WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion du risque de contrepartie dans la relation des banques commerciales avec les PME: cas de la Commercial Bank-Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Tatiana AZOGANG MU KENGNE
Université catholique d'Afrique Centrale - Master comptabilité et finances 2011
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

PARTIE III. CAS PRATIQUE : LA GESTION DU RISQUE DE CONTREPARTIE DES PME A LA COMMERCIAL BANK-CAMEROUN

Nous avons vu que le risque de contrepartie est l'un des plus importants auxquelles doivent faire face les banques et que sa mesure peut se faire soit par le recours à des agences de notation externes, soit à l'aide d'outils développés en interne par les banques.

Dans cette partie, nous présenterons les outils de gestion du risque de contrepartie utilisés à la Commercial Bank-Cameroun. À travers un cas pratique, nous ressortirons les limites du modèle mis en place et ferons des propositions en vue de son amélioration.

CHAPITRE I. ANALYSE PRATIQUE DE LA POLITIQUE D'OCTROI DE CREDIT A LA COMMERCIAL BANK-CAMEROUN

L'intermédiation constituant le coeur de métier du banquier, les décisions d'octroi de crédit au sein des banques doivent résulter d'analyses précises sur la base d'un cheminement méthodique. Ainsi, dans la première partie de ce chapitre nous ferons une présentation de la Commercial Bank-Cameroun et dans la seconde nous expliciterons la procédure d'octroi de crédit au sein de cette banque.

SECTION I. Présentation du cadre de l'étude

Paragraphe I. Historique et activités de la Commercial Bank-Cameroun

Créée le 27 Novembre 1997 sous l'initiative du Groupe Fotso et avec le soutien d'opérateurs économiques nationaux, d'organismes financiers et d'actionnaires privés, la Commercial Bank-Cameroun avec un capital initial de 3 milliards de F.CFA, s'est rapidement faite une place de choix dans le paysage bancaire camerounais.

Sous Administration Provisoire depuis novembre 2009, la Commercial Bank-Cameroun avec un capital actuel de 7 milliards de F.CFA, a un réseau qui s'étend non seulement au Cameroun mais aussi au Tchad, en Centrafrique, à Sao Tomé et Principe et en Guinée Équatoriale, à travers les filiales de la holding CFH.

Autour du siège de la CBC à Douala Bonandjo inauguré en novembre 1997, se greffent les agences d'Akwa ouverte en septembre 2003 et de Bonabéri inaugurée en novembre 2005,. Dans la ville de Yaoundé, la CBC dispose de deux agences, une à l'avenue Kennedy ouverte en janvier 1998 et l'autre à Mokolo ouverte en 2007. La ville de Bafoussam compte une agence ouverte en février 1998, celle de Garoua une agence ouverte en octobre 1998 et enfin la ville de Maroua comporte une agence ouverte en 1998.

La Commercial Bank-Cameroun se veut être une entreprise qui, par ses interventions multiformes, participe pleinement à l'essor économique des pays dans lesquels elle est présente. Elle accompagne tous les acteurs de la vie économique dans la réalisation de leurs projets quotidiens.

Ainsi, cette entreprise s'est fixée pour principaux objectifs de :

· Soutenir les opérateurs économiques dans leurs activités courantes ;

· Concevoir et mettre à la disposition des clients des financements spécifiques et compétitifs ;

· Faciliter les transactions par des moyens de paiement sécurisés et performants ;

· Fournir un service de qualité grâce à une technologie de pointe ;

· Contribuer à la lutte contre la pauvreté et le développement économique au travers de financements de projets créateurs de richesses et d'emplois.

L'organisation de la CBC est détaillée dans le paragraphe ci-après.

Paragraphe II. Organisation interne

La CBC est organisée autour de trois directions principales à savoir la direction en charge des risques et engagements, la direction de l'exploitation et la direction chargée des opérations et supports que nous présenterons plus amplement dans les paragraphes suivants.

Au sein de la direction générale adjointe en charge des opérations et support, on retrouve :

· La direction administrative et de supervision des agences « DASA »

Avec ses pôles systèmes d'information, organisation et qualité, moyens généraux et contrôle de premier niveau, la DASA a pour mission d'apporter aux divers acteurs de la banque le support logistique nécessaire. Elle veille à l'amélioration constante de l'organisation et des processus, ainsi qu'à la fluidité des relations client-fournisseur interne. Elle est garante des actifs de la banque, qu'il s'agisse des hommes, des biens meubles et immeubles, ou qu'il s'agisse des progiciels et logiciels, des applicatifs et de l'ensemble des avoirs tangibles. Elle participe activement à la conduite des projets structurants ou transversaux.

· La direction centrale de la comptabilité et des finances « DCCF »

La Direction Centrale de la Comptabilité et des Finances a pour mission l'organisation et la supervision de l'ensemble des fonctions comptables et financières de la banque. Elle est responsable de la communication financière et fournit à la direction générale des outils d'appréciation et d'aide à la décision. Dépendante hiérarchiquement de la direction générale adjointe chargée des opérations et supports, elle comprend une sous-direction comptabilité et une sous-direction contrôle de gestion. La sous-direction comptabilité comprend elle-même un département de comptabilité générale et un département en charge de la comptabilité pool agences et de la surveillance permanente des comptes. Quant à la sous-direction contrôle de gestion, elle est subdivisée en deux départements, un en charge du budget et du contrôle budgétaire et un chargé des études et du suivi des performances.

· La direction centrale des opérations « DCO »

Dépendant hiérarchiquement de la direction générale adjointe chargée des opérations et support, la direction centrale des opérations a pour mission d'assurer le traitement back-office de l'ensemble des opérations de la banque. A ce titre, elle est garante des standards de qualité des prestations rendues à la clientèle.

La direction générale adjointe en charge de l'exploitation est quant à elle subdivisée en :

· La direction des métiers spécialisés

Dans cette direction sont regroupées les activités de commerce extérieur, de la trésorerie, de transfert d'argent, et les activités de marché. La mission principale de cette direction est de renforcer la contribution de ces différentes activités à la croissance du Produit Net Bancaire (PNB) de la CBC. Ainsi, en assurant le développement des activités commerciales spécialisées, elle constitue un centre de profit par le développement de la capacité des métiers spécialisés à générer des commissions et à accroitre le PNB de la banque. Elle comprend deux subdivisions :

· Une sous-direction « opérations internationales » elle-même comprenant un service documentaire et un service transfert ;

· Une sous-direction trésorerie comprenant un service « reporting et rapprochement », un « service trading et marchés » et un service «  relations bancaires et financières » ;

· Un département en charge des opérations « Western Union » ;

· Un service en charge des services et des marchés financiers.

· La direction centrale d'exploitation «  DCEX »

Dépendant hiérarchiquement de la direction générale adjointe chargée de l'exploitation, la direction centrale d'exploitation est responsable du déploiement efficace de l'ensemble de l'activité commerciale de la banque. Entièrement tournée vers la clientèle commerciale et le marché, ses fonctions recouvrent le développement du fonds de commerce de la banque, le pilotage et l'animation de l'action commerciale des régions, et la gestion en premier ressort des risques résultant de la clientèle.

· La direction juridique/ conformité

Avec ses subdivisions juridique, contentieux et Lutte Anti-Blanchiment « LAB », la direction juridique et de conformité est en charge des différends qui peuvent exister entre la banque et les parties avec lesquelles elle est en contact. A cet effet, elle s'assure du bon déroulement des procédures relatives au précontentieux et au contentieux.

Aux côtés des directions en charge de l'exploitation et des directions en charge des opérations et support, on retrouve :

· la direction des risques et engagements « DRE » 

Placée sous l'autorité de la direction générale, le rôle de la direction risques et engagements se situe au centre de la décision d'octroi des crédits à la clientèle. A ce titre, elle est garante de l'application de la politique de la direction générale sur les risques de crédit et les autres risques bancaires. Cette direction a donc la charge de conduire la politique des risques de la banque, d'émettre des avis techniques sur les dossiers de crédit et de veiller à la bonne application des décisions (notifications, mises en place des crédits, déclassements, conditions rogatoires...).

· Le contrôle général « CG » 

Placé sous le contrôle hiérarchique de la direction générale et sous le contrôle fonctionnel du comité d'audit et du conseil d'administration, le contrôle général exerce au sein de la banque une double mission d'assurances et de conseil.

Il assure par ailleurs le secrétariat du comité d'audit du conseil d'administration.

A travers les missions d'assurance, le conseil général examine :

· La régularité et la conformité des opérations ;

· Le respect des procédures, et des réglementations comptables, financières, sociales, fiscales ou juridiques ;

· La pertinence du dispositif de contrôle interne, à tous les niveaux ;

· La qualité et la performance du système d'information ;

· L'efficacité de l'organisation en place, et l'utilisation optimale des ressources ;

· Les limites en matière de risques.

Les missions de conseil consistent en des recommandations, propositions concrètes, ayant pour objectif de créer de la valeur ajoutée et d'améliorer le fonctionnement de la banque.

Après avoir présenté l'entreprise dans laquelle nous avons été accueillie, il importe maintanant de faire le point sur la procédure d'octroi de crédit et la gestion du risque en son sein.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour