WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mesure et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique: cas de la ville de Yaoundé

( Télécharger le fichier original )
par Yannick Noa Ngono Noa
Institut sous régional de statistique et d'économie appliquée (ISSEA-CEMAC) - Ingénieur d'application de la statistique, option économie appliquée 2011
  

Disponible en mode multipage

Avertissement

L'Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée (ISSEA) n'entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans ce mémoire professionnel. Ces opinions doivent être considérées comme propres a` son auteur.

Dédicace

Je dédie ce travail d'abord au seigneur notre créateur.

Je le dédie ensuite a` ma mère et a` mon père a` qui je dois tout. Je le dédie enfln a` ma chérie Ingrid, ma fllle Kim Maeva et a` tous mes frères, car votre présence me donne le courage et la force d'aller toujours de l'avant.

Remerciements

La finalisation du pr'esent m'emoire professionnel n'aurait 'et'e possible sans la contribu tion de nombreuses personnes que nous tenons a` remercier. Notre gratitude va a` cet effet a` l'endroit de :

? M. Léoncio Feliciano ESONO NZE OYANA, Directeur G'en'eral de l'ISSEA, qui nous a permis d'effectuer ce stage professionel dans l'organisation qu'il dirige;

? M. Robert NGONTHE, Directeur de la Formation Continue et de la Recherche Appliqu'ee, notre encadreur qui n'a cesser de nous guider, conseiller et orienter tout au long de notre stage;

? M. Symplice NGAH NGAH, Chef du d'epartement des Enquêtes et Publications, pour les conseils qu'il n'a cesser de nous prodiguer;

? M. DieudonnéKINKIELELE, Chef de d'epartement de Math'ematiques et d'In-

formatiques pour les orientations qu'il nous a donn'ees durant ce stage;

? tout le corps professoral de l'ISSEA, dont les enseignements ont 'et'e enrichissants

pour la r'edaction de ce m'emoire professionel;

? mes camarades et co-stagiaires M. Christian TAGNE ,M. Magnim FAROUH et Mlle Elyonore TSAKEU, pour la convivialit'e, l'esprit de groupe et d'entraide qui a r'egn'e tout au long de notre stage;

? nos amis et camarades de promotion pour la convivialit'e et l'esprit de soutien depuis le debut de notre formation a` l'ISSEA;

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

? tous nos amis qui ont bien voulu relire ce travail, en particulier M. Francis ES-

SENGUE , Mlle Sandrine SIDZE et M. HervéMPOUAMZE.

? a tous ceux qui n'ont pas étécités et qui, de près ou de loin ont contribuéa` la

réalisation de ce travail. Trouvez ici l'expression de notre profonde gratitude.

Table des matières

Avertissement i

Dédicace ii

Remerciements iii

Avant-propos viii

Résuméix

Abréviations et acronymes x

Abréviations et acronymes suite xi

Introduction générale 1

0.1 Contexte et justification 1

0.2 Problématique 2

0.3 Objectifs 3

0.4 Hypoth`eses de recherche 3

0.5 Résultats attendus 4

0.6 Intérêt du travail 4

0.7 Plan du travail 5

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

I CADRE CONCEPTUEL, REVUE DE LA LITT'ERATURE TH'EORIQUE ET EMPIRIQUE 6

1

CONCEPTS ET MESURES DE LA CONFIANCE DES M'ENAGES

7

 

1.1 Concept de confiance des ménages

7

 

1.1.1

Définition des concepts

7

 
 

Un ménage

7

 
 

La confiance

8

 
 

La situation économique

9

 
 

La confiance des ménages sur la situation économique

9

 
 

L'indice de confiance

10

 

1.1.2

La confiance : Un concept sociologique ou économique ?

10

 

1.1.3

Illustration : Un jeu de confiance

11

 

1.1.4

La confiance dans les phénomènes financiers et monétaires : l'ap-

 
 
 

proche économique

12

 
 

Le contrat

13

 
 

Le serment

13

 

1.1.5

La théorie des jeux et la notion de confiance

13

 

1.1.6

Ràole de la confiance des ménages dans les processus économiques .

14

 

1.2 Mesures de la confiance des ménages sur la situation économique

15

1.2.1 L'utilisation de plusieurs indicateurs agrégés de confiance des ménages 15

1.2.2 La mesure de la confiance basée sur des données individuelles : L'in-

dicateur composite 16

L'échelle de Rensis Likert 16

L'approche de l'inertie 17

1.2.3 Méthodologie de construction de l'indice 18

1.2.4 Seuil de confiance 19

2 REVUE DE LA LITT'ERATURE EMPIRIQUE 21

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

2.1

Détermination de la confiance des ménages

21

 

2.1.1

Analyse macro économique de la confiance des ménages en France

21

 

2.1.2

Analyse micro économique de la confiance des ménages en France.

23

 
 

Les critères sociodémographiques qui jouent le plus

23

 
 

Autres variables liées au sentiment de confiance des ménages . . . .

24

2.2

Présentation du Cameroun

25

 

2.2.1

Organisation politico-administrative du Cameroun

25

 

2.2.2

Situation géographique du Cameroun et de la ville de Yaoundé. . .

26

 

2.2.3

Aperçu sociodémographique de la ville de Yaoundé

27

 
 

Démographie

27

 
 

Economie

27

 
 

Education

27

II 'ETUDE EMPIRIQUE A YAOUND'E AU CAMEROUN 29

3 PR'ESENTATION DES DONN'EES ET MISE EN OEUVRE DE L'INDICE DE CONFIANCE DES M'ENAGES (ICCM) 30

3.1 Source et traitement de données 30

3.2 Calcul de l'indice de confiance global: Méthode INSEE 31

3.3 Choix des Indicateurs pour la construction de l'Indice Composite de

Confiance des Ménages sur la situation économique 33

3.3.1 Situation financière en 2009 et en 2010 34

Situation financière en 2009 34

Situation financière en 2010 35

3.3.2 Situation d'épargne en 2009 et en 2010 35

Situation d'épargne en 2009 36

Situation d'épargne en 2010 37

3.3.3 Appréciation du coàut de la vie en 2009 et perspectives en 2010 . . 38

3.3.4 Achat des biens durables en 2009 et perspectives en 2010 39

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

 

3.4 Mise en oeuvre pratique de l'Indicateur Composite de Confiance des Ménages

 
 

(ICCM) a` Yaoundésur la situation économique

40

 

3.4.1

ACM préliminaire

40

 

3.4.2

Fidélitéet validitéde l'ICCM

41

 
 

Fidélitéde l'ICCM

42

 
 

Validitéde l'ICCM

43

 

3.4.3

Détermination du seuil de confiance

46

 

3.4.4

Partitionnement de la population a` l'aide du seuil de confiance . . .

47

4

D'ETERMINANTS DE LA CONFIANCE DES M'ENAGES SUR LA SI-

 
 

TUATION 'ECONOMIQUE

48

 

4.1 Spécification du modèle

48

 

4.1.1

Présentation du modèle

49

 

4.1.2

Justification du modèle

50

 

4.1.3

Traitement et analyse des variables

51

 
 

L'indice de confiance

51

 
 

Statut dans le ménage et sentiment de confiance

52

 
 

Catégorie de revenu mensuel et sentiment de confiance

53

 
 

Sentiment de confiance et langue officielle

54

 
 

Sentiment de confiance et situation d'activité

54

 
 

Sentiment de confiance et religion

55

 
 

Sentiment de confiance et niveau d'instruction

56

 
 

Sentiment de confiance et Groupe d'âge

57

 
 

Statut matrimonial et sentiment de confiance

57

 
 

Région d'origine et sentiment de confiance

58

 

4.2 Diagnostic du modèle

59

 

4.2.1

Description des principaux indicateurs

59

 
 

Le résidu de Pearson

59

 
 

Le Dbeta et distance de cook

59

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

4.2.2 Résultats du diagnostic 60

4.3 Qualitédu modèle 60

4.3.1 Ajustement global du modèle 60

4.3.2 Significativitéglobale du modèle 61

4.3.3 'Evaluation du pouvoir discriminant du modèle 61

4.3.4 La courbe ROC (Receiver Operating Characteristic) 63

4.4 Interprétation des résultats 63

Conclusion générale 68

Bibliographie 71

Annexes I

Annexe A : PRESENTATION DE LA STRUCTURE D'ACCUEIL I

Annexe B : APERCU METHODOLOGIQUE DE L'ENQUETE ICMY III

4.5 Champs de l'enquête III

4.6 Source de données et méthode de collecte III

4.7 Unitéd'enquête IV

4.8 Méthode d'échantillonnage IV

4.9 Variables de quota IV

4.10 Taille de l'échantillon V

Annexe C : QUELQUES TABLEAUX ET FIGURES VI

Liste des tableaux

1.1 Illustration théorique de la confiance dans les échanges entre individus . . . 11

1.2 Extrait du questionnaire proposépar l'INSEE pour calculer l'indice de confiance des ménages francais sur la situation économique 16

3.1 Répartition des résidents majeurs a` Yaoundéselon l'opinion sur

coüt de la vie en 2009 et les perspectives de 2010 38
3.2 Répartition des résidents majeurs de Yaoundéselon l'opinion sur

l'opportunitéd'achat des biens durables en 2009 et les perspectives

de 2010 39

3.3 Liste des variables retenues pour l'ACM préliminaires 40

3.4 Récapitulatif sur l'indice composite de confiance des ménages ré-

sidents a` Yaoundé 44

3.5 Tableau d'ANOVA 45

4.1 Distribution de l'indice de confiance 52

4.2 sentiment de confiance et statut dans le ménage 52

4.3 sentiment de confiance et revenu mensuel 53

4.4 sentiment de confiance et langue officielle 54

4.5 sentiment de confiance et situation d'activité 55

4.6 sentiment de confiance et religion 56

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

4.7 sentiment de confiance et niveau d'instruction 56

4.8 sentiment de confiance et Groupe d'âge 57

4.9 sentiment de confiance et statut matrimonial 58

4.10 sentiment de confiance et région d'origine 58

4.11 Récapitulatif du diagnostic du modèle 60

Table : Table de classification du modèle après diagnostic62

4.12 Synthèse des résultats, variables significatives du modèle de ré-

gression logistique 64

4.13 Indice de confiance liéaux services sociaux VI

4.14 Indice de confiance liéa` la sécuritéet la gouvernance VII

4.15 Indice de confiance liéa` l'emploi VII

4.16 Indice de confiance liée a` la situation financière VII

4.17 Indice de confiance global VIII

4.18 Caractérisation de la classe des confiants : Classe 1/2. VIII

4.19 Caractérisation de la classe des non confiants : Classe 2/2 VIII

4.20 Distribution en pourcentage des cat'egories par quartile de l'ICCM X

Table des figures

Figure. Distribution de l'indice agrégéde situation économique suivant le statut dans

le ménage, l'âge, la situation d'activitéet le statut matrimonial 32
Figure 1. Distribution de la population selon l'opinion sur la situation financière en

2009 34

Figure 2. Pourcentage de la population selon l'opinion sur la situation financière en

2010 35

Figure 3. Pourcentage de la population selon l'opinion sur la situation d'épargne en

2009 36

Figure 4. Distribution de la population selon l'opinion sur la situation d'épargne en

2010 37

Figure 5. Premier plan factoriel de l'ACM préliminaire 41

Figure 6. Boite a` moustaches des classes de confiance sur le score de confiance . . 47

Figure 7. Courbe de ROC 63

Figure 8. Organigramme de L'ISSEA II

Figure 9. Coordonnées, contributions et cosinus carréde l'ACM IX

Figure 10. Suite des Coordonnées, contributions et cosinus carréde l'ACM IX

Figure 11. Histogramme des 16 premières valeurs propres XI

Figure 12. Distance de Cook avant diagnostic XII

Figure 13. Résidus standardisés avant diagnostic XII

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 14. Résidus influents avant diagnostic XIII

Figure 15. Distance de Cook après diagnostic XIII

Figure 16. Résidus standardisés après diagnostic XIV

Figure 17. Résidus influents après diagnostic XIV

Figure 18. ESTAT XV

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Avant-propos

L'Institut Sous-r'egional de Statistique et d'Economie Appliqu'ee (ISSEA) bas'ee a` Yaound'e au Cameroun est une institution sp'ecialis'ee de la CEMAC qui a a` sa charge

de former les cadres statisticiens de niveau sup'erieur et moyen dans la sous- r'egion. Ayant aujourd'hui a` son sein les ressortissants de plus de quinze pays d'Afrique et Madagascar, cette 'ecole, pour remplir ses missions offre des formations a` travers trois cycles d'enseignement. Il s'agit notamment du cycle de Technicien Sup'erieur de la Statistique (TSS), d'Ing'enieur d'Application de la Statistique (IAS) et d'Ing'enieur Statisticien Economiste (ISE).

Arriv'e en quatrième ann'ee leur cycle, les 'etudiants IAS sont tenus d'effectuer un stage professionnel de quatre mois. Ainsi, il est donn'e a` l''elève ing'enieur statisticien la possibilit'e de mettre a` contribution les enseignements qui lui ont 'et'e dispens'es tout au long de sa formation, afin de traiter d'un problème concret dans la structure l'ayant accueilli en stage. C'est aussi l'occasion pour lui de faire sa propre exp'erience des r'ealit'es du milieu professionnel. A la fin de ce stage, il est tenu de produire un m'emoire dont le contenu sera soutenu publiquement a` l'ISSEA.

Dans le cadre de notre stage effectu'e a` la Direction de la Formation Continue et de la Recherche Appliqu'ee (DFCRA) de l'ISSEA, il nous a 'et'e soumis une pr'eoccupation a` travers le thème »Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé. ». Notre 'etude se veut être une proposition de solution visant a` 'elaborer et appliquer une proc'edure afin de r'epondre a` cette pr'eoccupation.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Résumé

Aux lendemains de la crise de 2008, l'ISSEA a réaliséen 2010, une enquête sur la confiance des ménages dans la ville de Yaoundé. A partir de ces données, un échantillon de 2454 résidents majeurs de la dite ville a permis de mener cette étude qui a pour objet de construire un indicateur multidimensionnel de confiance des ménages sur la situation économique et de rechercher ses déterminants. Cette étude se justifie par le fait qu'une gouvernance basée sur l'approche participative nécessite l'intégration des populations aux mutations de l'économie nationale. Donc, l'opinion des ménages sur la situation économique se trouve importante a` capter avant de définir les politiques.

En se basant sur l'Analyse des Correspondances Multiples (ACM), et a` partir de huit (08) indicateurs primaires, nous avons construit un Indicateur Composite de Confiance des Ménages. Par la suite, un seuil de confiance a étédéfini a` partir d'une classification ascendante hiérarchique, nous permettant ainsi d'élaborer un profil de confiance des résidents majeurs de la capitale politique camerounaise. Nous avons enfin procédéa` une étude de l'impact des facteurs par une régression logistique.

Les résultats obtenus montrent que 56,48% des résidents majeurs de la ville de Yaoundésont confiants sur la situation économique, avec un seuil de confiance fixéa` 0,08. Parmi toutes les 10 variables retenues pour expliquer le sentiment de confiance des résidents de Yaoundésur la situation économique, une (01) n'a aucun effet : il s'agit de la région d'origine. Quatre (04) ont une influence relativement modérée : il s'agit de la langue officielle d'origine, la réligion, le niveau d'instruction et le nombre d'années passées continuellement dans la ville. La situation d'activité, le statut matrimonial, le statut dans le ménage, le revenu mensuel et la tranche d'âge sont les variables qui impactent le plus.

Mots dlés : Confiance des ménages, Approche multidimensionnelle, Indicateur composite de confiance des ménages, Approche économétrique, Situation économique, seuil de confiance.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Abréviations et acronymes

ACM : Analyse des Correspondances Multiples

ACP : Afrique Caraibes Pacifiques

ANOVA : Analysis Of Variance

BIT : Bureau International du Travail

CAH : Classification Ascendante Hiérarchique

CEMAC : CommunautéEconomique et Monétaire d'Afrique Centrale

COPA : Consistance Ordinale sur le Premier Axe

CREDOC : Centre de Recherche pour l'Etude et l'Observation des

Conditions de vie

CSE : Centre / Sud / Est

DFCRA : Direction de la Formation Continue et de la Recherche Appliquée

DSRP : Document de Stratégie de Réduction de la PauvretéDSCE : Document de Strategie de Croissance et de l'Emploi

ESSTIC : Ecole Supérieure des Sciences de Technique de l'Information

et de la Communication

IAS : Ingénieur d'Application de la Statistique

ICCM : Indicateur Composite de Confiance des Ménages

ICM : Indice de Confiance des Ménages

ICMY : Indice de Confiance des Ménages a` YaoundéINSEE : Institut National de Statistique et des Etudes Economiques

ISE : Ingénieur Statisticien Economiste

ISSEA : Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée

MINEFI : Ministère de l'Economie et des Finances

MINRESI : Ministère de la Recherche Scientifique et de l'Innovation

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Abréviations et acronymes suite

NSP : Ne Sait Pas

OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement

ONG : Organisation Non Gouvernementale

PIB : Produit Intérieur Brut

PPTE : Pays Pauvres Très Endéttés

ROC : Receiver Operating Characteristic

SDN : SociétéDes Nations

SPAD : Système Pour l'Analyse des Données

SPSS : Statistical Packages for Social Sciences

TSS : Techniciens Supérieurs de la Statistique

UCAC : UniversitéCatholique d'Afrique Centrale

UDEAC : Union Douanière des Etats de Afrique Centrale UPAC : UniversitéProtestante d'Afrique Centrale

Introduction générale

0.1 Contexte et justification

Depuis plusieurs ann'ees d'ejà, les chefs d'Etats et de gouvernements ACP ont en com mun le souci de rechercher les voies et moyens devant permettre a` leurs peuples de

s'int'egrer de manière participative aux mutations qualitatives de l''economie en mondialisa-
tion. Ainsi en 1997 lors de la d'eclaration de Libreville, l'on a pu s'apercevoir de la position
commune de ces chefs d'Etats et de gouvernements de pr'eparer leurs peuples a` affronter
avec efficacit'e et succès les enjeux et les d'efis du troisième mill'enaire. Plus sp'ecifiquement,
il 'etait question pour ces derniers, entre autres d''eliminer les causes de pauvret'e et de
faciliter la participation de toutes les couches de la soci'et'e a` la vie 'economique et sociale.
Quelques ann'ees plus tard, la d'eclaration du mill'enaire a 'et'e adopt'ee par l'ensemble
de toute la planète et comprenant huit objectifs intitul'es Objectifs du Mill'enaire pour le
D'eveloppement (OMD) devant permettre le suivi des progrès r'ealis'es en termes de r'educ-
tion de la pauvret'e. Il va sans dire que le suivi de l''evolution des progrès r'ealis'es en termes
de r'eduction de la pauvret'e se trouve être sans doute le d'efi majeur du troisième mill'enaire.
Parti du statut de pays a` revenu interm'ediaire dans les ann'ees 1970, le Cameroun
est aujourd'hui un pays d'eclass'e sur l''echiquier international (PPTE, autrement dit pays
pauvre très endett'e). Il a adopt'e en 2003, le DSRP (Document de Strat'egie de R'eduction
de la Pauvret'e) qui, comme son nom l'indique, visait a` r'eduire la pauvret'e. Il misait sur

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

une croissance du produit intérieur brut de 5, 5% sur une période allant jusqu'en 2007 1. Le fait que la pauvretésoit loin d'avoir reculéalors que le taux de croissance du PIB était restéen dessous de 4% 2, il s'est trouvéun peu prétentieux de dire que le DSRP a permis d'atteindre les objectifs visés.

Par la suite, en date du 20 Novembre 2009 3, le ministre camerounais de l'économie a présentéau public et aux partenaires au développement le Document de Stratégie pour la Croissance et l'Emploi (DSCE). Elaborésuivant une approche participative, le DSCE vient remplacer le DSRP. Selon certains observateurs, le DSCE se distingue du DSRP par son intégration dans une perspective globale de développement. Il constitue la première phase de mise en oeuvre d'une vision qui s'étale sur 25 ans (2010-2035). Il s'agit de partir d'une croissance forte pour régler les autres problèmes auxquels le pays fait face, notamment les problèmes relatifs a` l'emploi et a` la pauvreté. Par ailleurs, pour le ministre de l'économie, le DSCE est un document de qualité, mais il reste perfectible. Aussi, un effort de communication devrait être fait pour permettre son appropriation par les populations. Pour approcher cette éventuelle appropriation, il ne se trouve pas moins important d'évaluer l'opinion des ménages sur la situation économique passée et future. L'existence de cette évaluation dans plusieurs pays du monde, montre son importance du fait qu'elle permet d'appréhender l'impact des mesures et dispositions prises par les gouvernements sur l'opinion que les ménages font sur la situation économique.

0.2 Problématique

Face a` la situation ci-dessus décrite, il ne se trouve pas moins important de construire un baromètre de l'état de confiance des ménages sur la conjoncture économique dans la capitale politique du pays (Yaoundé). Ainsi, dans la perspective de faciliter le suivi de l'appréciation que les ménages de la ville de Yaoundéfont de la conjoncture économique, la construction d'un indicateur de confiance et l'analyse de ses facteurs explicatifs devient

1Camerounreport.com 2DSCE, Aoüt 2009 3Camerounreport.com

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

problématique. Pour mener a` bien cette recherche appliquée, il se trouve donc nécessaire de répondre aux questions suivantes :

1. De quelle manière peut-on résumer les informations en un indicateur de confiance d'un ménage sur la situation économique?

2. Quels sont les facteurs explicatifs de la confiance d'un ménage sur la situation économique?

0.3 Objectifs

L'objectif général de cette étude est d'identifier les facteurs qui influencent significativement la confiance d'un ménage sur la situation économique.

De facon spécifique, il s'agira de :

1. quantifier le niveau de confiance d'un ménage sur la situation économique;

2. analyser les facteurs explicatifs de la confiance des ménages de la ville de Yaoundésur la situation économique;

0.4 Hypoth`eses de recherche

Pour ce travail, nous avons formulédeux hypothèses de recherche :

? Le niveau de confiance d'un ménage sur la situation économique se mesure a` travers son opinion dans le passéet ses perspectives sur les questions financières, d'épargne, de coàut de la vie et d'achat des biens domestiques durables.

? La confiance d'un ménage sur la situation économique est influencée par les facteurs socio démographiques.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

0.5 Résultats attendus

Il s'agit de construire un tableau permettant de mieux appréhender la confiance des ménages a` Yaoundé. Pour cela nous devons :

? Cerner l'opinion des ménages quant a` l'évolution de la situation financière (finance et d'épargne);

? Appréhender l'opinion des ménages quant a` l'évolution du coàut de la vie;

? Evaluer l'opinion des ménages quant a` l'évolution des opportunités d'achat;

? Construire un tableau de suivi du niveau de confiance des ménages de la ville de

Yaoundésur la situation économique;

? Construire un tableau permettant de regrouper les déterminants de la confiance des ménages de la ville de Yaoundésur la situation économique.

0.6 Intérêt du travail

L'intérêt de ce travail peut s'exprimer en trois (03) dimensions : scientifique, professionnelle et opérationnelle.

Sur le plan scientifique, il contribue a` étendre les réponses sur les déterminants du phénomène de confiance des ménages sur la situation économique.

Sur le plan professionel, ce travail permet a` l'élève Ingénieur d'Application de la Statistique (IAS) de se confronter aux réalités du monde professionnel.

Sur le plan opérationnel, ce travail doit permettre a` l'ISSEA et surtout au gouverne-

ment camerounais de disposer d'un profil de confiance des ménages de la ville de Yaoundésur la situation économique. Lequel profil devrait faire ressortir les caractéristiques socio
démographiques des ménages confiants quant a` la situation économique. Ainsi la réali-
sation d'une autre enquête ICMY pourra permettre d'avoir un aperçu sur l'évolution du
phénomène dans le temps, ce qui facilitera l'évaluation de la confiance des ménages et
très certainement la mise en place des politiques pouvant renforcer le degréconfiance des
ménages a` un niveau acceptable.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

0.7 Plan du travail

Ce travail comporte deux grandes parties. La première est relative a` la revue de la littérature théorique et empirique. Il s'agira ici de la présentation de quelques concepts relatifs a` la confiance des ménages, suivi d'un cas empirique, notamment celui du Centre de Recherche sur l'Etude et l'Observation des Conditions de vie (CREDOC) sur la confiance des ménages en France a` travers sa publication intitulée << le sentiment de devoir s'imposer des restrictions sur son budget4 >>. La deuxième partie concerne les travaux empiriques proprement dite. Après présentation de la base de données, nous allons procéder a` la mise en oeuvre pratique de l'indicateur composite de confiance des ménages sur la situation économique. Ce qui nous permettra de dégager le profil de confiance des ménages de la ville de Yaoundésur les questions sus mentionnées. L'identification des facteurs explicatifs de confiance des ménages sur la situation économique se fera ensuite a` travers l'analyse de ses déterminants par application d'une regression logistique binaire.

4Régis BIGOT, Aurore CAPPIGNY et Patricia CROUTTE, Cahier de Recherche N°253, Décembre 2008

Premi`ere partie

CADRE CONCEPTUEL, REVUE

DE LA LITT'ERATURE

TH'EORIQUE ET EMPIRIQUE

Chapitre1

CONCEPTS ET MESURES DE LA

CONFIANCE DES M'ENAGES

1.1 Concept de confiance des ménages

1.1.1 Définition des concepts

Un ménage

Selon l'encyclopedie wikipedia, un ménage au sens économique, est une personne physique ou plusieurs personnes physiques (famille...) vivant sous le même toit et dépendant

économiquement les unes des autres. Au sens courant du terme, un ménage est composéd'un mari et de sa femme. On parle ainsi de << jeune ménage >> pour un couple marié,

nouvellement installé.

Aussi, le Larousse, en donne la définition suivante : << Homme et femme vivant en-

semble et formant la base de la famille. >>. Par extension, l'expression << se mettre en ménage

>> est souvent synonyme de vivre ensemble pour un homme et une femme sans être mariés. Par ailleurs la notion de ménage en économie varie selon les spécialités :

? En microéconomie, le ménage est l'unitéde base dans de nombreux modèles. Ce

n'est que récemment que les études microéconomiques ont développédes analyses

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

intra-ménage. Ici, l'on considère un ménage comme étant une personne physique qui recoit un revenu du gouvernement.

? En comptabiliténationale, chaque ménage est considérécomme un agent économique. Ici, on distingue les ménages des autres agents économiques, tels que les entreprises et les sociétés non financières. Les ménages sont considérés, dans la comptabiliténationale, comme un secteur institutionnel résident. Ainsi, on peut calculer le revenu, la consommation, l'épargne, l'endettement des ménages, etc.

La confiance

Le concept de << confiance >> a souvent fait l'objet de plusieurs débats. En effet, il s'agit d'un terme un peu ambig·ue et son ambig·uitévient précisément du fait qu'il se situe a` la frontière de plusieurs disciplines, en l'occurrence l'économie et la sociologie. Bien qu'il soit insaisissable, plusieurs auteurs ont essayéde le clarifier et les réponses proposées ont un mérite de clarté. Ainsi, l'un des enjeux centraux du débat contemporain sur ce concept est celui de la nature des relations théoriques qui doivent être tissées entre l'économie et les autres sciences.

Pour Oliver Williamson1, les situations pour lesquelles les économistes ont eu recours a` la notion de confiance, ne sont que des cas particuliers de transactions risquées. Par ailleurs, selon l'encyclopedie wikipedia, la confiance renvoie a` une attitude générale, rencontrée dans des circonstances multiples, o`u une personne détermine son comportement sur la base d'un sentiment puis d'un raisonnement. Elle est a` la base de toute relation. La recherche, puis l'analyse de preuves peut renforcer la confiance ou au contraire créer un nouveau sentiment : la méfiance. Faire confiance a priori, c'est se déterminer spontanément en supposant un a priori positif. A l'inverse on qualifiera le sentiment de d'efiance qui désigne un manque de confiance, le doute, l'incrédulité, la méfiance, le scepticisme ou même un soupcon de suspicion.

'Andre Orléan, »La théorie économique de la confiance et ses limites» (2000), Cahier de sociologie, pp.1

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Selon la même encyclopedie, la confiance est un sentiment initial naturel indispensable, qui trouve son origine dans les premiers instants de la vie d'un individu avec son entourage. Dans une relation dite << normale >>, le nouveau nése sentira en confiance avec sa mère. Il est au chaud, entouréd'amour et d'affection. Lors de »sensations» désagréables, la confiance sera remise en cause et demandera de nouvelles preuves. Faire confiance est un apprentissage de la vie : Comment faire confiance a` quelqu'un, a` un gouvernement, a` un futur, malgréle fait qu'on ait entendu de »mauvaises choses» sur lui? Il faut croire en son propre ressenti.

La situation économique

On parle de situation économique lorsqu'il s'agit de l'état de l'économie d'un pays, d'un groupe de pays, d'une région, etc. a` un moment donné. De facon générale, la situation économique d'un pays par exemple, peut se résumer a` l'aide d'un carrémagique comportant quatre axes sur lesquels sont placées les variables liées a` l'activitééconomique et celles liées aux équilibres. Relier ces différents points permet de faire apparaàýtre une surface qui est d'autant plus importante que la situation du pays est bonne. Le carrémagique permet donc de comparer d'un coup d'oeil la situation du pays au cours du temps (ou la situation de plusieurs pays a` la même date).

La confiance des ménages sur la situation économique

La confiance des ménages sur la situation économique se définie comme une attitude générale o`u les ménages déterminent leurs comportements économiques sur la base d'une observation et aussi d'un sentiment. Ainsi, il s'agit du moral économique des ménages ou de la perception de ces derniers. Aujourd'hui pour l'évaluer, des études statistiques sont conduites a` partir d'une série de questions posées aux ménages, comme leur situation financière, leur niveau de vie, leur capacitéa` épargner etc., ainsi que leur perspective. Elle permet d'évaluer l'opinion des ménages sur leur environnement économique et fournit des informations quant au comportement des consommateurs et leurs anticipations.

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

L'indice de confiance

En économie, un indice de confiance est un chiffre calculéqui aide a` prévoir la consommation future des ménages ou des entreprises. Il s'obtient par comparaison de l'opinion des ménages sur leur niveau de vie passéet a` venir. Il sert donc a` émettre des prévisions sur la croissance économique 2.

1.1.2 La confiance : Un concept sociologique ou économique ?

A l'origine, le discours économique revendiquant son indépendance, ceci a entraàýnédes vastes mouvements qui ont vu l'ordre économique étroitement imbriquédans le tissu
social. C'est ainsi que pour L. Dumont, dans la pr'eface a` la grande transformation 3,
le discours économique veut se séparer de la sociétéet constituer a` lui seul un système
distinct auquel le reste du social doit être soumis (La théorie économique de la confiance et
ses limites, AndréOrléan, 2000). Cependant, la marchandise étant incapable de gérer a` elle
seule la complexitédes liens sociaux fondamentaux, il va sans dire que cette prétention des
valeurs économiques a` dominer la totalitésociale se trouve être un dangereux émiettement
de l'expérience sociale (K. Polanyi, la grande transformation4, Edition Gallimard, 1983.).
D'o`u le débat sur ce vaste mouvement avec d'une part, l'autonomie progressive que la
valeur économique veut acquérir par rapport a` l'ensemble des valeurs globales et d'autre
part, l'incapacitédans laquelle elle se trouve de parvenir a` ces fins.

Ainsi, voulant montrer comment l'économie cherche a` rendre l'ordre économique indépendant des autres dimensions sociales, a` en faire un domaine séparéet partiellement autonome d'activités; et comment elle échoue, AndréOrléan dans son ouvrage intituléla théorie économique de la confiance et ses limites, 2000, a pu établir précisément que la capacitéd'engagement d'un individu, qui n'est rien moins que sa capacitéa` promouvoir une action collective en convoquant la confiance d'autrui, ne trouve pas dans l'ordre économique des ressources suffisantes. Pour lui, un individu pour s'engager de manière crédible

2wikipedia

3Andre Orléan, »La théorie économique de la confiance et ses limites» (2000), Cahier de sociologie, pp.2 4Andre Orléan, »La théorie économique de la confiance et ses limites», Cahier de sociologie, pp.3

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

doit pouvoir mobiliser une valeur plus solide, moins précaire que celle qui caractérise les relations marchandes. Plus précisément, il soutient la thèse selon laquelle l'on se rend crédible auprès d'autrui par une représentation de soi plus complète que sa seule appartenance économique, c'est ce qu'on appelle l'être social. Par conséquent, la confiance se trouve être un concept a` la fois sociologique et économique. On dit donc que la confiance est un concept socio économique.

1.1.3 Illustration : Un jeu de confiance

L'illustration faite ici se base sur la notion du << jeu de confiance >> développépar D. Kreps5. Ici, l'auteur considère deux individus A et B pour un échange séquentiel de deux biens : la chaise de A contre la montre de B. Cet échange permettrait a` chacun d'améliorer sa situation, car ce qu'il recoit est plus important que ce qu'il donne. Dans le tableau qui suit, le couple de nombres (x, y) signifie que, dans la situation considérée, l'utilitéde l'individu A vaut x et celle de B vaut y. Ces nombres n'ont qu'une valeur ordinale.

TAB. 1.1 - Illustration théorique de la confiance dans les échanges entre individus

JOUEUR A

 

JOUEUR B

TRICHER

HONORER

FAIRE CONFIANCE

(-5 ;20)

(5 ;5)

NE PAS FAIRE CONFIANCE

(0 ;0)

(0 ;0)

Source : Andre Orléan, »La théorie économique de la confiance et ses limites», Cahier de sociologie, pp.3

Par la suite, D. Kreps formalise l'interaction de la manière suivante : La réalisation de l'échange ferait passer de l'état (0, 0) a` (5, 5). Cependant, l'échange étant séquentiel, il est nécessaire que, dans un premier temps, A donne a` B sa chaise, pour que, dans un second temps, B livre a` A sa montre. Aussi, quand B a recu la chaise, s'ouvre la possibilitépour lui de s'en emparer sans livrer sa montre. On obtient alors la situation (-5, 20). A a perdu sa chaise et B obtient, pour rien, celle-ci. C'est bien le problème de la confiance qui est

5Andre Orléan, »La théorie économique de la confiance et ses limites» 2000, Cahier de sociologie, pp.3

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

ici pos'e. Pour que A entre en relation avec B, A doit faire confiance a` B; il doit supposer
que B ne tirera pas avantage de la situation. Cette confiance est source d'utilit'e collective
puisqu'elle permet que se r'ealise l''etat (5, 5), nettement pr'ef'erable a` l''etat de nature (0, 0).

Cependant cette confiance peut être trahie. La trahison met A dans une situation pire que celle qu'il connaissait dans l''etat de nature. Mais, si la confiance fait d'efaut, aucune relation n'est nou'ee et la soci'et'e demeure dans l''etat de nature (0, 0) sans b'en'eficier des effets positifs de la coop'eration. Donc la confiance, bien qu'elle soit n'ecessaire a` la formation de liens sociaux est probl'ematique.

1.1.4 La confiance dans les phénomènes financiers et monétaires : l'approche économique

La question de la confiance dans les ph'enomènes mon'etaires et financiers se trouve être un peu plus complexe. En effet, en consid'erant l'interaction ci-dessus formalis'ee par D. Kreps6, le sch'ema se complique un peu si l''echangiste A d'ecide de livrer a` B sa chaise contre une certaine monnaie. Pour AndréOrléan 7, il n'agira de cette manière que s'il anticipe dans le futur gràace aux signes mon'etaires qu'il vient d'acqu'erir. On voit 'evidement làque ce n'est plus B qui fait l'objet de la confiance de A, mais le signe mon'etaire dans sa capacit'e pr'esum'ee a` conserver sa valeur.

Dans la th'eorie 'economique, cette situation s'analyse sous l'hypothèse que les agents A et B sont parfaitement rationnels, c'est-à-dire qu'il s'agit en particulier pour eux de maximiser chacun son utilit'e. Le plus souvent, les agents 'evaluent cette utilit'e par comparaison de la perception qu'ils ont sur leur niveau de vie pass'e et de l'anticipation de leurs conditions de vie futur. Plus pr'ecis'ement, il est question pour l'agent d''evaluer l''evolution de la perception qu'il a de ses conditions de vie entre les deux p'eriodes (pass'ee et futur). Ainsi pour Andr'e Orl'ean 8, la coop'eration (5; 5) 'etant la meilleur de toutes les situations (0; 0), alors, si A fait confiance a` B et si B est rationnel celui-ci va n'ecessairement tricher

6Andre Orléan, »La théorie économique de la confiance et ses limites» 2000, Cahier de sociologie, pp.5 7Andre Orléan, »La théorie économique de la confiance et ses limites» 2000, Cahier de sociologie, pp.5 8Théorie économique de la confiance et ses limites, pp.5

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

puisqu'il obtiendrait ainsi une utilitéde 20 supérieure a` celle de 5 qu'il aurait obtenue en coopérant avec A (maximum d'utilité). Par ailleurs, a` l'évidence, sous l'hypothèse que A est rationnel, il ne fera pas confiance a` B et n'entrera pas en relation avec lui (car la rationalitéde B le conduit a` tricher). Par conséquent, ce résultat d'AndréOrléan indique que sous l'hypothèse de rationalitédes échangistes, il ne peut y avoir échanges.

Si on identifie la valeur économique avec le principe selon lequel chaque agent agit de façon a` maximiser son intérêt personnel, il apparaàýt selon AndréOrléans 9 que la seule mobilisation de cette valeur ne suffit pas a` engendrer la confiance et a` sortir de l'état de nature. Toutefois des solutions proposées en économie sont entre autre le contrat, le serment etc.

Le contrat

Il s'agit d'une solution qui repose sur l'existence d'un tiers, a` savoir l'appareil judiciaire, contrôlant l'application des résolutions et sanctionne les contrevenants.10

Le serment

Ici, il s'agit pour un individu de jurer sur un texte sacrédu respect de sa parole afin de prouver sa bonne foi et sa volontéde coopérer.11

1.1.5 La théorie des jeux et la notion de confiance

En répétant le raisonnement précédant, cette théorie permet d'illustrer le fait que la promesse n'est pas crédible pour s'assurer la confiance. Ainsi, l'interaction rationnelle bloque les individus dans une situation de suspicion généralisée bien qu'ils les trouvent néfaste et veulent en sortir.

9Théorie économique de la confiance et ses limites, 2000, pp.6 10Théorie économique de la confiance et ses limites, 2000, pp.7 11Théorie économique de la confiance et ses limites, 2000, pp.7

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

1.1.6 Ràole de la confiance des ménages dans les processus économiques

Depuis quelques années, la recherche économique prend plus largement en considération le ràole de la confiance des ménages dans les processus économiques. En effet plusieurs auteurs s'accordent sur le ràole non négligeable de la confiance des ménages dans une économie.

Pour Giulio Vidotto et Marco Vicentini12 la confiance des consommateurs est une composante très déterminante dans la réussite d'une entreprise. Egalement, ils soutiennent la thèse selon laquelle dans tout milieu organisationnel, qu'il soit productif, commercial, institutionnel ou de recherche, il existe une relation non nécessairement directe, mais sou-vent modulatoire, entre réussite et confiance.

Par ailleurs, Fukuyama13 met en avant le ràole de la confiance pour expliquer le niveau de développement des différentes sociétés nationales. En effet, Il associe cette notion a` celui d'un facteur explicatif de la performance des systèmes économiques, a` une composante particulière des systèmes de gouvernance et a` une création des valeurs qui est la base de la prospérité.

Aujourd'hui, la confiance des ménages apparait comme un mécanisme particulier de régulation des différentes transactions qu'entretiennent les entreprises avec leurs clients. En effet, le capital de confiance entre les ménages et les entreprises s'analyse a` travers l'identification des gains de valeur permis par la confiance. Ainsi donc, il ressort que la confiance des ménages joue un ràole déterminant pour comprendre la création de la valeur ajoutée des entreprises, de l'investissement et donc de la croissance économique.

12La mesure de la confiance

dans les organisations., pp.2

13Gérard CHARREAUX, Ràole de la confiance dans les systèmes de gouvernance des entreprises, Mai 1998, pp.2

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

1.2 Mesures de la confiance des ménages sur la situation économique

Plusieurs approches permettent de mesurer la confiance des ménages. Par exemple, les approches non axiomatiques nous donnent deux principales alternatives de mesure. D'une part, l'utilisation des indicateurs agrégés de confiance et d'autres part la mesure de la confiance basée sur des données individuelles.

1.2.1 L'utilisation de plusieurs indicateurs agrégés de confiance des ménages

La méthodologie utilisée ici consiste dans un premier temps a` construire pour chacun des indicateurs, une mesure sur l'ensemble de la population. On obtient ainsi un indice de confiance pour chacune des dimensions (rubriques) considérées. Ensuite, l'intégration de ces indices en un seul permet d'avoir un aperçu multi dimensionnel de la confiance au sein de la population.

Nous pouvons citer a` titre d'exemple les Indicateurs de Confiance des Ménages (ICM) qu'utilise l'INSEE . Pour l'INSEE, les rubriques considérées dans la construction

de ces indices sont les suivantes : situation financière(finance et épargne), opportunitéd'acheter et niveau de vie. Les questions posées sur chaque rubrique tiennent compte de

l'évolution passée d'une part et des perspectives d'évolution d'autre part. Ainsi pour mesurer la confiance des ménages sur la situation économique, les questions posées sont résumées dans le tableau ci-après :

L'indicateur résuméest la moyenne arithmétique des trois indicateurs suivants : niveau de vie (évolution passée / perspectives d'évolution); situation financiêre personnelle (évolution passée / perspectives d'évolution); opportunitéde faire des achats importants. Pour chaque question posée, on calcule un solde d'opinion par différence entre les pourcentages de réponses positives et négatives. Pour toute la population, le niveau de ces

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

TAB. 1.2 - Extrait du questionnaire proposépar l'INSEE pour calculer l'indice de confiance des ménages français sur la situation économique

Evolution passée Perspectives

S'est nettement amelioreVa nettement ameliorer

S'est un peu s'amelioreVa un peu ameliorer SITUATION FINANCIERE Est restestationnaire Va rester stationnaire

S'est un peu degradeVa un peu se degrader

S'est nettement degradeVa nettement se degrader

Pensez-vous qu'il y ait interàet a` faire des achats importants dans la situation actuelle ?

OPPORTUNITE D'ACHATS DE BIENS IMPORTANTS Oui moment favorable

moment ni favorable, ni defavorable

non moment defavorable

S'est nettement amelioreVa nettement ameliorer

S'est un peu s'amelioreVa un peu ameliorer NIVEAU DE VIE Est restestationnaire Va rester stationnaire

S'est un peu degradeVa un peu se degrader

S'est nettement degradeVa nettement se degrader

Source : Le petit vert math média, Article N°94 juin 2008 pp.2

soldes n'est pas directement interprétable. Seules les évolutions le sont. Il en est de même du solde agrégéde toutes les rubriques.

1.2.2 La mesure de la confiance basée sur des données individuelles : L'indicateur composite

Pour mesurer la confiance en se basant sur des données individuelles, certains auteurs ont proposéde faire recours a` des outils statistiques du fait de la grande subjectivédes réponses. C'est donc làtout l'intérêt de cette section. En effet, un indicateur composite qui intègre toutes les dimensions de la confiance des ménages de façon logique et rationnelle, constitue la meilleure méthode de mesure. Nous présenterons ici, d'une part l'échelle de Rensis Likert et d'autre part l'approche de l'inertie.

L'échelle de Rensis Likert

Le principe de cette technique consiste a` retenir un certain nombre de variables de mesure d'attitude ayant le même nombre de modalités et de choisir une échelle de valeur aux modalités. Une fois l'échelle déterminée, l'indice d'un individu est obtenu par addition des valeurs des modalités prises par l'individu.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

L'approche de l'inertie

L'approche de l'inertie diffère de la précédente approche en ce sens qu'elle utilise les techniques d'analyse de données pour produire un indice qui est une somme pondérée d'indicateurs primaires de confiance associés aux diverses dimensions prises en compte. L'Analyse des Correspondances Multiples (ACM) peut être utilisée pour déterminer de façon non arbitraire les pondérations (notamment lorsque l'on travaille avec plus de deux variables qualitatives).

Plus concrètement, l'approche d'inertie consiste a` faire deux ACM. La première ACM a pour objectif la réduction du nombre d'indicateurs (et donc de dimensions) qui devront entrer dans la construction de l'indicateur composite suivants des critères bien établis et la seconde permet enfin de produire les coefficients de pondération des indicateurs retenus.

Au cours de la première ACM, une propriétéimportante que toutes les variables incluses dans l'indice doivent vérifier est la Consistance Ordinale sur le Premier Axe (COPA). Cette propriétéconsiste pour une variable a` voir si sa structure ordinale des rubriques est respectée par la structure ordinale des scores de ses modalités.

Considérons une population de m individus sur laquelle on a mesurép indicateurs

primaires Xj, j = 1, ..., p. L'ensemble des observations ainsi obtenues peut être regroupédans un tableau ou matrice X de m lignes et p colonnes.

X = {xij, i = 1, ...,m et j = 1, ...,p}, xij désignant la valeur de l'indicateur j pour l'individu i.

Chaque individu i de la population est ainsi représentépar un vecteur ei = {xi1, xi2, ..., xip} dans Rp. L'indicateur primaire Xj est la colonne j de la matrice X. On peut alors définir deux nuages respectifs :

1. Le nuage de points individus N1 = {ei, i = 1, . . . , m} dans l'espace E = Rn.

2. Le nuage de points variables N2 = {Xj, j = 1, . .. , p} dans l'espace F = Rp.

En associant a` chaque individu i un poids mi, le nuages de points individus possède un centro·ýde. Ainsi, on peut déterminer la distance de chaque individu au centro·ýde selon une métrique choisie. La somme pondérée des distances au centro·ýde donne l'inertie totale

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

du nuage de points individus. Les techniques d'analyse de donn'ees cherchent a` extraire, a` partir d'un système d'axes appropri'es (axes factoriels), une meilleure repr'esentation du nuage pr'ec'edent. De facon plus pr'ecise, il s'agit de rechercher un espace de faible dimension k (avec k < n) o`u le nuage projet'e des individus garde autant que possible l'inertie du nuage source. Le critère choisi est donc celui de la maximisation de l'inertie du nuage projet'e. Techniquement, la d'etermination de ce sous espace se fait de manière alternative (pas a` pas). On cherche un espace a` une dimension qui permet d'obtenir le premier axe de projection. La recherche d'un espace a` deux dimensions se fait par la suite en cherchant un second axe de projection orthogonal au premier tout en gardant a` l'esprit l'id'eal de maximisation de l'inertie projet'ee. On procède ainsi jusqu'àla d'etermination de l'axe d'ordre p (nombre de variable). Soit G un sous-espace de Rp et d la distance utilis'ee. L`inertie du point ei de Rn est donn'ee par :

Ii = mid(ei, G)

Par suite, l`inertie du nuage des points individus est donn'ee par:

I = > i Ii = > i mid(ei, G).

Si nous d'esignons par M la m'etrique servant a` d'efinir la notion de proximit'e entre les individus et par D la matrice des poids d'efini par D = (m1, ..., mn), alors, l'inertie sur un axe de projection dirig'e par un vecteur u est donn'ee par I = (XMu)'D(XMu).

Le premier axe est alors celui dirig'e par le vecteur unitaire qui rend maximal cette inertie (dans la classe des vecteurs unitaires). En bref, l'approche d'inertie est une approche non param'etrique de l'indicateur composite dont la diversit'e de ses m'ethodologies s'explique par la multiplicit'e des objectifs d'analyse.

1.2.3 Méthodologie de construction de l'indice

L'objectif ici est d'attribuer aux indicateurs primaires des poids moins arbitraires fait de l'approche de l'inertie id'eal. Comme signal'e pr'ec'edemment, l'approche de l'inertie bas'ee

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

sur les techniques dite d'analyse des données, en l'occurrence l'ACM qui est souvent utilisée dans des études visant a` construire un indicateur composite. Nous pouvons par exemple citer l'étude menée par Asselin (2002)14 visant a` étudier la pauvretémultidimensionnelle dans les communes Vietnamiennes et d'autres part les études menées sur le continent Africain dont, notamment Tchomte Severin (2010) au Cameroun, Lawson et al (2006) au Togo15 etc. C'est précisément l'ACM qui sera utilisédans le cadre de cette étude. En effet, cette méthode s'applique sur des variables qualitatives et le fait que les études sur la confiance des ménages contiennent toujours ce type de variables la rend incontournable.

Dans le cadre de cette étude, nous disposons de la base de données de l'enquête ICMY organisée par l'ISSEA en 2010. A partir des J indicateurs concernés, nous voulons construire un unique indicateur synthétisant l'information contenu dans ces multiples indicateurs. Notre objectif est de classer la population dans des degrés relatifs de confiance. En considérant les notations précédentes, l'expression de l'Indicateur Composite de Confiance des Ménages (ICCM) pour le ménage i est donnépar:

ICCMi = 1 Pp Pmk

jk=1 wk jkIk p k=1 i,jk

o`u wk jk désigne le score normaliséde la catégorie jk de la variable k sur le premier axe factoriel de l'ACM et Ik i,jk une variable binaire 0/1 égale a` 1 si i a la catégorie jk et 0 sinon. p est le nombre d'indicateurs primaires obtenus (nombre de variables). C'est donc une moyenne pondérée des poids des indicateurs catégoriques caractérisant le ménage et est considérécomme un indicateur a` long terme de confiance de ce dernier.

1.2.4 Seuil de confiance

Le seuil de confiance doit nous permettre de séparer la population en deux catégories dont nous qualifierons l'une de confiant et l'autre de non confiant. Evidement, cette évaluation de la confiance des ménages suppose qu'il existe un niveau de confiance prédéterminé(seuil de confiance) permettant de distinguer les ménages confiants de ceux

14Samuel AMBAPOUR: Pauvrétémultidimensionelle au Congo : une approche non monétaire. 15Samuel AMBAPOUR (2006) : Pauvrétémultidimensionelle au Congo : une approche non monétaire.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

non confiants vis-à-vis de l'avenir de leur situation 'economique par rapport au pass'e. Dans le cadre de cette 'etude, nous faisons recours a` une technique d'analyse de donn'ees notamment la Classification Ascendante Hi'erarchique (CAH). Cela se justifie par le fait que l''elimination de l'arbitraire est une priorit'e a` ce travail. De ce fait, la qualit'e globale d'une partition est l'homog'en'eit'e a` l'int'erieur des classes. Pratiquement, l'objectif est de minimiser la quantit'e relative de l'inertie intraclasse (inertie d'une classe donnée par rapport a` son centre de gravité) ou encore de maximiser celle relative de l'inertie interclasse (inertie des centres de gravitéde chacune des classes par rapport au centre de gravitédu nuage global).

Le seuil de confiance d'esigne le niveau de confiance en deça duquel un individu est consid'er'e comme confiant. En r'ef'erence aux m'ethodes de calcul des seuils de pauvr'et'e (Ambapour,2006), le seuil de confiance que nous calculons est la moyenne pond'er'ee (du poids de chacune des classes) de la valeur maximale de l'ICCM dans la classe des confiants et sa valeur minimale dans la classe des non confiants. On obtient ainsi la formulation suivante :

s = a min{ICCMi, i ? C1} + â max{ICCMi, i ? C2}

C1 et C2 repr'esente respectivement la classe des non confiants et la classe des confiants tandis que a et â sont les poids respectifs de ces diff'erentes classes.

Chapitre2

REVUE DE LA LITT'ERATURE

EMPIRIQUE

2.1 Détermination de la confiance des ménages

La détermination de la confiance des ménages n'est pas un thème nouveau. De nombreuses recherches insistent déjàdepuis longtemps sur l'impact des données macro et micro économiques sur le niveau de confiance des ménages. Très récemment (en 2008), ces dimensions macro et micro économiques sont apparues comme importantes en France dans ce que le Centre de Recherche pour l'Etude et l'Observation des Conditions de vie (CREDOC) a appelé<< le sentiment de devoir s'imposer des restrictions sur son budget >> et ont permis de déboucher sur plusieurs résultats.

2.1.1 Analyse macro économique de la confiance des ménages en France.

A la question de savoir lesquels des agrégats macro économiques étaient les plus déterminants du niveau de confiance des ménages en France, le CREDOC, a` travers sa publication sus-mentionnée a pu montrer l'impact de la conjoncture économique sur la

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

confiance des ménages pendant la période allant de 1977 a` 2007. Entre autre, on peut reléver les résultats suivants :

? La confiance des ménages varie selon les cycles de l'activitééconomique. Bien plus, le sentiment des ménages Francais de s'imposer des restrictions sur leurs budgets diminue en période de croissance économique et croit en période de récession.

? Il existe une corrélation négative significative au seuil de 6% entre le pouvoir d'achat d'un ménage Francais et son sentiment de s'imposer des restrictions a` son budget. Plus spécifiquement, plus le pouvoir d'achat d'un ménage en France est élevé, moins il s'impose des restrictions a` son budget et plus il est confiant sur son niveau de vie a` venir.

? Nonobstant quelques nuances, le moral économique des ménages francais est liéa` leurs consommations effectives.

? Il existe une corrélation significative au seuil de 1% entre le sentiment de restriction des ménages et le niveau de chômage. En réalité, plus le taux de chômage réel est élevé, plus le sentiment de restriction s'accroit et moins le ménage est confiant.

? Le moral économique des citoyens francais est liéa` l'indice des prix. Toutefois, il apparait que l'accélération de l'inflation n'a pas le même impact, selon qu'elle se produise en phase de forte croissance économique ou en phase de croissance << molle >>.

? Le sentiment de restrictions n'est pas du tout corréléau taux d'épargne.

Enfin, une modélisation économétrique du sentiment de confiance des ménages en France sur la période allant de 1977 a` 2007 a permis au CREDOC, d'établir que les variations du sentiment de restrictions s'expliquent très bien a` partir des évolutions du taux de chômage et de croissance du pouvoir d'achat (taux de salaires). Ce modèle économétrique semble assez robuste avec un coefficient de corrélation significatif au seuil de 0, 3%, et indique qu'en France chaque pour cent du taux de chômage élève le sentiment de restriction de 0, 98 pour cent et chaque point de croissance des salaire réels le réduit de 0, 99%. On en déduit qu'en France, dans une situation hypothétique o`u le taux de chômage serait nul et

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

o`u les salaires réels ne progresseraient pas, la proportion d'individus qui déclarent devoir s'imposer régulièrement des restrictions est de 55%.

Ce modèle se visualise comme suit :

RESTRICTION1=54,75 + 0,98 x CHOMAGE2-0,99 x SALAIRES REELS3

2.1.2 Analyse micro économique de la confiance des ménages en France.

Pour distinguer les comportements et attitudes des différentes composantes de la population et mieux comprendre la manière dont évolue le sentiment de confiance des ménages francais dans le temps, le CREDOC a d'une part évaluéles critères sociodémographiques qui influencent le plus et d'autres part étudiécertaines autres variables pouvant être liées au sentiment de confiance.

Les critères sociodémographiques qui jouent le plus

Parmi tous les facteurs sociodémographiques, le CREDOC a cherchéa` savoir lesquels étaient les plus explicatifs de la confiance des ménages en France. Pour cela, une régression logistique a étéréalisée a` partir de huit descripteurs, pour la période récente 2007.

Sur les huit variables mobilisées, deux n'ont aucun effet : il s'agit du diplôme et de la taille d'agglomération de résidence.

Quatre ont une influence relativement modérée : il s'agit de la situation d'emploi, de la catégorie socioprofessionnelle, de l'âge et du sexe. La structure familiale joue de manière plus significative. Mais c'est surtout la catégorie de revenu qui impacte le plus. Plus explicitement, il ressort de cette étude les résultats suivants :

? C'est après 70 ans qu'on déclare le plus avoir confiance, toutes choses égales par ailleurs. Les 40-69 ans et les plus jeunes ont 1, 3 fois plus de risques de se restreindre

1c'est la proportion d'individus déclarant devoir s'imposer des restriction sur leur budget (en pourcentage)

2Taux de chômage au sens du BIT (en pourcentage)

3Taux de croissance annuel des salaires déflatés de l'inflation (en pourcentage)

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

sur certains postes de leur budget. Mais c'est entre 25 et 39 ans que les privations se font le plus sentir (1, 7 fois plus souvent que pour une personne de plus de 70 ans).

? S'agissant de la situation professionnelle, les chômeurs ont 1, 5 fois plus de risques de déclarer se restreindre que les actifs occupés. La probabilitéque les employés, les ouvriers et les professions intermédiaires déclarent des restrictions est supérieure de 50% a` celle des cadres.

? Une femme a une probabilité1,3 fois plus élevée qu'un homme de voir sa confiance se dégrader, toutes choses égales par ailleurs. L'ayant dit plus haut, il y a donc bien un effet propre au genre, indépendamment de la profession et des revenus.

? La structure familiale a aussi une influence. Si on prend comme référence un couple sans enfants, toutes les autres configurations familiales présentent un risque accru de devoir se priver. Les couples avec enfants et les personnes vivant seules ont 20% de risques supplémentaires de devoir se restreindre (par rapport a` un couple sans enfants, et toutes choses égales par ailleurs). Mais les plus concernés sont les familles monoparentales, qui ont 2, 3 fois plus de risques de voir leur niveau de confiance se dégrader.

? Le niveau de vie, surtout, impacte fortement le sentiment de confiance. Les hauts revenus sont, évidemment, les plus épargnés. Les catégories aisées, pourtant assez proches, ont déjà50% de risques supplémentaires de se restreindre. Les classes moyennes supérieures voient cette probabilitémultipliée par 2, 6. La situation est plus critique encore pour tous les autres groupes : classes moyennes inférieures, catégories pauvres et modestes se voient attribuer un coefficient multiplicateur de 4, 3, de loin le plus élevédans cette analyse. L'écart est considérable.

Autres variables liées au sentiment de confiance des ménages

Au-delàdes variables sociodémographiques classiques, d'autres variables d'opinions se sont trouvées corrélées avec le sentiment de confiance des ménages en France. Se fondant

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

sur les observations de Patricia Croutte et Georges Hatchuel4, dans une recherche sur les liens entre les souffrances psychiques et les opinions, le CREDOC a montr'e qu'en France, les personnes qui subissent des contraintes financieres fortes se d'eclarent par ailleurs plus souvent en mauvaise sant'e : elles souffrent plus fr'equemment de maux de tête, insomnies, nervosit'e, 'etat d'epressif, etc. La probabilit'e de d'eclarer voir son sentiment de confiance se d'egrader est, en effet, sup'erieure de 62% chez les personnes souffrant d'un 'etat d'epressif, sup'erieure de 43% chez celles qui se disent nerveuses ou anxieuses et sup'erieure de 32% chez celles qui souffrent d'insomnies. Ces calculs ont r'esult'e d'estimations 'econom'etriques, dans lesquels les effets du sexe, de l'âge, du niveau de diplôme, du revenu du foyer, de la profession et du lieu de r'esidence sont neutralis'es.

2.2 Pr'esentation du Cameroun

Avant d'analyser la confiance des m'enages sur la situation 'economique, il se trouve important de faire une breve pr'esentation du Cameroun en g'en'eral, et de la ville de Yaound'e en particulier, ce qui nous facilitera l'appr'ehension du ph'enomene. Plus pr'ecis'ement, il s'agit de pr'esenter tour a` tour l'organisation politico-administrative, la situation g'eographique, et faire un aperçu sociod'emographique.

2.2.1 Organisation politico-administrative du Cameroun

Le Cameroun a 'et'e d'ecouvert par les Portugais en 1472 et colonis'e par l'Allemagne en 1884. C'est un pays bilingue, compos'e d'une zone francophone et d'une zone anglophone. En effet, au terme du Trait'e de Versailles (`a la fin de la premiere guerre mondiale), le pays a 'et'e plac'e, en 1919, par la Soci'et'e Des Nations (SDN) sous mandat des administrations française (pour le Cameroun Oriental avec pour capitale Yaound'e) et anglaise (pour le Cameroun Occidental avec pour capitale Bu'ea). Le pays accede a` l'ind'ependance le 1er janvier 1960 pour le Cameroun Oriental, sous tutelle française et le 1er octobre 1961 pour

4Le sentiment de devoir s'imposer des restrictions sur son budget, Cahier de Recherche N°253, Décembre 2008, pp.51

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

le Cameroun Occidental, sous tutelle anglaise. A` cette dernière date, le Cameroun devient un Etat f'ed'eral. Le 20 mai 1972, a` la suite d'un r'ef'erendum, la F'ed'eration cède la place a` l''Etat unitaire et en 1909 Yaound'e devient la capital politique du pays. En 1983, la R'epublique Unie du Cameroun devient R'epublique du Cameroun. Après une longue p'eriode de r'egime du parti unique au lendemain de l'ind'ependance, le multipartisme est r'eintroduit au Cameroun par la loi N° 90/053 du 19 d'ecembre 1990. Le pouvoir ex'ecutif est exerc'e par un Pr'esident de la R'epublique 'elu au suffrage universel pour un mandat de sept ans renouvelable. L'Assembl'ee Nationale compos'ee de 180 d'eput'es exerce le pouvoir l'egislatif.

2.2.2 Situation géographique du Cameroun et de la yille de Yaoundé

Le Cameroun est un pays d'Afrique Centrale situ'e au fond du Golfe de Guin'ee, entre les 2e et 13e degr'es de latitude Nord et les 9e et 16e degr'es de longitude Est. Le pays s''etend sur une superficie de 475 650 kilomètres carr'es. Il pr'esente une forme triangulaire qui s''etire au Sud jusqu'au lac Tchad sur près de 1 200 km tandis que la base s''etale d'Ouest en Est sur 800 km. Il possède au Sud-ouest une frontière maritime de 420 km le long de l'oc'ean Atlantique. Il est limit'e a` l'Ouest par le Nig'eria, au Sud par le Congo, le Gabon et la Guin'ee 'Equatoriale, a` l'Est par la R'epublique Centrafricaine, et au Nord-est par le Tchad. Enfin, au sommet du triangle, au Nord, il est coiff'e par le Lac Tchad. Le milieu naturel du Cameroun est diversifi'e. On dit de ce pays qu'il est l'Afrique en miniature. En effet, plusieurs types de r'egions naturelles contribuent a` la diversit'e g'eographique du pays.

Surnom'ee ville aux sept collines, la ville de Yaound'e, situ'ee au sud de la region du centre, est implant'ee sur un r'eseau de collines domin'ees par les monts Mbam Minkom (1 295 m) et le Mont Nkolodom (1 221 m) dans le secteur nord-ouest de la ville, ou le mont Eloumden (1 159 m) au sud-ouest. Les diff'erents quartiers, diss'emin'es de manière anarchique, laissent une place importante a` la v'eg'etation dans les bas fonds. Yaound'e est travers'ee par de petits cours d'eau. Quelques uns parmi eux sont les rivières Mfoundi, Biyeme et Mefou. Près du centre administratif de Yaound'e se trouve un lac appel'e lac

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Central. Depuis quelques années, la ville est en pleine mutation avec de nombreux travaux et aménagements contribuants a` ce que ses habitants se facent de nouvelles opinions sur leurs modes et conditions de vie.

2.2.3 Aperçu sociodémographique de la yille de Yaoundé

Démographie

La ville de Yaoundés'étend sur 304 km2 et abrite une population estimée, a` 2 000 000 habitants, soit une densitémoyenne de 5 691 habitants par km2. Le taux d'urbanisation au Cameroun est passéde 37, 8% en 1987 a` 47, 2% en 1997 (MINEFI, 1997) et depuis 2010, près de deux Camerounais sur trois vivent en ville. La croissance annuelle de la population est estimée a` 6, 8%.

Economie

Yaoundéest avant tout une ville tertiaire. On recense cependant quelques industries: brasseries, scieries, menuiseries, tabac, papeteries, mécanique et matériaux de construction. Le centre commercial principal se trouve au centre-ville, tout autour de l'avenue Kennedy. On y trouve des magasins, des boutiques, les sièges sociaux ou les représentations de certaines entreprises, des vendeurs a` la sauvette. Les banques sont en majoritéregroupées dans le quartier dit << hyppodrome >>. Pour ce qui est des marchés, les plus vastes et plus connus sont : le marchéMokolo, le marchédu Mfoundi, le marchécentral. D'autres marchés comme les marchés de Biyem-assi, Mendong, Nkol-Eton, Madagascar, du huitième ne sont pas négligeables. Une majeure partie de l'économie de Yaoundérepose sur le secteur informel, qu'il s'agisse de vendeurs a` la sauvette, de marchands ambulants ou de petits boutiquiers de quartiers.

Education

Il existe une multitude d'écoles primaires et maternelles a` Yaoundé. Malgrécette abondance, les classes comportent souvent plus de 50 élèves. Egalement, on y retrouve plu-

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

sieurs établissements d'enseignements secondaire publics et privés. Yaoundéest le siège de deux universités d''Etat : les universités de YaoundéI (située au quartier dit Ngoa-Ekellé) et de YaoundéII située dans la Banlieue dite Soa. Plusieurs écoles supérieures sont rattachées a ces universités. Il s'agit entre autres de l'école nationale supérieure polytechnique, de l'école normale supérieure (rattachées a` l'universitéde YaoundéI), de l'institut international des relations internationales du Cameroun, de l'école supérieure des sciences et techniques de l'information et de la communication (ESSTIC) (rattachées a l'universitéde YaoundéII). L'enseignement supérieur privéest très présent dans la capitale camerounaise. On peut notamment citer des établissements comme l'UniversitéCatholique d'Afrique Centrale (UCAC), l'UniversitéProtestante d'Afrique Centrale (UPAC), etc.

Deuxième partie

'ETUDE EMPIRIQUE A YAOUND'E

AU CAMEROUN

Chapitre3

PR'ESENTATION DES DONN'EES ET

MISE EN OEUVRE DE L'INDICE DE

CONFIANCE DES M'ENAGES (ICCM)

3.1 Source et traitement de données

Les données utilisées sont issues de l'enquête ménée par l'ISSEA sur l'Indice de Confiance des Ménages de Yaoundéet les opinions sur les aménagements dans la ville (ICMY). Il s'agit d'une enquête par sondage d'opinion avec interviews directes menées par les étudiants de la dite institution sur un échantillon de 4952 résidents majeurs de la ville. Son objectif principal est double; d'une part, il est question d'appréhender l'opinion des ménages de Yaoundérelativement a` l'environnement socio économique en 2009 et ses perspectives pour l'année 2010, et d'autres part, de cerner leurs attitudes face aux aménagements subits par cette ville ces dernières années. Le présent travail se base principalement sur la partie concernant l'Indice de confiance des ménages dont l'objectif général est d'appréhender l'opinion des ménages de Yaoundérelativement a` l'environnement socio économique en 2009 et ses perspectives pour l'année 2010. Il se limite a` ce qui est de la situation économique.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Nous présentons en annexe B un aperçu de la méthodologie de l'enquête ICMY. Après avoir apuréla base de données, les modalités marquées ne sait pas »NSP» ont étéignorées par suppresion de tous les individus les ayant proposécomme réponse sur les indicateurs primaires devant participer a` la construction de l'indice multidimensionnel. Après que cette opération se soit faite avec le logiciel STATA, la base de données contenait 2701 individus. Enfin, le progiciel SPSS a étéutilisépour reéchantillonner cette dernière base de données, afin de respecter les distributions des variables de quotas préalablement établit. Ainsi nous avons obtenu un nouvel échantillon comportant 2454 individus et respectant les distributions des variables de quota fixées au préalable.

3.2 Calcul de l'indice de confiance global : Méthode INSEE

Pour calculer l'indice de confiance global des ménages, il convient d'abord de calculer les indices agrégés liés aux différentes rubriques suivantes : services sociaux, sécuritéet

gouvernance, emploi et enfin situation économique. Pour chaque rubrique, l'indice agrégéest la moyenne arithmétique des soldes d'opinion de chaque sous thème (voir tab 5.13 a`

5.16 en annexe C). Par la suite, de façon générale, on a les résultats suivants :

? l'indice agrégéde confiance liéa` la situation économique se chiffre a` 2,4;

? l'indice agrégéde confiance liéa` la sécuritéet la gouvernance se chiffre a` -19,2; ? l'indice agrégéde confiance liéa` l'emploi se chiffre a` 36,33;

? l'indice agrégéde confiance liéaux services sociaux se chiffre a` -26,2.

Ces chiffres ne peuvent s'interpréter que par comparaison. Ainsi il vient que, de façon agrégée, les ménages de la ville de Yaoundéseraient plus confiants sur la situation d'emploi. Ensuite vient la confiance sur la situation économique. La situation o`u les ménages de la ville seraient les moins confiants est celle liéaux services sociaux.

Par ailleurs, selon l'INSEE, en faisant une moyenne arthmétique sur les indices agrégés des différentes rubriques, on obtient l'indice de confiance global. Le tableau 5.17 en

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

annexe C renseigne sur le calcul de cet indice global. L'indice global est de -1,667. Comme mentionnéplus haut confert chapitre 2, tableau 2.1), cette valeur n'est pas directement interprétable.

L'indice agrégéde la rubrique qui est directement liéa` ce travail est celui de la situation économique. La figure ci-dessous décrit les différences observées de cet indice suivant quelques variables socio-démographiques :

Figure : Distribution de l'indice de confiance agrégéde situation écono-

mique suivant le statut dans le ménage, la tranche d'âge, la situation d'activitéet le statut matrimonial

Source : ICMY, ISSEA 2010

A partir de ce graphique, plusieurs soupçons peuvent être émis quant a` l'influence des variables socio démographiques ci-dessus considérées sur la confiance agrégée a` cette rubrique pour les résidents majeurs de la capitale politique camerounaise.

Les variables socio démographiques ci-dessus considérées semblent toutes avoir une influence sur la confiance des résidents sur la situation économique. En effet, les résidents majeurs célibataires seraient plus confiants que ceux de statut matrimonial autre. Par ailleurs, il se pourrait que les inactifs soient plus confiants sur la situation économique que

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

les actifs au chômage. Pour ce qui est du statut dans le ménage, il se pourrait que les résidents majeurs de la ville qui sont chefs dans leur ménage soient moins confiants sur la situation économique que ceux ne le sont pas. Enfin, la confiance des résidents sur la situation économique pourrait diminuer avec l'âge. C'est-à-dire, il semblerait que, plus le résident majeur de la ville prend de l'âge moins il est confiant sur la situation économique.

Tous ces soupcons seront éprouvés dans l'analyse inférentielle du chapitre 5. Mais avant, dans le souci d'avoir une vue de la confiance des résidents sur le plan individuel, il nécessite de construire l'indicateur composite.

3.3 Choix des Indicateurs pour la construction de l'Indice Composite de Confiance des Ménages sur la situation économique.

Le niveau de confiance d'un individu sur la situation économique n'est pas directement observable, il est donc indispensable de choisir des variables succeptibles de refléter le niveau de confiance des ménages quant a` cette question. Ces variables connues sous le vocable d'indicateurs doivent avoir une incidence pertinente sur la confiance des ménages en ce qui concerne la situation économique. Le privilège accordéa` un indicateur plutôt qu'àun autre se refère aux considérations faites par l'INSEE. Les variables (indicateurs) considérés sont les suivants :

? finance (situation financière en 2009 et perspectives en 2010);

? épargne (situation d'épargne en 2009 et perspectives en 2010);

? coàut de la vie (situation en 2009 et perspectives en 2010);

? achat de biens domestiques durables (situation en 2009 et perspectives en 2010).

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

3.3.1 Situation financière en 2009 et en 2010

L'opinion des ménages sur leurs situations financières en 2009 par rapport aux années d'avant et les perspectives de ces derniers pour l'année 2010 est important a` observer pour la mesure de leurs états de confiance sur la période. En effet ceci s'explique par le fait que la situation financière d'un ménage caractérise sa situation économique1.

Situation financière en 2009

Les données de l'enquête ICMY montrent que, parmi les individus représentés dans nos données, 38,06% des ménages estiment que leur situation financière s'est dégradée en 2009, ce sont les plus majoritaires. Ensuite, viennent les personnes estimant que pour la même année, elle est restée inchangée (33,62%) contre 28,32% seulement qui pensent qu'elle s'est améliorée. Ainsi, cette grande représentativitédes résidents majeurs de la ville estimant qu'elle s'est dégradée pourrait trouver son explication par le fait qu'àcette période, nous sommes aux lendemains de l'année 2008 qui avait étémarquée par la crise économique et les émeutes du mois de Février plus précisement.

Figure 1 : Distribution de la population selon l'opinion sur la situation financière en 2009

Source : ICMY, ISSEA 2010

'selon l'INSEE, www.insee.fr

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Situation financière en 2010

Ici, les résidents majeurs de la ville de Yaoundéqui ont étéinterrogés, donnent chacun ses perspectives sur sa situation financière en 2010 au regard de celle-ci dans le passéet comparativement de sa situation actuelle. Ainsi, les informations de cette enquête révèlent qu'en grande majoritéon retrouve ceux optimistes estimant qu'en 2010, la situation financière devait s'améliorer (49,23%). Ensuite viennent ceux qui estimaient que la situation financière devait rester inchangée (26,89%), contre 23,88% qui estimaient qu'elle devait se dégrader. Ainsi, cet optimisme de la majoritédes ménages quant a` leur situation financière en 2010 s'expliquerait par le fait des résolutions prises par le gouvernement Camerounais pour améliorer les conditions de vie des populations. Il s'agit notamment de celles relatives a` l'augmentation de 15% des salaires des fonctionnaires.

Figure 2 : Distribution de la population selon l'opinion sur la situation financière en 2010

Source : ICMY, ISSEA 2010

3.3.2 Situation d'épargne en 2009 et en 2010

La situation d'épargne d'un ménage est incontournable a` observer pour la mesure de la situation économique. En effet, il est clair selon Keynes que l'épargne est le surplus du

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

revenu sur la dépense de consommation2. Elle reflète par conséquent la situation économique de l'individu. De ce fait, pour mesurer la confiance d'un ménage sur sa situation économique, il est nécessaire de la mesurer par rapport a` sa situation d'épargne antérieure et future.

Situation d'épargne en 2009

Au niveau de l'opinion des individus qui ont étéinterrogés sur leur situation d'épargne en 2009, il ressort qu'on retrouve en majoritéceux qui estiment qu'en 2009 ils ont juste équilibréleur budget (46,78%). Ensuite l'on retrouve pratiquement dans les mêmes proportions ceux qui pensent qu'ils sont parvenus a` épargner et ceux qui se sont endettés, respectivement a` hauteur de 25,65% et 24,57%. En réalité, cet état des faits pourrait une fois de plus s'expliquer du fait de la crise financière de 2008.

Figure 3. : Pourcentage de la population selon l'opinion sur la situation d'épargne en 2009

Source : ICMY, ISSEA 2010

2texte 33 : l'épargne et l'investissement Théorie générale de l'emploi et intérêt de la monnaie, Payot, 1969, page 81-83

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Situation d'épargne en 2010

Pour ce qui est de l'opinion des individus interrogés sur leurs perspectives d'épargne en 2010, il ressort qu'en majorité, l'on dénombre ceux optimistes. En effet pendant que 47,35% des résidents majeurs interrogés estimaient que leurs situations d'épargne devait s'améliorer en 2010, seulement 37,72% estimaient qu'elle va rester inchangée et 17,93% pressentaient qu'elle va se dégrader. Les pessimistes étant les plus minoritaires, ceci décrit une situation moins négative que positive. Le constat immédiat que nous faisons est qu'en 2009, les intermédiaires sur la question sont les plus majoritaires, contrairement a` 2010 o`u ils sont moins représentés que les optimistes. Ceci pourrait s'expliquer par le fait qu'en 2009, l'épargne ne préoccupait pas véritablement les ménages de la capitale politique du pays. En réalité, certainement, les effets de la crise avaient rendu les ménages très septiques quant au ràole des établissements financiers contrairement au regain de confiance qui caractérise la majoritépour l'année 2010.

Figure 4. : Distribution de la population selon l'opinion sur la situation d'épargne en 2010

Source : ICMY, ISSEA 2010

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

3.3.3 Appreciation du coàut de la vie en 2009 et perspectives en 2010

Globalement, le coàut de la vie est tres important a` observer dans la description de la situation économique d'un individu. Ainsi pour évaluer le degréde confiance d'un ménage sur la situation économique future par rapport a` celle passée, il se trouve important d'analyser son appréciation du coàut de la vie sur toutes ces périodes.

Le tableau ci-dessous nous renseigne clairement sur le fait que plus de la moitié(58,88%) des individus interrogés estiment qu'en 2009 le coàut la vie s'est dégradé. Ce qui laisse soupconner qu'en 2009 la majoritédes résidents subissaient encore les effets de la crise de 2008. C'est a` dire l'augmentation des prix des produits pétroliers et par conséquents aussi ceux de premieres nécessités et de grande consommation avait encore un impact direct sur le niveau de vie des résidents majeurs de la capitale politique camerounaise. Par ailleurs, bien qu'on remarque que la majoritédes ménages pressentaient qu'en 2010 le coàut de la vie devait se dégrader(47,43%), il n'est pas moins important de remarquer que la proportion des personnes qui avait ce préssentiment reste plus faible que celle de 2009. Ainsi, il se pourrait que les initiatives prises par le gouvernement camerounais (notamment l'augmentation des salaires des fonctionnaires de 15%) a rendu plus d'un résident de la capitale politique moins pessimiste quant au coàut la vie en 2010. Ce constat peut encore se faire en faisant la remarque selon laquelle, seulement 18,42% des individus interrogés estiment qu'en 2009 le coàut de la vie s'est améliorer contre 30,28% optimistes quant au coàut de la vie en 2010.

TAB. 3.1 - Repartition des residents majeurs a` Yaoundeselon l'opinion sur coàut de la vie en 2009 et les perspectives de 2010

Coàut de la vie en 2009

Coàut de la vie en 2010

Modalités

Proportions

Modalités

Proportions

S'est ameliore

18,42%

Va s'ameliorer

30,28%

ESt resteinchange

22,70%

Va rester inchange

22,29%

S'est degrade

58,88%

Va se degrader

47,43%

Source : Nos calculs a` partir de ICMY, ISSEA 2010

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

3.3.4 Achat des biens durables en 2009 et perspectives en 2010

L'opinion d'un individu sur ses possibilités d'achats des biens durables mesure sa capacitéa` pouvoir s'équiper. En réalité, ceci contribue a` évaluer sa situation économique. Ainsi, pour construire l'indice de confiance dont il est question ici, il ne se trouve pas moins important de prendre en compte l'opinion des individus interrogés sur les possibilités d'achats de biens durables passées et leurs perspectives sur la question. Le tableau descriptif ci-dessous nous renseigne sur le fait que la majoritédes individus interrogés (43,15%) estiment que par rapport aux années précédentes, il n'y a pas eu de changement sur leurs achats en biens durables en 2009. Ensuite viennent ceux estimant que leurs achats en biens durables se sont améliorés (33,41%). Par suite, les pessimistes sont les plus minoritaires pour 2009 (23,43%) et pour 2010 (17,93%). Bien plus, pour les perspectives de l'année 2010 la majoritédes individus interrogés est optimiste quant a` l'achat des biens importants (47,35%). Toutes ces observations laissent soupconner le fait que, globalement, le marchédes biens durables est restéaccessible pour les populations de la capitale politique camerounaise, ceci malgréla crise de 2008.

TAB. 3.2 - Répartition des résidents majeurs de Yaoundéselon l'opinion sur l'opportunitéd'achat des biens durables en 2009 et les perspectives de 2010

Opportunités d'achat des biens durables en 2009

Opportunités d'achat des biens durables en 2010

Modalités

Proportions

Modalités

Proportions

ont augmenté

33,41%

Vont augmenter

47,35%

Sont restées inchangés

43,15%

Vont rester inchangés

34,72%

Ont diminué

23,43%

VOnt diminué

17,93%

Source : Nos calculs a` partir de ICMY, ISSEA 2010

Ainsi, les indicateurs retenus pour la construction de l'Indice Composite de Confiance des Ménages de Yaoundésur la situation économique sont ceux présentés ci-dessus. En effet, l'appréciation que fait un ménage sur ces différentes questions caractérise la confiance quant a` sa situation économique. Un récapitulatif de ces variables retenues est présentédans le tableau 4.3 ci-dessous :

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

TAB. 3.3 - Liste des variables retenues pour l'ACM préliminaires

VARIABLES

MODALITES

SITUATION FINANCIERE EN 2009

S'est amélioréEst restéinchangéS'est dégradé

SITUATION D'EPARGNE EN 2009

Voàus êtes parvenus a` épargner

Vous avez juste équilibrer votre budget Vous vous êtes endetté

CO àUT DE LA VIE EN 2009

S'est amélioréEst restéinchangéS'est dégradé

OPPORTUNITES D'ACHATS DES BIENS DURABLES EN 2009

Ont augmentéSont restées inchangéOnt diminué

SITUATION FINANCIERE EN 2010

Va s'améliorer

Va rester inchangéVa se dégrader

SITUATION D'EPARGNE EN 2010

Va s'améliorer

Restera inchangéVa diminuer

CO àUT DE LA VIE EN 2010

Va s'améliorer

Va rester inchangéVa se dégrader

OPPORTUNITES D'ACHATS DES BIENS DURABLES EN 2010

Vont augmenter

Vont rester inchangéVont diminué

Source : Nos calculs a` partir de ICMY, ISSEA 2010

3.4 Mise en oeuvre pratique de l'Indicateur Composite de Confiance des Ménages (ICCM) a` Yaoundésur la situation économique.

3.4.1 ACM préliminaire

L'ACM préliminaire nous renseigne de mani`ere tr`es satisfaisante sur la confiance des ménages résidents a` Yaoundéquant a` leur situation économique. En effet, il est aiséde constater que sur le premier axe principal, toutes les variables se repartissent suivant un ordre bien précis. Cet axe se positionne comme un axe de confiance car non seulement les modalités des indicateurs primaires sont bien représentées mais également, elles contribuent assez a` sa construction3, mais en plus la valeur propre correspondante a` cet axe est 0,3417 (supérieur a` 8 1= 0, 125) qui lui conf`ere un pouvoir explicatif tr`es acceptable (l'inertie expliquée est 17,08%). Ainsi, le premier axe présente une bonne qualitéde discrimination par rapport aux autres axes. Par la suite, nous visualisons de façon minutieuse chacune des variables par rapport au premier axe factoriel en insistant sur la propriétéde la COPA.

3sauf quelques modalités de type »restéinchangé», voir figure en annexe C

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 5 : Premier plan factoriel de l'ACM préliminaire

Source : Sortie SPAD a` partir de ICMY, ISSEA 2010

Sur l'ensemble, on observe que toutes les 8 variables possèdent la propriétéde la COPA (figure 5 ci-dessus). Par la suite, nous retenons alors toutes ces variables et par conséquent, une deuxième ACM (celle dite finale) ne s'impose plus. Par ailleurs, un calcul simple a permis de vérifier que la coordonnée (score) de chaque individu sur le premier axe factoriel représente la valeur de l'indice ICCM comme présentéplus haut4( ICCMi =

1 Pp Pmk

jk=1 Wk jkIk i,jk ). Cet indicateur ordonne les individus selon le niveau de confiance.

p k=1

Plus précisément, on observe que, plus un individu est confiant, plus son score est négatif sur le premier axe factoriel.

Maintenant, a` partir de l'ICCM des résidents majeurs de la capitale politique camerounaise ainsi construit, nous allons identifier les facteurs explicatifs la confiance des ménages sur la situation économique. Mais avant, nous effectuons d'abords une analyse de sa fidélitéet de sa validité.

3.4.2 Fidélitéet validitéde l'ICCM

Il est question maintenant que l'on s'assure que l'indice obtenue mesure effectivement la confiance des résidents majeurs de la ville de Yaoundésur la situation économique. En effet, le choix des variables (indicateurs) a` prendre en compte peut avoir introduit des biais

4voir chapitre 2

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

dans les résultats; surtout que les questions posées tendaient a` recueillir les avis (subjectifs) des individus sur les différents aspects de la situation économique. Cette étape consiste a` chercher des méthodes qui vont nous assurer que l'indice construit nous permet bien d'étudier la confiance des ménages sur la situation économique. Il s'agit làdes problèmes de fidélitéet de validité. Plus précisément, il est question de comprendre, pour les réduire, les erreurs éventuellement commises pendant la construction de notre indice composite.

Fidélitéde l'ICCM

Pour mesurer la fidélitéde l'indice ICCM, nous utilisons l'Alpha de Cronbach5. On fait l'hypothèse que tous les énoncés sont corrélés entre eux de façon positive et avec la mesure établie. Ensuite, il s'agit principalement d'analyser la relation entre le score sur les huit (08) énoncés et le vrai score que nous avons estimé.

Encadré: MESURE DE FID'ELITE : L'Alpha de Cronbach

L'Alpha (á) de Cronbach mesure la fidélitéen faisant recours aux variances/covariances. C'est l'indicateur d'évaluation analytique de la fidélitéle plus préconisé.

Sa formule est :

> ó2

á = k

k_1(1 _ t )

i

ó2

k = le nombre d'énoncés utilisés;

ó2 i = la variance de l'énoncéi;

ó2 t = la variance totale de l'indice (échelle);

Ce coefficient peut s'écrire sous la forme suivante :

> ó2 i +2 > > ó2

ij

Le coefficient de fidélitéest égal au carrédu coefficient de corrélation r1v entre le score produit par l'échelle utilisée et le << vrai score >>. r1v = vá

Source : Severin TCHOMTHE, Mémoire ISE, pp.39

á = k

k_1(1

> ó2

i ) o`u óij = la covariance entre l'énoncéi et l'énoncéj.

5voir encadré

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Le calcul de l'indicateur de fidélitéprésentédans l'encadréci-dessus donne le résultat suivant :

a = 8_1(1 - 0,12503676

8 0,34174844) = 0, 72471578. D'o`u r1v = ./0, 72471578=0,8513=85,13%

Le calcul effectuéci-dessus montre que le coefficient de fidélitévaut 0,7247, et donc un coefficient de corrélation de 0,8513=85,13%. Ainsi, il ressort que l'indice construit explique a` environ 85,13% du vrai indicateur6 de confiance des résidents majeurs de la ville de Yaoundésur la situation économique. Ceci traduit bien que l'echelle utilisée dans cette étude permet de synthétiser bien plus de quatre cinquième du sentiment de confiance des ménages de la capitale politique du Cameroun vis-à-vis de la conjoncture économique. Par conséquent elle peut être utilisée dans la détermination des facteurs explicatifs de la confiance des ménages de la ville de Yaoundésur la situation économique.

Validitéde l'ICCM

Classification ascendante hiérarchique des résidents majeurs de la ville de Yaoundé:

Au regard de l'histogramme de 16 premieres valeurs propres (Figure 11 en annexe C), il ressort que les deux premieres valeurs propres se démarquent clairement des autres, ainsi une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH) avec une partition de la population en deux classes semble pertinente. La premiere classe représentant 56,48% de la population totale est constituée des résidents ayant une tendance a` être confiants sur la situation économique. En effet, 75,32% des individus de cette classe estiment que leur situation financiere va s'améliorer en 2010, 86,42% des résidents ayant estiméque leur situation financiere va s'ameliorer en 2010 sont dans cette classe. Par ailleurs, 72,66% des résidents de cette classe estiment que leur situation d'épargne va s'améliorer en 2010 et 86,66% de ceux estimant que leur situation d'épargne va s'améliorer en 2010 sont dans cette classe. Des informations supplémentaires allant dans le même sens peuvent s'observer sur le tableau

6celui qu'on aurait obtenu si les variables qui entraient dans sa composition étaient exhaustives et exclusives

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

5.10 en annexe. Toutes ces informations permettent de conclure que cette classe caractérise les ménages confiants sur la question étudiée.

La deuxième classe quant a` elle représente 43,52% de la population totale. Elle est constituée des individus ayant une tendance a` être non confiants. En réalité, dans cette classe, entre autres, 47,19% (près de la moitié) des résidents majeurs interrogés estiment qu'en 2010 leur situation financière va se dégrader, 86,01% des résidents estimant que leur situation financière va se dégrader en 2010 sont dans cette classe. Aussi, on constate que cette classe est caractérisée par le fait qu'un peu plus de la moitié(51,31%) des individus de cette classe pressentent qu'en 2010 leurs niveau d'épargne restera inchangéet 64,32% des personnes pressentant que leur niveau d'épargne restera inchangéen 2010 sont dans cette classe. Le tableau 4.5 en annexe C nous édifie encore plus sur le fait que s'agissant de la situation économique, cette classe caractérise les ménages non confiants.

Analyse de l'indice suivant les classes :

Dans chacune des classes précédentes, on a les statistiques sommaires suivantes concernant l'ICCM pour les résidents majeurs de la capitale politique camerounaise.

TAB. 3.4 - Récapitulatif sur l'indice composite de confiance des ménages résidents a` Yaoundé

 

CONFIANTS

NON CONFIANTS

TOTAL

INDICE COMPOSITE DE CONFIANCE DES MENAGES

MINIMUM

-1,17

0,08

-1,17

MAXIMUM

0,08

1,32

1,32

MOYENNE

-0,4228

0,5487

0,0000

ECART-TYPE

0,31958

0,34579

0,58463

Poids

56,48%

43,52%

100%

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

L'écart type global (0, 58463) de l'ICCM est assez élevépar rapport a` la moyenne (0, 000). Ce qui montre une forte dispersion de l'ICCM autour de la moyenne. Il confirme d'ailleurs l'existence des classes de niveau de confiance.

La mesure de l'indice de confiance calculéici se doit d'être raisonnable. Alors, au regard des positions des modalités de nos indicateurs primaires sur le premier axe factoriel,

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

l'on s'attend a` voir l'indice d'ecroàýtre progressivement de la classe des non confiants vers celle des confiants. Cette d'ecroissance de l'indice peut 'egalement être percue a` l'aide de ses valeurs moyennes dans les classes, allant de 0,5487 dans le groupe des non confiants vers -0,4228 dans le groupe des confiants. Nous utilisons par la suite une analyse de variance pour tester l'hypothèse de diff'erence entre ces moyennes.

Les r'esultats issus de cette analyse de variance a` un facteur montrent clairement au vu de la probabilit'e critique (p-valeur=0,000) que ces moyennes sont significativement diff'erentes au seuil de 1%7. Ainsi, notre indicateur semble bien capter la confiance des

r'esidents majeurs de la ville de Yaound'e.

TAB. 3.5 - Tableau d'ANOVA

 

Sum of Squares

df

Mean Square

F

sig.

Score*partition

Between Groups (Combined)

569,380

1

569,380

5189,383

0,000

Within Groups

269,034

2452

0,110

 
 

Total

838,413

2453

 
 
 

Source : Nos calculs a` partir des donn'ees de ICMY 2010

Par ailleurs, une observation des fr'equences des modalit'es des variables caract'erisant la confiance des m'enages sur la situation 'economique (sp'ecialement leur 'evolution en fonction de l'ICCM) nous montre la validit'e de l'indice. En r'ealit'e, en divisant la population en quartiles de confiance, il ressort les informations suivantes illustr'ees par le tableau en annexe C : Les fr'equences relatives des cat'egories augmentent ou diminuent selon qu'on passe de la classe des confiants aux non confiants ou inversement. Ainsi, de facon globale, pour ce qui est de la modalit'e caract'erisant la non confiance (»d'egrad'e» ou »diminu'e»), on peut remarquer que sur tous les indicateurs, plus le quartile est grand, plus la fr'equence relative des non confiants s'accroàýt. Par exemple, on remarque que pour la modalit'e »s'est d'egrad'e» de la variable »situation financière en 2009», les fr'equences relatives passent de 11,67% pour le premier quartile a` 72,02% pour le quatrième quartile. Aussi, entre autre, en observant la modalit'e »vous vous êtes endett'es»de la variable »situation d''epargne en 2009», on constate que les fr'equences relatives passent de 6,65% pour le premier quartile a` 51,30%

7voir Tableau ANOVA ci-dessous

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

pour le quatrième quartile. Ce constat est g'en'eral sur toutes les modalit'es caract'erisant la non confiance au niveau de chaque indicateur. Par cons'equent, il ressort que plus le score de l'indice de confiance augmente, plus le nombre d'individus non confiants augmente.

Egalement, par observation de l''evolution des fr'equences relatives des individus pour les modalit'es caract'erisant la confiance (»am'elior'e» ou »augment'e») de tous les indicateurs primaires, il ressort du même tableau en annexe C que plus le quartile est grand, plus les fr'equences relatives sont faibles. En effet, en prenant par exemple la variable coàut de la vie en 2010, on constate que les fr'equences relatives passent de 39,22% pour le premier quartile a` 3,45% pour le quatrième quartile. Cela traduit bien 'evidement le fait que plus le score de l'indice de confiance s'accroàýt, moins les individus sont confiants.

Ces observations faite sur le tableau en annexe C se trouve être en conformit'e avec l'ACM que nous avons effectu'e. Par cons'equent, nous avons de bonnes raisons d'affirmer que l'ICCM ainsi construit reflète la confiance des r'esidents majeurs de la ville de Yaound'e.

Le problème qui reste a` r'esoudre maintenant est celui de pouvoir classer directement tout r'esident majeur de la capitale politique camerounaise en se basant uniquement sur son indice de confiance. Ce problème est en r'ealit'e celui du seuil de confiance, c'est a` dire, la valeur num'erique de l'indice de confiance en deçàde laquelle un r'esident majeur est consid'er'e comme confiant quant a` sa situation 'economique. En effet, il n'est pas ais'e de faire recours a` la classification chaque fois qu'il faudra 'evaluer la confiance d'un nouvel individu.

3.4.3 D'etermination du seuil de confiance

Au regard de la m'ethode utilis'ee, il serait a` l''evidence logique de penser que tous les individus ayant un indice positif sont non confiants et ceux ayant un indice n'egatif sont confiants. Mais, utiliser 0 comme seuil de confiance relèverait purement de l'arbitraire. D'o`u la n'ecessit'e de d'eterminer un seuil non arbitraire avec la formule pr'esent'ee par la litt'erature au chapitre 2. Ainsi, a` partir de la valeur maximale de l'ICCM de 0,08 pour la classe des confiants et sa valeur minimale de 0,08 pour la classe des non confiants, on peut

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

calculer le seuil de confiance comme la valeur intermédiaire séparant les deux classes.

On a : s = (0, 5648 × (0, 08)) + (0, 4352 × 0, 08) = 0, 08.

Sans utilisation de cette formule, l'on pouvait conclure sur ce seuil en remarquant que la valeur maximale du score dans la classe des confiants est égale a` sa valeur minimale dans la classe des non confiants égale a` 0,08 qui est bien le seuil trouvé.

3.4.4 Partitionnement de la population a` l'aide du seuil de confiance

Le seuil de confiance est maintenant clairement défini. Ainsi il est possible de partitionner la population en résidents majeurs confiants et résidents majeurs non confiants quant a` la situation économique. Ce partitionnement nous indique que 56,48% des ménages de la ville Yaoundéinterrogés dans notre base de données sont confiants sur la situation économique contre 43,52% qui sont non confiants. L'ICCM ainsi construit reflète une situation de confiance, et qui est renforcépar la stabilitédes proportions données par l'ACM et par le box plot ci-dessous sans valeurs atypiques.

Figure 6. : Boite a` moustaches des classes de confiance sur le score de confiance

Source : Sortie SPSS, Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

Chapitre4

D'ETERMINANTS DE LA CONFIANCE

DES M'ENAGES SUR LA SITUATION

'ECONOMIQUE

Une fois l'indice multidimensionnel de la confiance élaboré, il est important de préciser les facteurs explicatifs de la confiance des résidents majeurs de la ville de Yaoundésur la situation économique. Ces précisions permettent de dégager les principaux leviers d'actions futures des pouvoirs publics en matière d'intégration de la population aux mutations de l'économie nationale. Ce travail a pour but de participer a` la connaissance des facteurs explicatifs de la confiance des ménages résidents dans la capitale politique camerounaise sur la situation économique.

4.1 Sp'ecification du modèle

La variable d'intérêt ici est le sentiment de confiance (confiant et non confiant) d'un résident majeur de la ville de Yaoundévis-à-vis de la situation économique. Plus précisément nous nous intérressons a` la modalité»confiant» qui sera ici modélisée.

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

4.1.1 Pr'esentation du modèle

Soit Yi une variable binaire traduisant le sentiment de confiance sur la situation économique pour un résident majeur de la ville de Yaoundé. Elle se présente comme suit :

Yi =

 

1 si le resident majeur est confiant
0 sinon

Le modèle que nous allons utiliser est un modèle Logit binomial. La variable a`

expliquer étant le sentiment de confiance Y et les variables explicatives étant :

u la région d'origine (septentrion, Nord-Ouest/Ouest, Centre/Sud/Est,

Littoral/Sud-Ouest);

u la tranche d'âge (»18 a` 35 ans», »35 a` 55 ans» et »55 ans et +»);

u la réligion (catholique, protestant, autre chretien, musulman, autre religion); u la langue officielle(francais, anglais, autre);

u la situation d'activité(inactif, actif au chômage, actif occupé);

u le niveau d'instruction (primaire au plus, secondaire, supérieur);

u la catégorie de revenu mensuel (moins de 30 000, [30 000 ;75 000[, [75 000 ;125 000[, [125 000 ;225 000[, [225 000 ;300 000[, 300 000 et plus);

u le statut dans le ménage (chef de ménage ou pas)

u le statut matrimonial(célibataire, union libre, marié(e) monogame, marié(e) poly-game, veuf/veuve, séparé(e)/divorcé(e))

u le nombre d'années vécues continuellement dans la ville;

Le modèle se présente comme suit :

Yi = â0 + âiXi + åi

o`u les Xi sont les variables explicatives citées précédemment caractérisant l'individu considéré. Les âi sont les coefficients a` estimer pour chaque variable explicative et pour chaque modalitési possible. Enfin åi est le terme d'erreur du modèle ou erreur de spécification qui doit être homoscédastique.

Th`eme : Mesures et determinants de la confiance des menages sur la situation economique au Cameroun : Cas de la ville de Yaounde.

La regression logistique binaire se definit comme etant une technique permettant d'ajuster une surface de regression a` des donnees, lorsque la variable dependante est dichotomique. Elle fonctionne de facon a` conserver les meilleurs predicteurs de l'ensemble des variables incluses dans le modele. Le modele logit utilise la fonction :

exp(â0+â1x1+...+âkxk)

p(x1, ...,xk) = 1+exp(â0+â1x1+...+âkxk)

C'est a` dire la relation K(x1, ..., xk) = â0 + â1x1 + ... + âkxk Avec comme fonction de lien K(x1,...xk) = ln [

1-p(x1,...,xk) . Le quotient

exp(K(x1, ..., xk)) = p(x1,...,xk)

1-p(x1,...,xk) est encore appeleodds et qui signifie ici que le resident

majeur de caracteristiques x1, ..., xk a exp(K(x1, ..., xk)) fois plus de chance d'etre confiant sur sa situation economique que de ne pas l'etre. La transformation K(x1, ..., xk) est appelee logit.

Le modele est ajustepar la methode du maximum de vraissemblance. Dans ce but, on resout un systeme de k+1 equations pour les coefficients âi que l'on obtient en annulant les derivees partielles de la fonction log likelihood (vraissemblance) et la constante du modele s'interprete comme l'effet de la categorie de reference.

4.1.2 Justification du mod`ele

L'une des justifications de ce mod`ele se trouve dans l'analyse micro economique de la confiance faite en France par le CREDOC1. Plus specifiquement, bien que le Cameroun et la France soit structurellement tres differents, l'etude menee par le CREDOC sur le sentiment de devoir s'imposer des restrictions sur son budget, nous a permis de formuler l'hypothese suivante : il existe un lien entre les caract'eristiques sociod'emographiques d'un individu et son sentiment de confiance sur la situation 'economique. Plus specifiquement, ceci nous renvoi a` emettre l'hypothese qu'il existe une relation entre le sentiment de confiance sur la situation economique et les variables suivantes : niveau d'instruction, situation d'activite, àage, categorie de revenu, religion, statut dans le menage et le statut matrimonial.

lvoir chapitre 3

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Par ailleurs, le Cameroun, contrairement a` la France est un pays bilingue avec une grande diversitéethnique. Ainsi, pour expliquer la confiance des résidents majeurs de la ville de Yaoundé, nous allons supposer que la langue officielle d'un individu et sa région d'origine peuvent influencer son sentiment de confiance sur la situation économique.

Enfin, compte tenu des spécificités propres a` la ville de Yaoundé, nous faisons l'hypothèse supplémentaire selon laquelle il existe une relation entre le nombre d'années vécues continuellement dans la ville et le sentiment de confiance sur la situation économique;

En réalité, l'idée qui sou tend l'émission de cette hypothèse est que le temps passédans la ville oblige un individu a` s'arrimer au contexte socio-économique de la ville. En
effet, les prix de certains produits pouvant varier d'une ville a` l'autre, il est légitime que
l'appréciation de la situation économique puisse dépendre du temps que l'individu a passédans la ville.

4.1.3 Traitement et analyse des variables

Certaines variables ont étérecodées afin d'avoir une meilleure distribution et aussi, afin d'avoir une segmentation qui cadre avec le phénomène de sentiment de confiance sur la situation économique. C'est le cas de la variable religion qui a étérecodée en cinq modalités (catholique, protestant, autre chrétien, musulman et autre religion). Par ailleurs, la variable region d'origine a étéégalement recodée en quatre modalités (Septentrion, Grassfield (Ouest

et Nord-Ouest), (centre sud Est) et (Littoral-Sud Ouest)). Ce dernier découpage a étéeffectuésuivant les critères socio agro écologiques, qui théoriquement se trouve justifiépour les analyses économiques2.

L'indice de confiance

La variable a` expliquer dans cette étude est le sentiment de confiance sur la situation économique. Comme nous l'avons dit plus haut, elle a étérecodée en 1 (confiant) pour un individu confiant sur la situation économique et 0 (non confiant) sinon. Le tableau suivant

2Rapport Enquête »Evaluation of the Level of Literacy Amongst Pupils in Primary Schools in Cameroon», MINRESI, Janvier 2010

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

nous donne la distribution des individus selon qu'ils soient confiants ou non sur la situation

économique.

TAB. 4.1 - Distribution de l'indice de confiance

 

CONFIANCE

Effectif

Fréquence (%)

Confiants

1386

56,48%

Non confiants

1068

43,52%

Total

2454

100,0%

Source : Nos calculs a` partir de ICMY, ISSEA 2010

Cette distribution nous montre bien que sur les 2454 résidents majeurs de la ville de Yaoundédans notre base, 43,52% sont non confiants sur la situation économique. Ce résultat laisse percevoir un certain positivisme dans l'opinion de la majoritédes individus de notre base sur la situation économique.

Statut dans le ménage et sentiment de confiance

En ce qui concerne la distribution du sentiment de confiance selon le statut dans le

ménage, le tableau suivant nous renseigne sur les proportions.

TAB. 4.2 - sentiment de confiance et statut dans le ménage

 

Statut dans le ménage

Chef de ménage

Non chef de ménage

Confiants

52,40%

60,45%

Non confiants

47,60%

39,55%

Total

49,31%

50,69%

Prob Chi2 = 0.000

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY, ISSEA 2010

Le statut d'un individu dans son ménage est une observation importante a` faire pour avoir une idée sur son niveau de responsabilité. Cette responsabilitémontre assez logiquement l'intérêt de l'individu a` se faire une opinion sur sa situation économique future afin de mieux orienter ses anticipations. Ainsi, a` l'évidence, l'on devrait s'attendre a` ce que le statut dans le ménage pour un individu soit liéa` son sentiment de confiance sur la situation économique. De facon empirique, le tableau ci-dessus nous montre que dans les données a` notre disposition, 49,31% des individus sont chef de leur ménage. Parmi ces derniers,

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

52,40% sont confiants sur leur situation économique contre 47,60% qui ne le sont pas. Cette observation se trouve un peu positive car plus de la moitiédes chefs de ménages est confiante. Le lien entre le statut de l'individu dans son ménage se trouve confortéici avec notre test de khi-deux hautement significatif au seuil de 1%.

Catégorie de revenu mensuel et sentiment de confiance

Le revenu mensuel dans notre travail a étécodéde façon a` être qualitative en tranches de revenu. Le revenu mensuel d'un individu joue un ràole prépondérant dans l'appréciation

que ce dernier fait de la situation économique.

TAB. 4.3 - sentiment de confiance et revenu mensuel

 

Catégorie de revenu mensuel

Confiants

Non confiants

Total

Moins de 30 000

51,53%

48,47%

100,00%

30 000 a` 75 000

59,01%

40,99%

100,00%

75 000 a` 125 000

55,86%

44,14%

100,00%

125 000 a` 175 000

68,83%

31,17%

100,00%

175 000 a` 225 000

54,21%

45,79%

100,00%

225 000 a` 300 000

67,86%

32,14%

100,00%

300 000 et plus

61,54%

38,46%

100,00%

Prob Chi2 = 0.001

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

On constate que dans le tableau ci-dessus, parmi les individus de notre base, l'on retrouve en majoritéceux ayant un revenu mensuel inférieur a` 30 000 Fcfa (47,33%). Les plus minoritaires sont ceux ayant un revenu compris entre 225 000 Fcfa et 300 000 Fcfa (2,28%). Par ailleurs, il semble bien que le sentiment de confiance d'un individu dépende de son revenu mensuel. En effet, a` titre d'illustration, 54,21% des individus sont confiants parmi ceux ayant un revenu entre 175 000 et 225 000 Fcfa, contre 67,86% d'individus confiants parmi ceux ayant un revenu compris entre 225 000 et 300 000 Fcfa. Le test de chi2 d'indépendance effectuétend a` nous conforter sur ce point de vu avec une p-valeur de 0,001 significative aux seuils de 1%.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Sentiment de confiance et langue officielle

Le Cameroun est un pays bilingue. Au vu des différences socio culturelles observées entre la partie anglophone et la partie francophone du pays, il ne serait pas très surprenant de constater que le sentiment de confiance des individus sur la situation économique diffère

suivant la langue officielle.

TAB. 4.4 - sentiment de confiance et langue officielle

 

Langue officielle (d'origine)

Confiants

Non confiants

Total

Francais

55,83%

44,17%

100,00%

Anglais

64,91%

35,09%

100,00%

Autre

76,92%

23,08%

100,00%

Prob Chi2 = 0.043

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

Le tableau ci-dessus nous montre d'abords que, parmi les résidents majeurs de la ville de Yaoundéinterrogés dans notre base de données, l'on retrouve en majoritéceux de langue francaise d'origine (94,30%). Parmi ces derniers, la majoritésemble être confiante sur la situation économique (55,83%) contre 44,17% non confiants. Cette observation semble se généraliser sur tous les autres types de langues officielles. En effet, on retrouve 64,91% confiants dans la classe des résidents ayant l'anglais comme langue d'origine et 76,92% dans la classe des résidents ayant des langues d'origine autres que celles précédement citées. Tout ceci nous laisse soupconner que la langue officielle d'origine de l'individu pourrait influencer sur son sentiment de confiance. Le test d'indépendance de chi2 tend a` nous conforter sur ce soupcon avec une p-valeur de 0,043 significative au seuil de 5%.

Sentiment de confiance et situation d'activité

La situation d'activitése présente a priori comme une variable déterminante du sentiment de confiance d'un individu sur la situation économique. En réalité, l'on s'attendrait par exemple a` ce que les actifs occupés n'aient pas le même sentiment de confiance que les actifs au chômage.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Les actifs regroupent 71,15% des individus, soit 12,63% d'actifs au chômage contre 58,52% d'actifs occup'es. Ceci laisse pr'esager le fait que la situation d'activit'e de m'enages de la ville de Yaound'e pourrait être acceptable. Parmi les inactifs, on observe que 57,63% de nos individus sont confiants contre 42,37% non confiants. Par ailleurs, dans la classe des actifs au chômage, 48,06% des individus sont confiants contre 57,73% dans la classe des actifs occup'es. Tout ceci nous laisse 'emettre un soupcon quant a` ce que le sentiment de confiance d'un individu sur la situation 'economique pourrait être influenc'e par sa situation d'activit'e. Le test de khi-deux 'effectu'e tend a` nous conforter sur ce soupcon avec un p-valeur

de 0,006 significative au seuil de 1%.

TAB. 4.5 - sentiment de confiance et situation d'activité

 

Situation d'actvité

Confiants

Non confiants

Total

Inactif

57,63%

42,37%

100,00%

Actif au chàomage

48,06%

51,94%

100,00%

Actifs occupés

57,73%

42,27%

100,00 %

Prob Chi2 = 0,006

Source : Nos calculs a` partir des donn'ees de ICMY 2010

Sentiment de confiance et religion

La religion de l'individu est très importante a` observer pour l'explication de son sentiment de confiance sur la situation 'economique. En r'ealit'e, a` partir de la religion d'un individu, on peut estimer le poids de ses consid'erations divines qui a certainement une influence non moins importante sur son sentiment de confiance.

Le tableau ci-dessous nous renseigne sur le fait qu'un peu plus de la moiti'e (55,54%) des r'esidents majeurs a` notre disposition sont de religion catholique. On trouve très peu de r'esidents majeurs d'ob'edience musulmane(6,23%). Par ailleurs, les proportions de r'esidents majeurs de la ville qui sont confiants semble diff'erer significativement suivant les classes de religion. Par exemple on a 57,59% catholiques qui sont confiants contre 52,29% chez les musulmans. Ceci nous laisse penser qu'il se pourrait que la r'eligion de l'individu ait une influence sur son sentiment de confiance. Le test de khi-deux r'ealis'e tend a` nous conforter sur cette position, avec une p-valeur de 0,007 significative a` 1%.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

TAB. 4.6 - sentiment de confiance et religion

 

religion

Confiants

Non confiants

Total

Catholique

57,59%

42,41%

100,00%

Protestant

54,62%

45,38%

100,00%

Autre chretien

65,52%

34,48%

100,00%

Musulman

52,29%

47,71%

100,00%

Autre religion

48,52%

51,48%

100,00%

Prob Chi2 = 0,007

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

Sentiment de confiance et niveau d'instruction

A priori, l'on serait très facilement tenter de considérer le niveau d'instruction de l'individu comme ayant une incidence sur sa perception de la situation économique. En réalité, ceci pourrait s'expliquer par le fait que l'analyse des faits économiques d'un agréger

devrait être différente de celle effectuée par un individu de niveau primaire par exemple.
TAB. 4.7 - sentiment de confiance et niveau d'instruction

 

niveau d'instruction

Confiants

Non confiants

Total

Primaire au plus

47,46%

52,54%

100,00%

Secondaire

56,46%

43,54%

100,00%

Supérieur

25,57%

74,43%

100,00%

 
 
 
 

Prob Chi2 = 0,000

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

Le tableau ci-dessus illustre très clairement la grande présence des résidents de niveau secondaire. En effet, un peu moins de la moitié(47,64%) des individus de notre base de données sont de niveau d'instruction secondaire, contre 33,13% de niveau supérieur et 19,23% de niveau primaire et moins. Tout ceci s'accompagne du fait parmi les résidents de niveau supérieur, les confiants sont plus majoritaires (61,75%). Ceci, montre bien qu'il se pourrait que les intellectuels sont en majoritéoptimistes quant a` la situation économique. Par ailleurs, le test de khi-deux nous révèle une p-valeur =0,000, significative au seuil de 1%. Ceci tend a` nous conforter sur le fait que le niveau d'instruction de l'individu influence son sentiment de confiance sur la situation économique.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Sentiment de confiance et Groupe d'âge

L'âge d'un individu est important a` observer dans l'explication de son sentiment de confiance sur la situation économique. Ceci s'expliquerait par le fait que son vecu doit très

certainement influencésur son opinion.

TAB. 4.8 - sentiment de confiance et Groupe d'âge

 

Groupe d'âge

Confiants

Non confiants

Total

18 a` 35 ans

62,65%

37,35%

100,00%

35 a` 55 ans

48,98%

51,02%

100,00%

55 ans et +

32,75%

67,25%

100,00%

 
 
 
 

Prob Chi2 = 0,000

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

Parmi les individus dans notre base, ceux d'âge compris entre 18 et 35 ans sont plus majoritaires (63,16%). Les plus minoritaires sont ceux d'âge supérieur a` 55 ans (6,97%). Ainsi, il se pourrait que la population des résidents majeurs de la ville de Yaoundésoit essentiellement jeune. Par ailleurs, la p-valeur égale a` 0,000 tend a` nous conforter sur le fait que le sentiment de confiance d'un individu soit liéa` son âge.

Statut matrimonial et sentiment de confiance

Le statut matrimonial n'est pas moins important a` observer chez un individu dans l'explication de son sentiment de confiance sur la situation économique. En réalité, l'on s'attendrait par exemple a` ce que un mariémonogame ait un sentiment de confiance plus optimiste qu'un mariépolygame. Du point de vu empirique, les données a` notre disposition nous révèle que plus de la moitié(50,20%) sont célibataires. Les divorcés ou séparés sont les plus minoritaires. Parmi les célibataires, plus de la moitiéest confiants sur la situation économique. Donc, les non confiants sont minoritaires. De façon globale dans les classes, on retrouve plus les individus confiants et le test de chi2 d'indépendance entre ces deux variables montre qu'il existe un lien significatif au seuil de 1% entre le statut matrimonial de l'individu et son sentiment de confiance sur la situation économique.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

TAB. 4.9 - sentiment de confiance et statut matrimonial

 

Statut matrimonial

Confiants

Non confiants

Total

Célibataire

62,91%

37,09%

100,00%

Union libre

60,29%

39,71%

100,00%

marié(e) monogame

51,53%

48,47%

100,00%

marié(e) polygame

42,51%

57,49%

100,00%

Veuf/veuve

26,44%

73,56%

100,00%

séparé(e)/divorcé(e)

38,64%

61,36%

100,00%

Prob Chi2 = 0.000

Source : Nos calculs a` partir des données de ICMY 2010

R'egion d'origine et sentiment de confiance

TAB. 4.10 - sentiment de confiance et r'egion d'origine

 

R'egion d'origine

Confiants

Non confiants

Total

Septentrion

51,53%

48,47%

100,00%

(Centre Sud Est) (CSE)

59,01%

40,99%

100,00%

Grassfield

55,86%

44,14%

100,00%

(Littoral Sud-Ouest) (LS)

68,83%

31,17%

100,00%

Etranger

54,21%

45,79%

100,00%

Prob Chi2 = 0.014

Source : Sortie STATA a` partir des données de ICMY 2010

Compte tenu de la diversitéethnique dans le pays, la région d'origine de l'individu se trouve assez important a` observer dans l'étude de son sentiment de confiance. Les données a` notre disposition nous révèle que 37,33% des individus sont issus de la partie septentrionale du pays. Ensuite viennent ceux originaires des régions du Centre, du Sud et de l'Est (33,90%). A l'évidence, les étranger sont les plus minoritaires (4,36%). Par la suite, parmi les originaires du septentrion, plus de la moitiésont confiants sur la situation économique. De facon globale dans toutes les classes, c'est la tendance qui est observée. Le test de chi2 entre ces deux variables nous montre l'existence d'un lien significatif au seuil de 5%.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

4.2 Diagnostic du modèle

Ici, il est question de d'etecter et de traiter les observations pouvant influencer les coefficients du modèle de facon significative. Plus sp'ecifiquement, dans l'objectif d'obtenir un bon ajustement, nous devons rep'erer les observations qui influencent sur la validit'e du modèle et par cons'equent, qui biaisent les analyses.

Une plus grande attention est accord'ee sur les observations jug'ees trop 'eloign'ees du nuage de point. Il s'agit des outliers (pour les observations qui ne suivent pas le mouvement g'en'eral des autres observations de la s'erie) et des leverage (pour des observations qui ont un effet de levier important sur l'estimation du modèle). Les résidus de Pearson, la distance de Cook et le Dbeta sont les principaux indicateurs utilis'es.

4.2.1 Description des principaux indicateurs

Le résidu de Pearson

Il s'agit du r'esidu ri qui permet de mesurer l'efficacit'e de bpi = F(Xi bâ) comme estimateur de Yi. Mais, l'incertitude li'ee a` la loi de ri contraint d'utiliser les r'esidus de Pearson

~ > 2.

standardis'es rstd

i . On parle d'outlier lorsque ~rstd

i

Le Dbeta et distance de cook

Le Dbeta est une statistique permettant de mesurer l'influence d'une observation sur le coefficient de r'egression, notamment la variation du signe ou de la valeur des coefficients si elle est retir'ee de la base. En pratique, l'on suspecte les observations dont la valeur absolue du Dbeta est sup'erieure a`2 vn. Pour ce qui est de la distance de cook, une observation est int'eressante lorsque sa distance de Cook est inf'erieure a` l'unit'e.

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

TAB. 4.11 - Récapitulatif du diagnostic du modèle

INDICATEURS

VALEUR AVANT DIAGNOSTIC

VALEUR APRES DIAGNOSTIC

DIFFERENCE

Nombres d'observations

2433

2390

-43

Nombre de covariate pattern

2274

2240

-34

Hosmer et Lemeshow

2 (prob=0,9)

4,67 (prob=0,7920)

2,67

AIC

3184,27

3080,963

-103,307

BIC

3387,161

3265,893

-121,268

Log pseudo likelihood

-1557,1351

-1508,4817

48,6534

pseudo R2

0,0652

0,0772

0,012

Sensibilité

80,51%

80,25%

-0,26%

Spécificité

41,78%

42,50%

0,28%

Taux de bon classement

63,67%

63,93%

0,26%

Surface de ROC

0,6635

0,6742

0,0107

LR chi2

217,16

252,22

35,06

chi2 Pearson

2293,70

2230,38

-63,32

Source : Nos calculs sur STATA, a` partir de ICMY, ISSEA 2010

4.2.2 Résultats du diagnostic

Après diagnostic du modèle, nous avons relevé43 valeurs suspectes. Comme nous pouvons le voir sur le tableau ci-dessus, le modèle s'est globalement amélioré. Ce qui traduit un effet positif du diagnostic effectué

4.3 Qualitédu modèle

Il s'agit ici d'évaluer la qualitédu modèle estiméaprès diagnostic. Cette évaluation se fera a` travers l'ajustement, le test de significativitéglobale, du pouvoir prédictif et discriminant du modèle.

4.3.1 Ajustement global du modèle

Ici, le test de Hosmer Lemeshow permet de confronter les deux hypothèses suivantes :

 

H0 : le mod`ele est bien ajust'e

H1 : le mod`ele n'est pas bien ajust'e

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

Dans notre cas, pour ce qui est du modèle diagnostiqué, ce test est non significatif, avec une p-valeur de 0,7920. Ainsi l'évidence apportée par l'échantillon ne nous permet pas de rejeter H0. D'o`u, notre modèle est bien calibré. Nous pouvons également remarquer qu'il en est de même pour le modèle avant diagnostic, avec une p-valeur égale a` 0,9.

4.3.2 Significativitéglobale du modèle

Le test utiliséici est celui du khi-deux, dont les hypothèses sont les suivantes :

? ?

?

H0 : tous les co'efficients des variables explicatives sont nuls

H1 : il exite au moins une variable dont le co'efficient est diff'erent de z'ero.

Ici, le test est hautement significatif (p-valeur=0,000) inférieure a` 1%. Ce qui nous donne assez d'évidence pour rejeter H0. Par conséquent, parmi nos variables explicatives, il existe au moins une qui influence significativement le sentiment de confiance des résidents de la ville de Yaoundésur la situation économique.

4.3.3 'Evaluation du pouvoir discriminant du modèle

Les probabilités estimées a` l'issue de la régression logistique permettent de classer les ménages de la ville de Yaoundéen »confiants» ou »non confiants» sur la situation économique. en fonction d'un seuil fixé. La valeur par défaut est de 5%. En théorie, pour une variable binaire a` expliquer sur un tel modèle, on démontre que la probabilitéde »succès» est un estimateur sans biais de ce seuil. Ainsi, généralement, pour rendre meilleur les pouvoirs prédictifs des modèles de ce type, on utilise comme seuil, la probabilitéde »succès» qui est ici la probabilitéqu'un ménage soit confiant sur sa situation économique.

De facon pratique ici, un individu sera considérécomme confiant sur la situation économique si sa probabilitéestimée par le modèle est supérieure a` au seuil de 5%. on définit alors la variable byi de la facon suivante :

? ?

?

byi =

1 si bpi= 0, 5 0 sinon

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

A partir de cette statistique, on peut définir le nombre de prédiction fausses, le taux de bon classement, la sensibilité3 et la spécificité4.

Après diagnostic, notre modèle présente une bonne sensibilité(80,25%) et une bonne spécificité(42,50%), avec un taux de bon classement de 63,93% qui n'est pas mal. De

plus, la probabilitéd'être confiant sur la situation économique sachant qu'on a étéclassécomme tel est 64,71% alors que celle d'être effectivement non confiant sachant qu'on a étéclassécomme tel est 62,09%. Par ailleurs, remarquons que les caractéristiques prédictives

du modèle avant diagnostic ne diffèrent pas trop de celles après diagnostic. En effet, avant diagnostic, le taux de bon classement était de 63,67%, la spécificitéétait respectivement de 80,51% et 41,78%.

Table : Table de classification du modèle après diagnostic

Source : Sortie STATA a` partir des données ICMY 2010

3sensibilité: capacitéa` affecter un confiant dans la classe des confiants 4spécificité: capacitéa` affecter un non confiant dans la classe des non confiants

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

4.3.4 La courbe ROC (Receiver Operating Characteristic)

La courbe ROC est un excellent indicateur non paramétrique de la capacitéa` du modèle. La spécificitéétant le risque de classer un non confiant parmi les confiants, la courbe ROC est une représentation graphique de la sensibilitéen fonction de cette variable.

Plus cette courbe est éloignée de la première bissectrice, plus le modèle a une forte capacitéa` discriminer. L'aire en dessous de cette courbe mesure le pouvoir prédictif des variables

explicatives. Pour notre modèle, sa valeur est 0,6742. Elle traduit làune discrimination acceptable. Avant diagnostic, sa valeur était de 0,6635.

Figure 7. : Courbe de ROC

Source : Sortie STATA a` partir des données ICMY 2010

4.4 Interprétation des résultats

Les résultats de la régression logistique sont résumés dans le tableau ci-dessous. Parmi les dix (10) variables retenues pour le modèle, neuf (09) sont significatives aux seuils considérés. Il s'agit du statut matrimonial, la langue officielle d'origine, la réligion, la situation

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

d'activité, le niveau d'instruction, le revenu mensuel, le statut dans le ménage, l'âge (groupe
d'âge) et le nombre d'années passées continuellement dans la ville. La région d'origine de
l'individu n'a aucun effet. Le tableau ci-dessous nous renseigne plus clairement sur l'in-

fluence des facteurs considérés.

TAB. 4.12 - Synthèse des résultats, variables significatives du modèle de régression logistique

CONFIANCE

 
 
 
 
 
 

Coef.

Std. Err.

z

P>|z|

Odds ratio

Statut matrimonial (Celibataire)

 
 
 
 
 

Union libre

-0.161199

0.148076

-1.09

0.276

0.8511227

marié(e) monogame

-0.3433554

0.1232191

-2.79

0.005***

0.709386

marié(e) polygame

-0.5333936

0.1919102

-2.78

0.005***

0.5866109

veuf/veuve

-1.029413

0.2946675

-3.49

0.000***

0.3572164

divorcé(e)

-1.00011

0.3627789

-2.76

0.006***

0.3678391

Langue officielle d'origine (Francais)

 
 
 
 
 

Anglais

0.4086434

0.2166389

1.89

0.059*

1.504775

Autre

0.9115162

0.5956836

1.53

0.126

2.488092

R'eligion(Catholique)

 
 
 
 
 

Protestant

-0.0972271

0.1083923

-0.90

0.370

0.9073499

Autre chretien

0.3135613

0.1833657

1.71

0.087*

1.368289

Musulman

-0.1030377

0.2175732

-0.47

0.636

0.9020929

Autre réligion

-0.3587639

0.177238

-2.02

0.043**

0.6985393

Situation d'activit'e (Inactif)

 
 
 
 
 

Actif au chàomage

-0.4288969

0.1492575

-2.87

0.004***

0.6512271

Actif occupé

0.0719902

0.1159368

0.62

0.535

1.074645

Niveau d'instruction (Primaire au plus)

 
 
 
 
 

Secondaire

0.2027603

0.1195195

1.70

0.090*

1.224779

Supérieur

0.3363583

0.1361132

2.47

0.013**

1.399841

Revenu mensuel(Moins de 30 000)

 
 
 
 
 

30 000 a` 75 000

0.4238041

0.1113807

3.81

0.000***

1.527762

75 000 a` 125 000

0.4406701

0.1551965

2.84

0.005***

1.553748

125 000 a` 175 000

1.240511

0.2203137

5.63

0.000***

3.45738

175 000 a` 225 000

0.301388

0.2361855

1.28

0.202

1.351734

225 000 a` 300 000

1.16345

0.3415197

3.41

0.001***

3.200959

300 000 et plus

0.9363444

0.3000178

3.12

0.002***

2.55064

Statut dans le m'enage (Pas chef de m'enage)

-0.2443476

0.0976606

-2.50

0.012**

0.7832153

Groupe d'âge (18-35 ans)

 
 
 
 
 

35 a` 55 ans

-0.4712508

0.1184903

-3.98

0.000***

0.624221

55 ans et plus

-0.8968909

0.2241778

-4.00

0.000***

0.4078357

Nombre d'ann'ees pass'ees continuellement dans la ville

-0.0079562

0.040917

-1.94

0.052*

0.9920753

R'egion d'origine(Septentrion)

 
 
 
 
 

CSE

0.2762066

0.2217645

1.25

0.213

1.31812

Grassfield

-0.1404351

0.219908

-0.64

0.523

0.8689801

Littoral/SudOuest

0.3989784

0.2808859

1.42

0.155

1.490298

Etranger

0.1807504

0.5029724

0.36

0.719

1.198116

Number of obs

2390

 
 
 
 

LR chi2 (31)

252,22

 
 
 
 

prob>chi2

0,0000

 
 
 
 

Log likelihood)

-1508,4817

 
 
 
 

() : modalit'e de r'ef'erence

 
 
 
 
 

*significativiteau seuil de 10%, **significativiteau seuil de 5%, ***significativiteau seuil de 1% Source: Sortie STATA a` partir des donnees ICMY 2010

Au seuil de 1%, les modalités »marié(e) monogame», »marié(e) polygame», »veuf/veuve» et »divorcé/séparé(e)» de la variable statut matrimonial ont une influence

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

négative sur la probabilitéqu'un résident majeur de la capitale politique camerounaise soit
confiant sur la situation économique. De plus, l'analyse des odds ratio conduit aux ob-

servations suivantes : en réference aux résidents célibataires, la propension pour un mariémonogame a` être confiant sur la situation économique diminue de plus de 29%. Toujours en

réference aux célibataires, la chance d'être confiant sur la situation économique diminue de près de 40% chez les mariés polygames, de plus de 64% chez les veufs ou veuves et de près de 63% chez les divorcés. On voit ainsi une décroissance presque progressive de la chance qu'un résident de la ville soit confiant selon qu'on soit marié(e) monogame, polygame et divorcé(e). Donc, comme soupconner a chapitre précédent avec l'indice agrégé, les résidents célibataires ont une chance plus élevée d'être confiant sur la situation économique. Le fait pour un résident de la ville d'être en union libre n'affecte pas sa chance d'être confiant sur la situation économique. Ceci pourrait s'expliquer par le poids des responsabilitéressenti par les résidents qui se sont déjàmariés.

Au seuil de 10%, la modalité»anglais» de la variable langue officielle d'origine a une influence positive sur la probabilitéqu'un résident majeur de la ville de Yaoundésoit confiant sur la situation économique. Par ailleurs, l'analyse des odds ratio nous renseigne sur le fait qu'un résident de la ville de Yaoundé, d'obédience anglophone, a 0,504 fois plus de chance d'être confiant sur la situation économique que celui dont la langue officielle d'origine est le francais. Ceci légitime l'émission de l'hypothèse de l'influence de la langue officielle d'origine du résident. Il faudrait certainement aller chercher les raisons de cette observation dans les origines culturelles de ces deux peuple.

La réligion d'un résident majeur de la ville de Yaoundéa une influence significative sur la probabiliitéd'être confiant sur la situation économique. En effet, d'une part, au seuil de 10% la modalité»autre chretien»a un impact positif sur cette probabilitéet d'autre part, au seuil de 5% la modalité»autre réligion» a une influence négative. De plus, en réference aux catholique, parmi les résidents majeurs de la ville de Yaoundé, les autres chrétiens ont 0,368 fois plus de chance d'être confiant sur la situaton économique et ceux d'autres réligions ont 0,3 fois moins de chance. Il ressort làque les autres chrétiens ont plus de chances d'être confiant sur la situation économique que ceux d'autres religions.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

La situation d'activit'e du r'esident majeur de la ville de Yaound'e influence très significativement la probabilit'e qu'il soit confiant sur la situation 'economique. En effet, au seuil de 1%, la modalit'e »actif au chômage» a un impact n'egatif sur cette probabilit'e. En effet, en r'eference a` un inactif, un actif au chômage a 0,35 fois moins de chance d'être confiant sur la situation 'economique. Ceci confirme les soupçons 'emis au chapitre pr'ec'edent avec l'indice agr'eg'e et pourrait s'expliquer par le fait que les inactifs sont g'en'eralement sous la charge des actifs occup'es, ce qui n'est pas souvent le cas pour les actifs au chômage.

Les modalit'es »secondaire» et »sup'erieur» du niveau d'instruction ont une influence significative et positive sur la probabilit'e qu'un r'esident majeur de la ville de Yaound'e soit confiant sur la situation 'economique aux seuils respectifs de 10% et 5%. L'analyse des odds ratio nous montre qu'en r'ef'erence aux r'esidents de la ville de niveau d'instruction primaire et moins, la chance d'être confiant sur la situation 'economique est 0,22 fois plus 'elev'e chez les r'esidents de niveau secondaire et 0,399 fois plus 'elev'ee chez ceux de niveau sup'erieur. Ainsi, il ressort que plus le niveau d'instruction d'un r'esident de la ville est 'elev'e plus sa chance d'être confiant sur la situation 'economique est 'elev'ee. Ceci n'a rien de vraiment surprenant car l'explication pourrait venir du fait que, plus le niveau d'instruction d'un individu est 'elev'e, plus la chance d'obtenir un emploi assez r'emun'erateur est 'elev'ee.

Le niveau de revenu mensuel du r'esident majeur de la ville de Yaound'e a un impact très significatif sur la probabilit'e qu'il soit confiant sur la situation 'economique. En effet, au seuil de 1%, les modalit'es »30 000 a` 75 000», »75 000 a` 125 000», »125 000 a` 175 000», »225 000 a` 300 000» et »300 000 et plus» ont un impact positif sur cette probabilit'e. Par analyse des odds ratio, il ressort qu'en r'eference aux r'esidents dont le revenu mensuel est inf'erieur a` 30 000 Fcfa, ceux ayant un revenu mensuel entre 30 000 et 75 000 Fcfa ont 0,527 fois plus de chance d'être confiants. Ce rapport est respectivement de 1,55 fois plus 'elev'e pour ceux de revenu compris entre 75 000 Fcfa et 125 000 Fcfa, 3,20 chez ceux de revenu compris entre 225 000 Fcfa et 300 000 Fcfa, enfin de 2,55 chez ceux de revenu sup'erieur ou 'egale a` 300 000 Fcfa. Ainsi, il ressort de façon globale que plus le revenu d'un r'esident majeur de la ville est 'elev'e, plus ce dernier a de chance d'être confiant sur la situation 'economique. Ce sont les r'esidents de revenu mensuel compris entre 225 000 Fcfa et 300 000

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Fcfa qui ont plus de chances a` être confiant sur la situation économique, ensuite viennent ceux de revenu mensuel supérieur ou égale a` 300 000 Fcfa. Ceci peut s'expliquer par le fait qu'avec peu de moyens les individus sont soucieux de la situation économiques. Aussi, au délàd'un certains revenu, les projets et les charges se multiplient encore très rapidement conduisant a` des soucis économiques moins que pour ceux a` faible revenu.

La confiance sur la situation économique pour un résident majeur est totalement dépendant de son statut le ménage. En effet, le fait de ne pas être chef de ménage étant pris comme réference, le coéfficient de la modalié»chef de ménage» est négatif et significatif au seuil de 5%. De plus, les chefs de ménages ont 0,22 fois moins de chance d'être confiants sur la situation économique. Ce résultat confirme bien le soupcon émis au chapitre précédent avec l'influence du statut dans le ménage sur l confiance agrégée.

L'âge du résident majeur de la capitale politique camerounaise a une influence très significative sur la probabilitéde confiance sur la situation économique. En effet, au seuil de 1%, les modalités de tranche d'âge »35 a` 55 ans» et »55 ans et plus» ont une influence négative et significative sur cette probabilité. Bien plus, l'analyse des odds ratio nous revèle qu'en réference aux résidents de la ville d'âges compris entre 18 et 35 ans, la propension d'être confiant sur la situation économique diminue de 37,6% chez ceux d'âges compris entre 35 et 55 ans et de 59,3% chez ceux de 55 ans et plus. Ainsi, conformément au soupcon émis avec l'indice de confiance agrégé, il ressort que plus le résident majeur prend de l'âge, moins il a de chance d'être confiant sur la situation économique.

Enfin, au seuil de 10%, le nombre d'années passées continuellement dans la ville par le résident majeur a un impact négatif sur la probabilitéqu'il soit confiant sur la situation économique. Pour un résident majeur, une années passée dans la ville reduit de 0,01 fois la probabilitéd'être confiant sur la situation économique.

Conclusion générale

Cette étude a consistéen une analyse de la confiance des ménages résidents dans la ville de Yaoundésur la situation économique. Notre approche a étébasée d'une part sur une analyse multidimensionnelle pour mesurer cette confiance et d'autre part sur une analyse économétrique pour capter les facteurs explicatifs.

Pour commencer, nous sommes entrés dans la littérature pour mieux appréhender le concept de confiance des ménages et revisiter les résultats obtenus ailleurs par d'autres études sur la question. Il s'est agit notamment de l'étude menée par le CREDOC sur le sentiment de devoir s'imposer les restrictions sur son budget par les ménages résidents en France. Ensuite, en s'appuyant sur l'approche d'inertie, notamment l'ACM, nous avons construit, un indicateur composite de confiance des ménages sur la situation économique a` partir des indicateurs primaires disponibles et respectant les considérations de l'INSEE. L'indicateur ainsi obtenu s'est révélévalide et fidèle (fiable) a` 85,13% par utilisation de l'approche du á de Cronbach. Une classification ascendante hiérarchique s'est avérée pertinente et a permis de définir le seuil de confiance des ménages de la ville de Yaoundésur la situation économique égale a` 0,08. Enfin, l'analyse des facteurs explicatifs de la confiance des résidents majeurs de la ville de Yaoundésur la question a étéfaite par application de la régression logistique.

L'étude a révéléque 56,48% des résidents majeurs de la ville de Yaoundésont confiants sur la situation économique, ceci traduit un certain positivisme de ces derniers dans l'ap-

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

préciation faite sur la vie économique. En réalité, par exemple, dans l'appréciation de la situation financière, la situation d'épargne, l'opportunitéd'achats des biens durables en 2010, on a dénombréen majoritéceux optimistes. En effet, sur la situation financière en 2010, près de 50% (49,23%) des résidents majeurs de la ville sont optimistes contre seulement 23,88% pessimistes. Pour la situation d'épargne en 2010, on a dénombré47,35% de confiants contre seulement 17,93% de pessimistes et sur l'achat des biens durables en 2010, 47,35% des individus interrogés se sont optimistes contre seulement 17,93% pessimistes.

L'étude a également permis de comparer les résultats obtenus par le CREDOC en France et ceux de Yaoundé:

Premièrement, les résultats révèlent que, plus un résident majeur de la ville prend de l'âge, moins il a de chance d'être confiant sur la situation économique. Ceci se trouve contraire au résultat établit en France o`u le CREDOC a révéléque c'est a` partir de 70 ans qu'on déclare le plus avoir confiance.

Deuxièmement, conformément a` ce qui a étéobtenu pour la France, cette étude nous révèle que le revenu mensuel du résident majeur a un impact très significatif sur sa probabilitéde confiance en la situation économique. De façon plus spécifique, plus le revenu mensuel d'un résident majeur de la ville de Yaoundéest élevé, plus celui-ci a de chance d'être confiant sur la situation économique.

Troisièmement, en considérant le niveau d'instruction de l'individu comme un proxy de son diplôme, il ressort que contrairement a` ce que le CREDOC a obtenu pour la France, le niveau d'instruction du résident majeur de la ville de Yaoundéa une influence significative sur la probabilitéque ce dernier soit confiant sur la situation économique.

Enfin, comme établit en France, la situation d'activitéinfluence significativement la probabilitéde confiance des ménages dans la capitale politique camerounaise. En effet, un actif au chômage a 0,35 fois moins de chance d'être confiant sur la situation économique qu'un inactif.

Cette étude a également permis de confirmer les hypothèses formulées; notamment, le statut matrimonial, la réligion, le nombre d'années passées continuellement dans la ville, le statut du résident majeur dans son ménage, la langue officielle d'origine et le niveau d'ins-

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

truction ont une influence significative aux seuils considérés sur la probabilitéde confiance des résidents majeurs sur la situation économique.

Ainsi, dans la perspective d'une gouvernance qui intègre les populations aux mutations de l'économie nationale, nous pouvons pointer quelques directions vers lesquelles les politiques peuvent agir pour renforcer la confiance des ménages de la ville de Yaoundé. Entre autres, nous formulons les recommandations suivantes :

D'abords, partant du constat que la propension a` être confiant sur la situation économique croit avec le revenu jusqu'au seuil de 300 000 Fcfa, alors on voit làl'intérêt que les politiques ont a` permettre un accroissement du revenu des ménages (transferts par exemple) résidents dans la capitale politique camerounaise tout en conservant ce dernier entre 225 000 et 300 000 Fcfa par mois.

Dans la même perspective, les actifs au chômage ayant moins de chance que les inactifs, d'être confiant sur la situation économique, alors pour donner plus de chances aux résidents majeurs de la ville a` être confiant du la question étudiée, la lutte contre le chômage doit rester une prioritépour les politiques.

Cependant, notre étude présente quelques limites. La suppression des modalités »ne sait pas» entraine très certainement a` la perte de quelques informations. Par ailleurs, le modèle de régression logistique que nous avons utilisépourrait s'améliorer par considération de nouvelles variables explicatives. En effet, 0,6742 d'aire sous la courbe de ROC, bien que n'étant pas mal, limite un peu le pouvoir prédictif du modèle. Enfin, l'absence de certaines variables présentes dans la littérature empirique ne facilite pas la comparaison complète des études.

Bibliographie

[1] R'ef'erences bibliographiques

[2] ABDELAZIZ BERKANE (2007) : A propos de la confiance le cas de la tradition théorique autrichienne.

[3] Andr'e Orl'ean (2000) : La théorie économique de la confiance et ses limites, Cahiers de Socio-Economie.

[4] BIGOT R., CAPPIGNY A., CROUTTE P. (2008) : Le sentiment de devoir s'imposer des restrictions sur son budget, évolution depuis 30 ans en France, CREDOC, Cahier de recherche n°253.

[5] CHARREAUX G'erard (1998) : Le ràole la confiance dans le système de gouvernance des entreprises.

[6] CLING J.P et al (2007) : Les enquêtes auprès des ménages un instrument de mesure pour appréhender la notion de secteur informel, les conditions de vie des ménages et la gouvernace.

[7] COUDERC N., Econométrie appliquée avec Stata, Universit'e Paris1.

[8] DEHON C. (2010) : Introduction a` l'économétrie, Universit'e libre de Bruxelles.

[9] DOUKOURE BAKARI Fodiy'e (2004) : Méthodes économétriques, Universit'e CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR.

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

[10] GIULIO Vidotto, VICENTILINI Marco, La mesure de la confiance dans les organisations, D'epartement de psychologie G'en'eral, Universit'e du Padova.

[11] GUIHERY L et al (2004) : Vers un modêle de confiance pour les objets communicants: une approche sociale.

[12] Le petit vert, math media N°94 (2008) : la grande dépression.

[13] MINEPAT, Cameroun (2009) : DSCE

[14] RODRIGUEZ J., WACHSBERGER.J.M (2009) : Mesurer la confiance, dénoncer la défiance : deux économistes au chevet du modêle social francais, Revue francaise de sociologie.

[15] Samuel AMBAPOUR (2006) : Pauvrétémultidimensionelle au Congo : une approche non monétaire.

[16] Sandra PONCET, Econométrie sous stata.

[17] TAGNE TATSINKOU J.F (2010) : Une analyse Micro-Multidimensionnelle de la pauvrétéNon Monétaire en République Centraficaine, M'emoire Professionnel ISE, ISSEA.

[18] TCHOMTHE S. (2005) : Santéet Bien être : Approche d'évaluation des déterminants de la satisfaction des bénéficiaires du service de santéau Cameroun, M'emoire ISE, ENSEA.

[19] YAGBA BERNARDIN TAPE (2007) : Analyse économétrique de l'itinéraire thérapeutique des ménages de Côte d'Ivoire, M'emoire, Facult'e des Sciences Sociales Universit'e Laval Qu'ebec.

R'ef'erences 'electroniques

www.insee.fr

www.wikipedia.fr camerounreport.com

ANNEXES

ANNEXES A

PRESENTATION DE LA

 

STRUCTURE D'ACCUEIL

C

r'e'e en 1984 a` Brazzaville, par la Conf'erence des Chefs d'Etat de l'UDEAC, aujourd'hui CEMAC, l'ISSEA a son siège a` Yaound'e au Cameroun. C'est une Institution sp'ecialis'ee de la CEMAC, ayant pour missions:

? la formation des cadres statisticiens des niveaux moyen et sup'erieur, capable de cr'eer, g'erer, et utiliser l'information statistique pour la pr'eparation des d'ecisions de nature 'economique ou sociale, concernant la nation, une r'egion ou une entreprise;

? le perfectionnement et le recyclage des cadres des services publics et priv'es nationaux et r'egionaux;

? la recherche appliqu'ee dans les domaines de la m'ethodologie, de la collecte, du traitement et de l'analyse de l'information statistique et 'economique, y compris des 'etudes et consultations auprès d'autres organismes publics ou priv'es, nationaux ou r'egionaux.

Il est plac'e sous la direction d'un Directeur G'en'eral et est compos'e :

? du Conseil d'Administration;

? du Comit'e Scientifique;

? de la Direction G'en'erale;

? de la Direction de la Formation Continue et de la Recherche Appliqu'ee;

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

? de la Direction des Etudes;

? de la Direction Administrative et Financière.

Sous l'autoritéd'un Directeur, la Direction de la Formation Continue et de la Recherche Appliquée est chargée de la coordination des activités de développement, de la recherche appliquée et du recyclage des cadres en activitédans les Administrations nationales, les Organisations Internationales et les ONG. Elle est composée de trois départements : le Département de l'Analyse et des projets, le Département de la Formation Continue et de la Professionnalisation et le Département des Enquêtes et Publications.

Figure 8 : ORGANIGRAMME DE L'ISSEA

Source : ISSEA

ANNEXES B

APERCU

 

METHODOLOGIQUE DE L'ENQUETE

ICMY

4.5 Champs de l'enquête

Sur le plan g'eographique, l'enquête a couvert la ville de Yaound'e qui correspond au d'epartement du Mfoundi. Il faut noter que l'organisation administrative actuellement en vigueur au Cameroun subdivise ce d'epartement en sept (07) arrondissements.

4.6 Source de données et méthode de collecte

Les donn'ees de cette 'etude sont issues de la collecte directe, c'est-à-dire, men'ees par des enquêteurs ('etudiants de l'ISSEA) auprès des personnes (r'esidents) << majeurs >> de Yaound'e.

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

4.7 Unitéd'enquête

L'unit'e d'observation dans cette 'etude est toute personne des deux sexes, âg'ee de 18 ans ou plus, r'esidant a` Yaound'e. Il faut souligner que les expatri'es ayant un statut de diplomate n'ont pas 'et'e interrog'es.

4.8 Méthode d'échantillonnage

Le choix a port'e ici sur une technique d''echantillonnage empirique. La m'ethode des quotas. Cette technique d''echantillonnage a 'et'e retenue en raison des consid'erations suivantes :

? L'enquête 'etant du type sondage d'opinion, la m'ethode qui convient le mieux est la m'ethode des quotas;

? Pour une taille d''echantillon fix'ee, le sondage par quota n'ecessite relativement peu de moyens en comparaison au sondage al'eatoire et sa mise en oeuvre est relativement simple;

? Troisièmement, la mise en place d'une proc'edure al'eatoire d''echantillonnage n'ecessite de disposer d'une base de sondage, ce qui apporte une difficult'e suppl'ementaire a` la mise en place de cette m'ethodologie.

4.9 Variables de quota

Les variables de quota qui ont 'et'e retenues sont les suivantes :

? L'arrondissement qui s'impose comme variable de quotas au moins en raison du plan d'organisation de la collecte;

? Le sexe, variable presque naturelle de quota;

? L'âge comme le sexe est une variable naturelle de quota pour assurer la repr'esentativit'e de l''echantillon par rapport aux ph'enomènes observ'es;

? Le type de quartier de r'esidence des enquêt'es;

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

? Le niveau d'instruction qui influence forcément les opinions que l'on peut avoir sur la question.

4.10 Taille de l'échantillon

La taille d'échantillon a` enquêter a elle aussi étédéterminée de manière » empirique ». En effet, la période d'enquête comportant 6 jours de collecte effective, l'enquête pilote qui a étéréalisée révélait que l'administration du questionnaire devrait nécessiter en moyenne 15 a` 20 minutes. Prenant en compte le temps de recherche de la personne qui a le bon

profil pour respecter les quotas imposés par l'échantillon, il a étéraisonnablement supposéqu'un enquêteur pouvait administrer 4 questionnaires par jour, la taille de l'échantillon a étéraménée a` 5000 individus.

ANNEXES C

QUELQUES TABLEAUX

 

ET FIGURES

TAB. 4.13 - Indice de confiance liéaux services sociaux

 

Confiance

liée aux services sociaux

 

Reponses positives (%)

Reponses negatives (%)

Solde d'opinion (%)

Echecs scolaires (evolution passee)

14,8

51,4

-36,6

Echecs scolaires (perspective passee)

43,6

40,4

3,2

Deperditions scolaires (evolution passee)

24,4

60,1

-35,7

Deperditions scolaires (perspective passee)

27,6

53,9

-26,3

Coàut des services educatifs (evolution passee)

4,5

73

-68,5

Coàut des services educatifs (perspective passee)

6,4

68,6

-62,2

Accès aux services de sante(evolution passee)

37,8

34

3,8

Accès aux services de sante(perspective d'evolution)

42,6

28,8

13,8

Qualitedes services de sante(evolution passee)

37,2

33,5

3,7

Qualitedes services de sante(perspective d'evolution)

41,6

28

13,6

Coàut des services de sante(evolution passee)

7,6

74,5

-66,9

Coàut des services de sante(perspective d'evolution)

11,1

67,5

-56,4

Indice de confiance lieaux services sociaux =-26,2

Source : Nos calculs a` partir des données ICMY 2010 ..

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

TAB. 4.14 - Indice de confiance liéa` la sécuritéet la gouvernance

 

Confiance liée a` la sécuritéet a` la gouvernance

 
 
 

Réponses positives (%)

Réponses négatives (%)

Solde d'opinion (%)

Grand banditisme (évolution passée)

27,6

58,5

-30,9

Grand banditisme (perspective d'évolution)

33

51,7

-18,7

Agressions dans la rue (évolution passée)

26,7

56,8

-30,1

Agressions dans la rue (perspective d'évolution)

33

52

-19

Agressions a` domicile (évolution passée)

32,9

50,9

-18

Agressions a` domicile (perspective d'évolution)

37,5

46,8

-9,3

Corruption (évolution passée)

25,8

44,3

-18,5

Corruption (perspective d'évolution))

32

41

-9

Indice de confiance liéa` la sécuritéet a` la gouvernance =-19,2

Source : Nos calculs a` partir des données ICMY 2010

TAB. 4.15 - Indice de confiance liéa` l'emploi

 

Confiance liée a` l'emploi

 
 
 

Proportion favorable

Proportion défavorable

Solde d'opinion

Opportunités d'emploi (évolution 2009)

33,90%

37,90%

-4,00%

Opportunités d'emploi (perspective d'évolution 2010)

46,58%

27,79%

18,79%

Opportunités de formation technique et professionnelle (évolution 2009)

69,24%

8,81%

60,43%

Opportunités de formation technique et professionnelle (perspective d'évolution 2010)

64,66%

12,69%

51,97%

Qualitéde la formation technique et professionnelle (évolution 2009)

69,24%

8,81%

60,43%

Qualitéde la formation technique et professionnelle (perspective d'évolution 2010)

45,32%

14,93%

30,39%

Indice de confiance liéa` l'emploi =36,33%

Source : Nos calculs a` partir des données ICMY 2010

TAB. 4.16 - Indice de confiance liée a` la situation financière

 

Confiance liée a` la situation économique

Proportion favorable (%)

Proportion défavorable (%)

Solde d'opinion (%)

Situation financière (évolution 2009)

28,3%

38,1%

-9,8%

Situation financière (perspective d'évolution 2010)

49,2%

23,9%

25,3%

Niveau d'épargne (évolution 2009)

28,6%

24,6%

4,00%

Niveau d'épargne (perspective d'évolution 2010)

47,4%

17,9%

29,5%

Coàut de la vie (évolution 2009)

18,4%

58,9%

-40,5%

Coàut de la vie (perspective d'évolution 2010)

30,3%

47,4%

-17,1%

Achat de biens domestiques (perspective d'évolution 2010)

45,00%

19,4%

25,6%

Indice de confiance liéa` la situation économique =2,4%

Source : Nos calculs a` partir des données ICMY 2010

Th`eme : Mesures et déterminants de la confiance des ménages sur la situation économique au Cameroun : Cas de la ville de Yaoundé.

TAB. 4.17 - Indice de confiance global

Confiance global

Indice de confiance liée a` la situation économique

2,4

Indice de confiance liéa` l'emploi

36,33

Indice de confiance liée a` la sécuritéet a` la gouvernance

-19,2

Indice de confiance liéaux services sociaux

-26,2

Indice de confiance global =-1,667%

Source : Nos calculs a` partir des données ICMY 2010

TAB. 4.18 - Caractérisation de la classe des confiants : Classe 1/2.

VARIABLES

MODALITES CARACTERISTIQUES

CLASS/MOD

MOD/CLASS

Situation financière en 2010

Va s'améliorer

86,42%

75,32%

Niveau d'épargne en 2010

Va s'améliorer

86,66%

72,66%

Achats des biens domestiques en 2010

Vont augmenter

84,87%

67,60%

Coàut de la vie en 2010

Va s'améliiorer

87,62%

46,97%

Situation financière en 2009

s'est améliioré

88,92%

44,59%

Achats des biens domestiques en 2009

ont augmenté

80,61%

47,69%

Niveau d'épargne en 2009

Vous êtes parvenus a` épargner

77,81%

39,47%

Coàut de la vie en 2009

s'est améliioré

83,19%

27,13%

Source : ISSEA, ICMY 2010, SORTIE SPAD

TAB. 4.19 - Caractérisation de la classe des non confiants : Classe 2/2.

VARIABLES

MODALITES CARACTERISTIQUES

CLASS/MOD

MOD/CLASS

Situation financière en 2010

Va se dégrader

86,01%%

47,19%

Achats des biens domestiques en 2010

Vont diminuer

86,53%

38,48%

Coàut de la vie en 2010

Va se dégrader

66,07%

72,00%

Niveau d'épargne en 2010

Va diminuer

82,95%

34,18%

Achats des biens domestiques en 2009

ont diminué

72,87%

39,23%

Niveau d'épargne en 2009

Vous êtes endétté

68,33%

38,58%

Coàut de la vie en 2009

S'est détérioré

58,27%

78,84%

Situation financière en 2009

s'est dégradé

65,20%

57,02%

Niveau d'épargne en 2010

Restera inchangé

64,32%

51,31%

Situation financière en 2010

Restera inchangé

60,61%

37,45%

Achats des biens domestiques en 2010

Vont rester constants

56,00%

45,88%

Achats des biens domestiques en 2009

Sont restés constants

46,27%

48,88%

Coàut de la vie en 2010

Restera inchangé

37,84%

19,38%

Source : ISSEA, ICMY 2010 SORTIE SPAD

mémoire professionnel, IAS VIII Par NOA NGONO NOA Yannick, IAS 4

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 9 : Coordonnées, contributions et cosinus carréde l'ACM

Source : ICMY 2010, SORTIE SPAD

Figure 10 : Suite des coordonnées, contributions et cosinus carréde l'ACM

Source : ICMY 2010 SORTIE, SPAD

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

TAB. 4.20 - Distribution en pourcentage des cat'egories par quartile de l'ICCM

 

Quartile 1

Quartile 2

Quartile 3

Quartile 4

Situation financière en 2009

S'EST AMELIOREE

64,34%

30,28%

14,68%

3,11%

EST RESTEE INCHANGEE

23,99%

37,81%

46,68%

24,87%

S'EST DEGRADE

11,67%

31,91%

38,64%

72,02%

Situation financière en 2010

VA S'AMELIORER

89,47%

67,27%

31,99%

6,56%

VA RESTER INCHANGEE

8,91%

25,86%

43,59%

28,50%

VA SE DEGRADER

1,62%

6,87%

24,42%

64,94%

Situation d'épargne en 2009

VOUS ETES PARVENUS A EPARGNER

50,89%

31,42%

23,49%

7,77%

VOUS AVEZ JUSTE EQUILIBRER VOTRE BUDGET

42,46%

49,26%

53,79%

40,93%

VOUS VOUS ETES ENDETTES

6,65%

19,31%

22,72%

51,30%

Situation d'épargne en 2010

VA S'AMELIORER

91,41%

62,19%

27,20%

7,25%

RESTERA INCHANGE

7,94%

30,93%

54,10%

45,60%

VA DIMINUER

0,65%

6,87%

18,70%

47,15%

Coüt de la vie en 2009

S'EST AMELIOREE

39,22%

18,33%

12,06%

3,45%

EST RESTEE INCHANGEE

34,52%

25,53%

22,10%

7,77%

S'EST DETERIORE

26,26%

56,14%

65,84%

88,77%

Coüt de la vie en 2010

VA S'AMELIORER

64,67%

34,04%

16,69%

4,84%

RESTERA INCHANGE

21,07%

27,99%

26,74%

12,61%

VA SE DEGRADER

14,26%

37,97%

56,57%

82,56%

Achats des biens domestiques en 2010

ONT AUGMENTE

81,52%

61,05%

28,44%

7,60%

SONT RESTES CCONSTANTS

17,18%

32,90%

54,10%

37,65%

ONT DIMINUE

1,30%

6,06%

17,47%

54,75%

Achats des biens domestiques en 2009

VONT AUGMENTER

60,78%

38,79%

24,57%

8,46%

VONT RESTER CONSTANTS

32,58%

47,30%

55,64%

36,10%

VONT DIMINUER

6,65%

13,91%

19,78%

55,44%

Source : ICMY, ISSEA 2010/Nos calculs

mémoire professionneL, IAS X Par NOA NGONO NOA Yannick, IAS 4

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 11 : Histogramme des 16 premi`eres valeurs propres

Source : ICMY, ISSEA 2010/Sortie SPAD

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 12. : Distance de Cook avant diagnostic

Source : ICMY, ISSEA 2010/Sortie STATA

Figure 13. : Résidus standardisés avant diagnostic

Source : ICMY, ISSEA 2010/Sortie STATA

mémoire professionneL, IAS XII Par NOA NGONO NOA Yannick, IAS 4

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 14. : Résidus influents avant diagnostic

Source : ICMY, ISSEA 2010/Sortie STATA

Figure 15. : Distance de Cook après diagnostic

Source : ICMY, ISSEA 2010/Sortie STATA

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 16. : Résidus standardisés après diagnostic

Source : ICMY, ISSEA 2010/Sortie STATA

Figure 17. : Résidus influents après diagnostic

Source : Nos ICMY, ISSEA 2010/Sortie STATA

mémoire professionneL, IAS XIV Par NOA NGONO NOA Yannick, IAS 4

Th`eme : Mesures et déterminants de La confiance des ménages sur La situation économique au Cameroun : Cas de La viLLe de Yaoundé.

Figure 18. : ESTAT

Source : ICMY, ISSEA 2010/Sortie STATA







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.