WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le refinancement des établissements de micro finance (EMF) par les banques commerciales en Centrafrique


par Deki - Deki ZANGAMONZIA
Université de Bangui (RCA) - Master 1 Sciences économiques 2009
  

sommaire suivant

SOMMAIRE

Dédicace... ............................................................................i

Remerciements...................................................................... ii

Sigles et abréviations..............................................................iii

Liste des tableaux ........................................................................ v

Introduction générale............................................................... 1

Chapitre I : Aperçu de la microfinance et caractéristique du secteur

financier Centrafricain......................................5

Section I : Généralité sur la microfinance .........................................5

Section II : Caractéristique du secteur financier Centrafricain ..................8

Chapitre II : Problématique du refinancement bancaire des IMF.............23

Section I : La nécessité d'une relation entre les banques et les IMF.........24

Section II : Les acteurs et circuit du refinancement ............................32

Chapitre III : Accroissement de la capacité des EMF Centrafricain par

intéressement des banques commerciales................43

Section I :Articulation du secteur bancaire au secteur de la microfinance..43

Section II : Stratégies et scénarios pour les banques commerciales de

s'intéresser en microfinance ................................52

Conclusion générale .................................................................62 

Bibliographie .........................................................................64

Annexes ...............................................................................68

Table des matières ...................................................................69

DEDICACE

A notre regrette père Michel ZANGAMONZIA pour avoir guidé nos pas sur le chemin d'éducation et de réussite.

REMERCIEMENTS

La vie estudiantine est une course de longue haleine nécessitant beaucoup de moyens, de volonté, de courage et d'amour pour le travail. Par conséquent, sans l'aide de certaines personnes, ce travail n'aurait jamais été réalisé.

A cet effet, nous exprimons notre profonde gratitude à notre directeur de mémoire Monsieur LAMBERT YERIMO, qui malgré ses multiples occupations a bien voulu accepter de diriger ce travail. Vos critiques pertinentes nous ont été d'une importance capitale.

Nos remerciements vont également à l'endroit de tout le corps professoral de la faculté et en particulier ceux du Département de sciences Economiques pour le sacrifice qu'ils ont consenti pour notre formation. Qu'ils trouvent ici l'expression de nos sincères gratitudes.

Nous remercions vivement :

v Notre Mère Mme ZANGAMONZIA YVONNE qui a su guider nos pas sur le chemin de succès et qui nous a beaucoup soutenue dans nos études pendant les années difficiles, qu'elle reçoit l'expression de nos reconnaissances infinies ;

v Nos aînés MAZENGUE. Francklin, BEINA. Vivien pour leurs appuis techniques et logistiques ;

v A tous les enfants et la famille ZANGAMONZIA, à notre tente NZOMO NDOTIAS Dorcas, a nos tentes et nos oncles maternels que paternels ;

v A nos frères et soeurs MAGBA Junior ; Nerry ; Guy Privat ; Perpétue ;

v A tous nos collègues dont nous avons combattus ensemble notamment NANTIGA GANG-NON, M'VOUKA Arsène et Aymar, KPOUSSA.E, FINISSAMBIA.C, MOMOKAMA.F, SOUPENE Tite ; LOUANGHO J.H ;

v A notre âme soeur GBASSO PRISCA pour ses soutiens moraux ;

v A notre fille Edna Ketsiat pour qui ce travail sert de modèle et de référence.

Enfin, que tous ceux qui de près ou de loin ont d'une manière ou d'une autre apporté leur contribution et qui n'ont pas été cites nommément, reçoivent eux aussi nos sincères remerciements.

SIGLES ET ABREVIATION

AFD : Agence Française de Développement

APEMF-CA : Association Professionnel des Etablissements de Microfinance

de Centrafrique

ASS : Afrique Sub-Saharienne

ASPC  : Association pour l'Epargne et le Crédit

BPMC  : Banque Populaire Marocco-Centrafricain

BSIC   : Banque Sahelo-Saharienne pour l'Investissement et le Commerce

CBCA  : Commercial Bank Centrafrique

CEE  : Crédit Epargne et d Education

CCMC  : Caisse Mutuelle des Cifadiennes de Centrafrique

CEMAC   : Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale

CICM  : Centre International du Crédit Mutuel

CIFAD  : Centre International des Femmes Africaines pour le Développement

CMCA  : Crédit Mutuel de Centrafrique

CMCC  : Caisse Mutuelle des Cifadiennes de Centrafrique

CMF  : Cellule Microfinance

CNMF  : Comité Nationale de Microfinance

COBAC  : Commission Bancaire en Afrique Centrale

DSRP  : Document de la Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté

EMF  : Etablissement de Microfinance

FENU  : Fond d'Equipement des Nations Unies

GTZ  : Agence de Coopération Allemande

ICDI : Integrated-Community Development International

IDH  : Indice de Développement Humaine

IMF  : Institution de Microfinance

MFB  : Ministère des Finances et du Budget

OMD  : Objectifs du Millénaire pour le Développement

ONG : Organisation Non Gouvernementale

PAE/SFI : Projet d'Appui à l'Emergence du Secteur Financier Inclusif

PALCP  : Programme d'Appui à la Lutte Contre la Pauvreté

PED  : Pays en Développement

PDRB  : Projet de Développement Rural de Boucha

PDSV : Projet de Développement de la Savane Vivrière

PIB : Produit Intérieur Brut

PNUD : Programme des Nations-Unis pour le Développement

RCA   : République Centrafrique

SNFI   : Stratégie Nationale pour la Finance Inclusif

SOFIA-Crédit : Société Financière Africaine de Crédit

UCACEC : Union Centrafricaine des Caisses d'Epargne et de Crédits

LISTE DES TABLEAUX

Tableau n°1 : La répartition du capital de CBCA

P 11

Tableau n°2 : La répartition du capital d'Ecobank Centrafrique

P 12

Tableau n °3 : La répartition du capital de BPMC

P 12

Tableau n°4 : Les principaux agrégats du CMCA au titre de l'année 2009

P 19

Tableau n°5 : Les principaux agrégats de l'UCACEC

P 19

Tableau n°6 : Les étapes du cycle de vie des IMF et schémas typique de

financement

P 41

Introduction Générale

Situer au coeur de l'Afrique, la RCA est un vaste territoire enclavé qui s'étend sur une superficie de 623.000 km² et regorge une population d'environ 4.474.444 en 2010 inégalement repartie avec une densité moyenne de 6,9 habitants au km².

L'économie Centrafricaine est encore petite et fragile, caractérisée par une faible offre de service public dont l'Etat reste le principal acteur en terme d'offre d'emploi et de distribution de revenus.

Cette économie est caractérisée par un PIB par habitant estimé à 700$ US avec un taux de croissance du PIB en volume de 2,6% et un taux de pénétration bancaire de 10%.

L'offre de services financiers par les banques et les EMF est très réduite et la majorité de la population est de fait exclue du système financier.

En effet suite à de nombreuses crises (économiques, financières, politiques, etc.) qu'a connu le monde dans les années antérieurs, et dans les pays du sud en particulier, dont les effets sont encore présents, de nombreux majeurs et politiques ont été envisagé pour faire face à ses crises ou du moins réduire ses effets. Mais aussi de combattre la pauvreté et atteindre les objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

C'est ainsi que la micro finance, définit comme l'offre de services financiers (micro crédit, micro épargne, micro assurance...) à des populations pauvres exclues du système financier classique, a été créer et employé comme un outil de lutte contre la pauvreté.

L'avènement de la microfinance dans les années 80 fait suite aux mouvements et changements fondamentaux qu'a connus l'environnement économique dans les années 70.

Rappelons que, la microfinance n'aurait pas connu un tel succès et un tel engouement, si le professeur MUHAMED YUNUS1(*) et les autres pionniers2(*) n'avaient pas démontré que les pauvres étaient bancarisables et que le micro crédit pouvait être une activité rentable3(*).

Dans la littérature théorique, l'avènement de la microfinance a été amplement expliqué par une défaillance du secteur bancaire dans le financement des catégories pauvres. Les EMF prenant appui sur cette finance informelle sont apparues, cherchant à pallier la déficience du système financier et à réduire l'écart entre le système formel et informel. De même les banques commerciales à la recherche de nouvelle niche de clientèle, expérimentent la voie de la microfinance.

Les banques et les EMF, bien que n'ayant pas la même stratégie de localisation, la même technologie de production mais bien souvent se dévouent pour le même objectif à savoir ; collecter l'épargne des agents excédentaires pour les besoins de financement jugés rentables. Bien que deux institutions n'ont pas la même cible de clientèle et ne sont pas soumises à la même réglementation, elles ont au moins une raison commune d'existence : Les coûts de transaction et de l'information élevés qu'engendre l'échange direct sur le marché.

Aujourd'hui avec le succès spectaculaire de la microfinance, un nombre croissant de banques commerciales entre dans ce secteur.

L'ensemble de ces différents points nous conduit à réfléchir sur le thème l'accès des EMF au refinancement des banques commerciales en Centrafrique.

L'intérêt porté à ce sujet est de cherché à nouer une relation entre ces deux institutions ; afin de permettre dans un premier temps aux EMF d'augmenter leur portefeuille de crédit à travers les prêts mais aussi d'élargir leur gamme de clientèle afin de diversifier leurs services et dans un deuxième temps de permettre aux banques commerciales d'atteindre les plus pauvres (exclus), d'accéder dans les zones rurales moins sécurisées à travers les EMF.

Sur le plan socio économique, la répercussion des crises socio militaire de la décennie écoulée a fortement influencé le niveau des activités microfinancières en Centrafrique et le système financier en général est déséquilibré.

Le secteur représentait en fin 2005 un encours d'épargne de 2,56millions de FCFA soit environs 7% de l'encours des dépôts du secteur bancaire en RCA. Sur la même période, l'encours de crédit du secteur estimé à 1,028 millions de FCFA ne représente 1,9% de l'encours des prêts bancaires.

L'offre de service financier par les banques et les EMF est très réduite et la majorité de la population est de fait exclu du système financier.

Cependant, l'offre de service financier, même si elle est diversifiée, souffre d'une insuffisance de ressources financières pour soutenir les initiatives et d'un manque d'expertise pour garantir une fourniture durable des services.

De toutes ces situations, nous nous interrogeons de la manière suivante :

Ø Comment et à quelles conditions les EMF Centrafricain peuvent accéder à un refinancement des banques commerciales afin de faire face aux besoins de leurs clients ?

Ø Quelles sont les contraintes empêchant les banques commerciales de s'intéresser au secteur de la microfinance en RCA ?

L'objectif général assigné à notre travail est d'identifier les contraintes liées au refinancement des EMF par les banques commerciales et de proposer des solutions.

Pour cela, nous avons définit deux objectifs spécifiques :

Ø Etudier les procédures et circuit du refinancement bancaire des EMF ;

Ø Identifier les obstacles empêchant les banques commerciales de s'intéresser aux EMF et proposer des mesures à prendre.

Afin d'atteindre ses objectifs, nous avons émis deux hypothèses a savoir :

Ø Améliorer et renforcer la capacité des EMF centrafricains serait nécessaire pour une articulation banque et EMF.

Ø Les banques commerciales pourraient s'intéresser aux EMF a travers une participation directe et ou indirect nécessitant des garanties nécessaires et suffisantes.

Afin d'atteindre les objectifs assignés a notre étude, notre méthodologie de recherche consiste à procéder a des recherches documentaires ; ce qui consiste a rassemblé tous les documents antérieurs et relatifs a ce travail, procéder a des recherches bibliographiques au près de certains bibliothèques de la place, au près des archives de certains EMF et banques commerciales. Nous procéderons aussi a des entretiens auprès de certains responsables des EMF et banque de la place puis enfin nous allons recherche et collecte les informations sur les sites internet.

Pour mieux cerner notre thème et aboutir a nos objectifs, notre travail sera divisé en trois chapitres. Le premier chapitre présente un aperçu de la microfinance et la caractéristique du système financier Centrafricain, le deuxième chapitre porte sur la problématique du refinancement bancaire des E MF et le troisième chapitre portera sur l'accroissement de la capacité des EMF centrafricain par intéressement des banques commerciales.

 

* 1 Pr. MUHAMMED YUNUS, prix Nobel de la paix 2006, fondateur de Grameen Bank (ou Bangladesh), il est le premier à expérimenter la voie de la microfinance à travers le micro crédit aux femmes.

* 2 Mc KINNON et SHAW sont les premiers à jeter les bases théoriques de la microfinance en 1983.

* 3 Cette assertion n'est nullement une adjudication des origines de la microfinance au Pr. YUNUS, tout simplement à faire le lien avec le prix Nobel de la paix et par la donner une référence aux lecteurs les moins avisés.

sommaire suivant