WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Projet d'amélioration de l'alimentation en eau potable sur le plateau de l'université de Kinshasa

( Télécharger le fichier original )
par Mariama Ahmadou BAH
Université de Kinshasa - Diplôme d'études supérieures spécialisées en aménagement et gestion intégrés des forêts et territoires tropicaux 2011
  

précédent sommaire suivant

IV-4. LA PRISE D'EAU

IV-4.1. FORAGE EXISTANT SUR LE SITE UNIVERSITAIRE

A l'initiative du Ministère de l'énergie, la REGIDESO a adopté depuis 1998 la stratégie de la mobilisation des eaux souterraines par forage en vue d'améliorer la précarité de la desserte en eau potable constatée surtout dans les quartiers périphériques de la ville de Kinshasa. C'est dans ce cadre que cinq forages on été réalisé sur le site de l'université de Kinshasa par Oxfam/Québec en 2001 pour le compte de la REGIDESO. Il s'agit de trois (3) forages de M'BANZA-LEMBA F4 ; F5 et F8 deux (2) forages au CNPP dénommé F7et F8. Ces forages ont un débit d'exploitation moyen variant entre 25 et 35m3/h. Les caractéristiques de ces forages sont reprises dans le tableau ci-dessous :

Tableau n°13 : caractéristiques existants à l'Unikin

 

Paramètre

 

unité

 

MIKONDO

 

MBANZA_LEMBA

 

CNPP/UNIKIN

 
 

Caractéristiques forages

 
 
 
 
 

1

Nomenclature

 

F1

F2

F3

F4

F5

F6

F7

F8

5

Profondeur Forée

m

86

80

84

110

117.8

110

64.4

63

6

Profondeur équipée

m

80

78

82

106

114

110

64.4

62.4

7

DN Tubage

mm

200

200

200

200

200

200

200

200

8

Niveau statique

m

17.15

9.75

9.75

50

48.5

51.3

27.9

24.48

9

Débit d'exploitation

m3/h

15

40

25

35

35

35

25

35

10

Profondeur d'immersion Initiale

m

72

68

79.1

98.6

108.4

104.4

58.5

56.2

11

Profondeur d'immersion actuelle

 

m

 

-

 

-

 

-

 

82

 

95

 

95

 

-

 

-

Au stade actuel, de tous ces forages, seuls deux (2) forages sur trois de M'BANZA LEMBA sont opérationnels et alimentent le quartier MBANZA- LEMBA. Notons en passant que dans le cadre de même projet de mobilisation des eaux souterraines, Oxfam/Québec avait réalisé aussi deux (2) forages à MAKALA PRISION et trois (3) forages au quartier de MIKONDO.

IV-4.2 PROPOSITION DE DIFFERENTES ALTERNATIVES POUR L'ALIMENTATION EN EAU DU SITE UNIVERSITAIRE

Pour améliorer l'accès à l'eau à l'UNIKIN, trois alternatives sont possibles à savoir :

- le captage des eaux de pluies,

- la réhabilitation des deux forages du CNPP - la réalisation des nouveaux forages.

Dans notre étude nous optons pour la réalisation des nouveaux forages car cette option représente beaucoup d'avantage que nous aurons à soulever dans les pages qui suivent.

IV-4.2.1Choix d'implantation des futurs forages et Débit de prise

D'une manière générale le choix d'implantions des forages se base sur deux méthodes à savoir la méthode directe et la méthode indirecte suivant trois critères principaux à savoir :

La méthode directe qui constitue le critère environnemental

La méthode indirecte qui se fait à partir des études énumérées ci-dessous

- Le critère géophysique qui consiste à faire l'exploration et l'exploitation de la ressource en eau pour déterminer le comportement hydrodynamique des principaux aquifères d'un milieu ;

- Le critère photo- interprétation qui permet de vérifier et d'approfondir les données fournies par les documents préliminaires et d'orienter les investigations en fonction des résultats escomptés. Ce travail est très souvent complété par la photointerprétation qui peut-être effectuée directement sur le site en utilisant la photographie aérienne classique et l'image satellite. Dans ce cas, on parlera de télédétection. (MASSON, 1993) ;

- Le critère environnemental qui consiste à repérer des sources et des rivières qui se trouvent dans la région d'étude à partir des cordonnés GPS du site choisi à cet effet et remonter à l'amont puis se positionner à un point de cet espace qui est accessible pour l'implantions du futur forage aussi par le GPS.

Pour ce cas précis nous avons fait recours aux critères environnementaux. Nous avons repéré trois sources et localisé quatre points d'implantation des forages tel qu'indiqué dans le tableau ci-dessous

Tableau n°14 : Cordonnées des sources et points d'implantation des futurs forages

Catégories

 

latitude

longitude

 

Altitude
( m)

Sources explorées

Kemi

24'

47.1

15°

18'

36.6

335

Kuwanbila

25'

46.1

15°

18'

56.3

326

Mukalakala

26'

18.49

15°

18'

56.34

338

 

Forages en projet

 
 
 
 

Clinique (F1)

24'

56.4

15°

18'

20.3

402

Jardin expérimental (F2)

24'

59.6

15°

18'

26.16

442

Plateau des étudiants

(F3)

25'

42.85

15°

18'

39.00

475

Plateau des résidents

(F4)

26'

03.42

15°

18'

37.90

489

Source : Nos investigations

Notons que les points des différents forages sont situés sur des replats de pente (source d'eau) où les eaux souterraines sont supposées s'accumuler. Les replats de pente sont les plus souvent le reflet d'une fracture profonde et permettent de pouvoir estimer la profondeur des forages et la hauteur piézométrique. D'où nous avons repérées deux sources et la rivière Kemi les détaillés de ses sources et forage sont consignées ci dessous. Ces points nous ont servit d'obtenir le profil altimétrique qui permit de faire la coupe lithologique des forages à partir des altitudes des points repéré, sources et certains forages existants en fin d'estimer leurs profondeurs par rapport à l'altitude moyenne du fleuve.

Altitude

(m)

200

 
 
 

50 m

50m

50m

50m

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

WEST

 

CONGELOS

F7 CNPP F8 CNPP F1P F2P F3P F4P SCEKEMI SCE KWABILA SCE MBITI EST

489

475

464

442

429.6

402

397

350

NS F8 341

338

335

326

325

NS F7 322.1

N N Fleuve 300

P=152m

P=192m

P= 225m

P=239m

MUKAKALA

Figure N°5: profil altimétrique

Pour la topographie du toit des futurs forages la reconstitution de leurs sources

en utilisant les données récolté et ressemblées dans la région d'étude après leur nivellement et

en faisant recours au logiciel surfer (Golden Software Inc) tel que nous le montre les figures 4 et 5 en deux et trois dimensions ci-dessous.

Figure N°6 : Topographie (2D) du toit des futurs forages et leurs sources d'eau

Figure N°7: carte en 3D des futurs forages et leurs sources d'eau

Ces deux figures montrent que le toit de la région d'étude est surélevé au Nordouest, sud-est et forme une zone effondré qui s'enfonce au sud. C'est une sorte de gouttière dans laquelle les eaux infiltrées au travers des sables sus-jacents pourraient s'écouler en direction des sources.

Les points d'implantation de ces forages ont été choisi à des endroits où nous avons estimé qu'il n'ya pas de menaces d'érosion, et où l'installation des ateliers de foration serait plus facile.

Dans tous les cas, pour être sûr de la réussite des ces forages et pour leurs meilleurs rendements, nous recommandons une étude géophysique dans ses différents points proposées ; étude que nous n'avons pas pu réaliser faute de moyens matériels et financiers.

S'agissant du débit de prise nous avons considéré la moyenne des débits d'exploitation des forages existant sur le site universitaire soit 30 m3/h. Ce qui implique que l'eau pompée est directement mise à la disposition des consommateurs.

Notons que le nombre de forage a été déterminé de la manière ci-dessous :

Nb = nombre de forage ; BT = besoin total en m3/h ; Q = débit du forage en m3/h Pour notre étude avons donc :

= 3.519 4 forages

D'où il serait effectuer 4 forages avec un débit de 30m3/h.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy