WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Projet d'amélioration de l'alimentation en eau potable sur le plateau de l'université de Kinshasa

( Télécharger le fichier original )
par Mariama Ahmadou BAH
Université de Kinshasa - Diplôme d'études supérieures spécialisées en aménagement et gestion intégrés des forêts et territoires tropicaux 2011
  

Disponible en mode multipage

ÉCOLE RÉGIONALE POST-UNIVERSITAIRE D'AMÉNAGEMENT ET DE
GESTION INTEGRÉS DES FORÊTS ET TERRITOIRES TROPICAUX
-ÉRAIFT-

Université de Kinshasa, B.P. 15.173 Kinshasa, République Démocratique du Congo

~ +243815125507 / +243999914967 / +243814661188

E-mail : eraift@yahoo.fr; Site : www.eraift-rdc.cd

Mémoire

Présenté en vue de l'obtention du Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en
Aménagement et Gestion intégrés des Forêts et Territoires tropicaux.

PROJET D'AMELIORATION DE L'ALIMENTATION EN EAU
POTABLE SUR LE PLATEAU DE L'UNIVERSITE DE
KINSHASA/RD CONGO

Par

BAH Mariama Ahmadou
Ingénieur de Génie Rural

Promoteur : Pr. BAUDOUIN Michel (Directeur de l'ERAIFT)

Co-promoteur: Pr. Dieudonné MUSIBONO (Université de Kinshasa)

ÉCOLE RÉGIONALE POST-UNIVERSITAIRE D'AMÉNAGEMENT ET DE
GESTION INTEGRÉS DES FORÊTS ET TERRITOIRES TROPICAUX
-ÉRAIFT-

Université de Kinshasa, B.P. 15.173 Kinshasa, République Démocratique du Congo

~ +243815125507 / +243999914967 / +243814661188

E-mail : eraift@yahoo.fr; Site : www.eraift-rdc.cd

Mémoire

Présenté en vue de l'obtention du Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en
Aménagement et Gestion intégrés des Forêts et Territoires tropicaux.

PROJET AMELIORATION DE L'ALIMENTATION EN EAU
POTABLE SUR LE PLATEAU DE L'UNIVERSITE DE
KINSHASA/RD CONGO

Par

BAH Mariama Ahmadou
Ingénieur de Génie Rural

Promoteur : Pr. BAUDOUIM Michel

(Directeur de l'ERAIFT)

Co-promoteur: Pr. Dieudonné MUSIBONO (Université de Kinshasa)

Membres de jury :

1. Pr André Takoy Lomema (Président, UNIKIN)

2. Pr Mutambwe Shango (Secrétaire, UNIKIN)

3. Pr Baudouin Michel, Membre (ERAIFT)

4. Pr Dieudonné Musibono (UNIKIN)

Table de Matière Acronyme vii

RESUME viii

Abstract ix

REMERCIEMENT : x

CHAPITRE I. INTRODUCTION GENERALE 1

I.1. INTRODUCTION 1

1-1-1CONTEXTE : 1

I.1.2. PROBLEME : 2

I.1. 3. HYPOTHESES : 2

I.1.4. INTERET DE L'ETUDE 3

I.1.5. OBJECTIFS DE L'ETUDE : 3

OBJECTIFS SPECIFIQUES 3

I.1.6.Résultats attendus 3

I.1.7. STRUCTURE DU TRAVAIL : 3

I.1.8. REVUES DE LA LITTERATURE : 4

I .2 DEFINITION DE QUELQUES CONCEPTS ET CADRES INSTITUTIONNELS ET LEGAUX 6

I.2.1 Définition de quelques concepts 6

I.2.1.5 APPROCHE SYSTEMIQUE : 8

I-2.2 Cadre institutionnel 9

a) Ministère de l'Energie 10

b) Ministère de l'Environnement : 10

c) Ministère du plan 10

d) Ministère de la santé 10

f) Autres institutions étatiques 11

f) Organisation non Gouvernementale (ONG) 11

1.2.2. NIVEAU PROVINCIAL : 12

I.2.3 Niveau local 12

I-2.4. Cadre Légal 12

a) Le conseil national de l'eau 13

b) L'Agence nationale de l'eau 13
CHAPITRE II : DESCRIPTION DE LA ZONE D'ETUDE, METHODES ET MATERIELS 15

II-1 MILIEU 16

II-1.1 Situation géographique et historique : 16

II.1.1 Plan de masse du plateau Unikin y compris plateau des professeurs, Cliniques universitaires, centre hospitalier Mont Amba, bâtiments Eraift CNPP et ESP 17

II-1.2 Occupation spatiale 18

a) Relief 19

b) L'hydrographie 19

a) Végétation 21

b) La faune: 21

c) Sol 21

II-1.4 Infrastructures et équipements 23

II-2.METHODES 24

a-) Préparation du questionnaire 24

b-) Echantillon et déroulement de l'enquête 25

c-) Réalisation de l'enquête et dépouillement des données 26

d-) Analyse et interprétation des résultats. 26

g) Détermination de la puissance hydraulique de la pompe 27

h) Détermination de la section du câble de Groupe moto pompe des forages en projet 27

II-3. MATERIELS 28

CHAPITRE III : PRESENTATION ET INTERPRETATION DES RESULTATS DES
ENQUETES 29

III.1 ENQUETES MENE AU PLATEAU DES RESIDENTS. 29

III.2 ENQUETE DANS LES RESIDENCES ESTUDIANTINES 32

III.3 ENQUETE AUPRES DU PERSONNEL ADMINISTRATIF ET DES CORPS SCIENTIFIQUE ET ACADEMIQUE 33

III.4 ENQUETES DANS LES STRUCTURES HOSPITALIERES 33

III.1.5. Souhaits des enquêtés pour l'amélioration de l'alimentation en eau potable sur le campus

34

CHAPITRE IV: ALIMENTATION DU SITE UNIVERSITAIRE EN EAU POTABLE
PAR FORAGES 39

IV-1. ETAT DE DESSERTE DE L'USINE DE N'DJILI A L'UNIVERSITE DE KINSHASA ET ETAT DE FONCTIONNALITE DU RESEAU EXISTANT DE L'UNIVERSITE 39

IV-1.1. Desserte en eau par l'usine de N'djili-Regideso 39

IV-1.2. Fonctionnalité du réseau de l'Unikin 40

IV-2. DETERMINATION DES DIFFERENTS TYPES DE CONSOMMATEURS EN EAU ET

ESTIMATION DU PROFIL JOURNALIER 43

IV-2.1. TYPE DE CONSOMMATEURS 43

IV.2.2 Profil de consommation journalière 44

IV-3.CALCUL DES BESOINS EN EAU DE TOUTES LES ENTITES DE L'UNIVERSITE DE KINSHASA

45

IV-3. ETUDES TECHNIQUES 45

IV-3.1. Choix du réservoir. 45

IV-3.2. Emplacement 45

IV-3.3. Dimensionnement du réservoir 45

IV-3.4. Caractéristique du sol où se déposera nos ouvrages. 45

IV.3.5. Caractéristique de nos ouvrages 46

IV-4. LA PRISE D'EAU 47

IV-4.1. FORAGE EXISTANT SUR LE SITE UNIVERSITAIRE 47

IV-4.2 PROPOSITION DE DIFFERENTES ALTERNATIVES POUR L'ALIMENTATION EN EAU DU

SITE UNIVERSITAIRE 47

IV-4.2.2. Hauteur manométrique totale 53

IV 4.2.3 Dimensionnement des Futurs forages et équipement : 54

a) Détermination des caractéristiques des groupes moto pompes 57

b) Détermination de la puissance hydraulique de la pompe 57

Dimensionnement du Groupe Electrogène des futurs forages 58

e) Détermination de la section du câble de Groupe moto pompe des forages en projet 59

f) Détermination du câble de puissance reliant le groupe électrogène à l'armoire de commande 60

IV-3. ETAT DE FONCTIONNALITE DU FUTUR SYSTEME 60

IV3.1 Caractéristiques 60

IV-3.2 DURABILITE ET VIABILITE 62

a) La durabilité 62

b-) La Viabilité 63

IV-4 .COMPARAISON DE LA FONCTIONNALITE, DE LA VIABILITE ET DE LA DURABILITE DU FUTUR SYSTEME AVEC LE SYSTEME EXISTANT 65

CHAPITRE V : ANALYSE FINANCIERE ET ECONOMIQUE 67

V.1. COUT D'INVESTISSEMENT 67

V.2. LES CHARGES D'EXPLOITATION 67

V.2.1 Les frais du personnel et autres Charges de Gestion 67

V.2.2. Les Charges proportionnelles 68

A) FICHE D'ENTRETIEN 68

V.3 AMORTISSEMENT ET ENTRETIEN DES INSTALLATIONS 69

V. 4. LES RECETTES 69

V.5. LE COMPTE D'EXPLOITATION 70

V.6. DELAIS DE RECUPERATION ET TAUX DE RENTABILITE 70

CONCLUSIONS GENERALES ET SUGGESTIONS 72

BIBLIOGRAPHIE 73

ANNEXES I I

QUESTIONNAIRES D'ENQUETE I

ANNEXES II XVIII

TABLEAUX XVIII

ANNEXES III XXVI

DEVIS ESTIMATIFS ET QUANTITATIFS XXVI

ANNEXES IV XXVI

Coupes des forages et plans des réservoirs XXVI

ANNEXES V XXVI

Amortissement Entretien et Compte d'exploitation XXVI

Liste des Cartes

Carte N°1 : Présentation Géographique de l'Unikin

Carte N°2 : Plan de Masse de L'Unikin

Carte N°3 : Etat de desserte en eau de la ville de Kinshasa

Carte N° 4 : réseau de distribution d'eau des cliniques universitaires et autres entités Carte N° 5 : réseau de distribution d'eau des facultés et autres entités

Carte N°6 : réseau de distribution d'eau du plateau des résidents et homes

Liste des figures

Figures N°1 : Système gestion de l'eau

Figure N°2 : Profil Géologique de l'aquifère du Mont-Amba

Figure N°3 : profil altimétrique

Figure N°4 : Topographie (2D) du toit des futurs forages et leurs sources d'eau Figure N°5: carte en 3D des futurs forages et leurs sources d'eau

Figure N° 6: coupe prévisionnel des futurs forages (illustratifs)

Figure N°14: Schéma d'encaissement et de dépenses

Liste des Photos

Photo N°1 : Menace d'érosion sur le site universitaire Photo N°2 : Etat des vannes de sectionnement

Photo N°3 : Fuite sur le réseau de distribution Photo N°4 : Clapet anti retour

Liste des Graphiques

Graphique N°1 : Effectif de la population sur le site universitaire Graphique N°2 : Effectifs dans les centres hospitalier

Graphique N°3 : Souhaits pour le plateau des résidents Graphique N°4 : Souhaits pour les étudiants dans les homes

Graphique N°5 : Souhait des cadres administratifs, scientifiques et académiques Graphique N°6 : Souhaits formulés dans les Centres hospitaliers

Graphique N° 7: Consommation journalière

Liste des Tableaux

Tableau N°1 : Différents laboratoires des facultés de l'Université Tableau N°2 : Répartition des enquêtés par catégorie et par entité Tableau N°3 : Résultat des enquêtes au plateau des résidents Tableau n° 4 : Enquête dans les résidences estudiantines

Tableau n°5 : Enquête au près du personnel administratif et des corps scientifiques et

académiques (nombre prévu 100, nombre récolté 79) Tableau N° 6 : Enquêtes dans les centres hospitaliers Tableau n°7 : Souhaits pour le plateau des résidents Tableau N° 8 : Souhaits pour les étudiants dans les homes

Tableau N°9 : Souhaits pour les différents cadres administratifs, scientifiques et académiques Tableau N°10 : Souhaits formulés dans les milieux hospitaliers

Tableau N°11 : estimation des besoins en eau des bénéficiaires Tableau N° 12 : détermination des Besoins en eau de toutes les entités

Tableau N°13 : Caractéristique des réservoirs

Tableau N°14 : Caractéristiques des forages existants à l'Unikin

Tableau N°15 : Cordonnées des sources et points d'implantation des futurs forages Tableau N°16 : Hauteur manométrique

Tableau N° 17 : Paramètres hydro- géologique des futures forages

Tableau N°18 : Récapitulative des caractéristiques des différentes Groupe Moto Pompe Tableau N° 19 : Récapitulatif des caractéristiques du Groupe électrogène

Tableau N°20 : Un modèle de répartition des fonctions entre les acteurs

Tableau N° 21 : Livraison de la station de Gombele et consommation d'eau pour les trois

premiers mois de 2012 sur le site universitaire

Tableau N°22: La réparation des investissements

Tableau N°23 : Résume le coût des frais de fonctionnement et autre charges Tableau N° 24 : Fiche d'entretien

Tableau N° 25 : Amortissement et entretien annuel des installations Tableau N°26 : Recettes

Tableau N° 27 : Taux de rentabilité et délais de récupération

Acronyme :

AEP : Adduction d'Eau Potable

CUK : Clinique Universitaire de Kinshasa

CNPP : Centre Neuro-Psycho-pathologique

CHMA : Centre Hospitalier du Mont- Amba

CNAEA : Comité National d'Action de l'Eau et d'Assainissement

CSF : Couvent des Soeurs de la Foie

DIRSAC : Direction des services Académiques

DOE : Direction des OEuvres Estudiantines

ESP : Ecole de Santé Publique

ERAIFT : Ecole Régionale d'Aménagement Intégré des Forêts et Territoires Tropicaux

HCR : Haut Commissariat pour les Réfugiés

GMP : Groupe Motopompe

G E : Groupe Electrogène

IG /ESU : Intendance Générale/ Enseignement Supérieur et Universitaire

ISTM : Institut Supérieur Technique Médical

ITM : Institut Technique Médical

GSMA : Groupe Scolaire Mont-Amba

GPE : Gestion Politique Economique

GWP : Global Water Partnership

OMS : Organisation Mondiale de la santé

PC : Petit Commerce

PR : Population Résident

REGIDESO : Régie de Distribution d'Eau

UNIKIN : Université de Kinshasa

SNEL : Société Nationale d'Electricité

RESUME

L'accès à l'eau potable sur le site universitaire est précaire depuis plus de deux décennies et cela à cause entre autre des multiples difficultés rencontrées par la REGIDESO (société national chargée de la distribution et de la commercialisation de l'eau) dans l'alimentation en eau potable sur l'ensemble du pays et sur la ville de Kinshasa en particulier.

Au niveau de l'université de Kinshasa, cette situation entraine plusieurs conséquences dont la dégradation de la qualité du cadre de vie qui affecte dans une certaine mesure le rendement technique et scientifique attendus tant au niveau des étudiants qu'a celui du personnel administratif, scientifique et académique . La résolution de ce problème passe par plusieurs alternatives dont celle d'implantation des forages et d'un système de distribution d'eau autonome par rapport à la REGIDESO.

L'étude de ce système fait l'objet de la présente recherche qui, dans son introduction générale au chapitre un, circonscrit le problème d'alimentation en eau potable sur le site universitaire, définit quelques concepts clés et donne une synthèse de la revu de la littérature ; décrit le milieu d'étude et donne la méthodologie suivie dans le deuxième chapitre ; analyse et interprète des résultats obtenu dans les enquêtes menées sur le site auprès des différentes acteurs dans le troisième chapitre.

L'analyse du fonctionnement du réseau existant et l'étude d'implantation de quatre( 4) forages dont le débit est estimé à 30m3/h, le fonctionnement des futurs réseaux sectionnés en trois lots dont le lot1 se trouve au clinique universitaire et écoles d'une longueur 3474m, des besoins journaliers de 405m3/j avec un réservoir 846m3 , le lot 2 qui est compté a partir des facultés en passant par l'intendance générale d'une longueur de 6120m, des besoins journalier estimer à 432m3/j d'un réservoir de capacité de 903m3 et le lot 3 pour le plateau des résidents et les homes d'une longueur de 18881m, des besoins en eau estimer à 1698m3/j d'un réservoir de capacité de 3548m3 est faite dans le quatrième chapitre tandis le cinquième chapitre nous donne l'analyse financière et économique du projet ( soit le coût d'investissement total respectivement égale à 699.210 € pour le lot1 ; 743.197 pour le lot 2 et 1.846.324€ pour le lot3 ; pour une durée 25 ans du présent projet, le taux de rentabilité variant de 20% à l'année 1 à 42% à l'année 25 pour le lot 1; 21% à l'année 1 à 48% à l'année 25 pour lot2, 74% à l'année 1 à 161% à l'année 25 pour le lot 3 ;... ), avant la conclusion qui en découle.

La durabilité et la viabilité du projet sont assurées par l'efficacité des diapositifs techniques (entretient des équipements, renouvèlement des infrastructures) et financier ainsi que la permanence du service et la participation active des communautés bénéficiaires.

Mots clés :

Alimentation en eau potable, Approche systémique, Gestion intégrée des ressources en eau, Durabilité et viabilité du système.

Abstract

The Access to clean water on campus has been precarious for two decades and that is due to multiple difficulties encountered by the agency in charge of water supply named REGIDESO (National company in charge of the drinking water supply in urban areas: production, distribution and commercialization) to provide clean water to the entire country and specifically to Kinshasa city.

The University of Kinshasa is one of the hot pot of potable water scarcity and water supply remains a limiting factor that negatively impacts the life quality and the scientific productivity. Indeed, water related diseases are regularly experienced on this university campus. Contributions for sustainable solution are advised and my research work should be considered as one of them.

This study is screening the way to solve the problem. It comprises five chapters: the general introduction in the first chapter, defines the limits of the problem of clean water distribution on the university site, defines some key concepts and gives the summary of the literature review, describes the area of study; the second chapter describes the material and the methods used; the third chapter, finally, presents and discusses all results of the study followed by the fourth and fifth chapters dedicated to technical and financial analyses, respectively. Finally, a conclusion and recommendations are driven.

The analysis of the functioning of the existing network and the study of implantation of the four drillings, whose capacity is estimated around 30m3/h, the functioning of the forthcoming networks selected in three plots of which being plot 1, is located at both the university clinic and the Post university school which has the length of 3474m, it has the daily needs of 404.586m3 per day, from the tank which has the capacity of 846m3, plot 2 which is counted from the university faculties passes by the area called General Intendance has got the length of 6120m, the daily needs is estimated around 432m3/per day, from the tank which has the capacity of 903m3 and the plot for the area called Plateau de Résidents and the students dormitory has the length of 18881m, the need of water is estimated around 1697.592 m3 per day from the tank of which the capacity of 3548m3; mind you, the length the network per se has been handled in chapter four whereas chapter five gives us the financial and economical analysis of the project (it is like the total cost of investment respectively equals to 699.210 € for a plot, 743.197€ for plot 2 and 1.846.324 € for plot 3; within 25 years of the current project, the rate of profit varies from 20% in the first year to 42% in the year 25 for plot 1; 21% in the year 1 to 48% in the year 25 for plot 2; 74% in the year 1 to 161% in the year 25 for plot 3;...) before the conclusion which follows from it. The durability and the viability of the project are ensured by the efficiency of technical measures (maintenance of equipments, the renewal of the infrastructures) and financial as well as the permanence of service and the active participation of the beneficiaries.

Keys words

The distribution of clean water, Systemic approach, integrated management of water resources, Durability and viability of the system.

REMERCIEMENT :

Cette étude a été réalisée avec le concours et l'appui de plusieurs personnes physiques et morales à qui je tiens à témoigner ma gratitude.

Mes remerciements vont à l'endroit de Messieurs Professeur BAUDOUIM Michel, Promoteur, Professeur MUSIBONO Dieudonné Co-promoteur et MOUZON Jean Luc consultant indépendant pour le grand intérêt qu'ils ont porté pour ce thème. Ceci témoigne de leur attachement à la lutte contre la pauvreté et la gestion rationnelle des ressources naturelles dans les villes de l'Afrique subsaharienne.

Toute ma gratitude va également à l'endroit de Monsieur BIGOHE NZANAJoJo, qui a bien voulu me guider tout au long de ce travail par son dévouement et son entière disponibilité. J'exprime les mêmes sentiments à l'endroit de Madame Albertine BAFITE, Alphonse Etina WALA, Ingénieur Agronome à OFAC ; Professeur Jean NDEMBO Longo, spécialiste en Hydrogéologie à l'université de Kinshasa ; KABUYA MULAMBA Pierre ; Technicien hydrologue à la faculté Agronomie. Qu'ils trouvent ici l'expression de ma reconnaissance pour leur assistance.

J'adresse aussi mes remerciements à toute l'équipe de l'hydrogéologie de la REGIDESO qui a bien voulu descendre avec moi sur le terrain pour l'investigation des forages existants pour cette étude.

A ma famille à travers la présence, les encouragements et l'assistance dont elle m'a témoignée tout au long de mes travaux ;

Et pour finir à mon Dieu par qui tout cela a été possible. A toutes et tous je vous dis grand merci.

L'auteur

CHAPITRE I. INTRODUCTION GENERALE

I.1. INTRODUCTION

1-1-1Contexte :

La présente recherche a pour but « L'AMELIORATION DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SUR LE PLATEAU DE L'UNIVERSITE DE KINSHASA/ UNIKIN ».

En République Démocratique du Congo, la gestion de l'eau potable en milieu urbain a été confiée à la Régie de Distribution d'eau (REGIDESO), une entreprise publique placée sous la tutelle technique et financière, respectivement du Ministère de l'énergie et de celui du Portefeuille. Sa mission est de produire, distribuer et commercialiser de l'eau potable dans toutes les villes et centres urbains du pays.

Cependant, les contraintes institutionnelles, techniques et financières constituent des obstacles à l'amélioration de la desserte en eau surtout dans les quartiers périurbains.

En effet, les contraintes budgétaires constituent un frein permanent pour le secteur de l'eau potable et de l'assainissement. L'agence de l'eau et les services d'assainissement sont placés souvent dans une certaine situation de dépendance vis-à-vis de l'État et des partenaires bilatéraux et multilatéraux. Faute de moyens importants, le gouvernement n'est pas en mesure de réhabiliter ou de renouveler les infrastructures et les équipements.

De plus, les collectivités locales ne sont pas impliquées dans la gestion de l'eau. Celles-ci ne sont pas associées et ont un faible budget en leur possession et un mécanisme de rétrocession non clair, imprécis et souvent non appliqué. Les administrations locales se retrouvent incapables d'intervenir dans le secteur.

En outre, la population n'est pas associée ni de près ni de loin à l'élaboration des politiques, programmes ou projets liés à l'eau potable. Le manque d'eau amène les femmes à des dépenses excessives et à des efforts physiques par fois surhumains. Le concept de l'effort de l'eau défini par Musibono (2006) devient ainsi un indicateur de pauvreté. Il s'agit du temps consacré journellement par une femme rurale à la collecte d'eau potable. Ce qui est opposé au travail productif. Les enfants sont particulièrement affectés par la rareté de l'eau et l'insalubrité qui ont un impact sur la recrudescence de certaines maladies (mycoses, gale, choléra, fièvre typhoïde, diarrhée, amibiase, etc.), une des causes principales de la hausse de la mortalité en Afrique. En effet, l'absence d'une eau salubre suffisante pousse la population à recourir aux sources polluées qui occasionneraient les maladies susmentionnées.

A Kinshasa, l'effort de l'eau des enfants affecterait leur performance scolaire.

I.1.2. Problème :

Pour le cas spécifique de l'UNIKIN force est de constater que l'alimentation en eau potable sur l'ensemble du site est déficiente et la population vit dans une situation de « carence« en eau !

Cette carence en eau a comme conséquences :

- une sous consommation par rapport aux normes admissibles pour un campus universitaire,

- une sous consommation par rapport aux normes admissibles pour les structures de santé,

- une consommation moyenne par personne inférieure aux normes admissibles, - des toilettes non alimentés en eau,

- des laboratoires non suffisamment alimentés en eau

- des sanitaires et égouttage hors d'usage,

- des risques élevés d'épidémies des maladies hydriques.

Il convient de noter aussi que malgré la présence des services techniques ad hoc (les services technique et maintenance/ UNIKIN et l'Intendance générale/ ESU), la gestion et l'entretien des infrastructures sont quasi absents. Cette situation a entrainé à terme le disfonctionnement voire le blocage complet des systèmes d'assainissement et d'évacuation des eaux usées sur le site universitaire.

Ceci nous amène à nous poser deux questions majeures à savoir :

- quelles sont les contraintes et difficultés qui sont à la base de la desserte irrégulière du site universitaire en eau potable ?

- l'Unikin n'a telle pas des atouts majeurs pouvant l'amener à remédier à cette situation ?

Dans cette étude, il s'agira donc de comprendre en quoi consiste ces contraintes et difficultés, d'analyser les défis et opportunités que représente ce site particulier et de proposer des alternatives pour une contribution à l'amélioration de la qualité de la desserte en eau potable sur ce site universitaire.

I.1. 3. Hypothèses :

Suite aux préoccupations soulevées dans cette problématique, nous prendrons en compte les hypothèses suivantes :

- l'Unikin ne dispose pas d'un cadre de vie adéquat ;

- Il y-a absence d'une politique sectorielle de l'eau sur le site ;

- Les difficultés de la mise en place des stratégies sectorielles sont multiples ;

- La réhabilitation des infrastructures de l'Unikin et leur gestion intégrale sont possibles

par la mise en place d'une campagne de sensibilisation et d'un système

d'aménagement impliquant toutes les parties prenantes. Il s'agit de créer une mini-

entreprise sociale communautaire.

I.1.4. Intérêt de l'étude

Cette étude a pour intérêt d'apporter une contribution à la bonne gestion des temps d'études, à l'amélioration de la santé des étudiants et de la population se trouvant sur le site universitaire, à la diminution de la prévalence des maladies d'origine hydriques, à l'amélioration des résultats des recherches scientifiques aux laboratoires, à éviter des conflits sociaux et à garantir la qualité de l'environnement.

I.1.5. Objectifs de l'étude :

L'objectif principal de l'étude est d'améliorer l'alimentation en eau potable sur le plateau de l'Unikin, Université de KINSHASA.

Objectifs spécifiques :

· Dresser ou récoler les plans de masse du plateau UNIKIN, y compris le plateau des professeurs, les cliniques universitaires, le centre hospitalier Mont Amba, le bâtiment ERAIFT, CNPP, et l'Ecole de santé publique ;

· Dresser ou récoler le plan du réseau d'alimentation actuel ;

· Dresser le plan du réseau futur

· Analyser l'état de fonctionnalité de ces systèmes;

· Déterminer le nombre des bénéficiaires ;

· Estimer le profil journalier de consommation en eau ;

· Proposer différentes alternatives pour l'alimentation en eau du site universitaire ;

· Comparer la fonctionnalité et la viabilité/durabilité du futur système avec le système existant ;

· Estimer le coût budgétaire des différentes alternatives.

I.1.6.Résultats attendus :

Dans le cadre du présent mémoire les résultats ci-après sont attendus :

- l'estimation des besoins en eau du campus universitaire est déterminée ;

- la comparaison de la fonctionnalité et de la viabilité/durabilité du futur système avec le système existant est effective.

Après réalisation du projet les résultats ci- après vont s'ajouter :

- l'hygiène du milieu et l'accès à l'eau potable sont effectifs;

- le taux de prévalence des maladies d'origine hydriques sur le site est réduit ; - la gestion intégrée des ressources en eau est effective;

- le renforcement de la gouvernance et des capacités du secteur de l'eau sont effectifs;

- le renforcement des structures de production et de distribution de l'eau sur l'ensemble du campus universitaire est effectif;

I.1.7. Structure du Travail :

Ce travail comprend cinq (5) chapitre Le premier chapitre se fixe sur l'introduction, le contexte institutionnel, le deuxième chapitre fait cas de la description de la zone d'étude, de Méthodes et Matériels utilisés, le troisième chapitre est axé sur l'analyse et

l'interprétation des enquêtes, le quatrième chapitre donne l'alimentation du site universitaire
en eau potable par forage et le cinquième chapitre illustre l'analyse financière et économique .

I.1.8. Revues de la littérature :

La difficulté d'accès à l'eau potable dans beaucoup de milieux à travers le monde est la répartition inéquitable de cette ressource sur la planète ; ce qui a fait dire à certains experts que la troisième guerre mondiale sera celle de l'eau. La prise de conscience de la rareté de la ressource en eau douce a incité beaucoup de responsables et chercheurs à réfléchir sur la nécessité de sa bonne gestion pour le bien -être de la population à travers le monde.

Dans les pays développés l'eau est considérée, à juste titre, comme l'un des services public de base et est gérée avec plus d'action DORIER-APPRILL (2006). L'accès à l'eau potable est facilité et garanti pour l'ensemble de la population. A titre d'exemple nous citerons les études de CHARNAY (2010) qui plaident pour une gestion intégrée des ressource en eau dans le bassin versant du Giffre en France en vue d'une conciliation entre différents usagers et une satisfaction des besoins de tout un chacun selon sa spécificité.

Par contre dans les pays en voies de développement les disparités d'accès à l'eau sont fort remarquables et traduisent, dans une certaine mesure les écarts sociaux et spatiaux dans les milieux ruraux et /ou urbains ainsi que l'efficacité des politiques en matière de desserte en eau des différents pays (DORIER-APPRILL op.cit).

La situation en RDC n'échappe pas à cette triste réalité. En effet, bien que compté parmi les pays les plus arrosés au monde en eau, les difficultés d'accès à l'eau potable en RDC sont réelles tant dans les milieux ruraux que dans les milieux urbains suite à la mauvaise gestion et à la mauvaise répartition de l'eau AVOCATS VERTS (2003). Dans un rapport technique, un groupe d'experts du PNUE (2011) travaillant sur la problématique de l'eau en RDC a souligné que la RDC se trouve dans une situation de crise aigue de l'approvisionnement en eau de sa population. En effet, selon ce rapport, seuls 26% de la population congolaise ont accès à l'eau potable réellement saine PNUE (2011). Paradoxalement les eaux du bassin du Congo sont sollicitées pour alimenter les bassins versants des pays victimes de stress hydrique dans les sous-régions environnantes CNAEA (2010).

Concernant la ville de Kinshasa, l'approvisionnement en eau potable de la population est un véritable calvaire faisant une étude sur la gestion locale de l'eau dans les quartiers urbains pauvres de Kinshasa, KAMATHE (2005) a fait remarquer que les besoins en eau potable de la ville sont généralement en deçà des besoins réels de la population. Par conséquent, le taux de couverture des besoins en eau est faible dans l'ensemble de la ville. Dans son rapport financé par PMURR, la BCEOM (2006) explique cette faible couverture par la dégradation nette des conductions de service depuis plus d'une dizaine d'années ; cette situation étant due au fait que la capacité de production n'a pas évolué alors que la population à continuer à croître.

S'agissant particulièrement de l'université de Kinshasa, dans ses études pour le renforcement d'eau potable au plateau des résident/ Unikin, KASONGO (2010) a constaté que ce plateau était frappé de manque d'eau total malgré l'existence du réseau secondaire et tertiaire alimenté par la REGIDESO et ceci à cause des multiples soutirages tout au long du parcours de la conduite alimentant ce site. Dans cette étude il avait estimé les besoins journaliers du plateau des résidents en eau potable à 586.58m3.

Ayant constaté que la pression d'eau fournie par la REGIDESO ne permettait pas d'alimenter régulièrement le plateau des Résidents, le bureau d'étude MIDRILCO (2010) avait proposé l'option de la construction d'un réservoir de reprise à partir du quel une station de repompage à construire devrait refouler l'eau vers le château du plateau qui à son tour desservirait gravitairement toute l'étendue du plateau des Résidents. Par ailleurs WONDO (1997) et BIGOHE (2008) avaient soulevé la problématique de l'approvisionnement en eau à l'Université de Kinshasa comme un des problèmes environnementaux sur les sites sans toutefois proposer les solutions durables possibles pour améliorer cette situation d'eau.

C'est ainsi que notre étude veut analyser en profondeur ce problème d'alimentation en eau potable du site universitaire et proposer des solutions durables et viables pour l'amélioration de l'accès à l'eau sur ce site.

I .2 DEFINITION DE QUELQUES CONCEPTS ET CADRES INSTITUTIONNELS ET LEGAUX

I.2.1 Définition de quelques concepts

I.2.1.1 Concept de « ressource »

Le dictionnaire universel (2000) définit le terme ressource comme « richesse », « produits naturels » ou « biens » dont dispose un pays. Musibono (2009) définit une ressource comme étant une richesse potentielle naturelle ou artificielle susceptible d'être convertie en richesses réelles grâce à la technologie appropriée; les richesses réelles étant les biens ou services. Selon leurs natures, on distingue des ressources renouvelables ou non renouvelables.

Dans le domaine de l'eau, le concept de « ressource » est apparu avec la prise de conscience de sa rareté et de la nécessité de l'évaluer précisément pour la gérer au mieux. Un écoulement de surface ou souterrain ne devient ressource que s'il est possible techniquement, économiquement et écologiquement de l'exploiter tout en le maîtrisant et en le préservant.

Le passage de l'eau « d'élément naturel » à une « ressource » est directement lié aux relations Homme/Nature. L'eau, du fait de son cycle naturel, présente un caractère renouvelable.

Cependant, sa distribution inégale et sa qualité vulnérable en font une ressource limitée et très conflictuelle.

I.2.1.2 Concept de gestion en «eau«

D'après DURAND (1997), la gestion vise en premier lieu à maintenir le fonctionnement d'un territoire en assurant le renouvellement de ses différentes ressources tant d'un point de vue économique qu'à des fins écologiques, concernant aussi bien la faune, la flore, l'air, l'eau et la qualité des sols. La gestion sous-tend ici trois dimensions : une dimension écologique qui recouvre la notion d'écosystème, une dimension temporelle et une dimension fonctionnelle (celle du territoire).

Elle implique par ailleurs une intervention humaine : les acteurs du territoire (producteurs, gestionnaires, utilisateurs des territoires), incluant ainsi les dimensions sociologique, historique, géographique, économique, politique, juridique et culturelle. La reconnaissance de la valeur patrimoniale diffère de la valeur vénale. Cette nouvelle valeur peut s'apparenter à la valeur accordée à un objet où interviennent les notions culturelles, d'esthétique, d'affectif et de rareté.

Le concept de « gestion » intègre la complexité de fonctionnement et d'évolution de tout territoire puisqu'il aborde aussi bien les chaînes biologiques, les contraintes physiques et les actions anthropiques. La notion de système apparaît, à ce titre, incontournable, pour traiter toute forme de gestion globale, y compris la gestion de l'eau.

I.2.1.3. Concept de gestion intégrée

En réponse à la complexité de la gestion de l'eau a été développé le concept dit de « gestion intégrée». Les premiers acteurs à le promouvoir sont les ONG internationales. Elles soulignent tous ce besoin « d'une approche intégrée de la gestion prenant en compte toutes les caractéristiques du cycle de l'eau et ses interactions avec les autres ressources et écosystèmes naturels (...) et également les divers services et fonctions liés à l'eau » GLOBAL WATER PARTNERSHIP (2000). La première caractéristique de ce mode de gestion est la prise en compte de la complexité aussi bien au niveau du cycle de l'eau qu'au niveau des usages.

L'unité de gestion est devenue celle du bassin hydrographique dans lequel « les eaux de surface et les eaux souterraines sont inextricablement liées entre elles et avec l'utilisation des sols » BRÜSCHWEILER (2003).

La gestion intégrée est un « processus qui encourage la mise en valeur et la gestion coordonnée de l'eau, des terres et des ressources associées en vue de maximiser le bien-être économique et social qui en résulte d'une manière équitable, sans compromettre la durabilité d'écosystèmes vitaux » (GLOBALWATER PARTNERSHIP, op.cit.). Son objectif affiché est double : d'une part, le partage des ressources entre usagers en considérant les ressources comme support d'usage et d'autre part, la préservation des ressources pour ellesmêmes en tant que patrimoine commun. En prenant en compte les dimensions économique, sociale et environnementale de la gestion de l'eau et des écosystèmes aquatiques, la gestion intégrée vise à long terme le développement durable.

I.2.1.4 Gestion des ressources en eau

Ce concept rassemble les deux précédents concepts. L'eau en tant que bien commun est confiée à un ensemble d'acteurs (privés et publics) dans le but de répondre aux besoins du territoire, tout en assurant le renouvellement et la durabilité des ressources. Pour que l'eau devienne une ressource exploitable, cela suppose la construction d'une structure intégrant à la fois les prélèvements, le stockage et le transport, adaptée aux quantités d'eau disponibles et à la demande territoriale. La gestion doit, de fait, être adaptée aux différents types de ressources exploitables (souterraines, surface ou sous forme de stock), tenir compte des interactions entre ces ressources et répondre aux attentes des usagers. Elle fait donc intervenir un grand nombre d'acteurs à différents niveaux d'échelles et de rapports avec le milieu. MERMET (1992) dissocie deux modes de gestion : une « gestion effective » résultant d'un ensemble d'actions anthropiques qui affectent l'environnement, comme une pollution, et une « gestion intentionnelle » qui est une initiative entreprise par un acteur spécialisé pour faire évoluer l'état du milieu dans un certain sens. Les concepts précédemment présentés se rapportent à la gestion intentionnelle.

La gestion intégrée constitue une réponse à la complexité de la gestion de l'eau. La question de la pertinence de ce concept renvoie à l'étude du système dans sa globalité et de ses interdépendances qui le caractérisent. L'approche systémique semble la mieux adaptée pour comprendre la nature de ces relations et identifier les facteurs déterminants d'une politique intégrée et durable de l'eau.

I.2.1.5 Approche systémique :

L'approche systémique n'est pas une science, théorie ou discipline. C'est une méthodologie permettant de rassembler et d'organiser les connaissances en vue d'une plus grande efficacité de l'action DE ROSNAY (1975). A la différence de l'approche analytique, l'approche systémique englobe la totalité des éléments du système étudié et s'attache à leurs interactions et interdépendances. Un système peut être défini comme étant « un ensemble d'éléments en interaction dynamique organisé en fonction d'un but » (DE ROSNAY, op cit). Ce n'est pas la somme des éléments qui fait un système mais les interactions entre ces éléments.

Selon WALLISER (1977) le concept de système sous-tend trois notions fondamentales à savoir :

- une unité composée de sous-systèmes,

- une unité identifiable dans un environnement donné et possédant des relations avec cet environnement de telle sorte qu'elle possède une certaine autonomie,

- une unité subissant des modifications dans le temps tout en conservant une certaine permanence.

Les deux premières propriétés du système qui ressortent de cette définition sont « l'ouverture» et « la complexité ». Le système est qualifié de système ouvert en entretenant avec l'environnement externe des échanges d'énergie, de matière et d'information. Le système est aussi qualifié de système complexe du fait d'une grande variété de composants ou d'éléments et de liaisons qui le constituent. Ainsi, l'analyse d'un système consiste « à définir les limites du système à modéliser, à identifier les éléments importants et les types d'interactions entre ces éléments, à déterminer les liaisons qui les intègrent en un tout organisé (...) et à faire ressortir notamment les variables de flux, variables d'états et les boucles de rétroaction positives et négatives » (DE ROSNAY, op cit). Chaque boucle est considérée séparément pour évaluer son influence sur le comportement des différents sous-ensembles du système. Les éléments et types de liaisons devront être classés et hiérarchisés. La simulation étudie le comportement dans le temps d'un système complexe en faisant varier ses paramètres et son environnement.

La gestion de l'eau et de ses usages s'inscrit effectivement dans un système complexe d'influences et de relations économiques, sociales, culturelles et politiques. Cette complexité se manifeste dans les relations des paramètres de la gestion de l'eau qui existent à des échelles spatio-temporelles différentes (logique hydrologique amont-aval, effets « retardés » de pollution des eaux souterraines...). Pour comprendre la nature de ces relations et identifier les facteurs déterminants d'une politique équitable et durable de l'eau, la méthode systémique nous est apparue la plus adaptée. Elle répond parfaitement à la problématique posée, car elle permet de poser les différents facteurs et processus intervenant dans le fonctionnement, la structure et l'évolution de la gestion intégrée de l'eau. Elle permet, par ailleurs, de s'interroger sur les limites spatiales et fonctionnelles du système « gestion de l'eau » et sur les différents sous-systèmes qui le composent.

La gestion des ressources en eau s'organise en fonction des ressources en eau disponibles, des besoins des usagers à satisfaire, ainsi que du niveau d'aménagement du territoire déterminant à la fois les usages et la capacité d'exploitation des ressources

disponibles. Quatre sous-systèmes en interactions ont été identifiés tel que nous le montre la figure n°1ci-dessous :

- sous-système « ressources en eau »

- sous-système « aménagement du territoire »

- sous-système « usages »

- sous-système « acteurs»

Ces quatre sous-systèmes s'inscrivent à l'intérieur du système précédemment évoqué. Ils assurent le fonctionnement, la cohérence et l'évolution du système « gestion de l'eau ».La même figure montre que le système « gestion de l'eau » est également influencé par d'autres facteurs : topographiques, géologiques, climatologiques, le contexte socioéconomique, et l'environnement culturel.

Géologi

Climat

Composition du système Environnement du système

Système «gestion de l'eau«

Sous- système
Eau

Paramètres internes (appelés sous - Système)

Echange avec le système

Paramètres Internes

Interactions entre les

Altitud

Sous-système
Acteur

Sous -système usage

Sous -système
Aménagement

Relief

Paramètres de l'environnement

Socio-
économique

Culture

Figure N°1 : Système `'gestion de l'eau»

I-2.2 Cadre institutionnel

Tout d'abord, ce texte présente la répartition des compétences générales et environnementales entre le niveau central, provincial, local et les structures étatiques et non

étatiques intervenant dans la gestion de l'eau. Il parle en outre de l'avant- projet du code de l'eau et de la loi sur l'environnement promulguée en juillet 2011.

I-2.2.1 Niveau Central

a) Ministère de l'Energie

L'implication de ce ministère dans la définition des stratégies de gestion des ressources en eau se fonde sur le fait qu'en considérant l'eau comme source d'énergie, les textes légaux lui attribuent un pouvoir de tutelle technique sur :

· La Société Nationale d'Electricité (SNEL), entreprise publique chargée de construire et d'exploiter des barrages hydroélectriques sur le territoire national ;

· La Régie de Distribution des Eaux (REGIDESO), entreprise publique chargée d'exploiter, de distribuer et de commercialiser l'eau en milieu urbain sur le territoire national.

b) Ministère de l'Environnement :

Ce ministère a été créé la 02 avril 1975. Aux termes de l'ordonnance 75 - 231 du 02 juillet 1975 fixant ses attributions, ce ministère s'est vu confié entre autre les attributions spécifiques en matière d'eau qui sont (TECSULT,2005):

· D'accorder la concession dans les cas d'exploitation de l'eau à des fins agricoles et industrielles comportant un prélèvement d'eau supérieur à 3m3/s, mais inférieur à 10m3/s.

· De prendre les mesures nécessaires en vue de protéger les sources, les nappes souterraine souterraines, les lacs et les cours d'eau ;

· D'empêcher la pollution et le gaspillage de l'eau ;

· De contrôler l'exercice des droits d'usage ainsi que des droits d'occupation concédés ;

· De faire inspecter et de surveiller tous les ouvrages d'art et d'installations exécutés en vue d'un usage de l'eau, même lorsqu'ils se trouvent sur des propriétés privées.

c) Ministère du plan

En vertu de sa mission principale, ce ministère est notamment appelé à piloter l'ensemble des programmes de développement du pays, dont ceux ayant rapport avec les ressources en eau ou encore ceux qui, bien que ne concernant pas spécifiquement ce secteur, peuvent, lors de leur mise en oeuvre, provoquer de profondes modifications de l'environnement, en général, et des ressources en eau, en particulier.

d) Ministère de la santé

Son intervention peut se signaler aussi dans la formulation et la mise en oeuvre des politiques et des stratégies visant à mettre à la disposition de la population une eau de bonne qualité et en quantité suffisante.

e) Ministère du Portefeuille

Comme entreprise publique, la REGIDESO relève politiquement et administrativement du Ministère de Portefeuille.

f) Autres institutions étatiques

Outre les ministères ci-haut cités, plusieurs autres institutions sont impliquées dans la formulation des politiques et des stratégies de gestion des ressources en eau, soit parce qu'elles exercent des compétences ayant une incidence sur ces ressources, soit parce que leurs interventions et actions ont un impact sur le secteur.

Il s'agit principalement de :

- REGIDESO

En milieu urbain, l'approvisionnement en eau potable des populations est dévolu à la Régie de distribution d'eau de la République Démocratique du Congo (REGIDESO), entreprise publique créé par l'ordonnance loi N° 60-460 du 25 août 1966. Elle s'occupe de la production, de la distribution et de la commercialisation de l'eau potable dans les centres urbains. La REGIDESO est une entreprise publique jouissant d'une autonomie de gestion et relevant du Ministère de l'énergie sur le plan technique et du Ministère du portefeuille pour les aspects administratifs. Malgré le statut de l'entreprise qui lui donne le monopole de desserte en milieu urbain et semi-urbain, certaines ONGs réalisent des forages équipés de pompes à motricité humaines dans les quartiers périurbains, souvent d'accessibilité difficile, qui ne sont pas couverts par la REGIDESO.

- le comité National d'Action de l'Eau et de l'Assainissement (CNAEA)

Le CNAEA est chargé d'élaborer et de veiller à l'exécution des programmes de réhabilitation et de développement des secteurs de l'eau potable et de l'assainissement. Ce comité comporte en son sein trois commissions chargées respectivement du secteur de l'eau potable, du secteur de l'assainissement et du secteur des études hydrologiques et hydrogéologiques. Ce comité a été créé par l'ordonnance N° 81-023 du 15 février 1981, modifiée et complétée par l'ordonnance N° 87-105 du 3 avril 1987 (TECSULT, op cit).

- Le Service Nation d'Hydraulique Rurale (SNHR)

Parmi les institutions publiques se trouvent le Service National de l'Hydraulique Rurale (SNHR) créé par l'arrête N°0009/BCE/AGRIDRALE/86 du 19/ 09/1983 et les Zones de Santé.

Le SNHR dépend du Ministère du développement rural et a pour mission d'inventorier les ressources en eau dans le milieu rural, réaliser les ouvrages d'approvisionnement des populations rurales en eau potable (adductions gravitaires ou par pompage, forages équipés de pompes manuelles, électriques immergées ou solaires et sources aménagées, captage d'eau de pluie) et d'assurer la formation de la population à l'entretien et à la maintenance des ouvrages d'eau potable réalisés.

f) Organisation non Gouvernementale (ONG)

Les organisations non gouvernementales sont attachées à un ministère selon leurs objets ou domaines d'activités. Elles sont aussi comptées au nombre des d'institutions qui interviennent dans la gestion de l'eau en République Démocratique du Congo. D'une part elles sont associées à la conception et à la réalisation de la politique de développement au

niveau local, provincial et national et d'autre part, à leur accorder des facilités administratives et fiscales.

Les ONG ont un rôle vital à jouer dans l'atteinte des zones difficilement accessibles. Pour améliorer la distribution de l'eau, il sera indispensable de renforcer les capacités techniques des ONG et les aider à mobiliser davantage des ressources.

1.2.2. Niveau provincial :

Il s'agit ici des divisions et structures provinciales des ministères et autres institutions ci-haut cités ainsi que des ONG fonctionnant dans les provinces.

Dans l'avant projet du code de l'eau, il est prévu la mise en place des conseils provinciaux de l'eau pour guider la formulation des plans d'actions provinciaux et l'action des services provinciaux responsables des matières liées à l'eau et aux services AEP. Ces services dont les missions et structures varieront selon les conditions et les enjeux locaux sont appelés à travailler en étroite collaboration avec l'Agence nationale de l'eau concernant notamment la veille hydrométrique, l'élaboration des schémas directeurs et le suivi des autorisations et des concessions d'utilisation de l'eau du domaine public.

I.2.3 Niveau local

Au moment où nous rédigeons ce travail, il n'existe pas de structures locales pour la gestion de l'eau sur le site universitaire.

Toutefois, conformément au principe de subsidiarité et à la place donnée dans le DSCRP à la dynamique communautaire, l'avant- projet du code de l'eau ouvre un large espace aux initiatives locales pour la gestion et la mise en valeur de l'eau. Il prévoit la mise en place de comités locaux de l'eau et reconnaît le rôle des associations d'usagers tant pour l'AEP que pour la mise en valeur et la protection des ressources ou pour l'entretien d'équipements réalisés par l'Etat.

I-2.4. Cadre Légal

Le cadre juridique de l'environnement en général et de l'eau en particulier en RDC est constitué des lois et règlements ainsi que des conventions internationales, lesquelles par le fait de la ratification, font partie intégrante de l'arsenal juridique interne.

S'agissant particulièrement du Cadre légal des eaux, il existe environ une douzaine d'ordonnances et de décrets encadrant ce secteur dont plusieurs datent de la période antérieure à l'indépendance. Basés sur une approche sous-sectorielle partielle, ces règlements, largement dépassés, portent principalement sur la protection des ressources en eau contre la contamination, l'approvisionnement en eau potable et la gestion des droits des usagers.

A l'état actuel, elles ne fournissent pas un cadre juridique cohérent permettant d'organiser un secteur de l'eau aux multiples parties prenantes et faire ainsi face aux enjeux actuels.

C'est ainsi qu'une commission technique a été mise en place pour élaborer et valider un avant- projet de code de l'eau qui attend d'être adopté et promulgué selon la

procédure d'usage en la matière. Dans cet avant - projet, nous pouvons citer quelques points remarquables dont :

- la désignation du ministère ayant la gestion de l'eau dans ses attributions comme le responsable de la conservation et la protection ainsi que de l'utilisation rationnelle et durable des ressources en eaux. En concertation avec ses collègues, il élabore et met en oeuvre la politique nationale de gestion de l'eau. Il représente l'Etat auprès des organismes intergouvernementaux à caractère international et régional spécialisés dans la gestion des ressources en eaux et des bassins transfrontaliers.

- étant donné que la gestion des ressources en eau porte sur les bassins transfrontaliers et sur les sous-bassins partagés par plus d'une province, elle est définie comme une responsabilité nationale à exercer en s'appuyant sur les services provinciaux et locaux concernés.

a) Le conseil national de l'eau est l'organe de consultation par lequel tous les acteurs concernés par l'eau et ses utilisations participent à l'élaboration des politiques et des plans d'action portant sur la gestion de l'eau.

b) L'Agence nationale de l'eau est l'organe technique et scientifique prévu par le code pour les missions de veille hydrométrique et pour l'élaboration et le suivi des schémas directeurs d'aménagements de bassins ou de sous-bassins. L'Agence a également une mission d'appuis aux provinces et aux entités décentralisées. Un des rôles essentiels de l'Agence sera d'assurer la cohérence et la coordination entre provinces pour la gestion des bassins partagés au travers des comités de bassin.

Les ressources en eau sont gérées par ensemble hydrographique. L'ensemble hydrographique constitue le cadre naturel de base pour la gestion et la protection des ressources en eau. Le code prévoit la création de comité de bassins et éventuellement d'Agence de bassin.

Le code définit un cadre de référence pour la mise en place prudente et progressive de ces institutions et pour répondre à des enjeux prioritaires clairement identifiés et étroitement liés aux objectifs de développement et de conservation. Ceci concernera en premier chef la protection des eaux destinées à la consommation et la gestion des eaux usées.

Pour protéger l'environnement, il a été envisagé, dans cet avant projet de code de

l'eau, de créer un système de délimitation du territoire pour sauvegarder les sources

stratégiques d'approvisionnement en eau potable et leurs bassins versants.

Les autres points clés du Code de l'Eau comprennent les principes de l'utilisateur-payeur, du pollueur-payeur, de précaution, de subsidiarité (ex. : décentralisation du processus de décision) ainsi que le dialogue public et les consultations. Il supprime également le monopole de l'Etat sur le sous-secteur de l'approvisionnement en eau, permet l'engagement d'organisations communautaires, et ouvre la voie aux investissements du secteur privé à travers les partenariats publics-privés (PPP).

Cet avant projet du Code de l 'Eau a été développé dans un contexte complexe en raison tout d'abord de l'absence d'une politique précise sur l'eau. Par conséquent, il a en réalité posé les principes directeurs pour le développement d'une série d'instruments de planification et de gestion de l'utilisation efficace des ressources hydriques. Ceci inclut une stratégie nationale sur l'eau prenant en compte les objectifs de tous les sous-secteurs, les plans

d'action nationaux et provinciaux relatifs à l'eau en hiérarchisant les interventions et leurs modalités ainsi que les plans de développement basés sur les bassins et les zones d'évacuation. La mise en application de ce code permettra de faire une Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) qui est un principe fondamental caractérisant toute loi sur l'eau. Elle vise à créer un processus structuré pour concilier les divers besoins des parties prenantes, en y incluant la garantie de durabilité des écosystèmes aquatiques.

CHAPITRE II : DESCRIPTION DE LA ZONE D'ETUDE, METHODES ET
MATERIELS

Notre zone d'étude est le plateau constituant l'espace du site de l'Université de Kinshasa. Le choix de l'université de Kinshasa se justifie du fait qu'elle est la plus grande université de la ville et que son environnement se dégrade inexorablement. Située sur une colline, cette « petite ville » éprouve de sérieux problèmes avec les eaux pluviales, entraînant, dans sa majeure partie l'érosion des sols. De plus, les faiblesses des mesures d'accès à l'eau potable et d'assainissement entraînent un retard dans le processus de la formation des étudiants ainsi qu'au niveau professoral.

Pour mieux cerner les problèmes de la desserte en Eau Potable qui se posent à l'UNIKIN, il est nécessaire de bien connaître le milieu et étudier les différents aspects géographique, historique, biophysique et humain ; connaitre l'état de ses infrastructures et équipements et préciser les méthodes et techniques d'approvisionnement en eau potable ainsi que l'analyse des informations reçues. Le présent chapitre répond le plus possible à ces préoccupations.

II-1 MILIEU

II-1.1 Situation géographique et historique :

Carte N°1 : Présentation Géographique de l'Unikin

L'UNIKIN située dans la commune de Lemba, au sudouest de la ville de Kinshasa, est construite sur la colline du Mont-Amba, dite << colline inspirée >>. Il se trouve à 4°19' de latitude Sud et 15°18' de longitude Est, à 412m d'altitude moyenne, entre le versant Nord de la rivière Funa, le versant Sud de la rivière Kemi et le versant Nord de la rivière Matete. (Flouriot ., 1973)

Selon la description de Luc GILLON (1988), le plateau sur lequel sont érigés les bâtiments de l'UNIKIN est à 500m d'altitude et domaine de la ville.

L'UNIKIN à été créée à l'époque du Congo belge par l'Université catholique de Louvain en 1954 la gestion a été confié aux religieux.

En août 1971, l'université a été fusionnée avec celle de l'université Libre du Congo (protestante) et l'université du Congo à Lubumbashi (fondée en 1950) à l'Université nationale du Zaïre (UNAZA). Entre 1980 et 1991, les universités ont été à nouveau divisées en trois établissements l'Université de Kinshasa, l'Université de Kisangani et l'Université de Lubumbashi. Elle prit le nom de l'Université de Kinshasa lorsqu'elle fut nationalisée par l'ordonnance-loi n° 81-142 du 3 octobre 1981.

II.1.1 Plan de masse du plateau Unikin y compris plateau des professeurs, Cliniques
universitaires, centre hospitalier Mont Amba, bâtiments Eraift CNPP et ESP

Carte N°2 : Plan de Masse de l'Unikin

A ce jour, l'UNIKIN dispense les enseignements à travers les douze (12) Facultés suivantes: Droit, Lettres et sciences humaines, Sciences économiques et de gestion, Sciences sociales, politiques et administratives, Sciences, sciences Pharmaceutiques, Médecine, Psychologie et sciences de l'éducation, sciences Agronomiques, pétrole et gaz, polytechnique, médecine vétérinaire.

L'université comprend aussi douze (12) entités décentralisées dépendant de l'Unikin: les Cliniques universitaires, le Centre Neuro-psycho-pathologique, le Centre hospitalier du Mont-Amba, le Groupe scolaire du Mont-Amba, l'Institut technique médical, l'intendance générale (Régie de construction), l'Ecole Régionale Postuniversitaire d'Aménagement et de Gestion Intégrée des forêts et des Territoires Tropicaux (ERAIFT), l'école de Formation en Gestion des Ressources Naturelle dans le Bassin du Congo ( FOGERNBC), l'école de Gestion Politique Economique (GPE) et l'Institut Médical Mont Amba, l'école de santé Publique (ESP).

L'UNIKIN tente d'appuyer la recherche à travers plusieurs centres de recherche et le laboratoire autonome ou rattachés aux facultés spécifiques. Dans son fonctionnement actuel, l'Unikin est placée sous la tutelle du Ministère ayant l'enseignement supérieur et universitaire dans ses attributions et dépend aussi administrativement du conseil d'administration des universités (CAU).

L'ordonnance portant création de l'UNIKIN consacre en son sein quatre organes hiérarchisés de la manière ci-dessous :

- Le conseil de l'université ;

- Le comité de gestion ;

- Le conseil de faculté (pour chacune des facultés) ;

- Le conseil de département (pour chacun des départements).

Structure de L'UNIKIN

Si le Conseil de l'Université agit comme un parlement de l'université (regroupant tous les doyens des facultés, les délégués du personnel scientifique, administratif et ouvrier ainsi que tout le comité de gestion), le Comité de gestion en assure les fonctions exécutives au quotidien. Ce dernier comprend :

- un recteur : le premier responsable de l'institution, il préside le conseil de l'université et dirige le comité de gestion. Il supervise aussi le fonctionnement de quelques directions suivant l'organigramme de l'Université ;

- un secrétaire général académique : qui est chargé des activités académiques et veille au bon fonctionnement des facultés et des directions sous sa supervision ;

- un secrétaire général administratif : qui veille au bon fonctionnement de

l'administration tant dans les facultés que dans les directions suivant l'organigramme ; - un administrateur de budget : qui s'occupe des problèmes financiers et budgétaires de

l'université et supervise le fonctionnement des directions sous sa responsabilité.

II-1.2 Occupation spatiale

L'espace de l'université Lovanium englobait les actuels quartiers de cogelos, Mbanza-Lemba, Lemba-Imbu, vallée de la Funa, camps des travailleur/Livulu, campus des professeurs de Righini, le couvent des soeurs le <<scholasticat>>, le campus des travailleurs de Lemba.

De nos jours, plusieurs lotissements ont été créés de façon peu orthodoxe sur le site universitaire, si bien que l'unikin ne reste qu'avec 400 hectares. De ces 400ha, 198 sont en voie d'être lotis aussi. En effet, les maisons de Livulu, Righini et Lemba ont été vendues aux occupants et ne font plus partie du patrimoine de l'université.

Les différents lotissements font que le site universitaire est de plus en plus envahi et/ou entouré par des constructions non assistées, ne respectant pas les normes d'urbanisme, constituant ainsi des sources de problèmes environnementaux qui accablent le domaine universitaire, notamment les érosions et l'insécurité.

II-1.2.1 Aspects biophysiques

II-1.2.2 Relief et hydrographie a) Relief

La Ville Province de Kinshasa est construite sur un site topographique contrasté, c'est-àdire à la fois confortable (la plaine : la ville basse) et contraignant (les collines : la ville haute). Ce site ressemble à un amphithéâtre construit au bord du fleuve (le Pool Malebo). La ville est donc construite sur une vaste dépression et s'étale sur un fond émergé d'une ancienne Cuvette du temps géologique à l'époque où le pool s'étendait jusqu'au pied des collines du Sud (Kimwenza), de l'Ouest (Ngaliema) et du plateau de l'Est (Bateke).

Le relief de la Ville de Kinshasa est caractérisé par l'existence de quatre éléments principaux. II s'agit de :

- Pool Malebo

- Plaine de Kinshasa - Terrasse

- Zone de collines

b) L'hydrographie

L'hydrographie de la ville Province de Kinshasa comprend le Fleuve Congo, des rivières et des lacs de faibles étendues. Cette disposition des grandes rivières, plus ou moins rectilignes, à axes parallèles, et d'écoulement Sud-Nord rivières offre une opportunité pour l'agriculture urbaine et l'assainissement urbain. Mais, les mêmes rivières inondent fréquemment la ville pendant la saison des pluies.

Le Mont-Amba sur lequel est bâtie l'Université de Kinshasa, qui est l'une des plus hautes collines du sud-ouest de la ville (altitude 500m) qui dominent la grande plaine du pool (altitude moyenne : 280 à 290m) à laquelle elles se connectent par une plaine de piémont, un peu plus élevée au Nord (altitude 310).

Les versants du Mont-Amba descendent en pentes plus ou moine fortes (2.5 à15%) vers les vallées de la Funa à l'Ouest et au Nord-Ouest, de la Kemi au Nord et Nordest ; à l'Est et au Sud-est, se trouvent les vallées de la Matete, la Kwambila et la Bimuka. Le versant Sud, de pente plus douce (1-à-2.5%) relie l'ensemble à la grande vallée de la N'djili (VAN CAILLIE 1975).

II-1.2.3 Climat

D'une manière générale Kinshasa jouit d'un climat de type AW4 dans le système de classification de KÖPPEN, il s'agit d'un climat tropical humide (A) avec une température moyenne diurne du mois le plus froid qui est supérieur à 18°C ; et où la hauteur annuelle des pluies, exprimées en cm, est supérieure à deux fois cette température moyenne augmentée de 14 (AW) ; ce climat connait 4 mois de saison sèche ( AW4).

La Colline du Mont-Amba est caractérisée par un climat chaud et humide avec deux saisons distinctes. La saison pluvieuse allant d'octobre à fin mai et la saison sèche courte de juin à septembre. Les températures présentent une moyenne annuelle de 26°C tandis que les précipitations ont une moyenne annuelle de 1200 à 1545 mm/an (PNUE, 2011).

II-1.2.4 Géologie

Les formations géologiques de la région des collines constituent un ensemble relativement homogène. Ces collines se présentent comme des zones entièrement sableuses. Une couverture de sables fins légèrement argileux, ocre à brunâtre, coiffe leur sommet et couvre d'un manteau continu l'ensemble des versants. Ce sable est facilement mobilisé par l'eau de ruissellement dans la zone dépourvue de végétation CAILLIE (1987).

Le contexte géologique de la région des collines se présente, selon l'échelle stratigraphique, de haut en bas, de la manière suivante :

· Sable limoneux, d'environ 50 m de profondeur ;

· Grès tendre plus ou moins argileux et altéré dit grès tendre du secondaire, d'épaisseur oscillant autour de 40m ;

· Grès rouge feldspathique de l'Inkisi ou grès d'Inkisi d'âge précambrien. KIBAMBE (2003) lors de l'évaluation quantitative de la ressource en eau dans la zone des collines, a montré que la configuration géologique est dominée par trois grandes formations sédimentaires : une couches détritiques à perméabilité primaire de type sable et grès, auxquels s'ajoutent des minces couches imperméables de types argiles, formant les écrans des aquifères. Ceci après exploitation des données sur des coupes log stratigraphiques des forages réalisés dans la zone des collines du Mont-Amba.

Au terme d'une analyse géologique des couches qui passent à travers la plaine pour remonter vers la zone des collines NDEMBO (2009) a indiqué les forages ayant un ancrage dans le substratum.

Le profil géologique (figure N°2) indique les couches qui passent à travers la plaine pour remonter vers la zone des collines et reprend les forages ayants un ancrage dans le substratum

Figure N°2 : Profil Géologique de l'aquifère du Mont-Amba

II-1.2.5. Sols végétation et faune

a) Végétation

Le site de l'université de Kinshasa, est un plateau caractérisé par plusieurs formations végétales diverses et variées. On peut citer les espèces suivantes : Eucalysptus sp, Magifera indica (manguier), Acacia cyanofila, affromonum, Panictiin maximum, Pennisetum purpureum, Pennisetum polystachion,-Rotiboellia cochinchinensis, Setaria megaphylla Cleome rutidosperma etc....

Le site de l'université de Kinshasa est également le lieu d'activité agricole donnant lieu à des vergers à base de : manioc, maïs, arachide, taro, etc.

b) La faune:

Elle est composée essentiellement de reptiles (Chameleo mabuya), d'oiseaux (Bulbucus ibis,Passer grisens), des arthropodes et des amphibiens (grenouilles).

c) Sol

Ce sol est essentiellement sablonneux. Il a une faible capacité de rétention d'eau et présentent une utilité marginale pour les activités agricoles. Dans l'ensemble, il est constitué d'une épaisseur moyenne de plus ou moins 5 m. Ce sable est limoneux brun ou orangé, avec une teneur en argile généralement inférieure à 20% et caractérisé par une faible teneur en matière organique et un degré de saturation du complexe absorbant faible.

Il convient de noté que la qualité du sol et la nature des différentes activités qui s'y exercent l'expose à de multiples érosions qui menacent l'ensemble tel qu'illustrée par la photo ci-dessous.

Photo N°1 : Menace d'érosion à l'Est du site Universitaire (entre l'ERAIFT et CREN-K)

II.1.3 Aspect humains

Le Graphique N°1 nous donne le récapitulatif de la population estudiantine, du personnel Administratif, Technique et Ouvrier, du personnel des corps Scientifique et Académiques de l'Unikin et des entités présentes sur le site universitaire. (2010-2011)

Source : chef personnel service des statistiques (CUK), service du personnel (CNPP), Service personnel et Médical (CHMA)

II-1.4 Infrastructures et équipements

II-1.4.1 Infrastructures

Les infrastructures de l'université de Kinshasa datent de 1954,dont les homes des étudiants, les bâtiments facultaires, les maisons des professeurs et d'autres bâtiments simultanément, en partant du Nord vers le sud du site universitaire, on trouve le centre Neuro- psychopathologique ( CNPP), Centre Hospitalier du Mont- Amba ( CHMA), l'Ecole Régionale Poste-Universitaire d'Aménagement et de Gestion Intégrée des Forêts et Territoire Tropicaux (ERAIFT),le bâtiment abritant la Formation en Gestion des Ressources Naturelles dans le Bassin du Congo ( FOGRNBC), le bâtiment de l'école de Santé Publique (ESP),l'Institut Technique Médical (ISTM), les Cliniques Universitaires de Kinshasa ( CUK), le centre Régionale de l'Energie Nucléaire de Kinshasa (CRENK),et des complexes Sportifs .

L'accès à ses différents bâtiments est facilité par une voirie routière interne de plus de 17km mais en mauvais état.

Le réseau de distribution d'eau du campus universitaire (en mauvais état) est alimenté par la REGIDESO, à travers des conduites galvanisées vêtues et sous dimensionnées qui connaissent des fuites à plusieurs niveaux, qui sont l'une des causes de la faible desserte en eau potable du site universitaire.

L'électricité est fournie par la Société Nationale d'Electricité (SNEL), à partir d'une sous- station 12/6.6 KV et à travers un réseau électrique monté en antenne et comptant 17 cabines MT/BT (6.6KV/380). Ces installations électriques ainsi que le réseau de distribution sont caractérisés par une vétusté chronique qui fait qu'on assiste à ces dernières années à des interruptions de fourniture d'eau et d'électricité.

II-1.4.2 Equipements

L'université de Kinshasa renferme à son sein plusieurs laboratoire et ateliers. Le tableau ci-dessous indique le nombre de laboratoire dans les différentes facultés suivantes.

Tableau N°1 : Différents laboratoires des facultés de l'Université

Faculté Nombre

Agronomie 7

Faculté des sciences 28

Médecine 8

Pharmacie 11

Polytechnique 10

Autres structure de l'université de Kinshasa

ERAIFT 1

CRENK 12

Intendance Gle 3

ESP

2

ISTM

6

CHMA

2

CNPP

2

CUK

11

Sources : responsable labo (CRENK), responsable Atelier Intendance Général, chef de labo (ESP), chef de labo (ISTM), chef labo (CUK) chef labo (CNPP), responsable labo (CHMA) ; aire de recherche Unikin

Il existe aussi un atelier d'électronique de dépannage des appareils et un musée biologique dans la faculté des Sciences.

Il est a noté que la plupart de ces laboratoire et atelier ne sont bien équipe et matérielle insuffisants.

II-2.METHODES

Comme approche méthodologique, nous nous sommes appuyés sur l'utilisation de l'abondante littérature disponible sur l'eau potable et l'assainissement, des entrevues avec des responsables administratifs universitaires, des représentants d'associations qui se trouvent au sein de l'université ainsi que des agents de la REGIDESO et certaines bénéficiaires résidents dans le quartier de Mbamza-Lemba surtout pour avoir des informations sur les forages existants. En autre nous avons aussi mené des enquêtes pour impliquer le plus du monde possible.

En effet, la conception de ce projet environnemental doit son l'efficacité à l'adoption d'une approche de concertation, de synergie, de partage de responsabilité et de solidarité afin de garantir le succès de toute action visant la gestion rationnelle des ressources naturelles et valorisant les ressources humaines en vue du développement durable.

Notons que les enquêtes par questionnaire nous ont permis de vérifier l'état de l'approvisionnement en eau et celui de l'environnement tel que perçu par les membres de la communauté universitaire. Pour atteindre cet objectif, nous avons réalisé les étapes cidessous :

a-) Préparation du questionnaire

Des questions relatives à la qualité de l'approvisionnement en eau de l'environnement et de sa gestion ont été préparées à l'intention des membres de la communauté, par catégorie.

Ainsi, nous avons élaboré onze (11) jeux sectionnés en (4) questionnaires sur la disponibilité en eau, sur le mode d'approvisionnement, sur l'hygiène et l'assainissement, et sur la qualité de l'eau destinés aux étudiants des facultés de l'UNIKIN, aux étudiants logés dans les homes, aux occupants des caves, aux personnels académique et scientifique, ainsi qu'au personnel administratif et technique aux gestionnaires, au personnel des Centre Hospitalier du Mont-Amba, des Cliniques Universitaires, au Centre Neuro-Psychopathologique et à la population du plateau universitaire.(Annexes I).

D'une manière générale, les questionnaires devraient nous permettre, entre

autre :

- d'identifier la personne enquêtée,

- de comprendre comment la desserte et l'approvisionnement en eau potable fonctionne et gérée dans les différents milieux par les différentes personnes (étudiants, personnel, population....),

- de sonder la perception de la qualité de la desserte en eau sur le plateau universitaire,

- de permettre aux uns et aux autres de s'exprimer sur ce qu'ils voudraient que soit la

qualité de l'approvisionnement en eau potable sur le plateau universitaire de

l'UNIKIN.

b-) Echantillon et déroulement de l'enquête

Pour mieux mener les enquêtes nous avons procéder par échantillonnage. La taille de notre échantillon est de 550 personnes tiré du nombre de la population fréquentant le site universitaire. Pour plus de représentativité, ce nombre est répartit par catégorie représentant ici chaque entité. Le tableau ci-dessous donne la répartition de chaque partie prenante.

Tableau N°2 : Répartition des enquêtés par catégorie et par entité

Entité Nombre

Etudiants logés et externes 310

Etudiants dans les facultés 100

Binti II 7

X 32

150 32

Etudiants Homes

XX 32

XXX 38

80 20

1 à 8 49

210

Académique 16

Personnels Unikin

Scientifique 19

Administratif 65

100

Population plateau des
résidents

Maison D_F 6

Maison E_B_H 3

Maison G 4

Maison S 6

Maison O_15 21

40

Centre Hospitalier

CHMA 10

CUK 74

CNPP 16

100

c-) Réalisation de l'enquête et dépouillement des données

Compte tenu des grèves à répétition enregistrée à l'université de Kinshasa entre le mois de juin 2011 et Janvier 2012 (grève du personnel administratif et technique, du corps scientifique et du corps académique) les questionnaires ont été déposés aux personnes enquêtées choisies au hasard dans les différentes catégories et ont été récupéré par nousmêmes selon leur disponibilité.

Tout de même nous avons bénéficié de l'assistance de certains services comme la direction des ressources humaines, service académique, service informatique, unité de production, service des oeuvres estudiantines, intendance générale et de certaines facultés.

Après avoir récupéré les questionnaires, nous avons procédé au dépouillement des données, au classement des réponses en fonction des indicateurs retenus et à l'exploitation de celles-ci.

d-) Analyse et interprétation des résultats.

L'analyse des données et l'interprétation des résultats son consigné dans les chapitres suivants.

e)Calcul des Besoins

Débit moyen journalier

j

Q

Nxq c

moy = 3

10

3

(m / )

j

Q j

moy

= Débit moyen journalier en m3/s

N = nombre de consommation ; qc = norme de consommation en l/j ; 103 = facteur de conversion du litre en m3

Débit maximum journalier

Q j 3

max = max

K xQ j ( m j )
j /

moy

Kmax

j = Coefficient d'irrégularité journalier maximum qui varie de 1,2 à

1,3 en fonction du nombre d'habitants pour N<100000 hbts kj max = 1,3. f) Recherche du diamètre Nominal de la conduite

La conduite sera déterminée par la formule da la manière suivante : DN =1.27xvQ = DUPONT (1974)

Calcul du nombre de forage

Nb = nombre de forage ; BT = besoin total en m3/h ; Q = débit du forage en m3/h

g) Détermination de la puissance hydraulique de la pompe

Selon le fabriquant GRUNDFOS La puissance hydraulique en KW s'exprime par la formule

Phydo [KW] = Q*H/366*?

Phydro = puissance en KW

Q = débit en m3/h

H = hauteur manométrique totael en (m)

366 = coefficient de conversion des unités en KW

? = varie entre 0.65 à 0.85 d'où le rendement moyen est de l'ordre 0.75

- la puissance du moteur électrique est supérieure de 20% de la puissance hydraulique. Soit PHyd*1.20

h) Détermination de la section du câble de Groupe moto pompe des forages en projet

- En utilisant la formule de GRUNDFOS pour les calcules des sections des câbles en

mode de démarrage étoile triangle nous avons :

-

U = tension nominal [V] ; AU = chute de tension [%] ; I = intensité nominale du moteur [A] ; q = section du câble [mm2] ; XL = résistance inductive 0.078*10-3 [/m] ; Cos? = facteur de puissance, Sin ? = ?1- cos2? ; L = longueur du câble[m]

ñ = 1/x matériaux du câble aluminium = 1/35 Sm/mm2ou cuivre 1/52Sm/mm2 en utilisant les câbles en cuivre nous aurons ñ = 0.02

II-3. MATERIELS

Pour l'élaboration de notre travail nous avons utilisez les matériels essentiel ci- dessous

Logiciel Microsoft word, Excel, ARC GIS, surfer 8, Auto CAD-2010 GPS Garmin , Appareil photo Samsung

CHAPITRE III : PRESENTATION ET INTERPRETATION DES RESULTATS DES
ENQUETES

Le présent chapitre nous donne les résultats issus de nos enquêtes effectuées dans quelques entités fonctionnant sur le site universitaire.

Nous aurons ainsi, le cas des enquêtes menées au plateau des résidents (tableau n°5), dans les bâtiments administratifs et facultaires (tableau n°6), dans les homes des étudiants (tableau n°7) et dans les institutions hospitalières (tableau n°8).

Les tableaux ci-dessus énumérés nous donnent pour chaque cas la synthèse des résultats regroupés selon les trois (3) paramètres suivants :

- L'identification des enquêtées suivants les aspects socio-démographiques et professionnels,

- Les aspects liés à la disponibilité et l'accessibilité à l'eau,

- Les aspects liés à la qualité de l'eau.

III.1 Enquêtes mené au plateau des résidents.

Dans le tableau ci-dessous, nous trouvons les résultats des enquêtes effectuées au plateau des professeurs de l'université de Kinshasa

Tableau N°3 Résultat des enquêtes au plateau des résidents

Paramètre Effectifs Pourcentage (%)

1. Socio-démographiques

Sexe de l'enquêté

Masculin 23 57.5

Féminin 15 37.5

Pas de réponse 2 5

Etat Civil du chef de ménage

Célibataire 5 12.5

Marié 31 77.5

Divorcé 1 2.5

Veuf 3 7.5

Profession des enquêtés

Enseignant 10 25

Etudiants 3 7.5

Ménagère 7 17.5

Infirmière 1 2.5

Médecin 2 5

Pas de réponse 17 42.5

Taille du ménage

3 à 4

3

7.5

4 à 5

6

15

5 à 6

13

32.5

6 à 7

9

22.5

> 8

9

22.5

2. Disponibilité et accessibilité à l'eau

 
 

Disponibilité et accessibilité à l'eau

Régulière

2

5

Irrégulière

38

95

Source d'approvisionnement en eau

 

Robinet

35

87.5

Forage

3

7.5

Puits

0

0

Forage+puits

1

2.5

Robinet+puits

1

2.5

Difficulté pour le ravitaillement en eau

 

Longue distance

18

45

Temps d'attente important

6

15

Présence de plusieurs personnes en attente

3

7.5

Tout

13

32.5

Durée de l'alimentation en eau (heures)

 

< 1

31

77.5

1 à 2

2

5

3 à 5

6

15

12h

1

2.5

24h

0

0

Mode d'acquisition de l'eau

 

Achetée (a)

26

65

Obtenue Gratuitement (b)

11

27

Sans réponse

3

7.5

Type de récipient utilisé pour puiser

 

Bidon

11

27.5

Sceau

4

10

Bidon+sceau

25

62.5

Autre

0

0

Temps pour remplir les récipients en minutes

 

0-5

1

2.5

5 à 10

2

5

10 à 30

1

2.5

30 à 45

6

15

>45

30

75

Qui fait la corvée de l'eau

Enfant 8 20

Parents 1 2.5

Bonne 5 12.5

Enfants+Bonne 10 25

Enfants+parents 3 7.5

Tous 13 32.5

Durée de la corvée d'eau

1- 2 4 9.3

2- 3 10 23.3

> 3 26 65

Coût de l'eau transportée pour 20 litre

100 FC 3 8.1

200 FC 4 10.8

300 FC 1 2.7

400 FC 3 8.1

500 FC et plus 29 78.4

3. Qualité de l'eau

Qualité de l'eau

Claire 43 91.5

Non Claire 4 8.5

Potabilité de l'eau

Potable 36 90

Non Potable 4 10

De ce tableau, nous constatons que :

- Suivant les aspects socio- démographique et professionnel, 57.5 % des enquêtés sont de sexe masculin alors que le sexe féminin est représenté à 37.5 %. Dans ces enquêtes nous avons plus interrogé la catégorie des mariés (77.5 %).

Beaucoup d'enquêtés (42,5%) n'ont pas donné leur statut professionnel. Néanmoins, il convient de constater que 25% de notre échantillon sont des enseignants (professeurs ou assistants) et 17,5 % des personnes interrogées sont des ménagères. La taille des ménages est majoritairement supérieure à 5 personnes (plus de 50%). La taille moyenne d'un ménage est de 6 personnes. Ceci reflète bien la physionomie des ménages au plateau des résidents où chaque famille héberge un ou plusieurs membres de la famille élargie.

- S'agissant de la disponibilité et de l'accessibilité à l'eau, il nous revient de constater que, quand bien même les ménages ont la possibilité de s'approvisionner aux robinets

dans leurs maisons (87.5%), l'alimentation en eau au plateau des résidents est vraiment irrégulière (95%). Ceci s'explique entre autre par les difficultés de fonctionnement optimal de la REGIDESO (panne d'électricité, panne des machines,

etc.). Cette situation oblige les résidents à se ravitailler dans les quartiers environnants en parcourant souvent de longues distances.

Pour cette corvée d'eau, les ménages utilisent souvent leurs enfants (20%), les bonnes (12,5%) ou les deux à la fois (25%). Dans certains autres ménages c'est toute la

maison, parents y compris, qui est concernée par la recherche de l'eau (32.5%).

Ceci a certainement des conséquences néfastes sur la scolarité des enfants qui doivent se réveiller très tôt ou travailler jusque tard pour chercher de l'eau au lieu de se préparer à aller à l'école ou à faire leurs devoirs et /ou études à domicile. Selon nos enquêtes la durée de cette corvée varie entre 2 et 3 heures (23.3 %) et va parfois même au-delà de 3 heures (65%). La durée moyenne de cette corvée est de 3 heures. Pour s'approvisionner en eau, les ménages utilisent souvent des bidons et des seaux (62.5%). Il va s'en dire que ceci a des implications financières car non seulement il faut parfois acheter l'eau mais aussi il faut payer directement ou indirectement son transport (agent transporteur, taxi, pousse-pousse, carburant, amortissement véhicule, temps ...).

Il sied de signaler que certains ménages paient l'eau de forage auprès des couvents situés aux alentours du site universitaire. Le coût d'un bidon d'eau de 20 litres varie de 300FC à 500 FC, c est souvent plus de 500FC (78.4%).

- Concernant la qualité de l'eau la grande majorité des personnes enquêtées reconnait que l'eau est claire (91.5%) et potable (90%). Le cas de l'eau non claire et potable concerne souvent l'eau puisée dans quelques puits artisanaux dans le milieu environnant.

Cependant, rappelons que la clarté de l'eau ne signifie pas nécessairement qu'elle soit potable. Par exemple, l'eau distillée est claire, mais pas potable. Une eau contenant des métaux lourds ou des polluants organiques persistants (POPs) au-delà des standards légaux peut être claire, mais pas potable du tout.

III.2 Enquête dans les résidences estudiantines

En suivant le même raisonnement que dans les enquêtes au plateau des résidents, les résultats des enquêtes menées dans les homes des étudiants sont repris dans le tableau n°4 (annexe 2).

Dans ce tableau, nous constatons que :

Selon les aspects socio- démographiques des enquêtés, le sexe masculin représente 52.9% des enquêtés tandis que le sexe féminin 47.1%.

Beaucoup d'enquêtés sont en deuxième licence 28.6%, 19.0% sont en troisième graduat. 52.9% des étudiants interrogés ont l'autorisation d'hébergement, 47.6% autres sont sous logés par leurs collègues.

- S'agissant de la régularité 59.0% disent que l'eau n'est pas régulière. 4 à 5 personnes partagent la même douche 71.4%.

Les conditions d'approvisionnement en eau dans les homes sont précaires. L'eau ne
coule que dans les heures tardives entre 1-2 heures 21.9% et 2-5heures 38.1% du

matin. Lorsqu'il ya pénurie d'eau, les étudiants s'approvisionnent par leurs réserves (42.9%) soit par utilisation des journaliers pour puiser de l'eau (23.8%) pour un coût de plus de 500fc par bidon de 25litres.

- Concernant la qualité de l'eau, 33.3% affirment que l'eau est sans saveur, 27.1% disent qu'elle est inodore et 39.5% déclarent qu'elle est claire.

III.3 Enquête auprès du personnel administratif et des corps scientifique et académique

Outre les paramètres liés aux aspects socio - démographiques, de la disponibilité, de l'accessibilité et de la qualité de l'eau, les enquêtes menées dans les services administratifs et auprès des corps scientifique et académique ont tenu compte des opinions sur l'alimentation en électricité, les moyens humains et matériels dont dispose l'université ainsi que de l'état des infrastructures des laboratoires sur le site. Les résultats sont consignés dans le tableau n°5 (annexe 2) ci- dessous nous donne les résultats obtenus :

De ce tableau, il nous revient de constater que :

- les aspects socio- démographiques se présentent comme suit : 84.81% des hommes ont été enquêtés et 15.19% des femmes ; 49.37% sont des célibataires, 46.84% de mariés et 3.80% sont divorcés ; 49.37% ont plus de 5 ans de service.

- 62.037% des travailleurs enquêtés confirment l'absence de l'eau dans leurs bureaux, 63.29% des sujets interrogés signalent des coupures intempestives de l'électricité. En outre, 62.3 % des enquêtés affirment que les moyens humains sont passables, alors que 53.16% parlent des moyens matériels médiocres. Signalons aussi que 55.70% et 62.03% de notre échantillon se prononcent respectivement sur l'état de délabrement avancé des infrastructures et des équipements dans les laboratoires.

- Pour s'approvisionner en eau de boisson dans les bureaux, 49.37% achètent l'eau en bouteille commerciale alors que 37.77% utilisent l'eau en sachet plastique.

- En ce qui concerne l'état général de la desserte en eau, 78.48% d'enquêtés ont évoqué des souffrances dues au manque d'entretien du réseau.

III.4 Enquêtes dans les structures hospitalières

Dans les structures hospitalières, outres les aspects considérés dans les enquêtes précédentes, nous avons inséré quelques paramètres complémentaires concernant l'alimentation en électricité tel que constaté dans le tableau n° 6 (annexe 2).

Les résultats ci-après on été obtenus

Selon les aspects socio- démographiques, 60% d'enquêtés sont de sexe masculin, 40% de sexe féminin, 63.0% sont des célibataires, 32% des mariés et 65% ont plus de 5 ans d'ancienneté dans les services.

Dans ces centres hospitaliers, 43% des sujets interrogés affirment que l'eau est disponible alors que 57% confirment l'irrégularité de l'eau ; 75 % s'approvisionnent souvent

en eau de boisson avec des bouteilles d'eau minérale en plastique; 75% déclarent que la desserte en eau potable souffre de manque de réhabilitation des infrastructures.

S'agissant de l'électricité, 43% disent être ravitaillés régulièrement et 57% déplorent l'irrégularité dans la fourniture en électricité. De nos enquêtes 70% des personnes interrogées déclarent qu'il ya souvent des coupures d'électricité lors des interventions chirurgicales. Dans ce cas, 69% d'enquêtés utilisent les torches des téléphones et/- ou des torches à pile pour faire des sutures.

III.1.5. Souhaits des enquêtés pour l'amélioration de l'alimentation en eau potable sur le campus.

L'amélioration de l'alimentation en eau potable sur l'université de Kinshasa nécessite l'implication de tous bénéficiaires et décideurs, gouvernés et gouvernants, administrés et administrateurs, étudiants et enseignants...., tous doivent se sentir impliqués et être réellement engagés dans différentes actions pour un meilleur rendement qui s'inscrit dans le temps et dans l'espace.

C'est ainsi que dans la recherche de solutions pour le problème étudié, nous avons tenu à connaître d'abord les propositions et souhaits des personnes enquêtées (bénéficiaires et décideurs) avant de donner notre contribution à la résolution de cet épineux problème d'eau.

L'environnement biophysique et humain de l'Unikin se trouve dans un état de dégradation fort avancé. Sa réhabilitation nécessite de grandes actions bien planifiées, réfléchies, mûries, programmées et intégrées.

Comme on pouvait s'y attendre lors des enquêtes auprès des différentes cibles, les solutions souhaitées sont multiples et les propositions varient selon la compréhension des uns et des autres. Dans les pages ci-dessous, nous avons repris les propositions et souhait faites respectivement par les étudiants, le personnel enseignant, le personnel administratif, les gestionnaires et les résidents du plateau pour l'amélioration de l'alimentation en eau potable

III.1.5.1 Souhaits pour le plateau des résidents

Sur les 40 personnes faisant l'objet de nos enquêtées, les résidents au plateau des professeurs à l'Unikin ont exprimé leur souhait pour l'amélioration de la desserte en eau potable tel que consigné dans le tableau n°7 (annexe 2).

Il ressort de l'analyse de ce tableau que le souhait des résidents du plateau pour améliorer la desserte en eau potable est très variée telle que nous le montre le graphique cidessous :

- . Quant aux propositions formulées, (49.37%) veulent la réhabilitation du réseau de

distribution d'eau et 44.30% souhaite que l'on fasse de nouveau les forages.

- (91.13%) se prononcent pour l'assainissement et le nettoyage régulier des dépôts de

bacs à ordure.

Conclusion partielle :

De tout ce qui précède force est de constater que dans chaque entité enquêtée il se pose un problème d'approvisionnement en eau potable. Le problème d'alimentation en eau est donc une réalité sur le site universitaire et mérite ainsi une attention particulière pour une solution durable dans le temps et dans l'espace. Au regard des souhaits exprimés il ya lieu de noter que l'ensemble de la communauté universitaire est conscient de ce problème et voudrait que cette situation soit vite résolue.

Vue les multiples difficultés rencontrées par la REGIDESO pour satisfaire aux besoins de la ville de Kinshasa en général, et de l'université de Kinshasa en particulier nous proposons quant à nous une alimentation complémentaire à partir des forages ; ce qui fait l'objet du quatrième chapitre de cette étude.

CHAPITRE IV: ALIMENTATION DU SITE UNIVERSITAIRE EN EAU POTABLE
PAR FORAGES

Dans le présent chapitre nous allons examiner l'état de fonctionnement du réseau existant déterminer les différents type de consommateur, estimer le profil journalier, évaluer les besoins en eau sur le site universitaire, faire des études techniques pour le réseau de distribution et la prise d'eau en vue de l'amélioration de la desserte en eau sur ce site.

En outre nous allons faire des propositions de différentes alternatives pour l'alimentation en eau du site universitaire ainsi que la comparaison de la fonctionnalité, de la viabilité et de la durabilité du futur système avec le système existant.

IV-1. Etat de Desserte de l'usine De N'djili A l'Université de Kinshasa et Etat de Fonctionnalité du Réseau existant de l'Université

IV-1.1. Desserte en eau par l'usine de N'djili-Regideso

L'eau que l'on reçoit sur le site universitaire de Kinshasa est produite

essentiellement à l'usine de N'DJILI. Cette eau est pompée des réservoirs de l'usine de N'DJILI jusqu'au réservoir de la station de pompage de GOMBELE en passant par la station de YOLO. De la station de pompage de GOMBELE, l'eau est pompée dans le réseau principal d'une conduite de DN 250mm et entre dans le site par une conduite de DN200mm à la pression nominale de 10.11 bars jusqu'au château d'eau du site universitaire tel qu' illustré sur la carte ci- dessous

Carte N°3 : Etat de desserte en eau de la ville de Kinshasa Source : Archives REGIDESO-Kinshasa, 2012.

Actuellement, la station de GOMBELE ne fonctionne qu'avec un seul Groupe Motopompe (GMP) de haute pression au lieu de trois (3) normalement prévus.

Les GMP haute pression ont un débit unitaire de 200 m3/h. Ces GMP refoulent l'eau dans le réseau conçu depuis la création de l'université en 1954.

IV-1.2. Fonctionnalité du réseau de l'Unikin

Dans ce point, nous allons d'abord brièvement présenter la situation actuelle

d'alimentation en eau potable de la ville de Kinshasa avant de donner celle du site universitaire.

L'alimentation en eau potable de la ville de Kinshasa, se caractérise par la dégradation nette des conditions de service depuis plus d'une quinzaine d'années qui s'explique par le fait que la capacité de production n'a pas évolué alors que la population a continué à croître. Il y aurait ainsi environ 1,5 millions d'habitants sans accès au réseau de distribution de la REGIDESO (BCEOM-op cit), ce qui représente plus du sixième de la population urbaine de l'agglomération de KINSHASA. Le gros de cette population est concentré dans les communes périphériques des zones d'expansion Ouest, Sud et Est, qui souffrent à la fois d'un sous équipement en réseau de desserte et d'un service dégradé en raison des caractéristiques hydrauliques du système.

Les communes d'urbanisation ancienne de la plaine de Kinshasa bénéficient d'un contexte d'alimentation plus favorable de part la proximité des grandes installations de production, une densité plus forte en réseau et une meilleure structure du système de distribution. Les taux de desserte y sont plus élevés qu'ailleurs et globalement la presque totalité de la population a accès au réseau, soit par branchement sur la parcelle (desserte directe), soit par approvisionnement auprès d'un voisin raccordé (desserte de voisinage). Toutefois de nombreux quartiers souffrent de mauvaises conditions de desserte en raison de la vétusté des réseaux (canalisation tertiaires colmatées, fuites).

S'agissant du campus universitaire, un plan complet du réseau des conduites d'alimentation en eau potable avait déjà été établi par l'ingénieur TSHULA TSHIMANGA en 1979, professeur à la faculté polyethnique, les conduites font une longueur de 20360m dont les diamètres sont respectivement de DN 2» ; DN110 ; DN 150, DN 200 et DN 250

C'est sur ce plan que nous nous sommes basés pour vérifier le fonctionnement du système existant. Cette vérification à consisté à parcourir l'ensemble du site pour rechercher les différentes vannes, situées respectivement comme suit :

Etat des vannes de sectionnement

Vanne de sectionnement

- 1ère vanne principale altitude 455m de 04°25'59.5 S et 15°18'34.5 E (près de la faculté des sciences économiques) qui était sensé desservir notamment le plateau des résidents ; l'intendance générale ; homes (30, 150, 80), les maisons N ; le camp des travailleurs ; toutes les facultés ; CREN-K, l'hôpital Mont-Amba, CUK et l'ERAIFT).

- 2ème vanne qui remplace la 1ère vanne qui en panne depuis des années et se trouve à une altitude de 441 m entre 4°25'15.7S et 15°18' 36.5 E (près du Thélème)

- 3ème vanne qui dessert les homes 5 ;7 et 20 ; se trouvant à une altitude 469 m entre 4°25'24.0 S et 15°18'38.0 E

- 4ème vanne est localisée à une altitude de 456 m à 4° 25' 30.20 S et 15° 18' 39.1 E dessert....

- 5ème vanne qui est sur une altitude 474m entre 4°25'26.2 S et 15°18'30.5 E alimente KINDELE et enfin le compteur principal à 454 m d'altitude à 4°25'26.0 S et 15°18'30.7.

Depuis sa réalisation ce plan de réseau n'a pas subi de grande modification, à l'exception de quelques cas isolés du côté du plateau des résidents. Ce réseau de distribution fonctionne ainsi depuis 1956. Dans son fonctionnement actuel, le réseau dessert l'université par intermittence suite aux multiples défaillances enregistrées régulièrement dans le fonctionnement des différentes installations de la REGIDESO et de la SNEL. Pour cela il faut fermer toutes les vannes pour alimenter le plateau des résidents cela à partir de 16 heures jusqu'à 4 heures du matin puis ouvrir les vannes de 4 heure à 16 heures le lendemain et cela doit se faire tous les jours impairs. Ceci répond aussi à la politique de rationnement pratiquée par la REGIDESO depuis qu'elle est confrontée aux problèmes d'insuffisance de quantité d'eau à la production.

Fuite sur le réseau de distribution

.

Ce réseau étant galvanisé dans son ensemble, après un certain âge d'existence, les différentes conduites qui alimentent les installations internes de l'université connaissent beaucoup de fuite et sont colmatées suite aux divers dépôts dans la tuyauterie. Aussi les appareils hydrauliques tels que les clapets anti-retours, les vannes... dont les mécanismes de fonctionnement sont bloqués complètement, forment des bouchons au passage de l'eau dans les conduites.

Lors des investigations techniques menées, il a été constaté que la conduite qui dessert la partie basse fait l'objet de plusieurs fuites. Cela casse la pression pour faire monter l'eau vers le château d'eau.

Aujourd'hui, le plateau universitaire est frappé de manque d'eau criant malgré l'existence du réseau secondaire et tertiaire à cause de multiples soutirages tout au long du parcours de la conduite qui alimente le château et cela en plus des raisons ci-haut évoqués.

Clapet anti retour

Comme dit précédemment, l'eau qui dessert l'université de Kinshasa est pompée à partir de la station de GOMBELE sur une conduite de DN 250mm et 200mm avec une pression de 10.11 bars à l'arrivée. Une partie de cette eau alimente directement les conduites secondaires et tertiaires et est distribuée aux consommateurs et l'autre est refoulée dans un réservoir en béton armé érigé au plateau des résidents. Ce réservoir d'une capacité de 1000m3 avec une cote endroit de 502m d'altitude doit pouvoir emmagasiner, d'une part, ce qui arrive en excès et d'autre part la quantité destinée à être distribuée. Il devrait servir à équilibrer les variations de la consommation au courant de la journée.

Le côté Nord-Ouest du site universitaire (le CNPP et l'ISTM) est directement alimenté à partir de la conduite principale de DN 250 venant de la station de GOMBELE.

Selon les services du réseau sud de la REGIDESO, notre site consomme en moyenne une quantité d'eau estimée à Q = 1.151 m3/j.

Il convient de noter toute fois qu'au moment de la finalisation de cette étude, la REGIDESO est entrain de déposer actuellement une seconde conduite de DN250mm qui devra alimenter l'université à partir de l'usine de LUKAYA et ce dans la recherche des solutions pour la l'amélioration de la desserte en eau du site universitaire

IV-2. DETERMINATION DES DIFFERENTS TYPES DE CONSOMMATEURS EN EAU ET ESTIMATION DU PROFIL JOURNALIER

IV-2.1. TYPE DE CONSOMMATEURS

L'ensemble de la population des résidents au plateau des professeurs, des étudiants logés dans les homes, des apprenants dans les différentes écoles post- universitaires et les couvents a constamment besoin d'eau pour Les besoins vitaux sur le site,

Dans les autres cas (étudiants externes et élèves des établissements scolaires sur le site, personnel enseignant et administratifs se trouvant dans les différentes entités, les médecines, les malades fréquentant les différentes institutions hospitalières...), nous estimons que (70%) de cette catégorie de population soit 43350 personnes, peut avoir besoin de l'eau. Ceci s'explique par le fait que dans cette catégorie, certaines personnes ne sont pas permanentes sur le site, d'autres viennent par intermittences et beaucoup d'entre eux viennent après avoir satisfait l'essentiel de leurs besoins en eau et ne passent et passe peut de temps sur le site. Par ailleurs, s'agissant des centres hospitaliers, nous avons considéré la même proportion dans la consommation en eau quant aux malades hospitalisés suivant la capacité maximale de chaque entité ainsi que la moyenne journalière des malades ambulatoires suivant les effectifs annuels fournis par les services médicaux des centres concernés.

La catégorisation de consommateurs se fera selon les normes de l'OMS telles que citées dans les notes de cours sur les ouvrages d'accès à l'eau potable (2009), le manuel de technicien sanitaire en situation précaire du MSF (1994) et du document UNHCR élaboré par Jorgensen et Musibono (2006) sur les standards minimums relatifs à l'eau et assainissement lors des opérations humanitaires et de développement.

Nous avons ainsi catégorisé nos consommateurs de la manière ci-dessous : + Consommateurs par intermittence dans les entités et structures hospitalières Pour le système de distribution avec robinet (15l/j/personne)

+ Consommateurs domestiques universitaires, Post-universitaires, familles et couvents

Pour le système de toilettage complet (120l/j/personne)

+ Centres hospitaliers

- Médecine spécialiste (60l/j/personne)

- Para-médecine (60l/j/personne)

- Intervention chirurgicale (100l/j/ personne) - Accouchement (100l/j/personne)

- Malade ambulatoire (10l/j/personne)

- Buanderie (CUK) (1000l/j/personne)

+ Laboratoire d'analyse et de recherche (100l/j/labo) + Parcelle expérimentale (3l/m2/parcelle)

+ Infrastructure sportive (piscine)

- Bassin de natation de l'Unikin (2745m3)

- Bassin de natation du club des résidents (442m3)

En tenant compte des 70% des bénéficiaires, du nombre de labo et des parcelles expérimentales nous avons regroupé nos bénéficiaires en trois classes :

- classe 1 : effectifs des centres hospitaliers (clinique universitaire ; hôpital Mont Amba ; CNPP), des écoles Post- universitaires (ERAIFT, ESP), l'ISTM, de l'ITM et le couvant des soeurs.

- classe 2 : effectifs des corps académique, scientifique et administratif, agents et

techniciens des facultés (laboratoires), du CREN-K, de l'IG, du GPE du GSMA, les

étudiants externes, les petits commerçants et les parcelles expérimentales ;

- classe 3 : effectif du nombre de bénéficiaires du plateau des résidents et celui des

homes ;

IV.2.2 Profil de consommation journalière

Le profil journalier se fait en fonction de la demande en eau, de la somme des besoins journaliers qu'il y a lieu de satisfaire. Dans notre étude, nous retenons le profil tel qu'édicté par DUPONT (1974). Selon l'auteur, Les débits sortants sont variables selon l'heure de la journée, le jour de la semaine, la saison. Compte tenu de ces maximas, on recherche la répartition, dans le courant d'une journée des maximas. Ainsi a-t-il établie la capacité théorique en adduction continue de la manière ci-dessous :

De 6h à 7h ? q

De 7h à 11h ? 3,5q De 11h à 16h ? 4 q De 16h à 18h ? 2q De 18h à 22h ? 0,5q De 22h à 6h ? 0,125q

Sachant que :

~ q : la valeur du débit horaire (m3/h), q = Q/24


· Q : la consommation journalière (m3/j) une adduction à débit uniformément réparti sur 24 heures ;

Pour une collectivité plus importante, l'amplitude des variations serait plus atténuée, la pointe ne dépasse souvent pas 2,5q et le minimum est par contre élevé.

Graphiquement le profil de consommation journalière se présente comme suit :

Graphique n° 7: consommation journalière

Il ressort de ce graphique que la consommation est élevée de 11h à 16 h et ce la s explique par le fait que c'est pendant cette période qu'il ya beaucoup de personne sur le campus. Et de 18h à 22h seulement les résidents et les étudiants logés ainsi que les hôpitaux sont présents.

IV-3.CALCUL DES BESOINS EN EAU DE TOUTES LES ENTITES DE L'UNIVERSITE DE KINSHASA

La détermination de la consommation en eau potable a été faite en considérant

la dotation journalière moyenne de chaque classe de bénéficiaires. Elle a été trouvée en faisant la somme des effectifs des bénéficiaires de chaque classe ainsi que la consommation en eau par classe. Pour rappel, les calculs nous ont donnée 120l/j/p pour la classe 3, 15l/j/p pour la catégorie 2 et 24l/j/p pour la catégorie 1. Néanmoins, cette moyenne a été majorée de 24l/j/p à 30l/j/p pour la première classe en vue d'avoir une marge de sécurité nécessaire pour cette classe sensible. Les résultats obtenus sont consignés dans le tableau n°11 (annexe 2).

Les calculs des besoins ont été faits sur la base des formules telles que proposées par MOUSSON (1977).

Ainsi nous avons calculé par exemple les besoins en eau des entités hospitalières, écoles Post-universitaires, ITM, ISTM, et couvents des soeurs de la manière cidessous :

Nombre total de consommateurs : 10374 Dotation journalière par personne : 30l/j/p

Coefficient d'irrégularité Kj max = 1.2 à 1.3 en fonction du nombre d'habitants pour N< 100000 hts Kj max = 1.3

- Recherche des besoins en eau Q en l/j = 10374 x 30l x 1.3 = 404586 Q en m3/j = 404.586

Q m3/j =405

- Détermination de la consommation par seconde :

Qm3 /s =0.0047

- Détermination de la consommation horaire :

 

= 17

- Recherche du diamètre nominal (DN) de la conduite : DN=

Compte tenus de la disponibilité des matériels sur le marché 90mm L'étape future est projetée ici pour notre projet à 25 ans Population actuelle : 10374

Dotation journalière : 30/l/j/p

- Calcul du taux d'accroissement : A

On prendra 3%

Pn= PO (1+i) n

Pn population future en (2036)

PO = population actuelle

n = nombre d'années (25ans)

i = taux de croissance démographique moyenne

P 2036 =Pop actuelle (1+i) n

P2036

=

10374

(1+0.03)25

P2036

=

10374

(1.03)25

P2036

=

10374

(2,09)

La population de l'étape future = 21682

- Détermination des besoins en eau de l'étape future Dotation en eau : 30l/j

Population : 21682

Kjmax = 1.3

- Recherche des besoins en eau

Q en l/j = 21682 x30l x1.3= 845585

Q en m3/j = d'ou 846

Q en m3/h = 35

Q en m3/s = 0.0098

- Recherche du diamètre Nominal de la conduite

La conduite sera déterminée par la formule da la manière suivante : DN =1.27xvQ = DUPONT (1974)

DN = 0.126 m ou 126 mm (pour la même raison cité ci- haut peut nous

adoption une conduite de 160mm).

Les autres classes se calculent de la même façon et les résultats sont consignés dans le tableau 12 ci- dessous :

Tableau n° 12 : détermination des Besoins en eau de toutes les entités

Catégories
de
bénéficiaire

Entité
desservie

 

Etape

Population

Litre
(l/)

Kjma
x

l/j

Qm3/j

Qm3/h

Qm3/s

Coeff

.Ni Qm3/s

DN

DN
ado
pté

Etape
actuelle

22163

15

1.3

432179

432.179

18.007

0.0050

Faculté et
autre entité

1.27

0.005

0.089802

0.090

90

Etape
future

46321

15

1.3

903260

903.260

37.636

0.0105

1.27

0.0105

0.130136

0.131

160

Centre
hospitalière et
école-post
universitaire

Etape
actuelle

10374

30

1.3

404586

404.586

16.858

0.0047

1.27

0.0047

0.087066

0.087

90

Etape
future

21682

30

1.3

845585

845.585

35.233

0.0098

1.27

0.0098

0.125723

0.126

160

Plateau et
homes

Etape
actuelle

10882

120

1.3

1697592

1697.592

70.733

0.0196

1.27

0.0227

0.191344

0.191

200

Etape
future

22743

120

1.3

3547967

3547.967

147.832

0.0411

1.27

0.0411

0.257468

0.257

250

Population globale de tous les entités de l'UNIKIN

Etape actuelle

43419

44

1.3

2483567

2483.567

103.482

0.0287

1.27

0.0287

0.215151

0.215

250

Etape
future

90746

44

1.3

5190655

5190.655

216.277

0.0601

1.27

0.0601

0.311344

0.311

300

IV-3. ETUDES TECHNIQUES

IV-3.1. Choix du réservoir.

Un réservoir est une enveloppe pouvant contenir un liquide. Dans notre cas ce

liquide est de l'eau. Pour son bon fonctionnement, un réservoir doit être étanche et conçu de manière à éviter les contaminations extérieures. Dans la construction il existe différents types de réservoir selon les matériaux utilisés notamment l'argile, le polyester, le métal et le béton.

Dans notre étude nous avons porté notre choix sur le réservoir en béton armé de forme circulaire avec une coupole sphérique.

Le béton armé est un terme générique qui désigne un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats (sable, gravillons, fer) agglomérés par un liant ciment - eau. Ce choix est motivé par les avantages qu'offre ce type de réservoir à savoir :

· Sable disponible sur place

· Gravier disponible sur place

· Matériaux pérennes

· Entretien facile

· Durabilité (Il résiste bien aux efforts de l'environnement corrosifs et en particulier à l'action de l'eau ; son dosage varie de 350 à 400 kg /m3).

IV-3.2. Emplacement

L'emplacement de nos réservoirs sera fait en fonction de la topographie de

notre région d'étude en tenant compte du fait que la desserte sera gravitaire. Nos réservoirs seront conçus pour être posés sur le sol avec la fondation légèrement enterré. Les endroits choisis pour la pose de ces réservoirs sont situés aux points les plus élevés par rapport à la zone à desservir soit respectivement à une altitude de 461m pour le réservoir aux cliniques universitaires, 478m pour le réservoir du forage du jardin expérimental qui va desservir le bâtiment d'administratif et les facultés et 500m pour le réservoir qui devras desservir le plateau des résidents et les homes.

IV-3.3. Dimensionnement du réservoir

Nous avons dimensionné nos réservoirs en fonction des besoins futurs tels que

constaté dans le tableau n°11 ci-dessus.

IV-3.4. Caractéristique du sol où se déposera nos ouvrages.

Au vu des résultats des différentes essais effectuer par la faculté polyethnique en 2010 sur le campus universitaire nous relevons que :

- de 0 à 35 cm, la terre végétale,

- de 0.35 à 4.00 m de profondeur, il ya du sable, - pas de nappe phréatique à cette profondeur,

La contrainte admissible du sol à considérer est de 0.5kg/cm2 et de 0.7kg/cm2

IV.3.5. Caractéristique de nos ouvrages

Les caractéristiques de nos ouvrages sont données dans le tableau n°12 ci-dessous :

Tableau n°12 : Caractéristique des réservoirs

Catégories

Désignation

quantités

Réservoir posé aux
cliniques

Capacité

846m3

Volume du béton armé

401 m3

Diamètre intérieur

12m

Diamètre extérieur

12,60m

Hauteur

7,50m

Epaisseur coupole

0,15m

Epaisseur paroi

0,30m

Epaisseur radié

1,50m

Réservoir posé au plateau
des étudiants

 

Capacité

903 m3

Volume du béton armé

408 m3

Diamètre intérieur

12m

Diamètre extérieur

12,60m

Hauteur

8,00m

Epaisseur coupole

0,15m

Épaisseur paroi

0, 30m

Epaisseur radié

1,25m

 

Réservoir posé au plateau
des résidents

Capacité

3547m

Volume du béton armé

1464 m3

Diamètre intérieur

19,20m

Diamètre extérieur

20,50m

Hauteur

12,40m

Epaisseur coupole

0,15m

Epaisseur paroi

0,65m

Epaisseur radié

2,00m

Les vues de plans de ces réservoirs sont en annexe 3

IV-4. LA PRISE D'EAU

IV-4.1. FORAGE EXISTANT SUR LE SITE UNIVERSITAIRE

A l'initiative du Ministère de l'énergie, la REGIDESO a adopté depuis 1998 la stratégie de la mobilisation des eaux souterraines par forage en vue d'améliorer la précarité de la desserte en eau potable constatée surtout dans les quartiers périphériques de la ville de Kinshasa. C'est dans ce cadre que cinq forages on été réalisé sur le site de l'université de Kinshasa par Oxfam/Québec en 2001 pour le compte de la REGIDESO. Il s'agit de trois (3) forages de M'BANZA-LEMBA F4 ; F5 et F8 deux (2) forages au CNPP dénommé F7et F8. Ces forages ont un débit d'exploitation moyen variant entre 25 et 35m3/h. Les caractéristiques de ces forages sont reprises dans le tableau ci-dessous :

Tableau n°13 : caractéristiques existants à l'Unikin

 

Paramètre

 

unité

 

MIKONDO

 

MBANZA_LEMBA

 

CNPP/UNIKIN

 
 

Caractéristiques forages

 
 
 
 
 

1

Nomenclature

 

F1

F2

F3

F4

F5

F6

F7

F8

5

Profondeur Forée

m

86

80

84

110

117.8

110

64.4

63

6

Profondeur équipée

m

80

78

82

106

114

110

64.4

62.4

7

DN Tubage

mm

200

200

200

200

200

200

200

200

8

Niveau statique

m

17.15

9.75

9.75

50

48.5

51.3

27.9

24.48

9

Débit d'exploitation

m3/h

15

40

25

35

35

35

25

35

10

Profondeur d'immersion Initiale

m

72

68

79.1

98.6

108.4

104.4

58.5

56.2

11

Profondeur d'immersion actuelle

 

m

 

-

 

-

 

-

 

82

 

95

 

95

 

-

 

-

Au stade actuel, de tous ces forages, seuls deux (2) forages sur trois de M'BANZA LEMBA sont opérationnels et alimentent le quartier MBANZA- LEMBA. Notons en passant que dans le cadre de même projet de mobilisation des eaux souterraines, Oxfam/Québec avait réalisé aussi deux (2) forages à MAKALA PRISION et trois (3) forages au quartier de MIKONDO.

IV-4.2 PROPOSITION DE DIFFERENTES ALTERNATIVES POUR L'ALIMENTATION EN EAU DU SITE UNIVERSITAIRE

Pour améliorer l'accès à l'eau à l'UNIKIN, trois alternatives sont possibles à savoir :

- le captage des eaux de pluies,

- la réhabilitation des deux forages du CNPP - la réalisation des nouveaux forages.

Dans notre étude nous optons pour la réalisation des nouveaux forages car cette option représente beaucoup d'avantage que nous aurons à soulever dans les pages qui suivent.

IV-4.2.1Choix d'implantation des futurs forages et Débit de prise

D'une manière générale le choix d'implantions des forages se base sur deux méthodes à savoir la méthode directe et la méthode indirecte suivant trois critères principaux à savoir :

La méthode directe qui constitue le critère environnemental

La méthode indirecte qui se fait à partir des études énumérées ci-dessous

- Le critère géophysique qui consiste à faire l'exploration et l'exploitation de la ressource en eau pour déterminer le comportement hydrodynamique des principaux aquifères d'un milieu ;

- Le critère photo- interprétation qui permet de vérifier et d'approfondir les données fournies par les documents préliminaires et d'orienter les investigations en fonction des résultats escomptés. Ce travail est très souvent complété par la photointerprétation qui peut-être effectuée directement sur le site en utilisant la photographie aérienne classique et l'image satellite. Dans ce cas, on parlera de télédétection. (MASSON, 1993) ;

- Le critère environnemental qui consiste à repérer des sources et des rivières qui se trouvent dans la région d'étude à partir des cordonnés GPS du site choisi à cet effet et remonter à l'amont puis se positionner à un point de cet espace qui est accessible pour l'implantions du futur forage aussi par le GPS.

Pour ce cas précis nous avons fait recours aux critères environnementaux. Nous avons repéré trois sources et localisé quatre points d'implantation des forages tel qu'indiqué dans le tableau ci-dessous

Tableau n°14 : Cordonnées des sources et points d'implantation des futurs forages

Catégories

 

latitude

longitude

 

Altitude
( m)

Sources explorées

Kemi

24'

47.1

15°

18'

36.6

335

Kuwanbila

25'

46.1

15°

18'

56.3

326

Mukalakala

26'

18.49

15°

18'

56.34

338

 

Forages en projet

 
 
 
 

Clinique (F1)

24'

56.4

15°

18'

20.3

402

Jardin expérimental (F2)

24'

59.6

15°

18'

26.16

442

Plateau des étudiants

(F3)

25'

42.85

15°

18'

39.00

475

Plateau des résidents

(F4)

26'

03.42

15°

18'

37.90

489

Source : Nos investigations

Notons que les points des différents forages sont situés sur des replats de pente (source d'eau) où les eaux souterraines sont supposées s'accumuler. Les replats de pente sont les plus souvent le reflet d'une fracture profonde et permettent de pouvoir estimer la profondeur des forages et la hauteur piézométrique. D'où nous avons repérées deux sources et la rivière Kemi les détaillés de ses sources et forage sont consignées ci dessous. Ces points nous ont servit d'obtenir le profil altimétrique qui permit de faire la coupe lithologique des forages à partir des altitudes des points repéré, sources et certains forages existants en fin d'estimer leurs profondeurs par rapport à l'altitude moyenne du fleuve.

Altitude

(m)

200

 
 
 

50 m

50m

50m

50m

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

WEST

 

CONGELOS

F7 CNPP F8 CNPP F1P F2P F3P F4P SCEKEMI SCE KWABILA SCE MBITI EST

489

475

464

442

429.6

402

397

350

NS F8 341

338

335

326

325

NS F7 322.1

N N Fleuve 300

P=152m

P=192m

P= 225m

P=239m

MUKAKALA

Figure N°5: profil altimétrique

Pour la topographie du toit des futurs forages la reconstitution de leurs sources

en utilisant les données récolté et ressemblées dans la région d'étude après leur nivellement et

en faisant recours au logiciel surfer (Golden Software Inc) tel que nous le montre les figures 4 et 5 en deux et trois dimensions ci-dessous.

Figure N°6 : Topographie (2D) du toit des futurs forages et leurs sources d'eau

Figure N°7: carte en 3D des futurs forages et leurs sources d'eau

Ces deux figures montrent que le toit de la région d'étude est surélevé au Nordouest, sud-est et forme une zone effondré qui s'enfonce au sud. C'est une sorte de gouttière dans laquelle les eaux infiltrées au travers des sables sus-jacents pourraient s'écouler en direction des sources.

Les points d'implantation de ces forages ont été choisi à des endroits où nous avons estimé qu'il n'ya pas de menaces d'érosion, et où l'installation des ateliers de foration serait plus facile.

Dans tous les cas, pour être sûr de la réussite des ces forages et pour leurs meilleurs rendements, nous recommandons une étude géophysique dans ses différents points proposées ; étude que nous n'avons pas pu réaliser faute de moyens matériels et financiers.

S'agissant du débit de prise nous avons considéré la moyenne des débits d'exploitation des forages existant sur le site universitaire soit 30 m3/h. Ce qui implique que l'eau pompée est directement mise à la disposition des consommateurs.

Notons que le nombre de forage a été déterminé de la manière ci-dessous :

Nb = nombre de forage ; BT = besoin total en m3/h ; Q = débit du forage en m3/h Pour notre étude avons donc :

= 3.519 4 forages

D'où il serait effectuer 4 forages avec un débit de 30m3/h.

IV-4.2.2. Hauteur manométrique totale

Par définition, c'est l'énergie sous forme de pression exprimée en bar (en mètre de colonne d'eau) qu'il faut dépenser pour élevée une masse d'eau dans un réservoir.

Hauteur Manométrique totale du forage 1projet

HMT = Hg +Óhc en m

Où HMT = la hauteur manométrique totale

Hg : La hauteur géométrique totale = (côte maximum de refoulement - côte niveau dynamique).

469m -318m =151

Côte maximum de refoulement = 469m Côte niveau dynamique = 318m

Óhc: Somme des pertes de charge Hg= Hgasp + AH + Hr en m

Où Hgasp : hauteur géométrique à l'aspiration = Niveau dynamique + (1 à 3 m) de sécurité

= 84m +1m = 85m

AH : Différence de niveau entre la cote du réservoir et la cote du forage

AH = 461m - 402m = 59m

Hr : hauteur d'élévation du réservoir = 8m (réservoir posé au sol)

D'où Hg = 85m+59m+8m = 152m

Ou Hc : Perte de charge dans la conduite de refoulement sachant que la conduite de refoulement à une longueur de 2637 m avec la vitesse de 0.00158m/s

?hc = Longueur refoulement x la vitesse d'écoulement

2637*0.00158 = d'où hc = 4.16m

Hloc : Perte de charge locale : Elles sont prises à 1.2%

Hloc = longueur (refoulement x la vitesse d'écoulement) x1.2% (hc = 4.99)

HMT = Hg + ?hc

= 152m + 9.15m = 161.15m

HMT = 161.15m

En suivant la même logique pour tous les HMT, nous obtenons les résultats tel que indiqué ci-dessous

Tableau n°15 : Hauteur manométrique

Hauteur

Nomenclature manométrique

Mce

F1p 161

F2p

F3p

173

204

F4p

192

IV 4.2.3 Dimensionnement des Futurs forages et équipement :

Ce dimensionnement a permit de connaître les paramètres ci- dessous :

1- Détermination du niveau statique : pour déterminer le niveau statique dans notre cas nous avons fait la différence de l'altitude au sol du point choisi pour l'implantation et celle de la source repérée

2- Détermination de l'altitude du niveau dynamique : ce point a consisté de prendre en compte l'altitude du niveau statique et la différence du niveau du rabattement. Pour ce qui est du rabattement nous avons considérée le rabattement le plus grand des forages se trouvant dans la zone d'étude qui est de 17m.

3- Détermination de la colonne d'eau : elle a consisté de faire la différence entre la profondeur du forage et le niveau statique.

4- Détermination du toit des crépines : pour le toit des crépines nous avons pris le tiers de la colonne d'eau.

5- La chambre de pompage : pour la chambre de pompage nous avons considérée les types crépines, le tube à sédiment et la moyenne de la colonne d'eau.

6- l'altitude de la profondeur du forage : c'est l'altitude du niveau statique moyen dans la chambre de pompage.

Ainsi nous avons fait nos calculs en suivant la logique ci-dessous :

- pour le Forage F1P Clinique :

· Profondeur = 152m

· Détermination du niveau statique :

Ns= Alt sol - Atl Sce Kemi Ns = 402m - 335m = 67m

· Détermination de la colonne d'eau :

Ce = Profondeur forage - niveau statique Ce = 152m - 67m = 67 m

· Détermination des tubes crépines :

TC = colonne d'eau /3 TC = 85m /3 = 28m

· Détermination de la chambre de pompage :

Cp= Ce - (Tc+Ts) Cp = 85m -(28m + 6m) = 51m

· Détermination de l'altitude du niveau dynamique : Nd = niveau statique - le rabattement Nd = 67m - 17 m = 50m

· Détermination de l'altitude de l'immersion du GMP Alt imm GMP = Alt Nd - la terme d'immersion

Alt imm = 318 m -17 m = 301 m

· Hauteur immersion GMP

H imm = alt forage - alt immersion GMP

H imm = 402-301= 101m

En suivant la même logique pour tous les autres forages, nous obtenons les résultats tel que indiqué dans le tableau ci-dessous :

Tableau n° 16 : paramètres hydro- géologique des futures forages

Paramètre

F1P

F2P

F3P

F4P

ALT SOL (m)

402

442

475

489

PROF FORAGE(m)

152

192

225

239

ALT NS(m)

335

335

326

338

ALT PROF FORAGE(m)

250

250

250

250

Niveau Statique NS(m)

67

107

149

151

C E(m)

85

85

76

88

Total Tube plein(m)

118

158

194

204

Total Crepine TC(m)

28

28

25

29

Total Tube Sonde(m)

144

184

217

231

Quantité Masse filtrante (m3)

5

8

10

4

Chambre pompage CP (m)

51

51

45

53

Niveau Dynamique Nd(m)

84

124

166

168

ALT Nd(m)

318

318

309

321

Rabattement(m)

17

17

17

17

Tube à sédiment Ts(m)

6

6

6

6

ALT REF SCE EAU(m)

335

335

326

338

TERM IMM GMP(m)

17

17

14

18

ALT IMM GMP(m)

301

301

295

303

Hauteur d'Immersion GMP(m)

101

141

180

186

Notons qu'en considérants le rabattement de 17 m pour tous les forages, les forages poseront des difficultés durant l'immersion du GMP qui se placeront dans les crépines. Ainsi, la seule façon d'exploiter ces forages consisterait à immerger le GMP dans le tube à sédiment malgré les difficultés de maintenance qui suivront. Pour éviter cela nous avons fait l'augmentation de cinquante (50) m de l'altitude moyen du fleuve qui se situe à une altitude moyenne de 300m.

Figure n° 5 : coupe prévisionnel des futurs forages (illustratifs)

56

IV-4.2.5. Source d'énergie

En fonction du débit et de la hauteur manométrique totale d'élévation calculée, nous avons déterminé les différentes pompes en fonction de la puissance électrique nécessaire pour leurs fonctionnements.

a) Détermination des caractéristiques des groupes moto pompes Les caractéristiques des GMP sont :

+ le diamètre du toit être inférieur à celui du forage,

+ le débit est celui à déterminer à l'issu des essais de pompage, + la hauteur manométrique

+ la puissance

b) Détermination de la puissance hydraulique de la pompe Selon le fabriquant GRUNDFOS La puissance hydraulique en KW s'exprime par la formule

Phydo [KW] = Q*H/366*?

Phydro = puissance en KW

Q = débit en m3/h

H = hauteur manométrique totale en (m)

366 = coefficient de conversion des unités en KW

? = varie entre 0.65 à 0.85 d'où le rendement moyen est de l'ordre 0.75

- la puissance du moteur électrique est supérieure de 20% de la puissance hydraulique. Soit PHyd*1.20

-pour F1p la puissance hydraulique est Q = 30m3/h

HMT = 161m

=17.59 KW

Partant de la puissance hydraulique déterminons la puissance du moteur électrique d'entrainement de la pompe.

P mot = P hydro*1.20 17.59 KW*1.20 = 21.108 KW

En puissance normalisée on choisira la puissance proche de la puissance calculée soit 22KW (confère GRUNDFOS)

Les moteurs des autres pompes se calculent de la même manière

Tableau n°17 : récapitulatif des caractéristiques des différentes Groupe Moto Pompe

Caractéristique

F1p

F2P

F3P

F4P

Pompe

Débit

30m3/h

30m3/h

30m3/h

30m3/h

HMT

161

173

204

192

Diamètre PVC

200mm

200mm

200mm

200mm

Rendement de la

pompe ? = 0.75

0.75

0.75

0.75

0.75

Moteur

Puissance

22KW

22KW

30KW

30KW

Tension

380V

380V

380V

380V

Fréquence

50HZ

50HZ

50HZ

50HZ

Mode de démarrage

Etoile triangle (Y-A)

Dimensionnement du Groupe Electrogène des futurs forages

Pour cette étude, nous avons opté pour le recours à l'énergie thermique à savoir le Groupe Electrogène, qui sera en secours du courant de la SNEL.

Le dimensionnement d'un groupe électrogène pour alimenter un moteur électrique est fonction du mode de démarrage de ce dernier. Dans notre cas nous avons opté pour le mode de démarrage étoile triangle (Y-A) qui allège les contraintes lors du démarrage.

La puissance du groupe électrogène (PGE) sera obtenue à partir de la puissance du moteur (Pmoteur) ci-dessous (Dans le cas du premier forage la puissance du moteur F1p = 22KW) :

PGE = Pmoteur *2.5 KW PGE = 22*2.5 = 55 KW

Pour le déterminer la puissance en KVA, nous utilisions le coefficient de conversion Cos? = 0.8

68.75

Pour tous les autres forages les procédées de calcul sont les mêmes et cela nous donne

Tableau n° 18 : récapitulatif des caractéristiques du Groupe électrogène

Caractéristique

F1p

F2P

F3P

F4P

Moteur Electrique

Puissance

22KW

22KW

30KW

30KW

Tension

380V

380V

380V

380V

Fréquence

50HZ

50HZ

50HZ

50HZ

Mode de démarrage

Etoile triangle
(Y-A)

Etoile triangle
(Y-A)

Etoile triangle
(Y-A)

Etoile triangle
(Y-A)

Groupe Electrogène

Puissance calculé

68.75 KVA

68.75 KVA

93.75KVA

93.75KVA

Puissance normalisé

80 KVA

80 KVA

110 KVA

110 KVA

Tension

380 V

380 V

380V

380V

Fréquence

50HZ

50HZ

380V

380V

e) Détermination de la section du câble de Groupe moto pompe des forages en projet

- En utilisant la formule de GRUNDFOS pour les calcules des sections des câbles en

mode de démarrage étoile triangle nous avons :

-

U = tension nominal [V] ; AU = chute de tension [%] ; I = intensité nominale du moteur [A] ; q = section du câble [mm2] ; XL = résistance inductive 0.078*10-3 [fl/m] ; Cosfl = facteur de puissance, Sin fl = V1- cos2fl ; L = longueur du câble[m]

p = 1/x matériaux du câble aluminium = 1/35 Sm/mm2ou cuivre 1/52Sm/mm2 en utilisant les câbles en cuivre nous aurons p = 0.02

- pour le forage F1p dont la puissance du moteur électrique est égale à 22 KW, avec

AU = 3% ; cosfl = 0.84 ; sinfl = 0.54 ; L = 150m, U = 380V, I = 48 A la section est de

q normalisé est égale à 10mm2

Le forage F2p a les mêmes caractéristiques que F1P

En appliquant la même formule les forages F3P et de F4p donnent la section de 25mm2 sachant que Pmoteur = 30 KW ; AU = 3% ; cos? = 0.83 ; sin?= 0.56 ; L = 200m ; U 380V ; I = 66.5A

f) Détermination du câble de puissance reliant le groupe électrogène à l'armoire de commande

- Pour le forage F1p et F2p

En considérant que la distance entre le forage et l'abri de GE se trouvant sur le même endroit, cela reviendrais à dire que la distance est réduite pour la connexion de ces deux ouvrages.

La section du câble de puissance du GE = à la section du câble du moteur multiplié par le coefficient de 1.73

Le câble de puissance du GE = 10*1.73 = 17.3mm2 d'où la normalisé est 16mm2 - Pour le F3p et F4p

La puissance du câble du GE = 25*1.73 = 43.25mm2 d'où on adopte un câble 50mm2

Les caractéristiques électromécaniques ainsi trouvées sont résumées dans le tableau n°19 (annexe 3)

Notons qu'en mode normal les forages seront alimentés en énergie électrique au moyen du réseau SNEL existant.

IV-3. ETAT DE FONCTIONNALITE DU FUTUR SYSTEME

IV3.1 Caractéristiques

Notre futur réseau sera une alimentation continue. Pour son fonctionnement de façon durable, viable et économique. Pour limiter les coûts nous l'avons sectionné en trois parties :

Carte N°4 étapes futures du réseau de

de distribution d'eau (clinique universitaire)

Carte N°5 : réseau de distribution des facultés et autres

Section1 : effectifs des centres hospitaliers, des écoles post- universitaires, de l'ISTM, de l'ITM et le couvent des soeurs ; soit une population estimée à 10374 personnes.

Cette section a une longueur totale de réseau de 3474m avec des PVC de diamètre nominal respectif de DN 32 mm d'une longueur de 277m, DN 63 mm d'une longueur de 1746m; DN 160 mm de 1452m et de quatre (4) bornes

fontaines.

Avec un réservoir d'eau de capacité de 846m3 situé à 461m d'altitude

-section 2 : effectifs des corps académique, scientifique et administratif, agents et techniciens des facultés (laboratoires), du CREN-K, de l'IG, du GPE du GSMA, les étudiants externes, les petits commerçants et les

parcelles expérimentales ; soit une population estimée à 22163 personnes.

Elle a une longueur totale du réseau de 6120 m avec des PVC de diamètre nominale de DN 32mm d'une longueur 777 m, de DN 50 de 1845m, DN 63 de 650 m ; DN 160 de 2848m et de cinq (5) bornes fontaines.

Un réservoir de capacité 903m3 situé à 478m d'altitude.

 

section3 : effectif du

nombre de bénéficiaires du plateau des résidents et celui des homes avec une population estimée à 10882 personnes.

Pour cette section, vue son

effectif, nous avons prévu deux forages qui vont refouler dans un même réservoir de 3547m3 à une altitude de 500 m et dont le réseau a une longueur totale de 18881m avec des diamètres nominaux respectif DN 32mm de longueur de 5987m, DN50 mm de 9372m ; DN 63mm de 2936m ; DN 160 586m avec 11 bornes fontaines

Carte N°6 : réseau de distribution d'eau du plateau des résidents et homes

Pour le bon fonctionnement du futur réseau, il est prévu les équipements ciaprès et ce dans les sections ci-haut citées : des clapets anti retour, des manomètres, des pressostats, des compteurs d'eau, des compteurs volumétriques à prépaiement et des vannes d'arrêt.

IV-3.2 Durabilité et Viabilité

Pour un fonctionnement de façon durable et viable nous préconisons les modes de gestion ci-après :

a) La durabilité La durabilité de notre système d'adduction d'eau reste conditionnée à l'efficacité du dispositif financier qui sera mis en place particulièrement dans l'entretien des équipements, le renouvellement des infrastructures et le paiement de tous les services indispensables y compris le suivi.

Nous proposons le schéma d'encaissement et de dépenses suivant :

Frais de suivi

Compte Renouvellement
et extension

Recettes
d'exploitation

Caisse
d'épargne

Versement

Abonnée BP

Fc

Frais de gestion

Figure N°6: Schéma d'encaissement et de dépenses :

b-) La Viabilité

Les services d'eau potable se développent actuellement suivant un schéma institutionnel qui tend à se généraliser avec les processus de décentralisation en cours ou envisagés dans de nombreux pays en voie de développement.

Le schéma institutionnel dans notre cas comprend généralement un maître d'ouvrage public communal assurant généralement un rôle de régulation et une gestion de l'exploitation déléguée à une structure privée (association).

Pour l'instant, la gestion communautaire (par association d'usagers) est la plus répandue dans les pays en développement.

La viabilité de notre service impose aux différents acteurs le principe du suivi technique et financier qui est intégré pour mesurer les indicateurs montrant que les objectifs sont atteints. Les usagers assureront le mode de gestion du service mais tous devront payer le service de l'eau. Enfin les Partenaires Techniques et Financiers (bailleurs de fonds), en participant à l'élaboration des stratégies, et en supportant ou non l'organisation du service (y compris la mise en place d'un suivi) après projet, ont également une responsabilité sur la viabilité des services d'eau.

Un modèle de répartition des fonctions entre les acteurs est proposé ci-dessous. Tableau n°20 Un modèle de répartition des fonctions entre les acteurs

Fonction Concerner Activités Quel acteur?

Cadre réglementaire Tous les textes qui organisent le service de l'eau Rédiger les textes d'application, assurer Projet

l'information et la formation des acteurs,

Financer les investissements initiaux,

Contrôler les textes et leur application

Usagers Toutes les personnes physiques ou morales

désirant bénéficier du service de l'eau offert au public

Payer pour bénéficier du service de l'eau, Défendre ses intérêts (association d'usagers)

Familles (résidents) étudiants, institutions décentralisées...

Maître d'ouvrage L'organisation du service public de l'eau potable Valider le prix de vente de l'eau, Vérifier Maître

que le service est conforme aux règles, d'ouvrage avec

Faire évoluer les règles si nécessaire, l'aide du

Appliquer éventuellement des professionnel

sanctions, du suivi

Gestion du service Personne physique ou morale à qui le maître Distribuer l'eau aux usagers, Recouvrir

d'ouvrage a délégué les activités d'exploitation du les coûts du service, assurer l'entretien et Association

service. la maintenance des infrastructures et

équipements,

Suivi du service de l'eau

Personne physique ou morale chargée de procéder à la collecte et à l'analyse des indicateurs de suivi

Mesurer et vérifier les indicateurs de bon fonctionnement du service, Analyser les indicateurs formulés des recommandations, Assurer la communication...

Association

IV-4 .COMPARAISON DE LA FONCTIONNALITE, DE LA VIABILITE ET DE LA

DURABILITE DU FUTUR SYSTEME AVEC LE SYSTEME EXISTANT

Comme relevé ci-haut l'état de fonctionnalité du système existant est déficient. En effet, on notera qu'actuellement il existe plusieurs problèmes d'exploitation dont entre autre les procédures d'entretien et de maintenance des infrastructures et d'équipement non respecté, le personnel d'exploitation n'effectuant pas toujours de façons efficaces leurs taches, les équipements devenus obsolètes ne sont pas remplacé.....Ceci donne comme conséquence l'irrégularité dans la fourniture d'eau potable.

Par contre, en partant des acquits des différents modes de gestion sur le plan de la durabilité et le service de l'eau potable proposé, le futur système en étude est durable et viable.

La durabilité est caractérisée par : le financement de l'entretien, de la maintenance, du renouvellement et de l'extension des équipements est mobilisable et l'épargne est sécurisable ; la gestion, la qualité et la disponibilité des services sont améliorées et assurées de manière professionnelle ; la gouvernance du service de l'eau potable est transparente et perçue comme équitable par les usagers, ce qui implique des coûts et un niveau de service acceptable par les usagers ; la durée de vie des infrastructures au moins doublée; la fourniture d'outils de gestion permettant la prise de décision et la transparence dans la gestion son assurées ;le prix de l'eau est optimisé; l'information sur le service est disponible; la formation continue du personnels est assurée ; les conseils sont disponibles ; en cas de difficulté, l'accès aux crédits bancaires peut être facilité.

Quant à la Viabilité elle se constante par : les différents acteurs seront désignés en fonction des règles d'accès au service dans le cadre de la réglementation mise en place et cette désignation sera vérifié par les services compétant désigné à cet effet conforment aux règles ; les dispositions nécessaires à la viabilité des infrastructures et en particulier la mobilisation des financements pour les investissements à réaliser dans le futur seront assurées ; la gestion sera déléguée à une association ; les usagers bénéficieront des services, payeront ces services pour contribuer au recouvrement des coûts d'exploitation et aux coûts de renouvellement ; le paiement de l'eau sera généralement proportionnel au volume consommé et donc équitable. En outre le rendement de notre réseau est plus fiable par rapport au réseau existant dans son fonctionnement actuel. En effet notre projet prévois une perte de charge moyenne de 10% pendant que la REGIDESO accuse une perte respective de 47% pour le mot de janvier 2012, 22% pour le mois Février 2012 et 35% pour le mos de Mars 2012, soit une moyenne de 38% pour les trois premier mois de l'année 2012 tel que nous le montre le Tableau ci-après :

Tableau N° 21 : Livraison de la station de Gombele et consommation d'eau pour les trois

premiers mois de 2012

sur le site universitaire

 
 

Mois

Livraison en
(m3)

Consommation
(m3)

Perte

Janvier

92.573,5

48.741

47%

Février

79.288,5

61.786

22%

Mars

89.768,2

58433

35%

Conclusion Partielle.

Le fonctionnement du réseau actuel d'alimentation en eau est globalement déficient. Ce qui fait que les besoins en eau sur le site, évalués globalement à 5190m3/j, ne sont pas satisfaits. Pour y parvenir il est nécessaire de recourir à une source d'apprivoisement en eau complémentaire. Dans le cas qui nous concerne, il s'agit d'implanter des forages sur le site. Les lieux d'implantation de ces forages (au nombre de 4) ont été déterminé en fonction des critères environnementaux. Dans la conception, il est prévu la mise en place d'un réseau autonome d'une longueur total de 28474m répartie en trois sections correspondant à trois zones à alimenter. Le réseau ainsi proposé est durable et viable conte tenue de la permanence de l'eau dans la nappe phréatique, de l'assurance d'un bon fonctionnement des équipements électromécaniques, de la mise en place d'une structure de gestion local fiable et de la participation de toute la population cible.

CHAPITRE V : ANALYSE FINANCIERE ET ECONOMIQUE

Dans le présent chapitre il est question de faire ressortir les montants d'investissement nécessaire pour la réalisation de ce projet, les frais d'exploitation, le taux de rentabilité et dégager les délais nécessaires pour la récupération du capital.

V.1.Coût d'Investissement

Le calcul du coût d'investissement total de ce projet s'est fait par lot dont les devis quantitatifs et estimatifs sont consignés en annexe3 et dont la synthèse est reprise dans le tableau ci-dessous :

Tableau n°22 : synthèse du coût d'investissement

Lot 1

 

Réseau AEP de la section 1 (clinique universitaire)

668.077.958

Logistique (matériels)

525.801

sensibilisation

606

Contrôle, gestion du projet, et rédaction de l'appel d'offre

30,000

Coût Total du projet

699.210

Lot2

 

Réseau AEP de la section 2 (faculté)

712.065.51

Logistique (matériels)

525.801

Sensibilisation

606.000

Control, gestion du projet, et rédaction de l'appel d'offre

30000

Coût Total du projet

743.197

Lot 3

 

Réseau AEP de la section 3 (plateau)

1.815.192

Logistique (matériels)

525.80

sensibilisation

606.000

Contrôle, gestion du projet et rédaction de l'appel d'offre

30.000

Coût Total du projet

1.846.324

V.2.Les Charges d'exploitation

Nous regroupons ici les frais du personnel, les autres charges de gestion et les Charges proportionnelles.

V.2.1 Les frais du personnel et autres Charges de Gestion

Pour assurer le bon fonctionnement et l'entretien du réseau, le comité de gestion de l'université de Kinshasa à travers les institutions décentralisées de l'université doit mettre en place une équipe pour la gestion des nouvelles installations construites.

L'équipe qui sera mise en place devra avoir toute la logistique et ceci doit entrer dans doit dans le coût du mètre cube que l'usager reçoit. Il est donc judicieux d'évaluer le coût de ces frais. Cette équipe (comité de gestion de l'eau) pourra être composée d'un chef

de service qui gère le comité de gestion composé de 8 personnes dont un plombier, un électromécanicien, un caissier, une secrétaire, un comptable, un manoeuvre qualifié pour un travail efficace et un logisticien. Le tableau ci-dessous résume le coût des frais de fonctionnement et autre charges :

Tableau n°23 : Résumer du coût des frais de fonctionnement et autres charges.

Désignation

Unité

Quantité

Coût
unitaire
mensuel
en€

Coût total
Mensuel
en €

Coût total
annuel en

Gestionnaire

h/m

1

3

72

864

Comptable

h/m

1

2.25

54

648

Mécanicien

h/m

1

2.27

54.48

654

Caisse

h/m

1

2.27

54.48

654

Plombier

h/m

1

1.5

36

432

Fontainiers

h/m

4

1.5

36

432

Sentinelle

 

1

1.1

26.4

316.8

Total frais personnel 333.36 4000

Fonctionnement du service

Consommable

FF

1

 

66

792

Déplacement+ téléphone+ divers etc.

FF

1

 

8208

98.496

Autres charges d'exploitations

FF

1

 

1000

12.000

Total Fonctionnement du service

 
 

9208

111.288

 

Total frais de fonctionnement

115.288

Aléas et imprévus

 

10%

 

11.528.832

TOTAL ANNUEL DES FRAIS DE PERSONNEL ET FONCTIONNEMENT DU SERVICE

126.817

V.2.2. Les Charges proportionnelles

Pour la pérennisation de ces installations il sera établi des fiches d'entretien. Par ailleurs toutes les installations assureront le processus d'entretien depuis la prise d'eau jusqu'au lieu de consommation.

a) Fiche d'entretien

Cette fiche est le guide des techniciens d'exploitation pour le suivi des entretiens des installations pour une meilleure exploitation en vue d'atteindre l'échéance du projet. Cette fiche est élaborée suivant les recommandations données par les constructeurs et celles liées aux installations.

Tableau n° 24 : Exemple d'une fiche d'entretien

Désignation

pièces

Après 5000heurES de fonctionnement

Chaque
6mois

Chaque année

Groupe
électrogène

Elément filtre à air 901-048

5000

 

vérification
des pièces

Elément filtre à air 934-181

Elément filtre à air 901-103

injecteurs Complet 901-015

Rondel Injecteur 911-003

Pochette de joint moteur 998-106

Module d'interface moteur 630-465

Platine de Commande 100/1000 650-044

Fuible 15A 617-099

Fusible 20A617-185

Groupe Moto Pompe

 
 

Réservoir

 

-

V.3 Amortissement et entretien des installations

On prévoit qu'à long terme, on procédera au renouvellement des installations sans faillir à la l'engagement pris au près de la population. Dans cette étude nous avons considères la durée de 40ans pour les bornes fontaines, les réservoirs, les conduites... ; 15ans pour les forages et leur accessoires, les équipements électriques et 5 ans pour les groupes électrogènes. Ceci nous donne le tableau ci-dessous :

Tableau N° 25 : Amortissement et entretien annuel des installations

Désignation

Coût en €

Amortissement

 

Entretien

 

Durée
de vie

Taux
d'amortissement

Cout
Annuel €

%
Annue
l

Cout
Annuel €

Bornes Fontaines (4)

33.579

40ans

2.5%

839.48

3.65%

1.226

Réservoir

308.558

40ans

2.5%

7.714

3.65%

11.262

Conduites

36.439

40 ans

2.5%

910.97

10%

3.644

forage et accessoires

97.464

30ans

3.3%

3.246

3%

2.924

équipement électrique SNEL

59.571

15ans

6.7%

3.973

2%

1.191

Groupe électrogène

22.629

5ans

20%

4.526

10%

2.263

TOTAL

558.240

 
 

8.130

7.759

V. 4. Les Recettes

Les recettes ne proviendront que de la vente de l'eau. Le prix pratiqué par le comité de gestion (association des usagers de l'eau) serait de 50FC pour un bidon de 20 l. Le cout d'un litre sera de 2.5 FC/l donc le mètre cube (m3) couterait 2500 FC. Si on se base sur

les besoins journaliers de point estimé à 405m3/j du lot (clinique universitaire) nous aurons 405 m3/j x365jrs, c'est qui nous donnera 147825 m3/an. À l'année future (qui est 2036), le besoin journalier étant de 846m3/j, On obtient le tableau des recettes ci-après :

Tableau n°26 : Estimation des recettes

V.5.

Lot1
clinique
universitaire
et autres

Lot2 Faculté
et autres

Lot3
Plateau des
professeurs
et homes

TO+25 308790 2500 771.975.000 583.264 €

TO+25 329595 2500 823.987.500 639.741

TO+25

Année Consommation

(m3/an)

Année

TO+1 147825 2500 369.562.500 286.927 €

TO+1 157680 2500 394.200.000 306.056

TO+1

Consommation
(m3/an)

Consommation
(m3/an)

1295020

619405

Prix unitaire
du m3 (FC)

Prix unitaire
du m3 (FC)

Prix
unitaire du
m3 (FC)

2500

2500

3.237.550.000

Recettes
attendues en
FC
1.548.512.500

Recettes
attendues en
FC

Recettes
attendues en
FC

Recettes
attendues en €

Recettes
attendues en €

Recettes
attendues en

1. 202.261

2.513.625

Le compte d'exploitation

Les comptes d'exploitation du projet d'adduction d'eau se présentent comme indiqué dans les tableaux à l'annexe5.

Il est à noté que les Charges des pertes diverses sont pris à 10% du Chiffre d'affaire.

V.6. Délais de récupération et taux de rentabilité Tableau n° 27 : délais de récupération et taux de rentabilité

Lot1Clinique

Taux de rentabilité

Délais de récupération

universitaire

T1

20%

 
 

T+25

42%

4ans

Lot2 Faculté et autre

T1

21%

 
 

T+25

48%

2 ans

Lot3 Plateau des

T1

74%

 

résidents et home

T+25

161%

5ans

Si le mode de gestion est respecté ce projet mérite d'être réalisé. En effet chaque année, toute les charges d'exploitation (frais d'amortissement et d'entretien, consommable, personnel, électricité...etc.) sont couvertes avec toujours au moins 10% des recettes annuelles en caisse.

Avantage sociaux

- bonne gestion des temps d'études pour les étudiants et élèves,

- réduction du taux de prévalence des maladies d'origine hydrique,

- amélioration des résultats des recherches scientifiques aux laboratoires et dans les facultés,

- arrêt des conflits sociaux,

- garantie de la qualité de l'environnement.

Conclusion partiel

La viabilité de ce projet est aussi tributaire d'une bonne analyse économique et de l'instauration d'une bonne gestion financière.

Le coût d'investissement global de ce projet est de 3.348.731€ et les recettes globales sont estimées à 1.795.244€ pour l'an un. Le taux de rentabilité varie selon les lots soit de 20% à 41% à l'an un et 48% à 164% à l'an 25.

CONCLUSIONS GENERALES ET SUGGESTIONS

L'eau est source de vie dit-on et la vie sans eau est inconcevable. La précarité de l'alimentation en eau dans une communauté à certainement des conséquences visibles sur la vie, la qualité de la vie et le cadre de vie de cette communauté.

La communauté universitaire sur le site de l'Unikin vit dans cette situation de carence en eau suite aux problèmes ci-haut évoqués et dont les plus significatifs sont inhérents aux difficultés rencontrées dans le fonctionnement de la REGIDESO et la vétusté du réseau d'alimentation en eau sur le site.

Se posant des questions sur les contraintes et les difficultés majeur qui sont à la base de l'irrégularité de la dessert en eau sur le site universitaire et des atouts pouvant conduire à la résolution de cette épineux problème d'une part, et d'autre partant des hypothèses tel que la dégradation du cadre de vie sur le site, l'absence d'une politique sectorielle de l'eau et les difficultés de la mise en place des stratégies pour améliorer la situation, nous somme arrivé à la conclusion que le problème de l'alimentation régulière en eau potable sur le site universitaire est réelle et que les stratégies pour l'amélioration de cette situation passe entre autre part l'implantation des forages, la mise en place des réseau auto nome et l'implication de l'ensemble de la communauté universitaire dans sa diversité.

Ces forages devraient être implanté au niveau des plateaux des résidents pour alimenter les plateaux des résidents et les homes, au jardin expérimental de la faculté des sciences pour alimenté toutes les facultés et au niveau des cliniques universités pour alimenter les institutions hospitalières (CUK, CHMA, CNPP), quelques écoles universitaires et Postuniversitaires (ISTM, ITM, FORGRN, ERAIFT, ESP,) et couvents.

Ce projet d'implantation des forages pour améliorer la desserte en eau sur le site universitaire est durable et viable si les principes techniques et financiers proposés sont bien respectés. Il convient toute fois de signaler ici qu'il serait utile et important de réaliser des études géophysique pour approfondir le degré de réussite de ce projet ; les quelques études non pas pu être faite suite au contrainte financière et faute du temps.

Pour la réussite de ce projet nous recommandons vivement l'implication des communautés concernées et de toutes les autorités compétanteantes en à la matière pour l'amélioration du bien être sur le site universitaire.

BIBLIOGRAPHIE

AVOCATS VERTS,- -: Eau et Assainissement en République Démocratique Congo, Tome1, Codes thématiques Avocats Verts, , MEDIAPAUL, Kinshasa, 315p

BCEOM-société Française d'ingénierie, 2006 : Plan directeur de la d'alimentation en Eau Potable de la ville de Kinshasa : Rapport programmation - plan directeur, BCMI-N° 11.06, 102 p

BERND H. et DIETERICH, 1964 : Approvisionnement des villes en eau : situation et besoins dans soixante-quinze pays en voie de développement, 31 p

BIGOHE, N.J, 2008 : Problèmes de Restauration et de Gestion Rationnelle de l'Environnement de Kinshasa, Faculté des Sciences, Unikin

BRÜSCHWEILER S., 2003 : Gestion Intégrée des Ressources en Eau - La voie du développement durable, Info Ressources Focus, Vol 1, p 16, 2003.

CNAEA, 2010 : Avant projet de l'eau

CHARNAY, B., 2010 : Pour une Gestion Intégrée des Ressources en Eau sur un Territoire de Montagne : le cas du bassin versant du GIFFRE (Haute-Savoie), Thèse, université de Savoie, France 504 p

DE ROSNAY J., 1975 : Le macroscope : Vers une vision globale. Editions du Seuil, Paris, 295p.

DORIER-APPRILL, E., 2006 : Ville et Environnement, éd. SEDES, paris 511p

DURAND M.-G., 1997 : Un « système montagnard » réinventé : le développement durable dans les Alpes françaises ou la nouvelle gestion globale des territoires.

DUPONT, 1974 : Capacité théorique en adduction Continue

GLOBAL WATER PARTNERSHIP, 2000: Integrated Water Management, Comité technique consultatif, Tac Background Paper n°4, Stockholm, 80 p.

GLOBAL WATER PARTNERSHIP, 2009: Better water resources management. Greater resilience today, more effective adaptation tomorrow, 5th World Water Forum: perspectives on water and climate change adaptation, Istanbul.

GLOBAL WATER PARTNERSHIP, 2010 : Partenariat mondial de l'eau, la sécurité en eau est essentielle au développement : Réflexions sur les partenariats africains en action, Stockholm, Suède. (Stratégie Nationale de l'Alimentation en Eau Potable et de l'Assainissement en milieu rural et semi-urbain).

GRUNDFOS,- : Catalogue des équipements

JORGENSEN M. & D.E. MUSIBONO, 2006. Manuel de standards minimums relatifs à l'eau et assainissement dans les aires d'interventions d'Uvira, Fizi et Baraka. Document UNHCR-RDC, Kinshasa, 2006. 56p.

KAMATHE K., 2005 : Gestion locale de l'eau dans les quartiers urbains pauvres, cas de Kinshasa, 89p

KASONGO, J.C., 2010 : Rapport projet d'étude de renforcement d'eau potable au plateau des résidents à l'université

LUC, G., 1988 : servir en actes et en vérité, Ed. Duculot, Globaux

MEDECINS SANS FRONTIERES, 1994 : Manuel de technicien sanitaire en situation précaire, 2ème édition, MSF, paris

MERMET, L., 1992 : Stratégies pour la gestion de l'environnement. La nature comme jeu de société

MUSIBONO, E., 2006 : Du marasme d'un état squelette aux défis du défis du développement durable ; gestion de l'environnement de Congo- Kinshasa : crevette chronique et pauvreté durable ; Chaire Unesco, 1899

MOUSSON, A., 1977 : Manuel Pont et Canalisations, SA.

MIDRILCO, 2010 : Rapport d'études alimentation en eau potable de la cité universitaire de l'université de Kinshasa, mars 2010

NDEMBO L.J., 2009 : Apport des outils hydrogéochimiques et isotopiques à la gestion de l'aquifère du Mont Amba (Kinshasa/République Démocratique du Congo), 203p

ORGANISATION MONDIAL POUR LA SANTE, 2009 : les ouvrages d'accès à l'eau potable, OMS, Genève

UNESCO, 2003 : Évaluer les valeurs de l'eau, wikipedia.org/wiki/Université_de_Kinshasa

PNUE, 2011 : Problématique de l'eau en République Démocratique du Congo : Défis et Opportunités, Rapport Technique, 98p

REGIDESO, 2010 : Rapport de fin de foration REGIDESO 2004 de Kinshasa, juin 2010

TECSULT, 2005 : Alimentation en eau potable de Kinshasa Sud- Lukaya, Etude d'impact environnemental et social, janvier 2005

VAN CAILLIE, 1975 : Hydrologie et érosion dans la région de Kinshasa, OHAIN

WALLISER B., 1977 : Systèmes et modèles. Introduction critique à l'analyse des systèmes. Editions du Seuil, Paris, 245 p.

WONDO, M.W, 1997 : Croissance démographique estudiantine et problème environnementaux à l'Université de Kinshasa, Fac des Sciences, UNIKIN

http://www. Google.com : Plateforme D'échange et de Capitalisation sur le suivi des Services d'Eau, avril 2011

http://www.chaireunesco.org/pdf/deanikiana.pdf , avril 2011

http://www.oieau.fr/ReFEA/fiches/Capte Eau pluie: 'impluviums PDF, janvier 2012 Http//ideau/ : Récupération-eau-pluie.htm, janvier 2012

http//oieau.fr/ : ReFEA/fiches/capteEauPluie/citerne_generalit.PDF

ANNEXES I

QUESTIONNAIRES D'ENQUETE

Questionnaire d'enquête sur

AMELIORATION DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SUR LE PLATEAU DE
L'UNIKIN

FICHE N°

<<Destinés aux Personnels académique et scientifique, personnels technique et administratif,
gestionnaire>>

I. Généralités

Université de Kinshasa

· Date de l'enquête / / 2011

· Nom de l'enquêteur

· Heure de début de l'entrevue

II. Identification de la ou des principales personne(s) interviewée(s) Personnels académique et scientifique, personnels technique et administratif, gestionnaire

Statut Age sexe (M/F)

·

Etat civil : Célibataire, Marié (e), Divorcé (e),
Veuf (ve)

· Ancienneté à l'UNIKIN :

Moins d'un an 1-2 ans 3-4 ans 5 et plus ans

III. Occupation et Accessibilité à l'eau

1. Ya - t- il un point d'eau ? Oui ou non

2.

Dans votre bureau, l'eau est elle disponible régulièrement ? Oui Non

3. Que faites-vous pour vous approvisionner en eau de boisson ?

- Reserve en eau

- Achat en bouteille

- Autre

4. Etes- vous régulièrement alimenté en électricité ?

Oui Non

Si non, que faites-vous pour l'éclairage de votre bureau quand il ya rupture de courant ?

a) lampes torche

b) bougie

c) groupe électrogène

 

Autre moyen, à préciser

5. Que pensez-vous de l'état général de la desserte en eau potable du site

universitaire ?

a) acceptable

b) mauvaise

c) très mauvais

6. D'après vous, que faut-il faire pour améliorer l'accès à l'eau potable et à dans

le site universitaire ?

a) des nouveaux forages

b) des nouvelles citernes

c) réparation réseau

7. D'après vous, que faut-il faire pour améliorer l'assainissement sur le site universitaire ?

a)

dépôt des bacs à ordure

b) nettoyages réguliers - autre, à préciser

c) Que pensez-vous des moyens dont dispose l'UNIKIN pour sa gestion ?

a) Matériels,

 

bons

 

passables

 

médiocres

 
 

Très bons

b) Infrastructures,

Très bons bons passables médiocres

c) Humains,

Très bons bons passables médiocres

d) Que pouvez-vous dire de l'état des laboratoires ? - très bons bons passables médiocres

8. D'après vous, que faut-il faire pour améliorer :

a) L'approvisionnement en eau potable dans les Facultés ?

-
-

-

b) L'approvisionnement en eau potable dans les homes ? -

-

-

c) l'accès à l'eau potable du site universitaire En général ? -

-

-

.

9. Pour une gestion durable que proposez- vous comme solution à l'amélioration en eau potable du site universitaire ?

-

-

-

Non

11. Avez-vous d'autres suggestions à faire ? Oui Si oui, lesquelles ?

Fait à Kinshasa, le / ./ 2011.

L'Enquêteur (Nom, post-nom, prénom et signature)

Questionnaire d'enquête sur

AMELIORATION DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SUR LE PLATEAU DE
L'UNIKIN
FICHE N°

<<Destiné aux résidents du plateau des professeurs/ UNIKIN>>

I. Généralités

·

Plateau de l'université de Kinshasa

· Date de l'enquête / / 2011

· Nom de l'enquêteur ..

· Heur de l'intervue .

· N° de bâtiment .
II. Identification de la ou des principales personne(s) interviewée (s) : statut

dans le ménage (chef de ménage, conjoint du chef de ménage, père ou mère du chef de ménage, ) âge et sexe (M/F)

NB. Idéalement, chercher à interviewer le chef de ménage ou éventuellement son conjoint

Statut dans le ménage Age (ans) Sexe (M/F)

............................ ....................... ............

............................. ........................ ...............

·

Etat civil : Célibataire, Marié (e), Divorcé (e),
Veuf (ve)

· Activité Profession

·

Plus de 10 ans

Ancienneté dans la profession : Moins de 1-ans

1 à 3 ans

4 à 5 ans

6 à 7 ans

8 à 10 ans

·

Taille de ménage

2 à 3 membres

3 à 4 membres

4 à 5 membres 6 à 7 membres 8 membres et plus

IV. Occupation et Accessibilité à l'eau

1. Que faites- vous à l'UNIKIN ?

- Etudier

- Enseigner

- Vendre

- Autre Prestation
Laquelle

2. . Comment vous approvisionnez-vous en eau potable sur le site ?

- Est-ce qu'elle est claire / transparente ? Oui ou non

- Est-ce qu'elle est potable ?

Oui ou non

3. Qui puise l'eau dans votre famille ?

- Enfants - Parents - Bonne

4. Avez-vous de l'eau combien d'heures par jour ?

a)

moines d'une heure

b) 1 à 2 heures

c) 3 à 5 heurs

d) la moitié de la journée

e) Toute la journée

f) Pas du tout

5. Combien de temps vous prend la corvée pour être ravitaillé en eau ? 30min, 1h, 1h à 2 heures 2 à 3 et plus

6. Combien de temps mettez-vous pour remplir vos récipients ?

0-5min 5-10min 10-30min 30- 45min 0min

7. Quel type de récipient utilisez-vous pour puiser de l'eau ?

- bidon

- sceau

- bidon+sceau

- Autres les quelles

8. Quel type de récipient utilisez-vous pour conserver de l'eau ? - Bidon

- Sceau

- Autre les quelles

9. Quel est votre souhait pour améliorer l'accessibilité à l'eau ?

- réhabilitation des installations

- suivi régulier des installations

- création des comités de gestion de l'eau - entretien des installations

Section 1. Disponibilité en eau

1. Que dites-vous de la disponibilité de l'eau dans la cité ?

- régulière - irrégulière

2. L'eau que vous puisez est-elle achetée ou obtenue gratuitement ? - Achetée

- Obtenue gratuitement

3. Si, elle est achetée, à quel prix l'achetez-vous ? (préciser la quantité)

4. L'eau que vous puisez est-elle transportée par vous-même ou par d'autres personnes moyennant paiement ?

- Moi-même, nous-mêmes

- Par d'autres personnes moyennant paiement

5. Si, elle est transportée moyennant paiement, à quel prix la faites vous

transporter ? - 100FC

- 200FC - 300FC

- 400FC

- 500FC et plus

6. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez pour avoir de l'eau ?

- longue distance

- Temps d'attente important

- Par file indienne/ plusieurs personnels en attente

7. Quel est votre souhait pour améliorer la disponibilité de l'eau ?

- suivi pour la gestion durable

- création d'un comité de gestion - entretien des installations

- multiplier le nombre de forages

8. Avez- vous de jardin ? oui ou non

a- si oui comment fait-vous pour les entretenir

b- utilisez -vous combien de litre par jour ?

Section 2. Qualité de l'eau

1. Comment trouvez-vous l'eau que vous utilisez ?

- Propre

- Troublée - potable

2. Quel est votre souhait pour améliorer la qualité de l'eau ?

- désinfection du réseau

- entretien du réseau

- Suivi et protection de la source I. Installation d'approvisionnement

1. Quelles sont vos sources d'approvisionnement en eau ?

a)

Robinet

b) Forage

c) Puits

2. Comment trouvez-vous les installations de chacune de ces sources d'approvisionnement de l'eau ?

- Robinet

-

-

- Forage

-

-

- Puits

-

-

3.

Quel est votre souhait pour améliorer la qualité des installations hydraulique ? - désinfection du réseau

- entretien du réseau

- Suivi et protection de la source -

4. Avez- vous autre chose à ajouter ?

-

-

-

Fait à Kinshasa, le / ./ 2011.

L'Enquêteur (Nom, post-nom, prénom et signature)

Questionnaire d'enquête sur

AMELIORATION DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SUR LE PLATEAU DE
L'UNIVERSITE DE KINSHASA
FICHE N°

<<Destiné aux étudiants et aux pensionnaires des caves>>

I. Généralités

· Université de Kinshasa

· Date de l'enquête / / 2011

· Nom de l'enquêteur

· Heure de l'entrevue

II. Identification de la principale personne interviewée

·

Etudiants

· Etudiants logés

· Pensionnaire caves

· Sexe : M F

· Age: 19 à 29 ans
de 30 à 39 ans

de 40 à 49 ans 50 ans et plus

·

Etat civil : Célibataire, Marié (e), Divorcé (e),
Veuf (Ve)

· Niveau d'études
1er Graduat

2eme Graduat
3ème Graduat

1ère Licence 2ème Licence DEA

DESS

Doctorat

· Ancienneté à l'UNIKIN :

· Moins d'un an 1-2 ans 3-4 ans 5 et plus ans

/..../

SECTION 1. Disponibilité en eau

1.

Dans les auditoires, homes, disposez-vous de l'eau? Oui Non

2. Comment faite-vous pour vous approvisionner en eau de boisson ?

- Eau en sachet plastic - En bouteille plastique - Eau bouillie

- Eau non bouillie

3.

Quel (les) est (sont) la (les) qualité (s) de cette eau ? - Est-ce qu'elle est claire

- Est-ce qu'elle est Inodore

- Est-ce qu'elle est Sans saveur

4.

ou Non

Avez-vous d'autres commentaires à faire à ce sujet Oui Si oui lesquelles :

Section 2. Mode d'approvisionnement

5. combien d'heure par jour avez - vous de l'eau ?

- moins d'une heure

- de 1 heure à 2 heures - de 2 à 5 heures

- de 5 à 10 heures

- toute la journée

6. Que faites-vous pour vous approvisionner en eau quand il n'y en a pas ?

- l'achetez-vous avec les pousse-pousseurs - réserve conservé

- journalière

- taxi

- soi même (membre de la famille)

- autre les quelles

7. Lorsqu'il vous arrive de constituer une réserve d'eau, comment la conservez- vous ? et en quelle quantité ?

- Dans des bidons

- Dans des sceaux

- Autres réservoirs

 
 

10.

11.

Non

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

b. Comment faites-vous pour la payer ? - Paiement à la prise d'eau

- C'est compris dans le prix du logement - Autres modalités

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

10. a. payer- vous l'électricité ? Oui

11.

12.

13.

Non

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

b. Comment faites-vous pour payer l'électricité ? - par votre propre argent

- dans le prix du logement

 
 
 
 
 
 
 
 
 

- autres modalités

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

11. D'après vous, que faut-il faire pour améliorer les conditions d'assainissement dans les homes ?

a)

instauration d'un système de tri

b) Système de ramassage organisé

c) Interdiction des sachets plastiques

d) Dépôt des bacs à ordure

e) Nettoyages réguliers

c. Souhaiterez-vous contribuer à l'amélioration de l'alimentation en eau potable de l'université ?

Oui ou Non

12. Par quel moyen? et de quelle manière ?

13.

Non

Avez-vous une autorisation officielle d'hébergement : oui

14. quelles sont les modalités de paiement de la location?

a)

mensuelle

b) trimestrielle

c) annuelle

d) Autres modalités

e) Lesquelles ?

15. Avez-vous d'autres suggestions à faire ? Oui Non

Si oui, lesquelles ?

Section 3. Hygiène et assainissement

16 .Disposez - vous des douches dans votre couloir ou dans votre chambre ?

Oui Non

Si oui, combien de personnes par douche ? a) 2

4-5

6 et plus

17. Ya -a-t-il un évier ou un lavabo fonctionnel ? Oui ou Non

18. Y a- t-il suffisamment d'eau dans les toilettes ? Oui ou Non

a) comment faites-vous pour satisfaire vos petits besoins ?

b) Comment - faites-vous pour vos grands besoins ?

c) Vous vous baigner avec quoi ?

- un seau

- une Bouilloire

19.

Après son utilisation, où va l'eau usée de la douche ? Dans des fosses ou à l'air libre

20. Etes-vous régulièrement alimenté en eau ? Oui ou non

21. Autres moyens

22. D'après vous, que faut-il faire pour améliorer la qualité de l'hygiène dans les auditoires ?

a) Balayage

b) Torchonnage

c) Balayage et torchonnage

d) Rien

e) Autre chose commentaire)

Fait à Kinshasa, le / ./ 2011.

L'Enquêteur (Nom, post-nom, prénom et signature)

Questionnaire d'enquête sur

AMELIORATION DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE SUR LE PLATEAU DE
L'UNIKIN

FICHE N°
« Destiné au personnel des centres Médicaux »

Généralités

· Centre Hospitalier, Clinique Universitaire, CNPP (Université de Kinshasa)

· Date de l'enquête / / 2011

· Nom de l'enquêteur ..

· Heure de début de l'entrevue

V. Identification de la ou principales personne(s) interviewée(s) Malade, personnels, soignant

Statut Age Sexe (M/F)

·

Etat civil : Célibataire, Marié (e), Divorcé (e),
Veuf (ve)

· Ancienneté à l'UNIKIN :

Moins d'un an 1-2 ans 3 à 4 ans plus ans

III. Occupation et accessibilité à l'eau

1. Dans votre hôpital, disposez-vous régulièrement de l'eau ?
Oui Non

2. que faites-vous pour vous approvisionner en eau de boisson ?

- Eau en sachet plastic - En bouteille plastic

- Eau bouillie

- Autres

a) Comment faites- vous après une consultation médicale, pour vous nettoyer ?

b) Comment faites- vous après une intervention chirurgicale, pour vous nettoyer -

-

-

3.

Etes- vous régulièrement alimenté en électricité ? Oui Non

4. Est-ce qu'il vous arrive d'avoir coupure d'électricité lors d'une intervention

chirurgicale ?

Oui Non

a) Si oui, comment faites-vous pour sauver la malade ?

-

-

-

b) Si non, que faites-vous pour vous éclairer quand il ya coupure de courant ? Utilisez?

- Groupe électrogène

- lampe- torches

- bougies

Autres moyen à préciser

5. Que pensez-vous de l'état général de la desserte en eau potable du site

universitaire ?

6. Selon vous, quelles sont les causes de la situation de cette desserte ?

a.

- manque d'entretien

b. - manque de suivi

c. - manque de réhabilitation

d. - autres causes :

7. D'après vous, que faut-il faire pour améliorer l'accès à l'eau potable dans le site universitaire ?

a. Des forages

b. Des citernes

c.

Des châteaux d'eau

d. Des réparations du réseau

6. Avez- vous d'autres suggestions à faire ? Oui Non

Si oui, lesquelles ?

Fait à Kinshasa, le / ./ 2011.

L'Enquêteur (Nom, post-nom, prénom et signature)

ANNEXES II
TABLEAUX

Annexe 2 : tableaux

1. tableau n° 4 : Enquête dans les résidences estudiantines

Paramètre

Effectif

pourcentage (%)

1. socio démographique

Sexe de l'enquêté

Masculin

111

52.9

Féminin

99

47.1

Age de l'étudiant

19-29

99

47.1

30-39

99

47.1

40-49

12

5.7

>50

0

0

Etat Civil de l'enquêté

célibataire

144

68.6

Marié

56

26.7

Divorcé

10

4.8

Veuf

0

0

Niveau d'étude de l'enquêté

G1

24

11.4

G2

16

7.6

G3

35

16.7

L1

40

19

L2

60

28.6

D2 et D3

30

14.3

DESS

0

0

DEA

5

2.4

Ancienneté

<1

11

5.2

1à 2

60

28.6

3à 4

50

23.8

>5

89

42.4

Détention d'une autorisation officielle d'hébergement

oui

111

52.9

non

99

47.1

2. Disponibilité et accessibilité

Régularité

oui

86

41

non

124

59

Présence des douches dans le couloir ou chambre

oui

115

54.8

non

95

45.2

Nombre de personne par douche

2à 3

11

5.2

4à 5

150

71.4

> 6

49

23.3

Présence d'une quantité suffisante d'eau dans les toilettes

oui

20

9.5

non

190

90.5

approvisionnement en eau de boisson

Eau en sachet plastique

29

13.8

Eau en bouteille plastique

16

7.6

Eau bouillie

95

45.2

Eau non bouillie

70

33.3

Durée de l'approvisionnement journalier en eau

< 1

25

11.9

1- 2

46

21.9

2 -5

80

38.1

5 -10

29

13.8

> 10

30

14.3

Disposition prise pour l'approvisionnement en eau

Achat avec les pousse- pousseurs

25

11.9

Reserve conservée

90

42.9

Taxi

20

9.5

soi-même (ou membre de la famille)

25

11.9

les journaliers

50

23.8

Autre

0

0

Conservation de la réserve d'eau

Bidon

90

42.9

sceaux

97

46.2

autres réserve

23

11

3. Qualité de l'eau

Qualité

Claire

83

39.5

Inodore

57

27.1

Sans saveur

70

33.3

Tableau n°5 : enquête au près du personnel administratif et des corps scientifiques et académiques (nombre prévu 100, nombre récolté 79)

Paramètre

Effectif

pourcentage (%)

1. socio démographique

Sexe de l'enquêté

Masculin

67

84.81

Féminin

12

15.19

Etat Civil de l'enquêté

célibataire

39

49.37

Marié

37

46.84

Divorcé

3

3.80

Veuf

0

0

Ancienneté (ans)

<1

10

12.66

1 2

25

31.65

3 4

5

6.33

>5

39

49.37

2. Disponibilité et accessibilité à l'eau et l'électricité

Régularité d'eau au bureau

oui

30

37.97

non

49

62.03

Régularité de l'alimentation en électricité

oui

29

36.71

non

50

63.29

Approvisionnement en eau de boisson

Achat en sachet plastique

30

37.97

Achat en eau de bouteille

39

49.37

Autre

10

12.66

3. Opinion sur les moyens humains, matériels et infrastructures de l'UNIKIN

Moyen humains

Très bons

4

5.06

Bons

7

8.86

Passable

49

62.03

Médiocres

19

24.05

Moyen matériels

Très bons

0

0.00

Bons

7

8.86

passable

30

37.97

Médiocres

42

53.16

 

Opinion sur les infrastructures

Très bons

 

0

0.00

Bons

 

5

6.33

Passable

 

30

37.97

Médiocres

 

44

55.70

 

Etat des laboratoire de l'UNIKIN

Très bons

 

1

1.27

Bons

 

6

7.59

Passable

 

23

29.11

Médiocres

 

49

62.03

4. Etat général de la desserte en eau potable sur le site universitaire

Acceptable

 

2

2.53

Mauvaise

 

62

78.48

Très mauvaise

 

15

18.99

3. Tableau N° 6 : enquêtes dans les centres hospitaliers

Paramètre

 

Effectif

pourcentage (%)

1. socio démographique

 
 

Sexe de l'enquêté

Masculin

 

60

60

Féminin

 

40

40

Etat Civil de l'enquêté

célibataire

 

63

63

Marié

 

32

32

Divorcé

 

4

4

Veuf

 

1

1

 

Ancienneté

<1

 

3

3

1 -2

 

12

12

3 -4

 

20

20

>5

 

65

65

2. Disponibilité et accessibilité à l'eau

Régularité de l'accès à l'eau

Oui

 

43

43

Non

 

57

57

3 Approvisionnement en eau de boisson

Eau en sachet plastique

 

10

10

Eau en bouteille plastique

 

75

75

Eau bouillie

10

10

Autre

5

5

Régularité de l'alimentation en eau

 
 
 

oui

30

30

 
 
 

non

70

70

Causse de la desserte en eau potable

Manque de d'entretins

15

15

Manque de suivi

5

5

Manque de réhabilitation

75

75

Autre causse

5

5

3. Alimentation en électricité

Régularité en électricité

oui

43

43

non

57

57

Interruption de courant lors d'une intervention Chirurgicale

oui

70

70

non

30

30

Disposition prise en cas de coupure de courant

Groupe électrogène

20

20

Lampe_ torches

5

5

Bougies

6

6

Autres moyen

69

69

Tableau n°7 : Souhaits pour le plateau des résidents

Souhaits des résidents

effectif

pourcentage%

Création d'un comité de gestion (b)

4

10

Entretien des installations (c)

10

25

Multiplication nombre de forage

(d)

4

10

(a) et (b)

0

0

(a) et (c)

1

2.5

Toutes les réponses

16

40

Souhaits pour améliorer la qualité de l'eau

Désinfection du réseau (a)

3

7.5

Entretient du réseau (b)

15

37.5

Suivi et protection de la source

9

22.5

Toutes les réponses

13

32.5

Tableau N° 8 : souhaits pour les étudiants dans les homes

souhaits effectif pourcentage%

Souhaits au niveau des homes

Nouveau forage

48

22.9

Nouvelle citerne

45

21.4

Réparation réseau

79

37.6

Paiement de la facture de la REGIDESO

38

18.1

Proposition pour l'amélioration des conditions d'assainissement dans les homes

Instauration d'un système de tri

48

22.9

Système de ramassage organisé

27

12.9

interdiction des sachets plastique

25

11.9

dépôt des bacs à ordure

30

14.3

Nettoyage régulier

80

38.1

Proposition pour l'amélioration de la qualité de l'hygiène dans l'auditoire

balayage

50

23.8

Torchonnage

33

15.7

Balayage et Torchonnage

120

57.1

Rien

7

3.3

Autre

0

0

Tableau N°9 : Souhaits pour les différents cadres administratifs, scientifiques et académiques

souhaits effectif pourcentage %

Pour l'alimentation en eau potable

Nouveau forage

35

44.30

Nouvelles citernes

5

6.33

Réparation réseau

39

49.37

Pour l'assainissement

Dépôt des bacs à ordure

30

37.97

Nettoyage régulier

42

53.16

Autre

7

8.86

Tableau N°10 : Souhaits formulés dans les milieux hospitaliers

Proposition effectif pourcentage

proposition pour améliorer l'accès à l'eau potable

Forage

52

52

citernes

10

10

Château d'eau

18

18

Réparation du réseau

20

20

Tableau N°11 : estimation des besoins en eau des bénéficiaires

Tableau N° 11 : estimation des besoins en eau sur le site universitaire

Bénéficiaire

effectif par intermittence

Litre/j/
p

Total
Consommation

effectif
fréquentant
quotidienne
ment

Litre/j/
p

Total
consommati
on

Consommati on moyen

par jour par personne

Plateau

 
 
 

3200

120

384000

120l/j

Homes

 
 
 

7682

120

921840

Sous total

 
 
 

10882

 

1305840

Faculté et autre

Nombre du personnel ad, scientifique,
académique et ouvrier

2902

15

43530

 
 
 

16l/j

Intendance Gle

318

15

4770

 
 
 

GPE

8

15

120

63

120

7560

CREN-K

119

15

1785

 
 
 

GSMA

815

15

12225

 
 
 

Etudiants externe

14191

15

212865

 
 
 

Vendeur

116

15

1740

 
 
 

Labo

38

100

3800

 
 
 

parcelle expérimentale

8

3

24

 
 
 

Sous total

18515

 

280859

63

 

7560

Sous total gle des effectif /intermittence et quotidienne

18578

Sous total des consommations

288419

Centre hospitalier et autres

Administratifs, technicien et ouvrier

733

15

10995

 
 
 

42

Médecine spécialiste

477

60

28620

 
 
 
 

Para-médecines

559

60

33540

 
 
 

Malade hospitalisé pr autre maladie

234

60

14040

 
 
 

intervention chirurgical

15

100

1500

 
 
 

Accouchement

13

100

1300

 
 
 

Malade ambulatoire

59

10

590

 
 
 

buanderie (cuk)

 
 
 

1

1000

1000

Labo

 
 
 

15

1000

15000

couvants des Soeurs

 
 
 

35

120

4200

ERAIFT

43

15

645

30

120

3600

ESP

59

15

885

70

120

8400

labo ESP

 
 
 

2

100

200

labo ISTM

 
 
 

1

100

100

ISTM

785

15

11775

 
 
 

Vendeur

116

15

1740

 
 
 

ITM

92

15

1380

 
 
 

Sous total

3185

 

107010

154

 

32500

Sous total gle des effectif /intermittence et quotidienne

 
 

3339

 
 
 

Sous total consommation

 
 

139510

 
 
 

ANNEXES III

DEVIS ESTIMATIFS ET QUANTITATIFS

Travaux d'exécution d'un forage situé au alentour de la clinique universitaire de l'université de Kinshasa Profondeur Forage FP1 :152m équipé en PVC DN 200

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

DESIGNATION

UNITE

QUANTITE

P.U $US

P.T $ US

1.

Installation et repli du chantier

 
 
 
 

1.1

Installation et repli du chantier

Forfait

1

6000

6,000

 
 
 
 
 

-

2.

Acquisition des équipements, matériels et fournitures

 
 
 
 
 

-

 

A. Ouvrage de production

 
 
 

-

2.1

Tube casing Acier DN 400

m

9

450

4,050

2.2

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

130

35

4,543

2.3

Tube crépine PVC DN 200, PN 10

m

31

50

1,540

2.4

Tube à sédiments PVC DN 200, PN 10 avec bouchon de fonds

m

6

35

210

2.5

Tube plein PVC DN 32mm, PN 10 (Tube sonde)

m

144

10

1,440

2.6

Gravier de diamètre 2-3mm (Massif filtrant)

m3

5

100

500

2.7

Ciment Portland Normal (sac de 5O kg)

sac

50

20

1,000

2.8

Tête de forage en Acier DN 450

pièce

1

1500

1,500

 

Sous-total acquisitions

 
 
 
 
 

B. Equipements électro - mécaniques

 
 
 
 

2.10

GMP immergé de 25 - 30 m3/h, HMT 161m

Kit

1

30000

30,000

2.11

Câble électrique sous- marin 4x 10 mm2

m

300

60

18,000

2.12

Sonde électrique de niveau bas et câble

pièce

150

5

750

2.13

Sonde électrique de niveau haut et câble

pièce

150

5

750

2.14

Sonde électrique de masse et câble

pièce

150

5

750

2.16

Boite de jonction

pièce

4

150

600

2.17

tableau de commande pour GMP

pièce

1

3000

3,000

 

Sous-total équipements

 
 
 
 
 

C. Colonne montante

 
 
 
 
 

2.19

Tuyau flexible DN 80 et accessoires d'installation

m

100

120

12,000

 

Sous-total colonne montante

 

1

 

-

 

D. Fontainerie tête de forage

 
 
 

-

2.24

Vanne d' arrêt DN 80 , PN 16

pièce

1

300

300

2.25

Ventouse DN 80 , PN 16

pièce

1

250

250

2.26

Manomètre à huile ,O - 20 bars

pièce

1

200

200

2.27

Pièces de démontage DN 80 à brides

pièce

1

150

150

2.28

Bride Acier DN 80

pièce

1

250

250

2.29

Compteur d'eau type COSMOS DN 80

pièce

1

500

500

2.30

Robinet de puisage DN 1"

pièce

10

50

500

2.31

Manchon AG DN 1"

pièce

50

10

500

2.32

Joint CTC DN 80

pièce

1

100

100

2.33

Boulon M16 x 40

pièce

20

5

100

2.34

Clapet Anti - Retour DN 80, PN 16 à brides

pièce

1

450

450

 

Sous-total fontainerie

 
 
 
 

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

N° DESIGNATION UNITE QUANTITE P.U $US P.T $ US

3. Foration et mise en place des tubes d'équipement

 
 
 
 
 
 
 

A. Foration

 
 
 
 

3.1

Forage Rotary, diamètre 17' 1/2 dans les sables et argiles

m

8

50

400

3.2

Forage Rotary, diamètre 12"1/4 dans les sables et grès tendres

m

121

60

7,260

3.3

MFT, diamètre 12"1/4 dans les grès durs

m

31

100

3,100

Sous-total foration

B. Mise en place des tubages et de la margelle

3.3

Tube casing acier DN 400

m

8.5

50

425

3.4

Tube à sédiments PVC DN 200,PN 10 avec un

m

6

25

150

3.5

bouchon de fond

pièce

1

30

30

3.6

Tube crépine PVC DN 200, PN 10

m

28

25

700

3.7

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

118

25

2,950

3.8

Tube plein PVC DN 25 (Tube sonde)

m

144

5

720

3.9

Gravillonnage

m3

5

1000

5,000

3.10

Cimentation espace annulaire

m

6

80

480

3.11

Tête de forage

pièce

1

150

150

3.12

Margelle en béton armé 1,80m x 1,80m x 0,40m

pièce

1

1000

1,000

 

Sous-total mise en place

 
 
 
 

4. Développement du forage

4.1 Air lift heure 10 300 3,000

Sous-total développement

5. Essais de pompage

5.1

Essais de préparation

heure

1

500

500

5.2

Essais de pompage par paliers de débit

heure

9

108

972

5.3

Essais de pompage à débit constant

heure

72

105

7,560

Sous-total Essais de pompage

6. Analyses physico - chimiques et bactériologiques de l'eau échantillon 5 250 1,250

Sous-total analyses

7. Désinfection d'eau du forage

forfait

1

500

500

8. Bâtiment abri pour démarreur du GMP immergé

ouvrage

1

5000

5,000

clôture du site et autres aménagements

forfait

1

2000

2,000

Sous-total génie civile

 
 
 
 

9. Installation des équipements électro - mécaniques

9.1 Descente du GMP d'exploitation et raccordements

électriques au Démarreur électrique

forfait

1

250

250

9.2 Essais de fonctionnement

heure

2

1500

3,000

Sous-total Essais de fonctionnement

10. Rapport de fin des travaux

Exemplaire

6

20

120

 
 
 
 
 
 
 

COUT TOTAL DES TRAVAUX (A)

 

136,450

 

TVA (B) pris à 16%

21,832.00

TOTAL GENERAL (A) +(B)

158,282.00

Soit 97. 464€, hors taxe

Travaux d'exécution d'un forage situé au niveau du jardin expérimental de la fac des sciences

de l'Université de Kinshasa

Profondeur Forage FP2 :192m équipé en PVC DN 200

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

DESIGNATION

UNITE

QUANTITE

P.U ($US)

P.T ($ US)

1.

Installation et repli du chantier

 
 
 
 

1.1

Installation et repli du chantier

Forfait

1

6000

6,000

2.

Acquisition des équipements, matériels et fournitures

 
 
 
 
 

2.1

Tube casing Acier DN 400

m

9

450

4,050

2.2

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

174

35

6,083

2.3

Tube crépine PVC DN 200, PN 10

m

31

50

1,540

2.4

Tube à sédiments PVC DN 200, PN 10 avec bouchon de fonds

m

6

35

210

2.5

Tube plein PVC DN 32mm, PN 10 (Tube sonde)

m

184

10

1,840

2.6

Gravier de diamètre 2-3mm (Massif filtrant)

m3

5

100

500

2.7

Ciment Portland Normal (sac de 5O kg)

sac

50

20

1,000

2.8

Tête de forage en Acier DN 450

pièce

1

1500

1,500

Sous-total acquisitions

B. Equipements électro - mécaniques

2.10

GMP immergé de 25 - 30 m3/h, HMT 173m

Kit

1

30000

30,000

2.11

Câble électrique sous- marin 4x 10 mm2

m

300

60

18,000

2.12

Sonde électrique de niveau bas et câble

pièce

150

5

750

2.13

Sonde électrique de niveau haut et câble

pièce

150

5

750

2.14

Sonde électrique de masse et câble

pièce

150

5

750

2.16

Boite de jonction

pièce

4

150

600

2.17

tableau de commande pour GMP

pièce

1

3000

3,000

Sous-total équipements

C. Colonne montante

2.19

Tuyau flexible DN 80 et accessoires d'installation

m

100

120

12,000

 

Sous-total colonne montante

 

1

 

-

 

D. Fontainerie tête de forage

 
 
 

-

2.24

 

Vanne d' arrêt DN 80 , PN 16

pièce

1

300

300

2.25

Ventouse DN 80 , PN 16

pièce

1

250

250

2.26

Manomètre à huile ,O - 20 bars

pièce

1

200

200

2.27

Pièces de démontage DN 80 à brides

pièce

1

150

150

2.28

Bride Acier DN 80

pièce

1

250

250

2.29

Compteur d'eau type COSMOS DN 80

pièce

1

500

500

2.30

Robinet de puisage DN 1"

pièce

10

50

500

2.31

Manchon AG DN 1"

pièce

50

10

500

2.32

Joint CTC DN 80

pièce

1

100

100

2.33

Boulon M16 x 40

pièce

20

5

100

2.34

Clapet Anti - Retour DN 80, PN 16 à brides

pièce

1

450

450

 

Sous-total fontainerie

 
 
 
 

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

N° DESIGNATION UNITE QUANTITE P.U ($US) P.T ($ US)

3. Foration et mise en place des tubes d'équipement

A. Foration

3.1

Forage Rotary, diamètre 17' 1/2 dans les sables et argiles

m

92

50

4,600

3.2

Forage Rotary, diamètre 12"1/4 dans les sables et grès tendres

m

151

60

9,060

3.3

MFT, diamètre 12"1/4 dans les grès durs

m

33

100

3,300

 

Sous-total foration

 
 
 
 

B. Mise en place des tubages et de la margelle

3.3

Tube casing acier DN 400

m

9

50

450

3.4

Tube à sédiments PVC DN 200, PN 10 avec un

m

6

25

150

3.5

bouchon de fond

pièce

1

30

30

3.6

Tube crépine PVC DN 200, PN 10

m

28

25

700

3.7

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

158

25

3,950

3.8

Tube plein PVC DN 25 (Tube sonde)

m

184

5

920

3.9

Gravillonnage

m3

8

1000

8,000

3.10

Cimentation espace annulaire

m

6

80

480

3.11 Tête de forage pièce 1 150 150

3.12 Margelle en béton armé 1,80m x 1,80m x 0,40m pièce 1 1000 1,000

Sous-total mise en place

4. Développement du forage

4.1 Air lift heure 10 300 3,000

Sous-total développement

5. Essais de pompage

5.1

Essais de préparation

heure

1

500

500

5.2

Essais de pompage par paliers de débit

heure

9

108

972

5.3

Essais de pompage à débit constant

heure

72

105

7,560

Sous-total Essais de pompage

6. Analyses physico - chimiques et bactériologiques de l'eau échantillon 5 250 1,250

Sous-total analyses

7. Désinfection d'eau du forage

forfait

1

500

500

8. Bâtiment abri pour démarreur du GMP immergé

ouvrage

1

5000

5,000

Clôture du site et autres aménagements

forfait

1

2000

2,000

Sous-total génie civile

9. Installation des équipements électro - mécaniques

9.1

Descente du GMP d'exploitation et raccordements

 

électriques au Démarreur électrique

forfait

1

250

250

9.2

Essais de fonctionnement

heure

2

1500

3,000

Sous-total Essais de fonctionnement

10. Rapport de fin des travaux

Exemplaire 6 20

120

 

COUT TOTAL DES TRAVAUX (A)

 

148,815

 

TVA (B) pris à 16%

23,810.40

TOTAL GENERAL (A) +(B)

172,625.40

Soit 106.296 €, hors taxe

Travaux d'exécution d'un forage situé au plateau des étudiants de l'université de Kinshasa Profondeur Forage FP3 :225 m équipé en PVC DN 200

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

 

UNITE

QUANTITE

P.U ($US)

P.T ($ US)

1. Installation et repli du chantier

 

1.1

Installation et repli du chantier

Forfait

1

6000

6,000

2. Acquisition des équipements, matériels et fournitures

 

A. Ouvrage de production

2.1

Tube casing Acier DN 400

m

9

450

4,050

2.2

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

213

35

7,469

2.3

Tube crépine PVC DN 200, PN 10

m

28

50

1,375

2.4

Tube à sédiments PVC DN 200, PN 10 avec bouchon de fonds

m

6

35

210

2.5

Tube plein PVC DN 32mm, PN 10 (Tube sonde)

m

217

10

2,170

2.6

Gravier de diamètre 2-3mm (Massif filtrant)

m3

10

100

1,000

2.7

Ciment Portland Normal (sac de 5O kg)

sac

50

20

1,000

2.8

Tête de forage en Acier DN 450

pièce

1

1500

1,500

Sous-total acquisitions

B. Equipements électro - mécaniques

2.10

GMP immergé de 25 - 30 m3/h, HMT 204m

Kit

1

30000

30,000

2.11

Câble électrique sous- marin 4x 25 mm2

m

400

60

24,000

2.12

Sonde électrique de niveau bas et câble

pièce

200

5

1,000

2.13

Sonde électrique de niveau haut et câble

pièce

200

5

1,000

2.14

Sonde électrique de masse et câble

pièce

200

5

1,000

2.16

Boite de jonction

pièce

4

150

600

2.17

tableau de commande pour GMP

pièce

1

3000

3,000

Sous-total équipements

C. Colonne montante

2.19

Tuyau flexible DN 80 et accessoires d'installation

m

100

120

12,000

 

Sous-total colonne montante

 

1

 

-

D. Fontainerie tête de forage

2.24

Vanne d'arrêt DN 80, PN 16

pièce

1

300

300

2.25

Ventouse DN 80, PN 16

pièce

1

250

250

2.26

Manomètre à huile, O - 20 bars

pièce

1

200

200

2.27

Pièces de démontage DN 80 à brides

pièce

1

150

150

2.28

Bride Acier DN 80

pièce

1

250

250

2.29

Compteur d'eau type COSMOS DN 80

pièce

1

500

500

2.30

Robinet de puisage DN 1"

pièce

10

50

500

2.31

Manchon AG DN 1"

pièce

50

10

500

2.32

Joint CTC DN 80

pièce

1

100

100

2.33

Boulon M16 x 40

pièce

20

5

100

2.34

Clapet Anti - Retour DN 80, PN 16 à brides

pièce

1

450

450

 

Sous-total fontainerie

 
 
 
 

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

DESIGNATION

UNITE

QUANTITE

P.U ($US)

P.T ($ US)

3. Foration et mise en place des tubes d'équipement

A. Foration

3.1

Forage Rotary, diamètre 17' 1/2 dans les sables et argiles

m

110

50

5,500

3.2

Forage Rotary, diamètre 12"1/4 dans les sables et grès tendres

m

180

60

10,800

3.3

MFT, diamètre 12"1/4 dans les grès durs

m

46

100

4,600

Sous-total foration

B. Mise en place des tubages et de la margelle

3.3

Tube casing acier DN 400

m

9

50

450

3.4

Tube à sédiments PVC DN 200,PN 10 avec un

m

6

25

150

3.5

bouchon de fond

pièce

1

30

30

3.6

Tube crépiné PVC DN 200,PN 10

m

25

25

625

3.7

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

194

25

4,850

3.8

Tube plein PVC DN 25 ( Tube sonde )

m

217

5

1,085

3.9

Gravillonnage

m3

10

1000

10,000

3.10

Cimentation espace annulaire

m

6

80

480

3.11

Tête de forage

pièce

1

150

150

3.12

Margelle en béton armé 1,80m x 1,80m x 0,40m

pièce

1

1000

1,000

Sous-total mise en place

4. Développement du forage

4.1

Air lift

heure

10

300

3,000

Sous-total développement

5. Essais de pompage

5.1

Essais de préparation

heure

1

500

500

5.2

Essais de pompage par paliers de débit

heure

9

108

972

5.3

Essais de pompage à débit constant

heure

72

105

7,560

Sous-total Essais de pompage

6. Analyses physico - chimiques et bactériologiques de l'eau

échantillon

5

250

1,250

Sous-total analyses

7. Désinfection d'eau du forage

forfait

1

500

500

8. Bâtiment abri pour démarreur du GMP immergé

ouvrage

1

5000

5,000

clôture du site et autres aménagements

forfait

1

2000

2,000

Sous-total génie civile

9. Installation des équipements électro - mécaniques

9.1Descente du GMP d'exploitation et raccordements

électriques au Démarreur électrique

forfait

1

250

250

9.2

Essais de fonctionnement

heure

2

1500

3,000

Sous-total Essais de fonctionnement

10. Rapport de fin des travaux

Exemplaire

6

20

120

 

COUT TOTAL DES TRAVAUX (A)

164,546

TVA (B) pris à 16%

26,327.36

TOTAL GENERAL (A)+(B)

190,873.36

Soit 117. 533 €, hors taxe

Travaux d'exécution d'un forage situé au plateau des résidents de l'université de kinshasa Profondeur Forage FP4 :239 m équipé en PVC DN 200

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

DESIGNATION

UNITE

QUANTITE

P.U ($US)

P.T ($ US)

1. Installation et repli du chantier

1.1

Installation et repli du chantier

Forfait

1

6000

6,000

2.

Acquisition des équipements, matériels et fournitures

 
 
 
 

A. Ouvrage de production

2.1

Tube casing Acier DN 400

m

9

450

4,050

2.2

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

224

35

7,854

2.3

Tube crépiné PVC DN 200, PN 10

m

32

50

1,595

2.4

Tube à sédiments PVC DN 200, PN 10 avec bouchon de fonds

m

6

35

210

2.5

Tube plein PVC DN 32mm,PN 10 ( Tube sonde )

m

231

10

2,310

2.6

Gravier de diamètre 2-3mm ( Massif filtrant)

m3

4

100

400

2.7

Ciment Portland Normal ( sac de 5O kg )

sac

50

20

1,000

2.8

Tête de forage en Acier DN 450

pièce

1

1500

1,500

Sous-total acquisitions

B. Equipements électro - mécaniques

2.10

GMP immergé de 25 - 30 m3/h, HMT 192m

Kit

1

30000

30,000

2.11

Câble électrique sous- marin 4x 25mm2

m

400

60

24,000

2.12

Sonde électrique de niveau bas et câble

pièce

200

5

1,000

2.13

Sonde électrique de niveau haut et câble

pièce

200

5

1,000

2.14

Sonde électrique de masse et câble

pièce

200

5

1,000

2.16

Boite de jonction

pièce

4

150

600

2.17

tableau de commande pour GMP

pièce

1

3000

3,000

Sous-total équipements

C. Colonne montante

 

2.19 Tuyau flexible DN 80 et accessoires d'installation m 100 102 10,200

Sous-total colonne montante 1 -

D. Fontainerie tête de forage

2.24

Vanne d'arrêt DN 80, PN 16

pièce

1

300

300

2.25

Ventouse DN 80, PN 16

pièce

1

250

250

2.26

Manomètre à huile, O - 20 bars

pièce

1

200

200

2.27

Pièces de démontage DN 80 à brides

pièce

1

150

150

2.28

Bride Acier DN 80

pièce

1

250

250

2.29

Compteur d'eau type COSMOS DN 80

pièce

1

500

500

2.30

Robinet de puisage DN 1"

pièce

10

50

500

2.31

Manchon AG DN 1"

pièce

50

10

500

2.32

Joint CTC DN 80

pièce

1

100

100

2.33

Boulon M16 x 40

pièce

20

5

100

2.34

Clapet Anti - Retour DN 80, PN 16 à brides

pièce

1

450

450

Sous-total fontainerie

BORDEREAU TYPE DU DEVIS QUANTITATIF ET DU COUT ESTIMATIF D'UN FORAGE

N° DESIGNATION UNITE QUANTITE P.U ($US) P.T ($ US)

2. Foration et mise en place des tubes d'équipement

A. Foration

3.1

Forage Rotary, diamètre 17' 1/2 dans les sables et argiles

m

95

50

4,750

3.2

Forage Rotary, diamètre 12"1/4 dans les sables et grès tendres

m

184

60

11,040

3.3

MFT, diamètre 12"1/4 dans les grès durs

m

46

100

4,600

Sous-total foration

B. Mise en place des tubages et de la margelle

3.3

Tube casing acier DN 400

m

9

50

450

3.4

Tube à sédiments PVC DN 200, PN 10 avec un

m

6

25

150

3.5

bouchon de fond

pièce

1

30

30

3.6

Tube crépiné PVC DN 200, PN 10

m

29

25

725

3.7

Tube plein PVC DN 200, PN 10

m

204

25

5,100

3.8

Tube plein PVC DN 25 (Tube sonde)

m

231

5

1,155

3.9

Gravillonnage

m3

4

1000

4,000

3.10

Cimentation espace annulaire

m

6

80

480

3.11

Tête de forage

pièce

1

150

150

3.12 Margelle en béton armé 1,80m x 1,80m x 0,40m pièce 1 1000 1,000

Sous-total mise en place

4. Développement du forage

4.1 Air lift heure 10 300 3,000

Sous-total développement

5. Essais de pompage

 

5.1

Essais de préparation

heure

1

500

500

5.2

Essais de pompage par paliers de débit

heure

9

108

972

5.3

Essais de pompage à débit constant

heure

72

105

7,560

Sous-total Essais de pompage

5. Analyses physico - chimiques et bactériologiques de l'eau échantillon 5 250 1,250

Sous-total analyses

7. Désinfection d'eau du forage

forfait

1

500

500

8. Bâtiment abri pour démarreur du GMP immergé

ouvrage

1

5000

5,000

 

Clôture du site et autres aménagements

forfait

1

2000

2,000

Sous-total génie civile

8. Installation des équipements électro - mécaniques

9.1

Descente du GMP d'exploitation et raccordements

 

électriques au Démarreur électrique

forfait

1

250

250

9.2

Essais de fonctionnement

heure

2

1500

3,000

Sous-total Essais de fonctionnement

10. Rapport de fin des travaux

Exemplaire 6 20

120

 

COUT TOTAL DES TRAVAUX (A)

156,801

TVA (B) pris à 16%

25,088.16

TOTAL GENERAL (A) +(B)

181,889.16

Soit 112,001 € hors taxe

LOT 1: RESEAU CLINIQUE

CONSTRUCTION D'UN RESERVOIR 845.58 m3

 

GENERALITES

Désignation

unité Quantité P.U en $ P.T en $

1.1 Généralités

 

1.1.1 Baraquement

Baraque

1

1500

1500
3000

1.1.2 Installation et repli (source et réservoir)

unité

1

3000

S/Total Généralités

4500

Total 1: généralités

4500

 

Désignation

unité Quantité P.U en $ P.T en $

3.1

Travaux Préliminaires

 

3.1.1

Débroussaillage à l'emplacement des ouvrages

m2

226

15

3390

3.1.2

Implantation

unité

1

5000

5000

3.1.3

Exécution des terrassements (à 2.25 m) et mise à niveau

m3

480.86

30

14425.8

3.1.4

Aménagements des abords (aires de trottoir) du réservoir

m3

106

150

15900

3.1.5

Assainissement du site

unité

1

1000

1000

3.1.6

Echafaudage

unité

1

10000

10000

 

S/Total Travaux Préliminaires

49715.8

3.3

Enduisage

 
 
 
 

3.3.1

Crépissage intérieur et extérieur au mortier de ciment (2 couches)

m2

928.84

10

9288.4

3.3.2

Enduit intérieur au mortier hydrofugé (3ième couche)

m2

464

20

9280

3.3.3

Chape en ciment lisse (2cm) pour le radier

m2

176.62

15

2649.3

3.3.4

Enduit extérieur au coaltar (à 1m du sol)

m2

257.14

20

5142.8

 

S/Total Maçonnerie

26360.5

3.4

Bétons

 

3.4.1

Béton de propreté D350kg/m3 sous radier

m3

17.66

300

5298

3.4.2

Voiles en BA D400kg/m3, ép. 30 cm

m3

84.01

950

79809.5

3.4.3

Béton Armé D400kg/m3 pour radier, ép. 1.25m

m3

223.73

950

212543.5

3.4.4

Béton Armé D400kg/m3 pour la dalle de couverture, ép. 0,12m

m3

18.69

950

17755.5

3.4.8

Béton Armé D400kg/m3 pour chaînage supérieur, ép. 0,25m, larg. 0,30m

m3

16.19

950

15380.5

3.4.9

Béton Armé D400kg/m3 pour chaînage inférieur, ép. 0,25m, larg. 0,30m

m3

16.19

950

15380.5

3.4.10

Murets ép. 0,10m, Béton Armé D350kg/m3 pour chambre de vanne (long.int.1m, larg. int. 0,8m, haut. 1,8m)

m3

4.05

950

3847.5

3.4.11

Dallette en BA pour trou d'homme, long.1,1 m, larg.1,1 m, ép. 0,05 m,

m3

0.06

950

57

3.4.12

Dallette de couverture en BA, long.1 m, larg., 1 m, ép. 0,06 m, pour chambre de vanne

m3

0.14

950

133

 

S/Total Bétons

350205

3.5

Etudes Géotechniques

 

3.5.1

Analyse du sol emplacement du réservoir

Echantillon

4

150

600

3.5.2

Analyse granulométriques matériaux pour le béton

Echantillon

6

50

300

3.5.3

Analyse des cubes pour le béton

Echantillon

6

50

300

 

S/Total Etudes Géotechniques

1200

 

Total construction réservoir 846m3

431981

Soit 308.558 €

LOT 2: Faculté et autres

CONSTRUCTION D'UN RESERVOIR 903m3

 

GENERALITES

Désignation

unité

Quantité

P.U en $

P.T en $

1.1 Généralités

1.1.1 Baraquement

Baraque

1

1500

1500

1.1.2 Installation et repli (source et réservoir)

unité

1

3000

3000

 

S/Total Généralités

4500

Total 1: généralités

4500

2.1.1

Débroussaillage à l'emplacement des ouvrages

m2

216.31

15

3244.65

2.1.2

Implantation

unité

1

5000

5000

2.1.3

Exécution des terrassements (à 0,80 m) et mise à niveau

m3

200.96

30

6.028

2.1.4

Aménagements des abords (aires de trottoir) du réservoir

m3

15.82

150

2373

2.1.5

Assainissement du site

unité

1

1500

1500

2.1.6

Echafaudage

unité

1

10000

10000

 

S/Total Travaux Préliminaires

28146.45

2.3

Enduisage

 

2.3.1

Crépissage intérieur et extérieur au mortier de ciment (2 couches)

m2

632.96

10

6329.6

2.3.2

Enduit intérieur au mortier hydrofugé (3ième couche)

m2

316.48

20

6329.6

2.3.3

Chape en ciment lisse (2cm) pour le radier

m2

113.04

15

1695.6

2.3.4

Enduit extérieur au coaltar (à 1m du sol)

m2

39.56

20

791.2

15146

 

S/Total Maçonnerie

2.4

Bétons

 
 

2.4.1

Béton de propreté D350kg/m3 pour fondation

m3

11.3

300

3390

2.4.2

Voiles en BA D400kg/m3, ép. 65 cm

m3

94.94

950

90193

2.4.3

Béton Armé D400kg/m3 pour radier, ép. 1.25m

m3

408.3

950

387885

2.4.4

Béton Armé D400kg/m3 pour la dalle de couverture, ép. 0,15m

m3

18.69

950

17755.5

2.4.8

Béton Armé D400kg/m3 pour chaînage supérieur, ép. 0,60m, larg. 0,30m

m3

16.19

950

15380.5

2.4.9

Béton Armé D400kg/m3 pour chaînage inférieur, ép. 0,70m, larg. 0,65m

m3

16.19

950

15380.5

2.4.10

Murets ép. 0,10m, Béton Armé D350kg/m3 pour chambre de vanne (long.int.1m, larg. int. 0,8m, haut. 1,8m)

m3

2.16

950

2052

2.4.11

Dallette en BA pour trou d'homme, long.1,1 m, larg.1,1 m, ép. 0,06 m,

m3

0.07

950

66.5

2.4.12

Dallette de couverture en BA, long1.2m, larg., 1.2 m, ép. 0,07 m, pour chambre de vanne

m3

0.1

950

95

 

S/Total Bétons

532198

2.5

Etudes Géotechniques

 

2.5.1

Analyse du sol emplacement du réservoir

Echantillon

4

250

1000

2.5.2

Analyse granulométriques matériaux pour le béton

Echantillon

6

50

300

2.5.3

Analyse des cubes pour le béton

Echantillon

6

50

300

 

S/Total Etudes Géotechniques

1600

 

Total 2: réservoir 903m3

581590.45

Soit 415.422 €

LOT 3: Plateau et Homes

CONSTRUCTION D'UN RESERVOIR 3548m3

 

GENERALITES

Désignation

unité

Quantité P.U en $

P.T en $

1.1 Généralités

 

1.1.1 Baraquement

Baraque

1 1500

1500

1.1.2 Installation et repli (source et réservoir)

unité

1 3000

3000

 

S/Total Généralités

4500

Total 1: généralités

4500

2.1.1

Débroussaillage à l'emplacement des ouvrages

m2

651.11

15

9766.65

2.1.2

Implantation

unité

1

5000

5000

2.1.3

Exécution des terrassements (à 0,80 m) et mise à niveau

m3

1224.22

30

36726.6

2.1.4

Aménagements des abords (aires de trottoir) du réservoir

m3

24.86

150

3729

2.1.5

Assainissement du site

unité

1

1500

1500

2.1.6

Echafaudage

unité

1

15000

15000

 

S/Total Travaux Préliminaires

71722.25

2.3

Enduisage

 

2.3.1

Crépissage intérieur et extérieur au mortier de ciment (2 couches)

m2

1541.81

10

15418.1

2.3.2

Enduit intérieur au mortier hydrofugé (3ième couche)

m2

770.9

20

15418

2.3.3

Chape en ciment lisse (2cm) pour le radier

m2

289.38

15

4340.7

2.3.4

Enduit extérieur au coaltar (à 1m du sol)

m2

62.17

20

1243.4

 

S/Total Maçonnerie

36420.2

2.4

Bétons

 

2.4.1

Béton de propreté D350kg/m3 pour fondation

m3

28.93

300

8679

2.4.2

Voiles en BA D400kg/m3, ép. 65 cm

m3

501.09

950

476035.5

2.4.3

Béton Armé D400kg/m3 pour radier, ép. 2m

m3

746.12

950

708814

2.4.4

Béton Armé D400kg/m3 pour la dalle de couverture, ép. 0,15m

m3

49.48

950

47006

2.4.8

Béton Armé D400kg/m3 pour chaînage supérieur, ép. 0,70m, larg. 0,65m

m3

37.78

950

35891

2.4.9

Béton Armé D400kg/m3 pour chaînage inférieur, ép. 0,70m, larg. 0,65m

m3

37.78

950

35891

2.4.10

Murets ép. 0,10m, Béton Armé D350kg/m3 pour chambre de vanne (long.int.1m, larg. int. 0,8m, haut. 1,8m)

m3

3

950

2850

2.4.11

Dallette en BA pour trou d'homme, long.1,1 m, larg.1,1 m, ép. 0,06 m,

m3

0.07

950

66.5

2.4.12

Dallette de couverture en BA, long.2m, larg., 2 m, ép. 0,07 m, pour chambre de vanne

m3

0.28

950

266

 

S/Total Bétons

1315499

2.5

Etudes Géotechniques

 

2.5.1

Analyse du sol emplacement du réservoir

Echantillon

4

250

1000

2.5.2

Analyse granulométriques matériaux pour le béton

Echantillon

6

50

300

2.5.3

Analyse des cubes pour le béton

Echantillon

6

50

300

 

S/Total Etudes Géotechniques

1600

 

Total 3: réservoir 3587m3

1429741.45

Soit 1.021.244 €

 

CONSTRUCTION DE 20 BORNES FONTAINES A 2 ROBINETS

 
 

Désignation

unité

Qté

P.U en €

P.T en €

6.1

Travaux Préliminaires

 
 
 
 

6.1.1

Débroussaillage à l'emplacement des ouvrages

m2

40

15

600

6.1.2

Décapage de terres

m3

12

15

180

6.1.3

Implantation et piquetage des ouvrages

unité

1

500

500

6.1.4

Excavation pour Puits perdus de (1m x1.50m)

m3

2.2

20

44

 
 

1324

6.2

Fondations

 
 
 
 

6.2.1

Déblai pour la mise à niveau des plates-formes

m3

6

20

120

6.2.2

Empierrement du puits perdus ép 1.5m

m3

1.8

45

81

 

S/Total Fondations

201

 
 
 
 
 
 

6.3

Maçonneries

 
 
 
 

6.3.1

Béton armé pour socle

m3

9

950

8550

6.3.2

Béton pour Chambre de service en béton armé

m3

0.5

950

475

 

Maçonneries en bloc plein de 20x20x40 pour puits perdus

m3

1

180

180

6.3.4

enduit en ciment extérieur

m2

4.75

10

47.5

6.3.5

Chape en ciment pour les colonnes, les abords et les drains d'évacuation

m2

6.75

15

101.25

 

S/Total Maçonnerie

9353.75

6.4

Bétons

 
 
 
 

6.4.1

Béton Ordinaire D300kg/m3 pour les colonnes et les aires de puisage

m3

0.8

950

760

6.4.2

Béton armé dalle de couvercle dim1.4x 0.70 x0.10 m

m3

0.12

950

114

 

S/Total Bétons

874

 

Total 1 BF à 2 robinets

11753

Devis estimatif de l'énergie Groupe électrogène

 

Désignation

Unité

Quantité

Prix unitaire $

Prix total$

1

Groupe électrogène

1

F1p

1.1

GE 3~de 80 KVA

pce

1

28000

28000

1.2

câble de puissance rigide 4x16mm2

ml

20

40

800

1.3

installation (10% PT)

lot

1

2800

2880

1.4

sous total

31680

1.5

Total euro

 
 
 

22629

2

F2p

2.1

GE 3~de 80 KVA

pce

1

28000

28000

2.2

câble de puissance rigide 4x16mm2

ml

20

40

800

2.3

installation (10% PT)

lot

1

2800

2880

2.4

sous total

 
 

31680

2.5

Total euro

 
 
 

22629

3

F3p

3.1

GE 3~de 110 KVA

pce

1

34000

34000

3.2

câble de puissance rigide 4x50mm2

ml

20

80

1600

3.3

installation (10% PT)

lot

1

3560

3560

3.4

sous total

39160

3.5

Total euro

 
 
 

27971

4

F4p

4.1

GE 3~de 110 KVA

pce

1

34000

34000

4.2

câble de puissance rigide 4x50mm2

ml

20

80

1600

4.3

installation (10% PT)

lot

1

3560

3560

4.4

sous total

39160

4.5

Total euro

 
 
 

27971

Devis estimatif de l'énergie en variante d'une cabine MT/BT pour deux forages

Désignation

Unité

Quantité

Prix unitaire $

Prix total $

Electricité SNEL

F1p et F2p

Câble moyenne tension 3*16mm2

ml

250

50

12500

cabine compacte 75 KVA

pce

1

65000

65000

tableau général base tension

pce

1

5900

5900

Sous total

83400

F3p et F4p

Câble moyenne tension 3*16mm2

ml

250

50

12500

cabine compacte 100 KVA

pce

1

87000

87000

tableau général base tension

pce

1

6900

5900

Sous total

106400

Soit un cout de F1p et F2p en euro égale à 59. 571 ; F3p et F4p est égal à 76.000 €

ANNEXES IV

Coupes des forages et plans des réservoirs

Vue en plan du réservoir de 3547.96 m3

ANNEXES V

Amortissement Entretien et Compte d'exploitation

Tableau N° 28: Amortissement et l'entretien des installations Lot2

Désignation

Coût en €

Amortissement

Entretien

Durée de
vie

Taux
d'amortissement

Cout
Annuel €

% Annuel

Cout Annuel €

Bornes fontaine (5)

41.974 €

40 ans

2.5%

1.049 €

3.65%

1.532 €

Réservoir

415.422 €

40ans

2.5%

10.386 €

3.65%

15.163 €

Conduites

44.769 €

40 ans

2.5%

1.119 €

10%

4.477 €

forage et accessoire

106.296 €

30 ans

3.3%

3.540 €

3%

3.189 €

équipement électrique SNEL

59.571 €

15 ans

6.7%

3.991 €

2%

1.191 €

Groupe électrogène

22.629 €

5ans

20%

4.526 €

10%

2.263 €

TOTAL

690.661 €

 
 

13.176 €

8.857 €

Tableau N° 29 : Amortissement et entretien des installations Lot3

Désignation

Coût en €

92.343 €

Amortissement

Entretien

Durée de
vie

Taux
d'amortissement

Cout
Annuel €

% Annuel

Cout Annuel €

Bornes fontaine (11)

40 ans

2.5%

2.309 €

3.65%

3.371 €

Réservoir

1. 021.244 €

40ans

2.5%

25.531 €

3.65%

37.275 €

Conduites

50.566 €

40 ans

2.5%

1.264 €

10%

5.057 €

forage et accessoire (F3p et F4p)

229.591 €

30 ans

3.3%

7.645 €

3%

6.888 €

équipement électrique SNEL

7. 000 €

15 ans

6.7%

5.092 €

2%

1.520 €

Groupe électrogène

55.943 €

5ans

20.00%

11.189 €

10%

5.594 €

TOTAL

1.525.687 €

 
 

53.030 €

 

59.705 €

Tableau N°29 : compte d'exploitation du lot1

Compte d'exploitation

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Désignation

Année 0

Année1

Année2

Année3

Année4

Année5

Année6

Année7

Année8

investissement

 

Réseau AEP du Clinique Universitaire

668.078 €

 
 
 
 
 
 
 
 

logistique

525.80 €

 

Sensibilisation

606 €

 
 
 
 
 
 
 
 

Control, gestion du projet et rédaction de l'appel d'offre

30.000 €

 
 
 
 
 
 
 
 

Total investissement

699.210 €

 
 
 
 
 
 
 
 

Chiffre d'affaires (recettes)

304.006 €

313.126 €

322.520 €

332.195 €

342.161 €

352.426 €

362.999 €

373.889 €

Charge d'exploitation

 
 
 
 
 
 
 
 

Dotations aux amortissements

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

Entretien

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

Consommable

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

Frais de Personnel

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

Autres charges d'exploitation

12.000 €

12.600 €

13.230 €

13.892 €

14.586 €

15.315 €

16.081 €

16.885 €

Charges et pertes diverses (10)% du Chiffre d'affaire

30.401 €

31.313 €

32.252 €

33.220 €

34.216 €

35.243 €

36.300 €

37.389 €

Total charges d'exploitation

66.713 €

68.225 €

69.794 €

71.424 €

73.115 €

74.870 €

76.694 €

78.587 €

Résultat d'exploitation

237.293 €

244.901 €

252.725 €

260.772 €

269.047 €

277.556 €

286.305 €

295.302 €

impôt sur les bénéfices

94.917 €

97.960 €

101.090 €

104.309 €

107.619 €

111.022 €

114.522 €

118.121 €

résultat net après impôt

142.376 €

146.941 €

151.635 €

156.463 €

161.428 €

166.533 €

171.783 €

177.181 €

Dotations aux amortissements

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

Besoins en fonds de roulement (10% du chiffre d'affaires)

 

30.401 €

31.313 €

32.252 €

33.220 €

34.216 €

35.243 €

36.300 €

37.389 €

CASH Flow

123.477 €

127.130 €

130.885 €

134.745 €

138.713 €

142.792 €

146.985 €

151.294 €

CASH Flow cumulé

123.477 €

250.606 €

381.491 €

516.236 €

654.950 €

797.742 €

944,727 €

1.096.021 €

 
 
 
 
 
 
 
 
 

taux de rentabilté (en%)

20

21

22

22

23

24

25

25

Année9

Année10

Année11

Année12

Année13

Année14

Année15

Année16

Année17

Année18

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

385.106 €

396.659 €

408.558 €

420.815 €

433.440 €

446.443 €

459.836 €

473.631 €

487.840 €

502475 €

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

17.729 €

18.616 €

19.547 €

20.524 €

21.550 €

22.628 €

23.759 €

24.947 €

26.194 €

27.504 €

38.511 €

39.666 €

40.856 €

42.082 €

43.344 €

44.644 €

45.984 €

47.363 €

48.784 €

50.248 €

80.553 €

82.594 €

84.715 €

86.918 €

89.207 €

91.585 €

94.055 €

96.623 €

99.291 €

102.064 €

304.553 €

314.064 €

323.843 €

333.897 €

344.233 €

354.858 €

365.781 €

377.008 €

388.549 €

400.411 €

121.821 €

125.626 €

129.537 €

133.559 €

137.693 €

141.943 €

146.312 €

150.803 €

155.420 €

160.164 €

182.732 €

188.439 €

194.306 €

200.338 €

206.540 €

212.915 €

219.469 €

226.205 €

233.129 €

240.247 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

38.511 €

39.666 €

40.856 €

42.082 €

43.344 €

44.644 €

45.984 €

47.363 €

48.784 €

50.248 €

155.723 €

160.274 €

164.952 €

169.758 €

174.697 €

179.772 €

184.987 €

190.344 €

195.847 €

201.501 €

1.251.744 €

1.412.018 €

1.576.970 €

1.746.729 €

1.921.426 €

2.101.198 €

2.286.185 €

2.476.528 €

2.672.375 €

2,.873.876 €

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

26

27

28

29

30

30

31

32

33

34

Année19

Année20

Année21

Année22

Année23

Année24

Année25

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

517.550 €

533.076 €

549.068 €

565.540 €

582.507 €

599.982 €

617.981 €

 
 
 
 
 
 
 

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

11.502 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

8.019 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

792 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

4.000 €

28.879 €

30.323 €

31.840 €

33.432 €

35.103 €

36.858 €

38.701 €

51.755 €

53.308 €

54.907 €

56.554 €

58.251 €

59.998 €

61.798 €

104.947 €

107.944 €

111.059 €

114.298 €

117.666 €

121.169 €

124.812 €

412,603 €

425,133 €

438,010 €

451,242 €

464,840 €

478,813 €

493,170 €

165.041 €

170.053 €

175.204 €

180.497 €

185.936 €

191.525 €

197.268 €

247.562 €

255.080 €

262.806 €

270.745 €

278.904 €

287.288 €

295.902 €

11,502 €

11,502 €

11,502 €

11,502 €

11,502 €

11,502 €

11,502 €

51.755 €

53.308 €

54.907 €

56.554 €

58.251 €

59.998 €

61.798 €

207.308 €

213.274 €

219.400 €

225.693 €

232.155 €

238.791 €

245.605 €

3.081.184 €

3.294.458 €

3.513.858 €

3.739.551 €

3.971.707 €

4.210,498 €

4.456,103 €

 
 
 
 
 
 
 

35

36

38

39

40

41

42

taux de rentabilité (en%)

21

21

22

23

23

24

25

Tableau N° 30 : Compte d'exploitation lot2

Compte d'exploitation

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Désignation

Année 0

Année1

 

Année2

 

Année3

 

Année4

 

Année5

 

Année6

 

Année7

 

investissement

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Réseau AEP du Faculté

712,065.51 €

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

logistique

525.80 €

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Sensibilisation

606 €

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Control, gestion du projet et rédaction de l'appel d'offre

30000

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Total investissement

743,197 €

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Chiffre d'affaires (recettes)

 

324,739 €

 

334,481

344,516

354,851

365,497

376,462

387,756

Charge d'exploitation

 
 
 
 
 
 
 

Dotations aux amortissements

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

Entretien

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

Consommable

792

792

792

792

792

792

792

Frais de Personnel

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

Autres charges d'exploitation

12,000

12,600

13,230

13,892

14,586

15,315

16,081

Charges et pertes diverses (10)% du Chiffre d'affaire

32,474

33,448

34,452

35,485

36,550

37,646

38,776

Total charges d'exploitation

69,638

71,212

72,845

74,540

76,299

78,125

80,020

Résultat d'exploitation

255,102

263,270

271,671

280,311

289,198

298,337

307,735

impôt sur les bénéfices

102,041

105,308

108,668

112,124

115,679

119,335

123,094

résultat net après impôt

153,061

157,962

163,002

168,187

173,519

179,002

184,641

Besoins en fonds de roulement (10% du chiffre d'affaires)

 

32,474

33,448

34,452

35,485

36,550

37,646

38,776

CASH Flow

132,278

136,205

140,242

144,393

148,660

153,047

157,557

CASH Flow cumulé

132,278

268,483

408,725

553,118

701,778

854,825

1,012,382

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Année8

 

Année9

 

Année10

 

Année11

 

Année12

 

Année13

 

Année14

 

Année15

 

Année16

 

Année17

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

399,388

411,370

423,711

436,422

449,515

463,001

476,891

491,197

505,933

521,111

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

792

792

792

792

792

792

792

792

792

792

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

16,885

17,729

18,616

19,547

20,524

21,550

22,628

23,759

24,947

26,194

39,939

41,137

42,371

43,642

44,952

46,300

47,689

49,120

50,593

52,111

81,988

84,030

86,151

88,353

90,639

93,014

95,480

98,042

100,704

103,469

317,401

327,340

337,560

348,070

358,876

369,987

381,410

393,155

405,229

417,642

126,960

130,936

135,024

139,228

143,550

147,995

152,564

157,262

162,092

167,057

190,440

196,404

202,536

208,842

215,326

221,992

228,846

235,893

243,137

250,585

39,939

41,137

42,371

43,642

44,952

46,300

47,689

49,120

50,593

52,111

162,193

166,958

171,856

176,891

182,065

187,383

192,848

198,464

204,235

210,165

1,174,575

1,341,533

1,513,390

1,690,280

1,872,346

2,059,729

2,252,577

2,451,042

2,655,277

2,865,442

26

26

27

28

29

30

31

32

33

34

35

36

37

38

39

40

42

43

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Année18

 

Année19

 

Année20

 

Année21

 

Année22

 

Année23

 

Année24

 

Année25

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

536,744

552,847

569,432

586,515

604,111

622,234

640,901

660,128

 
 
 
 
 
 
 
 
 

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

11,691

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

8,680

792

792

792

792

792

792

792

792

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

27,504

28,879

30,323

31,840

33,432

35,103

36,858

38,701

53,674

55,285

56,943

58,652

60,411

62,223

64,090

66,013

106,342

109,328

112,430

115,655

119,006

122,490

126,112

129,878

430,402

443,519

457,002

470,861

485,104

499,744

514,789

530,250

172,161

177,408

182,801

188,344

194,042

199,898

205,916

212,100

258,241

266,111

274,201

282,516

291,063

299,846

308,873

318,150

53,674

55,285

56,943

58,652

60,411

62,223

64,090

66,013

216,258

222,518

228,949

235,556

242,343

249,314

256,475

263,829

3,081,700

3,304,218

3,533,168

3,768,724

4,011,067

4,260,381

4,516,855

4,780,684

Tableau N° 31 : Compte d'exploitation lot3

Compte d'exploitation Lot3

 
 
 
 
 
 
 
 

Désignation

Année 0

Année1

Année2

Année3

Année4

Année5

Année6

Année7

investissement

Réseau AEP du plateau et home 1, 815,192.02 €

 
 
 
 
 
 

logistique

525.80 €

 
 
 
 
 
 

606 €

Sensibilisation

 
 
 
 
 
 

30,000 €

Control, gestion du projet et rédaction de l'appel d'offre

 
 
 
 
 
 

total investissement 1, 846,324 €

Chiffre d'affaires (recettes)

1,275,570

1,313,838

1,353,253

1,393,850

1,435,666

1,478,736

1,523,098

Charge d'exploitation

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Dotations aux amortissements

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

Entretien

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

Consommable

792

792

792

792

792

792

792

Frais de Personnel

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

Autres charges d'exploitation

12,000

12,600

13,230

13,892

14,586

15,315

16,081

Charges et pertes diverses (10)% du Chiffre d'affaire

127,557

131,384

135,325

139,385

143,567

147,874

152,310

Total charges d'exploitation

306,078

310,504

315,076

319,797

324,673

329,710

334,911

Résultat d'exploitation

969,493

1,003,333

1,038,177

1,074,053

1,110,993

1,149,026

1,188,186

Impôt sur les bénéfices

387,797

401,333

415,271

429,621

444,397

459,610

475,275

Résultat net après impôt

1,357,290

1,404,666

1,453,448

1,503,674

1,555,390

1,608,637

1,663,461

Dotations aux amortissements

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

Besoins en fonds de roulement (10% du chiffre d'affaires)

 

127,557

131,384

135,325

139,385

143,567

147,874

152,310

CASH Flow 1,315,507

1,359,057

1,403,896

1,450,064

1,497,597

1,546,537

1,596,925

CASH Flow cumulé

1,494,087

2,853,144

4,257,040

5,707,104

7,204,701

8,751,238

10,348,164

taux de rentabilté (en%)

74

76

79

81

84

87

90

Année8

Année9

Année10

Année11

Année13

Année14

Année15

Année16

Année12

Année17

1,568,791

1,615,854

1,664,330

1,714,260

1,765,688

1,818,658

1,873,218

1,929,415

1,987,297

2,046,916

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

792

792

792

792

792

792

792

792

792

792

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

16,885

17,729

18,616

19,547

20,524

21,550

22,628

23,759

24,947

26,194

156,879

161,585

166,433

171,426

176,569

181,866

187,322

192,941

198,730

204,692

340,285

345,835

351,570

357,493

363,613

369,937

376,470

383,221

390,197

397,407

1,228,506

1,270,019

1,312,761

1,356,767

1,402,074

1,448,722

1,496,748

1,546,193

1,597,100

1,649,509

491,402

508,008

525,104

542,707

560,830

579,489

598,699

618,477

638,840

659,804

1,719,908

1,778,027

1,837,865

1,899,473

1,962,904

2,028,210

2,095,447

2,164,671

2,235,940

2,309,313

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

156,879

161,585

166,433

171,426

176,569

181,866

187,322

192,941

198,730

204,692

1,648,803

1,702,215

1,757,206

1,813,822

1,872,110

1,932,119

1,993,900

2,057,504

2,122,984

2,190,396

11,996,967

13,699,182

15,456,388

17,270,210

19,142,319

21,074,438

23,068,338

25,125,841

27,248,826

29,439,221

93

96

100

103

106

110

113

117

121

125

Année18

Année19

Année20

Année21

Année23

Année24

Année22

Année25

129

133

138

142

147

152

156

161

2,108,324

 

2,171,573

2,236,720

2,303,822

2,372,937

 

2,444,125

2,517,449

2,592,972

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

 

85,774

85,774

85,774

75,954

75,954

75,954

75,954

75,954

 

75,954

75,954

75,954

792

792

792

792

792

 

792

792

792

4,000

4,000

4,000

4,000

4,000

 

4,000

4,000

4,000

27,504

28,879

30,323

31,840

33,432

 

35,103

36,858

38,701

210,832

217,157

223,672

230,382

237,294

 

244,412

251,745

259,297

404,857

412,557

420,516

428,742

437,246

 

446,036

455,124

464,519

1,703,466

1,759,016

1,816,204

1,875,080

1,935,691

 

1,998,089

2,062,325

2,128,453

681,387

703,606

726,482

750,032

774,276

 

799,235

824,930

851,381

2,384,853

2,462,622

2,542,686

2,625,112

2,709,967

 

2,797,324

2,887,255

2,979,834

85,774

85,774

85,774

85,774

85,774

 

85,774

85,774

85,774

210,832

217,157

223,672

230,382

237,294 €

 

244,412

 

251,745 €

 

259,297 €

 

2,259,795

2,331,239

2,404,788

2,480,504

2,558,448

 

2,638,686

2,721,284

2,806,311

31,699,016

34,030,255

36,435,044

38,915,547

41,473,995

 

44,112,681

46,833,965

49,640,276

xxxV'






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy