WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Femmes et fonction publique au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Hans De Marie Heungoup Ngangtcho
Université catholique d'Afrique Centrale - Master1 gouvernance et action publique 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II - L'Incompatibilité de fait de la femme à la fonction publique

S'il est vrai que les textes internationaux et nationaux consacrent le principe d'égal accès des hommes et des femmes et des femmes aux fonctions publiques, il est autant vrai que ces dernières années, au sein de la fonction publique camerounaise, la situation de la femme a connu une nette amélioration. Toutefois, il sied de s'interroger sur la très faible représentativité des femmes aux hauts postes de la fonction publique, de même que dans certains secteurs de cette même fonction publique camerounaise. Une enquête de terrain et une analyse sérieuse nous ont conduit à considérer que ces promotions à géométrie variable étaient dues aux freins socioculturels à l'insertion des femmes dans la fonction publique.

A- Une promotion et une représentativité à géométrie variable

L'étude de la représentativité de la femme dans la fonction publique permet de faire le constat qu'elles sont assez présentes dans les secteurs sociaux que ce soit en France ou en Afrique (1) et pour ce qui est de la promotion, elles demeurent très peu représentées dans le processus décisionnel (2).

1- la féminisation de secteurs sociaux

Que l'on soit en France ou Cameroun, la situation semble méliorative. En France, les femmes représentent 50% des fonctions de l'Etat, ce qui signifie que la fonction publique est largement féminisée. Dans l'éducation nationale elles représentent 50% des emplois, il en est de même dans la santé et les affaires sociales. La situation est d'avantage meilleure au sein de la fonction publique hospitalière où les femmes sont représentées à hauteur de 61% et 77%.5(*) En Afrique, d'après « l'annuaire statistique des fonctions publiques africaines » consacré en 1996 (qui restitue les données de 18 pays africains dont le Cameroun), dans les secteurs de la santé et de l'éducation, les effectifs sont également en moyenne assez représentatifs. En effet, dans la plupart des Etats étudiés, plus de 40% de femmes sont représentées dans l'éducation nationale et plus de 50% dans la santé et les affaires sociales. C'est le cas du Bénin qui compte 50% de femmes dans le secteur de l'éducation et 65% dans celui de la santé.6(*)

L'effectif concentré dans les filières éducatives et médico-sociales laisse voir que les femmes sont d'avantage représentées dans les métiers qui leurs sont traditionnellement réservés, d'où leur poids important dans la fonction publique. Le secteur de l'éducation à lui seul absorbe près de 50% de la masse salariale, et celui de la santé près de 60%. Ceci est dû au fait que les corps de la santé et de l'éducation ont des avantages acquis quelques fois par la pression de leurs organisations. Cependant, malgré la surreprésentation quantitative des femmes dans les secteurs sociaux, la féminisation des postes de direction reste très faibles d'où la promotion à géométrie variable.

* 5 www.ensemble.fonctionpublique.org, consulté le 13/12/2009 à 17h30mn

* 6 www.ofpa.net. Les principales tendances de la fonction publique africaine. Consulté le 12/12/2009 à 18h25mn

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net