WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  la caractérisation mécanique des critères de qualités du départ de la course vitesse sur 100 m

( Télécharger le fichier original )
par Khalil Ben Mansour
Université de Poitiers - Doctorat 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2-Validation du modele a partir de donnees experimentales

La validation du modèle de vitesse est effectuée en utilisant ces outils de mesures :

§ une caméra HDV dont l'axe optique est horizontal et perpendiculaire au plan du mouvement

§ un OptoJump de 10 m

? un radar dont l'axe est confondu avec celui de la piste

32 Le coureur participant à cette expérimentation est de niveau national ; âge = 20 ans ; taille = 1,8 m et masse = 78 kg.

Suite à la calibration du champ de course, le dé-tramage du film en une séquence d'images et la détermination de points remarquables définies par des marqueurs fixés au préalable sur l'athlète, la vitesse d'éjection de l'athlète33 a pu être estimé à 3,3 m/s avec une incertitude de #177;0,2 m/s. Les données de l'OptoJump et du radar permettent quant à elles d'estimer la variation de la vitesse du coureur (figure 57). Ce dernier doit parcourir le plus rapidement possible la distance de 30 m à partir d'un départ en quadrupédie dans les blocs de départ.

Modèle

Figure 57 Variation de la vitesse horizontale d'un coureur en fonction de la distance parcourue. Les
critères de simulation sont définis comme suit : Vli, = 9,4 m/s, Véj, = 3,28 m/s, D =3,6 m et d4, = 0,52 m

La période spatiale D de ce coureur est plus courte en comparaison à celles des coureurs de niveaux moins élevés. Il convient d'être prudent sur la valeur de la vitesse limite mesurée par le radar du fait que le coureur a commencé à ralentir à 30 m.

Pour caractériser « la montée en vitesse » du coureur, la période spatiale de la variation de vitesse est en concurrence avec l'accélération du coureur qui est caractérisée par son intensité maximale et par sa durée. La période spatiale rend compte de ces deux paramètres. Elle représente une variable de synthèse qui ne subit pas l'amplification du bruit lors du calcul de l'accélération du coureur à partir de sa vitesse (figure 58).

Rappelons que l'utilisation des outils OptoJump et radar, dans le cadre de notre étude, se justifie par une nécessité d'approcher l'évolution de la vitesse du coureur après son éjection des blocs de départ.

33 L'
·

athlete participant à cette expérimentation est de niveau national ; âge = 20 ans ; taille = 1,75 m

et masse = 76 Kg.

Figure 58 Variation de l'accélération (Acc) du coureur en fonction de la distance parcourue.
Ces résultats sont obtenus à partir de ceux de la figure 57 (Modèle et Radar)

Les résultats obtenus avec un seul coureur semblent être satisfaisants et méritent d'être confirmés. Toutefois, il convient de disposer, pour des groupes de niveaux, de différentes mesures de la variation de la vitesse afin d'établir un modèle prédictif de la pénalité par la seule connaissance de Véject.

La détermination de la variabilité des critères de simulation D et Vlim en fonction du niveau d'entraînement de l'athlète fournit des informations utiles aux entraîneurs qui cherchent à caractériser l'évolution de leurs coureurs pour établir un suivi longitudinal. Afin de se rendre compte de l'importance de ces critères, leur impact sur la performance est étudié.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.