WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Faire sa bonne comptabilité et l'audit comptable

( Télécharger le fichier original )
par EPHREM ALAKINI MUHIGIRWA
Université de Douala - DEA spécialisé en Audit et Comptabilité 2014
  

précédent sommaire suivant

MENTIONS PRÉLIMINAIRES

Ce livret intitulé « faire sa bonne comptabilité et l'audit comptable » destiné essentiellement aux étudiants et cadres de la comptabilité et de finances porte sur deux parties à savoir : Faire sa bonne comptabilité et l'audit comptable. La première partie aborde les notions sous forme des questionnements et la seconde donne la notion globale pour l'audit (Qui, quoi, comment, pourquoi, quelle fin et à combien ?) plus particulièrement de la mission d'audit en république Démocratique du Congo et de la création et organisation de l'Ordre National des Experts Comptables.

La comptabilité est considérée comme une science, une technique et un art. Elle est une science car régit par des normes, des règles ou des principes de base immuables consignés dans les plans comptables généraux1. Elle est une technique des comptes parce qu'elle manipule plusieurs comptes et livres judicieusement choisis pour enregistrer toutes les opérations ou transactions affectant le patrimoine de l'entreprise; ceux-ci exigent une technicité et une doitée appropriée. Elle est un art parce qu'elle exige un ordre, une clarté, et une propreté lors de l'enregistrement des opérations et la présentation des états financiers de synthèse2.

En dehors de son rôle économico - financier qu'elle joue en donnant, dans la mesure du possible, la valeur du patrimoine, la comptabilité joue aussi un rôle juridique en fournissant des preuves nécessaires et qui font foi en justice lors que les enregistrements sont réguliers. En outre, elle fournit des informations aux agents économiques extérieurs appelés tiers (clients, fournisseurs, banques, associés, propriétaires, débiteurs et créanciers, Etat,).

La comptabilité est obligatoire surtout celle générale. Elle est régie par des dispositions légales qui donnent les normes de la tenue des comptes. Dans notre pays, la comptabilité est régie par le Conseil Permanent de la Comptabilité au Congo (CPCC) et est déjà adaptée au Plan OHADA.

1 VERHUSLT A., Comptabilité approfondie, éd. CRP, Kinshasa, 1996

2 PERNOD et FAYEL A., Comptabilité générale de l'entreprise, Manuel et application, Dunod, Paris, 1998.

6

La comptabilité tire son origine dans les anciennes civilisations et ne saurait de nos jours être négligée par n'importe quel gestionnaire3.

Pour l'audit, Il n'existe plus actuellement d'entreprise moderne gérée rationnellement qui ne recourt au service de l'audit. Celui-ci est le résultat du développement de l'entreprise qui a rendu les tâches de gestion fort complexes. Pour se rassurer que toutes les opérations de l'entreprise sont exécutées conformément aux instructions de la Direction Générale et pour savoir si les normes de gestion sont appliquées correctement par tous, dans le cadre de management, les responsables des unités décisionnelles ont été amenés à mettre en branche cette fonction de contrôle dont l'une des composantes est l'audit.

Avec la présence des multinationales, l'audit est rendu désormais incontournable. En effet, l'audit vient dissiper les interprétations différentes de la part des divers managers responsables de différentes succursales. Il convient aussi de le rappeler que les dirigeants, à tous les niveaux hiérarchiques, veulent avoir un feed-back des instructions données. Dans cette perspective, l'audit tombe tout juste à propos et passe pour une vérification et une correction de méthodes de gestion de l'entreprise. Au-delà de son souci normal, l'audit met également l'accent sur le contrôle des flux financiers de l'entreprise.

Le rôle joué par l'audit dans la conduite des affaires d'une société est désormais indéniable. Alors que son champ d'action s'étend, sa présence favorise ainsi la coopération entre des comptables, des juristes et des consultants en management. En plus, on constate un afflux de compétences tant interne qu'externe sur la gestion de l'entreprise. De nos jours, il n'est plus admissible d'ignorer l'apport combien important fourni par la révision de comptes dans la vie des affaires. Le banquier, dans sa décision d'octroi des crédits, exige entre autre des garanties, celle apportée par l'examen sérieux des états financiers attestés par un professionnel compétent et indépendant.

D'une manière générale, l'économie moderne qui distingue les propriétaires (associés) de l'entreprise d'un côté et les gérants de l'autre, entend choisir ces derniers parmi les personnes qualifiées susceptibles de satisfaire les intérêts de toutes les parties en présence. "Etant donné cette séparation entre les propriétaires de l'entreprise et les gérants, il devient presque impossible aux premiers cités de suivre par eux-mêmes l'évolution de leurs affaires. L'assemblée générale des actionnaires, les co- propriétaires de la société ainsi que l'Etat

3 Augustin MUTABAZI NGABOYEKA, Comptabilité Générale, SYSCOHADA, 1ère édition, UCB, Septembre 2014.

7

recourent à des techniciens spécialisés en matière de comptabilité, à qui ils confient la mission de les informer sur la bonne et/ ou mauvaise marche des affaires, ainsi que sur l'honnêteté des comptes présentés par les gérants. Ces spécialistes sont dénommés auditeurs, expert-comptable, réviseurs des entreprises...4

A leur tour, les gérants manquent de temps matériels et même parfois, de compétences nécessaires pour s'occuper de toutes les activités financière de l'entreprise. C'est pourquoi, ils délèguent une bonne partie de leurs responsabilités à des collaborateurs jugés compétents. Mais, cette délégation de pouvoir doit être contrôlée en permanence. Les dirigeants ou gérants s'entourent des auditeurs internes qui les informent sur l'efficacité de la gestion de leurs affaires.

De son côté, l'Etat qui est le garant (régulateur) de l'activité économique du pays veut aussi exercer un droit de regard sur toutes les entreprises. Sa démarche s'explique par le fait que ses ressources financières proviennent en majeure partie des impôts et taxes payés par les différentes sociétés oeuvrant sur le territoire national. Les experts indépendants attestent que les informations fournies par les gérants des entreprises sont fiables, incères et honnêtes.

Les travailleurs qui croient toujours au maquillage des chiffres présentés par le comité de gestion, exigent en conséquence l'audit des états financiers. C'est là un meilleur moyen de leur assurer un emploi durable pour l'avenir. Bref, nous pouvons retenir que tout le public est soucieux de connaître comment évolue chaque branche de l'activité économique nationale et par ricochet, toutes les entreprises y oeuvrant. Il n'y a dès lors que l'audit pour le rassurer. En tout état de cause, nous pouvons retenir que l'auditeur indépendant remplit une fonction sociale importante qui exige de lui un haut niveau de formation, tant morale qu'intellectuelle. Profession à la fois contraignante et exaltante, la révision comptable ne s'improvise pas. Elle suppose, au contraire, la mise en oeuvre réfléchie et concertée des moyens rationnels adaptés à la dimension et au statut de l'entreprise à auditer.

Portant sur les considérations générales, le 1er chapitre dégage sur les écritures comptables les moins usuels mais plus importantes et leur procédure de manipulation. Le second chapitre, est axé sur les normes (principes) régissant la pratique de l'audit, la profession de l'audit en République Démocratique du Congo, avec un cas pratique, à titre d'exemple va clore ce livret.

4 Seblon MPERE BOYE MPERE, Contrôle de gestion et Audit, ULPGL -Goma, 2011.

8

Il est judicieux de noter que toutes les valeurs monétaires illustrées dans ce livret aux différents exercices d'application sont exprimées en francs congolais (CDF) conformément à l'article 17 de l'acte uniforme ayant trait à la comptabilité.

Il convient en outre de rappeler que les dispositions de l'ordonnance -loi n°10/001 du 20 aout 2010, portant institution de la TVA en République Démocratique du Congo, ont été prises en compte à sa première section dans ce livret.

Pour l'audit comptable, nous avons aussi fait recours à la loi n°15/002 du 12 février 2015 portant création et organisation de l'ordre National des Experts Comptables en République Démocratique du Congo publié au cabinet du président de la République à Kinshasa.

Ephrem ALAKINI MUHIGIRWA,

Ph.D. en économie

9

précédent sommaire suivant











Moins de 5 interactions sociales par jour