WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Inventaire et description des fabaceae arbres (momosoidae et faboidae ) de Kinshasa et ses environs

( Télécharger le fichier original )
par Prof BELESI KATULA David KOMBI KAVIRIRI
Université de Kinshasa RDC - Graduat 2009
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITE DE KINSHASA

FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES
DEPARTEMENT DE GETION DES RESSOURCES NATURRELLES
OPTION EAUX ET FORETS

INVENTAIRE ET DESCRIPTION DES FABACEAE ARBRES (MOMOSOIDAE ET
FABOIDAE) DE KINSHASA ET SES ENVIRONS
Par

David KOMBI KAVIRIRI

Professeur BELESI KATULA H.

ANNEE ACADEMIQUE 2010-2011

2
INTRODUCTION

Tout autour des agglomérations de la RDC, les formations végétales subissent plus de pression anthropique.

Le maximum de cette action se manifeste autour des grandes villes telles que Kinshasa, Kikwit, Boma, Kisangani et Lubumbashi par suite d'une urbanisation incontrôlée et d'une démographie galopante déclare Nyaka (1981); Lumande et al cité par Dimandja (2002) et Belesi (2009).

Les conséquences de la déforestation dans les régions tropicales sont graves: perte de biodiversité et diminution du potentiel génétique, pénurie en bois d'oeuvre et de feu, perturbations climatiques, baisse de fertilité et érosion des sols entraînant une réduction considérable de la production agricole, etc. (Puig, 2001).

C'est ainsi que dans le contexte actuel où la RDC doit préserver ses forêts qui constituent le deuxième poumon mondial dans la séquestration des gaz à effet de serre, le pays se trouve dans une obligation de boiser les formations herbeuses, reboiser tous ces espaces autrefois détruits par l'home afin de répondre non seulement aux besoins énergétiques, mais aussi et surtout de rétablir l'homéostasie environnementale.

Parmi les enjeux de REDD (Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts dans les pays en développement) en RDC, l'on soutient qu'il faut aménager les forêts congolaises pour:

- Assurer le plein boisement (reboisement);

- Utiliser le bois pour les besoins de la population et aussi pour le développement économique du pays;

- Récolter les arbres matures et reboiser immédiatement après (Beauregard, 2009).

Le reboisement effectué au plateau de Batéké à Mampu depuis les années 1980 par le Service National de Reboisement, du Ministère de l'Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, fait état d'une bonne production de bois de feu et d'un bon charbon de bois, pourtant faisant recours aux espèces exotiques et dont l'impact sur l'environnement n'est pas bien connu. (SNR Cité par Mumbanga, 2002).

Le but de ce reboisement était de produire du bois de chauffe et un bon charbon de bois. La densité de l'essence devrait être supérieure à 0.5t/m3 (SNR 1987).

De l'expérience du service national de reboisement (SNR) à Kinzono, l'espèce Racosperma (Syn. Acacia) auriculiformis semblerait être l'espèce idéale pour le reboisement avec une densité de 0.6 à 0.8t/m3 et une valeur calorifique élevée (4800 à 4900 Kcal/Kg) et donne un excellent charbon de bois (Yvon et al. Cité par Munganga, 2002).

Signalons que parmi les espèces retenues pour le reboisement, en plus de l'espèce Racosperma auriculiformis on retrouve les espèces suivantes: Pinus caribea, P. kesya, P. merkusil, Eucalyptus camaldulensis, Tectonia grandis (teck), etc, toutes exotiques.

Notre étude se préoccupe donc de trouver dans la flore locale de Kinshasa et ses environs des espèces ligneuses qui peuvent répondre aux exigences de reboisement et dont l'impact sur l'environnement est réduit.

Ainsi, il est important d'envisager l'inventaire des arbres des différentes familles présentes dans la flore de Kinshasa ; Donner leurs caractères dendrologiques et écologiques; ainsi que leur multiple usage. Mais vu l'ampleur de ce travail, notre étude sera focalisée à la seule famille de Fabaceae, particulièrement les sous-familles de Mimosoideae et de Faboideae.

Toute fois, faisons remarquer que malgré plusieurs travaux déjà réalisés sur l'étude floristique de Kinshasa et de ses environs; mais retenons que le présent travail présente également des intérêts dans divers domaines, notamment sur le plan scientifique; il servira de référence aux différentes études dendrologiques des essences de Kinshasa alors que sur le plan pratique, il permettra au gestionnaire des espaces verts de la RDC en général et de Kinshasa en particulier, de bien conduire leur décisions en ce qui concerne l'exploitabilité de ces arbres en se basant sur le nombre d'usages qu'ils offrent; il permettra au Service National de Reboisement de s'intéresser également au reboisement avec les espèces locales.

Hormis cette partie introductive et la conclusion, trois chapitres constituent la charpente de ce travail. Le chapitre premier traite des généralités sur les Fabaceae, le second parle de l'approche méthodologique et enfin la description des espèces dans le troisième chapitre.

sommaire suivant






La Quadrature du Net