WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La place des services sociaux dans les politiques d'intégration en Europe

( Télécharger le fichier original )
par Irmela DE HAAS
Université catholique de Lille - Institut social Lille Vauban/ Canterbury Christchurch University College - Master du Travail Social en Europe 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2. Le modèle ethnique d'intégration nationale

L'Allemagne se constitue en nation après les défaites de 1806/1807 (Iéna). Le modèle allemand relève d'une conception ethnique de la nation. Dès l'Empire allemand (1871) la nation est conçue comme une entité originale : font partie de la nation allemande ceux qui ont du « sang allemand », ceux qui appartiennent à un même peuple. Le peuple renvoie à une conception généalogique de la communauté nationale : tous ceux qui ont du sang allemand de part le monde font partie de la nation allemande. L'idée allemande de nation n'est pas politique ; c'est celle d'une communauté culturelle et linguistique.

Cette conception allemande de la nation débouche à terme sur une constitution fédérale qui regroupe et permet de regrouper toutes les communautés de langue allemande. La nationalité allemande déborde le cadre strict de l'Etat.

Le code de la nationalité a été dominé pendant longtemps par le droit du sang. La loi sur la nationalité allemande adoptée par le Bundestag en 1999, en revanche, consacre le droit du sol, pour la première fois dans l'histoire de l'Allemagne. Dorénavant, les enfants nés en Allemagne de parents étrangers se voient attribuer la nationalité allemande dès leur naissance, à condition que l'un des parents réside légalement en Allemagne depuis huit ans. Or, cette nouvelle loi ne fait pas l'unanimité parmi la population allemande.

2.3. Le modèle multiculturel d'intégration nationale

Dans les années 1980, les Pays Bas sont devenus le modèle européen du multiculturalisme en instaurant une politique des minorités. Que le multiculturalisme ait pu se développer aux Pays Bas est en lien avec la culture politique de ce pays. En effet, les Pays Bas sont un pays de minorités. Historiquement, sa société s'est bâtie sur des « piliers » : les catholiques et les protestants d'abord, puis plus tard les libéraux et les socialistes aussi, formaient des communautés fermées avec leurs propres écoles, associations, journaux... Cette tradition nommée « émancipation collective » permettait de penser et d'agir dans des termes de pluralité culturelle. Au courant des années 1980, l'apparition de communautés ethniques, qui s'ajoutaient aux « piliers » traditionnels de la société néerlandaise, ne semblait pas incohérente, alors que, en même temps, le système des « piliers » existants était bouleversé suite à la progression constante de la sécularisation et de l'individualisation. A la place d'une assimilation, la sauvegarde et le développement des cultures des « minorités ethniques » étaient encouragés. Des écoles musulmanes et hindoues, comparables aux nombreuses écoles confessionnelles catholiques et protestantes, voyaient le jour et l'Etat subventionnait généreusement les organisations et associations communautaires qui s'étaient créées.59(*)

* 59 BERNDT Uwe, Das strenge Gesicht von Frau Antje, DIE Zeitschrift, Deutsches Institut für Erwachsenenbildung, octobre 2002, en ligne sur : www.diezeitschrift.de/42002/positionen1.htm

précédent sommaire suivant