WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Ressources fourragères et représentations des éleveurs, évolution des pratiques pastorales en contexte d'aire protégée. Cas du terroir de Kotchari à  la périphérie de la Réserve de biosphère du W au Burkina Faso

( Télécharger le fichier original )
par Issa Sawadogo
Museum national d'histoire naturelle de Paris (ED 227) - Docteur du museum national d'histoire naturelle spécialité physiologie et biologie des organismes  2011
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE

Ecole Doctorale Sciences de la Nature et de l'Homme - ED 227

Année 2011 N°attribué par la bibliothèque

| | | | | | | | | | | | |

THÈSE

Pour obtenir le grade de

DOCTEUR (PHD) DU MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE
Spécialité : Physiologie et Biologie des Organismes - Populations - Interactions

Présentée et soutenue publiquement par

Issa SAWADOGO

Le 20 décembre 2011

Ressources fourragères et représentations des éleveurs, évolution des pratiques
pastorales en contexte d'aire protégée
Cas du terroir de Kotchari à la périphérie de la réserve de biosphère du W au Burkina Faso

Sous la direction de : Madame FOURNIER Anne, Chargé de recherche, HDR
JURY

M. Jean BOUTRAIS Directeur de Recherche Émérite en Géographie, Institut de Recherche pour Président

le Développement (IRD).

M. Jean-François Professeur de Nutrition, Transfert de technologie et Développement rural, Rapporteur

GRONGNET Chercheur associé à l'INRA (Département AlimH), Agrocampus Ouest de

Rennes.

MME. Anne Chargée de Recherche en Phytoécologie, HDR, UMR 208 PALOC, Directrice de

FOURNIER Département HNS, Institut de Recherche pour le Développement (IRD). thèse

Dédicaces

DEDICACES

Je dédie ce travail,

A mon père, à ma mère qui m'ont toujours accompagné par leurs prières. Vous êtes pour moi un exemple de courage et je vous en suis très reconnaissant.

A ma bien aimée Aguiratou et à mes fines fleurs, Rachidatou/Laéticia, Sabrinatou et Ben Charrif. Merci pour avoir su supporter mes multiples absences et mes sautes d'humeur. Votre amour m'a donné l'énergie nécessaire pour aller jusqu'au bout de cette aventure. Que Charrif me pardonne si je n'ai pas été là quand il apprenait à apprivoiser ce monde.

I

Aux populations de Kotchari en particulier les éleveurs. Durant cette aventure, j'ai appris à vous connaitre et vous m'avez témoigné de votre hospitalité. Puisse ce travail contribuer à apporter quelques pistes de solution aux multiples contraintes auxquelles vous faites face. Un merci particulier à l'ami Yobi pour ces heures précieuses de confidence qui me permettaient de rectifier certaines informations collectées.

REMERCIEMENTS

Deux sentiments m'animent au moment où je boucle ce travail : celui d'un soulagement d'avoir pu le conduire à son terme mais aussi le souvenir qu'il est le produit d'un engagement collectif où les uns et les autres ont apporté leurs touches de nature diverse et d'ampleur variable. Un devoir s'impose à moi de leur en être reconnaissant.

Avant tout je remercie le programme CORUS (Coopération pour la Recherche Universitaire et Scientifique) phase II, qui, en finançant le projet « Gestion de l'élevage et des feux de brousse et conservation de la biodiversité au Burkina Faso », a permis la mise en oeuvre de cette thèse, notamment son volet collecte de données. Un grand merci à l'IRD qui, par la bourse de formation continue et les commodités offertes (bureau à Ouagadougou, Orléans et Paris), a permis que ce travail soit une réalité et de la meilleure manière.

Je voudrais remercier Madame Anne FOURNIER, ma directrice de thèse. Merci d'avoir accepté, alors que nous n'étions pas sûrs de réunir les moyens nécessaires, de m'accueillir dans votre unité (l'UR 136) qui vivait ses derniers moments d'existence. Intellectuellement et professionnellement j'ai appris à vos côtés. J'ai aussi appris à aborder les questions autrement grâce à votre encadrement. Merci pour votre dévouement, votre réactivité et votre patience ;

Monsieur Jean-Louis DEVINEAU, comment vous exprimer mes sentiments ? J'ai abordé cette thèse la peur au ventre car je ne maîtrisais pas les méthodes choisies comme par exemple l'imagerie. Aujourd'hui, même si des lacunes demeurent, je dois dire que j'ai avancé et cela grâce à votre dévouement. Que dire du grand rôle que vous avez joué dans le pilotage de cette thèse et dans les analyses statistiques ? Merci infiniment pour tout ;

Aux autres scientifiques et spécialistes qui ont accepté juger ce travail, je suis sensible à l'honneur que vous me faites. J'exprime particulièrement ma profonde gratitude à messieurs Jean-François GRONGNET, Professeur à Agrocampus Ouest de Rennes, Jean BOUTRAIS, Directeur de recherche à l'IRD ainsi que Jean GANGLO, Professeur à l'Université d'Abomey-Calavi (Bénin) pour avoir accepté promptement, malgré leurs multiples occupations, et avec plaisir de faire partie du jury de cette thèse. Comment ne pas se souvenir des séances de travail au début de cette thèse avec Pr BOUTRAIS dans les locaux de l'IRD-Orléans alors que nous cherchions les astuces nécessaires à ce genre de travail ?

Monsieur Rainer ZAÏSS du laboratoire de cartographie appliquée de Bondy/IRD-Iles de France (Paris), grand merci pour avoir poursuivi ce que Mr Devineau a commencé. Je te dois de connaitre les fondamentaux de la cartographie et des SIG. J'associe à ces remerciements Madame Marcia De Andrade Mathieu, directrice du laboratoire pour son accueil chaleureux;

Madame Chantal-Yvette KABORÉ-ZOUNGRANA, je n'oublie pas que vous avez toujours été là soit pour m'encadrer avec la rigueur scientifique qui est la votre (Mémoire d'ingénieur et de DEA) ou alors pour nourrir la réflexion. Je n'oublie pas aussi que, nonobstant vos fonctions actuelles très prenantes, vous avez trouvé par moments du temps pour m'écouter et me «passer» certaines astuces qui remobilisent ;

Monsieur Hamadé KAGONÉ, merci d'avoir accepté accompagner ce travail en participant au comité de thèse. Il était prévu que vous puissiez assister à son dénouement en participant au jury mais votre emploi de temps chargé n'a pas rendu cela possible;

Monsieur Jean-Sibiri ZOUNDI, que vous dire? Vous m'avez «pris en main» dès mes premiers pas à la recherche et votre voeux était que j'évolue à vos côtés. La suite n'a pas permis cela mais vous n'avez pas cessé, de votre position de chef LR/D, à scruter tous les horizons qui s'ouvraient à vous pour me permettre de poursuivre ma formation. Votre dynamisme m'a particulièrement encouragé et j'en suis très reconnaissant surtout que même parti à l'OCDE vous avez gardé le contact. Finalement, la vie faisant bien les choses (le monde étant petit diront certains), vous vous retrouvez être mon tuteur et témoin du dénouement de cette aventure à Paris ;

Saïbou NIGNAN, mon ami et compagnon de terrain, tu as pris une part très active dans ce travail notamment dans son volet collecte de données botaniques. Je te dois par ailleurs d'avoir pu améliorer mes connaissances dans ce domaine. Finalement cette thèse a eu ce côté magique d'avoir permis que le lien entre toi et moi se noue. Merci pour tout ce sacrifice (Bobo-Diapaga, ce n'est quand même pas à côté !) et note que je te tiens pour toujours et ne te lâcherai pas pour rien au monde ;

Roland GUIRÉ et Madame, ma famille de Diapaga, permettez que je vous dise merci pour toute votre disponibilité et l'accueil des étudiants successifs que je vous envoyais parfois sans le minimum. Roland a été de toutes mes missions, en tout cas les principales et a été d'un apport sans commune mesure dans la collecte des données surtout botaniques et dans la facilitation des contacts. Il est aussi l'auteur de certains clichés sur les races animales. Mais il reste encore des choses à faire et je compte toujours sur sa disponibilité en particulier dans le cadre de Biospher Association que nous venons de créer;

Christophe MAHUZIER, l'homme disponible, je n'oublierai pas de sitôt ta gentillesse et ta disponibilité. Mille fois merci pour le logement à Orléans.

Mouctar ZERBO, merci infiniment pour la saisie et la mise en forme de mes données d'enquête. Mais pouvait-il en être autrement puisque, finalement, tu n'as fait que ton travail d'esclave ;

Monsieur, Louis SAWADOGO, merci pour votre disponibilité lorsque je vous ai contacté pour rapporter ce travail même si finalement cela n'a pas été possible.

A la grande famille SAWADOGO, merci infiniment du soutien. Tasseré particulièrement a été là à tous les instants de mon parcours bien avant cette thèse et je lui dédie le produit de ces incessants voyages pendant lesquels je le mobilisais. Je formule le voeu que tu puisses continuer à jouer pour moi le rôle de grand frère et d'éclaireur que tu accomplis déjà avec plein de réussite. A lui, j'associe mon grand frère Boureima, les autres frères Alidou, Karim, Noufou et ma soeur pleine de courage Aminata ;

Abdouramane Ousmane DIALLO, Adama BORO, André KIÈMA, Blaise OUÉDRAOGO, Issa Boubacar CISSÉ (Hey Suka !!), Jacques SOMDA, Karim SOULI, Ousmane DOUSSA (merci en passant pour la relecture du présent manuscrit), Ousseini KOUDOUGOU, Nachor SORGHO, Romaine ZANGRÉ/KONSEIGA, Salif TIEMTORÉ, Tidjeni BELOUME, Sidiki KOULIBALI et Yacouba MAÏGA, vous êtes pour moi des

IV

exemples d'amis accomplis. Les responsabilités de la vie nous ont éloignés les uns des autres. Néanmoins nous ne nous oublions pas et faisons toujours l'effort de maintenir ce lien que rien d'autre ne peut remplacer. Merci à tous de continuer dans ce sens car finalement qu'y at-il de mieux ?

Un grand merci à tous les collègues de l'INERA, en particulier ceux du Centre Régional de Recherches Agricoles et Environnementales de l'Est (CRREA-Est), station de Kouaré (Fada N'Gourma). Je voudrais particulièrement remercier le Délégué Régional et le Chef de Programme GRN/SP pour leur compréhension et leur soutien. Grande soeur Binta, voilà le travail pour lequel tu n'as cessé de m'encourager ;

Toute ma reconnaissance à toute l'administration de l'INERA en particulier, le Directeur et le chef de département gestion des ressources naturelles et systèmes de productions (GRN/SP) sans qui ce travail n'aurait pas été possible ;

A mes prédécesseurs auprès de Madame Anne FOURNIER (UR 136): Urbain YAMÉOGO, Sébastien KIÈMA, Alexis KABORÉ et Françoise VALEA, merci pour les sillons tracés et l'amitié que vous m'avez témoigné. Au passage je souhaite pleine réussite à mon compagnon de l'UMR 208 PALOC, Lassina SANOU à qui je dis par ailleurs merci pour sa gentillesse inégalée. Je n'oublie pas ses délicieux plats à Orléans

Tout le long de cette thèse j'ai eu l'honneur de travailler avec un certain nombre d'étudiants (Abdoul-Wahab ZOMBRA, Dominique OUÉDRAOGO, Kassoum OUÉDRAOGO et Etienne SODRÉ) en formation d'ingénieur d'élevage ou de socioéconomie. Ce fut un grand plaisir pour moi qui m'essayais à l'encadrement. Certaines données collectées par eux ont été exploitées dans ce rapport. Je leur dis merci et souhaite à chacun d'eux plein succès dans ce qu'il entreprend au quotidien.

Un grand merci à Monsieur Dominique DULIEU qui m'a permis, grâce à son rôle de responsable scientifique à ECOPAS, de prendre pied à la périphérie du W pour la première fois. J'associe à lui Monsieur Philippe LHOSTE qui m'a orienté vers l'INA P-G (aujourd'hui AgroParisTech) alors que je cherchais une inscription en DEA et Monsieur Jean LOSSOUARN, Professeur émérite à AgroParisTech, grâce à qui j'ai eu cette inscription en DEA-EMTS, prémisse à cette thèse. Alors que vous devriez participer au jury de soutenance de cette thèse, des ennuis de santé ont rendu cette perspective impossible. Recevez mes voeux de prompt rétablissement et merci pour votre disponibilité. Je n'oublie pas Bernard TOUTAIN qui a suivi à distance les péripéties de cette thèse et qui n'a pas cessé de me présenter ses encouragements.

Loin des miens lors de mes séjours en France, je n'étais pourtant pas seul. Je voudrais remercier toute la communauté burkinabè à Orléans et Paris, en particulier le couple BEOGO (Fabrice et Véronique) et enfants pour l'assistance morale et matérielle que vous m'avez apportée. Véro, merci pour les gâteaux. Bibi, gli ! gli ! gli.

Bien d'autres acteurs, non cités ici par omission non voulue, ont participé, parfois activement, à cette aventure. Qu'ils reçoivent ici mes sincères remerciements.

Un hommage posthume à KAOLO Konaté, qui nous a quittés précocement. Il a facilité, par les moyens octroyés et l'autorisation d'accès au parc W, la mise en route de nos travaux.

sommaire suivant