WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'hypothèse de la relance de la gestion d'une agglomération: le cas de l'aire métropolitaine de Port-au-Prince

( Télécharger le fichier original )
par Carline JOSEPH
CTPEA - Maitre en Développement Urbain et Régional ( option gestion urbaine) 2011
  

sommaire suivant

CENTRE DE TECHNIQUES DE PLANIFICATION ET D'ÉCONOMIE APPLIQUÉE

(CTPEA)

ESSAI PRÉSENTÉ

COMME EXIGENCE PARTIELLE DU PROGRAMME DE MAÎTRISE

EN DÉVELOPPEMENT URBAIN ET RÉGIONAL

PAR

CARLINE JOSEPH

Promotion 2001-2003

Option : Gestion Urbaine et Régionale Sepembre 2011

L'HYPOTHÈSE DE LA RELANCE DE LA GESTION D'UNE AGGLOMÉRATION :

Le cas de l'Aire Métropolitaine de Port-au-Prince

REMERCIEMENTS

Ce travail a pu être réalisé grâce à la collaboration et l'encouragement d'une multitude de personnes.

J'exprime ma reconnaissance aux institutions et agences qui ont rendu possible ma formation. Parmi les toutes premières, je peux citer l'Université d'État d'Haïti (UEH) ; le Centre de Techniques et de Planification et d'Économie Appliquée (CTPEA); l'Agence Canadienne de Développement Internationale (ACDI) qui a contribué financièrement à la mise en place et à la réalisation du programme de maîtrise en développement urbain et régional au CTPEA en Haïti en partenariat avec le Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE).

Je remercie le Directeur Général du CTPEA monsieur Oswald TRISTANT, la coordonnatrice du Programme madame Sabine MALEBRANCHE et tous les professeurs qui ont dispensé les cours pendant toute la durée du programme et qui ont contribué à ma formation.

Des remerciements particuliers vont à monsieur Lionel F. HENRIQUEZ qui avait accepté de diriger mon travail ; son attitude positive, ses conseils m'ont été d'une grande utilité.

Je tiens à remercier, monsieur Joseph J. JASMIN et monsieur Gardy H. REMY, tous deux, membres de mon groupe de travail au CTPEA pour leur encouragement. Je ne peux pas oublier mes amis et collègues de travail, monsieur Dagobert ELISEE, monsieur Joses JEAN -BAPTISTE, monsieur Jean-Baptiste ANTENORD, madame Jessie E. BENOIT, qui ont joué un rôle important quand je voulais tout abandonner.

Un merci spécial aux personnels du CTPEA, de la Faculté des Sciences Humaines (FASCH), de l'Institut Haïtien de Statistiques et d'Informatique (IHSI), du ministère de la Planification et de la Coopération Externe qui m'ont fourni des documents et m'ont autorisé à faire des recherches.

Je suis reconnaissante, enfin, à ma famille, ma mère, madame veuve Polixène JOSEPH, mon frère Pierre JOSEPH, mes deux soeurs Ruth et Néhémie dont la contribution et le soutien à la réalisation de ce travail n'étaient pas les moindres.

RESUMÉ

L'Aire Métropolitaine de Port-au-Prince (AMP), l'agglomération urbaine la plus peuplée de la République d'Haïti, devient au cours de ces dernières années une préoccupation, non seulement pour les chercheurs et les gouvernants, mais aussi pour les citoyens haïtiens. L'intérêt porté sur la relance de la gestion de cet espace explique le visage hideux de la macrocéphalie de l'AMP et particulièrement des profonds changements enregistrés. Elle est composée de six villes1(*) qui partagent presque les mêmes problèmes et les services en commun et présentent des signes qui obligent d'exprimer des orientations et des visions nouvelles.

En réalité, l'urbanisation anarchique, l'émergence des bidonvilles, le développement rapide du secteur informel, la dégradation de l'environnement ; l'insécurité, l'affluence des migrants vers l'AMP sollicitent des initiatives capables d'inciter la gestion urbaine, le développement urbain participatif et la promotion de la gouvernance locale.

En prenant l'hypothèse d'une issue de la diminution de la concentration humaine de l'AMP, une relance de la gestion de cette aire serait dans la dialectique d'une redistribution des fonctions administrative, politique et économique du pays, dont cette agglomération, absorbe le plus fort pourcentage. Cette relance de la gestion concernerait : d'abord, les pouvoirs et services publics qui n'exercent pas avec assez de fermeté leur rôle; ensuite les institutions responsables de la planification urbaine, ainsi que celles contrôlant les migrations, qui ont perdu leurs facultés de régulation et enfin aux citoyens et organisations qui, eux aussi, peuvent contribuer au développement et aux changements dans leur ville. Face à l'urgente nécessité de freiner le désordre urbain (ruralisation de ces villes, dégradation des conditions de vie et de l'environnement, insécurité et criminalité), le mirage '' Capital : conditions sociales et économiques meilleures '' devrait être pallié par un certain nombre de prémisses qui y seront établies.

Les départements, les petites et moyennes agglomérations haïtiennes devraient favoriser un type de décongestionnement qui profiterait à une répartition harmonieuse de la population à travers l'espace géographique. Le climat délétère de l'AMP préconise une redéfinition de cette conurbation. En conséquence, la logique de la réorganisation de cet espace conduirait donc au contrôle de sa taille, à la réorientation des flux migratoires internes vers elle, au mode d'occupation du sol et à l'incitation d'un système d'emploi moins informel, le tout en fonction d'une restructuration de cette dite agglomération en particulier et de l'espace urbain haïtien tout entier.

Enfin, la relance de la gestion de l'AMP concernerait : d'abord, les acteurs locaux, ensuite, l'État Central. Ils devraient travailler à la mise en oeuvre d'une planification urbaine assortie de stratégies globales qui conduirait à une décentralisation effective, une réduction des disparités communales et à l'intégration des migrants dans les milieux d'accueil. Ainsi, les flux migratoires seront maitrisés et les acteurs prendront ensemble des initiatives qui stopperaient progressivement l'absorption incontrôlée des zones rurales par une partie des zones urbaines puis de la plus grande agglomération urbaine du pays.

* 1 Dans mon travail, je retiens la définition de l'AMP adoptée par l'IHSI. Selon cette institution l'AMP est composée de six villes: Port-au-Prince, Delmas, Carrefour, Pétion -Ville, Tabarre, Cité - Soleil

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !