WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

John rawls et la question de la justice: une lecture de theorie de la justice

( Télécharger le fichier original )
par Israel Jacob Barouk MEKOUL
Université de Yaoundé I Ecole normale superieure de Yaoundé - DIPES II 2014
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Année académique 2013-2014

REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

PAIX-TRAVAIL-PATRIE PEACE-WORK-FATHERLAND

UNIVERSITE DE YAOUNDE I THE UNIVERSITY OF YAOUNDE I

ECOLE NORMALE SUPERIEURE HIGHER TRAINING TEACHER

DE YAOUNDE COLLEGE

DEPARTEMENT DE PHILOSOPHIE DEPARTMENT OF PHILOSOPHY

THEME: JOHN RAWLS ET LA QUESTION DE LA
JUSTICE: UNE LECTURE DE THEORIE DE LA JUSTICE

Mémoire présenté en vue de l'obtention du Diplôme de Professeur de

l'Enseignement Secondaire 2e grade (D.I.P.E.S. II)

Présenté par

Israël Jacob Baruc MEKOUL
Licencié en Philosophie

Sous la direction de

M. Lucien AYISSI
Professeur

- A mes parents Delphine MEGOUOLE et Hubert MEKOUL.

- A mes frères et soeurs Didier OTI, Bernard ETOUTOU, Ciriac OLOUM, Florence ZOA, Judith Mireille ILOUNGA MEKOUL, Marie Goroti AYEBEMB MEKOUL pour tous les efforts déployés dans le cadre de ma formation. A travers eux, que la grande famille André ATIMELE trouve ici toute ma reconnaissance.

- A feus Armand TEMMENE JEUTSA, MOUSSA et Danielle KOUM-ME-TSENY. - A Gothard ZIE ZIE et André NLEND

- A Exode NGONO BOUE et Rachel Elinor MEKOUL-ZOA pour tout.

II

REMERCIEMENTS

La réalisation de ce mémoire a bénéficié du concours de certaines personnes que nous tenons à remercier. Il s'agit notamment :

- Du Professeur Lucien AYISSI, qui m'a guidé tout au long de ce travail avec tant de gentillesse et de patience. Je lui adresse mes plus vifs remerciements.

- Des Professeurs Charles Romain MBELE et NKOLO FOE, savants Maîtres, dont la pédagogie m'aura largement inspiré.

- Des Professeurs Patrick ABANE ENGOLO et Harry GENSTLER, pour leurs conseils avisés.

- De Mesdames Cymphorienne Diane MINSO, Elisabeth Nina BILOGO, Augustine ANDELA, Winifried PETEH AYAFOR, Germaine EKAMPE, Bernadette MENDOMO et toute la famille ANDJAE, Claudine CHAVALLIER, Marie-Clotilde ROOSE, Gloria Henriette MEDOUNG, NGO MAHOP pour toutes leurs remarques et leurs corrections lors de la rédaction de ce mémoire.

- De Messieurs Louis-Marie NKOUM-ME-TSENY, Jean MVONDO, Merlin MEKALA MEKALA, Elie GHOMSI, Albin AMEMA, Sinclair MOAMIDOU, pour leurs soutiens financiers.

- De mes enseignants de Philosophie et de Sciences de l'Education de l'Ecole Normale Supérieure de Yaoundé.

- De mes condisciples de l'Ecole Normale Supérieure pour leur sollicitude et leur

soutien. J'aurai toujours des merveilleux souvenirs de ce temps passé avec eux.

- De tous ceux qui m'ont aidé, inspiré et soutenu dans mes recherches pour la rédaction de ce mémoire.

III

RESUME

La question de la justice est au coeur des sociétés. La conception ancienne et conséquentialiste de la justice a été remise en question par John Rawls pour la refonder et proposer une nouvelle acception de la justice fondée sur l'équité. Fonder ainsi la justice sur l'équité, c'est espérer que les principes arrêtés conjointement par les partenaires sous le « voile d'ignorance » ne sauraient être violés ou remis en question par eux, une fois, engagés dans la vie civile. La conséquence qui découle en est la solidarité qui lie les partenaires. Cette solidarité débouche non plus sur l'égalité des chances mais sur l'égalité équitable des chances, afin de donner à tous, les chances de réussite et d'épanouissement. Ce qui suppose au préalable, la mise en place des structures de base, que constituent les institutions de base. Notre mémoire se subdivise en trois parties : La première partie présente les principes rawlsiens de la justice. A travers le principe d'égale liberté, John Rawls montre que la liberté est un principe sacré qui doit être octroyé et garanti aux individus sans restriction. A travers le principe de différence, l'auteur de la Théorie de la justice, relève que la lutte contre les inégalités sociales procède du relèvement des couches minoritaires. De plus, l'acceptation des inégalités ne pourrait être justifiée que si celle-ci permet aux défavorisés de tendre vers un mieux être. La deuxième articulation de l'étude est une mise en procès de cette nouvelle orientation de la justice. La difficulté de garantir que les accords passés entre les individus seront toujours respectés, une fois, rentrés dans la société civile amène à interroger la pertinence du « voile d'ignorance » : quel gage de sureté faut-il attendre des partenaires sortis de la position originelle ? La question de la juste égalité des chances soulève le problème de la liberté : l'obligation à la solidarité envers les défavorisés ne s'apparente-t-elle pas à une forme de contrainte ? Bien plus, la revendication de la liberté sans prise en compte de l'environnement dans lequel elle doit s'exprimer ne court-elle pas le risque d'être liberticide? La troisième partie entend justifier la réception de la pensée rawlsienne. Il s'agit en effet de réorienter le débat sur la question de la juste égalité des chances en rapport avec l'équilibre régional, entendu comme impératif de protection des couches sociales les plus vulnérables.

iv

sommaire suivant