WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact de la filiere textile coton camerounaise sur le développement socio-économique national: Bilan et perspectives


par Raphal Athanase Elisée Hamadjam
Institut sous-regional multisectoriel de technologie appliquée de planification et d'évaluation de projets - DESS Analyse et Evaluation des Projets 2004
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

Si la mise en oeuvre des stratégies retenues après les indépendances a permis de mettre en place une base industrielle importante, et d'assurer une croissance élevée de l'économie tout en prenant en charge les besoins essentiel des populations, l'économie est caractérisée à la fin des années 80 par une récession très marquée.

Les principaux indicateurs macro et micro économiques se sont fortement inscrits en baisse, entraînant une baisse généralisée de l'activité économique et une accentuation de la pauvreté.

Après l'application d'une série de mesures d'ajustements structurels, le pays a renoué avec une croissance précaire, car essentiellement fondée sur la demande extérieure, le secteur industriel encore embryonnaire, n'ayant pas connu de mutation à la hauteur du discours politique.

Le projet de restructuration de certaines filières susceptibles d'impulser l'économie nationale traduirait la volonté politique de privilégier l'industrialisation du pays comme moteur de la croissance.

Cette étude, portant sur la filière textile coton camerounaise a permis de relever son importance dans le système socio-économique du pays et également de noter ses problèmes et sa difficulté à soutenir l'économie. Il en ressort que la filière n'a pas tenu le rôle que l'on attendait d'elle.

Pour que la filière tienne son rôle de moteur de la croissance économique, les nouveaux objectifs, qui consistent à réduire la dépendance de la filière par rapport à l'extérieur et favoriser la transformation locale de coton fibre, ont été fixés. Ces objectifs prévoient une augmentation de la production de coton fibre de 60% et un taux de transformation locale de 20%.

Pour parvenir à un développement harmonieux de la filière, capable de soutenir et d'impulser l'économie camerounaise, les pouvoirs publics sont appelés, en concert avec les différents acteurs de la filière à prendre un certains nombre de mesures.

· l'assistance technique des producteurs de coton,

· l'octroi de crédits aux planteurs dans le but d'améliorer le rendement de production du coton graine,

· la lutte contre les importations frauduleuses de matières textiles,

· la réduction des importations de friperie,

· l'accès, pour l'industrie de filature et de tissage, à un coût compétitif et préférentiel au coton fibre,

· la promotion du label « Coton du Cameroun » au travers d'une politique active d'information, de promotion, de marketing, d'incitation,

Par ailleurs, la CICAM est appelée à redéfinir son projet d'entreprise au sein de la filière textile camerounaise. Ce projet passe nécessairement par :

· une modernisation des outils de production et du système d'information,

· une amélioration des performances marketing et commerciales

· des aménagements structurels touchant aux conditions d'approvisionnements en matières premières.

· un renouvellement de l'offre de produits fréquemment, l'innovation et la création de nouveaux produits

· l'amélioration de la qualité, de l'appareil de production notamment aux standards internationaux

· le renforcement et l'extension des réseaux de ventes

· la mise en place des outils de production optimisés par rapport aux produits

· l'association des grands acteurs de la distribution de produits textiles à la démarche de relance du secteur de la transformation

Par ailleurs, la CICAM est appelée à redéfinir son projet d'entreprise au sein de la filière textile camerounaise. Ce projet passe nécessairement par :

· une modernisation des outils de production et du système d'information,

· une amélioration des performances marketing et commerciales,

· des aménagements structurels touchant aux conditions d'approvisionnements en matières premières,

· un renouvellement de l'offre de produits fréquemment, l'innovation et la création de nouveaux produits,

· l'amélioration de la qualité, de l'appareil de production notamment aux standards internationaux,

· le renforcement et l'extension des réseaux de ventes,

· la mise en place des outils de production optimisés par rapport aux produits,

· l'association des grands acteurs de la distribution de produits textiles à la démarche de relance du secteur de la transformation.

précédent sommaire suivant