de la croissance à savoir : richesses naturelles, environnement extérieur, population, innovation, connaissance, cohérence du développement, on retrouve l'investissement. Alors que, les principales conclusions des travaux des économistes, confirment qu'il n'y a pas qu'un seul déterminant simple de la croissance économique.

Dans le cadre des modèles de croissance néoclassique de type Solow, vu l'hypothèse des rendements décroissants, l'effet des IDE est limité, il affectera la croissance uniquement à court terme, tandis que la croissance à long terme ne peut résulter que du progrès technique et/ou la croissance de la population qui sont exogènes. Par contre, L'IDE peut contribuer significativement à l'accroissement du stock des connaissances dans le pays d'accueil, en améliorant le niveau des qualifications aux firmes locales tout en offrant un nouveau savoir faire en management.

L'amélioration des qualifications peut avoir lieu par une formation formelle des travailleurs ou par le Learning-by-doing au sein des filiales étrangères. L'IDE en améliorant le stock des connaissances du pays hôte, aura aussi bien un effet à court terme qu'à long terme sur l'économie d'accueil, et augmente le taux de croissance de long terme (OCDE, 2001).

Plusieurs facteurs (capital humain, l'accumulation du capital, le commerce international et la politique gouvernementale), qui selon la théorie de la croissance endogène expliquent la croissance à long terme, peuvent être véhiculés par l'IDE. L'IDE, est supposé, stimuler la croissance, par la création d'avantages comparatifs dynamiques conduisant au transfert de technologie, l'accumulation du capital humain et l'intensification du commerce international. Ces avantages dynamiques, souvent connus sous le nom des spillovers, sont liés les uns des autres, complémentaires, et ne doivent pas être étudiés séparément. E n effet, le gain engendré par l'IDE sur un facteur de la croissance est susceptible de stimuler le développement des autres facteurs, formant ainsi, une sorte de synergie (Bende et al.2000).

1.2. Littérature sur les IDE

Le sujet des investissements directs étrangers a été traité dans plusieurs disciplines économiques. Les diverses théories existantes qui se sont intéressés aux IDE évoluent dans le temps en vue de s'adapter avec les différentes formes que ces flux ont pris depuis le début du siècle.

En effet, Les auteurs ayant traités de l'IDE ont tenté de formaliser ses causes en développant ou en appliquant des approches théoriques. Certains des arguments avancés s'inspirent des théories de commerce, de l'investissement ou du marketing. Chaque théorie offre une explication relative à un IDE particulier ou contribue à l'explication des raisons sous-jacentes à l'IDE. Il n'existe cependant pas de théorie complète de l'IDE.

Suivant un ordre chronologique, l'analyse suivante mettra l'accent sur les théories qui se sont intéressés en particulier à l'impact des IDE sur la croissance économique. L'attention sera tiré vers les plus récents études et tests concernant les pays en développement notamment les pays méditerranéens.

Koizumi et Kopecky (1977) ont élaboré, dans le cadre d'un modèle d''équilibre général calculable, le premier schéma d'effet de diffusion des IDE sur la croissance. Dans ce modèle, la technologie est traitée comme un «bien public» et donc sa diffusion est de ce fait automatique. Ainsi, il existe des états stationnaires différents pour des pays possédant malgré tout la même fonction de production. En effet, si leurs ratios d'épargne évoluent différemment, l'intensité capitalistique au niveau stationnaire ne sera plus la même. (FOTSO NDEFO, 2003).

Findly (1978) dans le cadre d'un modèle classique montre que les IDE véhiculent le progrès technique dans les pays qui les reçoivent.

En étudiant l'effet de l'IDE sur la croissance économique et industrielle d'un échantillon de 73 pays en développement, Singh (1988) n'a pas trouvé d'effet significatif.

Brewer (1991) a montré empiriquement qu'il existe une corrélation négative entre la croissance économique et l'IDE. Une telle corrélation revient à l'effet de domination exercée par la firme étrangère qu'elle peut décourager la firme locale à développer son propre activité de R&D, cela veut dire que l'IDE peut avoir un effet négatif sur la croissance économique.

Blomstom et al. (1992), en étudiant l'effet de l'IDE sur la croissance, ont démontré que l'ampleur de celui-ci, dépend du stock de capital humain disponible dans le pays hôte. Ils ajoutent que cet impact peut se révéler négatif dans les pays dotés d'un faible niveau de capital humain. Les auteurs, mettent en lumière, l'effet positif de l'IDE sur la croissance du revenu, mais cet effet reste cantonné de l'interaction entre l'IDE et le capital humain. Ceci, confirme l'idée que les technologies avancées, résultat de l'IDE, ne peuvent accroitre le taux de croissance du pays hôte, que si elles interagissent avec une certaine capacité d'absorption de celui-ci. Au niveau de leurs tests ils démontrent que, la contribution de l'IDE à la croissance surgit une fois que l'interaction entre le capital humain et l'IDE a eu lieux. (ALAYA, 2004)

Par ailleurs, en utilisant une fonction de production néoclassique, Saltz (1992) a trouvé une corrélation négative entre le niveau de l'IDE et la croissance économique. Selon l'auteur, l'IDE augmente le niveau global de l'investissement, améliore dans certains cas la productivité, mais a tendance dans beaucoup d'autres, à réduire le taux de croissance. Pour confirmer ses conclusions, il a étudié la relation IDE-taux de croissance sur un échantillon de plusieurs pays divisés en deux groupes, selon qu'ils recevaient un IDE élevé ou faible. Il en conclut la corrélation entre IDE et taux de croissance est toujours négative dans les pays en développement, qui ont levé toute contrainte au rapatriement des bénéfices associés à l'IDE. L'auteur, avance aussi que, si l'IDE se traduit par une levée des capitaux du marché du pays hôte, ceci impliquerait une redistribution de capital des industries intensives en travail vers des industries intensives en capital, créant ainsi, une nette perte d'emploi et par suite de la demande de consommation. Un autre effet négatif de l'IDE peut résulter de l'extraction excessive de minerais ou la concentration de la production sur un bien particulier qui engendrerait une baisse des prix à l'exportation et une détérioration des termes de l'échange du pays hôte. (ALAYA, 2004)

Dans son étude, Hein 1992 n'a trouvé aucun effet significatif de l'IDE sur la croissance du PIB par tête de 41 pays en voie de développement.

De même ; en 2000 ; en utilisant un panel de 72 pays, Crankovic et Levine n'ont pas trouvé un effet significatif de l'IDE sur la croissance économique. Pourtant, ils ont constaté un impact positif et significatif de l'IDE sur la formation du capital domestique, quoique, cette relation semble être peu robuste et dépend de la spécification des régressions effectuées.

Dans le cadre de la croissance endogène, la première analyse des effets des IDE date de 1998, elle était réalisée par Borensztein.E, De Gregorio.J et Lee.J-W. Ces auteurs cherchent à tester l'effet de l'investissement étranger direct sur la croissance économique dans un cadre de régression cross-country, en utilisant des données sur les flux d'IDE en provenance des pays industriels et 69 pays en développement au cours des deux dernières décennies. Les résultats suggèrent que l'IDE est un vecteur important pour le transfert de technologie, contribuant ainsi à la croissance relativement plus que les investissements intérieurs. Cependant, la productivité plus élevée de l'IDE ne vaut que lorsque le pays hôte dispose d'un stock seuil minimal de capital humain. En outre, l'IDE a pour effet d'accroître l'investissement total dans l'économie de plus de un pour un, ce qui suggère la prédominance des effets de complémentarité avec les entreprises nationales (Journal of International Economics, 1998).

Dans un autre article paru en 2003, Blomstrom et Kokko signalent l'importance des firmes multinationales dans l'enseignement supérieur, ils montrent que les IDE pourrait avoir un effet significatif sur l'enseignement supérieur dans les pays hôtes à travers l'augmentation de la demande de travail, cela va pousser les gouvernements à investir davantage dans la formation et l'éducation.

Dans une étude plus récente, qui a porté sur 67 pays en voie de développement, Hermes et Lensink (2003), ont constaté un impact négatif de l'IDE sur la croissance. Cependant, cet effet devient positif lorsque la variable IDE est combinée avec le taux de scolarisation ou la variable décrivant le marché financier.

En adoptant la même logique, Durham (2004) et Alfaro et al. (2004) ont examiné la trilogie: efficacité et règlementation des marchés financiers- IDE - et croissance. Ils constatent que les pays dotés d'un meilleur système et une meilleure réglementation du marché financier sont mieux placés pour exploiter plus efficacement l'IDE et atteindre un taux de croissance plus élevé.

La Méditerranée : Etudes et résultats

Dans le cadre d'une étude basée sur des données portant sur six pays arabes (Arabie Saoudite, Oman, Maroc, Jordanie, Tunisie, et l'Egypte) sur la période 1978-98, Sadik et Bolbol (2001) ont constaté un effet significativement négatif de l'IDE sur la productivité globale des facteurs dans le cas de l'Arabie Saoudite, la Tunisie, et l'Egypte. Pour la Jordanie l'effet est

statistiquement insignifiant, alors que pour le Maroc et Oman, les résultats ne sont pas clairs. Les deux auteurs expliquent ceci par une grande vulnérabilité des taux de croissance de ces deux pays aux facteurs externes (la volatilité des prix du pétrole pour Oman et les aléas climatiques pour le secteur agricole marocain). (ALAYA, 2006)

Dans une étude qui a porté sur 9 pays du bassin sud et est de la Méditerranée (PSEM), Bouklia et Zatla (2001), ont abordé l'évaluation de l'effet de l'IDE sur la croissance économique. Ils ont constaté que l'IDE agit de façon faiblement significative sur la croissance des économies sud méditerranéennes.

Menegaldo et Moustier (2002) ont analysé les flux bilatéraux d'investissement direct étranger entre l'Europe et les pays du sud de la méditerranée entre 1985 et 1997.Ils ont proposé de tester la relation entre l'IDE et le commerce « les exportations et les importations ». Leur étude a fait apparaître une relation de cointégration dans le cas marocain, tunisien et turc ce qui a permis de conclure à l'existence d'une relation de long terme entre les investissements directs étrangers, d'une part, et les exportations et les importations, d'autre part.

Soliman (2003) applique un modèle économétrique sur 4 pays méditerranéens (l'Egypte, le Maroc, la Tunisie et la Turquie) sur une période de 23 ans de 1975 à 1997, il constate que l'IDE semble avoir un effet positif sur les exportations manufacturières, malgré que cet effet reste si faible pour générer une amélioration de la performance à l'exportation.

Pour tenter d'étudier l'effet de l'IDE sur la croissance économique, Darrat et al. (2005) ont mené une analyse comparative qui a porté sur 23 pays appartenant à deux régions différentes à savoir l'Afrique du Nord et le Moyen Orient (MENA) et l'Europe Centrale et Orientale.

A travers une estimation par les doubles moindres carrées ordinaires et en utilisant des données sur la période 1979-2002, ils constatent que les flux d'IDE stimulent la croissance économique seulement dans les pays candidats à l'UE. Alors que, l'effet de l'IDE reste négatif voire inexistant au niveau des pays du MENA et les pays non candidats à l'UE. Les auteurs expliquent ceci par la contribution de la candidature pour devenir membre de l'UE à la création d'effets positifs des flux IDE sur la croissance économique.

Dans le même cadre d'étude, Meschi (2006) conclue que l'IDE n'a pas d'effet positif sur la croissance économique des pays du Nord Afrique et du Moyen Orient. Elle attribue ce résultat à la forte concentration des IDE dans ces pays dans le secteur primaire et particulièrement le secteur des hydrocarbures.

A l'instar de ces résultats, malgré qu'il y a tendance à affirmer le lien positif entre la croissance économique et l'investissement direct étranger. La relation entre ces deux variables n'est pas dépourvue d'ambigüité.

L'image donnée par les analyses qui ont été effectués notamment sur les pays méditerranéens confirme davantage l'incertitude de l'effet positif de l'IDE sur la croissance de l'économie des pays en question. Ce manque de certitude peut s'expliquer par la faiblesse liée aux pays d'accueil d'une part, et la nature des IDE d'autre part.

Section 2 : Flux et évolution des IDE dans la zone Med

2.1. Evolution des flux d'IDE entrant dans la zone Med

À l'échelle mondiale, les flux d'IDE ont connu une hausse graduelle entre 1980 et 2000. Ils ont connu une croissance sans précédent, pour atteindre en 2000 un montant de 1300 milliards de dollars US - soit quatre fois le niveau enregistré cinq ans plus tôt (OCDE, 2002).

Leur évolution n'a toutefois pas été régulière puisque, après qu'ils eurent atteint leur apogée en 2000, un déclin est survenu en 2001 et s'est prolongé durant les deux années qui ont suivi pour arriver en 2003 à un montant de 610000 millions de dollars. Une reprise est ensuite intervenue en 2004 date à laquelle l'IDE a connu une légère hausse de 2% par rapport à sa valeur de 2003 soit un montant à environ 622000 millions de dollars (WIR 2005).

On assiste à une tendance pareille des flux des IDE dans la zone Med que les IDE au niveau mondial. Après avoir affranchi la barre des 12 milliards de dollars en 2001, les flux d'investissement direct à destination des pays Med, ont chuté à 6,2 milliards de dollars en 2002, pour remonter à près de 9 milliards de dollars en 2003. Cependant, cette progression a été essentiellement due à l'accroissement des IDE vers Israël (Reiffers / Radwan, FEMISE 2005).

On trouvera au tableau 1 une ventilation d'entrées des IDE à destination des pays Med.

Tableau1 : Flux d'IDE entrants 2000-07 pour chaque pays Med (millions USD)

Source : UNCTAD-WIR pour 2000-2007

Passant d'une dizaine de milliards d'USD en 2000 à une soixantaine en 2007, les IDE constatés vers la zone Med ont été multipliés par 6 en 7 ans, atteignant presque le montant record de la dernière décennie.

C'est ainsi que la région Med arrive enfin a capté une part des IDE mondiaux correspondant à son poids démographique (4%). (CNUCED, 2008)

Sauf choc imprévu, cette consolidation ne devrait pas marquer un retournement de tendance. Les causes profondes de l'engouement croissant pour la Méditerranée observé depuis 2004 ne sont en effet pas prêtes de disparaitre : pétrodollars, proximité avec l'Europe, décollage de la Turquie, prise de conscience du potentiel de marché de la Med et intérêt nouveau porté à l'espace Euromed en général.

C'est surtout la partie orientale de la région qui profite du maintien des investissements étrangers à un niveau relativement élevé. Turquie et Egypte sont les pays qui attirent les flux d'IDE les plus importants en 2007. L'Egypte capte 80% des IDE destinés au Machrek, contre un peu moins de 60% en moyenne les années précédentes. Au Maghreb, c'est l'Algérie qui se distingue en termes absolus (Henry/Abdelkrim/De Saint Laurent ; 2008).

Alors qu'en termes de taille de marché, l'impact des investissements étrangers est plus fort en Tunisie, Lybie, Jordanie `455 euros par habitant' et Egypte ` les IDE prononcés représentent 20% du PIB réel `(tableau 2).

Tableau 2: Performance des pays Med rapportée à la population et PIB

`Flux d'IDE (millions d'euros), %pop en euros par tête et %PIB=flux IDE/PIB réel *1000'

Source : ANIMA - MIPO « 2005-2007 »

Après une année de record, les pays Med ont commencé à être touchés par la crise mondiale financière et économique, avec un certain retard et une probable atténuation. En 2008, leur part dans les IDE mondiaux stagne ainsi à 3%. (CNUCED, 2008)

Contrairement à ce qui est attendu, les causes profondes de l'engouement croissant pour la Méditerranée disparu . En 2008, on assiste un changement radical de l'environnement à savoir : effondrement de cours de l'énergie, accès plus restreint au crédit, baisse de la fréquentation touristique, etc.

En effet, le nombre de projet fléchit légèrement en 2008 (-6%), donc le cumul des montants bruts des projets annoncés en 2008 recule de 38%, aussi le flux annualisé pour 2008 baisse de 37%. (Henry/Abdelkrim, 2009) (Graphique 1).

Graphique1: Flux d'IDE entrant et nombre de projets pour la région Med (2003-08)

Source : ANIMA- MIPO et CNUCED

Région par région, la situation semble contrastée : le Maghreb (196 projets d'IDE, ou 25% de la région en 2008) et le Machrek (282 projets, ou 36% de la région) sont en net recul, alors que l'ensemble « autres MED » progresse ; la Turquie et Israël se taillent la part du lion (304 projets d'IDE et 60% des montants d'IDE). (CNUCED, 2008)

La sous région « autres Med » continue à marquer des points en 2008, tandis que les projets d'investissements à destination du Maghreb et Machrek sont en chute libre par rapport à 2007, sachant que le Maghreb s'en tire moins mal que le Machrek. (Tableau 3)

Tableau3 : Evolution des flux d'IDE par sous région en millions d'euros

Source : ANIMA - MIPO 2003-2008

2.2. Origines des stocks d'IDE

Depuis quelques années, la part de l'Europe dans les IDE entrant vers les pays Med n'est plus majoritaire (en 2006 : 43% des projets et 25% en valeur) (Henry, De Saint-Laurent, 2007). Si son montant d'investissement en 2007 remonte à 24 milliards d'euros, le tiers de ces IDE provient d'un seul projet « l'achat par Lafarge des cimenteries de l'égyptien Orascom ». (Abdelkrim/Henry, 2009).

Tandis que la part de l'Amérique du nord est croissante depuis 2003 (31% du marché en 2006). Celle des pays du Golf et autres pays MENA (hors MED) est également progressive, étant le premier investisseur en valeur de 36%, devançant l'Asie (4%) et les pays Med euxmêmes (3,5%) (Henry, De Saint-Laurent, 2007) (Graphique 2)

Graphique2: Evolution des parts de marché des principales régions d'origine d'IDE

Source : MIPO 2003-2006

Si on rentre davantage dans les détails des origines des flux d'IDE, on constate :

+ En Europe, ce sont surtout les pays latins qui investissent dans la Med : tropisme français, espagnol et belge pour le Maroc, forte présence italienne en Egypte. Alors que les pays de l'Europe Nord investissent notamment dans l'énergie (Norvège en Algérie, RU en Egypte).

+ Par ailleurs, la plupart des pays de l'Europe préfèrent investir en Turquie et en Tunisie. A l'exception de l'Allemagne, ils ignorent des pays comme la Syrie ou la Jordanie (ainsi le Liban et la Palestine, mais la géopolitique récente l'explique).

+ Israël attire l'attention des Etats -Unis, Canada et le Royaume Unis (seul pays européen qui y investit).

+ Quant aux pays de Golf, on trouve les Emirats comme principal investisseur visant quasiment tous les pays, avec une préférence pour l'Egypte et le Maroc, suivi par l'Arabie Saoudite qui est orientée vers le Machrek.

+ Concernant les asiatiques, ils sont de nouveaux venus dans la zone Med, avec la présence remarquable des chinois dans tous les pays (énergie, construction). Les indiens et les malais se concentrent sur l'Egypte, alors que la Corée du Sud vise la Turquie.

Paralysés par l'assèchement du crédit, les investisseurs du Golf commencent à s'essouffler : le montant des projets en 2008 enregistre une baisse par rapport à l'année précédente. Ainsi, l'Europe reprend sa place de première région émettrice d'IDE vers les pays Med (41% en 2008) (Abdelkrim/Henry, 2009).

En effet, l'Europe et le principal partenaire sur deux sous région : le Maghreb et la Turquie, alors que sa position s'effrite au Machrek. (Tableau 4)

Tableau4 : Principaux émetteurs d'IDE dans la région Med (Med-13) en 2008 (Flux en millions d'euros)

Source : ANIMA -MIPO

En 2008, Azerbaïdjan devient le principal émetteur d'IDE en Turquie. Les Emirats Arabes Unis figurent toujours parmi les principaux investisseurs dans la région Med, ils ont annoncé en 2008 trois projets de long cours (Porta Moda à Tunis, Aqaba en Jordanie et Dounya Parc à Alger) dont les montants bruts totalisent environ 12 milliards d'euros.

Les Koweitiens suivent les Emiratis avec 34 projets, principalement en Egypte et en Jordanie.

Les projets d'investissement saoudiens baissent de 34 en 2007 à seulement 22 en 2008, principalement en Egypte et Algérie.

Les entreprises européennes sont à nouveau en position dominante, elles sont à l'origine de 16,3 milliards d'euros d'IDE annoncés dans la région Med en créant 32 158 emplois notamment dans le textile et l'industrie automobile. (Abdelkrim/Henry, 2009).

Flux d'IDE par région d'origine et destination(en millions d'euros)

Source : ANIMA -MIPO 2003-2008

2.3. Aperçu sur la répartition sectorielle des IDE

L'analyse sectorielle des IDE pour l'année 2006 témoigne d'une forte concentration des flux d'investissements sur un petit nombre de secteurs. Les cinq premiers secteurs en valeur représentent 65% des montants annoncés en 2006 pour 51% du nombre de projets (Tableau 5)

Tableau5 : Forte concentration des IDE sur quelques secteurs en 2006

Source : Observatoire ANIMA-MIPO 2006

*Top 5 (dans l'ordre) : banque -assurance, BTP -transport, tourisme, télécoms, énergie.

*Top 12 : idem + logiciels, composants électroniques, machines, ciment- verre minéraux, agroalimentaire, chimie, distribution.

La concentration des IDE sur quelques secteurs s'accentue d'année en année. En 2007, les 5 premiers secteurs représentaient 76% des montants annoncés pour 53% seulement du nombre du projet. (Abdelkrim/Henry, 2009).

Cette hausse se confirme en 2008, les dits premiers secteurs atteignent 80% du total des montants annoncés avec 54% du nombre des projets. (Tableau 6)

Tableau6 : La concentration des flux en 2008

Source : MIPO 2008

En effet, sur la période 2003- 2008, le stock des projets des IDE est nettement dominé par les secteurs BTP-services, infrastructures de transport, d'énergie et de tourisme. (Graphique3)

Graphique3 : Montants d'IDE par secteur en millions d'euros

Source : ANIMA- MIPO 2003-2008

BTP et énergie ont fait une fois de plus le plus gros investissement direct étranger dans la zone Med en 2008, sont parmi les filières les exposées avec les télécoms, les services financiers et les matériaux de construction. Parmi les secteurs qui montent, figurent les services aux entreprises, les logiciels, l'aéronautique et la chimie.

A noter que la Turquie attire l'essentiel des investissements dans la grande distribution (90% du montant et 17 projets sur 25 en 2008). (Abdelkrim/Henry, 2009).

En termes d'emploi, à l'inverse de filières très gourmandes en capital mais pauvres en retombés locales `énergie par exemple', il existe des secteurs qui présentent un potentiel de création d'emplois important relativement au capital investi `activité manufacturière ou de services'. (Graphique 4).

Graphique 4 : Potentiel de création d'emplois selon le secteur

Source : ANIMA-MIPO 2003-2008

-La décision d'investir dans le secteur BTP-transport ; dans les pays Med ; repose essentiellement sur l'existence d'une plateforme logistique incontournable. En dépit de la crise, ce secteur est en plein révolution. Les activités de transport logistique sont indispensables au développement du reste de l'économie, pour cela tous les pays Med ont attiré ; en 2008 ; des projets d'IDE importants.

L'ouverture du transport aérien à l'initiative privée en Syrie permet ainsi au Koweitien Al Aqeelah de lancer Pearl of Syria (Loloa), compagnie aérienne privée créée en JV avec les syriens Sham Holding et Syrian Air. En matière d'infrastructures, les projets portuaires dominent (ports de transbordement ou de desserte terrestre). Les 2 principaux projets sont ceux de l'émirati DP World, qui a pris 90% de la société de gestion du port de Sokhna en Egypte, et prévoit d'investir un milliard d'euros sur 3ans pour le développer, tandis que son compatriote Al Maabar a remporté le contrat BOT de 5 milliards de dollars concernant l'extension du port d'Aqaba en Jordanie. Au Maroc, le développement des terminaux 3 et 4 du port de Tanger pour prés de 7 milliards de dirhams d'ici 2012 a été attribué à des consortia emmenés respectivement par PSA Singapore Terminals et le danois A.P. Moller-Maersk. (Abdelkrim/Henry, 2009).

-Toujours plus de projet, des projets toujours plus importants, le secteur touristique est en plein expansion, il joui d'une belle moisson d'investissements étrangers.

En raisonnant en termes de montant réel investi en 2006, c'est l'Egypte (2174 millions d'euros) qui arrive en tête, suivie par le Maroc (2099 millions d'euros), tandis que les autres pays sont assez loin derrière (la Turquie : 688 millions d'euros, Syrie : 584 millions d'euros, Tunisie : 505 millions d'euros, Jordanie : 459 millions d'euros) (De Saint-Laurent, Henry, 2007).

Concernant le nombre de projet, le trio de tête est formé du Maroc avec 33 projets, devançant nettement l'Egypte `14' et la Jordanie `8'. L'Algérie, la Tunisie et la Turquie font jeu égal avec 5 projets chacun. La Lybie attire ; en 2006 ; 3 projets dont un figure dans le top 13 des plus gros investissements du secteur.

Alors qu'en termes de provenance, l'union européenne et les pays de Golfe font quasiment jeu égal avec respectivement 34 et 30 projets sur l'ensemble de 75 projets.

-Le secteur énergie constitue la principale destination des IDE européens, pèse 31% des montants annoncées sur 2003-08 et 11% du nombre du projet.

Au Maroc, de nouvelles concessions ont été accordés aux investisseurs étrangers dans la région du Sahara occidental.

En valeur, c'est l'Egypte qui creuse l'écart avec plus de 2343 millions d'euros pour 2006, principalement dans de grands projets gaziers ( nouveaux trains de liquéfaction du gaz...).En deuxième position vient la Turquie, avec environ 1,5 milliard d'euros, dont 850 millions pour le seul rachat par l'Autrichien OMV de 34% du capital du réseau turc de stations services Petrol Olfisi. En troisième position, se trouve la Syrie, avec prés de 1 milliard, avec des investissements à tous les stades. (Henry/ De Saint-Laurent, 2007).

Classé parmi les filières qui souffre le plus de la crise, son budget moyen par IDE, recule alors pour atteindre 149 millions d'euro en 2008 (soit une baisse annuelle de quasiment 50%). (Abdelkrim/Henry, 2009).

Malgré la volatilité extrême des cours de l'énergie et la modération de la demande mondiale due au ralentissement économique, les opérateurs parient sur un rebond rapide des cours ce qui permettra de maintenir l'investissement étranger ; une ressource vital pour accroitre les réserves et les capacités des pays Med bien dotés en hydrocarbures.

-Le secteur opérateurs télécoms et internet se concentre sur un nombre réduit d'opérations de forts moyens financiers. Tous les pays Med, sans exception, voient leurs secteurs de télécoms profiter de cet intérêt soutenu.

Ainsi, Palestine a pu vendre une licence de téléphonie mobile avec a la clé la création d'un nouvel opérateur, pour 357 millions d'euros. L'Egypte vend une licence télécom à Etisalat (Emirats Arabes Unis) pour 2338 millions d'euros, de même la Tunisie cède 35% du capital de son opérateur public pour 1784 millions d'euros. (Henry/ De Saint-Laurent, 2007).

Maroc-Telecom s'est engagé à investir 663 millions d'euros, tandis que la Jordanie décide de vendre son opérateur GSM Umniah à Batelco (Bahreïn) pour un montant de 334 millions d'euros.

L'Egypte augmente de 7, 91% ses parts dans Djezzy, sa filiale algérienne, pour 321 millions d'euros. (Henry/ De Saint-Laurent, 2007).

-La banque et les autres services financiers ont fait l'objet de beaucoup d'attention de la part des opérateurs étrangers ces dernières années. Des projets assez variés reflétant la diversité des situations du milieu bancaire dans les pays Med.

Les trois plus gros montants concernent la Turquie `prise de participations pour près de 7milliards d'euros)', tandis que les deux suivants visent l'Egypte avec la naissance de la plus importante banque privée du pays par le biais de la cession de la banque d'Alexandrie à San Paolo IMI , ainsi que l'immixtion croissante des grands financiers du Golfe au Machrek illustré par l'entrée de l'émirati Abraaj au capital d'une grande banque d'affaires locale. (Henry/ De Saint-Laurent, 2007).

On retrouve également les deux grandes compagnies d'assurance françaises, AXA au Maroc filialise à 100% son clone local et Groupama en Turquie. En Algérie et au Maroc, la Société Générale et BNP Paribas cherchent à étendre leurs réseaux d'agences.

-Les industries de matériaux (verre, ciment, bois, papier), un secteur qui progresse de manière significative après une année 2005 déjà réussie (27 projets, contre à peine plus d'une dizaine les deux années précédentes), il atteint 37 projets en 2006. (Henry/ De Saint-Laurent, 2007).

Les principaux destinataires sont l'Egypte, la Syrie, la Turquie et l'Algérie.

Le ciment et le plâtre représentent la grande part des projets, et devraient continuer à attirer des capitaux étrangers tant que les besoins de la région sont grands.

Dés 2008, les grands du secteur ont préféré tailler dans leurs programmes d'investissement nouveaux, voire suspendre certains projets annoncés dans l'euphorie du boom de 2007.

-Les activités du secteur des logiciels et autres prestations informatiques sont inégalement répartis au sein de la zone Med, les IDE correspondants ne suffisent pas à corriger les écarts existants. Israël champion de la région, a attiré 21 projets en 2006 sur l'ensemble de 37 projets destinés à la région. (Henry/ De Saint-Laurent, 2007). Israël (comme depuis peu la Turquie, à moindre échelle) attirent plutôt des investisseurs américains, alors que le Maroc, l'Egypte et la Tunisie captent des projets d'origine européenne (France en tête).

-Le seul véritable pôle automobile intégré dans la région est la Turquie. En 2008, elle attire le plus gros des projets (18 sur 36). Le Maghreb cumule cependant 13, contre 5 pour l'Egypte. (Abdelkrim/Henry, 2009)

L'Europe domine le marché méditerranéen (Allemagne en tête), mais le monde émergent poursuit son installation en Méditerranée : le fabricant brésilien d'autocars MARCOPOLO et le groupe AvtoVaz - Lada en Egypte, des projets d'assemblage chinois en Algérie).

Le Maroc bénéficie du grand projet : l'installation de l'usine géante Renault à Tanger-Med

Malgré le retrait du principal allié de Renault ; le groupe japonais Nissan, le projet verra le jour en 2012, avec une capacité de 170.000 voitures par an, et à terme la capacité atteindra les 400.000 voitures annuelles. Renault Tanger-Med permettra la création de 6000 emplois directs et près de 30.000 emplois indirects. (Le matin, 2009)

-Les industries lourdes (métallurgie, chimie-plasturgie-engrais) paraissent aujourd'hui incertaines. Malgré tout, la métallurgie a attiré en 2008, une quinzaine de projets contre 5 en moyenne entre 2003-2006. Aussi, la chimie capte environ 30 projets par an depuis 2005, surtout destinés à la Turquie et l'Egypte. Le secteur des engrais reste attractif. (Abdelkrim/Henry, 2009).

-La grande distribution poursuit son expansion dans la région, malgré quelques ratés. La Turquie et le Maroc attire grand nombre de projet.

A titre d'exemple, St Martin Property, filiale de Kuwait Investissement Authority, a acheté les murs du centre commercial Cevahir à Istanbul pour la coquette somme de 750 millions d'USD. Au Maroc les enseignes étrangères multiplient leurs implantations, beaucoup sont françaises comme Carrefour et Bricorama.

D'autres investisseurs venus du Golfe s'installent au Maghreb tels que Nesk Trading d'Arabie saoudite et Zaid Ali des Emirats.

Le groupe saoudien Anwal achète 90% du capital de la chaine des magasins d'Omar Effendi en Egypte.

-L'agro-alimentaire pèse peu dans les projets et les montants, or ; en 2006 ; il dépasse 2352 millions d'euros contre seulement 620 millions d'euros en 2005. (Henry/ De Saint-Laurent, 2007).

En Egypte, un projet agroalimentaire dédié à l'export est mi en place par le Japon, il concerne divers produits tels que les produits laitiers, les huiles végétales, le tabac, les softs drinks, les boissons alcoolisés, le maraichage et le sucre.

Les groupes multinationaux continuent à investir dans la région Med : le fabricant francoespagnol de cigarettes Altadis est derrière 3 projets au Maroc, Heineken en Tunisie ou Nestlé en Syrie. Celle ci bénéficie des investissements de l'émirati Akhras Group construisant une nouvelle raffinerie et de l'américain Cargill associé au brésilien Cristalsev construisant avec des partenaires locaux une autre raffinerie de sucre.

-Le textile-habillement méditerranéen est aujourd'hui au milieu du gué, sa compétitivité - prix est trop faible pour concurrencer les industriels asiatiques.

En 2008, les importations européennes de textile - habillement ont baissé de 4,5%. Les fournisseurs qui marquent des points sont la Chine et le Vietnam mais aussi l'Egypte avec plus de 7%. Tandis que les ventes du Maroc à l'Europe reculent de 3,8%, celle de la Turquie plongent de 11%. En Tunisie, les exportations de produits d'habillement ont reculé de 28,6 % en volume et de 7,3% en dinars. (Abdelkrim/Henry, 2009)

Les pays émergent commencent à percevoir les pays Med comme plateforme de production vers l'Europe. On cite le projet Birla cellulose porté par un industriel indien qui investit 130 millions d'euros à Alexandrie pour créer une usine de fibranne viscose destiné à l'Europe ou la co-entreprise chino-égyptienne qui inaugure une usine de tissus.

Les autres secteurs sont inégalement répartis sur les pays de la région Med, la plupart d'opérations sont concentrées sur Israël et la Turquie. Le secteur des composants électroniques peut par exemple semblé faire bonne figure, mais reste très dépendant des IDE massifs et successifs d'INTEL dans ses centres de R&D et ses sites de production israéliens.

Or, malgré l'effet positif de l'IDE sur quelques variables moteurs de la croissance, sa contribution n'est pas pour autant significatif, et les avantages qu'il procure ne se répartissent pas de manière équitable entre les pays de la zone Med et entre les secteurs économiques. Aussi, ces avantages ne se manifestent pas de manière automatique, cela veut dire qu'il incombe aux pays hôtes de mettre en place un arsenal de conditions et lois et renforcer leur politique d'ouverture pour faciliter et favoriser l'entrée des IDE.

Adoptée lors de la conférence euro-méditerranéenne de novembre 1995, la Déclaration de Barcelone prévoit à l'horizon 2012 l'instauration d'une vaste zone de libre-échange entre l'Union Européenne et douze pays qui bordent les rives Sud et Est de la Méditerranée. Objectif, faire de ce nouvel espace économique l'un des marchés les plus dynamiques de la planète. (Apothéloz, De Saint Laurent, 2004). On assiste depuis à une croissance importante en moyenne de 2% par an. (Plan Bleu, 2009).

Convaincus des effets bénéfiques de l'IDE sur leurs économies, les pays Med s'inscrivent désormais dans une guerre de « surenchères » à coups d'incitations fiscales et commerciales afin d'attirer les flux d'IDE sur leurs territoires.

Reste à savoir si cet accroissement est-il lié à l'entrée des IDE ? Et par quels canaux se manifestent l'impact des IDE sur la croissance économique des pays de la région Med ?

Ce chapitre tente de répondre à ces questions tout d'abord à travers une synthèse de littérature consacrée au lien des flux d'IDE entrant et la croissance économique des pays d'accueil en termes de l'emploi, du revenu, du capital humain, de la technologie, et la politique commerciale, ensuite, l'analyse reposera sur des estimations économétriques sur données en panel, en construisant un modèle intégrant l'IDE dans les nouvelles approches empiriques de la croissance. L'estimation en panel de ce modèle, permettra, de restituer les mécanismes et les effets.

Chapitre II

Les effets des IDE sur la croissance de la

zone Med

Section 1 : Revue de la littérature sur différents effets des IDE dans les pays en développement

La littérature traitant de l'impact des IDE sur la croissance notamment celle des pays en développement est particulièrement abondante. Ces travaux s'intéressent aux impacts d'ordre macroéconomique, ils ont parfois plus précisément porté sur les inégalités, et récemment, sur la réduction de la pauvreté. Actuellement, les économistes tendent à reconnaître un effet global positif des IDE sur la croissance des pays en développement mais avec des nuances souvent importantes. (Mainguy, 2004)

L'impact des IDE sur la croissance sera donc dépendant des interactions qui se développeront (ou non), avec les variables suivantes, choisies en raison de leur importance dans le cas des pays en développement : le capital humain, l'évolution des investissements domestiques, la politique commerciale, la distribution des revenus, l'emploi, le transfert des technologies.

1.1. Croissance et développement humain :

Il est évident que les rendements des investissements sont plus importants là où la main d'oeuvre est mieux formée et les infrastructures sont plus développées.

Selon l'OCDE l'investissement dans l'enseignement général et les autres formes de capital humain sont essentiels pour qu'un pays offre un climat favorable à l'IDE.

Selon la même source, la présence des FMN dans les pays en développement pourrait être un élément clé du développement des compétences d'autant que certains savoirs sont impossibles à transmettre par écrit. Alors, Le meilleur moyen, pour les pays en développement, d'acquérir le savoir contenu dans le processus de production des économies les plus développés pourrait donc être la présence d'entreprises étrangères dans l'économie nationale.

En effet, le stock du capital humain est à la fois, un facteur qui détermine la quantité et la qualité des flux d'IDE entrants, et un mécanisme susceptible à être développé à travers les IDE.

Caves (1996) estime que ; tant que les systèmes de l'enseignement public dans les PVD, laisse à désirer, les retombées de l'IDE à travers la formation de la main d'oeuvre peuvent être relativement plus importantes.

Suivant Blomström et Kokko (1996), le transfert de technologie entre les multinationales et leurs filiales ne s'opère pas seulement via les machines, le matériel, les droits de brevet et l'expatriation des gestionnaires et des techniciens, mais également grâce à la formation des employés locaux des filiales.

S'appuyant sur les travaux de Barro et Lee (1994), Borensztein, De Gregorio et Lee (1998) montrent que le stock de capital humain est essentiel pour déterminer l'amplitude des effets des IDE sur la croissance, en rajoutant que dans les pays où le niveau du capital humain est faible, les effets peuvent être négatifs.

Ritchi en 2001 reconnaît que les multinationales ont joué un rôle important dans la croissance de l'Asie du Sud-est, dans la mesure qu'elles influencent les institutions éducatives des pays hôtes, en investissant davantage dans la formation des firmes locales, mais le savoir-faire créé au sein de la multinationale ne se diffuse pas nécessairement au sein des entreprises locales.

Dans un article plus récent les mêmes auteurs insistent sur l'importance relative des FMN dans l'enseignement supérieur. En effet, les deux auteurs indiquent que « Bien que le rôle des

FMN soit assez marginal dans l'enseignement primaire et secondaire, l'IDE pourrait néanmoins avoir un effet visible sur l'enseignement supérieur dans les pays hôtes ».

Dans la même idée, Sjöholm (2004), ont prouvé que les multinationales en Indonésie investissent plus dans la formation que les entreprises locales.

Par ailleurs, Xu (2000) et Borensztein et Alii. (1998) pensent que l'IDE entraîne un effet bénéfique sur les économies d'accueil à condition que ces pays aient déjà atteint un certain seuil de développement du capital humain. Selon Xu, à partir du seuil de 1,9 année d'études secondaires l'IDE commence à entraîner des gains de croissance économique dans le pays hôte. En revanche, d'après Borensztein et alii ce seuil se limite à 0.52 année d'études secondaires pour que le pays d'accueil bénéficie des gains de productivité via l'IDE. Au regard de ces résultats, nous pouvons établir le constat suivant : la plupart des PVD ont déjà atteint le seuil de développement fixé par Borensztein et alii, mais pas celui fixé par Xu.

Les recherches sur la relation entre IDE et formation du capital humain doivent encore être approfondies et posent la question des politiques publiques à mettre en oeuvre pour améliorer la capacité d'absorption des pays hôtes.

1.2. Croissance et investissement domestique

Dans quelle mesure l'IDE peut évincer ou exercer un effet d'entrainement sur les investissements nationaux ?

Cette question a fait l'objet de plusieurs études empiriques tentant de mesurer le lien entre les IDE et les entreprises domestiques.

En effet, Bronstein, De Gregoric et Lee (1998) montrent que les IDE un effet positif sur les investissements nationaux sans que cet effet soit très significatif. De même, Soya et Oneal (1999) affirment que les IDE encouragent les investissements locaux au lieu de leur nuire.

Analysant l'effet de l'entrée des firmes multinationales sur l'investissement domestique dans un pays d'accueil, Ils ont conclu que, l'effet d'entrainement dépend de la stratégie suivie par ces multinationales « production pour le marché local ou exportation ».

Cependant, malgré ces effets théoriques potentiels, l'effet d'éviction a été le plus observé au niveau des pays en voie de développement.

Agosin et Mayer (2000) étudient justement l'impact des IDE sur l'investissement intérieur en retenant un échantillon de trois régions, ils montrent que l'IDE a stimulé l'investissement intérieur en Asie, qu'il a eu par contre un effet d'éviction en Amérique latine et que son incidence est plutôt neutre en Afrique, où néanmoins quelques pays semblent tirer parti des investissements étrangers (Côte-d'Ivoire, Ghana, Sénégal).

Dans le même ordre d'idée, Kumar et Pradhan (2002) montrent que les IDE ont un effet négatif sur les investissements nationaux. Ils distinguent cependant deux phases : après un impact négatif, la situation s'améliore.

Dans le même sens, une étude de Harrison et McMillan (2002) sur l'impact des IDE sur les marchés financiers de la Côte d'Ivoire entre 1974 et 1987 confirme que les FMN, grâce à la supériorité de leurs garanties et de leur rentabilité, bénéficient d'un accès plus facile aux banques locales, au détriment des entreprises locales.

Quant aux pays de la région Med, l'étude de Bouklia et Zatla (2001), soutiennent l'absence de complémentarité entre l'IDE et l'investissement domestique à l'intérieur de ces pays, et n'excluent pas l'hypothèse d'effet d'éviction de l'investissement domestique par les IDE ce qui réduit leur contribution à la croissance économique.

Prenant le cas du Maroc à titre d'exemple, on aperçu que les IDE augmentaient le risque des entreprises dans les branches dominées par des producteurs locaux dont l'accès aux marchés locaux du crédit était devenu plus difficile.

A l'instar de ces résultats, l'IDE peut évincer l'investissement domestique et pourrait alors provoquer l'appauvrissement des firmes locales dans un premier temps, alors qu'à long terme, ces entreprises locales peuvent bénéficier des externalités liées aux activités des multinationales.

1.3. Croissance et politique commerciale

L'impact des IDE sur la balance commerciale « structure des exportations et importations » est souvent considéré comme fondamental pour les pays en développement pour lesquels il s'agit de pallier le manque de devises. En effet, les exportations, ont pour corollaire un afflux de devises contribuant au financement des importations. Elles permettent aussi d'obtenir des économies de spécialisation et des économies d'échelle.

A ce sujet, les FMN peuvent jouer un rôle de « catalyseur d'exportation » et faciliter l'intégration des entreprises locales sur les marchés mondiaux. A travers les accords de soustraitance et de coopération, elles peuvent permettre aux firmes locales d'obtenir des informations à moindre coût sur la demande et la qualité des produits des marchés mondiaux.

Rhee et Belot (1990) mettent en évidence à travers des études de cas, le rôle catalyseur des exportations des investisseurs étrangers, lesquels contribuent à la genèse d'une industrie d'exportation dans certains pays en développement. De même, Aitken et al (1997) montrent que la présence des firmes multinationales sur le marché domestique stimule non seulement la concurrence mais encourage également les firmes domestiques à exporter et à améliorer leur efficacité.

Suivant, la CNUCED (2002), une FMN peut agir sur le commerce d'un pays d'accueil aussi bien d'une façon directe qu'indirecte. Les effets directs se produisent lorsque la production locale de la multinationale est destinée à la réexportation, ou lorsqu'elle établit un lien en amont avec les entreprises locales qui deviennent à leurs tours des « exportateurs indirects ».

Jun et Sing (1996) trouvent un lien direct entre les exportations d'un pays en général et les IDE mais pensent que les exportations devraient être considérées comme une variable de contrôle à cause de la propension à exporter qui est-on ne peut plus élevée chez les investisseurs étrangers.

Alors que les effets indirects se manifestent à travers la présence de la FMN qui incite les gouvernements à développer les infrastructures et à réduire les barrières à l'échange aussi d'améliorer leur efficacité productive par l'adoption des technologies modernes, pour faire face à la concurrence internationale.

L'analyse d'Aitken, Hanson et Harrison (1997), tente d'estimer les effets indirects des activités des entreprises nationales et multinationales sur la performance à l'exportation. L'étude montre que la probabilité qu'une entreprise locale exporte augmente avec une localisation à proximité des multinationales.

Dans une étude sur l'IDE et le commerce, Menegaldo et Moustier (2002) ont analysé les flux bilatéraux d'investissement direct étranger entre l'Europe et les pays du sud de la méditerranée `Maroc, Egypte, Tunisie et Turquie' entre 1985 et 1997. Les deux auteurs ont proposé de tester la relation entre l'IDE et le commerce. Ce dernier a été appréhendé par les exportations et les importations.

Leur étude a fait apparaître une relation de cointégration dans le cas marocain, tunisien et turc ce qui a permis de conclure à l'existence d'une relation de long terme entre les investissements directs étrangers, d'une part, et les exportations et les importations, d'autre part. Le cas d'Egypte est cependant assez mitigé. (ALAYA, 2006)

Sur le même échantillon, Soliman (2003) applique un modèle économétrique sur une période de 23 ans, il constate que l'IDE semble avoir un effet positif sur les exportations manufacturières. Cependant, l'importance de cet effet est si faible pour générer une amélioration de la performance à l'exportation.

L'IDE peut être un facteur de soutien des exportations, or, les résultats des études empiriques n'établissent pas toujours un lien de causalité direct.

1.4. Croissance et revenu/emploi :

Les travaux concernant les impacts sur les pays en développement s'intéressent également au rôle qu'ils peuvent jouer sur la distribution des revenus et l'emploi.

En ce qui concerne les effets des IDE sur l'emploi, ils ont été diversement interprétés dans la littérature.

Des modèles théoriques démontrent que l'ouverture aux capitaux étrangers a un effet positif sur la création d'emploi dans le pays hôte. D'autres constatent qu'après la décentralisation, la privatisation des entreprises entraine une perte d'emplois.

Selon Chudnovsky et Lopez (1999), l'importance de l'emploi direct généré par les FMN dépend bien entendu des secteurs.

Dans le même sens, te Velde et Morrissey (2002) estiment que les FMN paient mieux les salariés les plus qualifiés, en créant peu d'emplois non qualifiés « à part le textile », elles sont peu susceptibles de réduire la pauvreté.

Gries et Jungblut (2004) trouvent un impact positif des IDE sur l'emploi dans les PVD. Cependant la structure des emplois créés reste ambiguë : ce sont surtout les travailleurs qualifiés qui bénéficient des emplois offerts par les firmes étrangères.

Hunya et Geishecker (2005) dans la recherche des effets des IDE sur l'emploi dans les pays d'Europe de l'Est confirme que les multinationales privilégient les employés bien formés à qui elles offrent des salaires supérieurs par rapport aux firmes locales qui offrent des salaires peu élevés à des travailleurs disposant d'un faible niveau de formation.

En analysant les effets des IDE sur la distribution des revenus, certains chercheurs montrent que ces effets sont positifs, d'autres ne le pensent pas.

Les articles de Jalilian et Weiss (2002) et Klein, Aaron et Hadjimichael (2001) posent explicitement la question de la relation entre IDE et réduction de la pauvreté. Les IDE ont un impact positif sur la croissance et la croissance un impact un impact positif sur la réduction de la pauvreté.

En utilisant le coefficient de GINI calculé à partir de la courbe de Lorentz pour tester l'impact des IDE sur les 20% les plus pauvres d'un pays, Bussman et al. (2000) trouvent que la globalisation a peu d'effets sur répartition des revenus dans un pays, alors que la présence des FMN n'aggrave pas les inégalités et ne marginalise pas les plus pauvres.

Pour évaluer les retombées des IDE sur les revenus et la pauvreté, Lipsey (2002) recommande qu'il faut tenir compte aussi bien des spécificités et des politiques des pays que des caractéristiques des firmes et des industries.

Par contre, Milanovic (2003) n'a trouvé aucune relation entre les IDE et les inégalités de revenus.

1.5. Croissance et diffusion de technologie :

Il est évident que la présence des FMN facilite l'accès des PVD aux technologies avancées et simplifie le transfert de technologie, mais elle ne garantit pas tout de même l'assimilation de ces technologies non plus Ia « capacité d'absorption » du pays hôte.

Autrement dit, les entreprises locales devraient compléter le processus de transfert par des efforts internes tout en mobilisant des ressources financières.

Blomström et Kokko (1996) estiment que le « transfert de technologie entre les multinationales et leurs filiales ne s'opère pas seulement via les machines, le matériel, les brevets et l'expatriation des gestionnaires et des techniciens, mais également grâce à la formation des employés locaux des filiales.

Selon De Mello (1997) l'entrée des flux d'investissements directs étrangers n'est pas nécessairement bénéfique à l'égard du pays hôte. En travaillant sur échantillon de deux groupes « pays développés : diffusent les technologies /pays en développement 'PVD' : l'importent », il trouve que Les effets sont positifs sur la productivité totale des facteurs des pays développés mais en revanche négatifs sur la productivité des PVD. On peut interpréter ces résultats comme un manque d'absorption réelle et une faiblesse d'appropriation de la technologie des PVD, contrairement des pays développés qui connaissent en revanche un effet de substitution et de diffusion des nouvelles technologies par rapport à celles existantes.

Les IDE constituent un des principaux moyens dont disposent les pays en développement pour accéder aux technologies. Blomström, Globerman, Kokko (2000) et Kumar (2002) analysent notamment les conditions dans lesquelles les firmes étrangères sont incitées ou non à transférer des technologies vers leurs filiales. Dans le cas d'entreprises jointes, les firmes multinationales seraient moins enclines à transférer des technologies avancées, en raison du risque plus élevé d'une appropriation par la concurrence, que dans le cas d'entreprises à capitaux 100% étrangers. (Mainguy, 2004).

La pertinence des technologies transférées est cependant déterminante. Pour qu'elles puissent générer des externalités, il faut qu'elles puissent s'appliquer à l'ensemble du secteur des entreprises du pays d'accueil, et pas seulement à l'entreprise qui en bénéficie au départ. Le niveau technologique des entreprises du pays d'accueil revêt une grande importance. Si l'on en croit les données disponibles, il faut, pour que l'IDE ait une incidence plus positive que

l'investissement local sur la productivité, que l'« écart technologique » entre les entreprises locales et les investisseurs étrangers soit relativement limité. Lorsqu'il existe d'importantes différences, ou lorsque le niveau technologique absolu du pays d'accueil est faible, les entreprises locales ont peu de chances de pouvoir absorber les technologies étrangères transférées par l'intermédiaire des entreprises multinationales (par le biais desquelles les écarts technologiques pourront, naturellement, être réduits à long terme). (OCDE, 2002)

Théoriquement, l'IDE semble être un acteur majeur de la croissance et du développement économique. En agissant à travers plusieurs canaux, l'IDE pourrait être d'une grande utilité pour les PVD, en l'occurrence les pays de la rive sud de la méditerrané, mais ne peut être considéré comme le principal remède aux problèmes de développement des pays. Les pays incapables de lever localement des capitaux à investir n'ont guère de chances de bénéficier d'IDE. Les autorités des pays d'accueil qu'il incombe de faire l'effort essentiel d'élever les niveaux d'instruction, d'investir dans les infrastructures et d'améliorer la situation du secteur des entreprises locales. Les filiales locales des entreprises multinationales sont en mesure de compléter ces efforts, et les organismes étrangers ou internationaux peuvent apporter leur concours.

Section 2 : Modèle économétrique

2.1. Choix du modèle

Il est clair que la croissance des pays est influencée non seulement par l'IDE, mais aussi par des facteurs institutionnels, politiques, fiscaux, etc.... qu'il convient alors d'expliciter. Dans son étude, « ALAYA, 2006 » a opté pour le modèle à effet fixe puisque celui-ci est mieux disposé à capter les effets spécifiques des pays tel que les établissements institutionnels, les caractéristiques géographiques, les normes culturelles, qui pourraient influencer aussi bien la croissance économique que l'investissement direct étranger. (Données de panel couvrant 7 pays de la méditerranée sur la période 1975-2002).

Dans le but de relier la croissance économique à l'IDE, et aux autres facteurs tels que les exportations, le capital humain, et l'investissement domestique, le même modèle est appliqué sur des données de panel qui couvrent 5 pays de la rive sud de la méditerranée (Med-5 pour lesquels on dispose de données suffisantes) « Algérie, Egypte, Maroc, Tunisie, Turquie » sur la période 1988-2008.

Ce modèle économétrique construit est un modèle structurel composé de cinq équations simultanées. Il a pour but d'analyser les effets des IDE tout en tenant compte de l'interdépendance entre les variables retenues.

Pour résoudre un modèle à systèmes d'équations simultanées, on résout les équations simultanément, dans ce cas il faut respecter la règle élémentaire : le nombre de variables endogènes doit être égal au nombre d'équations.

Du fait que les pays Med forment un ensemble hétérogène en termes de population, de PIB et de niveau de revenu par habitant, ils ne peuvent être considérés comme une zone commune. Pour cela, et dans le but d'affiner la recherche, l'échantillon de cinq pays sera décomposé en deux groupes homogènes. Alors, suivant le classement établi par l'Héritage Foundation à partir de l'indice de liberté économique qui tient compte de plusieurs mesures aussi bien économiques qu'institutionnelles et semble décrire avec précision le climat économique des pays et leurs attitudes vis-à-vis des investisseurs étrangers « graphique 5 », et les résultats des régressions préliminaires effectué par « ALAYA, 2006 », deux groupes peuvent être constitués. Le premier est formé par trois pays à savoir le Maroc, la Tunisie et la Turquie ; alors que le deuxième regroupe l'Algérie et l'Egypte.

Graphique 5 : Evolution de l'indice de liberté économique par pays

Source: HERITAGE FOUNDATION « http://www.heritage.org/ »

La structure du modèle, qui suppose une forme linéaire, est représentée comme suit :

Cr = É (IDE, KH, EXPORT, ID) [eq.1]

ID = É (Cr, IDE, CREDIT, EPARGNE) [eq.2]

EXPORT = É (IDE, TXCANGE) [eq.3]

KH = É (IDE, EDUCATION, URBAN) [eq.4]

IDE = É (Cr, ENERGIE, KH) [eq.5]

2.2. Les variables

Les variables endogènes :

Cr; IDE; KH; ID; EXPORT

-Cr : la croissance en pourcentage du PIB.

-IDE : l'investissement direct étranger au prix courant (en millions de dollars)

-KH : le capital humain est approximé par le taux de scolarisation brut au niveau secondaire. -ID : la part de l'investissement domestique dans le PIB (la FBCF en pourcentage du PIB). -EXPORT : Les exportations en pourcentage du PIB.

Les variables exogènes :

CREDIT, éducation, ENERGIE, EPARGNE, PIB, TXCHANGE, URBAN.

- CREDIT: Le crédit accordé au secteur privé par rapport au PIB, indique la disponibilité et l'efficacité des intermédiaires financiers.

- Education : les dépenses d'éducation en pourcentage du PIB.

- ENERGIE : la production d'énergie exprimée en 1000 T.E.P (tonne équivalent pétrole). - EPARGNE : l'épargne domestique en pourcentage du PIB.

- PIB : produit intérieur brut au prix courant (en millions de dollars).

- TXCHANGE : Taux de change de la monnaie locale en $ USD.

- URBAN : Approximé par la population urbaine en pourcentage de la population totale.

2.3. Procédure d'estimation

L'estimation du modèle se fera en appliquant la méthode des Doubles Moindres Carrées Ordinaires (DMCO). Dans un premier temps, il est retenu d'estimer les déterminants des IDE (équation 5). Dans un deuxième temps, il est question d'évaluer les effets des IDE sur les différentes variables : ainsi les effets des IDE sur les exportations (équation3), les investissements domestiques (équation 2), le capital humain (équation 4) et la croissance économique (équation 1).

Les équations du système, ainsi que le signe attendu des différentes variables, sont synthétisés dans le tableau. [Pour la lecture du tableau : y = f(x)]

 

X Y

CR

IDE

KH

ID

EXPORT

CR

 

+

 

+

 

IDE

+

 

+

+ /-

+

KH

+

+

 
 
 

ID

+

 
 
 
 

EXPORT

+

 
 
 
 

CREDIT

 
 
 

+

 

EDUCATION

 
 

+

 
 

ENERGIE

 

+

 
 
 

EPARGNE

 
 
 

+

 

TXCHANGE

 
 
 
 

+

URBAN

 
 

+

 
 
 

Il est net que dans la région Med comme dans tous les pays en développement, le manque de données statistiques constitue la principale limite rencontrée. A signaler que les données proviennent de sources diverses dont les plus importantes sont : le site Web de l'Université de Sherbrooke et le site de la Banque Mondiale.

Section 3 : Résultats : Effets directs et indirects

Au vu des résultats obtenus, les variables explicatives sont plus ou moins significatives, l'interprétation des déterminants de l'IDE précédera, l'explication de l'effet des IDE sur les variables endogènes du modèle économétrique.

L'analyse des résultats se fera par groupe, le premier groupe (Maroc, Tunisie, et Turquie) suivi du deuxième groupe (Algérie et Egypte).

3.1. Les déterminants de l'investissement direct étranger

Modèle 1: MCO en pooling, utilisant les 63 observations
3 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles = 21
Variable dépendante: IDE

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

-4,27222e+06

2,13225e+06

-2,0036

0,04971

**

CROISSANCE

0,131412

0,0743495

1,7675

0,08241

*

ENERGIE

118,92

60,9412

1,9514

0,05576

*

KH

89420,2

38713,1

2,3098

0,02442

**

Moy. var. dép.

2076662

 

Éc. type var. dép.

5205205

Somme carrés résidus

1,32e+15

 

Éc. type de régression

4726332

R2

0,215427

 

R2 ajusté

0,175534

F(3, 59)

5,400054

 

p. critique (F)

0,002372

Log de vraisemblance

-1055,552

 

Critère d'Akaike

2119,105

Critère de Schwarz

2127,677

 

Hannan-Quinn

2122,476

Les résultats de la régression indiquent que toutes les variables ont le signe approprié et sont significatives. La croissance économique, la dotation en ressources naturelles, et le capital humain semblent expliquer les IDE à destination du Maroc, Tunisie et la Turquie. L'hypothèse qui pourrait expliquer ce résultat, est que ces trois pays fournissent un effort aussi bien au niveau de la production des ressources d'énergie qu'au niveau de la scolarisation notamment le secondaire, et ceux dans le but de satisfaire les besoins des investisseurs étrangers. En effet, à partir de l'an 2000, les trois pays se lancent dans une politique de développement et de l'évolution, si on prend le taux de scolarisation à titre d'exemple, on constate que quasiment les trois pays passent d'un niveau bas inferieur à 50%, à une moyenne qui dépasse 80%. ( à l'exception du Maroc qui garde un taux assez faible de 55%).

Modèle 1: MCO en pooling, utilisant les 41 observations
2 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles : minimum 20, maximum 21
Variable dépendante: IDE

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

-6,45575e+06

2,79228e+06

-2,3120

0,02645

**

CROISSANCE

253008

175786

1,4393

0,15847

 

ENERGIE

1,320444

4,35197

2,6384

0,96960

**

KH

91758,1

39241,8

2,3383

0,02489

**

Moy. var. dép.

1293795

 

Éc. type var. dép.

2368383

Somme carrés résidus

1,56e+14

 

Éc. type de régression

2054905

R2

0,303660

 

R2 ajusté

0,247200

F(3, 37)

5,378325

 

p. critique (F)

0,003562

Log de vraisemblance

-652,0374

 

Critère d'Akaike

1312,075

Critère de Schwarz

1318,929

 

Hannan-Quinn

1314,571

Pour le cas de l'Algérie et l'Egypte, les résultats issus du modèle indiquent que les trois variables explicatives ont le signe positif.

Les deux pays sont bien dotés en termes des ressources naturelles, ce qui explique la concentration des IDE dans le secteur des hydrocarbures.

Par ailleurs, la croissance a le signe attendu mais elle est faiblement significative, Ceci, stipule que ces deux pays ont besoin de s'ouvrir davantage sur le monde externe et de mettre en place plus de réformes économiques pour améliorer leurs croissances économiques et leurs attractivités vis-à-vis des investisseurs étrangers.

Comme l'estime « ANIMA, 2008 », l'Algérie est surtout pénalisé par le mauvais fonctionnement de son marché financier, le cas de ce pays, qui a les moyens d'une stratégie endogène, du fait de ses ressources pétrolières, est spécifique. L'Algérie gagnerait à s'ouvrir aux IDE, non pas tant à cause du besoin de capitaux, que pour permettre des transferts aux bénéfices des sociétés nationales, établir un climat des affaires qui soit favorable aux entrepreneurs étrangers comme nationaux, et se frotter à la concurrence mondiale.

Quant au gouvernement égyptien, qui a convulsé des déficits budgétaires ces dernières années, tente d'engager plus de réformes en matière d'infrastructures juridiques et fiscales en vue de soulever sa croissance économique.

3.2. L'effet de l'IDE sur les exportations :

Modèle 2: MCO en pooling, utilisant les 63 observations
3 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles = 21
Variable dépendante: EXPORT

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

33,8453

2,08634

16,2224

<0,00001

***

IDE

-4,09464e-07

2,79717e-07

-1,4638

0,14845

 

TXCHANGE

0,431967

0,364779

1,1842

0,24101

 

Moy. var. dép.

31,43239

 

Éc. type var. dép.

11,42343

Somme carrés résidus

7695,541

 

Éc. type de régression

11,32515

R2

0,048838

 

R2 ajusté

0,017133

F(2, 60)

1,540384

 

p. critique (F)

0,222653

Log de vraisemblance

-240,7589

 

Critère d'Akaike

487,5177

Critère de Schwarz

493,9471

 

Hannan-Quinn

490,0465

Les barrières à l'échange ne semblent pas constituer un obstacle majeur au développement des exportations du premier groupe. La dépréciation de la monnaie locale joue un rôle important, ces pays ; à travers l'autorité monétaire, stimule le taux de change pour agir sur les exportations. Par contre il avère que l'IDE n'a pas le signe attendu et semble non significatif, ce résultat est inattendu, puisque les trois pays se sont engagés dans un processus d'ouverture et de réformes économiques dans le but de faciliter leurs exportations.

De ce fait, ce résultat pourrait être justifié par la faiblesse des flux accaparés par le groupe des pays, qui s'explique à son tour par les goulots d'étranglement, les coûts de transaction engendrés par la bureaucratie, les délais d'attente, les entraves à l'exportation, etc.

Modèle 2: MCO en pooling, utilisant les 40 observations
2 unités de coupe transversale incluses

Longueur des séries temporelles : minimum 19, maximum 21
Variable dépendante: EXPORT

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

18,1302

1,52129

11,9177

<0,00001

***

IDE

1,59529e-06

5,81111e-07

2,7452

0,00928

***

TXCHANGE

0,273046

0,0329795

8,2793

<0,00001

***

Moy. var. dép.

27,54600

 

Éc. type var. dép.

10,44730

Somme carrés résidus

1437,181

 

Éc. type de régression

6,232394

R2

0,662372

 

R2 ajusté

0,644122

F(2, 37)

36,29403

 

p. critique (F)

1,89e-09

Log de vraisemblance

-128,3887

 

Critère d'Akaike

262,7775

Critère de Schwarz

267,8441

 

Hannan-Quinn

264,6094

Rho

0,786732

 

Durbin-Watson

0,580872

 

L'IDE et la dépréciation de la monnaie locale contribuent d'une façon très significative à l'accroissement des exportations dans le cas de l'Algérie et l'Egypte.

Un résultat assez attendu, pourrait être expliqué ; d'une part ; par la politique adoptée par les filiales implantées dans ces pays. Les dites filiales ont une stratégie verticale, cela veut bien dire qu'elles s'intéressent au différentiel des prix en terme de dotation factorielle. Alors, elles tirent avantage des coûts bas du travail pour pouvoir réexporter leur production vers leurs pays d'origine ou vers leurs sociétés mères, ce qui contribue à l'accroissement du volume des exportations des pays d'accueil. D'autre part, ces pays, agissent sur le taux de change pour améliorer la compétitivité de leurs produits à l'exportation.

3.3. L'effet de l'IDE sur le développement des ressources humaines :

Modèle 3: MCO en pooling, utilisant les 63 observations
3 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles = 21
Variable dépendante: KH

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

-112,74

9,22069

-12,2269

<0,00001

***

IDE

1,00686e-07

1,70082e-07

0,5920

0,55612

 

EDUCATION

2,25549

0,496506

4,5427

0,00003

***

URBAN

2,67294

0,149885

17,8333

<0,00001

***

 

Moy. var. dép.

57,29619

 

Éc. type var. dép.

17,33341

Somme carrés résidus

2343,497

 

Éc. type de régression

6,302403

R2

0,874193

 

R2 ajusté

0,867796

F(3, 59)

136,6575

 

p. critique (F)

1,61e-26

 

Log de vraisemblance

-203,3055

 

Critère d'Akaike

414,6109

Critère de Schwarz

423,1835

 

Hannan-Quinn

417,9826

Rho

0,915100

 

Durbin-Watson

0,165059

Le modèle indique que les deux variables : dépenses d'éducation et urbanisation contribuent d'une façon très significative à l'accroissement du capital humain au sein du premier groupe. Un tel résultat peut être expliqué ; d'un côté ; par l'effort exploité par les pays du groupe en vue d'augmenter aussi bien le niveau des dépenses liées à l'éducation que d'améliorer la gestion de celles-ci.

D'un autre côté, par la participation active des économies d'agglomération (l'appartenance aux zones urbaines) au développement du capital humain. En effet, le degré d'urbanisation permet d'accéder plus facilement aux différentes institutions sociales, culturelles, ou sanitaires ce qui pourrait faciliter le développement des compétences humaines.

L'IDE enregistre une contribution quasi nulle, ceci pourrait être attribué à une forte présence des activités intensives en travail peu qualifié. La plupart des travaux empiriques qui se sont intéressés à la relation IDE- capital humain estime que l'IDE entraîne un effet bénéfique sur les économies d'accueil à condition que ces pays aient déjà atteint un certain seuil de développement du capital humain. Cela permet de dire que malgré les efforts des pays du premier groupe, ils auront à investir encore plus dans le secteur d'éducation afin de convaincre les multinationales.

Modèle 3: MCO en pooling, utilisant les 41 observations
2 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles : minimum 20, maximum 21
Variable dépendante: KH

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

83,03

6,46505

12,8429

<0,00001

***

IDE

8,58195e-07

4,78073e-07

1,7951

0,08081

*

EDUCATION

6,74821

1,16993

5,7680

<0,00001

***

URBAN

0,598617

0,180504

3,3164

0,00205

***

Moy. Var. dép.

74,41172

 

Éc. Type var. dép.

9,905123

Somme carrés résidus

1482,134

 

Éc. Type de régression

6,329114

R2

0,622334

 

R2 ajusté

0,591712

F (3, 37)

20,32339

 

p. critique (F)

5,95e-08

Log de vraisemblance

-131,7236

 

Critère d'Akaike

271,4473

Critère de Schwarz

278,3016

 

Hannan-Quinn

273,9432

Rho

0,797039

 

Durbin-Watson

0,338993

Quant au deuxième groupe, les trois variables explicatives apparaissent significatives. Ceci est conforme avec la plupart des études empiriques, « les retombés de l'IDE par la formation de la main d'oeuvre locale peuvent être plus important que celles générées par l'enseignement public, `Cave, 1996' ». Ainsi, on peut dire que l'IDE avec ses dépenses constitue un facteur positif.

3.4. L'effet de l'IDE sur l'investissement domestique :

Modèle 4: MCO en pooling, utilisant les 63 observations
3 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles = 21
Variable dépendante: ID

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

6,43682

2,45052

2,6267

0,01101

**

IDE

5,65143e-08

6,02777e-08

0,9376

0,35235

 

CROISSANCE

0,131412

0,0743495

1,7675

0,08241

*

CREDIT

0,0772632

0,0166724

4,6342

0,00002

***

EPARGNE

0,66691

0,125225

5,3257

<0,00001

***

Éc. type var. dép.

3,606012

Éc. type de régression

2,314501

R2 ajusté

0,588035

p. critique (F)

1,84e-11

Critère d'Akaike

289,3152

Hannan-Quinn

293,5297

Durbin-Watson

0,818796

Log de vraisemblance

Critère de Schwarz

Rho

-139,6576

300,0308

0,560602

Moy. var. dép.

Somme carrés résidus

R2

F (4, 58)

24,28096

310,7012

0,614613

23,12453

Le taux croissance, le crédit accordé au secteur privé et l'épargne agit positivement et d'une manière significative sur l'investissement domestique. Ceci, revient en particulier à la vague de la privatisation et des fusions-acquisitions qu'avaient connues ces pays au cours de la dernière décennie.

Si on se réfère aux données de la CNUCED (2005) les fusions acquisitions ont représenté en moyenne 29.52% et 16.79% des flux d'IDE respectivement à destination du Maroc et de la Tunisie entre 1996-2003. Sur la même période cette part est de l'ordre de 28.10% au niveau de la Turquie.

Le coefficient de l'IDE est positif mais faiblement significatif, Ainsi, il ne semble pas exercer un important effet d'entraînement sur l'investissement domestique, donc on ne peut confirmer une relation de complémentarité entre l'IDE et l'investissement domestique.

Modèle 4: MCO en pooling, utilisant les 42 observations
2 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles = 21
Variable dépendante: ID

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

21,2912

2,86696

7,4264

<0,00001

***

IDE

-2,77329e-07

2,90118e-07

-0,9559

0,34532

 

CROISSANCE

-0,0479004

0,334562

-0,1432

0,88693

 

CREDIT

-0,0386685

0,0397301

-0,9733

0,33673

 

EPARGNE

0,221706

0,0568576

3,8993

0,00039

***

Moy. var. dép.

25,36117

 

Éc. type var. dép.

5,759905

Somme carrés résidus

640,3105

 

Éc. type de régression

4,160011

R2

0,529265

 

R2 ajusté

0,478375

F (4, 37)

10,40014

 

p. critique (F)

9,54e-06

Log de vraisemblance

-116,8054

 

Critère d'Akaike

243,6107

Critère de Schwarz

252,2991

 

Hannan-Quinn

246,7954

Rho

0,600677

 

Durbin-Watson

0,555624

Pour le deuxième groupe, à l'exception de l'épargne domestique, il ressort que toutes les variables ont le signe négatif.

L'IDE agit négativement mais d'une manière pas vraiment significative, un résultat inattendu
pourrait être attribué à l'effet d'éviction probable de l'entrée des multinationales, étant donné

leur pouvoir du marché en termes d'avantages technologiques, des produits de marque, ainsique des techniques agressives de marketing.

Le crédit domestique accordé au secteur privé a un signe négative, un résultat également imprévu, pourrait être expliqué par la faiblesse des crédits, dans la présence forte du secteur public dans les deux pays notamment l'industriel.

Modèle 5: MCO en pooling, utilisant les 63 observations
3 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles = 21
Variable dépendante: CROISSANCE

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

-5,31084

4,26895

-1,2441

0,21848

 

IDE

-4,80511e-08

1,13287e-07

-0,4242

0,67302

 

KH

0,2552282

0,0384446

1,8366

0,15621

*

ID

0,342489

0,162201

2,1115

0,03905

**

EXPORT

0,0596236

0,0579442

1,0290

0,30776

 

Moy. var. dép.

4,195592

 

Éc. type var. dép.

3,974161

Somme carrés résidus

899,0576

 

Éc. type de régression

3,937130

R2

0,081869

 

R2 ajusté

0,018549

F (4, 58)

1,292945

 

p. critique (F)

0,283407

Log de vraisemblance

-173,1268

 

Critère d'Akaike

356,2536

Critère de Schwarz

366,9693

 

Hannan-Quinn

360,4682

Rho

-0,377976

 

Durbin-Watson

2,645086

Pour le Maroc, la Tunisie, et la Turquie, les résultats du modèle mettent en lumière une contribution positive des déterminants « classiques » de la croissance économique. Ainsi, on constate une forte implication de l'investissement domestique et dans une moindre mesure le capital humain et les exportations.

L'IDE semble agir négativement sur la croissance économique. Ce résultat, plutôt inattendu pourrait être néanmoins expliqué par plusieurs éléments. Tout d'abord, comme déjà indiqué l'IDE a tendance à évincer l'investissement domestique, ce qui par conséquent limiterait d'une façon importante sa contribution à la croissance économique. De plus, la volatilité des flux d'IDE dû aux opérations de privatisation et qui en résulte un manque de réinvestissement et une faible intégration au sein de l'économie d'accueil. S'ajoute à ceci, la concentration de ces investissements dans des secteurs ; tel que le textile ; où la contribution des nouvelles technologies est moins importante, que dans les secteurs qui utilisent des technologies avancés.

Modèle 5: MCO en pooling, utilisant les 41 observations
2 unités de coupe transversale incluses
Longueur des séries temporelles : minimum 20, maximum 21
Variable dépendante: CROISSANCE

 

Coefficient

Erreur Std

t de Student

p. critique

 

Const

-8,23262

3,95242

-2,0829

0,04442

**

IDE

2,29349e-07

1,42254e-07

1,6123

0,11564

 

KH

0,142314

0,0427554

3,3286

0,00202

***

ID

0,107114

0,0720454

1,4868

0,14579

 

EXPORT

0,0672329

0,0367976

1,8271

0,07598

*

Moy. var. dép.

3,521581

 

Éc. type var. dép.

2,229700

Somme carrés résidus

119,7438

 

Éc. type de régression

1,823792

R2

0,397856

 

R2 ajusté

0,330951

F(4, 36)

5,946589

 

p. critique (F)

0,000884

Log de vraisemblance

-80,14802

 

Critère d'Akaike

170,2960

Critère de Schwarz

178,8639

 

Hannan-Quinn

173,4160

Rho

0,207884

 

Durbin-Watson

1,488096

Pour l'Egypte et l'Algérie, on peut avancer que les facteurs qui expliquent davantage la croissance, sont le capital humain et les exportations. En effet, ces deux variables présentent un niveau de significativité assez élevé. Ceci, pourrait être expliqué par une faible diversification de la production nationale ce qui fragilise la croissance future potentielle.

L'IDE n'est pas pour autant significatif, bien qu'il soit de signe positif. Un tel constat pourrait être justifié par la concentration de l'IDE dans le secteur de l'énergie dans ces deux pays, surtout que « Certains types d'IDE, ceux qui forment des enclaves dans les ressources naturelles et le pétrole, devraient avoir une contribution relativement plus faible à la croissance économique, (LIM, 2001) », ainsi, la contribution des IDE dans la croissance peut se limiter à la réalisation des revenus.

Section 4 : Contribution des IDE à la croissance de la zone Med 4.1. L'ampleur des avantages

Les résultats des effets de l'IDE montrent l'existence de comportements propres à chaque pays de la Méditerranée. Il est difficile de déterminer un comportement uniforme aussi bien chez les pays d'accueil que les investisseurs étrangers.

Les avantages nets de l'IDE ne sont pas automatiques et se répartissent inégalement entre les pays, les secteurs et les collectivités locales, ainsi leur ampleur diffère en fonction du pays d'accueil et du contexte.

Par ailleurs, il est communément admis que les avantages de l'IDE dépassent de loin les coûts. Cette théorie sera confirmée davantage si les pays hôtes arrivent à utiliser les profits tirés de la présence des multinationales pour développer les secteurs latents de l'économie. Alors, c'est aux pays d'accueil qu'il incombe de mettre en place des conditions générales, transparentes et favorables à l'investissement et de renforcer les capacités humaines et institutionnelles nécessaires pour les exploiter.

Ainsi, on peut dire que dans certains pays en développement qui n'ont pas atteint un certain niveau d'éducation, de développement des infrastructures et où les marchés sont aussi sousdéveloppés, ils seront incapables de profiter de la présence des investisseurs étrangers et la croissance sera moins favorable.

Néanmoins, même les pays qui, du fait de leur niveau de développement économique, ne peuvent bénéficier d'externalités positives du fait de la présence étrangère peuvent tirer parti des entrées d'IDE grâce à l'accès limité qui leur est ainsi donné aux moyens de financement internationaux.

En atténuant les contraintes financières, l'IDE permet aux pays d'accueil d'atteindre les taux de croissance plus élevés qui résultent généralement d'une accélération de la formation brute de capital fixe.

L'effet économique final de l'IDE sur les pays qui n'ont guère d'autres possibilités de faire appel à des moyens de financement dépend essentiellement des politiques mises en oeuvre par les autorités des pays d'accueil. La composition sectorielle de l'économie locale peut également jouer un rôle. Si les secteurs de services de bon nombre de pays en développement sont sous développés et ne sont donc pas en mesure d'attirer d'importants apports d'IDE, les

industries extractives des pays qui disposent d'abondantes ressources naturelles et les industries manufacturières des pays dotés d'un niveau adéquat de capital humain peuvent connaître une croissance positive avec l'aide d'investisseurs étrangers.

Dans le même contexte, il s'agit de ce qu'on appelle des coûts d'ajustement entrainés par l'entrée des IDE. Les rigidités structurelles du pays d'accueil aggravent ces coûts. Ceci veut dire que la responsabilité incombe aussi bien aux autorités du pays hôtes que les entreprises multinationales pour renforcer la flexibilité.

En fin de compte, même les pays qui obtiennent de moins bons résultats peuvent bénéficier de l'IDE, notamment en l'utilisant pour compléter leurs rares ressources financières afin de réinvestir leurs bénéfices vers l'intérieur plutôt que de les rapatrier.

Les pays MED ne font pas exception de la règle, eux aussi peuvent agir à travers plusieurs canaux, pour tirer profit de l'IDE, qui pourrait être d'une grande utilité en termes de la croissance et du développement économique.

En effet, savoir comment faire pour que des FMN deviennent une composante active dans la croissance, quels sont leur besoins et surtout comment utiliser les retombées d'IDE pour compenser les effets négatifs, est le plus grand défi des pays en développement en l'occurrence les pays de la méditerranée.

L'IDE de même que l'aide publique au développement, ne peut être considéré comme le principal remède aux problèmes de développement des pays, mais cela n'empêche qu'il catalyse les forces et les faiblesses sous-jacentes du cadre dans lequel opèrent les industries des pays d'accueil, éventuellement en renforçant les avantages des pays où le climat offert aux entreprises est plus sain et où la gouvernance est mieux. Ceci renforce la nécessité déjà évoquée pour les deux types de pays (d'accueil et d'origine) de chercher à améliorer tout élément susceptible de renforcer les capacités du secteur des entreprises.

4.2. Quels obstacles ?

Les pays en développement dans leur ensemble ont effectivement connu deux grands épisodes d'entrées de capitaux au cours des 30 dernières années, principalement durant les années 1974-81 et 1988-97. Ces épisodes ont une caractéristique commune : non seulement ont-ils été de courte durée et interrompus par une vague de crises financières qui ont secoué les pays en développement qui avaient accueilli des capitaux importants, mais les entrées de capitaux

ont été fortement concentrées géographiquement, quelques pays en développement relativement avancés ayant été les principaux bénéficiaires, tant en chiffres absolus que par rapport à la taille de leur économie. Durant ces deux épisodes, les pays MED ne comptaient pas parmi les principaux bénéficiaires des flux. Si l'on en juge par les entrées nettes de capitaux dont a bénéficié la région Med sont, en moyenne, dérisoires par rapport à celles qu'ont reçues les autres parties du monde notamment le continent asiatique.

Pourquoi la région Med a-elle été relativement incapable d'attirer des capitaux étrangers? De façon plus générale, quels sont les facteurs qui peuvent avoir dissuadé les résidents ou les étrangers d'investir sur cette zone ?

En effet, le fait que la région Med est relativement peu dotée en capital matériel et qu'elle dispose d'une main-d'oeuvre et de ressources naturelles relativement abondantes autorise à penser que le produit marginal de son capital matériel est élevé. Cependant, ce n'est pas forcément le cas, et ce, pour deux raisons :

1. L'hypothèse du partage d'une technologie commune ne peut-être pas appropriée. Dans la mesure où la technologie accessible aux entreprises des pays hôtes est moins productive que celle des pays étrangers.

2. La main-d'oeuvre et les ressources naturelles ne forment qu'un sous-ensemble des facteurs de production qui sont complémentaires au capital matériel. Une dotation relativement moins favorable pourrait également diminuer le rendement du capital matériel.

Un diagnostic de la situation du climat d'investissement dans la région Med établi par `ANIMA, 2006', fourni des résultats sous forme des contraintes internes « faiblesses » et des contraintes externes « menaces ou risques ».

On note comme contraintes externes, la concurrence des pays d'Europe Orientale et l'Asie, le manque d'intégration régionale et de la coopération économique, et surtout la crise financière.

Quant aux contraintes internes, on cite en particulier la gouvernance (bureaucratie, corruption), insuffisance des infrastructures dans certains pays, peu d'avantages fiscaux, difficulté de dialogue social et l'exclusion de certaines catégories sociales, manque d'esprit de collaboration dans certains pays et bien d'autres faiblesses.

En effet, il en résulte deux types de contraintes internes, celles liées au facteur du marché tels
que les prêts, le manque de main d'oeuvre bien entendu qualifiée, l'insuffisance des
infrastructures, et celles liées à la gouvernance, les institutions du marché, l'instabilité

politique, la corruption, et les procédures administratives, l'administration fiscale et le système juridique.

L'absence de frictions informationnelles peut également limiter l'IDE. Cependant, l'asymétrie de l'information, alliée au comportement opportuniste, est réputée pour entraver considérablement l'exécution des opérations financières en faisant grimper leur coût. Donc, même si des projets d'investissement procurant un rendement élevé, il convient d'éliminer les frictions informationnelles pour les financer. Ainsi, les pays qui laissent circuler l'information librement obtiennent des flux plus importants que ceux qui sont relativement plus opaques. De plus, l'asymétrie de l'information a été citée comme explication possible de la tendance des investisseurs à placer dans les titres nationaux une proportion beaucoup plus grande de leurs actifs que ce que prévoit la théorie standard du portefeuille. S'ajoute à ceci, que les frictions informationnelles expliquent pourquoi les banques ont tendance à avoir une préférence régionale lorsqu'elles octroient des prêts à des clients. De cela, Il ressort que les coûts d'information peuvent constituer un obstacle à part entière à l'investissement.

Une série d'explications tente d'éclaircir pourquoi la région Med a relativement eu du mal à attirer des capitaux afin de financer les investissements, les explications ne manquent pas.

Malgré les réformes progressives de la justice, l'insécurité judiciaire reste forte. Même si les procédures administratives ont évolué, elles doivent être constamment remises à niveau. Il est donc important que l'appareil administratif et juridique se mette au diapason.

4.3. Recommandations d'action

La difficulté est de déterminer comment ces pays peuvent faire disparaître ces obstacles. Compte tenu des ressources limitées, ils doivent de toute urgence établir des priorités, c'est-àdire déterminé sur quels obstacles parmi ceux identifiés ci-dessus les pays Med doivent se concentrer le plus.

En appuyant sur leurs points forts à savoir : la stabilité politique, la proximité géographique de l'Europe, le bas prix du travail, les efforts soulignés concernant la qualité de production (ISO, zéro défaut, etc.), et l'utilisation des langues de la Communauté Européenne, les pays Med peuvent réformer les procédures qui freinent l'entrée des IDE, sans être amenés à modifier la loi.

En effet, une réforme est dite réussie s'elle suit des étapes : commençant par l'élimination des procédures inutiles, ce qui permettra de gagner le temps, passant par la création des formulaires de demande standard, tout en publiant autant d'informations que possible sur le nouveau règlement, pour qu'enfin pouvoir diminuer voire éliminer toute sorte de difficulté rencontrée par les entreprises au niveau de l'application des réglementations.

En outre, les pays Med bénéficient des opportunités tels que : l'émergence de nouvelles activités (électronique, services, centres d'appels, traitement des données), la tendance européenne à relocaliser, le retour des émigrés, la concurrence entre les Etats-Unis et l'Europe, longue coopération avec le client européen (ex. textile, logiciels, tourisme, pétrole et mines, etc.).Des opportunités que ces pays doivent les saisir en mettant en oeuvre des politiques et des mesures d'ajustement afin que les IDE portent pleinement ses fruits.

De ce fait, les mesures mises en oeuvre par le pays d'accueil pour attirer l'IDE et bénéficier de la présence d'entreprises étrangères sont généralement identiques à celles visant la création d'un climat dynamique et concurrentiel à l'intention des entreprises locales.

Selon l'OCDE, les mesures auxquelles peuvent recourir les autorités des pays d'accueil sont de trois ordres : amélioration du contexte macro-économique et institutionnel général ; création d'un cadre réglementaire propice aux entrées d'IDE ; amélioration des infrastructures, de la technologie et des compétences humaines pour les porter à un niveau tel que les pays d'accueil puisse pleinement exploiter les avantages potentiels de la présence d'entreprises étrangères.

Alors, la première de ces actions part de l'objectif global et commun des pays hôtes consistant à assurer le maximum de stabilité macro-économique et de prévisibilité institutionnelle, autrement dit, ces pays doivent Mettre en oeuvre des politiques macro-économiques saines axées sur une croissance économique forte et durable, l'emploi, la stabilité des prix, et des comptes extérieurs viables, et renforcer les systèmes financiers internes, de manière que des ressources financières locales puissent compléter l'investissement étranger.

Agir sur le cadre réglementaire (règle de droit, les principes de transparence et de non discrimination) est la deuxième action pour mettre à profit la présence des entreprises étrangères dans l'économie locale. Pour cela, les autorités du pays hôte doivent :

+ Renforcer leurs efforts pour faire respecter le droit et les règles de bonne gouvernance, notamment en luttant plus activement contre la corruption d'une part et en protégeant la propriété intellectuelle d'autre part ;

+ Ouvrir plus largement l'économie locale au commerce extérieur, pour que les entreprises locales puissent participer pleinement à l'économie mondiale, tout en mettant en oeuvre des procédures pour faire respecter le principe de non-discrimination.

Pour que, les ressortissants nationaux puissent pleinement exploiter les retombées générées par les entreprises à capitaux étrangers, il faut que les compétences, les technologies et les infrastructures locales soient suffisamment bien développées, donc les autorités des pays d'accueil devraient :

+ Instaurer et d'améliorer la qualité des infrastructures physiques et technologiques pertinentes ;

+ Elever le niveau d'instruction de base de la population active locale d'un côté, et développer infrastructures sanitaires de base (par exemple, de l'eau propre) d'un autre côté ;

+ Lutter contre le travail des enfants, supprimer la discrimination sur le lieu de travail et lever les obstacles aux négociations collectives, afin d'améliorer les qualifications et renforcer la motivation de la population active.

Les gouvernements des pays d'origine pourraient aider les pays d'accueil à attirer des investissements étrangers en s'employant à réduire et finalement éliminer les obstacles et les subventions. Cela est possible en adoptant adopter des pratiques permettant d'assurer le transfert et la diffusion rapide des technologies et du savoir-faire, en tenant dûment compte de la protection des droits de propriété intellectuelle.

Conclusion générale

En guise de conclusion, on estime que les gouvernements des pays Med ne semblent pas profiter pleinement des IDE attirés sur leurs territoires. D'ailleurs, lorsque la littérature empirique avance que l'IDE n'engendre pas de retombées positives de manière systématique, cela veut bel et bien dire que l'impact de l'IDE sur la croissance dépend étroitement des variables liées les une aux autres, complémentaires et qui doivent être étudié simultanément. Les résultats issus du modèle empirique indiquent que le capital humain et dans une moindre mesure la politique commerciale, sont les facteurs les plus dynamiques dans la création des spillovers positifs. Toutefois, ces retombées ne parviennent pas à générer une croissance positive ou du moins compenser les effets négatifs de l'IDE. Ainsi, l'analyse des résultats se complique davantage du fait que cet impact dépend des capacités d'absorption et d'innovation des pays hôtes, de la coopération des FMN avec les acteurs locaux, du secteur d'activité, etc. De ce fait, les pays Med sont face à un double challenge : accroître, d'une part, leur flux d'investissement entrant et, d'autre part, promouvoir les IDE porteurs de croissance. Ces mesures de politiques économiques prises par les pays hôtes doivent être complétées par une politique volontariste des pays d'origine, qui visent à réduire sinon à supprimer le biais régional négatif pour instaurer un environnement politique et macroéconomique propice aux retombées positives.

Sachant que l'ouverture économique à l'investissement international est aujourd'hui plus que jamais une condition si non suffisante du moins nécessaire, les pays Med et plus largement les pays en développement sont appelés à relever le défi pour s'engager dans la voie la mondialisation. Au coeur du défi se situent la volonté et la capacité de ces pays d'instaurer un véritable processus de croissance facilitant l'attraction des investisseurs étrangers, et permettant de tirer profit des IDE en tant que modalité d'intégration de l'économie internationale.

Bibliographie

ABDELKRIM.S, HENRY.P et Bénédict de Saint-Laurent (2008) ; « Investissement Direct Etranger vers MEDA en 2007 : la bascule » ; Anima Investissement Network `Etude n° 1' ; mai 2008.

ABDELKRIM.S et HENRY.P (2009) ; « Investissement direct étranger vers les pays en développement face à la crise » ; Anima Investissement Network `Etude n° 3' ; mars 2009.

ABDELLAOUI.M-K / GRIMAL.L (2009) ; « IDE, Spillovers et Croissance dans les pays en développement : cas du Maroc et la Tunisie » ` centre national de documentation-maalama textuelle-développement économique et social' ; juillet 2009.

ALAYA, M. (2004), « L'IDE contribue-t-il réellement à la croissance économique des pays du Sud et de l'Est de la méditerranée ? », C.E.D, Université Montesquieu-Bordeaux IV.

ALAYA, M. (2006), «Investissement direct étranger et croissance économique : une
estimation à partir d'un modèle structurel pour les pays de la rive sud de la Méditerranée.
7èmes journées scientifiques du réseau « Analyse Economique et Développement de l'AUF ».

APOTHELOZ.C et Bénédict de Saint-Laurent (2004) ; « Investir dans la région MEDA, pourquoi comment ? » ; Anima Investissement Network `Notes et études n° 12', mai 2004.

BESSAMRA.S, APOTHELOZ.C et Bénédict de Saint-Laurent (2007) ; « Investir dans la région MEDA, pourquoi comment ? » ;'Notes et Etudes anima n°22, janvier 2007.

BOUJELBENE.Y et MAALEJ.A ; « Impact de l'IDE sur la croissance économique ». « Estimation sur des données de panel »

BOUKLIA-HASSANE.R / ZATLA.N (2001) ; « L'IDE dans le bassin méditerranéen : ses déterminants et son effet sur la croissance économique » ; `Femise ` ; mars 2001.

BOUOIYOUR.J et TOUFIK.S (2002) ; « Impact des IDE et du capital humain sur la productivité des industries manufacturières marocaines » ; septembre 2002.

BOTIVEAU.R et Bénédict de Saint-Laurent (2008) ; « Panorama du capital investissement dans la région MEDA » ; `Etude n° 2' ; septembre 2008.

CATIN.M / VAN HUFFEL.C / GHIO.S ; « Intégration, IDE et concentration spatiale dans les pays en développement » ; ` Revue Région et Développement n°13-2001.

CATIN.M / VAN HUFFEL.C / GHIO.S ; « IDE, Diffusion Technologique et concentration spatiale dans les pays en développement » ; ` Revue Région et Développement n°16-2002.

CATIN.M / VAN HUFFEL.C l'impact de l'ouverture économique sur la concentration spatiale dans les pays en développement ; Revue Région et Développement n° 20-2004 page 140 `le rôle particulier des IDE'.

CNUCED (2008), « 57,6 milliards de dollars d'IDE pour le voisinage MED en 2007 » `EUROMED', Septembre 2008.

Colin Kirkpatrick, David Parker and Yin-Fang Zhang (2006), «Foreign direct investment in infrastructure in developing countries: does regulation make a difference?», Transnational Corporations, Vol. 15, No. 1 (April 2006).

DEEPAK MISHRA / ASHOKA MODY et ANTU PANINI MURSHID, (2001), « Flux de capitaux privés et croissance source » : Finances & Développement / Juin 2001/ volume 38 numéro 2.

DIMELIS / PAPAIOANNOU/ SOTIRIS (2010), «FDI and ICT Effects on Productivity Growth: A Comparative Analysis of Developing and Developed Countries». European Journal of Development Research; Feb2010, Vol. 22 Issue 1, p79-96, 18p

EFA.F (2005) ; « Le rôle des Investissements Directs Etrangers dans le renforcement des capacités scientifiques et technologiques des pays en développement » ; Réunion d'experts sur l'incidence de l'investissement direct étranger sur le développement, Genève 24-26 janvier 2005.

FOTSO NDEFO.N (2003) ; « Impact des Investissements Directs Etrangers sur la croissance » ; BEAC -Publications; août 2003.

Foreign Direct Investment, Economic Survey 2004-2005

GUERRAOUI.D, RICHET.X (1997) ; « Les Investissements Directs Etrangers : facteurs d'attractivité et de localisation » `partie III' : Attractivité et localisation de l'IDE expériences comparées ; page 153.

· F. TAHALITE. Les IDE en Algérie, page 229.

· A.OUARDI. Attractivité et promotion des IDE en Algérie, page 257

· A.AKARI. IDE et développement Tunisie, page 265

· M.EL MAAROUFI. Le dispositif de promotion des IDE au Maroc, page 281

HENRY.P et Bénédict de Saint-Laurent (2007) ; « Les Investissements Directs Etrangers dans la région MEDA en 2006 » ; Anima Investissement Network `Notes et Documents n°23' mai 2007.

HOARAU. J-F, (2009) « Investissements directs étrangers et intégration régionale : un état des lieux pour le marché commun d'Afrique de l'Est et du Sud, Région et Développement n° 29-2009.

Journal of International Economics , Volume 45, Issue 1, 1 June 1998.

LOUNGANI.P et RAZIN.A (2001) ; « l'IDE est il bénéfique aux pays en développement » ; `Finances et Développement' ; juin 2001.

MALLAMPALLY.P / SAUVANT.K (1999), Foreign Direct Investment in Developing Countries, Finance et développement, March 1999, Volume 36, Number 1.

MANSOURI.B (2009) ; « Effets des IDE et de l'ouverture commerciale sur la croissance économique au Maroc » ; `Conférence économique africaine' Promouvoir le développement dans une ère de crises financière et économique 11 - 13 novembre 2009
· Centre de conférences des Nations Unies
· Addis-Abeba, Éthiopie ; avril 2009.

MENEGALDO.F ; « Investissements Directs Etrangers et Commerce International » `le cas des pays du Sud de la Méditerranée'.

NICET-CHENAF/ ROUGIER (2009) ; «FDI in Morocco and in Tunisia: Spatial Competition or Spatial Spillovers», Région et Développement, 2009, iss. 29, pp. 105-40.

OCDE, `Organisation de coopération et de développement économiques' (2008) ; « l'impact social de l'Investissement Etranger » ; juillet 2008.

OCDE, `Organisation de coopération et de développement économiques' (2002) ; « L'investissement Direct Etranger au service du développement » ;'synthèse OCDE-2002.

OZYURT.S (2008) ; « Les investissements directs étrangers entraînent-ils des effets de débordement vers les pays en développement ? » ; Etudes et synthèses ; septembre 2008.

PERIDY.N; «Some New Insights about Determinants and Productivity Spillover Effects of FDI: An Application to MENA Countries ».

MONTIEL.P / COLLEGE.W (2006), « Les obstacles à l'investissement en Afrique : explication du paradoxe de Lucas », Séminaire de haut niveau organisé par l'Institut du FMI en coopération avec l'Institut multilatéral d'Afrique, février/mars 2006.

REIFFERS.J-L et RADWAN.S (2005) ; « Des investissements directs étrangers insuffisants dont l'effet n'est pas optimisé » ; `Femise Network' ; février 2005.

SEETANAH.B / KHADAROO A J (2007), Foreign Direct Investment and Growth: New Evidences from Sub- Saharan African countries Conferences 2007.

YABI, OLAKOUNLE.G (2004), « Les investissements directs étrangers sont-ils réellement un moteur de la croissance dans les pays en développement? Les résultats mitiges d'une analyse empirique »,Canadian Journal of Development Studies, 2004, v. 25, iss. 2, pp. 275-91

Webographie

http://www.animaweb.org

http://www.femise.org

http://www.ideas.repec.org

http://www.oecd.org

http://www.defi-univ.org/IMG/pdf/0021.pdf

http://www.planbleu.org

http:/ indiabudget.nic.in http://www.beac.int/Publications/NER%203.htm

http://data.worldbank.org http://perspective.usherbrooke.ca

Table de matières

Introduction générale 2

Problématique ..3

Chapitre I : Cadre théorique et conceptuel de l'étude

Section 1 : Revue de la littérature

 

1.1. Définitions des concepts

5

1.1.1. Investissement privé/public

..5

1.1.2. Investissement Direct Etranger

7

1.1.3. Firmes multinationales

.9

1.1.4. Croissance économique

..11

1.2. Littérature sur les IDE

.15

Section 2 : Flux et évolution des IDE dans la zone Med

 

2.1. Evolution des flux d'IDE entrant dans la zone Med

19

2.2. Origines des stocks d'IDE

23

2.3. Aperçu sur la répartition sectorielle des IDE

..25

Chapitre II : Les effets des IDE sur la croissance de la zone Med

Section 1 : Revue de la littérature sur différents effets des IDE dans les pays en

développement

 

1.1. Croissance et développement humain

.34

1.2. Croissance et investissement domestique

..36

1.3. Croissance et politique commerciale

..37

1.4. Croissance et revenu/emploi

38

1.5. Croissance et diffusion de technologie

40

Section 2 : Modèle économétrique

2.1. Choix du modèle 41

2.2. Les variables 44

2.3. Procédure d'estimation 45

Section 3 : Résultats : Effets directs et indirects

3.1. Les déterminants de l'investissement direct étranger .46

3.2. L'effet de l'IDE sur les exportations ...48

3.3. L'effet de l'IDE sur le développement des ressources humaines 49

3.4. L'effet de l'IDE sur l'investissement domestique ...51

3.5. L'Effet de l'IDE sur la croissance économique ..53

Section 4 : Contribution des IDE à la croissance de la zone Med

4.1. L'ampleur des avantages 55

4.2. Quels obstacles ? 56

4.3. Recommandations d'action 58

Conclusion générale ..61

Bibliographie .62











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.