WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Atlas des risques de la phytothérapie traditionnelle. àČtude de 57 plantes recommandées par les herboristes

( Télécharger le fichier original )
par Samia AOUADHI
Faculté de médecine de Tunis - Master spécialisé en toxicologie 2010
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

    1

    MEMOIRE

    DE MASTERE SPECIALISE

    EN TOXICOLOGIE

    Présenté et soutenu publiquement le ... / ... /2010 par

    Aouadhi Samia

    Née le 19-11-1980 à Bou-Salem (TUNISIE)

    TITRE

    ATLAS DES RISQUES DE LA PHYTOTHERAPIE TRADITIONNELLE ETUDE DE 57 PLANTES RECOMMANDEES PAR LES HERBORISTES

    Mots-clés

    Médecine traditionnelle - Phytothérapie - Plantes médicinales -
    Intoxication par les plantes - Atlas

    Jury:

    Président : Pr. Thabet Hafedh

    Membres : Pr. Borsali falfoul Nèbiha Pr. Ag Klouz Anis

    Pr. Ag Zhioua Mongi

    Pr. Ag Banasar Ahmed

    Directeur de Mémoire : Pr. Ben Salah Nabil

    Co-directeur de Mémoire : Pr. Ag Hamouda Chokri

    2

    SOMMAIRE

    I)

    3

    INTRODUCTION~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~~~ 7

    II) METHODOLOGIE 9

    III) ATLAS PROPREMENT DIT

    1) ABSINTHE.11

    2) ALATERNE 14

    3) ALOES~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 16

    4) AMMI~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~~ 21

    5) ANEMONE PULSATILLE 23

    6) ANETH ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~~ 25

    7) ANIS ETOILE ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~27

    8) ANIS VERT~.~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 30

    9) ARBOUSIER~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 32

    10) ARMOISE HERBE BLANCHE ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 34

    11) AUBEPINE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 36

    12) BASILIC 39

    13) BELLADONE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~ 41

    14) BRUYERE 43

    15) BOURRACHE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 45

    16) CAMOMILLE 47

    17) CANNELLE 49

    18) CARVI~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~ 52

    19) CHARDON MARIE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 54

    20) CHICOREE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 58

    21) CLOU DE GIROFLE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 60

    22) COLOQUINTE 63

    23)

    4

    COQUELICOT 66

    24) CORIANDRE 69

    25) CRESSON ALENOIS 71

    26) EUCALYPTUS~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~73

    27) EUPHORBE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.76

    28) EPHEDRA~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.79

    29) FENOUIL SAUVAGE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ ~ 82

    30) FOUGERE MALE 85

    31) GAROU~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~.88

    32) GENEVRIER~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.91

    33) GINGEMBRE 94

    34) GINSENG 97

    35) GLOBULAIRE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.100

    36) HARMEL~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.102

    37) LAURIER-SAUCE 106

    38) LAVANDE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 109

    39) LIN 111

    40) MARJOLAINE 115

    41) MARRUBE BLANC~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 118

    42) MELILOT 120

    43) MENTHE POULIOT 123

    44) MOLENE BOUILLON BLANC~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.126

    45) MYRTE 128

    46) MYRTILLE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~130

    47) NIGELLE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~.~132

    48) NOIX DE MUSCADE 135

    49)

    5

    ORTIE 139

    50) REGLISSE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 143

    51) RICIN 146

    52) ROMARIN 149

    53) RUE SAUVAGE 151

    54) SAUGE OFFICINALE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 154

    55) SENE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 157

    56) STRAMOINE~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 160

    57) THYM COMMUN~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 162

    IV) CONCLUSION 165

    V) ANNEXES~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ 166

    LA FICHE ENQUETE PHYTOTHERAPIE 167

    LES PRINCIPALES FAMILLES DE PRINCIPES ACTIFS (PA) D'ORIGINE VEGETALE (NATURE,

    PROPRIETES CHIMIQUES ET PHARMACO-TOXICOLOGIQUES, ORIGINE) 169

    GLOSSAIRE DES LEXIQUES 179

    REFERNCES BIBLIOGRAFIQUES 191

    6

    DEDICACES

    Ce mémoire qui est le résultat et le fruit d'un travail de longue haleine, de nuits
    interminables, d'une

    multitude de contacts sans relâche pour des enquêtes phytothérapie.
    Je le dédie avec grand amour

    À ma mère Naima

    À mon père Tahar

    À mes deux frères Rafik et Sami

    À ma soeur Rafika

    Ces êtres chères qui m'ont tant aidé, orienté et conseillé et qui ont fait preuve d'une
    patience sans égal

    face à tous mes caprices d'étudiante exigeante, perfectionniste et infatigable

    Qui n'ont jamais douté de moi et encouragé tout au long de mes études et leur soutien
    pendant cette

    pénible épreuve que représente ce mémoire

    Je leur dis tout simplement merci
    Que dieu vous bénisse
    SAMIA

    7

    A ceux qui m'ont élevé et réchauffé durant mon enfance;

    À mes grands parents, Dieu les ait en son sein,

    A celui qui m'a indiqué la bonne voie en me rappelant que la science et la volonté forgent les
    grands esprits

    À mon père A celle qui m'a appris que la patience est la clé du succès et de la Victoire

    À ma mère

    A ceux qui m'ont toujours soutenu et encouragé psychologiquement

    À SAMI, RAFIKA et RAFIK

    Tous m'ont couvert avec la chaleur de leurs amours et leurs soutiens

    Je leur dédie ce fruit de ma réussite et prie dieu le tout puissant de leur donner santé et
    longue vie

    Ainsi,
    À tous mes amis, pour leurs petits instants précieux passés et à venir...

    8

    REMERCIEMENTS

    Je tiens à remercier infiniment ceux, qui sans leurs collaborations, ce travail n'a pas pu voir
    le jour: Monsieurs les herboristes: Badreddine Elforti, Boussalmi Rabeh, Chawki Elforti,
    Tawfik et ceux qui m'ont aidé sans vouloir donné leurs identités~MERCI

    À Monsieur le professeur à la Faculté de pharmacie de Monastir Ghedira Kamel qui m'a aidé
    à minformer aimablement sur les documentations.Sincères remerciements.
    À Madame Le professeur vacataire à la Faculté de pharmacie de Dijon à Bourgogne, la
    France, Drut-Grevoz Guylaine, pour ses informations botaniques précieuses...MERCI

    À notre jury de mémoire, qu'il ne soit ainsi permis de vous remercier très sincèrement pour
    avoir spontanément accepté de juger ce travail et d'en être le rapporteur et tenons à vous
    assurer de notre considération la plus respectueuse:
    À Monsieur le professeur agrégé HAMOUDA Chokri , l'encadreur qui de son plein gré, a
    accepté de suivre mon travail, je le considère à juste titre comme un père intellectuel non
    seulement pour son orientation théorico-méthodologique dont je bénéfice mais aussi pour la
    grande compréhension dont il fait preuve à mon égard, sa patience et sa gentillesse.

    À Monsieur le coordinateur de mastère le professeur THABET Hafedh, nous garderons en
    mémoire ses grandes qualités, tant humaines, qu'intellectuelles et sa gentillesse.

    Au directeur de mémoire, Monsieur le professeur BEN SALAH Nabil

    À Madame le professeur Borsali Falfoul Nèbiha
    À Monsieur le professeur agrégé Klouz Anis
    À
    Monsieur le professeur agrégé Zhioua Mongi
    À Monsieur le professeur agrégé Bennaser Ahmed

    MES RESPECTS ET SINCERES REMERCIEMENTS.

    9

    I) INTRODUCTION

    La médecine traditionnelle réunit l'ensemble des connaissances, compétences et pratiques basées sur les théories, les croyances et les expériences auxquelles les différentes cultures ont recours pour prévenir, diagnostiquer, soulager ou soigner des maladies physiques et mentales.

    Il est vrai que, dès l'aube de l'humanité, l'homme a appris à cerner ce que pouvait lui apporter le règne végétal: matériaux, fibres, mais aussi plantes alimentaires, plantes toxiques pour la chasse et la guerre, plantes magiques pour un usage rituel, et bien sûr, plantes qui guérissent. Les mêmes plantes peuvent d'ailleurs avoir un usage multiple.

    Les plantes médicinales peuvent être des espèces cultivées mais dans la plupart des cas des espèces sauvages d'où la nécessité de l'identification précise des plantes employées. Les préparations peuvent être obtenues par macération, infusion ou décoction.

    L'identification précise des plantes représente une nécessité concrète, car elle est la base de l'utilisation sécuritaire des plantes médicinales.

    La phytothérapie est une médecine non conventionnelle du fait de l'absence d'études cliniques basées sur les évidences. Cependant cette approche reste massivement employée dans certains pays en voie de développement.

    En Tunisie les plantes occupent une place importante dans la médecine traditionnelle, qui elle même est largement employée dans divers domaines de la santé. Les remèdes utilisant les plantes sont considérés comme moins chers, sans effets indésirables. Par ailleurs ces thérapies ont tendance à être plus employées dans les maladies chroniques tels que le diabète, les rhumatismes (algies chroniques) et les cancers.

    L'exploitation et le commerce des plantes médicinales et aromatiques représentent, pour
    plusieurs familles à la campagne et en ville, une source de revenu non négligeable. En ce
    moment, le marché tunisien est submergé de produits de phytothérapie de toutes sortes, à

    10

    part les productions locales sous formes de plantes sèches vendues en vrac, il existe aussi des huiles végétales, importés principalement des pays arabes d'orient, comme l'Egypte et l'Arabie Saoudite et qui sont vendues, un peu partout, notamment dans les nombreuses boutiques spécialisées dans la vente du miel.

    Les herboristes agissent ouvertement, au moyen d'annonces publicitaires et de distributions organisées de leurs cartes de visite, dans les lieux publics et privés.

    En Tunisie, une association de promotion de la médecine traditionnelle a été créée il y a plusieurs années et dont la présidence avait été confiée au feu professeur Hassouna Ben Ayed, mais elle est demeurée inactive.

    Bien des gens croient qu'il s'agit de produits naturels et traditionnels, ils sont par conséquent réputés être sans danger, donc ne risquent pas de faire du mal. Il est plus aisé de cueillir les plantes ou de les acheter auprès des herboristes et des guérisseurs traditionnels, soit sous leurs formes brutes soit sous forme de préparations. Cependant ces pratiques coutumières peuvent provoquer des réactions indésirables voire des intoxications et ce même à des doses infinitésimales. Ce qui peut être majoré par l'administration associée et inappropriée d'autres médicaments.

    A cet effet, un inventaire systématique des plantes médicinales les plus utilisées, que ce soit prescrites par les praticiens traditionnels ou convoitées par la population tunisienne, est dressé dans le but d'identifier les principes actifs retrouvés dans ces plantes et d'alerter les risques d'un mauvais usage.

    11

    II) METHODOLOGIE :

    Après plus de six siècles d'existence, « Souk El Blat » garde toujours la même vocation, à savoir un endroit où le citoyen peut se procurer des espèces de plantes médicinales utilisées encore dans la pharmacopée populaire. Malgré la réduction du nombre de vendeurs de ces plantes médicinales, notamment, avec le rétrécissement du patrimoine herboristique et l'engouement limité des citoyens pour la pharmacopée, on a pu recueillir les renseignements visés par cette étude.

    Auprès des herboristes et en s'aidant des fiches de questionnaires concernant leurs divers usages, on a dressé les monographies des plantes médicinales les plus recherchées. Au cours de notre inventaire nous avons procédé de la façon suivante :

    1. Identification des plantes les plus prescrites :

    Le classement des plantes est fait suivant l'ordre alphabétique de leurs noms français. Chaque planche associe les caractérisations botaniques, les principes chimiques actifs et les propriétés médicinales attribués à la plante en question.

    2. Précision des indications consensuelles de l'usage de ces plantes :

    Pour chaque plante, on a rapporté ses différentes usages, ses préparations possibles et ses différentes formes d'applications.

    3. Identification des principes actifs retrouvés dans ces plantes :

    Les principes actifs responsables du rapport bénéfice - risque suite à leurs activités sont mentionnés.

    4. Alerte sur les effets indésirables potentiels dans les suites de l'usage de ces plantes.

    12

    ATLAS PROPREMENT DIT

    ABSINTHE

    NOM VERNACULAIRE

    Chajret mariem

    NOM FRANÇAIS

    Grande absinthe

    NOM ANGLAIS

    Absinth

    NOM LATIN

    Artemisia absinthium

     

    FAMILLE

    Astéracées

    CONSTITUANTS

    HE - Thuyone - Principes amers - Lactones

    PARTIES UTILISEES

    Parties aériennes

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    L'absinthe appelée armoise amer est une plante vivace méditerranéenne, pousse sur les lieux incultes. Elle est de 60 à 100 cm de haut. La tige généralement anguleuse est un peu ligneuse vers la base. Les feuilles sont couvertes d'un duvet soyeux découpées en lobes. Les fleurs sont de grandes grappes composées de capitules jaunes globuleux. Cette plante préfère les sols argilo-calcaires.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    - Des principes amers (Lactones sesquiterpéniques).

    - Des flavonoïdes (artémitine dérivé de quercétol).

    - L'huile essentielle est composée de thuyone, de thuyol-azulène et de proazulène.

    13

    14

    Le taux de thuyone dans l'huile principale d'absinthe est de l'ordre de 50% mais le pourcentage d'huile principale dans la plante elle-même est seulement d'environ 0,6%. C.PROPRIETES :

    L'Absinthe est un excellent tonique amer doué de vertus apéritives (dues à l'absinthine). Elle est encore stomachique, carminative, emménagogue, vermifuge (due à la thuyone), diurétique et fébrifuge.

    Elle est aussi cholérétique, antibactérienne, stimulante et digestive. D .USAGE TRADITONNEL ET COURANT :

    Cette herbe est réputée combattre les maladies hépatiques et a été signalée à plusieurs reprises pour ses vertus contraceptives.

    Le décocté de feuilles est préconisé pour calmer les gastralgies. La même préparation (décocté) est en outre citée comme antitussive, analeptique cardiaque et antalgique de la douleur dentaire.

    La racine est aussi préparée en décocté sans sucre pour traiter l'ulcère gastrique. Le décocté de la plante entière est recommandé pour combattre la syphilis, l'hypertension et le cancer.

    Les feuilles et les fruits séchés puis fumés en cigarettes ou en décoction ont des propriétés fébrifuges et antigrippales.

    E. TOXICITE :

    La thuyone est la substance toxique dans l'absinthe car elle est épileptisante; c'est une
    cétone mono terpénique. Elle possède deux formes stéréo-isomériques l'alpha et la béta
    thuyone. L'isomère alpha thuyone est le plus toxique. Elle est particulièrement convulsivante

    15

    et provoque des hallucinations et des sensations de désinhibitions. Ces deux isomères sont toutes présentes dans l'absinthe mais aussi dans l'armoise.

    Cependant il convient d'être prudent car l'absinthe en contenant de la thuyone, elle affecte le système nerveux à doses non contrôlées.

    La plante elle-même n'est pas toxique, du moins à dose modérée et son amertume intense, due à l'absinthine, tend à en prévenir l'abus ; cette amertume la rend nauséeuse à trop fortes doses.

    Il est arrivé qu'ils l'utilisent à haute dose pour provoquer l'avortement. Cet emploi est dangereux.

    Son huile essentielle, également en usage externe, agit comme anesthésique local, mais elle irrite les muqueuses.

    Contre-indications :

    L'absinthe ne doit pas être consommée par les gens ayant l'estomac irrité, ni par ceux ayant un tempérament nerveux.

    L'absinthe est incompatible avec les sels, le fer, le plomb et le zinc en raison de la présence du tanin.

    ALATERNE

    NOM VERNACULAIRE

    Oud el khir

    NOM FRANÇAIS

    Nerprun alaterne

    NOM ANGLAIS

    Evergreen buckthom

    NOM LATIN

    Rhamnus alaternus

     

    FAMILLE

    Rhamnacées

    CONSTITUANTS

    Dérivés

    anthracéniques-

    Tanins- Flavonoïdes

    PARTIES UTILISEES

    Les feuilles

    16

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un arbuste glabre pouvant atteindre 1 à 5 m de hauteur. Les feuilles sont persistantes, coriaces, alternes, ovales, lancéolées et lâchement dentées ou entières. Les fleurs unisexuées, jaunâtres forment des petites grappes réfléchies pour les fleurs mâles et dressées pour les fleurs femelles. Le fruit est une baie d'abord rouge puis noire.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les drupes, les feuilles et l'écorce sont riches en dérivés anthracéniques et en flavonoïdes.

    C .PROPRIETES :

    Purgatives, astringentes, laxatives...

    D .USAGE TRADITONNEL ET COURANT :

    La décoction des parties aériennes de cette plante semble être efficace pour le traitement de l'ictère.

    17

    E.TOXICITE :

    Les parties toxiques de la plante sont : Les fruits murs et l'écorce.

    Cette plante contient des glycosides qui se transforment par hydrolyse en anthraquinones telles que l'émodine (une tri-hydroxyméthyl-anthraquinone). Ces substances ont un effet purgatif.

    L'ingestion des fruits provoque des vomissements, des spasmes, des mydriases et des convulsions.

    ALOÈS

    NOM VERNACULAIRE

    Sabr w mor

    NOM FRANÇAIS

    Aloès - lys de désert

    NOM ANGLAIS

    Aloe

    NOM LATIN

    Aloe vera

     

    FAMILLE

    Liliacées

    CONSTITUANTS

    Mucilages - Anthraquinones - Aloïne - Saponines

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles : gel concentré- le latex

    18

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    L'Aloès est une plante vivace sans tige originaire d'Afrique équatoriale de la famille des liliacées.

    C'est une plante charnue, adaptée aux périodes de sécheresse et au climat chaud, ses feuilles épineuses peuvent atteindre 60 cm.

    Les feuilles en bouquet sont charnues, lancéolées, épaisses, rigides et à bord épineux. Les fleurs sont jaunes réunies en grappe portée par une hampe florale de grande taille. Le fruit est une capsule.

    19

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La feuille d'aloès contient essentiellement :

    Des anthraquinones: L'aloïne qui est un produit commercialisé à partir de la résine d'Aloe contient comme principal constituant la barbaloïne (aloïne A).

    L'aloésine (aloérésine B), la barbaloïne et l'isobarbaloïne (aloïne B) sont présentes dans de nombreux genres d'Aloe. L'aloé-émodine est formé par action de l'oxygène de l'air sur la barbaloïne (oxydation). L'aloésine (A) a été isolé dans l'aloïne commercialisée. Le 8-CGlucosyl-7-O-methyl-(S)-aléosol, l'isoaloérésine D et l'aloérésine E ont été récemment isolés dans l'Aloe barbadensis (Aloe vera). Leur concentration est plus importante de la base au sommet de la feuille et diminuent avec l'âge de la feuille. Ces composés phénoliques sont jusqu'à 3 fois plus importants dans la couche sous épidermique de la feuille que le gel. L'aloïne commercialisée, utilisée comme barbaloïne << brute >> non purifiée, a une composition très différente selon les producteurs. Les autres anthraquinones sont l'acide aloétique, l'anthranol, les esters et l'acide cinnamique (dérivés de la cannelle).

    Deux produits sont obtenus à partir des feuilles d'Aloe vera, les deux ayant des implications médicales depuis plusieurs siècles. La fraction appelée << gel >> obtenue à partir de la pulpe qui est sans couleur et sans odeur utilisée particulièrement dans le traitement de problèmes cutanés. Il contient beaucoup d'eau et des sucres (polysaccharides). L'exsudat jaune issu des couches plus superficielles de la feuille (couches épidermiques internes) est un liquide jaune et extrêmement amer contenant l'<< aloïne >>. L'aloïne qui est le produit << brut >> commercialisé à partir de résine d'aloïne contient comme principal constituant une substance appelée << barbaloïne >>. Elle augmente la motricité digestive et est utilisée pour traiter la constipation.

    - Des mono et des polysaccharides : cellulose, glucose, mannose, etc.

    20

    - Des acides aminés : pratiquement tous présents, dont 7 des 8 aminoacides indispensables à la vie que notre organisme ne peut pas synthétiser et qu'il lui faut journellement dans l'alimentation.

    - Des éléments minéraux : calcium, magnésium, chlore, cuivre, chrome, fer, lithium, manganèse, phosphore, potassium, sodium, zinc.

    - Des vitamines : A- B1 - B2 - B3 - Vit PP - B6 - B9 - B12 À C À E. Des enzymes : amylases, catalases, cellulases, lipases, oxydases et phosphatases.

    C .PROPRIETES :

    Digestives : stomachique, cholagogue et laxative.

    vulnéraires : sont propres à favoriser la guérison des blessures et des contusions, liées à ses actions bactéricide, hémostatique, anesthésique, cicatrisante et anti-inflammatoire. Nutritionnelles : dans le cadre de la complémentarisation alimentaire, avec rééquilibration biologique et stimulation des défenses immunitaires de l'organisme. A noter que les propriétés digestives sont liées à la sève.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT:

    L'aloès est utilisé depuis longtemps en médecine traditionnelle, cette plante est dotée de qualités remarquables; Le gel clair d'aloès est mucilagineux, il est obtenue en taillant les feuilles qui se sert à être appliquer directement sur la peau pour le traitement des blessures, des brûlures, des coups de soleil, des eczémas et des plaies, donc il accélère la cicatrisation et minimise les risques d'infection.

    Le gel peut être mélangé avec du miel pour soigner l'érysipèle (inflammation de l'épiderme douloureux).

    Les préparations à base d'aloès sont très amères d'où le nom vernaculaire : amertume et patience.

    21

    En usage interne le latex possède des propriétés laxatives (stimulant le gros intestin), en cas de constipation et de mauvaise digestion pour refaire la flore intestinal et régénérer le système digestif.

    D'autres sources indiquent son usage pour faire baisser le taux de glucose sanguin chez les diabétiques et en cas de troubles de la circulation veineuse. Elle active les fonctions rénales hépatiques et biliaires et atténue les douleurs arthritiques et rhumatismales.

    E .TOXICITE :

    L'aloïne représente la substance toxique dans l'aloès, elle est extrêmement amère. L'aloïne a un potentiel d'irritation très important pouvant provoquer des crampes, des diarrhées sanglantes et des nausées.

    Une substance appelée « aloésine » diminue in vitro l'activité des cellules responsables de la pigmentation (mélanocytes). Elle agirait de façon synergique avec l'arbutine.

    Contre-indications :

    Certains rapports indiquent que l'aloès ne doit pas être pris durant la grossesse et durant l'allaitement. Suite à des overdoses, les effets purgatives deviennent plus sévères ce qui engendre des malformations chez le foetus et même l'avortement. Il est indiqué aussi qu' il est strictement interdit d'utiliser l'aloès pour le traitement des hémorroïdes, d'appendicite, d'ulcère, de varices, des diarrhées, de l'hypoglycémie, des menstruations abondantes et des inflammations intestinales aigues. L'usage prolongé est interdit à plus 8 à 10 jours.

    Interactions médicamenteuses :

    Le latex (à dose élevée et lors d'un usage prolongé) risque : 1) la perte possible de
    potassium entraînant une toxicité accrue des antiarythmiques (Procan SR, Quinidine, Indéral-
    LA, etc.) 2) Augmentation possible des pertes en potassium causées par certains diurétiques

    22

    (Hydrochlorothiazide, Furosémide, etc.) et les corticostéroïdes (Prednisone, cortisone). 3) Augmentation possible de l'effet de Lanoxin. 4) Réduction possible de l'absorption des médicaments oraux à cause d'une accélération du transit intestinal. Le gel d'Aloès risque de l'amplification de l'action des hypoglycémiants oraux (Diabeta, Diamicron).

    AMMI

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    NOM VERNACULAIRE

    Khella ou noukha ou Souak enebi

    NOM FRANÇAIS

    Herbe aux cures dents - Visnage.

    NOM ANGLAIS

    Khella

    NOM LATIN

    Ammi visnaga

     

    FAMILLE

    Ombellifères

    CONSTITUANTS

    Furanochromones- Thelline (Visammine)

    PARTIES UTILISEES

    Fruits - HE

    23

    Son origine est méditerranéenne, c'est une herbe annuelle spontanée de 20 à 80 cm de haut. Les feuilles sont bi ou tri-pennatiséquées en segment linéaires. Les fleurs blanches sont groupées en large ombelles composées. Les fruits sont petites graines ovales.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    - Des Furanochromones 2 à 4%: la Khelline (visammine), Visnagie, Khellol, Khellinol, Ammiol...

    - Des Pyranocoumarines ou Visnaganes : 0.2 à 0.5% Visnadine, Samidine et de la dihydrosamidine.

    - Des Furanocoumarines : traces, lipides jusqu'à 18%.

    24

    - Des Flavonoïdes : Quercétol, Isorhamnétol, kaempférol et (0.02 À 0.03%) d'huile essentielle.

    C .PROPRIETES :

    Antispasmodiques, antiasthmatiques, relaxantes, vasodilatatrices...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    La décoction des ombelles et/ou des fruits du Khalla s'emploie, en gargarisme, pour le soin de la bouche (gingivites, abcès buccaux...) et contre les maux dentaires. Cette décoction est prise aussi par voie orale, contre le diabète, les palpitations de l'aorte et les douleurs des reins et de la vessie.

    En fumigation, les fruits et les ombelles servent à dissiper les vertiges et les céphalées. Les fruits seraient également recommandés, en décoction buvable, pour décongestionner la prostate.

    Les rayons des ombelles qui convergent après floraison se ramassent en fuseau et sont utilisés comme cure-dents.

    E .TOXICITE :

    L'application cutanée de l'huile essentielle peut provoquer la photosensibilisation ceci est due aux furocoumarines. Il est recommandé de ne pas l'appliquer avant toute exposition solaire. Les pyrannocoumarines de cette HE sont hépatotoxiques.

    Des doses élevées de khelline provoquent des nausées, des vertiges et des collapsus.

    ANEMONE PULSATILLE

    NOM VERNACULAIRE

    Chakâik enôuaman

    NOM FRANÇAIS

    Anémone pulsatille

    NOM ANGLAIS

    Pasque flower

    NOM LATIN

    Pulsatilla vulgaris

     

    FAMILLE

    Renonculacées

    CONSTITUANTS

    Camphre d'anémone- Phénols- Tanins- HE

    PARTIES UTILISEES

    Racines- Feuilles- Fleurs

    25

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante vivace de 10 à 40 cm de haut, à feuilles divisées en segments étroits et longuement pétiolées. Les fleurs sont des grosses clochettes [5-9 cm] dont la couleur va du mauve au bleu en passant par le violet rougeâtre. Les graines se présentent sous la forme de carpelles réunis en grappe pourvus d'un court bec glabre.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les constituants connus sont: La protoanémonine (qui séché donne l'anémonine) - Des saponosides triterpéniques À Des camphres d'anémone - du stérol À une huile grasse À une matière tannique et phénolique -un hétéroside.

    26

    Antispasmodiques (diminue l'irritabilité du système nerveux), sédatives (de l'appareil génital notamment), antibactériennes...

    D .USAGE TRADITONNEL ET COURANT :

    Elle est indiquée en cas de : Spasmes nerveux [des organes génitaux, en particulier], Spasmes gastro-intestinaux, Toux spasmodiques: coqueluche, asthme, Névralgies, Migraines, maux de tête, Anxiété, stress nerveux, Règles douloureuses, Dartres, Taches de rousseur.

    E .TOXICITE :

    La substance suspectée toxique est l'anémonine qui existe dans la plante sèche; c'est le dérivé de la protoanémonine (existant dans la plante fraiche). Comme toutes les Renonculacées, cette plante est toxique mais son extrême amertume dissuaderait n'importe qui de la consommer. Elle contient de l'anémonine et provoque des vomissements, de la diarrhée et du sang dans les urines. Elle provoque aussi de l'engourdissement, des difficultés respiratoires, des faiblesses musculaires et des convulsions. 200 mg d'anémonine suffisent pour provoquer la mort d'un animal de 10 kg. Elle est très irritante pour les muqueuses (le tissu conjonctif de l'oeil, bronchiques, de l'estomac, de l'intestin et génitales). Elle est irritante pour la peau (rougeurs, tuméfactions, sensation de brûlure, formation de vésicules et même des éruptions gangreneuses). L'usage interne du jus frais est dangereux.

    ANETH

    NOM VERNACULAIRE

    Chibt

    NOM FRANÇAIS

    Aneth, fenouil puant

    NOM ANGLAIS

    Dill

    NOM LATIN

    Anethum graveolens

     

    FAMILLE

    Ombellifères

    CONSTITUANTS

    HE (Carvone, Apiol)- Tannins

    PARTIES UTILISEES

    Graines- HE

    27

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Originaire du bassin méditerranéen, c'est une plante annuelle de 80 à 150 cm de long, sa floraison est sous La forme d'ombelles terminales à fleurs jaune verdâtre parfumées. Les feuilles sont très découpées, fines, filiformes. Les graines sont petites, ovales aplaties à cotés proéminentes, de couleur brune, se scindent en 2 au séchage.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les graines d'aneth contiennent du tanin, des matières résineuses et mucilagineuses, de l'aleurone, 15 à 18% de matières grasses, 15% de matières albuminoïde, 2.5 à 4% d'huile essentielle, un composé de limonène, de phellandrène, 60% de carvone, d'autres terpènes, de dillapiol.

    28

    Stomachiques, antispasmodiques, anti-inflammatoires, diurétiques, galactagogues,

    emménagogues, calmantes, somnifères, apéritives ...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Les graines d'aneth possèdent les mêmes propriétés que celles du fenouil, du coriandre et de l'anis vert. Elles sont utilisées contre les douleurs de l'estomac, les coliques infantiles, les vomissements et le hoquet. Généralement les préparations sont sous formes d'infusion.

    Les graines conviennent également dans les rétentions d'urine, les saignements du nez, et les douleurs de la rate.

    E .TOXICITE :

    Les HE les plus toxiques sont celles du groupe des cétones (et dans une moindre proportion les lactones). Ces HE sont neurotoxiques et à long terme peuvent entraîner des crises d'épilepsie ou des convulsions.

    L'aneth est déconseillé aux personnes allergiques aux plantes de la famille des Apiacées (ombellifères) : carotte, céleri, coriandre, fenouil, etc.

    ANIS ETOILE

    NOM VERNACULAIRE

    Nejmet essaâd

    NOM FRANÇAIS

    Badiane chinoise ou Anis étoilé

    NOM ANGLAIS

    Star anise

    NOM LATIN

    Illicium verum

     

    FAMILLE

    Illiciacées (Magnoliacées)

    CONSTITUANTS

    HE (anéthols)- Acide shikimique

    PARTIES UTILISEES

    Fruits

    29

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un très bel arbuste appelé aussi badianier chinois, il est toujours vert, à cyme pyramidal, qui peut atteindre 18m de hauteur et dont le tronc est une écorce blanche. Les feuilles brillantes lisses lancéolées et allongées. Les grandes fleurs solitaires sont jaunâtres ou rosées. Les fruits sont à forte odeur (anisée) et de saveur agréable, se sont des follicules constituées de huit carpelles qui forment une étoile à 8 branches qui sont cueillies vertes et seront séchées au soleil et prennent la couleur marron.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :


    · Huile essentielle : trans-anéthole (E-anéthole) 90 à 95%, monoterpènes (limonène, ápinène, linalol), sesquiterpènes, estragole (= méthylchavicol), foeniculine.

    30


    · Autres constituants : huile grasse, flavonoïdes (rutoside), acides phénols, depsines, gallocatéchines.

    C .PROPRIETES :

    Carminatives, eupeptiques, antispasmodiques, antiseptiques intestinale et expectorantes.

    D .USAGE TRADITONNEL ET COURANT :

    L'anis étoilé est utilisé généralement chaque fois qu'il est nécessaire de faciliter la digestion et de prévenir le ballonnement épigastrique, la lenteur à la digestion, les éructations et les flatulences. D'autre coté, elle est utilisée particulièrement en cas d'aérophagie, d'aérogastrie et d'aérocolie.

    Il est aussi indiqué pour rafraichir l'haleine tout en suçant les fruits. Il est administré sous différentes formes : infusion, décoction ou bonbon à sucer, comme il peut être associé à d'autres plantes dans d'autres préparations.

    E .TOXICITE :

    La contamination de la badiane de Chine (Illicium verum Hook. fil., Illiciaceae) par de la badiane du Japon (Illicium anisatum L. = Illicium religiosum Sieb = Illicium japonicum = shikimi = skimmi), à l'origine de cas de convulsions dans certains pays a conduit à déclencher une alerte. Des contrôles et des études faites montrent que la variété de badiane chinoise est indemne de toxicité.

    Les composés convulsivants toxiques des espèces autres qu' Illicium verum Hooker sont des lactones sesquiterpéniques (anisatine, néoanisatine, pseudoanisatine, ...,) dont les structures et la toxicité ont été étudiées. Cependant, il n'existe pas de méthode de détection et de quantification de routine de ces composés. La recherche de la contamination de la badiane de Chine ne peut donc actuellement pas se faire de manière directe par dosage des

    31

    composés toxiques, mais plutôt par une approche indirecte utilisant tous les outils pouvant aider à l'identification de toutes espèces d'anis étoilé autres que la badiane de Chine.

    Les recherches ont mené a pouvoir différencier les badianes de chine de celle du japon, les critères de différenciations pris en compte sont les suivants : 1) la morphologie du fruit, 2) la présence de marqueurs (le calcul d'une teneur moyenne en huile essentielle de 10 ml/100g pour la badiane de Chine et 0,5 ml/100g pour la badiane dite "Japon" avec une teneur moyenne en myristicine de 0,1 % dans la badiane dite "Japon" (absence dans la badiane de Chine)..

    L'anéthol contenant dans son HE est un toxique nerveux à forte dose et provoque des réactions épileptiformes. Il est strictement interdit aux femmes enceintes, mastoses, allaitantes, les enfants et les nourrissons.

    Attention de ne pas confondre, en particulier lorsqu'elle est en poudre, la badiane chinoise et la badiane japonaise (Illicium religiosum). Cette dernière est connue pour sa toxicité, liée à des composants toxiques pour le système nerveux central. Sa consommation peut être à l'origine des convulsions. il semble que les principes toxiques soient l'anisatine (lactones sesquiterpéniques), ainsi que le safrole (allyl-méthylènedioxy-benzène) et l'acide shikimique.

    Différenciation morphologique de la graine pour quelques variétés de badianes :

    · Fruit composé de 6-11 follicules insérés en étoile sur un pédicelle central qui les dépasse légèrement, de longueur pratiquement égale entre eux.

    · Chaque follicule, brun rouge, rugueux, en forme de carène terminé par une pointe obtuse (env. 10-15 mm de long), est ouvert au dessus par une fente montrant une graine brune brillante.

    · Rejeter des fruits de taille plus petite, avec follicules inégaux entre eux, un peu pointus et dont le pédoncule central ne dépasserait pas (badiane du Japon : Illicium religiosum).

    ANIS VERT

    NOM VERNACULAIRE

    Habet Hlawa

    NOM FRANÇAIS

    Anis vert

    NOM ANGLAIS

    Green anise

    NOM LATIN

    Pimpinella Anisum

     

    FAMILLE

    Ombellifères

    CONSTITUANTS

    HE : Anéthol - Flavonoïdes

    PARTIES UTILISEES

    Les graines- HE

    32

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    L'Anis vert est une plante annuelle, svelte et très aromatique, sa racine est fusiforme et porte une tige ronde, cannelée qui se ramifie au sommet. L'anis peut atteindre 50 cm de haut. Ses feuilles inférieures sont pétiolées et réniformes orbiculaires. Les supérieurs sont pennatiséquées. Les fleurs se présentent en ombrelles de 7 à 15 ombellules, elles sont petites, leur calice est distinct et leur corolle est blanche.

    Le fruit est un akène ovoïde qui se rétrécit au sommet, c'est une des plus vieilles herbes. B. PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Le fruit de l'anis est riche en polysaccharides, protides, lipides, flavonoïdes et des glucosides.
    L'huile essentielle représente 2 à 3% ; contenant un composant majeur qui est l'E-anéthole à

    33

    (80-90%) et le méthyle-chavicol à 0.5%. D'autres constituants de l'anis vert sont minoritaires : le linalol, l'estragole, l'alpha terpinéol et l'aldéhyde anisique.

    C .PROPRIETES :

    Stomachiques, carminatives, diurétiques, galactagogues, béchiques (surtout les toux grasses), antibactériennes, antispasmodiques...

    L'anis vert possède aussi des effets psychiques prétendus aphrodisiaques, il détend en cas de nervosité.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Des textes médicaux anciens mentionnent l'utilisation des graines comme diurétique, en cas de problèmes digestifs et de maux de dents.

    Les graines d'anis sont réputées pour leur capacité à réduire les flatulences, les ballonnements et à faciliter la digestion. Elles sont souvent présentées aux nouveaux nés et aux enfants souffrant de coliques, et à tous les âges, en cas de nausées et d'indigestion.

    Dans la mesure où elles combattent efficacement les spasmes, les graines d'anis donnent de bons résultats en cas de règles douloureuses, d'asthme, de coqueluche et de bronchite. Elles favorisent l'élimination des mucosités bronchiques, en outre de la lactation, et elles contribuent aussi à traiter les problèmes d'impuissance.

    E .TOXICITE :

    A très haute dose, il peut avoir un effet soporifique et euphorisant et peut ralentir la circulation. A doses élevées et prolongées, les huiles essentielles seront stupéfiantes, elles provoquent une ivresse accompagnée de tremblements.

    Pour cette raison, seules les applications occasionnelles sont recommandées ; Les femmes enceintes, les nourrissons et les jeunes enfants devraient renoncer à l'huile d'anis.

    ARBOUSIER

    NOM VERNACULAIRE

    Boujbiba ou lanj

    NOM FRANÇAIS

    Arbousier- Arbre aux fraises

    NOM ANGLAIS

    Strawberry tree

    NOM LATIN

    Arbutus unedo

     

    FAMILLE

    Ericacées

    CONSTITUANTS

    Tanins- Arbutine- Composées phénoliques

    PARTIES UTILISEES

    Les feuilles- les racines- les fruits

    34

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    L'arbousier est un arbre de 5 à 15 m de hauteur, ses feuilles à bordure dentée sont persistantes ovales vert foncé luisant au dessus vert pâle dessous. Elles sont riches en tanins. Les fleurs blanches verdâtres, en forme de clochettes blanches pendant en grappes apparaissent en Septembre- Octobre. Le fruit s'appelle arbouse ou fraise chinoise, rouge, orange à maturité est une baie charnue sphérique à peau rugueuse couvertes de petites pointes coniques. C'est un fruit comestible sans goat très prononcé, qui est mr en hiver, il

    35

    est riche en vitamine C. La chair est molle, un peu farineuse, acidulée, sucrée et contient de nombreux petits pépins.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    L'arbousier contient 2.7% d'arbutine, de la méthylarbutine, un principe amer et des tanins. L'arbutine est un puissant antiseptique de l'appareil urinaire.

    C .PROPRIETES :

    Toniques, antiseptiques urinaire, astringentes, diurétiques et favorise la circulation sanguine.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    L'écorce brune rouge est diurétique. En décoction, sa racine est utilisée contre l'hypertension. On lui attribue des propriétés anti-inflammatoires, il est également efficace contre les rhumatismes.

    Le fruit peut être consommé cru, il possède une légère toxicité en très grande quantité et il peut induire des coliques bénignes. Le décocté est recommandé pour le traitement de certains cancers, la vitalité et le tonus.

    E .TOXICITE :

    La toxicité est modérée. A forte dose, l'arbousier est narcotique et stupéfiant. Parties dangereuses : toutes, surtout les feuilles. Ces plantes contiennent une toxine, l'andromédotoxine (diterpène tetracyclique), responsable de vomissements et de baisse de tension et pouvant entraîner la mort si elle est absorbée en doses importantes.

    La consommation en grande quantité des baies provoque des coliques et des effets proches de l'ébriété (les fruits trop m(rs contiennent une quantité non négligeable d'alcool).

    ARMOISE HERBE BLANCHE

    NOM VERNACULAIRE

    Chih

    NOM FRANÇAIS

    Armoise herbe blanche

    NOM ANGLAIS

    wormwood

    NOM LATIN

    Artemisia herba alba

     

    FAMILLE

    Composées

    CONSTITUANTS

    Thuyone- Cinéol À Camphre

    PARTIES UTILISEES

    Les parties aériennes

    36

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante herbacée formant des buissons très ramifiés. Les feuilles étroites, espacées blanches laineuses et argentées. Les capitules sont petits, étroits ovoïdes à involucre scarieux comportant 2 à 5 fleurs jaunâtres. Le fruit est un akène oblong.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS:

    Les mono terpènes : sont des substances volatiles qui forment les huiles essentielles dont le principal rôle est d'inhiber la croissance bactérienne. Les principaux mono terpènes identifiés dans le « Chih » sont: Le thuyone, le 1,8-cinéol et le thymol. Le thuyone est certainement l'un des constituants terpéniques les plus bioactifs de l'armoise, c'est un composé chiral présent à l'état naturel sous deux formes stéréo-isomériques: l'alpha thuyone et le béta thuyone.

    Les principaux flavonoïdes isolés à partir de l'armoise herbe blanche sont: l'hispiduline, la

    37

    cirsimaritine. Des flavones glycosidiques comme la 3- rutinoside, quercitine et l'isovitexine sont aussi mis en évidence.

    C .PROPRIETES :

    Leur action anthelminthique est due à une lactone ; la santonine. Ses vertus: Emménagogues, toniques, antispasmodiques ...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT:

    L'armoise blanche est une véritable panacée. Recommandé dans les troubles gastriques, le décocté des parties aériennes sont efficaces dans les cas de ballonnement intestinaux, de pyrosis, d'aérophagie et de constipation, soit essentiellement en cas des maladies du tractus digestif.

    Les tunisiens l'utilise aussi comme un traitement antidiabétique. Elle est conseillée pour les affections du foie; le décocté de feuilles est bu à jeun suivi d'un verre de l'huile.

    E .TOXICITE :

    A forte dose, l'armoise est abortive, neurotoxique et hémorragique. La thuyone constitue la substance toxique et bioactive dans l'armoise et la forme la plus toxique est l'alpha-thuyone. Elle a des effets convulsivantes.

    AUBEPINE

    NOM VERNACULAIRE

    Zaârour

    NOM FRANÇAIS

    Aubépine officinale

    NOM ANGLAIS

    Hawthorn

    NOM LATIN

    Crataegus laevigata

    C. monogyna,

    C. oxyacantha.

     

    FAMILLE

    Rosacées

    CONSTITUANTS

    Hypéroside- Vitexine- Procyanidines

    PARTIES UTILISEES

    Sommités fleurs et fruits séchés

    38

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un petit arbre feuillu qui dispose de longues épines. Son écorce est gris pâle et écailleuse, les feuilles sont lobées et d'un vert brillant. Les fleurs sont blanches ou rosées et très odorantes. Les fruits sont rouges et nommés cenelles, ils ressemblent à des baies charnues et renferment plusieurs graines.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les propriétés de l'aubépine proviennent principalement de deux flavonoïdes (des antioxydants): l'hypéroside et la Vitexine.

    39

    Mais l'aubépine contient une autre famille de substance active: les procyanidines. C'est à eux que l'aubépine doit son action sur le rythme cardiaque.

    C .PROPRIETES :

    La principale action de l'aubépine est de réguler la fonction cardiaque. Son action antistress et calmante est le résultat de ses effets apaisants sur le coeur.

    - Hypotensive, elle régularise le rythme cardiaque (réduit les palpitations et la tachycardie).

    - Elle réduit la nervosité et l'anxiété. - Elle traite les troubles du sommeil. - Elle est tonicardiaque et traite l'insuffisance cardiaque congestive.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    L'action des sommités fleuries sur le coeur a été découverte à la fin du XlXème siècle. Les flavonoïdes présents, notamment l'hyperoside et la vitexine, régularisent le rythme cardiaque, ils agissent ainsi sur les rythmes trop rapides, diminuent les palpitations du coeur et la perception exagérée des battements cardiaques chez les personnes anxieuses. C'est un tonicardiaque qui soutient les coeurs fatigués.

    L'aubépine a une action dilatatrice sur les coronaires et aide ainsi à prévenir les crises d'angor. Elle diminue la tension artérielle chez les hypertendus. Outre le coeur, l'aubépine a un autre domaine de prédilection: le système nerveux central. Elle réduit la nervosité et l'anxiété des adultes et des enfants, soigne les troubles du sommeil et améliore les troubles du rythme cardiaque chez le spasmophile. Les fleurs se préparent en infusion.

    E .TOXICITE :

    les substances incriminées toxiques sont l'amygdaline et l'acide cratagolique.

    40

    Les noyaux des cenelles contiendraient de l'acide cyanhydrique et sont donc potentiellement toxiques. Il faut respecter les doses.

    Signes dintoxications :

    Les fruits sont astringents et constipants et il ya un risque d'hypotension et de troubles cardio-vasculaires.

    BASILIC

    NOM VERNACULAIRE

    Hbak

    NOM FRANÇAIS

    Basilic

    NOM ANGLAIS

    Basil

    NOM LATIN

    Ocimum Basilicum

     

    FAMILLE

    lamiacées = labiées

    CONSTITUANTS

    HE : Cinéol, Estragole, Eugénol

    PARTIES UTILISEES

    La partie aérienne sèche

    41

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le basilic est une herbacée annuelle à tige quadrangulaires, velues, pourvus de nombreuses feuilles, opposées pétiolées, ovales, lancéolées, ciliées et dentées. Les fleurs blanches rosés forment de longs épis. Le fruit ovoïde et brun contient des graines noires, luisantes, finement réticulées.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les feuilles séchées de basilic contiennent un minimum de 0.25% d'huile essentielle et qui peut aller jusqu' à 2%. Cette huile est composée principalement de méthyl-charvicol, ainsi que des petites quantités de cinnamate de méthyle, de cinéol d'estragole et d'eugénol.

    42

    C .PROPRIETES :

    Stomachiques, carminatives, galactagogues, stupéfiantes légère, anti inflammatoires (eugénol) et antispasmodiques (les feuilles).

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le basilic est une plante médicinale utilisée lors des problèmes digestifs, se présente sous forme de tisane (infusion) ou d'huile essentielle et en décoction ; la forme sous laquelle est plus utilisée.

    En usage interne, elle serait aphrodisiaque, soignerait les maux de têtes et la stérilité chez la femme, pour cette dernière indication certaines préconisent la douche vaginale. Les feuilles fraîches de basilic sont considérées comme stimulantes, antispasmodiques et sédatives.

    Froissées et en usage externe, elles calmeraient les irritations cutanées et les dermatoses.

    E .TOXICITE :

    L'estragole (le méthyl chavicol) est la substance toxique du basilic.

    Les plantes contenant l'estragole (estragon, basilic, anis et fenouil) peuvent toucher le foie et induire des cancers.

    L'estragole est en effet un carcinogène génotoxique (qui induit des altérations du gène). Mais comme à chaque fois, tout dépend de la dose ingérée.

    L'huile essentielle est contre-indiquée pendant la grossesse ou l'allaitement, chez les nourrissons et les jeunes enfants. Son utilisation sur de longues périodes est également prohibée.

    BELLADONE

    NOM VERNACULAIRE

    Bouranjouf

    NOM FRANÇAIS

    Belladone, belle dame

    NOM ANGLAIS

    Belladone

    NOM LATIN

    Atropa Belladonna

     

    FAMILLE

    Solanacées

    CONSTITUANTS

    Hyoscyamine, Atropine, Scopolamine

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles et racines fraiches ou sèches.

    43

    A .CARACTERES BOTANIQUES:

    La belladone est une plante vivace de la famille des Solanacées qui peut atteindre 1,50 m et dont le fruit est une baie noire à maturité. Elle se présente avec des feuilles ovales en forme de pointe, pétiolées. Ses fleurs sont en forme d'étoile. Ses fruits se présentent sous forme de baies noires d'une taille d'une cerise.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La belladone contient 0.3 à 1 % d'alcaloïdes, des dérivés de tropane, de l'acide atropique, de la belladonine et de la scopolamine. Elle contient deux groupes d'alcaloïdes parasympatholytiques : 1) l'hyoscyamine et l'atropine à 90-95% et 2) la scopolamine. Les alcaloïdes atropiniques réduisent les spasmes et soulagent les douleurs.

    44

    Etant donné qu'elle réduit les spasmes, la belladone aide donc à réduire les tremblements de la maladie parkinsonienne. Comme elle a des effets de soulagement des coliques et des douleurs intestinales.

    Les alcaloïdes avec leur capacité de réduire la production d'acidité soulagent les ulcères gastriques.

    C .PROPRIETES :

    1) Relâchement des contractures musculaires (des muscles lisses): spasmolytique.

    2) Réduction des douleurs des coliques urinaires. 3) Réduction de la douleur liée au problème de vésicule biliaire. 4) Diminution des crises d'asthme. 5) Réduction des sueurs nocturnes. 6) Mydriatique, la plante est utilisée en ophtalmologie.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    La plante; Les feuilles séchées (parfois avec les fleurs et les fruits), est ingérée généralement sous forme d'infusions, elle a des effets relaxants puissants. La plante peut être consommé fraiche.

    E .TOXICITE :

    Si cette plante est mal dosée elle peut causer : Des troubles digestifs immédiats avec des nausées, des vomissements, des troubles neurovégétatifs, tachycardie, sècheresse de la bouche et des muqueuses, rougeur de la face, mydriase, fatigue et hallucinations.

    =) Trois baies peuvent dans certains cas être mortelles.

    Il est déconseillé de prendre cette plante sans une prescription du médecin.

    BRUYERE

    NOM VERNACULAIRE

    Khlanj

    NOM FRANÇAIS

    Bruyère

    NOM ANGLAIS

    Heath

    NOM LATIN

    Erica multiflora

     

    FAMILLE

    Ericacées

    CONSTITUANTS

    Flavonoïdes- Arbutosides- Tanins- Erocodine

    PARTIES UTILISEES

    Sommités fleuries et feuilles.

    45

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un petit arbrisseau de 20 cm à 1m de haut à tige ligneuse et tortueuse. Les feuilles sont sessiles persistantes, très vertes qui sont opposées sur quatre rangs longitudinaux. Les fleurs roses à corolle campanulée (en forme de clochette) sont disposées en grappes irrégulières. Les fruits sont des petites capsules globulaires remplies de graines.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Ce sont essentiellement : 1) Le téroside : l'arbutine qui libère de l'hydroquinone (responsables des propriétés antiseptiques). 2) Des flavonoïdes. 3) Des acides (principalement fumarique et citrique). 4) Des tanins catéchiques.

    46

    C .PROPRIETES :

    Antiseptiques urinaire, anti-inflammatoires prostatique, diurétiques...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT:

    Elle peut être prise sous forme de décoction des sommités fleuries séchées et sous forme d'infusion.

    Elle est également utilisée dans de nombreuses préparations magistrales. Associant diverses autres plantes complémentaires choisies elle sont prescrites en fonction de chaque maladie par les herboristes. La bruyère appartient aux plantes intéressantes pour soigner une cystite d'où son effet diurétique pour augmenter la diurèse. Elle est aussi utilisée contre les inflammations prostatiques, le prostatisme et contre l'hypertrophie bénigne de la prostate.

    E .TOXICITE :

    La bruyère et l'arbousier, appartenant à la même famille et ont la même substance toxique; l'andromédotoxine. Les parties dangereuses: surtout les feuilles.

    Cette plante contient une toxine, l'andromédotoxine, responsable des vomissements et de la baisse de la tension et pouvant entraîner la mort si elle est absorbée en doses importantes. Effets indésirables :

    C'est suite à sa teneur élevée en tanins, la tisane est amère et astringente et peut provoquer des nausées et des vomissements chez les personnes habituellement sensibles.

    BOURRACHE

    NOM VERNACULAIRE

    Boukhrish

    NOM FRANÇAIS

    Bourrache

    NOM ANGLAIS

    Borage

    NOM LATIN

    Borago officinalis

     

    FAMILLE

    Borraginacées

    CONSTITUANTS

    HE - Alcaloïdes pyrrolizidiniques

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles- fleurs- HE

    47

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La bourrache est une plante des terrains incultes, c'est une herbacée annuelle, couverte de poils rudes sur l'ensemble des organes. La tige est rameuse portant des feuilles embarrassantes aux sommets, ovales, elliptiques. Les fleurs d'un bleu vif sont réunies en cymes. Le fruit est un tétra-akène.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La plante entière contient surtout une grande quantité de mucilages neutres (à l'origine de ses propriétés émollientes) et des matières minérales (nitrate de potassium en particulier qui lui confère ses actions diurétiques et sudorifiques), ainsi que des flavonoïdes (quercétol et kaempférol), des alcaloïdes pyrrolizidiniques et du tanin.

    48

    La graine de bourrache fournit une huile riche en deux acides gras essentiels : l'acide gamma- linoléique et l'acide linoléique.

    C .PROPRIETES :

    Diurétiques, sudorifiques, dépuratives, émollientes et adoucissantes sur les voies respiratoires.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    La bourrache est fébrifuge, elle provoque la sueur pour lutter contre le rhume, les bronchites et la grippe. Elle est prise sous forme de décoctée de feuilles, ayant une propriété antitussive. Elle est utilisée aussi en fumigation pour les voies respiratoires.

    L'huile essentielle de la bourrache est indiquée pour soigner ou apaiser divers problèmes de peau (peau sensible, rides, eczémas....) d'où son effet sur l'amélioration de la résistance de l'épiderme.

    E .TOXICITE :

    Contre-indications :

    Les personnes souffrant de troubles hépatiques, les femmes enceintes et qui allaitent doivent
    éviter de consommer les parties aériennes de la bourrache, à cause de leur teneur en
    pyrrolizidines. Les parties aériennes renferment de petites quantités de pyrrolizidines qui se

    sont avérées toxiques au cours d'essais effectués sur des animaux. Le danger de toxicitécroît lors d'un usage prolongé. Toutefois, les graines ne contiennent pas ces substances.

    Ces pyrrolizidines sont des alcaloïdes reconnus comme nocifs pour le foie. Certaines données pointent également vers un effet carcinogène. Des études ont montré que les alcaloïdes de la pyrrolizidine constituent une des principales causes de la maladie veino-occlusive. La toxicité des dérivés de la pyrrolizidine paraît liée à leur transformation en métabolites toxiques par les cytochromes p 450 hépatiques.

    CAMOMILLE

    NOM VERNACULAIRE

    Babounj

    NOM FRANÇAIS

    Matricaire camomille

    NOM ANGLAIS

    Camomile

    NOM LATIN

    Matricaria camomilla

     

    FAMILLE

    Composées

    CONSTITUANTS

    Matricine- HE- Flavonoïdes- Coumarines

    PARTIES UTILISEES

    Capitules floraux séchées- HE

    49

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La camomille est une plante vivace de 0.1 à 0.3 m, annuelle et très odorante. La tige dressée, très rameuse, porte des feuilles alternes très divisées en lanières. L'inflorescence en capitule est formée de fleurs jaunes, en tube au centre, blanches et ligulées sur le pourtour. Les fruits sont des akènes jaunes blanchâtres en forme de cône renversée, lisses sur la face externe, marquées de 5 côtés sur la face interne.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La camomille contient jusqu'à 1% d'huile essentielle de couleur bleu clair comprenant les substances suivantes : Azulène, chamazulène, bisabolol, farnésène, flavones et des glucosides coumariniques.

    50

    C .PROPRIETES :

    Anti-inflammatoires, désinfectantes, diaphorétiques, lénifiantes, sédatives, antispasmodiques, fébrifuges et cholagogues. L'huile essentielle de camomille matricaire est aussi légèrement sédative. Au niveau digestif, elle facilite la digestion et élimine les douleurs dues aux ballonnements. Elle est également antispasmodique, ce qui la rend efficace pour combattre les douleurs et troubles gastriques ainsi que certains types d'asthme.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Les préparations sont sous deux formes : tisane ou décoction de camomille. La matricaire est utilisée essentiellement en infusion de fleurs sèches au moment de la grippe contre les troubles gastro-intestinaux et les diarrhées entre autres. Elle possède une action désinfectante surtout sur les voies urinaires.

    La plante contient un spiroéther, un puissant antispasmodique qui la rend efficace contre les contractions, les douleurs musculaires et les menstruations douloureuses.

    Elle réduit l'irritabilité et favorise le sommeil chez l'enfant. Elle est efficace en cas de rhume ou d'asthme.

    En usage externe, elle s'en sert pour soigner, les plaies, l'eczéma, les mamelons enflammés, les démangeaisons, les douleurs du post-partum et pour congestionner les yeux irrités.

    E .TOXICITE :

    Contre-indications :

    Les femmes enceintes ne devraient pas utiliser la camomille durant le temps de la grossesse. Cependant les personnes souffrant de problèmes allergiques, particulièrement aux fleurs, devraient consommer la Camomille avec prudence.

    L'abus, comme boisson rafraîchissante provoque des insomnies et des nausées.

    Les bains des yeux sont à éviter (pollen irritant). Sa consommation est de préférable loin des repas.

    A haute dose, l'huile essentielle peut provoquer des somnolences.

    CANELLE

    NOM VERNACULAIRE

    Kirfa

    NOM FRANÇAIS

    Cannelier de chine

    NOM ANGLAIS

    Cinnamon

    NOM LATIN

    Cinnamomum

    Zeylanicum (= verum)

     

    FAMILLE

    Lauracées

    CONSTITUANTS

    HE: Aldéhydes cinnamiques, Eugenol - Coumarines

    PARTIES UTILISEES

    Ecorce séchée (cortex)- HE

    51

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La cannelle est l'écorce intérieure du cannelier de ceylan (cinnamonum verum), petit arbre de 10-15m de hauteur aux feuillages persistants. L'écorce est grise à l'extérieur et rougeâtre à l'intérieur. Les grandes feuilles coriaces, longues de 10 cm de couleur vert foncé brillant, sont de forme ovalaire pointues au bout. Les fleurs de couleur blanche jaunâtre son petites et toutes velues (couvertes de poils) en grappes longues et étroites naissantes à l'aisselle des feuilles. Les fruits sont des petites baies brun rouge.

    52

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    L'écorce du cannelier est riche en une huile essentielle contenant un très fort pourcentage d'aldéhyde cinnamique (60% à 80%), en proportions beaucoup moindres d'eugénol (5 à 10%) et divers autres composantes (terpinéol, cinnamyle, benzylbenzoate, caryophyllène, heptanone, phéllandrène, aldéhyde phénylpropylique, cymène, furfurol, linalol, acide cinnamique, acide salicylique, aldéhyde benzoïque, acide benzoïque), du tanin et de l'oxalate de calcium.

    La cannelle est l'aliment qui contient le plus de pro-anthocyanidines, après la fève de cacao. Les pro-anthocyanidines ont démontré certaines propriétés anti-oxydantes chez l'homme, en protégeant par exemple les globules et les lipides sanguins contre le stress oxydatif.

    C .PROPRIETES :

    Stomachiques, toniques, aromatiques, stimulatrices d'appétit, condimentaires,

    antibactériennes, antifongiques, vermifuges. La cannelle favorise la motilité intestinale, le réchauffement et l'expulsion des gaz.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT:

    La cannelle peut être prise sous forme de décoction d'écorce séchée, sous forme d'infusion ou encore sous forme d'huile essentielle.

    Elle est aussi utilisée dans de nombreuses préparations magistrales associant diverses autres plantes complémentaires. La cannelle est utilisée principalement contre la rhume, la grippe, les troubles digestifs, comme elle stimule la circulation sanguine. c'est un bon remède contre les coups de froid. Elle est utilisée contre les états de fatigue générale passagers et dans les convalescences. Mélangée avec le girofle, le gingembre, et l'anis, elle se sert comme odontalgique.

    L'huile essentielle de cannelle est dotée de vertus toniques et stimulantes, elle soulage les problèmes de circulation sanguine.

    53

    E .TOXICITE:

    Parmi les composantes de la cannelle, certaines substances peuvent être considérées comme problématiques de point de vue toxicologique: la coumarine et le cinnamaldéhyde. L'aldéhyde cinnamique est responsable de l'effet allergisant de l'écorce de cannelle.

    La coumarine empêche la coagulation et devient hépatotoxique et cancérogène à haute dose. Les coumarines ne sont pas toutefois présentes dans toutes les variétés de cannelle de ceylan n'en contient que des traces, alors que la cannelle de chine (cinnamomum cassia) qui est surtout utilisée dans l'industrie alimentaire en contient environ 0.45%.

    Il est recommandé d'utiliser toujours l'huile des feuilles de cannelle car l'huile de son écorce irrite fortement la peau ; c'est pour cette raison que les femmes enceintes et les enfants moins de 5 ans ne devraient pas prendre de la cannelle.

    Les hypertoniques et les allergiques doivent l'utiliser avec prudence.

    L'huile essentielle est contre-indiquée pendant la grossesse (Ne jamais l'appliquer pure sur la peau, diluer à hauteur de 0,5 % minimum).

    L'huile essentielle extraite de l'écorce de cannelier de Ceylan est très agressive pour la peau et les muqueuses, elle est dermo-caustique. A ne pas l'utiliser chez les nourrissons et les enfants de moins de 6 ans.

    CARVI

    NOM VERNACULAIRE

    Carwiya

    NOM FRANÇAIS

    Carvi

    NOM ANGLAIS

    Caraway

    NOM LATIN

    Carum carvi

     

    FAMILLE

    Ombellifères

    CONSTITUANTS

    HE (d-carvon)- Polysaccharides

    PARTIES UTILISEES

    Les graines

    54

    A .CARACTERES BOTANIQUES:

    C'est plante bisannuelle, sa tige est fine et cannelée. Les feuilles sont oblongues et les fleurs blanches parfois roses se présentent en ombelles. Ses graines sont de 5mm de mesure. Sa taille ne dépasse pas les 60/75 cm de haut au maximum.

     

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    1) Les huiles essentielles : D-carvon (une cétone mono terpénique) en quantité très importante. 2) Les huiles grasses et 3) Des polysaccharides.

    55

    C .PROPRIETES :

    Digestives, carminatives, anti-flatulentes, antispasmodiques, galactogènes et stimule la sécrétion des sucs gastriques.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Il est pris généralement sous forme de décoction, IL est efficace pour les rhumatismes. Les fruits réduits en poudre, mélangés avec du sucre et de l'huile sont administrés aux enfants qui souffrent d'énurésie. La même préparation est utilisée comme antitussive.

    E .TOXICITE :

    L'HE, en raison de sa forte teneur en carvone peut être à l'origine de photo-dermatoses. L'HE est riche en composées soufrés dermo-caustiques, irritants pour les muqueuses et aussi révulsives.

    4 g d'H.E. provoquent des céphalées, des vertiges et le délire. L'abus de liqueur risque l'altération du parenchyme hépatique.

    L'essence de carvi est toxique pour l'homme, elle est épileptique, rubéfiante et abortive.

    CHARDON MARIE

    NOM VERNACULAIRE

    El bok

    NOM FRANÇAIS

    Chardon marie

    NOM ANGLAIS

    Milk thistle

    NOM LATIN

    Silybum marianum

     

    FAMILLE

    Astéracées

    CONSTITUANTS

    Flavonoïdes-
    Phytostérols

    PARTIES UTILISEES

    Les graines

    56

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le chardon-Marie ou l'artichaut sauvage est une plante herbacée bisannuelle à racine pivotante épaisse et à tige rameuse robuste dressée de 0,30 à 1,50 m de haut. Ses grandes feuilles vertes lancéolées brillantes sont à marges ondulées bordées de dents épineuses à pointe jaune très acérée et de cils avec des marques blanches caractéristiques le long des nervures faisant penser à des éclaboussures de lait. Les fleurs tubuleuses, de couleur pourpre violacé, sont en grands capitules terminaux hémisphériques solitaires à nombreuses bractées recourbées en épines aiguës. Les fruits (ou graines) sont des akènes luisants, noirs ou marbrés de jaune, surmontés d'une aigrette denticulée en anneau à leur base. Le chardon Marie pousse jusqu'à 700 m d'altitude dans les terrains incultes secs.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Le fruit du chardon-Marie contient essentiellement : un groupe de flavonoïdes nommé

    57

    silymarine - composée de trois flavanolignames isomères: la silydianine, la silycristine et la silybine (à l'origine de son action hépatoprotectrice), des principes amers, de la thyramine et de l'histamine.

    C .PROPRIETES :

    Les flavonolignanes sont : - Hépato-protecteurs vis-à-vis des toxiques hépatiques (prévention et traitement de l'hépatotoxicité du tétrachlorure de carbone, de la galactosamine et de la phalloïdine).

    La silymarine agit par deux mécanismes : 1) Elle est un stabilisateur de membrane (inhibe les systèmes de transport membranaires des hépatocytes, rendant plus difficile l'absorption des toxiques, inhibe la peroxydation des lipides et augmente la captation des radicaux libres produits par les substances hépatotoxiques) ; elle contribue au maintien du pool glutathion responsable de la détoxification hépatique, réduit l'augmentation des transaminases et des phosphatases alcalines, -2) Elle stimule l'activité de la polymérase A, donc augmente la synthèse des acides nucléiques ribosomaux et le nombre de ribosomes dans les hépatocytes, ce qui accroît la biosynthèse enzymatique et stimule la capacité de régénération hépatique - La plante est de plus galactogène et antidépressive.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Les graines de chardon marie sont prises sous formes de décoctions dans l'eau ou des tisanes contre les différentes maladies du foie et pour soulager les dyspepsies en général. Le chardon marie est utilisé pour limiter les saignements fréquents du nez et en cas de troubles menstruels ; il est hémostatique. De plus, il est recommandé pour traiter certains cancers tels que ; (du sein et de la prostate).

    Cette plante est aussi recommandée pour les femmes qui allaitent ; elle est réputée galactogène.

    58

    E .TOXICITE :

    Contre-indications :

    Il est contre-indiquée en cas d'obstruction des voies biliaires. Les femmes enceintes et celles qui allaitent devraient l'éviter.

    Effets indésirables :

    Les essais cliniques ont révélé que le chardon-Marie ne produisait généralement que peu d'effets secondaires. De temps en temps, un petit nombre de personnes signalent une évacuation rapide des selles, des douleurs abdominales, de la diarrhée et une sensation de ballonnement.

    Le chardon-Marie peut entraîner des réactions allergiques ; elles s'observeraient plus communément parmi les personnes qui sont allergiques aux plantes de la même famille (par ex. l'herbe à poux, les chrysanthèmes, la camomille, les soucis et les pâquerettes).

    Interactions médicamenteuses :

    Des données in vitro indiquent que le chardon-Marie pourrait inhiber ou activer certains enzymes du foie (cytochromes P450 2C9 et P450 3A4) qui jouent un rôle important dans l'élimination des médicaments par l'organisme. Cet effet sur les cytochromes peut réduire ou augmenter la concentration d'un médicament et donc nuire à son efficacité ou à sa sécurité.. Si une baisse du taux de médicament se produit en raison de linteraction, l'efficacité des traitements risque de diminuer aussi. Dans le cas des traitements anti-VIH/sida, cela peut entrainer l'émergence de résistances médicamenteuses et l'élimination d'options thérapeutiques futures.

    En cas de Diabète, la silymarine peut améliorer le contrôle de la glycémie et réduire la
    résistance à linsuline. Lorsqu'on entreprend un traitement ayant pour effet de modifier son

    59

    taux de glucose sanguin, il faut surveiller sa glycémie de près. Il est aussi nécessaire d'avertir son médecin, afin qu'il puisse, au besoin, revoir la posologie des médicaments hypoglycémiants classiques.

    CHICOREE

    NOM VERNACULAIRE

    Chicouria, Handabâ

    NOM FRANÇAIS

    Chicorée sauvage, Chicorée amère

    NOM ANGLAIS

    Chicory, wild succory

    NOM LATIN

    Cichorium intybus

     

    FAMILLE

    Composées

    CONSTITUANTS

    HE (lactoses Sesquiterpéniqes, Lactucine, Lactucopicrine) - Inuline- Intybine- Vitamines A, B, C

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles - Racines

    60

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La chicorée est une plante herbacée vivace à tige de 50 cm à 1 m, très rameuse à rameaux raides, divergents, plus au moins velus ou sans poils, ainsi que les feuilles; celles-ci sont de formes variables. L'inflorescence est en capitules réunies 1 à 3 à l'aisselle des feuilles collinaires. Les fruits sont couronnés de petites écailles obtuses : fleurs bleues assez grande. La chicorée préfère les endroits incultes.

    61

    La racine renferme: 1) Des lactones sesquiterpéniques (lactucine, lactucopicrine (principe amer), 2) Des acides phénols (acides chlorogèniques), 2) Inuline (polysaccharide de type fructane, un polymère de fructose), 2) Intybine (substance amère).

    Les feuilles sont très riches en provitamine A, vit B et C, des sels minéraux K+ et ca2+.

    C .PROPRIETES :

    Toniques général, reminéralisantes, antianémiques, apéritives, dépuratives, diurétiques, laxatives légère et vermifuges.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    La chicorée amère était bien connue des anciens. Dans toutes ses parties, la chicorée est légèrement tonique, stomachique, dépurative, cholagogue et régulatrice de l'appareil gastrointestinal. L'infusion des feuilles fraîches est efficace contre l'atonie des voies digestives, les catarrhes de l'estomac et des organes respiratoires. On l'utilise avantageusement contre la jaunisse, les coliques hépatiques, la paresse du foie, et les fièvres intermittentes. A cet effet, une préparation de décoction de racine est efficace avant le repas. En usage externe, ils utilisent les feuilles en cataplasme sur les furoncles, les abcès et sur les inflammations locales comme calmantes et rafraîchissantes.

    E .TOXICITE :

    Le phénoxyéthanol, Bien que présent à l'état naturel dans le Thé Vert et la Chicorée, ce conservateur fait aussi partie de la famille des éthers de glycol. Cette substance est un allergène reconnu, à très fort pouvoir allergisant, également appelé 2-phénoxyéthanol ou Phénoxytol.

    CLOU DE GIROFLE

    NOM VERNACULAIRE

    Oud Krounfl

    NOM FRANÇAIS

    Girofle (clou)

    NOM ANGLAIS

    Clove

    NOM LATIN

    Syzygium aromaticum L. /

    Eugenia caryophyllata

    syn.

    FAMILLE

    Myrtacées.

    CONSTITUANTS

    HE : Eugénol - Tanins- Flavonoïdes

    PARTIES UTILISEES

    Clous (boutons floraux)

    62

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le giroflier est un arbre à feuilles persistantes de 15 à 20 m de haut.

    Les feuilles sont opposées coriaces, persistantes et les fleurs blanches rosées sont regroupées en petites cymes compactes et ramifiées.

    Les boutons floraux sont récoltés à la main, avant ouverture, puis séchées, ce sont les vraies cloues de girofle; les pédoncules floraux et les feuilles sont également récoltés et séchés et en général distillées pour obtenir l'huile essentielle de girofle et l'HE des feuilles.

    63

    Le clou de girofle renferme une quantité importante d'huile essentielle (15-20%), 16% H2O, des tanins, un peu d'amidon et des matières fibreuses cellulosiques.

    L'huile de girofle (obtenue par distillation) est très riche en eugénol (70 à 85%). On trouve aussi d'autres composées terpéniques dont environ (10% de Caryophyllène), aliphatiques et aromatiques. Ses propriétés sont essentiellement dues à l'eugénol dont on sait qu'il est rapidement métabolisée et excrété, et considéré comme non cancérigène, il peut être présent dans les aliments jusqu'à une concentration de 1500 ppm.

    C .PROPRIETES :

    Antiseptiques, antispasmodiques, antiparasitaires, antifongiques, antibactériennes,

    anesthésiantes et antidépressives du système nerveux central.

    L'huile essentielle de clou de girofle est un puissant inhibiteur de l'agrégation plaquettaire, c'est donc un anti-inflammatoire.

    C'est aussi un antiseptique puissant et un tonique gastro-intestinal et utérin, antinévralgique, anesthésiant local et un parasiticide (gale).

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Primitivement il est utilisé comme onguent ophtalmique puisque il entre dans la composition du « khol ». Le clou de girofle est un ancien remède universel dans le monde entier, on le mâche pour améliorer l'haleine. Son usage est préventif des infections dentaires et aussi auriculaires.

    Il est utilisé sous trois formes:


    ·
    Epice : en cas de rage des dents, les clous de girofle mâchés sont posés sur la dent endolorie.

    64


    ·
    Infusion : dans une tasse d'eau chaude contre les douleurs et les états dépressifs.
    ·
    Huile : elle est mise sur la zone enflammée à traiter.

    Le clou de girofle est un stimulant physique et intellectuel, favorise la concentration, c'est un antidépresseur. C'est un remède également qui aide la digestion en favorisant notamment l'expulsion des gaz (les flatulences).

    Il est considéré comme aphrodisiaque et également il augmente les contractions de l'utérus lors de l'accouchement. Les tunisiens l'utilise également en infusion avec le thé.

    E .TOXICITE :

    L'usage abusif du clou de girofle peut devenir toxique. De grandes quantités doivent être évitées pendant la grossesse. Le clou de girofle peut être irritant pour les voies gastrointestinales et devrait être évité chez des personnes ayant des ulcères gastriques, des colites ou le syndrome du colon irritable. Dans les surdoses, les clous de girofle peuvent causer des nausées, des vomissements, des diarrhées et de fortes hémorragies digestives.

    La sur-utilisation peut conduire à une insuffisance rénale, des modifications de la fonction hépatique, une dyspnée, une perte de conscience, des hallucinations et même la mort. L'huile de clou de girofle, riche en eugénol peut irriter la peau et les muqueuses. En usage externe elle est potentiellement dermo-caustique. Par voie interne, est une toxique neurologique à très forte dose.

    Cette huile est contre-indiquée chez les femmes enceintes, qui allaitent, les enfants, en cas d'eczémas et de fragilité cutanée.

    Son emploi dépend de la dose; 100g de clous de girofle en une fois est mentionné toxique.

    COLOQUINTE

    NOM VERNACULAIRE

    Handhel, dilaâ el wed.

    NOM FRANÇAIS

    Coloquinte

    NOM ANGLAIS

    Watermelon

    NOM LATIN

    Citrullus colocynthis

     

    FAMILLE

    Cucurbitacées

    CONSTITUANTS

    Triterpènes tétracycliques - Des acides

    PARTIES UTILISEES

    fruit pelé

    65

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une Plante vivace. Toute la plante est hérissée de poils. Les tiges portent des vrilles à leur aisselle. Les feuilles, alternes, longues de 5 à 10 cm, ont un limbe découpé en 5 à 7 lobes séparés par des sinus larges, le lobe central est parfois ovale. Les fleurs monoïques (unisexuées), solitaires, apparaissent l'été à l'aisselle des feuilles. La corolle de couleur jaune comporte cinq lobes. Le fruit sphérique de 5 à 10 cm de diamètre, ressemblant à une petite pastèque, de couleur verte panaché de jaune clair, devient complètement jaune à maturité.

    66

    Les nombreuses graines ovoïdes et aplaties, de couleur variant de l'orange au brun noirâtre, sont comestibles.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    1) Des triterpènes tétracycliques : Cucurbitacines E, Cucurbitacine L, I et B. 2) Des glucosides amer: Asparagénine, Colocynthine . 3) Des acides: Chlorogénique - Ascorbique... 4) L'HE est riche en : Alcaloïdes: Cucurbutacine ; stéroïdes composées de 30 atomes de carbones - elatérine. 5) Des alcools : Citronnellol, Anéthol. 6) Des aldéhydes : Citronellal, Anisaldéhyde.

    C .PROPRIETES :

    Anti-diarrhéiques, cholérétiques, laxatives, stomachiques, hydratantes, reminéralisantes...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le suc serait purgatif. Pour soigner les rhumatismes, la coloquinte est tiédit sous la cendre, coupée en deux, enveloppée dans un linge et s'allongeant dessus, ou l'attachant sur la partie douloureuse (genou par exemple), cela dégage une bonne chaleur qui soulage les douleurs. Pour soigner les infections urinaires masculines: en réchauffant la coloquinte et en mettant le membre à l'intérieur.

    La pulpe séchée du fruit récolté avant complète maturité est un laxatif violent. Elle est utilisée aussi comme antirhumatismal, anthelminthique et contre les infections de la peau. Les graines, comestibles, contiennent 30 à 40 % d'une huile jaune clair, qui renferme un alcaloïde, un glucoside et une saponine. Ces graines torréfiées, riches en lipides et en protéines ont un goût de noix et sont consommées entières dans certains pays d'Afrique. Les racines ont des propriétés purgatives et sont utilisées contre la jaunisse, les rhumatismes et les maladies urinaires.

    67

    E .TOXICITE :

    Le Cucumis colocynthis (ou Citrullus colocynthis), cucurbitacée méditerranéenne:

    Le Surdosage donne de violente gastro-entérite, une hyperémie rénale, une glomérulonéphrite, une congestion de l'utérus, une diarrhée sanguinolente et des vomissements. Des doses plus élevées donnent des crampes abdominales, des sensations de faiblesse, des vertiges, des angoisses, un arrêt circulatoire qui fini par la mort.

    Il est contre-indiqué pendant la grossesse et la lactation.

    COQUELICOT

    NOM VERNACULAIRE

    Bougaroun

    NOM FRANÇAIS

    Coquelicot

    NOM ANGLAIS

    Corn poppy

    NOM LATIN

    Papaver rhoeas

     

    FAMILLE

    Papavéracées

    CONSTITUANTS

    Traces d'alcaloïdes (rhoeadine)

    PARTIES UTILISEES

    les pétales secs, les graines et les capsules

    68

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante annuelle, une "mauvaise herbe" comme, qui pousse au gré de ses envies dans nos prés et cultures. La tige et les feuilles sont hérissées de poils raides.

    Les pétales, tachetés de noir à leur base, peuvent mesurer jusqu'à 4 cm et entourent des étamines nombreuses (164) violet sombre, ainsi qu'un ovaire glabre pourvu d'un stigmate à 8-12 rayons. C'est de la que se forme la capsule.

    Les feuilles sont sessiles et profondément lobées et dentées. Les 164 étamines produisent jusqu'à 2,5 millions de grains de pollen par fleur. La maturation du fruit donne une capsule contenant environ 5000 graines.

    69

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Cette fleur familière pour tous, possède une activité neuro-sédative et antispasmodique douce. Grâce à la rhoéadine, un alcaloïde isoquinoléique qu'elle contient en faible quantité (0,07%), aux anthocyanosides (dérivés du cyanidol) qui lui donnent sa belle couleur écarlate, aux flavonoïdes (hétéroside du quercétol) et aux mucilages, elle calme la toux sèche et peut être utilisée contre l'enrouement en infusion (pétales). Les graines sont riches de 39% d'huile essentielle.

    C .PROPRIETES :

    Le coquelicot a des propriétés calmantes, sédatives, pectorales et antitussives.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le coquelicot est une plante de deuxième intention, elle n'est jamais en premier. C'est un sédatif doux, qui facilite le sommeil, il est conseillé pour les enfants agités. C'est un bon antitussif pour les enfants, notamment dans les quintes de toux de la coqueluche. C'est un calmant, émollient également un adoucissant des muqueuses; il est préconisé dans les crises d'asthme, car ça facilite la respiration et apaise les spasmes et les angines. Ses propriétés astringentes font que la plante est utilisée contre les abcès dentaires, la fièvre, la pleurésie et la pneumonie.

    En usage externe, les pétales sont utilisés contre les maux des yeux et les fatigues des paupières. L'infusion des pétales en lotion prévient les rides et adoucit les peaux sèches et sensibles.

    L'huile précieuse est utilisée dans le traitement des affections circulatoires et cardiaques. Elle dissout les boules de cholestérol et assouplit les vaisseaux et les artères. Mais elle craint les hausses températures.

    70

    E .TOXICITE :

    Les parties toxiques sont: le latex tiré de la capsule et surtout les graines. Les feuilles et les capsules sont moins concentrées.

    Dans le pavot coquelicot, on a trouvé de la rhoéadine ainsi que d'autres alcaloïdes. Les symptômes généraux d'intoxications sont : des agitations, décubitus, incoordination et chute.

    Il est recommandé en général la dose de 15 gr de pétales de coquelicot par litre et en infusion.

    A noter, que le séchage doit être soigneux car les pétales sont fragiles et sensibles aux moisissures. Si les pétales noircissent, c'est un signe d'un mauvais séchage et que les principes actifs sont détruits, les pétales doivent prendre la teinte rouge brique du sang séché. A cette fin, il est important de froisser le moins possible la fleur au ramassage ou lors des manipulations, et de ne pas mettre la récolte dans un sac en plastique mais dans un panier aéré ou un sac de toile.

    CORIANDRE

    NOM VERNACULAIRE

    Kasbour

    NOM FRANÇAIS

    Coriandre

    NOM ANGLAIS

    Coriander

    NOM LATIN

    Coriandrum sativum

     

    FAMILLE

    Ombellifères

    CONSTITUANTS

    Huile essentielle (Géraniol)-

    Flavonoïdes- (Furanoiso-coumarines)

    PARTIES UTILISEES

    Les fruits

    71

    A .CARACTERES BOTANIQUES:

    C'est une plante glabre et luisante, à odeur fétide, de 20à 60 cm de haut. La tige grêle est striée et ramifiée. Les feuilles inférieures sont découpées en segment ovales incisés dentés en coins moins que les feuilles supérieures. Les fleurs sont blanches lavées de rose, groupées en ombelles. Le fruit est un petit sphère très régulier de 2à 5 cm de diamètre.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les graines renferment une huile essentielle ou essence composée d'un linalol appelécoriandrol (de géraniol 60 à70%) et des antioxydants (acides phénoliques, coumarines,

    terpénoides et flavonoïdes).

    C .PROPRIETES :

    Anti-flatulentes, carminatives, stimulantes, antispasmodiques (linalol), vermifuges, antirhumatismales et antidiabétiques.

    72

    Le fruit réduit en poudre soigne les gastralgies et possèderait des vertus stomachiques. Le décocté serait efficace dans les cas d'aérophagie.

    Le décocté préparé à partir de la coriandre et du genévrier serait efficace pour le diabète. Enfin, pour soigner les rhumatismes certains préconisent une préparation à base de coriandre, de laurier, d'huile d'olive et d'eau. Tous sont bouillis jusqu'à l'évaporation complète de l'eau et le filtrat est utilisé en usage externe.

    E .TOXICITE:

    Contre-indications:

    A ne pas l'utiliser dans la période post-éruptive de la rougeole et ne pas l'associer à des fortifiants.

    Effets secondaires :

    L'overdose peut engendrer des troubles oculaires.

    Attention à la volatilité de l'huile contenue dans les graines de coriandre qui peut déclencher une réaction allergique chez certains.

    CRESSON ALENOIS

    NOM VERNACULAIRE

    Hab rchad

    NOM FRANÇAIS

    Alénois, nasitort

    NOM ANGLAIS

    cresson

    NOM LATIN

    Lepidium sativum

     

    FAMILLE

    Crucifères

    CONSTITUANTS

    Vitamines- Glucosides-

    Sels minéraux

    PARTIES UTILISEES

    Les graines et les feuilles

    73

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante annuelle glabre dont la tige est dressée et rameuse.

    Les feuilles sont sessiles, linéaires, entières au sommet et pennatisiquées à la base. Les fleurs sont petites et blanches. Les fruits sont des graines.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les graines et les feuilles ont la saveur légèrement piquante, intense et chaude ; car elles renferment un composé soufré qui leur confèrent ce goût caractéristique de cette famille. Il est très riche en vit C, E, A, B1, B2, des sels minéraux, des glucosides.

    C .PROPRIETES :

    Antiscorbutiques, c'est un bon reconstituant, stimulantes, diurétiques, antianémiques, vermifuges, contraceptives...

    74

    Les graines de cresson alénois prises telles quelles sont ou en tisane se montrent bénéfiques pour la dissolution des calculs rénaux et les infections urinaires.

    Le décocté est préconisé dans les cas de dysurie.

    Les graines pilées et mélangées au miel passant pour traiter les blennorragies. Cette plante est également recommandée pour ses propriétés contraceptives (10 g de graines grillées réduites en poudre sont données une fois par mois le troisième jour des règles à jeun assurent la contraception de la femme pendant toute une année).

    Les graines sont aussi indiquées pour traiter les pyrosis, d'autre part mélangées au miel, ils calment la toux.

    E .TOXICITE :

    Par leur huile essentielle, les graines prises en grande quantités peuvent provoquer des irritations des muqueuses.

    Des brûlures à la miction sont signalées comme effet secondaire lors du traitement de la blennorragie.

    EUCALYPTUS

    NOM VERNACULAIRE

    Kalatous ou Cafour

    NOM FRANÇAIS

    Eucalyptus

    NOM ANGLAIS

    Eucalyptus À Camadulensis

    NOM LATIN

    Eucalyptus

    Camadulensis

     

    FAMILLE

    Myrtacées

    CONSTITUANTS

    HE :Eucalyptol- Tanins

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles- Capsules

    75

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Se sont des arbres ou des arbustes de 25 à 3 m de hauteur, au feuillage persistant et souvent à l'écorce qui s'exfolie et tombe en lambeaux. Le genre « eucalyptus » groupe un nombre d'espèces et sont très indigènes en Australie, et Tasmanie. Certaines espèces ont été introduites en Europe où elles se sont très bien acclimatées sur les rivages méditerranéens, ayant des climats similaires à celle du sud-ouest australien.

    Les premiers essais d'acclimatation en Tunisie, étaient pour : E. Gomphocephala et E. Rostrata qui se montrent rustiques et surtout tolérants aux sols carbonatés et à la sécheresse.

    76

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La feuille d'eucalyptus contient surtout une huile essentielle dont le principal constituant est un éther-oxyde terpénique : l'eucalyptol (ou cinéol) et plus accessoirement les tanins et la résine.

    L'eucalyptol est un mono-terpène absorbé par voie digestive cutanée ou rectale et éliminée par voie respiratoire et rénale. Il a une action expectorante et mucolytique sur les sécrétions bronchiques.

    C .PROPRIETES :

    Antiseptiques, expectorantes, mucolytiques, rubéfiantes et antitussives.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Il est employé contre les infections et les fièvres.

    Antiseptique : cette plante est efficace pour soigner les rhumes, les grippes et les maux de gorge.

    Expectorante: la plante joue le rôle d'un puissant expectorant utilisé dans le traitement des infections pulmonaires, y compris les bronchites et les pneumonies.

    Appliquée en friction sur la poitrine, elle assure ses propriétés révulsives.

    Les formes habituelles d'utilisation traditionnelle de l'eucalyptus sont les infusions les décoctions des feuilles et les fumigations.

    L'inhalation des vapeurs, produits lors de la décoction des feuilles tout en plaçant la tête sous une serviette est efficace contre les infections respiratoires des voies hautes ou basses. Aussi bien, l'application des feuilles d'eucalyptus en cataplasme sur la tête mélangée avec un peu d'huile ferait tomber la fièvre et serait efficace pou les coups d'insolation. Les feuilles en préparation sont utilisées en bain de bouche contre les caries dentaires.

    77

    E .TOXICITE :

    L'huile essentielle est constituée essentiellement de l'eucalyptol nommé aussi cinéol ; c'est la substance toxique majeure dans l'eucalyptus, elle est testée neurotoxique (épileptogène) à forte dose (DL 50 =1.7 ml/kg) chez le rat.

    Leur organes cibles sont: les poumons, le système nerveux central et le système gastrointestinal.

    EPHEDRA

    NOM VERNACULAIRE

    Azrem, âlenda

    NOM FRANÇAIS

    Ephédra, raisin de mer

    NOM ANGLAIS

    Ephedra

    NOM LATIN

    Ephedra distachya

     

    FAMILLE

    Ephédracées

    CONSTITUANTS

    Alcaloïdes ; Ephédrine.

    PARTIES UTILISEES

    Parties aériennes

    78

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Non scientifique : Ephédra distachya, E. sinica, E. equisetina, E. intermedia (ces plantes sont toutes de proches cousins). L'éphédra est un arbuste de 50 cm à 1 mètre de hauteur. Les tiges fortes, fines, cylindriques et ramifiées confèrent un aspect touffu, vert glauque. Elles supportent des feuilles opposées, longues, brunes, mortes et membraneuses sur les pieds âgés. C'est un arbrisseau trapu et dioïque (il y a des mâles et des femelles). A chaque

    79

    ramification, il présente une gaine (feuille modifiée) de forme allongée et bilobée. Les fleurs sont de couleur jaune et les fruits rouges sont des akènes (un fruit à graine unique) qui ressemblent à des baies ou à des grains de raisins. Certaines espèces d'éphédra ne contiennent pas d'éphédrine, la substance active que contient l'éphédra sinica et ses cousins. Elle préfère les sols sablonneux.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Deux constituants principaux font de l'éphédra une plante très prisée en phytothérapie : L'ephédrine et la pseudo- éphédrine. Ces deux substances sont des alcaloïdes qui stimulent le système nerveux central. L'éphédrine est une substance proche de l'adrénaline, aux effets moins puissants mais dont la durée d'action est bien plus durable.

    C .PROPRIETES :

    Diurétiques, sudorifiques, antiallergiques, hypertensives, stimulantes, diététiques,

    décongestionnantes nasale...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Les études effectuées ont montré que l'éphédrine contenue dans la tige présente d'intéressantes propriétés. Elle favorise la lipolyse, entraînant une fonte du tissu adipeux mise à profit dans les régimes amincissants. De plus, elle augmente le métabolisme de base, forçant ainsi l'organisme à brûler plus de calories.

    Elle est utilisée comme dilatatrice des bronches et permet un traitement approprié de l'asthme et des bronchites chroniques. L'éphédrine a une action vasoconstrictrice, décongestionnante et anti-inflammatoire de la muqueuse nasale. Elle diminue les sécrétions et supprime la sensation désagréable du "nez bouché" au cours des rhinites, les rhumes des foins et les sinusites.

    80

    E .TOXICITE :

    Un traitement prolongé peut provoquer une accoutumance, angoisse, tremblements et insomnie. A forte dose (10-15 g pour une tasse), l'éphédra risque des agitations fortes, tellement l'effet sera stimulant et l'intoxication peut être létale.

    Les signes d'intoxication :

    Des vomissements, des céphalées accompagnées de sueurs et des coliques.

    Contre-indications :

    L'insuffisance coronaire, glaucome et hypertension.

    Attention aux interactions médicamenteuses avec les antidépresseurs.

    EUPHORBE

    NOM VERNACULAIRE

    Libina

    NOM FRANÇAIS

    Euphorbe reveil-matin

    NOM ANGLAIS

    Spurge

    NOM LATIN

    Euphorbia helioscopia L.

     

    FAMILLE

    Euphorbiacées

    CONSTITUANTS

    Saponines hémolytiques - Euphorbone

    PARTIES UTILISEES

    Latex et feuilles

    81

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Euphorbe Réveil-matin ; Euphorbia helioscopia L. «Mauvaise herbe» annuelle de 10-50 cm, glabre à latex blanc. La tige est dressée, rougeâtre. Il y a quelques feuilles alternes sur la tige, les autres sont réunies à la base de l'inflorescence. Les fleurs sont très petites, verdâtres, elles fleurissent d'Avril à Novembre. Les fruits sont des capsules à 3 valves.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Des triterpènes, de l'euphorbol, de l'euphorbone (substance voisine du caoutchouc). Des saponines de propriétés hémolytiques et des esters diterpène.

    C .PROPRIETES :

    Purgatives, émétiques, vermifuges, laxatives, et anthelminthiques.

    82

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Appliquée sur la cuire chevelue, le latex aide à faire pousser les cheveux. L'euphorbe est un remède effectif contre les maladies respiratoires. Comme elle stimule la lactation chez la femme qui allaite. Les feuilles en cataplasme sont utilisées contre les ulcères, les verrues, les blessures et les brûlures de peau. En usage interne, les feuilles servent à expulser les vers intestinaux chez les petits enfants.

    E .TOXICITE :

    La partie toxique est la sève laiteuse (latex) en raison du 12-désoxyphorbol qu'elle le contient. Le latex est âcre et caustique, il peut déclencher de graves irritations au contact de la peau et des conjonctivites s'il atteint les yeux. Il faut donc faire attention à ne pas porter les doigts à la bouche et à ne pas se frotter les yeux après avoir cueilli de l'euphorbe, en particulier Euphorbia helioscopia. La toxicité est également valable pour les graines utilisées comme purgatives.

    Précautions et signes d1ntoxication :

    Ingestion : Le contact avec la bouche d'une partie de la plante ou des doigts souillés de latex provoque une douloureuse sensation de brûlure au niveau de la bouche et une hyper-salivation, parfois un gonflement des lèvres et/ou un oedème laryngé. Si le latex est avalé il peut entraîner des nausées, des vomissements et des diarrhées.

    Contact avec la peau : Une rougeur se développe après un délai de 2 à 8 heures. Des cloques peuvent se former 8 à 12 heures plus tard. La gravité des symptômes dépend de l1mportance et de la durée du contact.

    Projection dans les yeux : La projection de latex dans l'oeil ou le contact de l'oeil avec des
    doigts souillés peut entraîner une conjonctivite sévère, une atteinte de la cornée, un

    83

    gonflement des paupières. Des cas de cécité temporaires ont été décrits. Les lésions s'accompagnent de douleurs intenses, de larmoiements et de photophobie.

    La drogue ne doit pas être prise à large dose, le contrôle médical est nécessaire.

    FENOUIL SAUVAGE

    NOM VERNACULAIRE

    Besbes

    NOM FRANÇAIS

    Fenouil doux

    NOM ANGLAIS

    Sweet fennel

    NOM LATIN

    Foeniculm vulgare

     

    FAMILLE

    Ombellifères

    CONSTITUANTS

    Anéthol, Antioxydants, Poly-acétylènes..

    PARTIES UTILISEES

    Graines, HE.

    84

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le Fenouil sauvage peut pousser jusqu'à 2 m 50 de hauteur. C'est une plante vivace dont la tige est rameuse, ronde et dressée. Les tiges les plus vieilles sont creuses. Les feuilles sont constituées de trois à quatre folioles réparties en lanières filiformes. Les fleurs jaunes se présentent en ombelles qui font jusqu'à 15 cm de diamètre et comportent une quinzaine de rayons de longueurs inégales.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Un extrait de feuilles de fenouil a démontré une certaine activité antioxydante. D'après des
    recherches faites, le fenouil est composé de douze antioxydants, et à l'heure actuelle, on ne
    sait pas si le bulbe de fenouil en contient aussi. A part les antioxydants, le fenouil contient

    85

    des poly-acétylènes ; des composées bioactifs ayant démontré des effets anti-inflammatoires et antibactériens en plus d'empêcher la multiplication des cellules cancéreuses in vitro.

    Le fenouil contient des vitamines C, A, B, de l'estragol, du méthyleugénol, des carbures et du camphre. L'essence du fenouil est l'anéthol (il a des vertus digestives), elle est contenue essentiellement dans la graine.

    C .PROPRIETES :

    Apéritives, galactagogues, emménagogues, toniques, digestives, carminatives, diurétiques, antispasmodiques, anti-inflammatoires et expectorantes.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le fenouil constitue un remède fort ancien contre les douleurs abdominales. En décoction ou en poudre, les graines sont utilisées dans le traitement des embarras gastroduodénaux, de l'asthme, ainsi que comme apéritif. Le fenouil est une plante très utilisée. C'est une des quatre semences chaudes des anciens, répertoriée ainsi à cause de son importante action carminative et eupeptique. On l'utilise donc dans l'aérophagie, le ballonnement, la digestion difficile, la nausée, les maux d'estomac etc.

    Les fruits amers et les feuilles servent comme expectorants dans des tisanes ou des sirops antitussifs.

    Les graines sont utilisées pour traiter les ballonnements, les maux d'estomac et pour stimuler l'appétit. Elles sont aussi diurétiques et anti-inflammatoires. Elles combattent la cystite. L'infusion de feuilles est efficace contre les irritations de la gorge et constitue un expectorant léger.

    Le fenouil peut être prescrit en cas de coliques ou de rages de dents chez les nourrissons.
    Cette plante favorise la lactation et elle est utilisée en bain de yeux, elle vient à bout des

    86

    infections oculaires ainsi que de la conjonctivite. En outre, les graines ont la réputation de favoriser la perte de poids ainsi que la longévité.

    L'huile essentielle est antispasmodique et combat les flatulences. Elle a des propriétés à la fois relaxantes et digestives. Elle est donc également recommandée pour les troubles digestifs et les parasitoses.

    E .TOXICITE :

    La substance incriminée toxique est l'anéthol.

    L'essence de fenouil, riche en anéthol, est douée d'une toxicité indiscutable, engendrant une excitation générale, des hallucinations, des convulsions, et des désordres digestifs et cardiaques.

    Contre-indications :

    Il est préférable de s'abstenir des huiles essentielles par l'intermédiaire interne pendant la grossesse, l'allaitement, chez les enfants de moins de six ans ou les patients souffrant de gastrite, d' ulcères gastroduodénaux ou des maladies neurologiques.

    Ne pas appliquer par voie topique pour les enfants de moins de six ans ou les personnes souffrant d'allergies respiratoires ou avec une hypersensibilité connue à son huile essentielle.

    FOUGÈRE MÂLE

    NOM VERNACULAIRE

    Serkhs el khanchar

    NOM FRANÇAIS

    Fougère mâle, Porte-aigle

    NOM ANGLAIS

    Male woodfern

    NOM LATIN

    Dryopteris filix-mas

     

    FAMILLE

    Polypodiacées

    CONSTITUANTS

    Filicine

    PARTIES UTILISEES

    Rhizome - feuilles

    87

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La Fougère mâle est une vivace qui dépasse facilement 1 m de hauteur. Les jeunes frondes sont enroulées en crosses.

    Les nervures des frondes sont recouvertes de multiples écailles de couleur brune tirant sur le roux. Les sores volumineux sont fixés près de la nervure, alignés sur deux rangées.

    La Fougère mâle apprécie les sous-bois les forêts ombragées et les sols humides.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Elle Comporte de la filicine brute qui fournit des dérivés du phloroglucinol: de l'aspinidol, de l'albasidine, de la phloraspirine et de l'acide filicinique.

    88

    C .PROPRIETES :

    La Fougère est connue depuis l'Antiquité où l'on utilisait son rhizome à des fins antiparasitaires. Elle se montrait très efficace contre le ténia grâce à une substance qui avait des propriétés paralysantes sur ce parasite des intestins. Elle est aussi anthelminthique, vermifuge (Tænia ...), Tænifuge, antibactérienne, antivirale et antiparasitaire.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    En usage interne, elle est prise sous forme d'infusion, décoction dans du vinaigre, ou de miellat (il s'agit du rhizome frais hachée et pilée avec du miel). Le miel va faciliter le passage des vers ou les parasites intestinaux qui sont décrochés vivants à la paroi intestinale. Il joue le rôle de laxatif.

    En usage externe, les frondes ou les feuilles fraîches seront appliquer sur le corps pour calmer les douleurs rhumatismales et le rachitisme des enfants (pilées ou écrasées fraîches ou une décoction concentrée est appliquée à l'aide de compresses).

    E .TOXICITE :

    Les molécules porteuses de l'intoxication sont la filicine et le phloroglucide. Le filicinyl butanone est le principe actif toxique dans la plante. C'est un poison nerveux et la toxicité est principalement mydriatique.

    Signes cliniques :

    Des nausées, des vomissements, des troubles digestifs, des troubles de vue réversibles, une altération du foie (avec une apparition probable d'une cécité). L'ictère peut être observée.

    Contre-indications et précautions d'usage :

    Elle est contre-indiquée chez la femme enceinte et les petits enfants.

    89

    Ne pas intégrer simultanément de l'huile de ricin qui augmente la solubilité des principes toxiques.

    Si vous mangez les jeunes pousses, vous devez les cuire 3 fois successivement en jetant l'eau de cuisson à chaque fois.

    GAROU

    NOM VERNACULAIRE

    Ejjass, Elzez, Elgarou

    NOM FRANÇAIS

    Le garou, Daphné Saint-bois

    NOM ANGLAIS

    Flax-leaved Daphne

    NOM LATIN

    Daphne gnidium

     

    FAMILLE

    Thymeléacées

    CONSTITUANTS

    Coumarines- Flavonoïdes- Résine-

    PARTIES UTILISEES

    Les feuilles- fruits- rameaux

    90

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un arbrisseau assez commun dans les garrigues de la région méditerranéenne de 1 à 1.5 m. Les feuilles, coriaces et cassantes, sont denses sur les tiges. Les fleurs odorantes sont groupées, nombreuses, au sommet des rameaux. Les fruits mûrs sont des petites drupes charnues ovoïdes, très toxiques d'un rouge-orangé virant au noir.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Des coumarines, (daphnétine, daphnine, acetylumbelliférone, et la daphnorétine), des flavonoïdes (apigénine, lutéoline, quercétine, orientine, isoorientine, lutéoline 7-O-glucoside, apigénine 7-O-glucoside, genkwanine, 5-O-â-D-primevérosyl genkwanine) et l'á-tocophérol.

    C .PROPRIETES :

    Dans la pharmacopée traditionnelle, les drupes et les feuilles étaient utilisées pour leurs propriétés antiseptiques, dépuratives, cicatrisantes et insecticides.

    91

    92

    Le garou est aussi purgatif, sudorifique et même abortif.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Son pouvoir toxique (des fruits et des feuilles) n'a pas empêché son usage traditionnel pour des fins diverses : En cosmétique pour la préparation d'un onguent pour teindre les cheveux en noir. Comme ils sont utilisés pour les soins d'hygiène capillaire, contre la gale (par frictions sur le corps) et les maux de dents en gargarismes.

    La poudre d'écorce est utilisée dans le traitement de la syphilis, des maladies vénériennes et dermiques.

    Le daphné est encore prescrit pour soigner les plaies et traiter les puces. La pratique populaire s'en est beaucoup servi en usage externe comme vésicants et dérivatifs.

    Autrefois, ils pensaient protéger les enfants contre toutes les maladies du jeune âge en introduisant un fragment d'écorce de garou dans le lobe d'une de leurs oreilles. La causticité du remède produisait un écoulement séreux jugé très bénéfique. De même l'introduction du brin de Garou dans les trous fraîchement percés dans les oreilles des fillettes permettent d'obtenir une rapide cicatrisation. Les feuilles et les fruits sont utilisés pour des fins purgatifs.

    E .TOXICITE :

    Les graines et les écorces des différentes espèces de Daphné renferment des di-terpènes toxiques (esters de phorbol).

    Les substances toxiques sont la daphnétoxine (écorce) et la mézéréine (graines). Cette dernière est une résine âcre et irritante même après séchage prolongé.

    Le contact des écorces avec la peau ou les muqueuses provoque une irritation importante. L'ingestion des fruits déclenche une ulcération du tube digestif et des signes neurologiques (convulsions). Ces produits toxiques sont classés avec les esters di-terpéniques à structure complexe et à distribution restreinte à deux familles : les Thymélacées (Daphné...) et les Euphorbiacées.

    Le phorbol est présent naturellement sous forme de 12, 13-diesters ou de 12, 13, 20- triesters du noyau tigliane poly-hydroxylé. Ces triesters sont des « pro-irritants » (cryptic irritants), parce qu'ils ne provoquent pas d'inflammation sur la peau des mammifères. A noter que les esters de phorbol sont cancérigènes.

    Le contact de la sève avec la peau peut causer chez certaines personnes des dermatites. Toutes les parties de la plante sont irritantes mais les fruits sont les plus souvent en cause. 1 à 2 fruits chez l'enfant entraînent une symptomatologie accusée et l'ingestion de 12 fruits est considérée comme une dose pouvant être mortelle chez l'adulte. Même en cas d'intoxication passagère, des suites sont à redouter : inflammations gastriques et intestinales et la néphrite.

    Cette thymelée est une purgative drastique dangereuse.

    Signes d'intoxication :

    Après une courte latence, une violente inflammation de la bouche est observé, avec tuméfaction des lèvres et de la langue, ptyalisme, vomissements. Secondairement s'installe une diarrhée souvent hémorragique avec coliques. Enfin, dans les cas graves, on note une ataxie avec convulsions, dyspnée, albuminurie et hématurie. Des lésions gastro-entérites souvent hémorragiques, oedème du poumon et des néphrites peuvent s'installer.

    GENEVRIER

    NOM VERNACULAIRE

    Arar

    NOM FRANÇAIS

    Genévrier de Phénicie

    NOM ANGLAIS

    Juniper

    NOM LATIN

    Juniperus phoenicea L.

    Juniperus communis

     

    FAMILLE

    Cupressacées.

    CONSTITUANTS

    HE - Flavonoïdes

    PARTIES UTILISEES

    Baies, feuilles, tiges

    93

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le genévrier de Phénicie a l'aspect d'un arbrisseau touffu ou d'un arbuste dressé. Les feuilles sont en écailles et étroitement imbriquées sur 4 à 6 rangs. Les fleurs sont monoïques et les fausses baies sont globuleuses, rouges luisantes et à reflets bleuâtres à maturité.

    Les graines sont petites, anguleuses, sillonnées, profondément, et enfouis dans une chaîne fibreuse très ferme.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La baie de genévrier est constituée principalement d'huile essentielle riche en hydrocarbures terpéniques, parmi lesquels on trouve surtout de pipène et du terpinéol, ainsi qu'un principe amer : la junipèrine.

    94

    C .PROPRIETES :

    Toniques, diurétiques, eupeptiques, stomachiques, carminatives, antirhumatismaux, apéritives et antiseptiques.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    C'est un remède efficace contre les cystites, il facilite le drainage. Il est pris en décoction des feuilles, fortifie le système digestif, soulage les coliques et stimule l'activité de l'estomac. Par voie interne ou externe, il se révèle efficace dans les traitements des arthrites chroniques et les rhumatismes. Il est prescrit également pour traiter le diabète.

    Cette plante est réputée anti-diarrhéique et la poudre des feuilles séchées est utilisée pour ses propriétés cicatrisantes notamment après la circoncision.

    Les fruits sont utilisés pour traiter les cas des vomissements. Séchés et réduits en poudre soignant les ulcérations de la peau et des abcès.

    Le goudron végétal « le Goutran » du genévrier est conseillé en usage externe comme vulnéraire et par voie orale pour traiter les angines, comme il est recommandé avec un peu d'eau dans le cas d'asthénie, pour traiter certains cas d'eczéma et utilisé en inhalation contre l'asthme, les maux de tête et les étourdissements.

    E .TOXICITE :

    Les substances incriminées toxiques dans le genévrier sont la thuyone et l'alcool terpénique. Les baies de genévrier peuvent provoquer à doses trop élevées ou en cure très prolongée, une irritation des voies urinaires, des douleurs rénales, une dysurie et l'apparition d'albuminurie.

    La drogue et l'huile essentielle du genévrier sont réputées toxiques : irritantes au niveau de
    l'épithélium rénal, elles pourraient induire des hématuries. Pour certains, la toxicité rénale

    95

    dépendrait de la richesse de l'huile essentielle en carbures (pinènes, sabinène, cadinènes, limon-ène, camphène, myrcène, terpinénol, acétate de bornyle).

    Contre-indications :

    - Pendant la grossesse, dans le cas des inflammations aiguës des voies urinaires, ou d'insuffisance rénale et chez les hypotendus.

    GINGEMBRE

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le gingembre, le zingibier officinale est une
    plante vivace herbacée d'environ 0.9 m de

    NOM VERNACULAIRE

    Zinjabil

    NOM FRANÇAIS

    Gingembre

    NOM ANGLAIS

    Ginger

    NOM LATIN

    Zingiber officinalis

     

    FAMILLE

    Zingibéracées

    CONSTITUANTS

    HE: Gingérols - Oléorésine

    PARTIES UTILISEES

    Rhizome

    96

    haut issue d'un rhizome noueux et charnu. Les feuilles persistantes sont lancéolées, longues et odorantes. Les fleurs sont blanches jaune ponctuées de rouge. Après la floraison, un court épi axillaire, renfermant les graines noires enfermées dans des capsules trivalves apparaît au bout d'une tige couverte d'écailles.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Le rhizome est riche en amidon (60%). Il contient des protéines, des graisses (10%), d'huile essentielle puissamment aromatique poivrée de saveur chaude et piquante. L'impression du feu (pseudo-chaleur) lors de la consommation de gingembre est due à la présence de shogaol, de paradol et de zingèrone. La concentration de gingérol, constituant majeur du gingembre frais- est plus faible dans le gingembre séché, tandis que la concentration en shogaol augmente.

    97

    Deux extraits de rhizome ; l'oléorésine (6%) et l'huile essentielle (1-3%).

    L'oléorésine contient des composés chimiques à l'origine de la saveur piquante (le gingérol). L'huile essentielle renferme des composantes odorantes comme le zingiberène, le curcumène, le camphène, le bisabolène, le citral et le linalol.

    C .PROPRIETES :

    Toniques général, énergisantes, aphrodisiaques, carminatives, stomachiques,

    antispasmodiques, antiémétiques (anti-nauséeuses), cholagogues et protectrices du foie. Le gingembre est considéré aussi comme laxatif léger, antitussif, antalgique et antiinflammatoire.

    D .USAGE TRADIONNEL ET COURANT :

    Le gingembre est carminatif ; il aide à expulser les gaz intestinaux et à lutter contre les spasmes douloureux et les ballonnements. Il soigne en particulier les douleurs et les symptômes de rhumatisme et d'arthrite. Il est consommé par les femmes pendant leur grossesse pour combattre la nausée du matin. Néanmoins, sa réputation ne vient pas de ses propriétés mais de ces vertus aphrodisiaques. Le gingembre est préparé sous toutes les formes ; infusion, jus, teinture, HE et décoction. L'huile essentielle est indiquée contre les flatulences et les douleurs rhumatismales.

    E .TOXICITE :

    A haute dose, le gingembre peut irriter la peau et déclencher des allergies, en effet, il augmente la photosensibilité de la peau.

    La toxicité existe et elle est liée aussi à l'HE: Il s'agit de l'intoxication grave neurologique par surdosage de l'HE. L'application de l'huile de gingembre est déconseillée aux femmes enceintes, car elle peut déclencher des contractions comme elle peut causer des effets tératogènes. Son application sur la cou et le visage est déconseillée.

    98

    Les effets secondaires :

    Sidération de l'estomac par surdosage; crampes intestinales ou blocage de l'activité de l'estomac.

    La dose thérapeutique d'ingestion de la racine de gingembre est au max 0,5 à 1,5 gr/jour.

    GINSENG

    NOM VERNACULAIRE

    Gensink

    NOM FRANÇAIS

    Ginseng

    NOM ANGLAIS

    Ginseng

    NOM LATIN

    Panax Ginseng

     

    FAMILLE

    Araliacées

    CONSTITUANTS

    Saponines (ginsénosides)- HE

    PARTIES UTILISEES

    Les racines fraiches ou sèches

    99

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le ginseng sauvage, petite plante herbacée à feuilles palmatilobées, à ombelle de fleurs blanches et baies rouges.

    La racine est récoltée en automne, puis lavée et cuite à la vapeur avant d'être séchée.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Le Ginseng est riche en vitamines du groupe B (B1- B2- B12- nicotinamide- acide pantothénique), en oestrogènes, en polysaccharides (panaxanes), en huile essentielle à sesquiterpènes, en peptides et en saponosides (panaxosides ou ginsenosides dont une trentaine sont identifiées), qui sont les stimulants dans le ginseng.

    100

    C .PROPRIETES :

    Le ginseng a une action tonique générale. Il stimule les sujets jeunes et redonne la force aux plus vieux. Il est donc un puissant revitalisant, adaptogène et antiasthénique.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le Ginseng est une méthode de phytothérapie traditionnelle utilisée dans le traitement symptomatique de l'asthénie fonctionnelle.

    Il est indiqué dans les cas de fatigue psychique ou physique, le stress, la baisse de performance, la convalescence, les coups de froids (rhume,...).

    E .TOXICITE :

    L'automédication en cas de diabète peut entraîner de graves problèmes. Lorsqu'on entreprend un traitement ayant pour effet de modifier son taux de glucose sanguin, il faut surveiller sa glycémie de très près. Il est aussi nécessaire d'avertir son médecin, afin qu'il puisse, au besoin, revoir la posologie des médicaments hypoglycémiants classiques.

    Effets indésirables :

    Les effets indésirables du ginseng sont nombreux et peuvent être incommodants : en cas de surdosage, les effets secondaires observés sont en particulier : aménorrhée, congestion mammaire chez les femmes, excitation du système nerveux central: (Insomnie, confusion, tremblements), nervosité, augmentation et diminution de la tension artérielle, palpitations, maux de tête et diarrhée matinales, éruption cutanée, artérite cérébral. Le surdosage (jusqu'à 15 g par jour de ginseng) a fait état de ces derniers signes, Il était nommé par certains auteurs par le phénomène de ginseng abuse syndrome (GAS : syndrome d'abus du ginseng). Aux dosages recommandés, les ginsengs sont essentiellement dénués d'effets indésirables.

    101

    Contre-indications :

    Également, il ne faut pas oublier que certains personnes ne doivent pas employer le ginseng. Il est contre-indiqué chez : Les enfants, les personnes ayant des problèmes cardiaques, ou ayant des problèmes de coagulation, ou bien encore ayant un cancer hormono-dépendant, les personnes atteintes de la schizophrénie et les femmes enceintes ou qui allaitent.

    Interactions avec les médicaments :

    On devrait envisager avec prudence l'utilisation du ginseng lorsqu'une personne prend certains médicaments comme : l'insuline, un anticoagulant ou un antiplaquettaire (ex. : CoumadinMD, PlavixMD, AspirinMD), un diurétique (LasixMD ), pour le traitement de l'insuffisance cardiaque (LanoxinMD), certaines hormones (PremarinMD) ou un antipsychotique.

    Inhibition possible de l'hyperactivité et de la supersensibilité induites par la morphine.

    Il est donc fortement recommandé de vérifier avec le professionnel de santé si le ginseng a une interaction avec vos autres médicaments. Finalement, il faut savoir que la caféine utilisée avec le ginseng peut faire augmenter la tension artérielle.

    Interactions avec des plantes ou des suppléments :

    Le ginseng peut augmenter l'effet des aliments, plantes ou suppléments aux propriétés stimulantes (café, thé, chocolat, etc.) et par conséquent il entraine l'hypertension. Le ginseng peut augmenter l'effet des plantes ou des suppléments ayant des propriétés hypoglycémiantes (psyllium, fenugrec, par exemple).

    En conclusion, en ce qui concerne l'utilisation du ginseng américain pour diminuer les glycémies chez les personnes diabétiques de type 2, on ne peut pas encore le considérer comme un traitement efficace du diabète.

    GLOBULAIRE

    NOM VERNACULAIRE

    Zrigua

    NOM FRANÇAIS

    Globulaire, Séné de Provence

    NOM ANGLAIS

    Globe daisy

    NOM LATIN

    Globularia alypum

     

    FAMILLE

    Globulariacées

    CONSTITUANTS

    Tanins- Mucilages- Stérols

    PARTIES UTILISEES

    Les feuilles

    102

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante vivace à feuillage persistant, épais, coriace. Les petites feuilles alternes sont ob-ovales et lancéolées. Les fleurs sont sessiles parfumées groupées en capitules denses et de couleur blanc lumineux à bleu violet pour les anthères. Le fruit est un ensemble d'akènes ovoïdes. Elle préfère les sols drainés, calcaires marneux et caillouteux.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La globulaire contient un hétéroside amer, des sels, d'acide cinnamique, de l'acide protocatéchique, du mannitol, des tanins et des mucilages, de l'acide globularique et un hétéroside jaune servant de colorant. Elle renferme une substance appelée « globuline » qui a une action similaire à celle de la caféine. Elle abaisse la température du corps et la vitesse des pouls.

    103

    C .PROPRIETES :

    Astringentes, cholagogues (dépuratives), purgatives, stomachiques, sudorifiques et stimulantes.

    D .USAGE TRADITONNEL ET COURANT :

    Son nom « globularia » fait référence à la forme globuleuse de l'inflorescence et « alypum » vient du grec « alypon » qui signifie calmer la douleur. La poudre des feuilles de globulaire alypum est utilisée pour des propriétés cicatrisantes et dans le traitement de certaines dermatoses notamment l'acné, les abcès, les boutons, les eczémas et même en cas de cancer de peau.

    Elle peut être prise sous forme de décoction. Cette préparation est recommandée en cas de d'ulcère gastrique ou comme antipaludique et possède des propriétés antirhumatismales. En gargarisme, le décocté serait efficace pour soigner les angines et le macérât dans l'huile est utilisé dans les affections du cuir chevelu notamment la teigne.

    E .TOXICITE :

    La globulaire contient un glucoside vénéneux qui est la globularine. A forte dose, elle possède un effet hypothermique comme elle peut accélérer la respiration et provoquer des vertiges.

    HARMEL

    NOM VERNACULAIRE

    Harmel

    NOM FRANÇAIS

    Harmel,

    NOM ANGLAIS

    Syrian rue

    NOM LATIN

    Peganum harmala

     

    FAMILLE

    Zygophyllacées

    CONSTITUANTS

    Flavonoïdes-

    Alcaloïdes-

    Coumarines- Tanins- pigment rouge

    PARTIES UTILISEES

    Toute la plante

    104

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante vivace buissonneuse, très ramifiée à feuilles linéaires découpées et à fleurs blanches de 5 pétales et à capsules rondes comprenant 3 graines (50 cm de haut). Ces dernières sont de couleur marron foncé, anguleuses et ont une saveur amère.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les constituants chimiques de la plante sont les suivants :

    · Acides aminés : phénylalanine, valine, proline, thréonine, histidine, acides glutamique et carbo-hydrates.

    · Flavonoïdes, coumarines, bases volatiles, tanins, stérols.

    105


    ·
    Pigment : le tégument externe de la graine renferme un pigment rouge dit « Turkey Red » et un composé fluorescent.


    ·
    Des alcaloïdes qui ont un noyau indole: harmane, harmine, harmaline, harmalol (harmol) qui représentent les principales toxines. Le taux d'alcaloïdes est beaucoup plus élevé dans la graine que la racine, la tige, et la feuille, cette teneur s'élève en été durant la maturité du fruit.

    C .PROPRIETES :

    Emménagogues, abortives, hypnotiques, antalgiques, antitussives, antiseptiques...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le Harmel est utilisé pour traiter différents troubles :1) Gynécologiques : emménagogue, stérilité féminine 2) Généraux : hypnotique, antipyrétique, antalgique, antitussif 3) Digestifs : coliques, troubles digestifs 4) Cutanés : antiseptique et cicatrisant dermatoses et brûlures, conjonctivites purulentes et blépharites, alopécie. 4) Infectieux : tétanos néonatal, antipaludique, oreillons.

    A/ Usage externe : La plante fraîche est employée en cataplasme, soit après extraction du suc pour la composition d'un liniment à base de graisse de mouton, plante sèche ou graines sous forme de fumigations.

    L'huile de graines est obtenue par décoction de graines dans l'huile d'olive. Les préparations en usage externe sont préconisées surtout pour le traitement de rhumatisme. B/ Usage interne (hypertension, diabète) : Une cuillère à café de graines, soit environ 2.5 g, avalés telles quelles avec un verre d'eau ou mélangées au miel ou pilées avec de l'huile d'olive, est recommandé en cas d'anurie, de dysurie, d'hypertension ou de diabète.

    La plante fraîche hachée et bouillie dans l'huile et les feuilles sèches en décoction sont
    signalées pour leurs propriétés antipyrétiques et sont efficaces pour traiter la rhume et la

    106

    carie dentaire. La plante sèche pulvérisée et tamisée est utilisée contre la conjonctivite purulente, la blépharite et dans le traitement de l'eczéma.

    E .TOXICITE :

    Les doses élevées peuvent provoquer la paralysie. Les graines de harmel renferment en moyenne 3 à 4% d'alcaloïdes avec une brusque élévation de ce taux à la phase de mûrissement du fruit. Ces alcaloïdes sont au nombre de quatre : Harmane, Harmine, Harmaline et Harmalol ou Harmol. L'intrication de leurs actions conduit à la diversité des effets obtenus en clinique humaine. Leur structure chimique, parfaitement connue, associe un noyau indole à un noyau pyridine. Elle conditionnerait l'effet stimulant du système nerveux central des quatre alcaloïdes. La spécificité de l'action d'un alcaloïde par rapport à l'autre serait, par contre, en rapport avec la variation des radicaux et du nombre de doubles liaisons portées par le cycle commun. C'est cette variation qui expliquerait les nuances constatées au niveau des mécanismes d'action : Les Harmane, Harmine et Harmaline exerceraient : - soit un blocage direct des récepteurs cérébraux GABAergiques (Acide Gamma Amino Butyrique) et donc de leur médiation inhibitrice, produisant un effet stimulant qui serait responsable de l'élévation du tonus musculaire et au maximum de convulsions, - soit une facilitation de l'accès aux récepteurs GABAergiques d'une substance endogène qui serait du thromboxane A2, dérivée des prostaglandines, et qui pourrait jouer un rôle important dans la régulation des mouvements calciques neuronaux et donc de l'excitabilité neuronale, Quoiqu'il en soit ces alcaloïdes prédisposeraient aux modifications des conductances membranaires sodiques et/ou calciques.

    La Harmine et la Harmaline exerceraient une action anti-cholinergique centrale pouvant expliquer la crise d'agitation et les manifestations digestives observées.

    La Harmane et Harmaline exerceraient une action inhibitrice du système Dopaminergique central induisant une sédation et des perturbations du sommeil paradoxal.

    107

    Symptomatologie :

    L'ingestion d'une cuillère à café d'un mélange de grains de Harmel et de miel a provoqué en quelques minutes l'apparition de céphalées intenses, de fourmillements des extrémités, de troubles sensoriels à type d'hypoacousie, d'amaurose et d'hallucinations visuelles (vision de flammes). Ces manifestations sont rapidement suivies de douleurs abdominales accompagnées de vomissements bilieux puis de troubles neurologiques (obnubilation, hypertonie des réflexes ostéo-tendineux).

    LAURIER-SAUCE

    NOM VERNACULAIRE

    Rand

    NOM FRANÇAIS

    Laurier sauce, laurier noble

    NOM ANGLAIS

    Bay laurel

    NOM LATIN

    Laurus nobilis

     

    FAMILLE

    Lauracées

    CONSTITUANTS

    Huile essentielle- Linalol-

    Sesquiterpène

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles et fruits

    108

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le laurier sauce est un arbre ou arbuste de 7 à 10 cm de hauteur, à croissance lente, à tronc droit et très rameux, à écorce lisse, noire et à bois jaune pale. Pour le feuillage, il est persistant, les feuilles sont alternes, coriaces, lancéolées, ondulées au bord, de couleur vert foncé, brillantes au dessus et mâtes au dessous de 5 à 10 cm de long. Les fleurs sont dioïques d'un blanc jaunâtre ou d'un jaune verdâtre, groupées en glomérules de 4 à 6 ombelles à l'aisselle des feuilles. Les fleurs mâles ont 8 à 12 étamines ; les femelles ont un

    109

    ovaire uniloculaire et 2 à 4 staminodes. Le fruit est une drupe ellipsoïde de couleur noir brillant, contenant une seule graine.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les feuilles de laurier sauce contiennent une huile essentielle représentant 1 à 3% du poids sec. Cette huile renferme 30 à 70% de cinéol, ainsi que plusieurs composés terpéniques : linalol, géraniol, eugénol, pirène, terpinène et le phélandrène.

    En plus de cette huile essentielle, les feuilles de laurier sauce contiennent également des alcaloïdes aporphiniques comme la crypto-dorine ou l'actinodaphnine qui sont responsables d'une activité cytotoxique (in vitro), des lactones sesquiterpéniques, ainsi que 18 flavonoïdes dont certains dérivés le Kaempférol.

    Les fleurs du laurier sauce renferment également une huile essentielle contenant les composées suivants : b-carophyllène, viridiflorène, b-élèmène, germacradiénl, germacrène. De même les racines contiennent une huile essentielle constituée de divers mono-terpènes et des sespquiterpènes, oxygénés ou non.

    C .PROPRIETES :

    Aromatiques, antirhumatismaux (huile essentielle), parasiticides (huile essentielle), antalgiques, antibactériennes (huile essentielle), antivirales, mucolytique, expectorantes, antinévralgiques, psycho-actives et régulatrices du système nerveux sympathique et parasympathique.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Les feuilles et les fruits du laurier noble sont carminatifs, stomachiques, emménagogues et pédiculaires : elles servent d'aromate dans les cuisines. La décoction des feuilles est utilisée contre les bronchites chroniques, l'hydropisie, les fermentations intestinales, l'insomnie et les menstruations douloureuses.

    110

    Les baies s'emploient toujours à l'état sec, jouissent des mêmes propriétés, mais avec plus d'énergie. Ces baies concassées sont préparées aussi en décoction.

    En usage externe, les feuilles sont employées pour des bains aromatiques antirhumatismaux, en gargarisme et en bains de bouche contre l'angine.

    L'huile essentielle que l'on obtient par distillation à la vapeur est utilisée en friction comme stimulant local sur les foulures, les engorgements indolents des articulations, sur les hémorroïdes et pour calmer les douleurs rhumatismales.

    L'utilisation d'un cataplasme à base de feuilles écrasées et d'huiles d'olive est signalée dans le traitement des fistules anales et de diverses dermatoses.

    E .TOXICITE :

    L'huile essentielle est déconseillée dans les trois premiers mois de grossesse. (Allergie au laurier). Elle a des effets narcotiques à haute dose.

    Une irritation cutanée légère peut apparaitre lors d'une application locale. Faites un essai de quelques gouttes dans le pli du coude pour évaluer votre réactivité.

    Les alcaloïdes qui en contiennent seraient responsables d'une toxicité in vitro. De toute manière, le laurier est une plante au goût prononcé et ayant un effet puissant, même si la toxicité in vivo n'en est actuellement pas démontrée, il ne sert à rien d'en faire un abus prolongé.

    LAVANDE

    NOM VERNACULAIRE

    Khezama

    NOM FRANÇAIS

    Lavande

    NOM ANGLAIS

    Lavender

    NOM LATIN

    Lavandula stoechas

     

    FAMILLE

    Lamiacées

    CONSTITUANTS

    HE- Flavonoïdes- Tanins- Coumarines

    PARTIES UTILISEES

    Inflorescences et HE

    111

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La lavande préfère les sols siliceux. C'est un arbrisseau à rameaux tétragones. Le feuillage discret est vert gris ou cendré. Les fleurs sont petites, pourpre foncé, réunies en épis courtement pédonculés, compacts, quadrangulaires, surmontés d'un faisceau de grandes bractées stériles violacées. Le fruit est un tétra-akène.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La variété officinale de l'huile essentielle de lavande contient de linalol, d'acétate de linalyle,
    de limonène, de cinéol (eucalyptus), de camphre, d'alpha terpinol, de lavandulol. Egalement,
    elle contient de l'eugénol et du caryophyllène. Les inflorescences de lavande contiennent

    112

    d'autres composés pharmaco-logiquement actifs : des flavonoïdes et des acides phénols (rosmorinique, caféique).

    C .PROPRIETES :

    Antibactériennes, antispasmodiques, sédatives, anti-inflammatoires, mucolytiques,

    cicatrisantes, carminatives, calmantes, anxiolytiques...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Ce n'est pas par hasard que l'on dit communément « si tu ne sais pas comment procéder, adresses toi à la lavande ». En effet, cette plante possède des propriétés thérapeutiques remarquables ; La décoction des feuilles est utilisée dans le cas d'infections intestinales, de gastralgies ; mais c'est surtout pour ses propriétés antitussives qu'il est largement recommandé. Les fleurs en décoction apaisent l'hystérie, ingérées telles quelles, elles seraient également efficaces pour calmer la toux et l'asthme. L'huile essentielle est un précieux remède des premiers secours, elle est antiseptique, accélère la guérison des brûlures et des plaies et calme les inflammations dues aux piq~res d'insectes. Ils l'utilisent pour traiter la gale et les poux. En massage, elle est appliquée sur la tête pour calmer ses maux, pour se détendre, tonifier le système nerveux et retrouver le sommeil.

    E .TOXICITE :

    La lavande est dans tous les cas déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes, car elle fait tarir la lactation. La substance majoritairement toxique est le linalol. La plupart des Lamiacées sont excitantes voire convulsivantes par utilisation abusive (présence de menthol). Les huiles essentielles sont des concentrées de principes actifs, c'est ce qui leurs donnent leur efficacité~mais aussi leur toxicité si elles sont utilisées à mauvais escient ou en surdosage. A forte dose, l'essence de lavande est stupéfiante.

    Certaines personnes sont allergiques aux lavandes (crise d'asthme, eczéma).

    LIN

    NOM VERNACULAIRE

    El kitten

    NOM FRANÇAIS

    Lin

    NOM ANGLAIS

    Common flax

    NOM LATIN

    Linum usitatissimum

     

    FAMILLE

    Linacées

    CONSTITUANTS

    Mucilages - Oméga (3)- Glucosides cyanogénique

    PARTIES UTILISEES

    Graines mûres et sèches- Huile de graines

    113

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante herbacée de 40 à 80 m de haut, sa tige est dressée glabre. Les feuilles alternes vert tendre sont lancéolées. Les fleurs de couleur bleu clair parfois blanches. Les fruits sont des capsules globuleuses renfermant des graines ovales aplaties à bord tranchant, brillantes et brunâtre.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La graine de lin contient essentiellement une très haute teneur en acides gras polyinsaturées
    (45%) qui renferme une très haute teneur en acides gras essentiels (surtout des glycérides
    d'acides linoléiques) et linoléniques qui participent à de nombreuses fonctions biologiques

    114

    cellulaires. Le tégument de la graine renferme : un mucilage de nature uronique, des fibres, une huile et des mucilages.

    Les utilisations de l'huile de lin dérivent de sa richesse en acides gras polyinsaturés, en particulier en acides linolénique et linoléique, qui lui doivent leur nom. Contenant plus de 70% de son poids en acides gras polyinsaturés, l'huile de lin est prisée dans certaines options diététiques, en particulier par les personnes recherchant des apports importants en oméga-3 et faibles en oméga-6.

    C .PROPRIETES :

    - Laxatives douce avec uniquement une action mécanique: lubrification des selles et augmentation de leur volume grâce à ses fibres.

    - Adoucissantes, émollientes et anti-inflammatoires cutanée.

    - Elle réduit le taux de cholestérol et prévient la thrombose.

    - L'huile de lin régule le système hormonal et stimule les défenses immunitaires.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT:

    Usage interne : Les graines de lin sont trompées dans l'eau puis filtrées et le liquide obtenu sera bu en cas de constipation (c'est la décoction). L'huile de lin est aussi recommandée. Les graines sont pressées à froid et/ou à chaud pour l'obtenir ; parfois elle est extraite par un solvant.

    Usage externe : Les graines écrasées dans l'eau bouillante puis appliquées en tant que cataplasme sur la peau aident à traiter les inflammations cutanées.

    En général les graines de lin sont particulièrement conseillées pour la sphère cardiovasculaire (artériosclérose).

    115

    E .TOXICITE :

    Les substances incriminées toxiques dans le lin sont les hétérosides cyanogénétiques. Elles sont présentent dans toute la plante.

    Contre-indications :

    Iléus, enfants de moins de 6 ans, occlusion intestinale, rétrécissement de l'oesophage. L'utilisation des graines de lin est déconseillée chez les personnes ayant des diverticules aux intestins : en effet ces graines peuvent pénétrer dans les petites excavations et provoquer des inflammations de l'intestin.

    De même les graines de Lin sont contre-indiquées dans toutes les maladies liées à la thyroïde. Les éléments cyanogènes sont des toxiques présents naturellement dans certains aliments. Par exemple: Les amandes ou les graines de lin. Ces cyanogènes sont convertis dans l'organisme, en plusieurs étapes, en thyocyanate, un composé qui inhibe l'utilisation de l'iode par la glande thyroïde.

    Par ailleurs, il est préconisé de prendre environ une à deux cuillères à soupe d'huile de graine de lin par jour en moyenne, ou quatre à six cuillères à soupe de graines de lin entières (qui peuvent être, de préférence, préalablement broyées dans un moulin à café pour maximiser la libération dans l'organisme des acides gras oméga-3 qu'elles contiennent). Il est aussi contre-indiqué en cas de cancer du sein ou des ovaires. La lignane contenue dans le lin fait partie des phytoestrogènes et, par conséquent, peut alimenter directement une tumeur oestrogéno-dépendante.

    En ce qui concerne l'huile de lin (extrait des graines de lin) ; Comme déjà dit, l'huile de lin
    (sous forme de liquide) peut être toxique si elle n'est pas conservée à froid (à stocker à la
    cave par exemple) et qu'elle n'est pas protégée de lumière (avec un récipient spécial

    116

    protégeant de la lumière) donc elle risque de rancir et devient de saveur acre d'où risque de « folie ». Le problème c'est qu'elle s'oxyde très vite!

    Il faut faire attention à n'acheter que des huiles récemment pressées (première pression à froid) et conservées dans des récipients hermétiques à la lumière. Il est ensuite préférable de la garder au réfrigérateur pendant une période qui ne dépasse pas les trois mois. Voici quelques conseils diététiques :

    " Pour ceux qui ne mangent pas beaucoup de fibres, mieux vaut commencer la prise de graines de lin par de petites quantités et augmenter progressivement. Les personnes qui souffrent de problèmes intestinaux doivent consulter leur médecin avant de prendre de la graine de lin."

    Interactions médicamenteuses :

    Pour les graines moulues et entières : diminution théorique de l'absorption de certains médicaments oraux; pour éviter cet effet, il est conseillé de consommer les graines deux heures avant ou après la prise d'un médicament.

    Graines moulues et huile de graines : Augmentation théorique de l'effet des anticoagulants / anti-thrombotiques (Coumadin, Lovenox, héparine, etc.), des antiplaquettaires (Plavix, Ticlid) ainsi que des dérivés des acides salicylés (acide acétylsalicylique ou AAS, Aspirin, Entrophen, etc.) et des autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) (Voltaren, Advil, Motrin, Naprosyn, Indocid, etc.)

    MARJOLAINE :

    NOM VERNACULAIRE

    Mardkouch

    NOM FRANÇAIS

    Marjolaine vraie

    NOM ANGLAIS

    Marjoram

    NOM LATIN

    Origanum majorana

     

    FAMILLE

    Lamiacées

    CONSTITUANTS

    HE: Linalol, Carvacrol- Flavonoïdes

    PARTIES UTILISEES

    Parties aériennes- HE

    117

    118

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante herbacée vivace à tiges dressées, ramifiées, haute de 20 à 30 cm. Toute la plante est velue à aspect cendré ; les feuilles sont opposées, ovales, longues de 0.9 cm sur 0.3 cm de largeur. Les inflorescences poussent en grappes à l'aisselle des feuilles. Les fleurs sont blanches à lèvre supérieure marginée et à lèvre inférieure trilobée. Les fruits sont des tétra-akènes.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS : La marjolaine contient principalement :

    Des acides-phénol: (acides caféique, labiatique ou rosmarinique), des flavones: (Apigénol, lutéolol, hydroquinol arbutoside) et une huile essentielle: (alpha terpinéol, citronellol, linalol).

    C .PROPRIETES :

    Antispasmodiques, antifongiques, antalgiques, antibactériennes puissantes, calmantes, sédatives et para sympathicotoniques puissantes (hypotensives, vasodilatatrices, anaphrodisiaques...).

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Elle est renommée la plante antistress. Comme la plupart des labiées, la marjolaine possède des vertus stomachiques, toniques, calmantes, diurétiques, sudorifiques et expectorantes, pour cela ils emploient ses sommités fleuries.

    L'infusion calmante est somnifère. La marjolaine a une odeur pénétrante et agréable à saveur chaude et aromatique. Ils l'indiquent également contre la faiblesse des organes digestifs, les crampes de l'estomac, les coliques et l'atonie utérine de nature nerveuse ou musculaire. En usage externe, elle est prescrite en gargarisme dans les maladies de la bouche, en lotion des muqueuses nasales ou en tampons dans les narines contre le rhume. Le suc frais des feuilles est utilisé contre les maux de tête persistants. L'huile essentielle est employée contre la paralysie décroissante, en friction sur la nuque, le dos, la dureté de l'oreille et en massage contre les douleurs rhumatismales.

    E .TOXICITE :

    - L'huile essentielle est déconseillée dans les trois premiers mois de grossesse. elle peut provoquer des hématuries.

    - Pour la peau hypersensible, la dilution à 50% est nécessaire.

    - L'irritation cutanée (dermo-caustique) est possible à l'état pur. - L'huile essentielle est interdite en usage interne.

    119

    Les personnes suivant des traitements médicamenteux particuliers, notamment ceux agissant sur la coagulation sanguine, doivent impérativement consulter leur médecin avant d'entamer toute cure de marjolaine, en raison de sa contenance en vitamine K. En outre, des risques de somnolence peuvent se manifester chez les personnes ayant consommé de la marjolaine en quantité trop importante.

    MARRUBE BLANC

    NOM VERNACULAIRE

    Oum roubia

    NOM FRANÇAIS

    Marrube blanc

    NOM ANGLAIS

    horehound

    NOM LATIN

    Marrubium vulgare

     

    FAMILLE

    Labiées

    CONSTITUANTS

    Lactones diterpéniques- Flavonoïdes- HE

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles

    120

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le marrube blanc est une plante herbacée vivace pouvant atteindre 80cm de hauteur, à tige quadrangulaire cotonneuse. Les feuilles pétiolées, ovales ou arrondies, à limbe crénelé sur les bords sont blanchâtres et duveteux sur la face inférieure. Les fleurs petites, blanches, avec un calice à dents crochues sont groupées en verticilles globuleux à l'aisselle des feuilles. Le fruit est un tétra-akène. Toute la plante dégage une odeur forte, sa saveur et âcre (qui irrite les organes du goat et de l'odorat) et amère.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    - Les lactones di-terpéniques: principes amers, notamment marrubine (di-terpène à structure
    gamma-lactone qui se forme de l'extraction à partir de la pré-marrubine) responsables de

    121

    l'effet expectorant et elle régularise les battements cardiaques - Choline et saponoside (traces)- Tanins - Acides phénols (acide caféique, chlorogènique) - Matières minérales (sels de potassium et de fer) - Huile essentielle (0.06%).

    C .PROPRIETES :

    Expectorant (fluidifiant des secrétions bronchiques) - Apéritif - Fébrifuge (qui fait baisser la fièvre) - Anti diarrhéique.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    - Le décocté préparé à partir de la plante entière est utilisé dans l'hypertension, les diabetes, les malades gastriques, le traitement des hémorroïdes mais également comme antirhumatismal, analeptique cardiaque, antiseptique pulmonaire et dépuratif. Il est réputé pour purifier le lait des femmes qui allaitent.

    - Le décocté est utilisé en bain bouche contre les caries dentaires et en usage externe dans le traitement des brûlures et de la furonculose.

    - La poudre préparée à partir de la plante entière est utilisée en application locale dans les traitements anti hémorroïdaire, et pour les propriétés vulnéraires, macérée dans l'huile. Elle passe pour soigner les affections auriculaires et les abcès.

    Les fleurs seraient efficaces contre les verrues et les racines lavées et mélangées avec le beurre cuit (« smen ») sont recommandées pour traiter le trachome (maladie infectieuse et contagieuse de l'oeil d'origine bactérienne).

    E .TOXICITE :

    C'est une plante amère à caractère salin et ne peut donc pas être toléré s'il ya une gastroentérite ou des situations de nausées ou de vomissements ou encore en cas de dyspepsie.

    MÉLILOT

    NOM VERNACULAIRE

    Handgouga

    NOM FRANÇAIS

    Mélilot jaune

    NOM ANGLAIS

    Yellow melilot

    NOM LATIN

    Melilotus officinalis

     

    FAMILLE

    Fabacées

    CONSTITUANTS

    Mélilotine- Coumarines

    PARTIES UTILISEES

    Les parties aériennes

    122

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Les tiges dressées, qui atteignent jusqu'à 80 cm de hauteur, portent des feuilles à 3 folioles irrégulièrement dentelées. Les petites fleurs jaunes, groupées en longues grappes, donnent naissance à des gousses ovoïdes, d'un brun jaunâtre.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les parties aériennes sont riches en flavonoïdes, qui par leur activité vitaminique P, permettent de prévenir et de traiter la fragilité des petits vaisseaux au niveau de la peau et des muqueuses. La présence des dérivés coumariniques (la mélilotoside et la mélilotine notamment) aux propriétés anticoagulantes légères et fluidifiantes, renforce le pouvoir veino-tonique de la plante.

    123

    L'action simultanée de ces principes actifs permet d'améliorer les symptômes en cas de troubles veineux: jambes lourdes, varices, hémorroïdes, couperose.... La plante présente enfin un intérêt en cas de troubles mineurs du sommeil.

    C .PROPRIETES :

    Antirhumatismales, antiseptiques urinaire, antispasmodiques, astringentes, calmantes, carminatives, sédatives, préventives des thromboses, veino-toniques...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le mélilot peut être pris sous forme d'infusion; Cette infusion est aussi utilisée pour l'usage externe en doublant la dose des sommités fleuries et en la laissant refroidir avant utilisation. Le mélilot tient aux vertus sédatives et reposantes procurées par l'application de compresses imbibées de son infusion chaude sur les yeux en cas de fatigue oculaire et visuelle.

    E .TOXICITE :

    Des moisissures se développent généralement sur les tiges succulentes du mélilot. Les glycosides présents dans la plante se transforment en coumarine par hydrolyse, puis les moisissures métabolisent la coumarine en produisant du dicoumarol, une substance toxique même pour les animaux.

    Les parties incriminées toxiques sont la tige et les feuilles. Des notes sur les chimiques toxiques montrent que: [le mélilotoside est un glucoside qui se transforme en coumarine par hydrolyse. La coumarine est métabolisée par des moisissures ; celles-ci la transforment en dicoumarol et empêche ainsi la coagulation du sang]. Ainsi les 2 substances qui favorisent l'intoxication sont ; le mélilotoside et le dicoumarol.

    Le mélilot contient un anticoagulant : il est nécessaire d'en avertir le médecin, en cas d'association avec un autre anticoagulant (interactions médicamenteuses) puisqu'il a des tendances hémorragiques.

    124

    La coumarine contenue dans le mélilot possède des propriétés d'intoxication de la cellule hépatique, à très hautes doses. C'est pour cette raison, qu'en cas d'abus, des nausées et des maux de tête peuvent être constatés. Un léger effet narcotique et des rares cas de céphalées ont été aussi rapportés.

    A noter que les signes généraux d'intoxications sont l'anémie et les hémorragies.

    MENTHE POULIOT

    NOM VERNACULAIRE

    Flayou

    NOM FRANÇAIS

    Menthe pouliot

    NOM ANGLAIS

    Pennyroyal

    NOM LATIN

    Mentha pulegium L.

     

    FAMILLE

    Lamiacées

    CONSTITUANTS

    HE (Menthol)

    PARTIES UTILISEES

    Toute la plante- HE

    125

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante vivace par ses rhizomes, basse, de 10 à 55 cm de haut, fréquente dans les milieux humides, qui exhalent une forte odeur aromatique.

    Les tiges feuillées, quadrangulaires, étalées ou couchées émettent très facilement des racines adventives à la face inférieure des noeuds. Les tiges florifères sont plus ou moins dressées.

    Les feuilles, opposées, petites, sont ovales presque entières (légèrement dentelées) et munies d'un court pétiole.

    Les fleurs, qui apparaissent de Juillet à fin Septembre, sont rose lilas parfois blanches et sont groupées à l'aisselle des feuilles en glomérules (faux verticilles) échelonnés le long de la tige. Les fruits sont des akènes.

    126

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La menthe pouliot ou menthe sauvage c'est celle qui contient le plus de menthol. Elle contient des huiles essentielles. C'est un liquide rouge-jaunâtre, d'odeur très forte, soluble dans l'alcool, composée de 75 à 80% de pulégone ; liquide incolore d'odeur aromatique et de menthol, de limonène lévogyre. Elle contient également du tanin, des matières cellulosiques et pectiques, du sucre...

    C .PROPRIETES :

    Carminatives, stomachiques, antiseptiques, béchiques et diaphorétiques.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Utilisée traditionnellement en phytothérapie pour aider à la digestion et à soulager la dyspepsie flatulente et les coliques intestinales. Elle est quelquefois cultivée pour l'extraction de menthol et dans les jardins comme plante condimentaire.

    Utilisée pour aromatiser les sauces, les desserts, et les boissons. On retire de cette plante «l'essence de pouliot », une Huile essentielle.

    En infusion, elle a des propriétés antispasmodiques et stimulantes. Elle est réputée éloigner les puces.

    Elle est également utilisée depuis les nuits des temps pour provoquer les règles et l'avortement.

    Appliquée sur un tissu au niveau des tempes, "l'eau de menthe pouliot", obtenue par distillation, soulage les maux de tête. Elle est aussi utilisée pour soulager les troubles nerveux.

    127

    E .TOXICITE :

    L'huile de pennyroyal possède des propriétés abortives par irritation de la région utérinogénito-urinaire avec des effets secondaires sur le système nerveux et le foie. Des troubles nerveux sont observés avec plus de 2g d'H.E.

    L'essence irrite le tissu conjonctif oculaire. De préférence, il faut éviter le contact avec les yeux.

    L'utilisation de l'HE doit être avec prudence, elle risque les spasmes et la goutte. La prise simultanée des médicaments homéopathiques avec la menthe est contre-indiquée.

    MOLÈNE BOUILLON BLANC

    NOM VERNACULAIRE

    Salah Landhar

    NOM FRANÇAIS

    Molène bouillon blanc

    NOM ANGLAIS

    Common mullein

    NOM LATIN

    Verbascum Thapsus

     

    FAMILLE

    Scrofulariacées

    CONSTITUANTS

    Saponosides- Mucilages

    PARTIES UTILISEES

    Les feuilles et les fleurs sèches

    128

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le bouillon blanc est une grande plante robuste bisannuelle de 1 à 2 m de haut, sa tige est raide et au revêtement cotonneux épais. Les grandes feuilles crénelées de forme ovalaire, sont épaisses et tapissées de poils laineux gris blanchâtres (d'où le nom de bouillon "blanc"). Les grandes fleurs en forme d'entonnoir, de couleur jaune doré, sont groupées en gros et longs épis terminaux qui exhalent une odeur douce miellée. Les fruits sont des capsules globuleuses.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La fleur et la feuille de bouillon blanc contiennent surtout des mucilages, ainsi que des
    saponosides triterpéniques, d'iridoïdes (aucuboside), des glycosides flavoniques, des

    129

    harpagosides anti-inflammatoires, une huile essentielle et un fort pourcentage d'hydrates de carbone.

    C .PROPRIETES :

    Antitussives, adoucissantes et calmantes. L'aucuboside posséderait, pour sa part, des propriétés antimicrobiennes mises à profit dans les infections des voies respiratoires. Les mucilages, aux vertus adoucissantes, permettent de soulager les inflammations de la gorge comme les trachéites.

    Les saponosides présentent quant à eux des propriétés expectorantes et favoriseraient, en outre, l'élimination du mucus bronchique.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Elle est prise sous forme d'infusion ou de décoction dans l'eau. Le bouillon blanc s'utilise dans le traitement de la toux ainsi que pour soulager les inflammations de la gorge (bronchite et trachéite). La drogue est également utilisée en usage externe comme adoucissante et pour soulager les démangeaisons, dans le traitement des plaies et des écorchures. Elle est également utilisée dans de nombreuses préparations magistrales associant diverses plantes complémentaires.

    Le jus des fleurs est préparé spécialement pour usage oculaire.

    E .TOXICITE :

    Les graines de molène ne doivent pas être ingérées vu leur toxicité. Les préparations doivent être égouttées pour se débarrasser de tous les poils qui couvrent les feuilles et les pollens qui seront responsables des irritations de la bouche.

    MYRTE

    NOM VERNACULAIRE

    Rihan

    NOM FRANÇAIS

    Myrte commun

    NOM ANGLAIS

    Myrtle

    NOM LATIN

    Myrtus communis

     

    FAMILLE

    Myrtacées

    CONSTITUANTS

    Flavonoïdes- HE

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles, fruits et fleurs

    130

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le myrte est un arbuste aromatique toujours vert qui ne dépasse pas 3 m de hauteur, aux petites feuilles coriaces dépourvues de pétioles et en forme de lance, à la base des qu'elles se développent des fleurs blanches aux étamines nombreuses, solitaires et très parfumées. Les fruits sont des baies charnues, bleu foncé.

    Le bois de myrte est très dur.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Une huile essentielle: (cinéol, myrténol, pinène, géraniol, linalol, camphre), une résine des polyphénoliques, des flavonols (myricétol, kaempférol), des hétérosides, du myricétol, de l'acide cadéique, des tanins et des coumarines (esculétol, esculétoside).

    Les semences renferment des gallo-tanins.

    131

    C .PROPRIETES :

    Antiseptiques, analgésiques, sécrétolytiques, hypoglycémiantes, cicatrisantes, astringentes, expectorantes, antivirales, antibactériennes, hépato-stimulantes, décongestionnantes veineuse et prostatique, inductrices de sommeil, toniques cutanée puissantes, stimulantes thyroïdiennes...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    C'est une plante condimentaire. Toutes les parties du myrte (feuilles, fleurs, fruits) possèdent des propriétés stomachiques, stimulantes et astringentes. Ils les utilisent comme remède populaire contre les maladies des organes respiratoires et des voies urinaires. Ils les recommandent également contre les bronchites partielles, la sinusite, l'otite, les diarrhées et les hémorroïdes. L'infusion des feuilles est utile pour traiter les eczémas, les psoriasis, les ulcères et les plaies.

    Les fruits ou les feuilles en décoction est utile contre les infections herpétiques et l'érysipèle. Les fruits consommés vert ou desséchés fortifient le coeur.

    Toutes les parties sont des remèdes contre l'entérite, la dysenterie et les hémorragies. En usage externe, les feuilles en décoction sont utiles en gargarisme et en compresses pour les lavages des plaies suppurantes.

    L'huile essentielle, antiseptique et expectorante est utilisée en cas d'affections respiratoires.

    E .TOXICITE :

    L'emploi abusif de cette plante peut provoquer des céphalées, des nausées et l'abattement.

    L'huile essentielle est contre-indiquée chez la femme enceinte. Généralement, son usage interne doit être sous surveillance médicale.

    MYRTILLE :

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un arbrisseau de 20 à 60 cm de haut,
    la tige est légèrement ailée et les rameaux

    NOM VERNACULAIRE

    Adhara

    NOM FRANÇAIS

    Myrtille

    NOM ANGLAIS

    Bilberry

    NOM LATIN

    Vaccinum myrtillus

     

    FAMILLE

    Ericacées

    CONSTITUANTS

    Tanins - Flavonoïdes - Anthocyanosides

    PARTIES UTILISEES

    Fruits mûrs séchés ou frais- les feuilles

    132

    sont dressés. Les feuilles alternes et ovales sont finement dentées, richement nervées à la face intérieure, elles sont caduques. Les fleurs sont isolées ou groupées par 2 à l'aisselle des feuilles. Le fruit est une baie noir-bleuâtre, globuleuse de 5 mm de diamètre, déprimée au sommet et d'une saveur agréable (aigre-douce et astringente). Sa récolte est de Juin à Septembre.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les feuilles sont riches en fer, en manganèse, en acides organiques (benzoïques, malique, succinique...), en tanins catéchiques (5 à10%), en flavonoïdes (arabinoside de quercétol), en acides triterpéniques (acide ursolique, acide oléanolique), en arbutosides et en néomyrtiline (ester gallique). Les fruits sont composés d'acides organiques (malique, citrique, quinine...),

    133

    des tanins galliques, de la myrtilline, d'anthocyanosides (mélange de glucosides du delphinidol, du cyanidol, du malvidol et du pétunidol), des vitamines A et C et des pectines.

    C .PROPRIETES :

    Les feuilles sont astringentes, anti-diarrhéiques, antifongiques et hypoglycémiantes.

    Les fruits sont anti-diarrhéiques (tanins +pectines), frais, ils sont laxatifs et antibactériens. Les anthocyanosides renforcent la résistance capillaire, améliorent la mini circulation, augmentent la résistance myocardique, favorisent la régénération du pourpre rétinien, sans oublier qu'ils sont anti-inflammatoires.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    La myrtille est utilisée essentiellement et par la majorité pour ses vertus anti-diarrhéiques. Utilisé depuis longtemps comme laxatif doux, le fruit de la myrtille est un agent antibactérien modéré dont le goût agréable est apprécié par les enfants souffrant des diarrhées et de l'indigestion. Ces fruits sont capables de stimuler la circulation des capillaires et de soigner les varices, les hémorroïdes et toutes les maladies où l'irrigation des yeux est déficiente, comme le diabète et l'hypertension. Ils protègent les tissus endommagés et favorisent leurs guérison.

    Les feuilles ont un effet antiseptique prononcé vis-à-vis de la vessie et des voies urinaires.

    E .TOXICITE :

    L'usage abusif des feuilles provoque une intoxication (par l'hydroquinone), une cachexie, et des risques de confusion. En raison de son contenu considérable en hydroquinone, la myrtille devrait être prescrite sous forme de traitements discontinus.

    Les baies de myrtilles en trop grandes quantités peuvent provoquer la migraine et la vertige. En cas de gastrite ou d'ulcère gastroduodénale, les tannins pourraient conduire à un inconfort digestif accru.

    NIGELLE

    NOM VERNACULAIRE

    Habet el baraka, sinouj

    NOM FRANÇAIS

    Nigelle, cumin noir

    NOM ANGLAIS

    Black cumin

    NOM LATIN

    Nigella sativa

     

    FAMILLE

    Renonculacées

    CONSTITUANTS

    Nigellone- Acides gras- Saponines- Alcaloïdes

    PARTIES UTILISEES

    Les baies, HE

    134

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La nigelle est une plante annuelle à tiges dressées de 30 à 40 cm, ordinairement unicaule (à port généralement vertical). son feuillage fin comme celui du persil. Sur ses tiges droites peu ramifiées, ses grandes fleurs blanc-vert apparaissent isolément. Les inflorescences se transforment dans six semaines en fruits capsulaires renfermant des graines noires, oblongues, anguleuses, irrégulièrement trigones de 3 mm.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La graine noire contient plus de 100 composants, dont beaucoup restent toujours à découvrir.

    135

    C'est une source riche en acides gras insaturés et contient environ 35% de lipides, 21% de protides et 38% d'hydrates de carbone.

    L'huile est composée de 50% d'acides gras essentiels. L'acide linoléique et la prostaglandine gamma E1, aide le corps à combattre les infections, équilibre le système immunitaire et règle les réactions allergiques. Les acides gamma-linoléiques également stabilisent la membrane des cellules.

    La graine noire contient des alcaloïdes divers (nigelline-N-oxide, nigellone, nigellimine, etc.) et environ 1,5% d'huiles essentielles (54% de thymoquinone, paracymène, dithymoquinone, thymohydroquinone, carvacrol, carvone, limonène, citronellol).

    C .PROPRIETES :

    La nigelle est hypoglycémiante, stimule la bile, règle les désordres intérieurs et améliore la digestion. Elle possède des vertus antiseptiques, antibactériennes, antimycosiques, antiinflammatoires, anti-flatulentes, calmantes comme elle stimule le système immun...

    D .USAGE TRADIONNEL ET COURANT :

    Les graines de nigelle sont usitées comme épice. Elles servent à saupoudrer le pain et les gâteaux pour les rendre plus appétissants. Elles sont énumérées également à d'autres emplois de point de vue médicinal. La décoction avec du vinaigre calme les maux de dents. La décoction seule expulse les vers intestinaux. Ecrasées dans un linge et respirées, les graines de nigelle soulagent les maux de tête.

    Le cumin noire est employé aussi pour stimuler les fonctions immunitaires de l'intestin, des reins, du foie, la circulation sanguine et pour le bien-être général. Les graines de nigelle renferment également des propriétés diurétiques, cholagogues, résolutives et galactogènes à condition de les prendre pendant longtemps. C'est aussi une excellente provocatrice de menstruations.

    136

    E .TOXICITE :

    A ne pas confondre avec la nigelle de damas (nigella damascena) qui est une variétéornementale avec des fleurs de couleurs bleue, rarement rose et blanches. Les graines de la

    nigelle de damas au-contraire à celle de la nigelle sativa seraient toxiques. Elles sont riches en alcaloïdes surtout la damascenine qui est la substance toxique, présente dans son huile essentielle.

    La nigelle ne peut entrainer des intoxications qu' à fortes doses ; 20 grammes de graines peuvent provoquer des vomissements chez la femme enceinte ainsi que l'avortement. Les graines sont réputées légèrement irritantes.

    NOIX DE MUSCADE

    NOM VERNACULAIRE

    Jawzet tib

    NOM FRANÇAIS

    Muscadier

    NOM ANGLAIS

    Nutmeg

    NOM LATIN

    Myristica fragrans

     

    FAMILLE

    Myristicacées

    CONSTITUANTS

    HE (l'eugénol)- Myristicine

    PARTIES UTILISEES

    Noix et macis

    137

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La noix de muscade et le macis proviennent tous deux du muscadier. Originaire des îles Moluques, le muscadier pousse dans les régions tropicales, c'est un arbre susceptible d'atteindre parfois 20m de haut.

    Le muscadier porte des fruits au bout de 8 ans et peut continuer à en produire pendant plus de 60 ans. Les fruits sont cueillis mûrs et sont séparés des fleurs pour les faire sécher. Le fruit est une drupe de la taille et de la forme d'un gros abricot, constitué de plusieurs parties: la chair, le péricarpe, et il s'ouvre en 2 valves à maturité montrant à l'intérieur la noix de muscade proprement dite.

    La noix est entourée d'un réseau charnu découpé, rouge orangé brillant, c'est le macis. Enfin, une coque ligneuse peu épaisse protège la noix.

    138

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La chimie du macis est complexe : composées phénoliques (drivés de l'eugénol), dérivés de la myristicine (fragransol, myristicanol), composées franiques (fagranisine).

    L'huile essentielle de la noix (5 à 15% du poids) est également composée de carbures terpéniques (sabinène, pinène, limonène) et en faible quantité de (myristicine, élémicine 5 à 7% et d'eugénol 1 à 2%).

    Il ya aussi un corps gras solide à température ordinaire, le beurre de muscade, riche en myristicine, il est extrait par pression à chaud.

    C .PROPRIETES :

    Les principales propriétés de la noix de muscade sont avant tout antirhumatismales, apéritives et pour certains aphrodisiaques. La noix de muscade est quelquefois indiquée comme antiseptique générale ou intestinale, dans les troubles digestifs, comme stimulante général, stimulante de la circulation et du système nerveux. Pour certains, la noix de muscade aurait également des propriétés emménagogues.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Traditionnellement, elle est présente pour combattre le choléra, les vomissements, l'entérite et les menaces d'avortement, mais plusieurs cas d'intoxication ont été décrits par l'ingestion de quantités pourtant faibles de noix.

    Troubles digestifs : l'huile essentielle de muscadier a un effet anesthésiant et stimulant sur l'estomac et les intestins. Elle augmente l'appétit, atténue les nausées, les vomissements et les diarrhées comme elle traite la gastro-entérite.

    Application externe : les onguents à base d'huile fixe (beurre de muscade) soignent les
    rhumatismes, ils ont un effet anti-irritant et stimule le flux sanguin dans la région atteinte.

    139

    La pâte préparée avec la noix de muscade est appliquée sur les zones atteintes par l'eczéma et la teigne.

    E .TOXICITE :

    A des petites doses, la noix de muscade et le macis sont sans danger (en usage médical ou culinaire) mais à doses excessives, ils sont hallucinogènes et toxiques. Divers alcaloïdes puissants, myristicine, safrole et élémicine se trouvent dans la muscade qui en fait à petites doses (à partir de 5 g) devient une véritable drogue sédative, stupéfiante et hallucinogène. La myristicine contenue dans la muscade est hautement toxique pour le système nerveux. Sa toxicité se manifeste par des démangeaisons, des diarrhées, des vertiges et une accélération cardiaque. Quant au safrole que contient aussi la muscade, il se révèle être cancérigène et toxique pour le foie.

    La consommation de 2 noix entières peut être fatale. L'huile essentielle de noix de muscade doit toutefois s'utiliser avec précaution, car à trop fortes doses ou sur une période trop longue, elle peut provoquer des désordres mentaux ou nerveux. La quantité de noix recommandée à utiliser pour parfumer les aliments est simplement le produit d'un petit coup de râpe. Consommée en grande quantité, (5 à 20 grammes) elle devient cancérigène et touche les cellules du foie.

    Les effets psychotropes se caractérisent par :1) Une intoxication du système nerveux central, 2) Sédation intensive accompagnée par une altération de la parole et le disfonctionnement psychomoteur, 3) Hallucinations rares aux doses normales (5 à 10 g) souvent considérées comme incontrôlables et désagréables d'après les usagers, dans la mesure où elles entraînent un basculement frénétique d'états psychédéliques et sensoriels. Généralement cet état est accompagné par un sommeil long et profond, similaire à un état comateux (jusqu'à 16 heures) , 4) Amnésie, état léthargique, constipation ou rétention d'eau possible au réveil.

    140

    A l'instar des autres huiles essentielles, l'huile essentielle de muscade ne doit pas être utilisée chez l'enfant de moins de six ans ou durant la grossesse, comme il ne faut pas l'ajouter au bain. Elle est quelquefois source d'empoisonnement comparable à l'intoxication aiguë alcoolique. En effet, elle est susceptible d'entraîner la survenue d'hallucinations, de délire, de perte de connaissance etc.... Nécessitant une prise en charge thérapeutique rapide. Son emploi donc en alternance avec l'huile essentielle de cannelle ou l'huile de girofle ou bien aussi l'huile de romarin dans les traitements est préférée.

    ORTIE

    NOM VERNACULAIRE

    Hourika

    NOM FRANÇAIS

    Ortie dioïque

    NOM ANGLAIS

    Slender nettle

    NOM LATIN

    Urtica dioïca

     

    FAMILLE

    Urticacées

    CONSTITUANTS

    Histamine- Lignanes- Sérotonine

    PARTIES UTILISEES

    Toute la plante

    141

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La grande ortie (Urtica dioïca L.) est vivace. Elle peut atteindre 1 mètre de hauteur et porte de grandes feuilles ovales dentées, de couleur vert sombre. C'est une plante dioïque : les fleurs mâles et femelles sont portées par des pieds différents. Les feuilles sont opposées par deux, les fleurs petites en grappes ou en boulettes de couleur verdâtre qui ont 4 sépales et pas de pétales (apétales). Elles donnent naissance à un fruit: l'akène. On observe la présence de nombreux poils urticants.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La feuille d'ortie constitue un véritable concentré de protéines, de vitamines et de sels minéraux. L'ortie possède huit acides aminés essentiels. La plante contient une substance

    142

    histaminique qui favorise la dilatation des capillaires avec augmentation de la perméabilitélocale, (piqûre d'ortie) elle contracte les bronches et l'intestin et augmente les secrétions

    gastriques, salivaires et médullosurrénales. En plus, l'ortie est composée de potassium, de la silice, un tanin et des vitamines A et C.

    Outre la chlorophylle, les feuilles fraîches contiennent de l'acétylcholine, de l'histamine, de la sérotonine, du tanin, de la sécrétine (stimulant des glandes digestives de l'estomac, de l'intestin, du pancréas et de la vésicule biliaire), de l'acide acétique et de l'acide formique. La racine d'ortie contient des lectines, des phytostérols, des lignanes, des composés phénoliques (acides phénols, scopolétol) et des sels minéraux.

    C .PROPRIETES :

    Antianémiques, antidiabétiques, astringentes, dépuratives, diurétiques, galactagogues, hémostatiques, révulsives, diététiques, hépato-protectrices, antihémorragiques (sa richesse en vitamine K), antianémiques, antiscorbutiques...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Elle est conseillée en cas de chute de cheveux et d'ongles cassants grâce à la vitamine B5, au fer et à la silice qu'elle contient. Les propriétés anti-inflammatoires du zinc sont utilisées dans le traitement de l'acné. L'ortie freine la sécrétion du sébum, elle est adaptée aux peaux grasses et aux cheveux gras.

    L'ortie a une action antirhumatismale et reminéralisante qui sera utile en cas d'arthrose. L'ortie est diurétique, elle favorise le drainage (rétention d'eau, cellulite). Elle favorise l'élimination de l'acide urique et renforcera donc un traitement contre la goutte. Les racines d'ortie sont indiquées dans les troubles de la miction accompagnant l'adénome de la prostate. Les stérols qu'elles contiennent agissent contre l'hypertrophie de la prostate. Les feuilles d'ortie peuvent être consommées en salade, en soupe, en purée, en légumes

    143

    comme des épinards. Elles peuvent être utilisées en infusion ou en décoction. Les plantes fraîches hachées sont appliquées en cataplasme contre les douleurs rhumatismales, en les laissant reposer 30min.

    On lui prête également des vertus anti-infectieuses: pour les problèmes de bouche (aphtes, gingivite) et les infections de la gorge (angines). Les bains de bouche et les gargarismes à base d'infusion d'ortie peuvent donner de bons résultats.

    En usage externe, appliquée en lotion, elle est un allié de choix contre l'acné et l'eczéma. L'ortie est une plante galactogène et elle stimule à ce titre la production de lait chez la femme allaitante.

    E .TOXICITE :

    Les poils urticants qui couvrent la tige, les feuilles et les fleurs produisent une sensation douloureuse de piqûre. Chaque poil est formé d'une longue tige qui devient plus étroite vers son extrémité et dont la pointe porte un petit renflement.

    Tout le poil contient de la silice sauf la partie située juste au-dessous de la pointe, de sorte que celle-ci se casse facilement. Il reste une fine tige creuse qui traverse la peau et permet l'injection des sécrétions.

    Les poils urticants de l'ortie dioïque contiennent de l'acétylcholine, de l'histamine et de la 5- hydroxy-tryptamine et aussi de l'acide formique qui irrite tant la peau.

    L'acétylcholine qui est présente naturellement chez les mammifères intervient dans la transmission de l'influx nerveux alors que l'histamine produit une enflure. Les produits chimiques toxiques sont le 5-hydroxytryptamine, l'acétylcholine et l'histamine. Les signes majeurs d'intoxication sont les érythèmes.

    144

    Les contre-indications:

    L'ortie ne doit pas être consommée en cas d'oedème par rétention due à une insuffisance cardiaque ou rénale.

    Tout comme le millepertuis, l'ortie est incompatible avec un certain nombre de traitements médicamenteux, dont elle entrave ou au contraire accentue l'action. En particulier les diurétiques, les anti-inflammatoires, les anticoagulants, les sédatifs, de même que la digitaline et les traitements contre l'hypertension.

    Pour ce qui concerne le diabète, si la tradition considérait l'ortie comme l'un de ses remèdes, les études cliniques sont divergentes. Il est donc difficile de se faire une opinion.

    Enfin, la grossesse est un sujet de polémique: Si la tradition considère l'ortie comme un bon complément alimentaire de la femme enceinte, la médecine moderne déconseille l'usage de l'ortie pendant la grossesse. En fait, il semble bien que c'est l'ortie fraîche qui pose un problème, dans ce cas quelques cas d'avortement ont été observés chez la lapine.

    REGLISSE

    NOM VERNACULAIRE

    Irk essous

    NOM FRANÇAIS

    Réglisse, Bois doux

    NOM ANGLAIS

    Licorice

    NOM LATIN

    Glycyrrhiza glabra

     

    FAMILLE

    Fabacées

    CONSTITUANTS

    Glycyrrhizine- FlavonoïdesCoumarines-

    PARTIES UTILISEES

    Stolons séchés

    145

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante herbacée, vivace par des parties souterraines très développées, longuement stolonifères. Les feuilles sont alternes, composées, imparipennées à folioles entières, ovales, obtuses. Les fleurs sont assez petites, de couleur lilas, forment des grappes allongées, dressées sur des pédoncules axillaires. Le fruit est une gousse oblongue, bosselée et aplatie contenant 2 à 4 graines arrondies.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les principaux constituants sont les suivants: 1) Des saponosides tri-terpéniques dont la
    glycyrrhizine. Cette molécule possède un pouvoir sucrant équivalent à 50-200 fois celui du

    146

    saccharose. 2) Des flavonoïdes: liquiritine, liquiritigénine, isoliquiritine et isoliquiritigénine, responsable de la couleur jaune de la glycyrrhizine. 3) Des glycosides: liquiritoside et isoliquiritoside. 4) Des dérivés coumariniques: herniarine et umbelliférone. 5) Des principes stéroïdiques à activité oestrogène (oestradiol, oestrone) en faible quantité.

    Les flavonoïdes, les glucosides et les dérivés coumariniques, l'ensemble de ces trois types de substances participeraient à l'activité antiulcéreuse.

    C .PROPRIETES :

    Cette plante a des propriétés oestrogéniques reconnues. Elle possède des vertus antispasmodiques, antiulcéreuses gastrique, expectorantes, anti-inflammatoires, laxatives, antihistaminiques, hypertensives, stimulantes des médullosurrénales ...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    La réglisse est utilisée en cas d'asthme, d'affections pulmonaires et d'ulcère de la bouche. Ses effets adoucissants et anti-inflammatoires soulagent les inflammations du système digestif (gastrites, aphtes), ainsi que les affections pulmonaires, les inflammations articulaires comme l'arthrite et certaines troubles cutanées. Elle calme aussi les inflammations oculaires.

    La réglisse concourt ainsi au traitement de la maladie d'Addison qui est due à une insuffisance des sécrétions hormonales des glandes surrénales. Le décocté de réglisse peut être pris en cas de constipation: il possède une action laxative.

    E .TOXICITE :

    La Glycyrrhizine est la substance toxique majeure dans la réglisse. C'est une association de sels de calcium, de potassium et d'acide glycyrrhizinique. Consommée à doses excessives de façon prolongée, la réglisse entraine une inhibition de la 11-béta-hydroxystéroïde déshydrogénase rénale et hépatique qui catalyse la transformation du cortisol en cortisone.

    147

    Ce blocage est le point de départ d'un pseudo-hyperaldostéronisme (élimination rénale de potassium et rétention hydro-sodée) avec apparition d'une hypertension artérielle (HTA), d'oedèmes, d'une hypokaliémie souvent menaçante, d'une inversion du rapport sodium/potassium urinaire et d'une alcalose métabolique. Un effondrement de la rénine et de l'aldostérone plasmatique complètent le tableau.

    Il est recommandé de ne pas dépasser la dose de 150 mg de Glycyrrhizine par jour, ceci correspond à la consommation de 20 à 60 g de réglisse.

    Contre-indications :

    1) Ne pas l'associer à un traitement corticoïde. 2) Tenir compte de l'ingestion simultanée de nouvelle source de Glycyrrhizine. 3) en cas de : Hypertension, hypokaliémie, cirrhose du foie, insuffisance rénale, grossesse, anémie, diabète, troubles cardiovasculaires, syndrome prémenstruel et chez les personnes possédant un cancer hormono-dépendants (ex : Cancer sein) et pendant la pré-ménopause.

    Interactions médicamenteuses :

    - Protection théorique contre les effets indésirables des anti-inflammatoires non stéroïdiens (Indocid, Voltaren, Advil, Motrin, Naprosyn, etc).

    - Altération théorique de l'effet des thérapies oestrogéniques en raison du contenu oestrogénique du produit.

    - Diminution théorique de l'effet des antihypertenseurs.

    - Effet protecteur supplémentaire en cas d'ulcères gastriques.

    RICIN

    NOM VERNACULAIRE

    Khirwaa

    NOM FRANÇAIS

    Ricin

    NOM ANGLAIS

    Castor

    NOM LATIN

    Ricinus communis

     

    FAMILLE

    Euphorbiacées

    CONSTITUANTS

    Glycérides- Ricine

    PARTIES UTILISEES

    Graines et feuilles- HE

    148

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le ricin est une herbe ou arbre suivant les conditions climatiques. Sa tige dressée est rameuse porte de grandes feuilles peltées, pétiolées, découpées en 5 à 12 lobes profondes lancéolées, dentées en scie. Les fleurs mâles et femelles sont groupées en cygnes réunis en grappes terminales ou axillaires. Le fruit est une grosse capsule tri-coque généralement hérissée de pointes, chaque loge renferme une seule graine ovoïde à tégument brillant.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les graines sont riches en huile et en protéines : (40 à 60% d'huile, 15 à 20% des protéines) et contiennent une toxalbumine très dangereuse : la ricine. Elles renferment avec les feuilles un alcaloïde appelé ricinine.

    149

    L'huile est constituée majoritairement de triacylglycérol dont l'acide gras en C18 (insaturée et hydroxylée) est l'acide ricinoléique.

    C .PROPRIETES :

    Essentiellement purgatives en facilitant le transit intestinale et l'évacuation des selles.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le ricin fait partie des plantes bien connues dans la pratique médicinale traditionnelle. L'indication qui nous a été le plus souvent signalé, est son utilisation comme béchique et dans le traitement des bronchites: les feuilles perforées et imprégnées d'huile d'olive chaude sont placées directement sur le thorax et sur le dos, certains préconisent de maintenir les feuilles par un bandage.

    Les feuilles fraîches écrasées en cataplasme passent pour soigner les céphalées, la fièvre et les douleurs rhumatismales.

    La même préparation serait efficace pour traiter le masque de grossesse, les boutons et l'acné, quelques gouttes de vinaigre ajoutées à ce cataplasme auraient une action bénéfique sur l'érysipèle. Quant à l'huile de ricin, elle est connue pour ses propriétés purgatives et serait également utilisée comme stimulante de cuir chevelu. Enfin, les vertus antidiabétiques ont été rapportées.

    E .TOXICITE :

    Toute la plante est entérotoxique. La ricine, qui est une protéine simple (toxalbumine), est l'une des substances naturelles les plus toxiques. Celle-ci est composée de deux chaînes polypeptidiques (chaîne A et B), la chaîne B sert juste à fixer la toxine à la surface cellulaire, la chaîne A est la partie toxique, elle interfère dans la synthèse des protéines cellulaires, modifiant (au niveau enzymatique), l'activité d'une partie des ribosomes. La ricine contient un allergène respiratoire puissant inconnu.

    150

    La dose mortelle chez le rat est de 0.4 ug en injection intra-péritonéale l'équivalent de 0.03 mg pour l'homme de 75 Kg.

    Deux à quatre graines de ricins sont suffisantes pour tuer un adulte. Une à trois graines peuvent être fatale pour l'enfant.

    Signes d'intoxication :

    Des nécroses hépatiques, des sensations de nausées, vomissements, diarrhées, des douleurs stomachiques, une hypotension remarquable, apparition d'asthme bronchique. Le système nerveux central est également touché avec apparition de mydriase, somnolence et un coma pouvant aller à des convulsions.

    L'exposition prolongée de la peau peut causer des dermatites allergiques et des eczémas. Précautions :

    Ne pas l'utiliser comme laxatif car c'est un purgatif drastique (très rigoureux).

    ROMARIN

    NOM VERNACULAIRE

    EKlil

    NOM FRANÇAIS

    Romarin

    NOM ANGLAIS

    Rosemary

    NOM LATIN

    Rosmarinus officinalis

     

    FAMILLE

    Lamiacées

    CONSTITUANTS

    HE- Flavonoïdes-
    Camphre- Tanins

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles- HE

    151

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    Le romarin est un arbrisseau dont la tige peut atteindre 2m de haut et couverte d'une écorce grisâtre, elle se divise aux nombreux rameaux opposés et tortueux. Les feuilles étroites sont vertes foncée et luisantes à la face supérieure. Les fleurs bleues violacées, visibles de Janvier à Mai, sont groupées à l'extrémité des rameaux, à la base des feuilles.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les feuilles de romarin contiennent de la résine, 8% de tanin, une substance amère la picrosalvine, environ 1.5% d'une essence spéciale (à odeur aromatique, d'une saveur chaude et camphrée), un composée de pinène, de camphre, de bornéol, d'acétate, de valérianate de bornyle et de cinéol.

    152

    C .PROPRIETES :

    Cholagogues et cholérétiques due aux acides rosmariniques, diurétiques ; due aux acides phénols et aux flavonoïdes, antiseptiques, cicatrisantes (huile essentielle), sympatholytiques, vagomimétiques, mucolytiques...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Le romarin stimule la circulation cérébrale en améliorant la concentration et la mémoire. Il soulage également les céphalées et les migraines.

    Il favorise la pousse des cheveux en stimulant l'irrigation du cuir chevelu.

    Pour ses propriétés hypertensives, la plante est employée en cas d'évanouissement liés à une insuffisance circulatoire.

    Le romarin accélère la convalescence, il stimule les glandes surrénales et traite efficacement l'asthénie. Comme il possède des propriétés stimulantes et légèrement antidépressives. Il est pris sous forme d'infusion des sommets fleuries ou des feuilles.

    E .TOXICITE :

    Le romarin peut s'avérer extrêmement toxique à certaines doses, provoquer des irritations et des hémorragies gastro-intestinales, attaquer le foie et les reins (la néphrite), provoquer l'épilepsie...

    L'huile essentielle est neurotoxique vu la présence du camphre, elle ne devrait donc pas être utilisée par voie orale.

    Il est également déconseillé d'utiliser les préparations à base de feuilles de romarin au cours de la grossesse et en cas d'hypertension ou d'épilepsie.

    RUE SAUVAGE

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    NOM VERNACULAIRE

    Figel

    NOM FRANÇAIS

    Rue sauvage

    NOM ANGLAIS

    Common rue

    NOM LATIN

    Ruta graveolens

     

    FAMILLE

    Rutacées

    CONSTITUANTS

    HE - Flavonoïdes- Furanno-coumarines

    PARTIES UTILISEES

    Parties aériennes

    153

    C'est une plante vivace pouvant atteindre selon l'espèce jusqu'à 80cm de hauteur, caractérisée par des fleurs régulières, jaunes, en corymbes, ordinairement à 4 divisions, à calice persistant et à pétales concaves. Les fruits sont des capsules à 4 - 5 lobes peu profondes. Quatre espèces sont signalées dans la flore de la Tunisie, il s'agit de : - Ruta moutana L. - Ruta angustifolia - Ruta chalepensis - Ruta bracteosa. Les espèces diffèrent entre elles par l'allure des feuilles, de la grappe fructifère, des bractées et des sépales.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La rue contient des substances intéressantes sur le plan pharmacologique : + Des flavonoïdes : dont la rutine (5%) et la quercétine ; des protecteurs vasculaires. + Des furannocoumarines photo-sensibilisantes: psoralènes, bergaptène et xanthotoxine.

    154

    + Des alcaloïdes (très peu étudiés et utilisés) et

    + Une l'huile essentielle 0.5 à 3% selon les parties de la plante.

    C .PROPRIETES :

    Emménagogues, anaphrodisiaques, antispasmodiques, vermifuges, antiparasitaires, utérotoniques...

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    La rue est réputée en médicine populaire pour la toxicité et ses propriétés abortives. Le décocté préparé à partir des feuilles a de multiples usages: anti-gastralgique, antihypertenseur, emménagogue, vermifuge et est particulièrement recommandé chez les enfants dans le cas de diarrhées profuses accompagnés des vomissements.

    En usage externe, elle est utilisée en friction sur le corps pour faire baisser la fièvre. Pour éviter l'aérophagie du nourrisson, il est conseillé à la mere qui allaite de consommer les feuilles pendant les repas ; celles-ci auraient des vertus antitussives.

    Les feuilles écrasées et appliquées en cataplasme passent pour soulager les céphalées et traiter les rhinites ; mélangées au miel, elles sont signalées chez les populations juives de l'île de Djerba pour soigner les gerçures des seins.

    En plus, elle est utilisée sous forme de macérât de feuilles dans l'huile en goutte auriculaires dans le cas d'otite et d'otalgie. Elle est recommandée aussi dans les cas rhumatismaux en frictionnant les endroits douloureux à l'aide des mêmes préparations ou encore avec le décocté des racines.

    E .TOXICITE :

    Elle est contre indiquée pendant la grossesse et chez les enfants, abortive, neurotoxique et photo-sensibilisante.

    Les furanocoumarines et l'huile essentielle de la rue peuvent provoquer des troubles graves.

    155

    Les furanocoumarines (psoralènes) sont photo-toxiques : par contact des feuilles contuses suivi d'une exposition au soleil induisent une dermite aiguë qui ressemble à une br~lure du premier ou du deuxième degré, la peau gardera une hyperpigmentation qui peut persister assez longtemps. Cette réaction photo-toxique est accentuée par l'humidité. Plus grave, après absorption digestive, ces coumarines sont toxiques pour le rein et le foie, voire cancérigènes, car elles altèrent les acides nucléiques et peuvent ainsi provoquer des lésions du génome.

    L'huile essentielle provoque des contractions du muscle de l'utérus ainsi que des hémorragies utérines. Les signes d'intoxications commencent par des troubles digestifs (douleurs, vomissements, hyper-salivation) qui s'accompagnent rapidement de signes de choc (hypotension, troubles cardiaques), voire de convulsions. Parallèlement on peut observer des saignements génitaux. Plus tard, et selon la gravité de l'intoxication, il peut se développer une insuffisance rénale et hépatique pouvant conduire au décès. Il n'y a pas d'antidote à l'intoxication par la rue (Ruta graveolens ou Ruta chalepensis).

    L'empoisonnement par la rue est en général volontaire pour provoquer un avortement. Les femmes enceintes doivent éviter de consommer des extraits de rue même en petite quantité car des études sur l'animal ont montré que des extraits rue provoquent des malformations foetales

    - Il faut garder en mémoire la toxicité de l'huile essentielle de la rue sauvage; elle est emménagogue et abortive.

    SAUGE

    NOM VERNACULAIRE

    Soja

    NOM FRANÇAIS

    Sauge officinale

    NOM ANGLAIS

    Salvia - Sage

    NOM LATIN

    Salvia officinalis

     

    FAMILLE

    Lamiacées

    CONSTITUANTS

    HE (Cineol, Thuyone, Camphre)- Tanins- Principes amers

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles sèches- HE

    156

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    La sauge est un sous-arbrisseau buissonnant de 30 à 70 cm de haut, à racine pivotante et à tiges quadrangulaires dressées velues (ligneuses à la base et herbacées à leur extrémité). Les feuilles persistantes pétiolées, grandes et lancéolées, de couleur vert, sont épaisses, très finement crénelées et recouvertes de poils blanc laineux. Les fleurs, de couleur bleue violace, sont groupées en épis lâches et comportent un calice bilabié avec une longue corolle à deux lèvres dont l'inférieure est trilobée. La sauge dégage une forte odeur balsamique. Elle pousse spontanément sur des terrains arides au sol sec et rocailleux des régions ensoleillées.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La feuille de sauge contient essentiellement de nombreux poly-phénols : 1) flavonoïdes et
    acides-phénols (acide caféique, acide chlorogénique, acide rosmarinique, etc.) à l'origine de

    157

    ses actions antispasmodiques et cholérétiques, 2) un acide di-terpénique (la salvine) qui lui donne ses vertus bactéricides, 3) un principe amer (la picrosalvine), 4) une huile essentielle d'odeur camphrée contenant une cétone terpénique (la thuyone) à l'origine de ses propriétés antisudorales et emménagogues, ainsi qu'un tanin de nature catéchique responsable de son action astringente.

    C .PROPRIETES :

    La feuille de sauge possède surtout des propriétés : Tonifiantes, apéritives, stomachiques, cholérétiques, antispasmodiques (notamment digestives), emménagogues (c'est l'oestrogène végétal par excellence), anti-galactagogues, anti-diaphorétiques, astringentes, antiseptiques et cicatrisantes (par voie externe).

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    « Salvare » du (latin) : guérir. La sauge est utilisée depuis l'antiquité, c'est une des plantes vedettes en phytothérapie. La tisane de sauge est efficace pour faciliter la digestion, relever les forces de l'estomac et de l'intestin, calme les vomissements spasmodiques. Elle active les fonctions circulatoires et cutanées. Elle est employée avantageusement contre la diarrhée, les ballonnements et la transpiration nocturne.

    La sauge se montre également fortifiante, réparatrice des troubles circulatoires. Les feuilles fraîches ou séchées en friction préservent les dents de la carie. En bain de bouche et gargarisme, elle fait disparaître les aphtes, les engorgements ulcéreux et scorbutiques des gencives. Les feuilles sont utilisées couramment en guise de thé.

    E .TOXICITE :

    Les feuilles fraîches de la sauge et son huile essentielle contiennent une substance épileptisante, abortive et neurotoxique, la cétone ; le thuyone même à faible dose. Pour cette raison elle est contre-indiquée chez les épileptiques.

    158

    Le thuyone contenant dans l'huile essentielle paralyse les terminaisons nerveuses des glandes sudoripares, c'est à dire qu'elle bloque la sueur.

    La même substance toxique contenue dans l'absinthe, au début du siècle était réputée rendre fou. C'est pourquoi il est préférable d'utiliser des feuilles séchées qui n'ont plus de substance toxique active et de ne pas prendre de sauge en cure prolongée.

    La sauge est déconseillée aux femmes enceintes et qui allaitent vue son action antigalactagogue et qui participe au tarissement et aussi bien à l'avortement.

    La prise orale de l'huile essentielle de cette plante est totalement interdite chez les hypertendus, chez les enfants et chez la femme enceinte et en cas de cancer de sein car elle contient des principes actifs neurotoxiques (les cétones).

    Évitez de prendre des doses thérapeutiques et demandez conseil médical si vous prenez des médicaments pour des problèmes cardiaques.

    SENE

    NOM VERNACULAIRE

    Sana makki

    NOM FRANÇAIS

    Le séné

    NOM ANGLAIS

    Senna

    NOM LATIN

    Cassia angustifolia

     

    FAMILLE

    Légumineuses

    CONSTITUANTS

    Huile essentielle- Tanins - sennosides -Flavonoïdes

    PARTIES UTILISEES

    Les feuilles- les gousses

    159

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un petit arbrisseau de 50 cm de haut en moyenne et peut atteindre 3 m. Ses tiges se ramifient vers leurs extrémités. Les feuilles composées pennées portent des folioles de couleur vert jaunâtre, étroites et lancéolées coriaces. Les fleurs de couleur jaune veinées de brun sont groupées en grappes dressés au bout des tiges. Les fruits sont des gousses membraneuses et plates de couleur brun clair, elle préfère un climat chaud.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Les feuilles et les gousses ont cette composition : On doit signaler une substance
    intéressante la "sennoside": Quand elles sont fraîches, juste récoltées, on y trouve des

    160

    glucosides qui au séchage vers 40°C se dimérisent par un processus enzymatique et donnent les sennosides A,B,C,D qui sont des hétérosides (dianthroniques).

    Les sennosides A et B sont majoritaires, ce sont des anthracénosides, composés dérivés de l'anthrone (donnant par oxydation l'anthraquinone).

    C .PROPRIETES :

    Cholagogues, diurétiques, laxatives: par diminution de la résorption de l'eau au niveau du colon, ce qui a pour effet d'augmenter l'hydratation des selles et par stimulation du péristaltisme intestinal.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    C'est une espèce très ancienne: Elle est utilisée sous forme d'infusion, poudre ou associé à d'autres préparations pour traiter les constipations et en cas de fissure anale. Comme elle possède des effets purgatifs facilitant le transit.

    E .TOXICITE :

    Les Cassia angustifolia sont des plantes qui sont utilisées couramment comme laxatives. Leur utilisation abusive et chronique peut être associée à des sérieuses manifestations incluant des pertes liquidiennes et des pertes d'électrolytes accompagnant une diarrhée chronique. Une toxicité hépatique sévère est cependant inhabituelle, mais peut s'expliquer par une exposition du foie à une surcharge de métabolites toxiques des glycosides de l'anthraquinone (Sennosides). Une évaluation objective du lien de causalité, suggère un lien possible entre la toxicité hépatique et l'abus de laxatifs à base de séné. L'ingestion de grandes quantités de laxatifs à base de séné peut exposer à des risques de toxicité hépatique.

    Les sennosides, qui sont les constituants principaux du fruit et des feuilles de séné, sont
    convertis en rheinanthrone par les bactéries intestinales. Le rheinanthrone a une structure

    161

    très proche de celle du danthrone (constituant de la rhubarbe) qui est connu comme un laxatif hépatotoxique.

    Contre-indications :

    Le séné ne doit pas être utilisé dans les cas (Occlusion intestinale, Inflammation intestinale aiguë (maladie de Crohn), Colite ulcéreuse, Appendicite). Son utilisation est également à proscrire en cas de douleurs abdominales de cause indéterminée ou de déshydratation sévère accompagnée d'une perte en électrolytes (sel minéraux).

    Par mesure de précaution et en l'absence de données suffisantes, il est préférable de ne pas utiliser les folioles de séné au cours de la grossesse ou pendant l'allaitement. De même les enfants de moins de 10 ans ne doivent pas consommer les préparations à base de séné.

    Effets indésirables:

    - Diarrhées nécessitant un arrêt du traitement ou une diminution des posologies. - Douleurs abdominales

    - Coloration jaune ou rouge-brun des urines, liée aux produits de dégradation du séné mais cependant sans signification clinique et donc sans danger.

    - L'usage prolongé peut entraîner d'autres troubles : déshydratation et hypokaliémie (perte de potassium) pouvant induire des troubles du rythme cardiaque et une faiblesse musculaire. - Albuminurie (présence d'albumine dans les urines) et hématurie (présence de sang dans les urines)...

    STRAMOINE

    NOM VERNACULAIRE

    El koukhra

    NOM FRANÇAIS

    Stramoine- Herbe de diable

    NOM ANGLAIS

    Datura - jimson weed

    NOM LATIN

    Datura stramonium

     

    FAMILLE

    Solanacées

    CONSTITUANTS

    Scopolamines - Flavonoïdes

    PARTIES UTILISEES

    Feuilles sèches - Capitules

    162

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est une plante annuelle robuste de 30 cm à 1 m de hauteur. Les fleurs solitaires sont blanches parfois violacées. Le fruit est une capsule épineuse renfermant de petites graines.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    Le datura est composé de substances minérales 15 à 20% et surtout 0 ,2 à 0 ,5% d'alcaloïdes terpéniques (la hyoscyamine) et la scopolamine. Toutes les parties du datura en contiennent mais c'est dans les feuilles que la concentration est plus forte. La hyoscyamine et l'atropine ont la même formule chimique et la même activité pharmacologique, la premiere est optiquement active, la deuxième ne l'est pas et c'est cette dernière qui est utilisée en médecine. Ce sont des para-sympathicolytiques qui inhibent de façon compétitive et réversible la fixation de l'acétylcholine sur les récepteurs. La scopolamine a aussi un effet

    163

    para sympathicolytique mais moins marqué, par contre des effets plus nets sur le SNC: sédatif, hypnotique (qui provoque le sommeil) avec amnésie.

    C .PROPRIETES :

    Anti-inflammatoires, calmantes, antispasmodiques, hypnotiques et hallucinogènes.

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT :

    Composée d'alcaloïdes terpéniques dont l'atropine, l'hyoscyamine et la scopolamine, la stramoine a des propriétés aphrodisiaques et hallucinogènes à faible dose, autrefois elle est employée pour soigner la folie. Elle peut induire le sommeil profond de longue durée semblable à la mort.

    Les feuilles séchées du datura en fumigation sont utiles pour calmer les crises d'asthme et
    les feuilles vertes légèrement chauffée en cataplasme calment les articulations douloureuses.

    E .TOXICITE:

    Les alcaloïdes du datura, atropine, hyoscyamine et scopolamine (hyoscine), sont tous trois condamnés des produits toxiques. Se sont des parasympatholytiques, c'est à dire qu'ils vont avoir une action antagoniste sur le système nerveux parasympathique. L'atropine exerce un effet inhibiteur sur les récepteurs muscariniques périphériques en exerçant un antagonisme compétitif sur la fixation d'acétylcholine sur ces récepteurs. L'atropine cause des effets mydriatiques des pupilles. La scopolamine est moins toxique, elle est lipophile, de ce fait elle passe plus facilement la barrière hémato-encéphalique.

    Signes d'empoisonnement :

    Peau et bouche sèches et chaudes et parfois une rougeur de la face et du cou, une mydriase. Il s'installe aussi une tachycardie et une hyperthermie. Des hallucinations sont communes ainsi que la vision embrouillée, des mouvements sans but, des nausées, une délire et parfois un coma qui peut aller jusqu'à la mort.

    THYM COMMUN

    NOM VERNACULAIRE

    Zaâtar

    NOM FRANÇAIS

    Thym

    NOM ANGLAIS

    Thyme

    NOM LATIN

    Thymus capitatus

     

    FAMILLE

    Labiées

    CONSTITUANTS

    HE (Thymol Carvacrol)- Tanins

    PARTIES UTILISEES

    Parties aériennes

    164

    A .CARACTERES BOTANIQUES :

    C'est un sous-arbrisseau à jeunes rameaux souvent poilus. Les feuilles sont raides, sessiles, étroitement oblongues, poilues sur les bords. Les inflorescences sont globuleuses, de couleur rose, avec des bractées poilues, glanduleuses, cachant le calice. Le fruit est un tétrakène brun.

    B .PRINCIPES ACTIFS MAJEURS :

    La tige fleurie de thym contient essentiellement 10% de tanins, des flavonoïdes (dérivés de
    l'apigénol et du lutéolol), des acides-phénols (notamment caféique et rosmarinique), une
    résine et surtout une huile essentielle comprenant des phénols: thymol et carvacrol (qui sont

    165

    deux phénols isomères qui lui vaut la plupart de ses propriétés), des alcools : bornéol et linéol, des carbures : pinènes et camphènes, et aussi des terpènes : terpinène et cymène.

    C .PROPRIETES :

    Antiseptiques, antispasmodiques, antitussives, eupeptiques, cholagogues, cholérétiques, dépuratives, cicatrisantes, antipyrétiques, vermifuges, analeptiques cardiaques et emménagogues

    D .USAGE TRADITIONNEL ET COURANT:

    Le thym peut être pris sous forme de décoction au miel ou infusion pour lutter contre la toux, tout en faisant bouillir les parties aériennes fleuries séchées dans l'eau. Il est encore utilisé dans de nombreuses préparations magistrales associant d'autres plantes complémentaires. Ces préparations sont réputées efficaces pour soigner les maux de tête, les gastralgies, la stérilité féminine et associées à la rue sauvage pour traiter les diarrhées et les vomissements de nouveaux nés.

    E .TOXICITE :

    Les personnes allergiques à la menthe peuvent être aussi allergiques au thym. L'huile essentielle de thym à thymol (un phénol) est dermo-caustique et hépatotoxique à forte dose.

    Interactions médicamenteuses :

    Une étude sur les rats indiquerait que le thym pourrait théoriquement diminuer l'impact d'une thérapie de substitution des hormones thyroïdiennes ou exacerber l'effet des médicaments antithyroïdiens.

    166

    CONCLUSION

    Les résultats des enquêtes montrent que la plupart des espèces médicinales, sont très utilisées dans le traitement de l'appareil digestif, l'appareil respiratoire et l'appareil circulatoire. Ces appareils sont traités surtout par le feuillage qui constitue l'organe végétal le plus utilisé et par la décoction qui représente le mode le plus dominant en phytothérapie traditionnelle.

    Même dans les zones urbaines, les habitants se tournent vers des remèdes de plantes naturelles, traditionnelles, étant donné qu'elles n'ont aucun effet secondaire et qu'elles sont disponibles à bas prix. On s'est retrouvé en face d'un fléau d'ignorance majoré par un non respect des lois biologiques par les herboristes d'un coté et par le citoyen d'un autre coté. Qu'elle position doit on adopter ?

    On ne va pas conclure que l'intérêt des plantes est limité, voire que leur usage doit être abandonné, absolument pas ! Il faut simplement éviter le manichéisme parce qu'il n y a pas d'un coté le naturel inoffensif et le chimique diabolique. Il n'est plus l'heure, pour les professionnels de santé, de refuser de savoir et de condamner sans appel, des pratiques qu'un nombre croissant de leurs patients privilégient. Des bonnes questions peuvent être posées: Existe-t-il des données factuelles permettant d'évaluer le bénéfice que l'on peut retirer de l'utilisation des plantes ? Dispose-t-on de données cliniques solides qui permettent de considérer, dans un contexte précis, le recours aux plantes ou leurs produits comme l'un des choix possibles contre les pathologies du quotidien ?

    A l'attention des inconditionnels de l'automédication, en différant un diagnostic et la mise en place d'une thérapeutique efficace et reconnue, cette automédication peut avoir des conséquences graves. Il est utile, pour le consommateur de s'entretenir de tout cela avec un professionnel de santé !

    167

    ANNEXES

    168

    ENQUETE PHYTOTHERAPIE

    N° de fiche......

    La date ...... (Herboriste) *Nom :..................

    * Niveau d'étude :..................

    * Origine :......................résidence .........................

    * TEL :...............

    * VOTRE METIER COMME HERBORISTE CONSISTE A QUOI?.............................................. * La nature des plantes : Sauvages Cultivées

    LES PLUS EFFICACES, POURQUOI ?

    * Origine des plantes : locales exotiques autres

    * Pourquoi ils ont recours à des plantes médicinales ?

    * les plus commercialisées ?
    * COMMENT VOUS AVEZ APPRIS A COMMERCILISEES LES PLANTES MED ?

    Transmission familiale entourage (amis) stage de formation
    d'un professionnel des plantes médicinales livres

    * RECHERCHEES POUR QUELLES INDICATIONS ? ET POURCENTAGES ; curatif préventif %

    bien-être % pathologie % autres %

    * Subissent-elles des contrôles (qualités) agrées? OÙ ?

    *

    169

    LES PRODUITS SONT NATURELLEMENT PURS ? SI NON, Y A-T-IL DES INGREDIENTS CHIMIQUES ? LES QUELLES ; barbituriques benzodiazépines corticostéroïdes
    analgésiques...............................................................................

    * LES CRITERES DE QUALITES D'une plante medicinale ? PRODUCTION

    BIO DOSAGE DES PRINCIPES ACTIFS LIEU DE CULTURE
    STOCKAGE.............

    * Les substances contenues dans le flacon sont-elles toutes annoncées sur l'étiquette ?

    * LES PLANTES LES PLUS VENDUS ?

    * PLANTE : n° ............NOMS
    ·
    ............/............ ORIGINE
    ·
    ........................

    Nature ........................

    Coût ......

    Taux de vente .....................SAISON...............

    Indication......................................................................................................... Forme

    d'application : préparée, naturelle, tisane, ampoule gélule /POUDRE,

    (baume / pommade / crème), huiles essentielles, sirop/JUS,

    Modede preparation....................................................................................

    Moyen de préparation .................................................................................. _LIEU DE

    PREPARATION

    Effetsindésirables
    ·
    ........................................................................................... _FIABILITE........................

    170

    LES PRICIPALES FAMILLES DE PRINCIPES ACTIFS (PA) D'ORIGINE VEGETALE
    (NATURE, PROPRIETES CHIMIQUES ET PHARMACO-TOXICOLOGIQUES, ORIGINE)

    Physiologiquement, les plantes produisent un grand nombre de métabolites secondaires qui ne sont pas produit directement lors de la photosynthèse, mais résultent des réactions chimiques ultérieures. Parmi les plus importants au plan Pharmaco-toxicologiques on peut citer :

    1. Les glucosides ou hétérosides :

    Les glucosides sont des produits du métabolisme secondaire des plantes. Ils se composent de deux parties. L'une contient un sucre, par exemple le glucose, et est le plus souvent inactive, tout en exerçant un effet favorable sur la solubilité du glucoside et son absorption et distribution dans le corps. L'effet thérapeutique est déterminé par la seconde partie, la plus active, nommée aglycone (Ou génine). Selon leur composition chimique, on distingue plusieurs groupes de glucosides:

    a) Saponosides :

    Ils existent sous deux formes: Les stéroïdes et les triterpénoïdes.

    De point de vue chimique, elles se caractérisent également par un radical glucidique (glucose, galactose) joint à un radical aglycone.

    Leur propriété physique principale est de réduire fortement la tension superficielle de l'eau. Toutes les saponines sont fortement moussantes et constituent d'excellents émulsifiants. Elles ont une autre propriété caractéristique : celle d'hémolyser les globules rouges, ce qui explique l'effet toxique de certaines d'entre elles, qui les rend inconsommables. Les saponines irritent les muqueuses, causent un relâchement intestinal, augmentent les sécrétions des muqueuses bronchiales (sont expectorantes): fleur de molène, racine de réglisse et de saponaire.

    171

    Elles sont employées comme diurétiques et désinfectantes des voies urinaires. Les saponines sont très communes dans les plantes médicinales.

    b) Cardiotoniques :

    Selon leur structure chimique, on les divise en cardénolides (digitales, adonis, muguet) et en bufadiénols (hellébore, scille). Ces substances ont une action directe sur le coeur (régulant l'activité cardiaque à des doses infinitésimales en cas d'affaiblissement de ce dernier). Chez les individus non atteint de cardiopathies ils sont dangereux.

    On retrouve les glucosides cardiaques dans de nombreuses plantes médicinales. Leur consommation peut être fatale pour l'Homme et les animaux.

    Les lucosides cardiaques ont aussi des propriétés diurétiques.

    c) Anthraquinoniques :

    Ces glucosides sont le plus souvent des pigments cristallins, facilement labiles. Ce sont de puissants laxatifs et purgatifs. Rencontrés dans les taxons tels: polygonaceae, rhamnaceae

    d) Cyanogènes :

    Molécules liées à un sucre et susceptibles de libérer HCN par hydrolyse. Il s'agit de substances à base de cyanure, mais qui à petites doses ont un effet sédatif sur le système nerveux (muscles, coeur). Potentiellement toxiques, ils sont dotés d'un pouvoir antispasmodique et calmant. L'action enzymatique les décompose (souvent dans la salive humaine) en acide cyanhydrique libre ce qui donne le goût et l'odeur d'amande amère. Divers lauriers, des prunus et autres rosacées, le manioc, etc. sont des plantes riches en hétérosides cyanogènes.

    e) Lactoniques :

    La pharmacologie regroupe sous le nom de principes amers des substances végétales terpéniques susceptibles de libérer de l'azulène, ainsi que des glucosides de diverses structures biochimiques.

    Le premier groupe comporte par exemple les sucs amers de l'absinthe et du chardon béni.

    172

    Le deuxième groupe est le plus commun: il regroupe les sucs des gentianacées (gentiane, trèfle d'eau), de la centaurée, etc.

    Comme leur nom l'indique, les substances amères sont divers composés qui ont un goût amer très prononcé. Ces substances stimulent les glandes salivaires et les organes digestifs. Elles augmentent l'appétit et facilitent la digestion (stomachique, apéritif, tonique).

    f) Les glucosinolates :

    Les thioglucosides renferment du soufre organiquement lié et sont accompagnés dans la plante d'une enzyme, la myrosinase, dont l'action les décompose en glucose et en isothiocyanates ou sénevols (raifort, graines de moutarde blanche ou noire, graine de capucine).

    Les hétérosides soufrés sont surtout perçus " au nez " puisque leur humeur provoque une constriction sinusale caractéristique, surtout au niveau des sinus frontaux.

    Les glucosinolates provoquent des effets irritants sur la peau (inflammations, ampoules,...). Ils peuvent favoriser le flux sanguin dans les zones irritées et ainsi évacuer les toxines (cataplasmes sur les articulations douloureuses). Ils sont bons pour les phanères (ongles et poils) et les voies respiratoires. Diverses crucifères et des liliales contiennent ces composés. 2. Les huiles essentielles :

    Ce sont des extraits volatils et odorants que l'on extrait de certains végétaux par distillation à la vapeur d'eau, pressage ou incision des végétaux qui les contiennent. Elles se forment dans un grand nombre de plantes comme sous-produits du métabolisme secondaire.

    Les végétaux sont le plus riches en essences par temps stable, chaud et ensoleillé : ce sera donc le meilleur moment pour les cueillir. Ces huiles s'accumulent d'autre part dans certains tissus au sein de cellules ou de réservoirs à essence, sous l'épiderme des poils, des glandules ou dans les espaces intercellulaires.

    Les huiles essentielles sont des composés liquides très complexes.

    173

    Elles ont des propriétés et des modes d'utilisation particuliers et ont donné naissance à une branche nouvelle de la phytothérapie: l'aromathérapie.

    Au point de vue chimique, il s'agit de mélanges extrêmement complexes. Les huiles essentielles sont constituées de différents composants terpènes, esters, cétones, phénols et d'autres éléments qui ne sont pas tous encore analysés.

    Parmi ces constituants, certains - les terpènes ou résines À peuvent être irritants pour la peau ou les muqueuses, c'est pourquoi on utilise dans certains cas des essences déterpénées. Ils sont souvent employés comme excipients, pour parfumer les préparations. Elles sont rencontrés dans: lauracées, rutacées, apiaceae, pipéracées, myrtacées, géraniacées et hypericacées.

    3. Les huiles grasses :

    Il s'agit d'huiles végétales liquides à température ambiante.

    Le froid les trouble et les fait figer, elles sont insolubles dans l'eau, mais bien solubles dans les solvants organiques (chloroforme, acétone, par exemple).

    Parmi les huiles non siccatives, on peut citer l'huile d'olive et l'huile d'amandes, parmi les semi-siccatives, celle d'arachide, de tournesol et de colza.

    L'huile de lin et d'oeillette sont siccatives.

    L'huile de ricin est fortement laxative.

    Les huiles grasses sont couramment utilisées, tant pour la fabrication de remèdes qu'à des fins alimentaires et industrielles.

    4. Les latex :

    Les latex sont des liquides épais et opaques, qui sont des émulsions ou des suspensions (pouvant contenir ou non des alcaloïdes) et qui ont la particularité de se solidifier au contact de l'air. Ils sont sécrétés ou fabriqués par des cellules laticifères (vraies ou anastomosées) Parmi les végétaux particulièrement riches en latex on trouve des : papavéracées, euphorbiacées, campanulacées, astéracées, celastracées, convolvulacées, aracées...

    5.

    174

    Les alcaloïdes :

    Les alcaloïdes sont des composés azotés complexes, à caractère basique, présentant généralement une intense activité pharmacologique. Ce sont pour la plupart des poisons végétaux très actifs, dotés d'une action spécifique. La médecine les emploie le plus souvent à l'état pur. La morphine a été le premier alcaloïde isolé dans l'opium (vers 1805). Puis on découvrit la strychnine (1818), la caféine (1819)...

    Selon leur structure moléculaire, on peut diviser les alcaloïdes en plusieurs groupes. a) des phénylalanines: capsaicine du piment, colchicine du colchique; b) des alcaloïdes isoquinoléiques: morphine, éthylmorphine, codéine et papavérine contenues dans l'opium du pavot; et des alcaloïdes indoliques: ergométrine, ergotamine, ergotoxine de l'ergot des céréales; c) des alcaloïdes quinoléiques: tige feuillée de la rue commune; d) des alcaloïdes pyridiques et pipéridiques : ricinine du ricin, trigonelline du fenugrec, conine (poison violent) de la ciguë; e) des alcaloïdes dérivés du tropane : scopolamine et atropine de la belladone ; f) des alcaloïdes stéroïdes: racine de vératre, douce-amère ou aconite (aconitine) par exemple...

    Les alcaloïdes sont utilisés comme antalgiques majeurs (morphine), antipaludéen (quinine), pour combattre l'excès d'acide urique (colchicine), comme substance paralysante (curare, caféine), comme poisons (strychnine, nicotine), comme stupéfiants (cocaïne, mescaline), comme cholinergique (pilocarpine) ou comme anticancéreux (vinblastine, vincristine).

    Les alcaloïdes sont extraits des plantes qui appartiennent principalement aux familles botaniques telles que: les papavéracées, les papilionacées, les renonculacées et les solanacées ...

    6. Les tannins :

    Mélange de nature polyphénolique avec polymérisation. Ces substances de composition chimique variable présentent un caractère commun: leur capacité de coaguler les albumines, les métaux lourds et les alcaloïdes. Elles sont hydrosolubles.

    175

    176

    Leur intérêt médicinal réside essentiellement dans leur caractère astringent: leur propriété de coaguler les albumines des muqueuses et des tissus, en créant ainsi une couche de coagulation isolante et protectrice, ayant pour effet de réduire l'irritabilité et la douleur, d'arrêter les petits saignements.

    Les décoctions et les autres préparations à base de drogues riches en tanins sont employées le plus souvent extérieurement contre les inflammations de la cavité buccale, les catarrhes, la bronchite, les hémorragies locales, sur les brûlures et les engelures, les plaies, les inflammations dermiques, les hémorroïdes et la transpiration excessive.

    Les acides phénoliques empêchent la digestion, par les herbivores, des tissus végétaux en bloquant leurs enzymes digestives.

    Les tannins sont des substances présentes essentiellement dans les écorces. Toutes les plantes contiennent des tanins à des teneurs plus ou moins élevées. Les plantes riches en tannins sont très nombreuses. Exemples de taxons : hamamelideae (liquidambar, Juglans), rosideae, rhamnaceae, geraniaceae, hippocastanaceae, araceae, liliaceae (aloe), Hydrastis... 7. Les mucilages :

    Les mucilages sont des polymères complexes de fucose, d'acide glucorinique et d'acide manuronnique. Ce sont souvent des macros glucides, formant en présence d'eau des systèmes colloïdaux (particules se trouvant en suspension dans un liquide) fortement visqueux. A l'eau froide, les mucilages gonflent en formant des gels, à l'eau chaude ils se dissolvent en formant des solutions colloïdales qui se gélifient à nouveau en refroidissant.

    Dans les plantes, ces substances ont un rôle de réservoirs, surtout par leur capacité à retenir l'eau.

    Dans les infusions et les décoctions, les mucilages des plantes médicinales ont pour effet de réduire l'irritation tant physique que chimique. Ils peuvent absorber de grandes quantités d'eau et peuvent être utilisés pour calmer les tissus enflammés comme la peau sèche, irritée ou la paroi des intestins. Ils exercent donc une action favorable contre les inflammations des

    muqueuses, notamment celles des voies respiratoires et digestives, ils atténuent les douleurs des contusions, assouplissent la peau lors d'applications de cataplasmes.

    Chez les plantes supérieures, diverses scrofulariacées, des malvales, des violales, divers lauriers, les tilleuls contiennent des quantités significatives de mucilages.

    8. Les gommes et les résines :

    Substances adhésives, insolubles dans les solvants organiques; elles sont souvent produites en réaction à une blessure. Les résines sont surtout produites par les résineux, c'est-à-dire les pins, les sapins, les épicéas et d'une manière générale les gymnospermes. Les gommes (gomme arabique, gomme adragante, etc.) sont surtout produites par des clusiacées ou guttifères, diverses légumineuses (astragale) et des urticales.

    9. Les substances aromatiques :

    a) On groupe ici un certain nombre de substances, fréquentes dans les drogues végétales, de composition et d'action souvent très variable. Elles peuvent accompagner chez la plante d'autres substances actives.

    C'est dans ce groupe que nous trouvons notamment les glucosides phénoliques, ou les dérivés du phényl-propane, telles les coumarines au parfum caractéristique. Les tiges feuillées de mélilot, l'aspérule odorante, sont riches en coumarine.

    Les hydroxycoumarines présentent également un intérêt pharmaceutique et sont rencontrées en abondance dans une ombeffifère : Ferula communis.

    L'esculine, contenue dans l'écorce du marron d'Inde a les mêmes effets que la vitamine P, elle augmente la résistance des vaisseaux sanguins et présente donc un intérêt pour les soins des hémorroïdes et des varices (comme la rutine). De plus, elle absorbe les rayons ultraviolets (filtres solaires, crèmes protectrices). L'écorce de viorne (Cortex viburni) contient également des hydroxycoumarines.

    L'angélique officinale contient, elle, des furocoumarines.

    177

    b) Flavonoïdes :

    Un deuxième groupe de substances aromatiques est constitué par les produits de condensation de molécules d'acide acétique actif (acétogénines). C'est à ce groupe qu'appartiennent les flavonoïdes, substances phénoliques dont la plus importante du point de vue thérapeutique est la rutine qui exerce, comme l'esculine, une action favorable sur la paroi des capillaires.

    La rutine est tirée de la rue, mais plus encore du sarrasin et du sophora.

    Les feuilles et fleurs d'aubépine, ainsi que les baies du même arbuste comptent parmi les drogues renfermant des flavonoïdes les plus fréquemment employées.

    Une autre drogue importante, tant pour la médecine populaire que pour la médecine officielle, et renfermant, à côté des substances flavonoïdes tout un arsenal d'autres produits, est la fleur ou la baie de sureau noir. La fleur de tilleul est un autre remède connaissant la faveur de tous. Citons aussi la tige feuillée de millepertuis, l'immortelle des sables, l'antennaire.

    Le chardon-Marie, qui est riche en substances importantes du groupe des flavolignanes, efficaces contre les maladies du foie et les hépatites, fait l'objet d'études particulièrement attentives depuis quelque temps.

    Les flavonoïdes sont des produits largement distribués dans le règne végétal et sont couramment consommés quotidiennement sous forme de fruits, légumes et boissons.

    Ils sont capables de moduler l'activité de certaines enzymes et de modifier le comportement de plusieurs systèmes cellulaires, suggérant qu'ils pourraient exercer une multitude d'activités biologiques, notamment des propriétés antioxydantes, vasculoprotectrices, antihépatotoxiques, antiallergiques, anti-inflammatoires, antiulcéreuses et même anti-tumorales significatives.

    178

    10. Vitamines :

    Substances aminées nécessaires, en faible quantité, au maintien de la vie. Les vitamines sont des substances qui agissent à faibles doses. On distingue les vitamines hydrosolubles et liposolubles.

    Les plantes fournissent quasiment toutes les vitamines. Certaines plantes en sont riches (ex: Citron--> vitamine C ; Carottes--> provitamines A ; Cresson--> vitamines B1, B2, C, E). Exemples chez : Les rosaceae, rutaceae, fabaceae...

    E. Facteurs de variations de l'activité d'une plante :

    1) Facteurs liés au végétal :

    a- La nature du principe actif (PA) est un facteur évident qui influence l'activité pharmacologique ou toxicologique d'une plante. Les PA d'origine végétale ont une constitution chimique extrêmement variée d'où des effets Pharmaco-toxicologiques dissemblables. Ils peuvent être des alcaloïdes, des glycosides, des tanins, ... et peuvent agir sur le Système nerveux, l'appareil digestif, le système cardio-vasculaire, ...

    b- les substances responsables de l'activité des plantes peuvent être différemment réparties dans le végétal. Plusieurs cas de figure sont possibles :

    a) PA dans tous les organes de la plante

    a. soit à des concentrations à peu près égales,

    b. soit à des concentrations différentes suivant l'organe (racine, graine, feuilles, tige, ...)

    b) PA dans certains organes seulement (graines, feuilles, ...)

    c) La concentration en PA peut varier en fonction du stade de développement de la plante. Elle peut être maximale :

    a) au début de la végétation (puis diminution et disparition en fin de croissance),

    b) au moment de la floraison

    c) en fin de croissance.

    179

    d- L'aptitude à synthétiser une quantité variable de PA est le plus souvent contrôlée génétiquement.

    C'est pourquoi il existe de larges variations dans la teneur en PA des différentes variétés d'une même espèce botanique. Ces différences peuvent être quantitatives et/ou qualitatives. (Exemple: Ferula communis L. var. genuina : très riches en 4-hydroxycoumarines et F. communis L. var. brevifolia qui ne contient qu'une seule 4-hydroxycoumarine toxique). Cette variation d'ordre génétique est mise à profit, dans le cas des espèces cultivées, pour diminuer par exemple par sélection la quantité de poison formée par la plante.

    2) Facteurs climatiques, du milieu et facteurs liés aux techniques de récolte et de stockage :

    a- La lumière, la chaleur et la quantité d'eau ont une influence très variable sur la concentration en PA des plantes. (Exemples: concentration en HCN des sorghos, concentration en nitrates des plantes).

    b- La nature du sol et la fertilisation peuvent influencer la teneur en PA des plantes. Exemple: la fumure azotée favorise, en général, la synthèse des alcaloïdes. Les terrains pauvres en phosphore favorisent la synthèse des oestrogènes dans certaines légumineuses, notamment dans le trèfle souterrain.

    c- La teneur en PA peut être modifiée par les techniques de cueillette ou de récolte et de stockage du matériel végétal. (Exemple : développement des moisissures ; cas historique du mélilot gâté et la découverte des anti-vitamines K)

    3) Facteur liés au mode de préparation la drogue végétal et au patient :

    a- Le mode de préparation et d'obtention de la drogue végétal est un autre facteur important qui influence l'activité des remèdes à base de plantes.

    b- L'activité d'un remède dépendra de la sensibilité des individus qui le reçoivent ou qui l'ingèrent en fonction notamment de leur age et de leur état physiologique et pathologique. F. Relation dose-réponse

    180

    ANNEXE 3 :

    GLOSSAIRE DES LEXIQUES

    Abattement : Diminution des forces physiques et morales.

    Abcès (chaud) : Amas de pus avec en général des signes inflammatoires. Abortif : provoque l'avortement.

    Adaptogène : aide le corps à résister aux agressions. Adoucissant : Ayant un effet apaisant qui combat l'inflammation. Aérophagie : Déglutition exagérée de l'air atmosphérique. Akène : fruit sec indéhiscent.

    Alopécie : Perte des cheveux.

    Analeptique : Stimulant.

    Analgésique : Diminue la douleur.

    Anorexie : Absence d'appétit.

    Antalgique : Combat la douleur.

    Anaphrodisiaque : Diminue la libido.

    Antianémique : Combat l'anémie, aide la reconstitution du sang. Antiscorbutique : Riche en vitamine C.

    Antidiabétique : Fait baisser le taux de sucre dans le sang. Anti-diarrhéique : Modère le transit, combat la diarrhée. Antigoutteux : Combat le taux et la formation d'acide urique. Antihémorragique : S'oppose au saignement.

    181

    Anti-infectieux : Combat l'infection.

    Anti-inflammatoire : Diminue l'inflammation.

    Anti-lithiasique : S'oppose la formation de calculs biliaires ou urinaires. Anti-nauséeux-Anti-vomitif : Combat la nausée.

    Antinévralgique : Combat la douleur nerveuse.

    Antipyrétique : Combat ou prévient la fièvre.

    Antiseptique : Désinfecte et tue les germes microbiens.

    Antispasmodique : Contracte les muscles, diminue les spasmes musculaires, qui empêche les

    contractures.

    Antioxydant : Prévient l'oxydation et l'altération des tissus.

    Antisudoral : Diminue les sueurs.

    Antitussif - Béchique : Calme la toux.

    Antiulcéreux : combat les ulcères digestifs.

    Anti-vomitif : voir anti-nauséeux.

    Anurie : Absence d'urine.

    Apéritif : Ouvre l'appétit.

    Aphrodisiaque : Augmente le désir sexuel.

    Aphtes : Lésions superficielles de la muqueuse buccale.

    Aromatique : Se dit d'une plante odorante, à huile essentielle le plus souvent. Artériosclérose : Atteinte pathologique des parois artérielles (épaississement, durcissement). Arythmie : troubles du rythme cardiaque.

    182

    Arthrite : Inflammation des articulations.

    Asthénie : Fatigue.

    Astringent : Resserre les muqueuses et diminue les sécrétions.

    Atonie : manque de vitalité, l'atonie digestive est la difficulté et la lenteur de la digestion.

    Blennorragie : infection des organes génito-urinaires, due au gonocoque (la microbe spécifique).

    Blépharite : inflammation des paupières.

    Balsamique : Stimule et adoucit les voies respiratoires.

    Béchique : Voir antitussif.

    Bractée : petite feuille placée au voisinage d'une fleur.

    Bulbe : organe souterrain arrondi servant de réserve de nourriture à la plante. Caduque : persistante.

    Calmant sédatif : Calme les douleurs et l'activité nerveuse.

    Capitule : Inflorescence caractéristique de la famille des Astéracées, formée de petites fleurs serrées les unes contre les autres et insérées sur le pédoncule élargi en plateau.

    Capsule : Fruit sec a plusieurs graines qui s'ouvre par des pores ou des fentes. Cardiotonique : Régularise et renforce les battements du coeur.

    Carminatif : Augmente et favorise l'expulsion des gaz intestinaux.

    Catarrhe : Inflammation et hypersécrétion des muqueuses.

    Catéchique : tanins catéchiques c.-à-d. condensés. (catéchine : matière colorante tirée du cachou (substance astringente).

    183

    Céphalique : Calme les maux de tête.

    Cachexie : états d'amaigrissement et d'affaiblissement du corps. Cholagogue : Augmente l'évacuation de la bile.

    Cholérique : Augmente la sécrétion de bile.

    Cicatrisant : Augmente et favorise la cicatrisation des plaies.

    Colique : Qui se rapporte au côlon. Douleur spasmodique liée à la distension du tube digestif, des canaux glandulaires ou des voies urinaires.

    Colopathie : Affection du colon (gros intestin).

    Conjonctivite purulente : Inflammation de la conjonctive de l'oeil avec rougeur avec accumulation de pus.

    Condiment : substance ajoutée aux aliments pour en relever le goût.

    Coriace : tenace

    Corolle : Ensemble des pétales d'une fleur.

    Convalescence : retour progressif à la santé.

    Couperose : Rougeur au niveau du visage due à la dilatation des vaisseaux. Cystite : Inflammation de la vessie.

    Dartres : Croûtes et exfoliations produites dans diverses maladies de la peau. Décontracturant : Relaxe les muscles.

    Décoction : technique consistant à mettre les plantes dans de l'eau froide avant de les faire bouillir pour en retirer les bienfaits de la plante médicinale.

    184

    Dépuratif : Purifie le sang, favorise l'élimination des déchets. Dermatose : Infection cutanée.

    Désinhibitions : Utilisé pour désigner la libération des centres psychiques et moteurs inférieurs. La désinhibition provoque des mouvements anormaux et des troubles de tonus rencontré au cours du syndrome pyramidal entre autres.

    Détersif : Nettoie les plaies.

    Diaphorétique : fait transpirer.

    Diurétique : active l'élimination de l'urine. Digestif : Aide a la digestion.

    Dioïque : Se dit d'une plante qui a les fleurs mâles et les fleurs femelles sur des pieds sépares.

    Diurétique : Augmente le volume des urines.

    Diverticule : est « une petite cavité en cul-de-sac développée aux dépens d'un organe (le tube digestif, le plus souvent). Un diverticule peut donner lieu à une inflammation.

    Drupe : fruit charnu indéhiscent caractérisé par un épicarpe membraneux, un mésocarpe pulpeux et un endocarpe sclérifié constituant le noyau. Le noyau renferme la graine également appelée amande.

    Dysménorrhée : Menstruation douloureuse.

    Dyspepsie : Digestion difficile.

    Ecchymose : Epanchement sanguin suite à une contusion.

    185

    Embolie pulmonaire : Il s'agit en général d'un caillot ambulant qui circule dans le sang et finit par boucher une ramification artérielle irriguant le poumon.

    Emménagogue : Provoque et régularise les menstruations.

    Emétique : qui fait vomir.

    Emollient : a un effet adoucissant sur la peau et les muqueuses.

    Entérite : inflammation de l'intestin grêle.

    Entérotoxique : causant des diarrhées .

    Enurésie : incapacité à maitriser les excrétions d'urine.

    Épilepsie : crises convulsives correspondant à l'excitation de cellules cérébrales. Érythème : congestion cutanée (rougeur).

    Étamine : organe sexuel mâle des plantes a fleurs.

    Excavation : un creux, concavité.

    Expectorant : favorise l'expulsion des sécrétions bronchiques.

    Fébrifuge : calme la fièvre.

    Fistule : ulcération pathologique ou congénitale en forme de canal étroit, qui met en communication un organe interne avec une cavité.

    Flatulence : gaz et ballonnements intestinaux.

    Fluidifiant : rend les sécrétions bronchiques plus liquides.

    Foulure : entorse ; distorsion brutale d'une articulation avec élongation ou rupture des ligaments.

    Fumigation : inhalation, application thérapeutique d'une fumée, d'une vapeur.

    186

    187

    Furonculose : gros bouton rempli de pus provenant de l'infection d'une follicule pilosébacé par un staphylocoque.

    Galactagogue : favorise la montée du lait chez les allaitantes.

    Galactogène : favorise la sécrétion du lait.

    Gastrite : inflammation de la muqueuse de l'estomac.

    Gerçure : petite fente de la peau due a diverses causes (froid, avitaminose...). Gingivite : inflammation des gencives.

    Glabre : dépourvu de poils.

    Glotte : orifice du larynx, près duquel se trouvent les cordes vocales.

    Goudron végétal : Pour extraire le goudron végétal, l'espèce utilisée est le genévrier de Phénicie (Junipérus phoenicea L) , les branches feuillées sèches composées de branches fines sèches de pin et de genévrier seront placer au alentour du fût central (une partie d'un tronc d'arbre), le bois sec de genévrier est placé dans le fût central, une fois le feu est mis l'eau est déversée au fur et à mesure aux alentours du feu, une fumée opaque se dégage et se condense dans le canal de distillation appelé « Djabia » et donne un liquide noirâtre qui s'écoule par ruissellement dans le récipient spécialement préparé pour cela, c'est le goudron végétal « Goutrane », c'est un liquide de couleur noire et dégage une forte odeur caractéristique.

    Goutte : Inflammation siégeant généralement au gros orteil dû a une augmentation du taux d'urée dans le sang.

    HE : huile essentielle. constituant naturel des plantes qui ont des propriétés médicinales
    propres. Obtenue par la technique de pression à froid : c'est le moyen mécanique le plus
    traditionnel. Après triage, les fruits et les graines sont soumis mécaniquement à « froid » à la

    presse, c'est-à-dire en réalité à température ambiante. L'huile obtenue est ce premier jus naturel, renfermant tous les principes nutritifs essentiels. Vierge, elle ne subit aucun traitement chimique, ni aucun raffinage. Les seules opérations autorisées pour purifier l'huile sont la centrifugation et la filtration. Lorsque ces critères sont précisés sur l'étiquette, vous avez entre les mains une huile d'excellente qualité. A ne pas confondre avec l'huile médicinale (l'infusion de la plante dans une huile pour faire extraire les principes actifs).

    Hémolytique : détruit les globules rouges.

    Hémorroïdes : Varices des veines de l'anus.

    Hémostatique : Stoppe l'hémorragie.

    Hépatique : Facilite Les fonctions du foie et de la vésicule biliaire. Hépatite : Inflammation du foie.

    Hydropisie : accumulation pathologique de liquide séreux dans le tissu sous-cutané constituant un oedème généralisé.

    Hypercholestérolémie: Elévation pathologique du taux du cholestérol sanguin, un des principaux facteurs de l'artériosclérose.

    Hyperémie ou hyperhémie : ou congestion, accumulation de sang dans les vaisseaux d'un organe.

    Hypertenseur : Provoque l'élévation de la pression sanguine.

    Hypnotique : Induit et favorise Le sommeil.

    Hypocholestérolémiant : Diminue le taux sanguin de cholestérol. Hypoglycémiant : Diminue le taux de la glycémie dans le sang.

    Hypolipémiant : qui fait baisser le taux de lipides (corps gras) dans le sang.

    188

    Hypotenseur : Fait baisser la pression sanguine. Ictère : Jaunisse.

    Iléus : obstruction de l'intestin.

    Infusion : technique consistant à laisser infuser des herbes médicinales dans de l'eau bouillante pour en extraire les bienfaits.

    Insecticide : Tue les insectes.

    Intermittente (fièvre) : qui se manifeste à intervalles réguliers. Lancéolé : En forme de lance.

    Latex : Liquide de couleur variable (blanc, jaune ou rouge) caractéristique de certaines familles de plantes.

    Laxatif : Facilite et augmente les selles, purge.

    Léthargie : État pathologique de sommeil profond et prolongé ou de mort apparente, caractérisé par une résolution musculaire presque complète et un affaiblissement des fonctions de la vie végétative.

    Liniment : Préparation médicinale ou médicamenteuse liquide destinée a être appliquée sur la peau.

    Mastose : Terme désignant toute maladie du sein qui n'est ni tumorale, ni inflammatoire. Une mastose peut prêter à confusion avec une tumeur et, dans certains cas, favorise l'apparition d'un cancer, ce qui justifie sa surveillance.

    Macération : c'est le faite de faire immerger la plante (quelque soit la partie de la graine) dans de l'eau froide et la laisser macérer plus que 10 heures et filtrer avant de boire le macérât. Les principes actifs de la plante sont mieux conservés qu'avec la chaleur.

    189

    Macis : enveloppe de la noix de muscade employé comme condiment.

    Morose : renfermé, silencieux et maussade.

    Mucolytique : substance qui a une action de lyse sur les mucus. Mydriatique : dilate la pupille.

    Narcotique : assommant, calmant, endormant, ennuyeux, hypnotique, soporifique, stupéfiant. Se dit d'une substance qui endort.

    Néphrite : Inflammation des reins.

    Névralgie : Douleur résultant de l'irritation ou de l'inflammation d'un nerf. Odontalgique : contre les douleurs des dents.

    OEdème : Infiltration (séreuse) des tissus.

    Oligurie : Diminution des urines.

    Ombelle : Inflorescence dans laquelle les pédoncules partent tous d'un même point pour s'élever au même niveau, comme les rayons d'un parasol.

    Onguent : sont des préparations d'aspect crémeux (crème : Vaseline ou Paraffine ramollie), réalisées à base d'huile ou de tout autre corps gras, dans laquelle les principes actifs des plantes sont dissous. Ils comprennent des constituants médicinaux actifs, tels que les huiles essentielles. Appliqués sur les plaies pour empêcher l'inflammation.

    Ophtalmique : Traite Les affections de l'oeil et des paupières. Paripenné : feuille dont le pétiole est terminé d'une vrille ou pointe. Pectoral : Calme la toux, agit sur l'appareil respiratoire.

    190

    Pennée : Se dit d'une plante dont les feuilles sont disposées de part et d'autre d'un axe médian.

    Péristaltisme intestinale : contractions physiologiques du tube digestif qui se font de haut vers le bas et qui permettent la progression des aliments puis après leur digestion.

    Psoriasis : Affection cutanée caractérisée par des squames blanchâtres recouvrant des plaques rouges.

    Purgatif : Fortement laxatif.

    Rafraîchissant : Calme la soif, diminue la température corporelle.

    Reminéralisant : Apporte des sels minéraux.

    Résolutif : Diminue l'engorgement et l'inflammation des tissus.

    Révulsif : qui déclenche un afflux de sang dans une partie voisine d'un organe.

    Rhizome : Tige souterraine de réserve nutritive.

    Rubéfiant : Diminue l'irritation et la rougeur de la peau.

    Sanguinolent : Qui est teinté de sang. ensanglanté, saignant, sanglant.

    Sciatique : La névralgie sciatique, communément appelée sciatique, est une douleur vive ressentie le long du nerf sciatique.

    Scorbut : maladie dû à une carence en vitamine C.

    Sécrétolytique : expectorant.

    Sessile : Fleur sans pédoncule ou feuille sans pétiole.

    Sirop :préparé en ajoutant à l'infusion une certaine quantité de sucre et de miel. Sidération : Etat de mort apparente à la suite d'un choc émotionnel.

    191

    Sialagogue : qui provoque la sécrétion salivaire.

    Soporifique : qui provoque le sommeil.

    Spasmolytique : Lutte contre les crampes.

    Sternutatoire : Fait éternuer.

    Stigmate : organe sexuel femelle d'une fleur.

    Stimulant : excite et augmente temporairement l'activité nerveuse ou musculaire.

    Stolon : tige rampante sur la surface du sol et susceptible d'émettre des racines adventives au niveau des noeuds.

    Stomachique : active la digestion. Stupéfiant : engourdit les centres nerveux.

    Succulente : se dit d'une plante charnue gorgée de suc appelée aussi plante grasse. Système nerveux parasympathique : Partie du système nerveux végétatif responsable de la mise au repos de l'organisme (ralentit le coeur et stimule la digestion).

    Suppurante : qui suppure ; laisser écouler du pus.

    Système nerveux sympathique : Partie du système nerveux végétatif responsable de la mise en activité de l'organisme (accélère le coeur et dilate les pupilles).

    Ténifuge : capable d'expulser le vers solitaire (ou ténia).

    Topique (voie): locale.

    Tonique : stimule la vigueur de l'organisme en reconstituant ses forces.

    Ulcère : Perte d'un revêtement (muqueux, cutané...) s'accompagnant de lésions des tissus sous-jacents.

    192

    Urétrite : Inflammation de l'urètre.

    Urticaire : Réaction cutanée souvent allergique ressemblant a des piqûres d'ortie. Vasoconstricteur : Provoque le resserrement des vaisseaux sanguins. Vasodilatateur : Provoque la dilatation des vaisseaux sanguins.

    Vermifuge : Aide à l'expulsion des vers intestinaux.

    Verticillées : feuilles réunies par trois ou plus, en cercle autour de la tige, en étages successifs.

    Vésicant : produit des vessies (ampoules) sur la peau. Vivace : plante vivante plusieurs années.

    Vulnéraire : Aide à la cicatrisation des plaies et des contusions.

    193

    REFERENCES

    1)- Bruneton J. Plantes toxiques : Végétaux dangereux pour l'homme et les animaux, Tec & Doc Lavoisier 2001:25-532.

    2)- Desctes J, Payen C, Pulce C. Vigitox 2009;39:1-2.

    3)- Clément R-P. Aux racines de la phytothérapie : entre tradition et modernité (1ère partie) À Législation 2005;4:171-5.

    4)- Benchelah A-C, Bouziane H, Maka M. Fleurs du Sahara, arbres et arbustes, voyage au coeur de leurs usages avec les Touaregs du Tassili - phytothérapie 2004;6:191-7.

    5)- Aït Youssef M. Plantes médicinales de Kabylie 2006:5-339.

    6)- Pousset J-L." Plantes Médicinales d'Afrique, Comment les reconnaître et les utiliser?» 2004:287.

    7)- Marc B, Martis A, Moreau C et al. Intoxications aiguës à Datura stramonium aux urgences. La Presse Médicale 2007; 36: 1399-403.

    8)- Bédry R, Jouglard J. Programme internationale de la sécurité chimique IPCS INCHEM ; Glycyrrhiza glabra L (PIM 249).1997.

    9)- Hamouda C, Hédhili A, Amamou M et al. Intoxication aux plantes dans la phytothérapie admise par l'unité tunisienne toxicologique de la protection intensive 1983-1998. Le journal officiel américaine de la toxicologie vétérinaire et humaine 2000;42:137-41.

    10)- Mckeown R. Programme internationale de la sécurité chimique ICPS INCHEM; Eucalyptus oïl (PIM 031).1997.

    11)- Mosto HA. Programme internationale de la sécurité chimique ICPS INCHEM; Ricinus Communis (PIM 471). 1989.

    12)- Pronczuk J. Programme internationale de la sécurité chimique ICPS INCHEM ; Ruta Graveolens L (PIM 475). 1989.

    13)-

    194

    Luauté J-P, Saladini O, Benyaya J. Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique toxicité neuropsychiatrique de l'absinthe, Historique, données actuelles 2005;163:497-501.

    14)- Larrey D. Accidents hépatiques de la phytothérapie 1994;23:691-3.

    15)- Larrey D, Blanc P. Hépatotoxicité des plantes médicinales 1993;115:2299-303.

    16)- Ernest S, Calting PM. Les cultures médicinales canadiennes 2000:203-9.

    17)- Larrey D. Hépatotoxicité de la Phytothérapie, Connaître les toxiques les plus fréquemment en cause. http://www.fmcgastro.org/default.aspx?page=333

    18)- Beaudoin G, Ouellet C, Dufresne C. Filière des plantes médicinales biologiques du Québec. La bourrache officinale 2009:6.

    19)- Bellakhdar J. Plantes médicinales au Maghreb et soins de base (Précis de phytothérapie moderne) 2006:26-301.

    20)- Ghorbal H, Hamouda C, Ben Saleh N et al. Courtes communications: usage des plantes pour convaincre la soumission chimique en Tunisie. Le journal officiel de l'académie américaine de la toxicologie vétérinaire et humaine 2003;45(2):91-2.

    21)- Ben Salah N, Thabet H, Hamouda C et al. Quelques spécialités de chez nous: intoxications par les plantes, le chloralose et le méthanol. Le journal officiel de l'académie américaine de la toxicologie vétérinaire et humaine 2001:1-13.

    22)- Mostin M. Toxicité des plantes d'appartement et de jardin, centre antipoison Belgique, Bruxelles 2004 :10-12.

    23)- Shaw D, Leon C, Kolev S et al. Les remèdes traditionnels et les suppléments alimentaires (5 ans d'études toxicologiques (1991-1995)). Sécurité aux médicaments 1997;17:342-55.

    24)- Eisenberg DM, Kessler RC, Foster C et al : Médecine non conventionnelle aux EtatsUnis. 1993;328:246-52.

    25)- Hédhili A, Ben charnia F, Ben salah N et al: les plantes toxiques en Tunisie. Lettre toxicologique 78;1995:40.

    26)-

    195

    Lartigau-Roussin C. Médecine traditionnelle à Mayotte : Bull. bat- Hist. &Géo Mayotte 2002;6:38-43.

    27)- Ben Salah N, Amamou M, Jerbi Z et al. Cas d'intoxication par le peganum harmala. Journal de toxicologie clinique et expérimentale 1995;6:319-22.

    28)- Maclennan AH, Wilson DH, Taylor AW. Prévalence et coût de la médecine alternative en Australie 1996:569-73.

    29)- Chemli R, Dahmen M, Khaldi Abdelhamid « et al. ».Guide des plantes médicinales et aromatiques 2006: 13-116.

    30)- Boukef K. Les plantes dans la médecine traditionnelle tunisienne 1986: 50-306.

    31)- Mekki-Berrada A. Titre de la thèse: La portée thérapeutique et herméneutique de la baraka. Anthropologie des recherches de soins et des quêtes de sens dans le Maroc urbain. Université de Montréal Faculté des études supérieures 1997: 106-62.

    32)- Chevalier A. Larousse Encyclopédie des plantes médicinales 2001 :62-283.

    33)- Beloued A. Plantes médicinales de l'Algérie 2005: 28-216.

    34)- Gilles.A. Le petit herboriste 1998: 23-794.

    35)- Bouillard B. Les plantes médicinales du monde croyances et réalités 2001: 9, 91, 92,488.

    36)- Durafford C, Laparaz C, préface de Reyner J. Traité de la phytothérapie clinique, endobiologie et médecine 2002 :157.

    37)- Gauthier O, Roux D. Botanique, pharmacognosie, phytothérapie 2007: 24.

    38)- Valmort B. Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle 1932; 2: 337.

    39)- Gruffat.X , Nguyen.V ,Malta.M. Plantes médicinales : www.creapharma.ch. Consulté le (1/9/2009).

    40)- Donadieu.Y .Pharmacie naturelle : www.01 sante.com . Consulté le (15/10/2009).

    41)- Drut-grevoz.G. Curieux de pharmacie : www.Curieux de pharmacie .com. Consulté le (3/9/2009).

    42)-

    196

    Moncorgé.MJ , Bouchut.J : www.compare-diet.com .consulté le (19/9/2009).

    43)- Hurtel.J .Phytothérapie, plantes médicinales, aromathérapie, huiles essentielles: www.phytomania.com .Consulté le (8/10/2009).

    44)- Brassac.E .Lexique des plantes : www.bien-être-naturel.info.index.html .consulté le (7 /5/2010).

    45)- Lahsissene H, kahouadji A, Tijane M, Hseini S. LeJeunia, revue de botanique, Catalogue des plantes médicinales utilisées dans la région de Zaer (Maroc occidental). série 186; 2009: 6-25.

    46)- Hamouda C, Ben Saleh N, Zhioua M et al. Le journal officiel de l'académie américaine de la toxicologie vétérinaire et humaine. Revue d'intoxication aigue par l'atractylis gummifera 2004 ;46 :144.

    47)- Nysten P-H. Dictionnaire de médecine, de chirurgie de pharmacie, des sciences accessoires et de l'art vétérinaire 1834.

    48)- Couplon F. Le régal végétal: plantes sauvages comestibles 2009 :140-1.

    49)- Reed G, Ricquart M, Guénette M et al. Produits de santé naturel et médicaments :un mélange parfois risqué (option consommateurs) 2004 ; 22, 27,33.

    50)- Durrity B. Intoxication rapportée à la phytothérapie chinoise dans les pays occidentaux: analyse des causes (mémoire de fin d'étude) 1994: 11-29.

    51)- Mébat F-J, Délens A-J. Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale 1837; 2 : 106-490.

    52)- Cuvier G, Richard A, Drapier et al. Cours complet d'histoire naturelle médicale et pharmaceutique (Deuxième partie): Botanique 1835; 1: 79- 334.

    53)- Fauvart B. Plantes aromatiques de Nadette 2008: 5-87.

    54)- Flesch F. Intoxications d'origine végétale. EMC (Elsevier SAS, Paris), Traité de Médecine Akos, 7-1057, 2005 :1-11.






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net