WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

En quoi le comportement d'un parieur influence-t-il sa réussite ?


par Clément Battistini
Sports Management School - Bachelor 2014
  

Disponible en mode multipage

Mémoire

En quoi le comportement d'un

parieur influence-t-il sa

réussite ?

Clément BATTISTINI

Promotion 2017

Année académique 2013/2014

Statut de diffusion du document : X Confidentiel

2

REMERCIEMENTS

Si je peux rendre aujourd'hui un mémoire aussi complet ce n'est pas seulement dû à mon travail, de nombreuses personnes m'ont permis d'avancer dans mes recherches.

Je voudrais tout d'abord remercier mon père qui m'a aidé à la compréhension des textes écrits en anglais. Je tiens aussi à remercier Farha Tessier qui a effectué une relecture de mon travail afin d'évaluer la compréhension de mon mémoire par une personne non initiée aux paris sportifs. Je souhaite également remercier mon meilleur ami, Valentin Costa, qui m'a généreusement permis d'offrir un lot attractif dans le cadre du mini-concours que j'ai créé pour obtenir des réponses à mon enquête.

D'autre part, je me dois de remercier les propriétaires des 3 bureaux de tabacs qui m'ont autorisé à administrer mon questionnaire dans leur établissement, rien n'aurait été possible sans leur accord. J'ai une pensée toute particulière à l'ensemble des personnes ayant répondu à mon enquête avec gentillesse et bonne humeur.

J'ai eu la chance de pouvoir interviewer un professionnel des paris sportifs. Je tiens donc à remercier Julien MIRABEL pour le temps qu'il m'a consacré ainsi que pour la qualité de ses réponses.

En dernier lieu, je n'oublierai pas d'évoquer la contribution de mon école, la Sports Management School, qui m'a dispensé des enseignements de qualité et apporté des aptitudes et des acquis dont je mesure aujourd'hui la juste valeur.

3

SOMMAIRE

INTRODUCTION 4

1) Présentation du pari sportif et de son environnement

1.1) Détection de la problématique et objectif visé par ce mémoire 7

1.2) Principe du pari sportif 9

1.3) Analyse des facteurs influençant la réussite d'un parieur 13

2) Analyse du comportement des parieurs

2.1) Interview de Julien Mirabel : consultant en paris sportifs 19

2.2) Hypothèses induites par l'analyse des facteurs 22

2.3) Création du questionnaire et technique de distribution 25

3) Résultat de l'enquête et préconisations

3.1) Résultat du sondage 31

3.2) Vérification des hypothèses posées 34

3.3) Enseignements issus des résultats et préconisations 38

CONCLUSION 41

ANNEXES 43

TABLES DES MATIERES 55

4

INTRODUCTION

Les paris sportifs ne sont pas récents puisqu'ils existaient déjà dans la Grèce antique.

Le réel engouement des Grecs pour les Jeux, les voyaient parier sur l'issue des épreuves où s'affrontaient les meilleurs athlètes. La recette des entrées sur les aires de spectacle servait à financer l'organisation de ces évènements d'envergure et les paris, consistant alors essentiellement en denrées alimentaires, à nourrir les concurrents. Les Romains, grands amateurs de jeux de hasard, misaient de l'argent sur les combats de gladiateurs ou sur les courses de chars. Au moyen âge, les jeux de l'arène ont été remplacés par les joutes de chevaliers et les concours d'adresse au tir à l'arc mais les paris pour deviner quel serait le vainqueur de ces épreuves, étaient toujours présents. En 1865, les paris mutuels apparaissent dans les hippodromes parisiens et deviendront réglementés en 1887 avec la création du Pari Mutuel Urbain. Tandis que la France restait sur le modèle du monopole, le bookmaker voyait le jour en Angleterre ; il acceptait des paris en tous genres, entre particuliers, et les inscrivait dans un... book d'où sa dénomination.

Dans les années 70, les seuls paris sportifs autorisés concernaient toujours les courses hippiques du dimanche matin. Il fallait se rendre à l'hippodrome pour pouvoir placer ses mises et assister à chaque course pour pouvoir parier sur la suivante avant que le signal du départ de la course ne bloque la possibilité d'enregistrer le pari. Des passionnés avertis connaissant tout sur l'état du terrain, sur les chevaux en lice et leur jockey, gardaient jalousement leurs « tuyaux » tout en côtoyant des pères de famille qui venait au spectacle dominical et s'amusaient à jouer les dates de naissance des enfants, avec un vague espoir de gain mais sans intérêt débordant pour la compétition elle-même. Les turfistes amateurs épluchaient infatigablement les journaux spécialisés en débattant du bien-fondé de leur sélection du tiercé gagnant. Le développement de la télédiffusion a permis aux non-parieurs de regarder les courses sur leur téléviseur et d'en apprécier l'esthétique voire le suspense grâce aux commentaires enflammés de Léon Zitrone. Les progrès de la radiodiffusion hertzienne et l'augmentation du nombre d'évènements sportifs couverts par la télévision grandissante a enclenché la croissance de l'intérêt du public pour les épreuves sportives ce qui aura, in fine, pour conséquente la progression des paris sportifs.

Le remplacement de la Loterie Nationale par le Loto puis, devant son succès, l'instauration en 1985 du Loto Foot va installer la possibilité de miser en toute a légalité.

C'est au début des années 2000, sous l'impulsion du développement des connexions Internet en France et dans le monde, que le marché du pari sportif a connu une forte évolution. En facilitant l'accès à la toile, le nombre croissant de foyers connectés a permis de démocratiser l'accès aux sites de paris. La plus forte pente de croissance se situe entre les années 2006 et 2011 avec une augmentation de 60 %1 des revenus engendrés par le secteur des paris. Au-delà du boom Internet, c'est la légalisation des paris sportifs en ligne qui a permis de booster l'industrie du pari en France. La loi ARJEL du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne est donc, en pratique, l'élément déclencheur qui a permis la véritable émergence du secteur des paris sportifs en France.

Nous nous attacherons dans ce mémoire à replacer le pari sportif dans son environnement puis, ayant décelé la problématique et son intérêt, à décortiquer le comportement des parieurs non addictifs (c'est-à-dire représentatif du parieur lambda) pour en dégager une tendance et édicter des préconisations pratiques et argumentées. L'objectif de ce mémoire est de démontrer que le comportement du parieur influence sa réussite. Si l'enquête est un succès nous pourrons déterminer le profil du parieur idéal.

Afin de terminer ce mémoire dans les délais demandés, j'ai planifié mon travail grâce à un diagramme de Gantt, disponible en annexe.

5

1 http://www.h2gc.com/news

1) Présentation du pari sportif et de

son environnement

7

1.1) Détection de la problématique et objectif visé par ce mémoire

De nos jours, avec l'apparition des chaînes thématiques sportives et le développement incessant des téléviseurs à écran plat haute résolution, les courses et compétitions sportives se sont invitées à domicile touchant un public toujours plus large. Plus besoin de se déplacer pour assister dans des conditions de confort optimum, au match de son équipe de foot favorite, pour suivre les épreuves d'un championnat du monde d'athlétisme ou pour vibrer quotidiennement aux rebondissements d'une édition du tournoi de Roland Garros. Sont concernés en premier lieu, les grands classiques, tels le football, le rugby, le tennis ou le cyclisme mais également quantité de sports qui jusque-là étaient réservés à une élite (comme le golf) ou suivis seulement par les pratiquants, tels le basket, le judo ou le hand-ball. Il existe pléthore de disciplines, peu prisées ou quasi inconnues en France qui, grâce aux retransmissions télévisées, ont pu toucher un large panel de spectateurs : combiné nordique, tir à l'arc et autres curling. Bien des foyers ont instauré des soirées sport-pizza en famille, impliquant ainsi les enfants dès leur plus jeune âge. Devenus adolescents, ces jeunes piqués par l'esprit sportif et le goût du challenge, complètent leurs soirées télé par des tournois virtuels sur des consoles de jeu, en se mesurant à des logiciels bluffant de réalisme. Cette étape de vulgarisation a fait rentrer le sport dans la vie courante, le rendant indissociable de nos sociétés modernes où l'esprit de compétition est devenu un principe constitutif. Cette étape a constitué l'ère d'installation des paris sportifs.

Si l'introduction de l'éducation sportive dans les programmes scolaires et les politiques de développement des infrastructures sportives dans les villes a bien conduit à l'augmentation du nombre de licenciés pratiquant un sport, c'est la révolution Internet qui, sans conteste, a engendré le grand boom des paris sportifs. Il existe de très nombreuses pages de pronostics sportifs sur les réseaux sociaux ainsi qu'une multitude de sites Internet qui propose leurs pronostics aux visiteurs les incitant à miser en suivant leurs conseils avisés afin de gagner leurs paris. Le nombre d'accès Internet à domicile ayant explosé en France, de plus en plus de particuliers suivent ces pages web et ces sites de pronostics. En 2010, l'instauration de l'ARJEL, bien que bridant les paris, a donné aux bookmakers virtuels, une légitimité et une légalité indispensable à leur développement. Tous ces éléments conjugués ont considérablement accrus l'attrait du public pour les paris car ils apportent du piment au match que l'on suit à la télé en lui donnant un second niveau d'enjeu : le résultat de l'équipe et le bénéfice du parieur

8

gagnant. Les paris sportifs sont entrés dans une ère technique dont ils ne sortiront plus, pour le plus grand bonheur des sportifs de salon et des bookmakers...

Nous vivons actuellement l'ère de développement des paris sportifs.

Malheureusement pour la beauté du pari, la plupart des visiteurs de ces pages web se contente de suivre l'avis de la masse, capté sur les forums et se collent à l'opinion prédictive des administrateurs de ces sites de paris en ligne. Or chaque bookmaker, lorsqu'il calcule la cote qu'il va proposer pour un évènement à venir, revoit systématiquement à la baisse la cote calculée du favori car il sait que ce dernier va être joué en masse par les parieurs. Si l'on veut donc maximiser ses gains, il est judicieux de se forger sa propre opinion et de suivre son avis personnel plutôt que celui édicté par les sites. Que cela soit faute de connaissances suffisantes, de manque de compétence pratique ou d'insuffisante confiance en soi, ces parieurs passent à côté d'un des plaisirs du pari sportif, voire même plus important, qui est d'établir une prédiction personnelle plutôt que suivre les pronostics édités au jour le jour sur la toile. Ce mémoire se propose d'étudier les comportements des parieurs et de détecter quels éléments impactent sa réussite. Il se fixe pour but d'identifier ces facteur-clés de succès. Le pari est osé car si la problématique est perceptible, les paramètres n'en sont pas moins ardus à qualifier et à quantifier. Ce mémoire se veut simple et accessible à tous, et atteindra son objectif s'il réussit à démontrer mathématiquement qu'il existe bien certains éléments dans le comportement d'un parieur qui influent sur ses résultats.

En corollaire, s'il pouvait inciter tout parieur lambda amené à le lire, à modifier sa façon de voir les paris et à revenir à une prédiction personnelle qui est l'essence même du pari et lui donne tout son sel, cela serait parfait. L'idéal étant bien sûr qu'il permette aux dits parieurs d'améliorer leur réussite par rapport à ce qu'elle était avant la lecture de l'étude exposée dans ces pages.

Depuis l'enfance, je suis passionné de sport et j'ai commencé à jouer aux paris sportifs très tôt, c'est pour cela que j'ai choisi ce sujet. J'ai objectivement constaté que mes pronostics étaient meilleurs que ceux de mon entourage. Ceci s'explique peut-être du fait de mon esprit matheux et de ma préférence pour les statistiques et les probabilités. J'ai jugé la problématique intéressante afin de creuser ce constat et de quantifier mathématiquement l'influence des paramètres pris ou non en compte par les parieurs avant de miser.

9

1.2) Principe du pari sportif

Pour avoir tous les outils nécessaires à la compréhension globale des paris sportifs, il faut tout d'abord comprendre les étapes à effectuer pour miser. Par la suite il faudra définir la notion de « cote » (fonctionnement, type, détermination) pour ensuite évoquer les différences entre le live betting et les paris placés avant le début de l'événement.

1.2.1) Etapes à effectuer pour placer un pari

Un pari sportif est le fait de miser de l'argent sur le résultat d'une rencontre sportive2. Pour parier, il y a plusieurs étapes à suivre. Nous allons revenir sur chaque d'entre elles.

Il faut tout d'abord choisir la rencontre sportive sur laquelle le joueur désire parier. Il faut ensuite sélectionner un type de pari (vainqueur du match, nombre de buts dans le match, l'équipe qui marquera en premier...). Puis, dans la catégorie choisie, le parieur doit miser sur l'une des possibilités proposées. Enfin, il ne lui restera plus qu'à déterminer la somme d'argent qu'il souhaite engager et à valider son pari. L'ensemble de ces opérations est effectué sur un site de pari appelé communément « bookmaker » ou directement dans un bureau de tabac affilié à la Française des Jeux. Ces bookmakers ont pour missions de créer une offre de paris, d'encaisser les mises de l'ensemble des parieurs et de payer les joueurs ayant remporté leur pari. Pour connaître les gains qu'ils devront distribuer aux vainqueurs, ces sites utilisent une « cote » pour l'ensemble des résultats possibles lors d'un événement sportif.

1.2.2) La notion de « cote »

On distingue principalement 3 types de cote : la cote anglaise (nommée cote fractionnelle), la cote américaine (cote positive et négative) et la cote européenne (appelée cote décimale). Ce mémoire étant réalisé en France, nous utiliserons la cote européenne dans l'ensemble de nos recherches. La cote permet le calcul du gain ; le gain étant égal à la mise multiplié par la cote. Pour comprendre l'importance des cotes dans le secteur des paris, il est nécessaire de connaître le fonctionnement de celles-ci. En théorie, les bookmakers proposent des cotes qui

2 « Paris sportifs, mode d'emploi » de Fabrice Pavée

10

sont l'inverse de la probabilité du résultat pour lesquelles elles sont associées3. Cela signifie que plus un résultat est probable plus la cote est faible, et inversement. Le site estime donc la probabilité d'un résultat en appliquant la formule qui suit : C = 1/P (P : probabilité d'un résultat, C : cote attribuée à cette probabilité).

Exemple : Pour le match PSG-OM, un bookmaker estime que le PSG a 64% de chance de gagner. La cote du PSG devrait être en théorie de 1,5625 (Cote du PSG = 1/0,64).

Dans la pratique, les cotes sont différentes car la notion de marge vient s'ajouter à la formule du calcul de cote. En effet si l'on utilisait la formule C=1/P les bookmakers ne pourraient pas dégager de profit. Pour répondre à ce problème les bookmakers vont choisir la marge qu'ils souhaitent attribuer à chaque événement sportif, ce qui entrainera une baisse des cotes par rapport à leur valeur théorique. Pour trouver la valeur de la marge faite par un bookmaker, il faut tout d'abord calculer un paramètre Y que l'on obtient en additionnant l'inverse des cotes des différents résultats possibles d'un événement sportif et en soustrayant 1 à cet ensemble : Y= (1 /C1 + 1/C2 + 1/C3) - 1 ; avec C1 : cote résultat 1, C2 : cote résultat 2 et C3 : cote résultat 3. Une fois le paramètre Y calculé, il est possible de trouver la marge en appliquant la formule suivante : M = Y/ (1+Y)

Pour fixer une cote avec une marge M, le bookmakeur détermine le paramètre Y (qui découle de la marge souhaitée) puis obtient la cote en utilisant cette formule : C= 1/ (P x (1+Y))

Exemple : Reprenons l'exemple du PSG, avec une probabilité de victoire de 64%. En prenant en compte que le bookmaker désire faire une marge de 10%, il doit calculer le paramètre Y attribué à cette marge puis calculer la cote qui en découle. Il faut donc effectuer les calculs suivant pour déterminer la cote pratiquée par le bookmaker avec 10% de marge :

M = 0,1 (Marge de 10%) alors 0,1 = Y/ (1+Y). En factorisant on obtient Y = 0,1111 C = 1/ (P x (1+Y)) soit C = 1/ (0,64 x (1+0,1111)) on obtient donc C = 1,4063.

On constate donc que l'instauration de la marge a considérablement fait chuter la cote. Il n'existe pas de législation limitant la marge des bookmakers, cependant la forte concurrence

3 « Les paris sportifs en ligne, comprendre-jouer-gagner » de Quentin Toulemonde

11

dans ce secteur les oblige à maintenir des marges raisonnables pour continuer de proposer des cotes intéressantes aux parieurs.

Après avoir vu les différents types et le fonctionnement des cotes il nous reste à expliquer comment celles-ci sont déterminées par les bookmakers. Il existe 3 principales données pour déterminer les cotes : l'historique des confrontations entre deux adversaires, la forme récente des équipes ou joueurs et enfin les cotes fixées par la concurrence sur le même évènement. Une fois les cotes disponibles sur le site celles-ci peuvent encore évoluer grâce au mécanisme d'ajustement des cotes. Les cotes vont fluctuer en fonction des mises des parieurs car le bookmaker veut s'assurer des gains quel que soit le résultat de l'événement. Ainsi, lorsque le résultat d'une rencontre est énormément joué, les bookmakers font diminuer la cote de ce résultat pour maximiser leurs profits.

Concernant la stratégie de jeu en relation avec les cotes, il est important d'introduire la notion de « value bet ». Détecter des « values bet » est une des principales techniques des parieurs aguerris pour optimiser leurs gains. On parle de « value bet » quand l'estimation faite par le parieur pour un résultat est supérieure à la probabilité tirée de la cote du bookmaker. Cette situation n'est pas très fréquente en raison de la marge prise sur les cotes par les bookmakers, mais lorsqu'un joueur détecte un « value bet », il est fortement conseillé de parier sur le résultat en question.

Exemple : Les cotes du match Murray/Federer sont de 1,72 pour Murray et 2,10 pour Federer. Un parieur estime la chance de victoire de Murray à 60%. La probabilité de victoire de Murray estimée par le parieur est supérieure à celle estimée par le bookmaker car

1/1,72 = 58%, il y a donc « value bet » pour le parieur sur ce match.

Nous avons pris jusqu'ici des exemples où le parieur mise uniquement sur un seul événement (pari simple), mais il est bien sûr également possible de jouer plusieurs matchs dans un même pari (pari multiple). La cote totale du pari sera le produit des cotes des résultats choisis pour chaque match.

Exemple : Je souhaite jouer le PSG vainqueur de Marseille (coté à 1,41 par les bookmakers) ainsi que le match nul entre le Real Madrid et le FC Barcelone (coté à 3,05 par les bookmakers).

12

Pour obtenir la cote totale de mon pari multiple, je dois multiplier la cote de chacun des résultats que j'ai choisis. Cote total du pari = Cote PSG x Cote Nul Real-Barcelone Cote total du pari = 1,41 x 3,05 = 4,30

1.2.3) Live betting / Paris différés

Il existe 2 façons de parier : le live betting (uniquement sur internet) et les paris différés. Le live betting consiste à parier sur un évènement sportif pendant que celui-ci se déroule. Les paris différés représentent l'ensemble des paris placés avant le début de l'évènement sur lequel il porte. La différence majeure entre ces deux modes de paris porte sur la forte variation que connaissent les cotes au cours des rencontres. En effet, les actions en direct de l'événement vont faire fortement augmenter ou diminuer les cotes. Alors que les cotes des paris différés restent assez stables. En France les paris en direct génèrent autant de mises que les paris différés (ARJEL 2011). Dans ce mémoire nous ne traiterons que les paris différés, les paris en direct ne nous permettant pas de déterminer des profils comportementaux exacts chez les joueurs. En effet le comportement d'un joueur peut être très variable d'un pari à un autre lorsque celui-ci est placé en direct.

1.2.4) Orientation du mémoire

Pour faciliter la compréhension de lecture, nous prendrons en compte dans les pages qui suivent les paris concernant les sports collectifs car, si le principe reste le même pour tous les sports, ce sont de loin les sports collectifs qui représentent la masse des paris effectués. Et par voie de conséquence, la population des parieurs sur les sports collectifs est la mieux représentée et la plus aisée à localiser et à interroger. C'est pourquoi on parlera de « matchs » et d' « équipes » dans la suite de ce mémoire.

13

1.3) Analyse des facteurs influençant la réussite d'un parieur

Nous allons maintenant établir les mesures permettant de qualifier la réussite d'un parieur. Pour cela il faudra étudier la notion de réussite avant de se concentrer sur les variables jouant un rôle sur la réussite des parieurs.

1.3.1) Les indicateurs de réussite d'un parieur sportif

Ce mémoire a pour objectif d'identifier ce qui peut influencer la réussite d'un parieur. Il est donc capital de savoir précisément de quelle façon mesurer la réussite dans le cadre des paris sportifs. Il existe de nombreux indicateurs de réussite, que l'on peut diviser en deux catégories : indicateurs objectifs de réussite et indicateurs subjectifs de réussite.

Les indicateurs objectifs sont fiables car ils mesurent la réussite réelle d'un parieur (dans notre cas). Le premier indicateur de réussite est le pourcentage de bonnes prédictions (que l'on appellera %BP) faites par un parieur, que l'on obtient grâce à la formule qui suit : %BP = (Bonnes prédictions ! Total de Prédictions) x 100.

Le deuxième indicateur de réussite est le retour sur investissement (ROI%), calculé comme ceci : ROI% = ((Total des gains-Total des mises)! Total des mises) x 100

Concernant les indicateurs subjectifs de réussite, on peut les placer en 2 catégories : le jugement sur autrui et le jugement sur soi-même. Dans notre mémoire nous nous baserons uniquement les jugements sur soi-même car l'on souhaite connaître comment les joueurs jugent leur performance.

1.3.2) Les facteurs ayant un impact sur la réussite d'un parieur

Les paris sportifs ne peuvent pas être placés dans la catégorie des jeux de hasards car nous n'avons pas tous la même chance de gagner. Les paris sportifs sont donc à placer dans la catégorie des jeux d'habiletés. Ces habiletés, dans le secteur des paris sportifs, peuvent être séparées en deux parties distinctes : la connaissance du parieur dans les différents sports sur lesquels il parie ainsi que le fait d'avoir des règles bien établies facilitant son choix pour parier. Nous allons maintenant détailler ces deux parties en commençant par la connaissance en matière de sport.

14

Être un expert en sport demande de mémoriser énormément de statistiques et d'informations sportives. Il a été prouvé que le taux de réussite d'experts en sport étaient meilleurs que celui d'une sélection aléatoire de résultats4 pour des événements sportifs. Nous allons maintenant passer en revue l'ensemble des statistiques et informations sportives influant potentiellement la réussite d'un parieur.

· L'influence du classement général

Il paraît logique que l'équipe la mieux classée possède plus de chances de remporter la rencontre que son adversaire car elle est dans la majorité des cas intrinsèquement meilleure. C'est ce qui explique que miser sur l'équipe la mieux classée permettrait d'avoir un taux de réussite très élevé 5 . Bien sûr, les bookmakers prennent en compte ce facteur dans l'établissement des cotes. A ce jour, aucune étude ne permet de déterminer si miser systématiquement sur l'équipe la mieux classée permettrait de générer des profits ou non.

· L'avantage de jouer à domicile.

Il a été démontré que les équipes évoluant à domicile remportent plus de 50% des matchs6. Cela peut s'expliquer par plusieurs raisons : la familiarité avec les installations sportives, une motivation et agressivité supérieure (grâce à la présence de ses supporters) ainsi que l'influence du déplacement sur l'équipe visiteuse. Il semble donc capital de prendre en compte dans ses paris sportifs que l'équipe évoluant à domicile possède un avantage non négligeable sur l'équipe évoluant à l'extérieur. Et même si les cotes sont ajustées en fonction de l'équipe qui reçoit, il a été démontré que les cotes sous-estiment malgré tout l'avantage de jouer à domicile7. Miser sur l'équipe qui reçoit parait donc bénéfique à long terme.

· La forme récente

Les bookmakers ajustent les cotes en fonction de la forme récente des deux équipes (ou adversaire pour les sports individuels). Cependant, il n'a jamais été prouvé que les résultats des matchs précédents aient une influence sur le résultat du match suivant. Il semblerait

4 Forrest D. et Simmons R., «Forecasting sport: the behaviour and perfomance of football tipsters»

5 http://www.gwu.edu/~forcpgm/2011-003.pdf PAGE 4, Boulier et Stekler

6 http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=SM_065_0009 Samuel Aupetit, « Influence du lieu de la rencontre sur la performance sportive (match à domicile ou à l'extérieur) : une analyse critique »

7 http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/summary?doi=10.1.1.196.8061%20 de J. Golec et M. Tamarkin

15

même qu'il n'existe aucune corrélation entre les précédents résultats et la probabilité de gagner le match qui suit. Prendre en compte ce critère au moment de parier serait donc néfaste à la réussite.

· L'historique entre les deux équipes

Autre facteur utilisé par les bookmakers pour fixer leurs cotes : l'historique récent des deux équipes. Les bookmakeurs donnent de l'importance à ce critère en diminuant la cote de l'équipe ayant un historique récent favorable. Malgré cet agissement des bookmakers, il semble que, comme pour la forme récente, ce facteur ne change en rien les chances de victoire de chacune des équipes. Prendre en compte les dernières confrontations des équipes lors des paris sportifs semble donc être également néfaste à la réussite du parieur.

· L'effet causé par la fatigue

En sport, il apparaît logique que la fatigue diminue les chances de victoire d'une équipe. Ainsi, il a été prouvé que l'effet causé par la fatigue due à un manque de récupération diminue considérablement les chances de remporter un match8. Cependant, les bookmakers ne mesurent pas à sa juste valeur ce critère, et surestiment donc en général les probabilités de victoire de l'équipe « fatiguée ». Parier contre l'équipe en manque de temps de récupération apparaît donc être une bonne chose pour avoir un retour sur investissement positif à long terme.

· L'enjeu

Il est légitime de savoir si l'enjeu modifie les chances de victoires des deux équipes. Or il a été démontré que celui-ci avait bien un impact sur les résultats9, cet impact étant positif pour l'équipe jouant avec un enjeu plus important et négatif pour l'équipe jouant avec un enjeu moins important. On ne sait pas si les bookmakers utilisent ce facteur dans la fixation des cotes. Impossible alors de savoir s'il est bénéfique ou non de prendre ce facteur en compte lorsqu'on effectue des paris sportifs.

8 http://jse.sagepub.com/content/11/6/602.short ashman 2010

9 Goddard J. et Asimakopoulos I., «Forecasting football results and the efficiency of fixed-odds betting»

· 16

Les cotes

Les cotes sont la résultante de l'ensemble des informations évoquées ci-dessus et de l'opinion globale des parieurs. On peut se demander si miser pour ou contre les favoris peut s'avérer rentable à long terme. Des études ont montré qu'il était plus profitable pour un parieur de miser sur l'outsider10. Ceci peut s'expliquer du fait que les cotes des favoris sont souvent revues à la baisse car les parieurs misent dessus en masse ; et donc dans le même temps les cotes des outsiders augmentent, devenant alors profitables à long terme.

En plus des statistiques et informations sportives que nous venons de traiter, il existe un autre élément qui permet aux parieurs de sélectionner les matchs sur lesquels ils souhaitent miser. Il s'agit de l'application de principes propre à chacun. Par exemple un parieur peut décider de ne parier que sur des cotes supérieures à 1.3 et inférieures à 5. Autres exemples de principes applicables afin d'optimiser ses gains : ne parier que sur des matchs à enjeux, se limiter à 3 paris par jour etc. Chaque parieur applique, consciemment ou non, quantité de principes de ce genre.

Enfin, il existe deux autres facteurs qui peuvent influencer la réussite d'un parieur : la personnalité du parieur ainsi que le type d'informations recherchées avant de parier. Nous allons maintenant évoquer ces deux facteurs.

· On peut classer les personnalités des parieurs dans 2 principaux groupes : les parieurs « intuitif » et les parieurs « réfléchis ». Les parieurs intuitifs s'appuient d'avantage sur leurs ressentis alors que les parieurs réfléchis s'appuient plus sur les statistiques. A ce jour aucune étude n'a établi de comparaison entre ces 2 groupes, afin de déterminer si un type de personnalité permettait d'avoir une réussite plus importante que l'autre.

· Lorsque l'on parle de type d'information, il est possible de distinguer l'information interne, qui correspond aux informations qu'un individu possède en mémoire, et l'information externe qui représente l'ensemble des informations supplémentaires qu'un individu pourra obtenir par tout moyen (journaux, internet, informateurs). Dans le monde des paris sportifs, ces deux types d'informations sont complémentaires mais

10 http://jse.sagepub.com/content/3/3/256.abstract de P. Rodney et A. Weinbach

17

la recherche de l'information externe ne sera utilisée que si elle apporte une valeur ajoutée. L'information externe permet aux parieurs d'obtenir des informations additionnelles pouvant l'aider à prendre une décision. Malheureusement, aucune étude ne nous permet d'affirmer avec certitude que recueillir des informations externes augmente la réussite du parieur. Malgré tout, il est logique de penser que la recherche d'informations externes est bénéfique pour le parieur (forum de paris sportif, sites de statistiques, sites officiels des clubs, discussions avec des amis connaisseurs).

2) Analyse du comportement des

parieurs

19

2.1) Interview de Julien MIRABEL : consultant en paris sportifs

J'ai décidé d'interviewer Julien MIRABEL car en tant que consultant dans le domaine des paris sportif, il est amené à côtoyer des parieurs au quotidien, ce grâce à quoi il possède une vision précise de leurs comportements de jeux. D'autres part, en tant qu'ancien trader à la Française des Jeux, il connait l'importance de l'ensemble des facteurs pouvant influencer le résultat d'un match et donc sur la réussite des parieurs.

-Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

« Bonjour, je m'appelle Julien Mirabel et j'ai 30 ans. Je suis originaire de Paris où j'ai fait mes études. J'ai fait un master de droit des affaires à ASSAS puis un MBA de management du sport à l'ESG. J'ai par la suite créé un site communautaire sportif « agencesportive.com » que j'ai revendu. J'ai rejoint la FDJ lors de l'ouverture du marché en juillet 2010 en tant que trader en paris sportifs.

Par ambition, au début de l'année de 2014 j'ai décidé de crée un nouveau métier de consultant/expert en pari sportif à mon compte pour évoluer. Pour cela j'ai écrit un livre intitulé « L'indispensable des paris sportifs » paru aux éditions Hugo et Compagnie le 7 Mai 2014. La sortie de mon livre a été accompagnée par de nombreuses campagnes de communication à la télé, en radio et dans la presse.

J'ai également donné de nombreuses conférences sur les paris sportifs, notamment au salon du Rugby ainsi que dans certaines écoles de commerce comme la Sports Management School. Pendant toute la coupe du monde 2014 j'ai été consultant sportif pour le figaro.fr qui m'a accordé 1 page par jour où je donnais une analyse portant sur un pronostic « sûr » et un pronostic « risqué ».

Je suis actuellement en pourparlers avec plusieurs chaînes de radio, télé et journaux, web et papier, pour donner mes conseils et intervenir comme consultant en paris sportifs. J'ai des projets de pilotes d'émission pour des chaines payantes et des chaines du câble ».

20

-Quelles sont, d'après vous, les principales qualités d'un parieur pour réussir? « La qualité la plus importante selon moi est avant tout la rigueur. Un parieur rigoureux ne parie pas plus qu'il ne faut ; il respecte ses mises et respecte un rythme de pari.

Evidemment, il faut être un passionné et connaisseur de sport pour mettre le plus de chance de son côté même si cela ne suffit pas toujours. Enfin, le parieur ne doit pas être trop impulsif (ne pas « tilter ») sous peine de perdre de grosses sommes rapidement. Et malheureusement, un parieur peut être le meilleur pronostiqueur du monde, s'il est sujet au « tilt » il sera quand même perdant ».

-D'après vous, avec l'instauration de la loi ARJEL, est-il toujours possible de dégager des profits à long terme en jouant sur les bookmakers français?

« Cela reste possible évidemment mais aujourd'hui c'est extrêmement difficile. Il parait moins ardu de dégager des profits pour les parieurs étrangers car en France la loi ARJEL a engendré une baisse des cotes ».

- J'ai évoqué dans mon mémoire 6 informations sportives pouvant influencer le résultat d'un match : l'influence du classement général, l'avantage de jouer à domicile, la forme récente, l'historique entre les deux équipes, la fatigue et l'enjeu du match. Lesquelles de ces informations sont les plus importantes à vos yeux ?

« Selon moi l'information sportive la plus importante à prendre en compte est de loin l'avantage du terrain. C'est d'ailleurs ce qui fait le plus bouger les cotes. L'impact de l'avantage du terrain sur le résultat du match est plus ou moins important selon le sport. Par exemple au rugby le terrain tient un rôle fondamental car les équipes jouant à l'extérieur font souvent jouer une équipe bis.

Un autre facteur important est l'enjeu du match. On peut d'ailleurs le constater car l'ARJEL a interdit aux bookmakers français de proposer des matchs « sans enjeu » comme par exemple des matchs de football de fin de saison de ligue 1 ou de ligue 2 ».

21

- Avant de parier, calculez-vous toujours la probabilité rattachée à la cote ? Jouez-vous uniquement lorsque vous détectez un `value-bet' ?

« Oui je calcule toujours la probabilité associée à la cote. Il faut bien prendre en compte qu'un value-bet est une donnée subjective et propre à chacun. Les cotes françaises étant globalement basses, il est rare de trouver des value-bet. Si je ne misais que sur des value-bet `mathématiques' en France, je ne jouerais quasiment pas... ».

- Quels conseils donneriez-vous à des parieurs en recherche de méthodologie?

« Tout d'abord je leur dirais d'acheter mon livre (rires). Il faut se documenter, apprendre à gérer sa « bankroll », faire ses tableaux Excel et miser petit au début. Il s'agit de construire sa propre méthode de pari petit à petit et toujours garder en tête une qualité essentielle, la rigueur ».

- Selon vous, est-il bénéfique de passer beaucoup de temps sur l'analyse d'un match ?

« Pour augmenter sa réussite, un parieur peut prendre le temps d'analyser plus longuement un match et prendre en compte plus de paramètres. Attention, il ne faut toutefois par s'y perdre. Je préconise de passer un temps réglé et imparti sur chaque match et d'avoir une routine. Si on passe trop de temps à analyser un match le risque est de changer plusieurs fois d'avis et d'avoir des regrets si le choix final n'est pas le bon. Avoir une routine est le meilleur des conseils, il n'est pas forcément bénéfique de passer trop de temps sur un pari ».

- D'après vous, l'industrie des paris sportifs continuera-t-elle de croitre dans les années qui viennent?

« Oui j'en suis persuadé, c'est structurel. Les fonds générés par l'industrie des paris sportifs augmentent de 20% par an. Avec la crise, les gens jouent plus. Il y a une démocratisation des paris sportifs et beaucoup plus de publicité pour les sites de pari qu'il y a dix ans. De plus, la technologie pousse la croissance des paris sportifs. Par exemple le développement de l'accès aux paris sportifs grâce aux applications sur mobile ou tablette et l'amélioration des connexions permettent de jouer partout. La croissance des paris sportifs est donc parallèle à l'essor technologique ».

22

2.2) Hypothèses induites par l'analyse des facteurs

Ce mémoire a pour objectif principal de découvrir quelles seraient les variables qui permettent d'augmenter la réussite d'un parieur. Pour ce faire, nous allons formuler 11 hypothèses que nous tenterons de vérifier par la suite. Ces hypothèses seront basées sur l'analyse des « facteurs influençant la réussite d'un parieur » ; facteurs que nous avons étudiés dans la première partie de ce mémoire. Nous nous appuierons également sur les propos recueillis lors

de l'interview de Julien MIRABEL afin de recouper ces hypothèses. Ces dernières seront
ensuite formalisées et reliées chacune à une question que l'on posera à un échantillon de parieurs afin de vérifier si elles sont valides ou non.

Nous allons maintenant revenir individuellement sur chacune d'elles :

- Hypothèse 1

L'ancienneté, en termes de jeu, d'un parieur sportif est un facteur clé de sa réussite

Dans tous les domaines de l'activité humaine, l'expérience est considérée comme un gage de réussite et souvent synonyme de meilleure performance. Il est naturel de se demander en tout premier lieu si un parieur jouant depuis plus de temps qu'un autre s'avère avoir davantage de chances de bien parier et donc de réaliser plus de profits.

- Hypothèse 2

L'étendue des connaissances sportives d'un parieur constitue un facteur de réussite

Julien MIRABEL nous a souligné au cours de notre entretien qu'il fallait « être un passionné et un connaisseur de sport pour mettre le plus de chance de son côté ». Nous essaierons donc de voir dans quelle mesure, les connaissances sportives dont fait preuve le parieur, jouent un rôle déterminant dans ses facultés de réussite.

- Hypothèse 3

Limiter le nombre de matchs par pari est un facteur de réussite pour le parieur.

Comme évoqué dans la partie 1.2.2, un joueur peut parier en « simple » (1 seul match par pari) ou en « multiple » (plusieurs matches par pari). Instinctivement, on pressent que jouer un pari « simple » limite les risques et donc s'avère bénéfique pour la réussite du parieur.

23

- Hypothèse 4

Limiter le nombre de sports sur lesquels le parieur mise est un facteur de réussite.

De l'avis de Julien MIRABEL, la principale qualité d'un parieur est la rigueur. Un parieur ne doit donc pas s'éparpiller. Si l'on considère que l'on ne peut bien connaître qu'un nombre restreint de sports et n'en maîtriser parfaitement qu'un seul, le parieur ne doit miser que sur peu de sports, s'il souhaite optimiser sa réussite

- Hypothèse 5

Le temps passé à analyser un pari permet d'améliorer la réussite d'un parieur

Il est coutume de dire qu'une bonne préparation c'est 50 % de la réussite. Nous pouvons donc considérer qu'une analyse préalable est indispensable à un bon pronostic. En extrapolant, nous pouvons supposer que plus longue sera la préparation, meilleure s'avèrera la réussite du parieur.

- Hypothèse 6

L'information prioritaire prise en compte par le parieur influe sur sa réussite

Comme traité dans la partie 1.3.2 de ce mémoire, il existe de nombreux types d'informations concernant chaque sport : avantage de jouer à domicile, forme récente de l'équipe concernée, etc. Nous nous demanderons si la prise en compte de façon prioritaire de l'une de ces informations a un impact sur la réussite du parieur.

- Hypothèse 7 La fréquence de recherche d'informations spécifiques avant un pari est un facteur de réussite

Julien MIRABEL a mentionné l'importance de toujours suivre la même procédure lors de la préparation d'un pari. Nous analyserons donc la régularité de recherche des informations spécifiques avant un pari et regarderons s'il existe une corrélation entre cette fréquence de recherche et la réussite globale du parieur.

24

- Hypothèse 8

L'importance attribuée par un parieur aux informations sportives améliore sa réussite Après avoir analysé l'impact du choix de l'information prioritaire prise en compte par le parieur (hypothèse 6), nous nous attacherons à déterminer si le niveau d'importance que le parieur attache à la globalité des informations sportives disponibles (échantillon sélectionné de six informations) a un impact sur sa réussite.

- Hypothèse 9

Le type de sources d'information étudié par un parieur sportif influe sur sa réussite.

En fin de partie 1.3.2, nous avons vu qu'il existait deux types d'informations : celles internes (expérience, mémoire, etc.) et celles externes (forum, sites, journaux, etc.). Dans cette hypothèse, nous nous focaliserons sur les sources d'informations externes et tenterons de voir si l'étude de l'une d'elles influence la réussite d'un parieur.

- Hypothèse 10

Plus un parieur se préoccupe de trouver des « value bet », meilleure est sa réussite.

Julien MIRABEL nous a confirmé qu'il calculait toujours la probabilité rattachée à la cote, et ce, afin d'essayer de déceler les éventuels «value bet». Il apparaissait donc intéressant de vérifier si les parieurs effectuant cette démarche étaient susceptibles d'avoir une meilleure réussite.

- Hypothèse 11

Un parieur « réfléchi » a plus de résultat qu'un parieur « intuitif ».

Nous avons également vu à la fin de la partie 1.3.2, qu'il existe deux personnalités de parieur : les parieurs intuitifs et les parieurs réfléchis. Un parieur de type « réfléchi » se basant sur une analyse approfondie, nous nous intéresserons à découvrir s'il a en retour une réussite plus élevée qu'un parieur de type « intuitif ».

25

2.3) Création du questionnaire et technique de distribution

2.3.1) Création du questionnaire

Le questionnaire est l'outil qui permettra de recueillir l'avis des parieurs et ainsi de confirmer ou d'infirmer la validité des diverses hypothèses émises à la partie 2.2. Pour bâtir ce questionnaire, nous rattacherons une question à chaque hypothèse émise. En préambule, nous poserons deux questions sociodémographiques afin d'avoir des informations sur l'échantillon de personnes sondées. Nous ajouterons également une question sur le « retour sur investissement » (ROI%). Cette question est primordiale car dans la partie vérification, nous utiliserons le ROI% pour valider, ou non, chaque hypothèse.

· Les questions sociodémographiques sont des plus basiques car elles n'entrent pas dans la confirmation ou non nos hypothèses. Nous relèverons donc simplement le genre et l'âge de chaque personne interrogée :

Question 1 : Sexe

Question 2 : Quel est votre âge ?

· Nous continuerons en évoquant l'hypothèse 1 (L'ancienneté, en termes de jeu, d'un parieur sportif est un facteur clé de sa réussite) car elle a indirectement un lien avec l'âge de la personne et il est donc logique qu'elle se place juste après :

Question 3 : Depuis combien de temps jouez-vous aux paris sportifs ?

· Arrive ensuite la question la plus importante de ce questionnaire : celle concernant le retour sur investissement. Cette question a été présentée et traitée de façon très spécifique comme nous le verrons lorsque nous évoquerons la technique de distribution du questionnaire :

Question 4 : Quel est votre retour sur investissement ?

· Pour la question suivante, nous utiliserons, comme indiqué dans la première partie de ce mémoire, le jugement subjectif du parieur afin d'avoir un indicateur sur ses

26

connaissances sportives et traiter l'hypothèse 2 (L'étendue des connaissances sportives d'un parieur constitue un facteur de réussite) :

Question 5 : Notez vos connaissances sportives sur une échelle de 1 à 5

· Pour vérifier si « Limiter le nombre de matchs par pari est un facteur de réussite pour le parieur » (hypothèse 3), nous allons simplement poser la question suivante : Question 6 : En moyenne, combien de match(s) jouez-vous dans un pari ?

· Concernant l'hypothèse 4 (Limiter le nombre de sports sur lesquels le parieur mise est un facteur de réussite) nous poserons la question suivante :

Question 7 : Au cours du dernier mois, sur combien de sports différents avez-vous parié ?

· Pour l'hypothèse 5 (Le temps passé à analyser un pari permet d'améliorer la réussite d'un parieur) nous relèverons la durée de la phase d'analyse avant pari :

Question 8 : Lorsque vous analysez un pari, combien de temps cela prend-il en moyenne ?

· Pour vérifier l'hypothèse 6 (L'information prioritaire prise en compte par le parieur influe sur sa réussite) nous demanderons à chaque personne l'information la plus importante à ses yeux parmi les 6 informations étudiées (voir la partie 1.3.2) Question 9 : Parmi ces informations, laquelle vous paraît-être la plus importante ?

· Afin de traiter l'hypothèse 7 (La fréquence de recherche d'informations spécifiques avant un pari est un facteur de réussite) on posera la question suivante :

Question 10 : A quelle fréquence analysez-vous les informations sportives avant un pari ?

· Pour déterminer si « L'importance attribuée aux informations sportives améliore sa réussite » (hypothèse 8) nous demanderons au parieur :

Question 11 : Quelle importance attribuez-vous aux informations citées à la question 9 ?

·

27

Nous essaierons ensuite de déterminer si l'impact du « type de sources d'information étudié par un parieur (hypothèse 9) influe sur sa réussite » via à la question suivante : Question 12 : Parmi ces types de source d'information, lequel vous semble être le plus important ?

· Concernant l'hypothèse 10 (Plus un parieur se préoccupe de trouver des « value bet », meilleure est sa réussite), nous demanderons au sondé :

Question 13 : Pour vous, quelle est l'importance des cotes dans les paris sportifs ?

· Et enfin, pour vérifier l'hypothèse 11 (Un parieur « réfléchi » a plus de réussite qu'un parieur « intuitif ») on testera la personnalité du parieur à travers la simple question suivante :

Question 14 : Votre pari est selon vous réfléchi ou intuitif ?

Le questionnaire finalisé est joint en annexe.

2.3.2) Technique de distribution

Pour être certain de toucher un échantillon de population qui soit représentatif de la cible tout en intégrant les moyens, forcément limités, à ma disposition, j'ai décidé de resserrer le panel et de ne soumettre le questionnaire qu'à des parieurs sportifs « jouant sur Internet ». Cette population restreinte étant impossible à localiser, l'astuce a consisté à approcher en fait les parieurs jouant en ligne ET bureau de tabac (FDJ). Pour cela, je me suis rendu à deux reprises dans trois bureaux de tabac (choisis dans ma région pour des raisons de logistique : Houilles, Carrières sur Seine et Le Vésinet) et, pour administrer mon questionnaire dans des conditions optimum, je me suis installé dans l'espace FDJ dédié aux paris sportifs. J'ai choisis le mode d'administration « face à face » car il permet de mettre en confiance l'interlocuteur et augmente les chances qu'il accepte de consacrer du temps à répondre au questionnaire.

28

Ce mode est d'ailleurs celui recommandé pour les enquêtes sur une population très ciblée11.

Obtenir le nombre de réponses voulues s'est avéré plus délicat et chronophage que prévu. En effet, l'étude est basée sur la comparaison entre le retour sur investissement du parieur et ses réponses au questionnaire. Autrement dit, trouver une personne acceptant de répondre au questionnaire n'avait d'intérêt pratique que si elle acceptait également de me communiquer son retour sur investissement et, plus encore, d'en faire la preuve.

En pratique, pour obtenir un ROI% qui soit fiable, j'ai apporté dans les bureaux de tabac sélectionnés, mon ordinateur portable connecté à Internet via le partage de données de mon smartphone.

Repérer les parieurs parmi les clients d'un bureau de tabac est chose facile grâce à l'aire FDJ. Comme évoqué plus avant, la première étape du sondage consistait à les aborder et à leur poser la question préalable : « jouez-vous aussi sur Internet ? ». Dans l'affirmative, je sortais ma carte d'étudiant SMS, faisais un résumé de l'étude en cours, et leur demandais s'ils auraient la gentillesse de répondre à « une dizaine de questions ». Cette étape recevait généralement une écoute favorable. L'attitude devenait en revanche beaucoup plus prudente voire méfiante lorsque l'on abordait l'étape de la « preuve ». En effet, se baser simplement sur le « ROI% annoncé » par le parieur aurait vidé l'étude de tout son sens. Il me fallait donc demander à la personne interrogée si elle acceptait de se connecter au site du bookmaker sur lequel elle pariait le plus souvent. Le but étant, une fois connecté avec le parieur sur son compte, de calculer avec lui son ROI% réel en comparant le total des mises pariées et le total des gains réalisés sur ses 15 derniers paris. Les parieurs étaient pour la plupart très réticents à l'idée de se connecter à leur compte via mon ordinateur portable, même en leur présence. Cela se comprend aisément quand on sait l'ingéniosité des hackers.

Vu le déchet important constaté lors de la première journée, j'ai décidé de modifier mon approche et chercher une parade permettant de contourner cet obstacle rédhibitoire.

Après réflexion, j'ai eu l'idée d'instaurer un mini jeu-concours pour les motiver à accepter de me donner ces informations cruciales pour mon étude et pour, accessoirement, être plus incitatif pour les personnes écoutant mon laïus de présentation du questionnaire d'étude.

11 http://www.optigede.org/sites/default/files/fichiers/M2-Modes_administration_questionnaire2cor_0.pdf

29

Le principe de ce concours est qu'en fin d'étude, le nom d'une des personnes ayant accepté de « jouer le jeu » en répondant au questionnaire et en montrant leur ROI%, soit tiré au sort et gagne une invitation à m'accompagner pour assister à une rencontre en Loge au Parc des Princes, avec boissons, petits fours et cadeau de bienvenu, inclus. Cette idée a fonctionné à merveille et a permis de lever les réticences de l'immense majorité des personnes sollicitées. Les personnes interrogées me fournissaient en fin d'interview un numéro de téléphone ou une adresse email afin que je puisse contacter le gagnant du concours (le nom du vainqueur ainsi que les places du match sont à retrouver en annexe).

Nota bene : n'ayant pas les moyens pécuniaires d'assumer un tel lot, j'ai la chance d'avoir bénéficié de l'aide de mon meilleur ami qui, disposant en famille de 3 abonnements annuels au salon Orsay, m'a offert 2 places pour voir un match du PSG et ainsi poursuivre mon étude

Pour calculer la taille de l'échantillon à sonder, nous utiliserons la formule suivante12 :

n = (t2 x p x (1-p)) / m2

Où n = taille de l'échantillon, t = niveau de confiance, p = le pourcentage estimatif de la population représentant la caractéristique analysée dans l'étude et m = marge d'erreur. Nous avons choisis un taux de confiance de 95 % (correspondant à un niveau de confiance « t » de 1,96 - voir tableau annexé) et une marge d'erreur « m » de 5 %.

Pour la valeur de « p » il faut intégrer le fait que, parmi la population étudiée, certains joueurs sont des parieurs « excessifs ». Ces joueurs ayant un comportement très variable d'un pari à l'autre, ils ne font pas partie de la population représentative de la caractéristique analysée dans l'étude. Ces parieurs représentent 7,3 %13 de la population mère (totalité des parieurs sportifs en France). La variable « p » vaut donc : 100 % - 7,3 % = 92,7 %. On obtient donc « n » = 1,962 x 0,927 x 0,073 / 0,0025 = 103,98. Pour avoir une marge d'erreur de 5 % avec un taux de confiance de 95 %, il faudra donc obtenir les réponses de 104 parieurs.

12 http://www.easytest.fr/guide/le_questionnaire/la_taille_de_lechantillon.php

13 http://www.economie.gouv.fr/files/note_dinformation_ndeg4_0.pdf

3) Résultat de l'enquête et

préconisations

31

3.1) Résultat du sondage

Avant de confirmer ou d'infirmer les hypothèses émises, nous allons présenter les principaux résultats bruts du sondage. L'ensemble complet et détaillé des résultats est joint en annexe. J'ai saisis l'intégralité des 104 questionnaires en live dans les bureaux de tabac sur le logiciel d'enquête et d'analyse de données « Sphinx Plus2 ». J'ai sélectionné ce logiciel pour deux raisons : primo parce que j'ai appris à l'utiliser en 1ère année à la Sports Management School et secundo parce que, d'après moi, il est actuellement, et de loin, le mieux adapté pour présenter et analyser efficacement les résultats d'un questionnaire. Rappel : les résultats sont à prendre en compte avec une marge d'erreur de 5% et un taux de confiance de 95%.

Question 1 : Sexe

Comme attendu, les personnes sondées sont en grande majorité des hommes (96,2%). Cela montre que les paris sportifs sont presque exclusivement une pratique masculine.

Question 2 : Quel est votre âge ?

La tranche d'âge majoritairement rencontrée est la tranche des 18-30 ans (53,8 %) devant la tranche 31-45 ans (32,7 %). On observe donc que dans l'ensemble, les personnes intéressées par les paris sportifs sur Internet sont majoritairement des personnes relativement jeunes. Nota bene : puisque nous avons posé le principe de resserrer la population des parieurs sondés, mon mémoire ne détaillera pas les parieurs hors panel. Pour autant, il est intéressant d'indiquer que les personnes les plus âgées répondaient souvent « Non » à la question de sélection posée en préambule : « Pariez-vous également sur Internet ? ».

Question 3 : Depuis combien de temps jouez-vous aux paris sportifs ?

Moins d'un parieur sur 4 est débutant dans les paris sportifs (23,1 % jouent depuis moins de 2 ans). Via les réponses à cette question, on note une concomitance entre l'apparition de l'ARJEL en 2010 et l'augmentation du nombre de parieurs sportifs (41,3 % des personnes interrogées se situent dans la tranche qui jouent depuis 2 à 5 ans). La vérification de cette corrélation est en dehors du cadre de ce mémoire mais serait intéressante à mener.

32

Question 4 : Quel est votre retour sur investissement ?

Le retour sur investissement moyen de l'échantillon est de -8,66 % (sur les 15 derniers paris). Ce taux est légèrement supérieur aux chiffres indiqués par l'ARJEL, qui annonce qu'en France le taux de retour des joueurs (TRJ) est de 80 %, soit un retour sur investissement moyen (ROI%) de -20 % pour les parieurs. Cet écart s'explique certainement par le fait que les parieurs fortement perdant ont été naturellement plus réticents à répondre à l'enquête.

Les résultats du sondage montrent que seulement 2,9 % des parieurs ont doublé leur mise (ou plus) sur les 15 derniers paris.

Question 5 : Notez vos connaissances sportives sur 5.

Les parieurs ont répondu pour près des trois quart, estimer leur niveau de connaissance à 3/5 et 4/5. Cela montre que l'auto-évaluation est un exercice difficile. Pour autant, l'analyse des résultats nous dira, au vu du ROI% mesuré, si la tranche des 5/5 ne s'est pas surévaluée.

Question 6 : En moyenne, combien de match(s) jouez-vous dans un pari ?

La majorité de l'échantillon (51,9 %) joue 1 ou 2 matches par pari alors que 6,7 % des parieurs prennent bien plus de risque en jouant en moyenne 5 matchs et plus par pari.

Question 7 : Au cours du dernier mois, sur combien de sport(s) différents avez-vous parié ? Les résultats à cette question prouvent bien que les parieurs ne se limitent pas à jouer sur le sport qu'ils connaissent le mieux. En effet, moins d'un parieur sur trois (30,8 %) n'a misé que sur 1 ou 2 sports au cours du dernier mois.

Question 8 : Lorsque vous analysez un pari, combien de temps cela prend-il en moyenne ? Le temps passé par les parieurs pour analyser un pari est assez variable. Près d'un quart (22,1 %) y passe entre une demie heure et une heure, alors que presque un tiers ( 29,8 %) y passe moins de 15 minutes.

33

Question 9 : Parmi ces informations, laquelle vous paraît-être la plus importante ?

Les informations jugées prioritaire par les parieurs sont « l'avantage de jouer à domicile » (23,1%) et « la forme récente » (24%). L »'historique entre les 2 équipes » (10,6 %) et « l'effet causé par la fatigue » (5,8%) sont rarement considérés comme prioritaires.

Question 10 : A quelle fréquence analysez-vous les informations sportives avant un pari ? La majorité des parieurs interrogés analyse souvent les informations sportives avant de parier (52,9 %). Seuls 20,2% d'entre eux ont avoués n'analyser que parfois les informations sportives avant un pari.

Question 11 : Quelle importance attribuez-vous aux informations citées à la question 9 ? Les deux tiers des sondés (66,4 %) jugent qu'analyser les informations sportives est important ou capital. Ceci montre bien que la plupart des parieurs a conscience qu'avoir des informations spécifiques avant de parier, l'aide à faire son choix.

Question 12 : Parmi ces types de source d'information, lequel vous semble être le plus important ?

Parmi les diverses sources d'informations externes, les types jugés prioritaires par les parieurs sont, quasiment à égalité, les sites d'actualité sportive (33,7 %) et les forums de paris sportifs (35,6 %). Ce resultat semble logique parlant de parieurs en ligne.

Question 13 : Pour vous, quelle est l'importance des cotes dans les paris sportifs ?

Une grande majorité des parieurs ne mise que sur des cotes lui paraissant intéressantes (62,5 %) alors que seuls 15,4 % comparent systématiquement leurs estimations de l'issu d'un match avec la probabilité induite par la cote.

Question 14 : Votre pari est selon vous réfléchi ou intuitif ?

56,7 % des parieurs sondés indiquent parier de façon intuitive et immédiate alors que 43,3 % disent parier de façon logique et réfléchie. Ce résultat met en avant le fait que l'information interne (voir partie 1.3.2) est capitale dans les paris sportifs vu que plus de la moitié des parieurs se base sur cette dernière pour miser.

3.2) Vérification de la pertinence des hypothèses posées

Pour affirmer ou infirmer les hypothèses émises dans la partie 2.2, nous allons suivre un protocole précis. Ce protocole consiste, pour chacune des questions liées à une hypothèse, à comparer la moyenne du ROI% des parieurs ayant choisi la réponse A à la question, avec la moyenne du ROI% des parieurs ayant choisi la réponse B à cette même question (idem pour les réponses C, D, E ou F lorsqu'il y en a). Pour chaque résultat à une question, ce protocole va nous permettre de voir les variations du ROI% moyen des parieurs. Une hypothèse sera confirmée (et considérée Vraie) en cas de variation significative du ROI% entre les diverses réponses à la question à laquelle elle est liée. Sans variation significative du ROI% entre les différentes réponses à une question, l'hypothèse sera infirmée (et considérée Fausse). Afin de faciliter la relecture rapide du paragraphe et voir rapidement le bilan de la vérification, nous indiquerons en police rouge les hypothèses rejetées et en vert les hypothèses validées.

- Hypothèse 1 :

L'ancienneté, en termes de jeu, d'un parieur sportif est un facteur clé de sa réussite

Expérience

R0I%

A) Moins de 2 ans

-12,96

B) Entre 2 et 5 ans

-3,51

C) Plus de 5 ans

-11,87

 

TOTAL

-8,66

Résultats de -13 à -4

Pas de variation majeure du ROI% => l'hypothèse 1 est infirmée.

L'interprétation peut être double : soit la prédiction reste, dans tous les cas, difficile ; soit le vieux parieur a pris des habitudes, ne corrige pas ses défauts et obtient donc un ROI% faible.

- Hypothèse 2 :

L'étendue des connaissances sportives d'un parieur constitue un facteur de réussite

Connaissances

R0I%

A) 0/5

-

B) 1/5

-100,00

C) 2/5

-45,00

D) 3/5

-28,05

E) 4/5

6,14

F) 5/5

50,14

 

TOTAL

-8,66

Résultats de -100 à +50

34

Variation significative et allant dans le sens de l'hypothèse => l'hypothèse 2 est validée. Nous observons une nette proportionnalité entre la connaissance et la réussite.

- Hypothèse 3 :

Limiter le nombre de matchs par pari est un facteur de réussite pour le parieur.

Match(s)/pari

R0I%

A) 1 ou 2

9,70

B) 3 ou 4

-25,95

C) 5 et +

-44,14

 

TOTAL

-8,66

Résultats de -44 à +10

Variation significative et allant dans le sens de l'hypothèse => l'hypothèse 3 est validée. L'attrait du pari multiple tient à la multiplication des cotes entre-elles et à l'importance du gain potentiel. Nous voyons ici que gagner souvent est plus impactant que gagner beaucoup.

- Hypothèse 4 :

Limiter le nombre de sports sur lesquels le parieur mise est un facteur de réussite.

Sport(s) pariés

R0I%

A) 1 ou 2

-6,47

B) 3 ou 4

-8,92

C) 5 ou 6

-10,59

D) 7 et +

-16,50

 

TOTAL

-8,66

Résultats de -17 à -6

Variation insuffisamment étendue pour valider l'hypothèse => l'hypothèse 4 est infirmée. De tous les résultats obtenus, celui-ci est le plus surprenant. Pas tant pour le faible écart en faveur du parieur focalisé sur peu de sports que pour sa contradiction (apparente) avec les résultats de l'hypothèse 2. La conclusion est que la facilité d'accès aux informations offerte par Internet permet aux parieurs de suivre plusieurs sports avec un niveau plutôt correct bien que restant insuffisant pour augmenter leur réussite.

- Hypothèse 5 :

Le temps passé à analyser un pari permet d'améliorer la réussite d'un parieur.

Résultats de -14 à -4

Temps/pari

 

R0I%

A) Moins de 15 minutes

-4,19

B) Entre 16 et 30 minutes

-13,84

C) Entre 31 minutes et 1 heure

-4,83

D) Plus d'1 heure

-8,50

 

TOTAL

-8,66

35

Pas de variation majeure du ROI% => l'hypothèse 5 est infirmée.

Ce résultat conforte l'avis exprimé par Julien MIRABEL lors de notre interview : « il n'est pas forcément bénéfique de passer trop de temps en préparation car on risque de se perdre ».

- Hypothèse 6 :

L'information prioritaire prise en compte par le parieur influe sur sa réussite.

Résultats de -41 à +29

Information sportive

 

R0I%

A) L'avantage de jouer à domicile

10,13

B) L'influence du classement général

-26,40

C) L'historique entre les 2 équipes

-41,46

D) La forme récente

-27,36

E) L'enjeu

19,50

F) L'effet causé par la fatigue

28,83

 

TOTAL

-8,66

Variation majeure du ROI% => l'hypothèse 6 est validée.

Les parieurs qui prennent en compte de façon prioritaire l'avantage de jouer à domicile, l'enjeu ou l'effet de la fatigue ont une réussite nettement meilleure que les autres parieurs.

- Hypothèse 7 :

La fréquence de recherche d'informations avant un pari est un facteur de réussite.

Résultats de -19 à -8

Fréquence d'analyse

 

R0I%

A) Jamais

-

B) Rarement

-18,83

C) Parfois

-8,38

D) Souvent

-7,98

E) Toujours

-7,86

 

TOTAL

-8,66

Pas de variation majeure du ROI% => l'hypothèse 7 est infirmée.

Ici encore, le résultat peut surprendre. En fait, il montre que le parieur est en constante captation et s'approprie l'information externe en la transformant en information interne.

- Hypothèse 8 :

L'importance attribuée par un parieur à ces informations améliore sa réussite.

Résultats de -48 à +17

Importance des informations

 

R0I%

A) Faible

-48,00

B) Modérée

-34,21

C) Importance

0,56

D) Capitale

17,43

 

TOTAL

-8,66

36

Variation significative et allant dans le sens de l'hypothèse => l'hypothèse 8 est validée.

La relation (quasi linéaire) entre le fait d'accorder de l'importance aux informations sportives avant de parier et la réussite globale du parieur est très nette.

37

- Hypothèse 9 :

Le type de sources d'information étudié par un parieur sportif influe sur sa réussite.

Type de source d'information

R0I%

A) Sites officiels des clubs

-17,00

B) Site d'actualité sportive

-3,69

C) Forums de paris sportifs

-10,84

D) Sites de statistiques

-10,35

 

TOTAL

-8,66

Pas de variation majeure du ROI% => l'hypothèse 9 est infirmée.

Nous constatons ici qu'en pratique, la source importe assez peu. Seul le contenu affecte la réussite du parieur... ainsi que sa capacité à tirer les bonnes conclusions de ces informations.

- Hypothèse 10 :

Plus un parieur se préoccupe de trouver des « value bet », meilleure est sa réussite.

Cotes

R0I%

A) Je joue ce que je pense sans me préoccuper des cotes

-48,43

B) Les cotes ont un impact limité sur mes choix

-32,94

C) Je ne joue que les cotes qui me semblent intéressantes

-9,14

D) Je compare systématiquement mon estimation de l'issu d'un match avec la probabilité induite par la cote

34,94

 

TOTAL

-8,66

Variation significative et allant dans le sens de l'hypothèse => l'hypothèse 10 est validée. Les réponses à la question associée nous rappellent qu'il existe plusieurs types de parieurs. Le parieur dilettante qui simplement s'amuse à parier pour son équipe favorite et le parieur amateur qui n'oublie pas que le but premier de parier est de rentabiliser ses mises et de gagner de l'argent pour financer ses prochains paris et pouvoir continuer à parier.

- Hypothèse 11 :

Un parieur « réfléchi » a plus de réussite qu'un parieur « intuitif ».

Personnalité

R0I%

A) Logique et réfléchi. Parier vous demande du temps et un effort important car vous vous basez sur des recherches de statstiques et d'informations sportives.

-11,07

B) Intuitif et immédiat. Vous vous basez sur votre expérience, ce qui vous demande un effort moins important.

-6,83

 

TOTAL

-8,66

Pas de variation majeure du ROI% => l'hypothèse 11 est infirmée.

Nous pouvons dire heureusement ! En effet, s'il suffisait de préparation et de réflexion pour réussir ses paris, le pari disparaitrait faute d'excitation pour le parieur et d'intérêt économique pour le bookmaker.

38

3.3) Enseignements issus des résultats et préconisations

Comme mentionné au chapitre 1.3.2, nous avons listé les diverses variables susceptibles d'affecter l'issue d'une rencontre et, par voie de conséquence, d'influencer les décisions d'un parieur-type. De l'analyse de ces variables, nous avons tirés 11 hypothèses s'appuyant sur les différences comportementales que pouvait présenter un parieur avant d'effectuer un pari. Dans le but de vérifier la validité de ces hypothèses, nous avons affecté à chacune d'entre elles une question simple et, via un formulaire de type QCM, les avons posées à un panel de parieurs. Les réponses des joueurs interrogés ont permis d'établir le profil du joueur français lambda et de brosser son mode de fonctionnement lors de l'élaboration d'un pari.

Le parieur actuel est très majoritairement un homme ; il est plutôt jeune et il joue depuis quelques années ; il s'intéresse peu de savoir s'il est gagnant ou perdant sur l'ensemble des paris qu'il effectue (aucun n'a pu donner la valeur de son ROI% avant qu'on ne le calcule) ; il s'estime avoir un niveau de connaissances sportives plutôt correct et joue en majorité moins de 3 matchs par pari ; il mise sur plusieurs disciplines sportives et prépare systématiquement ses paris ; il est sensible à tout ou partie des informations sportives à sa disposition et son outil de prédilection pour glaner lesdites informations est Internet ; il préfère se fier à la cote plutôt qu'à la probabilité qu'elle induit et il se définit comme un joueur d'instinct plus que calculateur.

Rappelons que la taille de l'échantillon sondé a été calculée sur la base d'un taux de confiance de 95 % et que les résultats présentés sont affectés d'une marge d'erreur de 5 %.

Afin d'éviter tout risque d'erreur dans la recopie des réponses, le questionnaire a été présenté sur l'écran du PC portable utilisé pour se connecter au site et calculer le ROI% des sondés. Les réponses ont ainsi été cochées directement dans le logiciel d'enquête et d'analyse de données.

Les résultats obtenus ne sont pas exactement ceux que l'on s'attendait à avoir. En effet, sur les 11 hypothèses bâties d'après l'analyse des paramètres précités, cinq seulement se sont avérées.

39

Nous allons passer en revue les hypothèses qui ont été confirmées par les résultats de l'enquête et, de la même manière, nous allons résumer les hypothèses « réputées )) vraies mais qui ont été infirmées par le sondage.

La première variable qui est confirmée concerne le lien étroit qu'il existe entre la réussite d'un pari et l'étendue des connaissances sportives du parieur. Il semblait assez logique de penser qu'un parieur qui mise sur l'équipe qu'il affectionne et/ou supporte sans connaître les spécificités de la compétition concernée (championnat de France, Ligue 1, Coupe d'Europe ou Ligue des champions) ni des contraintes du moment (suspension, blessures, météo, etc.) a moins de chances de faire des paris gagnants qu'un joueur bien informé. Le résultat ne laisse aucune ambiguïté et seuls les spécialistes s'avèrent avoir un ROI % moyen positif.

La seconde hypothèse vérifiée concerne le nombre de matches misés par pari. D'un point de vue purement mathématiquement, plus ce nombre est grand, plus le risque est élevé. Bien évidemment, il existe des stratégies personnelles mais les résultats sont sans équivoques.

Le troisième paramètre pressenti à juste titre comme influençant la réussite du parieur est la nature de l'information qu'il privilégie. Certaines informations ont un impact très relatif sur l'issue du match alors que d'autres sont visiblement capitales pour gagner ses paris. L'hypothèse suivante corrobore celle-ci puisque les résultats montrent que ne pas attacher d'importance à ces informations en général a un impact délétère sur la réussite du parieur.

La cinquième et dernière hypothèse validée relève, elle aussi, des mathématiques. Les parieurs ne se souciant pas des cotes ni de vérifier s'il y a « value bet )) gagnent moins que ceux y veillant.

Parmi les 6 hypothèses infirmées par les résultats de l'enquête, l'ancienneté du parieur n'affecte pas positivement ses performances alors que l'on aurait pu croire que plus on joue depuis longtemps, meilleure est notre prédiction. Le pari reste une pratique incertaine.

Le fait de miser sur de nombreux sports laissait imaginer une augmentation du risque et donc une réduction de la réussite du parieur. En pratique, il n'y a pas d'effet notable. Les parieurs

40

trouvent sur Internet toutes les informations nécessaires pour devenir des spécialistes dans plusieurs disciplines. Ne pas avoir d'impact sur la réussite sous-tend que les bons parieurs sont bons dans plusieurs sports et les parieurs médiocres restent médiocres dans plusieurs sports.

De la même manière, une plus grande fréquence d'analyse des informations pouvait laisser présager une amélioration de la réussite or il n'y a pas d'effet notable. Cette donnée montre qu'il n'est pas suffisant de rechercher des informations, il faut savoir en tirer la quintessence.

L'hypothèse suivante infirmée concerne l'origine des informations sportives. Si les sites d'actualités sportives semblent bien un peu plus porteurs que les autres sources, la différence n'est pas notable en termes d'incidence sur la réussite du parieur, c'est-à-dire sur son ROI %.

La dernière hypothèse qui ne s'est pas vérifiée concerne le type du parieur : réfléchi ou intuitif. Le parieur « réfléchi » a bien une réussite légèrement meilleure que le parieur « immédiat » mais pas suffisamment pour permettre de valider l'hypothèse associée.

Nous clôturerons ce paragraphe par des préconisations destinées à aider les parieurs à améliorer leur réussite. Pour ce faire, nous allons dresser le portrait du parieur « modèle ». Le parieur modèle possède d'excellentes connaissances sportives ; il ne mise jamais sur plus de 2 matches par pari ; il attache de l'importance à toutes les informations sportives et prioritairement au jeu à domicile, à la fatigue du moment et l'enjeu de la partie.

41

CONCLUSION

La réalisation de cette étude m'a appris de nombreuses choses sur les paris sportifs et également sur moi-même, sur ma manière de travailler et sur ce que m'a apporté l'école. Ce fut une excellente expérience et une véritable source d'enrichissement personnel.

La rédaction de ce mémoire m'a obligé à mieux gérer mon temps et à organiser mes idées. J'ai effectué un long travail de mise en place du sujet et de la problématique, de réflexion et de recherches préalablement à la rédaction. Au cours de mon travail, j'ai rencontré moult difficultés que j'ai dû surmonter. Elles m'ont imposé de trouver des solutions et appris à ne pas baisser les bras devant les difficultés mais à insister jusqu'à trouver la parade. Le premier jour de distribution de mon questionnaire a été catastrophique. En effet, j'ai été confronté à la méfiance des personnes interrogées et il a été très difficile d'obtenir les informations cruciales indispensables à mon analyse. J'ai par la suite tiré une grande satisfaction personnelle de mon idée de créer un mini-concours pour contourner l'obstacle.

Je ne regrette pas d'avoir fait le choix de distribuer mon questionnaire dans un mode « face à face » car cela m'a donné une expérience terrain et j'ai apprécié le contact avec les gens. J'ai d'ailleurs été agréablement surpris de constater que, une fois passer la crainte initiale, les gens étaient autant réceptifs. La plupart des parieurs était enthousiaste à l'idée de m'aider dans la réalisation de mon étude.

Avec du recul, je me rends compte que certaines qualités ont été indispensables à la réalisation de mon mémoire. Notamment mon esprit logique dans la création d'hypothèses cohérentes et de questions associées. Le deuxième type de difficulté rencontré au cours de ce mémoire a été rédactionnel. Il m'a fallu y passer beaucoup de temps et retravailler plusieurs fois les textes pour avoir un résultat satisfaisant. De plus, la consigne imposée de 30 pages de « corps de texte » m'a obligé à développer mon esprit de synthèse afin de réduire à l'essentiel, toutes mes idées et recherches.

Au cours de cet exercice j'ai introduit de nombreuses notions apprises lors de mes années d'études à la Sports Management School. Les cours d'histoire de M.BLAY m'ont aidé à rédiger l'introduction et grâce aux cours de statistiques de M.IRR, j'ai eu plus de facilité à comprendre les diverses formules rencontrées au cours de mes recherches. Idem pour la création d'un diagramme de Gantt que nous a enseigné M. MIETE en cours de Marketing.

42

Dans le mémoire, pour le traitement des réponses à mon questionnaire et surtout pour la validation des hypothèses, j'ai utilisé le logiciel SPHYNX. Le maniement de ce logiciel nous a été appris dans un cours donné en première année et je n'ai pas rencontré de difficulté lors de la phase exploitation de l'enquête. Je peux donc affirmer que j'ai acquis bien des connaissances durant ces 3 années passées à la Sports Management School et qu'avant d'assister à ces cours, j'aurais été incapable de réaliser un travail d'une telle envergure.

Les notions apprises à la S.M.S ont indéniablement amélioré l'efficacité de mon travail. Grâce aux recherches bibliographiques et webographiques, j'ai moi-même appris de nouvelles méthodes et approches sur les paris sportifs. Par exemple, je ne me rendais pas compte que lorsque les parieurs jouaient en grand nombre sur une même équipe, les bookmakers diminuaient la cote du favori afin de réduire les risques financiers.

L'interview de Julien MIRABEL m'a donné envie d'approfondir mes connaissances dans le domaine des paris sportifs. En effet, il est très expérimenté dans ce créneau et j'aspire maintenant à devenir, comme lui, un professionnel des paris sportifs.

Les résultats de mon étude et la réponse à la problématique m'ont moi-même étonné. Je ne pensais pas que le comportement des parieurs influençait autant leur réussite. Cette conclusion me pousse à modifier mon comportement de jeu pour améliorer ma propre réussite et à entreprendre d'autres recherches pour continuer mon apprentissage.

La réalisation de ce mémoire m'a demandé beaucoup de temps. J'ai pris plaisir à effectuer des recherches et à réaliser mon enquête sur ce sujet. Le temps et le travail que j'y ai spontanément consacré confirment mon profond attrait pour les paris sportifs.

Je tire beaucoup de fierté du résultat de ce travail et si mon mémoire obtient le succès escompté, j'ai en tête d'en réaliser un second, consacré à l'étude détaillée du Loto Foot 15. Comme dit précédemment, nous sommes en pleine ère de développement et de démocratisation des paris sportifs et, selon moi, cet essor ne fait que commencer. Sans sombrer dans la Science-Fiction, on sent que l'évolution des technologies et des moyens de communication à l'étude (comme les télévisions de poignet, les paiements sécurisé via les cartes SIM ou les chipsets « plogués » directement sur la boîte crânienne) vont encore accentuer le phénomène dans les décennies à venir. Ce constat, rattaché à mon goût pour les paris sportif, fait que je souhaite bâtir mon projet professionnel dans ce domaine.

43

ANNEXES

Table des annexes :

 


·

Annexe 1 : Bibliographie

43


·

Annexe 2 : Diagramme de Gantt

45


·

Annexe 3 : Le questionnaire

46


·

Annexe 4 : Deux places pour PSG-LYON au Parc des Princes au salon Orsay

47


·

Annexe 5 : Résultat brut pour chaque question de l'enquête

48


·

Annexe 6 : Charte contre le plagiat

52

44

Annexe 1 : Bibliographie

~ WEBOGRAPHIE

http://www.gwu.edu/~forcpgm/2011-003.pdf

Herman Stekler et Andrew Klein, «Predicting the Outcomes of NCAA Basketball Championship Game», paru en juillet 2011, contient 14 pages. Consulté en Août 2014.

http://www.cairn.info/zen.php?IDARTICLE=SM0650009

Samuel Aupetit, « Influence du lieu de la rencontre sur la performance sportive (match à domicile ou à l'extérieur) : une analyse critique » publié dans Movement & Sport Sciences 2008/3, n° 65, contient 9 pages et édité par EDP Sciences. Consulté en Juillet 2014.

http://www.optigede.org/sites/default/files/fichiers/M2-Modesadministrationquestionnaire2cor0.pdf

« Choisir un mode d'administration d'un questionnaire», fiche méthode n°2 contient 3 pages, consulté en Août 2014 (information trouvée en page 3)

http://www.easytest.fr/guide/lequestionnaire/latailledelechantillon.php Article « le questionnaire » sur easytest, consulté en Août 2014.

http://www.economie.gouv.fr/files/notedinformationndeg40.pdf

Jean-Michel COSTES, Vincent EROUKMANOFF et Marie-Line TOVAR, « Les joueurs de paris sportifs et hippiques en ligne » paru dans « Les notes de l'Observatoire des jeux n° 4 » en mai 2014 (4 pages). Page 3 consultée en Juillet 2014.

http://biblos.hec.ca/biblio/memoires/2012NO19.PDF

Marc Di Gaspero, « Les déterminants de la performance des parieurs sportifs sur internet », paru à Montréal en Mai 2012, contient 258 pages. Consulté en Juillet 2014.

45

http://www.revue-pouvoirs.fr/De-Francois-Ier-au-pari-en-ligne.html

Jean-Louis HAROUEL, « De François Ier au pari en ligne, histoire du jeu en France », Pouvoirs, revue française d'études constitutionnelles et politiques n°139, p.5-14. Consulté en Juillet 2014

· BIBLIOGRAPHIE

Forrest D. et Simmons R., «Forecasting sport: the behaviour and perfomance of football tipsters», volume 16, pages 317-331, issue n°3 du Journal of Forecasting paru en juillet 2000.

Goddard J. et Asimakopoulos I., «Forecasting football results and the efficiency of fixed-odds betting», volume 23, pages 1-76, issue n°1 du Journal of Forecasting paru en janvier 2004.

Mirabel J., « L'indispensable des paris sportifs » paru en France et édité par Hugo Sport en Mai 2014, contient 159 pages.

Pavée F., « Paris sportifs, mode d'emploi » paru en France et édité par RMC sport en Mai 2010, contient 127 pages.

Toulemonde Q., « Les paris sportifs en ligne, comprendre-jouer-gagner » paru en France et édité en Mai 2011 par Amphora, contient 350 pages.

46

Annexe 2 : Diagramme de Gantt Planning de mon travail, fait le 13 Juillet 2014

47

Annexe 3 : Le questionnaire

Voici le questionnaire dans son intégralité :

Sexe :

A) Homme B) Femme

Quel est votre age ?

A) 18-30 ans B) 31-45 ans C)46-60 ans D) 61 ans et +

Depuis combien de temps jouez-vous aux paris sportif ?

A) Moins de 2 ans B) Entre 2 et 5 ans C) Plus de 5 ans

Notez vos connaissances sportives sur 5.

A) 0/5 C) 2/5 E) 4/5

B) 1/5 D) 3/5 F) 5/5

En moyenne, combien de match(s) jouez-vous dans un pari ?

A) 1 ou 2 B) 3 ou 4 C) 5 et +

Au cours du dernier mois, sur combien de sport(s) différents avez-vous parié?

A) 1 ou 2 B) 3 ou 4 C) 5 ou 6 D) 7 et +

Lorsque vous analysez un pari, combien de temps cela prend-il en moyenne ?

A) Moins de 15 minutes

B) Entre 16 et 30 minutes

C) Entre 31 minutes D) Plus d'1 heure
et 1 heure

Parmi ces 6 informations, laquelle vous parait-être la plus importante ?

A) L'avantage de jouer à domicile

C) L'historique entre E) L'enjeu

les 2 équipes

B) L'influence du F) L'effet causé par la

D) La forme récente

classement général fatigue

A quelle fréquence analysez-vous les informations sportives avant un pari ?

A) Jamais B) Rarement C) Parfois D) Souvent E) Toujours

Quelle importance attribuez-vous aux informations sportives citées à la question 9 ?

A) Faible B) Modérée C) Importance D) Capitale

Parmi ces types de source d'information, lequel vous semble être le plus important ?

A) Sites officiels des B) Site d'actualité C) Forums de paris D) Sites de

clubs sportive sportifs statistiques

Pour vous, qu'elle est l'importance des cotes dans les paris sportifs ?

C) Je ne joue que les cotes qui me semblent intéressantes

D) Je compare systématiquement mon estimation de l'issu d'un match avec la probabilité induite par la cote

A) Je joue ce que je pense sans me préoccuper des cotes

B) Les cotes ont un impact limité sur mes choix

Votre pari est selon vous :

A) Logique et réfléchi. Parier vous demande du temps et un effort important car vous vous basez sur des recherches de statstiques et d'informations sportives.

B) Intuitif et immédiat. Vous vous basez sur votre expérience, ce qui vous demande un effort moins important.

48

Annexe 4 : Deux places pour PSG-LYON au Parc des Princes au salon Orsay

Voici les places du match auquel j'ai accompagné le gagnant du mini-concours, le dimanche 21 Septembre. Bravo à Monsieur Fabrice Maze.

49

Annexe 5 : Résultat brut pour chaque question de l'enquête

Question 1 : Sexe

Question 2 : Quel est votre âge ?

Question 3 : Depuis combien de temps jouez-vous aux paris sportifs ?

Question 4 : Quel est votre retour sur investissement ?

50

Question 5 : Notez vos connaissances sportives sur 5.

Question 6 : En moyenne, combien de match(s) jouez-vous dans un pari ?

Question 7 : Au cours du dernier mois, sur combien de sport(s) différents avez-vous parié ?

Question 8 : Lorsque vous analysez un pari, combien de temps cela prend-il en moyenne ?

51

Question 9 : Parmi ces informations, laquelle vous paraît-être la plus importante ?

Question 10 : A quelle fréquence analysez-vous les informations sportives avant un pari ?

Question 11 : Quelle importance attribuez-vous aux informations citées à la question 9 ?

Question 12 : Parmi ces types de source d'information, lequel vous semble être le plus important ?

52

Question 13 : Pour vous, quelle est l'importance des cotes dans les paris sportifs ?

Question 14 : Votre pari est selon vous réfléchi ou intuitif ?

53

Annexe 6 : Charte contre le plagiat

=. rl:Nf': L''NdJ;f:M: N- ......:: :

PORT MA AGEMENT CH OL

54

Certaines règles de propriété intellectuelle doivent être respectées

LES REFERENCES

Les renvois à d'autres passages du mémoire (illustrations, exemples, précisions, détails) qui n'ont pas leur place dans le corps du texte doivent être clairement indiqués en notes de bas de page de cette manière cf. infra page

ou supra page.

LES CITATIONS

Tout emprunt cité textuellement doit être placé entre guillemets et accompagné d'une référence complète en note

de bas de page ;

Notes de bas de page de livres

Notes de bas de page d'articles de

Notes de bas de page de sites

revues

Internet

 
 
 

Nom de l'auteur, initiale de son
prénom, titre du livre,
lieu d'édition, maison d'édition,
date, nombre de pages.

Nom de l'auteur, initiale de son
prénom, « intitulé de l'article »,
nom et numéro de la revue, date,
pages citées.

Nom et prénom de l'auteur, titre,
URL du site, date de consultation
de la page

Les citations doivent correspondre exactement au texte original : l'auteur est responsable de leur exactitude. Si elles sont courtes (1 A 2 lignes), les citer dans le texte, entre guillemets ; si elles sont plus longues (plus de 2 è 3 lignes), les sortir du texte, indiquerparun retrait A gauche, un espace avant et un espace après, sans guillemets et les références entre parenthèses, en choisissant une police de caractère plus petite. Toutes les citations en

langues étrangères seront traduites, l'original figurant éventuellement en notes. Les expressions latines

apparaissent en italique.

LA BIBLIOGRAPHIE

Le classement doit être par ordre alphabétique d'auteuret quand il y a plusieurs parutions pour un même auteur par ordre chronologique de parution. Il y a des normes bibliographiques A respecter.

Normes concernant les livres

Normes concernant

Normes concernant

les articles de revues

les sites Internet

 
 
 

Nom de l'auteur, initiale de son
prénom, titre du livre,
lieu d'édition, maison d'édition,
date, nombre de pages.

Nom de l'auteur, initiale de son
prénom, 's intitulé de l'article 's,
nom et numéro de la revue, date,
pages citées.

Nom et prénom de l'auteur, titre,
URL du site, date de consultation
de la page

Je soussignée) Clément BATTISTINI reconnais avoir pris connaissance du document d'informations sur les règles de Propriété Intellectuelle et m'engage ia les avoir respectées dans le document.

Le 13 octobre 2014

Signature

 

Le plagiat est passible de sanctions disciplinaires. Attention â tous les documents que vous rendez.

55

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS 2

SOMMAIRE 3

INTRODUCTION 4

1) Présentation du pari sportif et de son environnement

1.1) Détection de la problématique et objectif visé par ce mémoire 7

1.2) Principe du pari sportif 9

1.2.1) Etapes à effectuer pour placer un pari 9

1.2.2) La notion de « cote » 9

1.2.3) Live betting/Paris différés 12

1.2.4) Orientation du mémoire 12

1.3) Analyse des facteurs influençant la réussite d'un parieur 13

1.3.1) Les indicateurs de réussite d'un parieur sportif 13

1.3.2) Les facteurs ayant un impact sur la réussite d'un parieur 13

2) Analyse du comportement des parieurs

2.1) Interview de Julien Mirabel : consultant dans les paris sportifs 19

2.2) Hypothèses induites par l'analyse des facteurs 22

2.3) Création du questionnaire et technique de distribution 25

2.3.1) Création du questionnaire 25

2.3.2) Technique de distribution 27

3) Résultat de l'enquête et préconisations

3.1) Résultat du sondage 31

3.2) Vérification des hypothèses posées 34

3.3) Enseignements issus des résultats et préconisations 38

CONCLUSION 41

ANNEXES 43

Tables des annexes :

· Annexe 1 : Bibliographie 44

· Annexe 2 : Diagramme de Gantt 46

· Annexe 3 : Le questionnaire 47

· Annexe 4 : Deux places pour PSG-LYON au Parc des Princes au salon Orsay 48

· Annexe 5 : Résultat brut pour chaque question de l'enquête 49

· Annexe 6 : Charte contre le plagia 53

56

TABLES DES MATIERES 55

MANAGEMENT

Prénom : Clément Nom : BATTISTINI

Titre du document : En quoi le comportement d'un parieur influence-t-il sa réussite ?

Résumez très succinctement le propos de votre document.

L'objectif de ce mémoire est d'étudier les habitudes du parieur sportif et de découvrir de quelle manière ces habitudes peuvent affecter son efficacité et la réussite de ses paris. Nous avons posé 11 hypothèses et rédigé 14 questions induites. Nous avons réalisé un sondage auprès d'une population de 104 parieurs sportifs (voir calcul de ce nombre dans l'étude) et avons saisi toutes les réponses dans un logiciel spécialisé.

Nous avons ensuite analysé ces réponses à la lumière du %ROI des parieurs sondés, calculé sur leurs 15 derniers paris. Nous souhaitons identifier quelle habitude de comportement représente un défaut à corriger ou constitue une qualité à viser ainsi que déterminer quel paramètre, contrairement à ce que l'on pourrait s'attendre, n'influence pas réellement la réussite d'un parieur.

Nous serons récompensés si quelques parieurs pouvaient, en s'inspirant des préconisations de ce mémoire, améliorer sensiblement leur réussite globale en paris sportifs.

Mots clés : Sport / Pari / Retour sur investissement / Réussite

Sum up your document.

The target of the present document is to study the habits of the sport gamblers and look in which way those habits may affect the efficiency and success of their gambles.

We ponder about 11 hypotheses and write to 14 questions linked to them.

We interviewed 104 sport gamblers (number being calculated in the study) and fill up a formulary into specialized software to register their answers. Then we analyzed the gambler answers with regard to %ROI of their last 15 gambles. We wish to highlight which habit is a default to be corrected or a quality to try to get and which parameter, in opposition with what we could expect, is not strongly affecting the result of the gambles. We will be glad if some guide lines could be applied by some the sport gamblers to improve their success.

Key words: Sport / Gamble / Return on Investment / Success