WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

à‰tude et analyse de la stéréotypie dans le discours politico-médiatique. Le figaro et les discours de la droite française.

( Télécharger le fichier original )
par Wajdi Belgacem
Institut Supérieur des Etudes Appliquées en Humanité de Gafsa - Master 2014
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITÉ DE GAFSA

Institut Supérieur des Études Appliquées en Humanités
Département de français

Mémoire du mastère
(spécialité linguistique)

Étude et analyse de la stéréotypie dans le

discours politico-médiatique contemporain

Le Figaro et le discours de la Droite française

Réalisé par BELGACEM Wajdi

Sous la direction de M. FARHAT Mokhtar

2014-2015

2

Je dédie ce mémoire

A mes parents pour leurs sacrifices, leur soutien et leur confiance.

3

Remerciements

Je tiens tout d'abord à remercier mon Directeur de Mémoire Monsieur Mokhtar Farhat d'avoir accepté de diriger ma recherche et pour le temps qu'il a consacré à me fournir les dispositifs méthodologiques indispensables à la réalisation, à l'élaboration et au développement de ce travail. En fait, son dynamisme, sa bienveillance, ses compétences et sa riche expérience m'ont été d'une aide inestimable.

De même, mes remerciements s'adressent à Monsieur Saleh Mejri, professeur à l'Université de Cergy-Pontoise (Paris-13), pour sa contribution au profilage de ce sujet. C'est ainsi que son aptitude m'a permis d'entamer ma recherche tout en partant de sa précieuse directive. Egalement, je remercie Monsieur Omrane Belgacem d'avoir accepté de parcourir le travail afin de pourvoir les améliorations nécessaires.

J'adresse mes chaleureux remerciements à tous mes camarades et mes collègues pour leurs encouragements et pour l'agréable ambiance tout au long de cette période. Enfin, j'exprime ma reconnaissance à tous ceux qui ont collaboré à la réalisation de ce mémoire.

4

Table des matières

Introduction 7

Première partie

1. Etude générale de la notion de stéréotypie et catégorisation des concaténations stéréotypées

1.1. Le cheminement historico-sémantique de la notion de stéréotypie 13

1.1.1. Glissement sémantique et oscillation entre versant négatif et versant positif 13

1.1.2. L'antagonisme stéréotype - cliché 16

1.2. Analyse lexicale et typologisation des expressions figées 18

1.2.1. Les locutions grammaticales 19

1.2.2. Les locutions stéréotypées 20

1.2.2.1. Les locutions expressives ...20

1.2.2.1.1. Les expressions stéréotypées métaphoriques 20

1.2.2.1.2. Les expressions stéréotypées allusives .23

1.2.2.1.3. Les expressions stéréotypées métaphorico-allusives 24

1.2.2.1.4. Les clichés ..25

1.2.2.2. Les Enoncés stéréotypés : les formes parémiques 28

1.2.2.2.1 Les proverbes 29

1.2.2.2.2. Les slogans ..32

1.2.2.3. Les expressions idiomatiques 33

Deuxième partie

2. Stéréotypes, langue de bois et effets stylistiques

2.1. L'interdépendance entre les formules stéréotypées et la langue de bois .38

2.1.1. Synopsis et vue d'ensemble historique .38

2.1.2. Les marqueurs linguistiques et stylistiques de la langue de bois 39

2.1.3. L'interférence sémiotique et sémantique entre stéréotypes et langue de bois 40

2.2. Stéréotypes et effets de style : fausse élégance ou effet rhétorique ? 44

2.2.1. Effet de contraste avec écriture normative 45

2.2.2. Le renouvellement des expressions figées .48

2.2.2.1. Le remaniement paradigmatique ..49

5

2.2.2.2. L'emprunt lexical

 

..49

2.2.3. La mise en espace des clichés lexicalisés : stratégie d'attraction

51

2.2.3.1. Les accroches stéréotypées

52

2.2.3.1.1. La titraille

.52

2.2.3.1.2. L'attaque

54

2.2.3.2 Les chutes et les péroraisons partagées

.56

Troisième partie

3. Le fonctionnement des clichés dans le cadre d'énonciation : valeurs illocutoires et

pragmaticité

3.1. La position du sujet énonciateur dans le discours politico-médiatique

59

3.2. Stéréotypes et actes de langage

..62

3.3. Les valeurs illocutoires des actes de langage stéréotypés

..65

3.3.1. L'indignation

65

3.3.2. Le refus

.67

3.3.3. La menace et l'avertissement

68

3.3.4. La résignation

69

3.3.5. L'approbation

70

3.4. Le figement pragmatique des actes de langage stéréotypés

.72

3.4.1. Énoncés figés et contexte

..72

3.4.2. Les énoncés figés et la situation extra linguistique

75

3.4.3. Les énoncés figés et la fonction pragmatique

78

Conclusion

.81

Bibliographie

83

6

« La propagande, la communication politique et la manipulation sont des notions qui servent à caractériser la circulation des discours politiques entre les professionnels de la politique et les citoyens, au moyen des médias de masse et avec un objectif de persuasion ou d'imposition de sens »1.

Caroline Ollivier-Yaniv

1 Caroline Ollivier-Yaniv, Discours politiques, propagande, communication, manipulation, Mots. Les langages du politique, 2010, p.31

7

INTRODUCTION

Les discours politiques, les parlers médiatiques et les textes de la presse constituent une base de données dynamique qui tient à mettre à la disposition du lectorat, du public une gamme de faits réels et un ensemble d'informations actualisées associées aux paramètres inaliénables de la communication. Les propos politico-médiatiques ainsi que le registre du quatrième pouvoir illustrent, au sein d'un cadre contextuel (et co-textuel) donné, des procès véridiques découlant de l'actualité sociopolitique. Le processus de la production de cette plate-forme informative fonctionne, d'une part, à travers des contextes généraux attribués aux variantes sociales, culturelles, et intellectuelles. D'autre part, l'installation d'un tel support obéit aux contextes situationnels liés, primordialement, à la position des communicants, au positionnement des dirigeants du discours politico-médiatique. En fait, chaque unité discursive, politique ou journalistique, suggère des liens « chimériques » qui s'établissent entre les coopérateurs dans un réseau communicationnel interpersonnel.

Généralement, le texte politico-médiatique semble animé par une combine stratégique consistant à s'instrumentaliser pour accomplir un effet de propagande. Lorsqu'ils constituent un produit d'endoctrinement, les discours journalistiques et politiques fonctionnent moins qu'une armature de nouvelles qu'un ténor d'impact et de propagande. Les générateurs de cette stratégie manipulent les différentes formes langagières pour forger un discours dithyrambique ayant la potentialité de répandre une nouvelle, colporter une idée et diriger l'opinion publique. Ce processus d'influence explicite s'établit à travers l'abord des émotions et des intuitions des récepteurs. Egalement, la déformation de l'information et le camouflage des présuppositions admises constituent les données fondamentales qui caractérisent, notamment, le discours propagandiste et le discours politique en général.

Marqué par une singularité sémantico-linguistique, ce genre discursif déclenche maintes réactions et attitudes. Il est, souvent, un redit théâtral, prévisible et conforme à l'horizon d'attente, une parole publique mensongère et mythique, un discours volontaire et volontariste ou une langue de bois refaite et codée. Cet amas de jugements hétéroclites attribués au discours du pouvoir participe à la révélation d'un ensemble des traits distinctifs qui concourent à une sorte de rhétoricité politico-médiatique. Cette catégorie du discours doit être abordée comme un genre textuel, discursif autonome et muni d'une certaine cohérence textuelle et sémantique, d'une logique interne. Toute analyse de ce parler exige une prise en

8

compte de différents enjeux incorporés au processus de la médiatisation et de la représentation du discours politique dans les registres du quatrième pouvoir. En fait, il existe un ensemble de pratiques liées au mode productif, à la modification et la reformulation des énoncés politico-médiatiques. Ainsi, le texte du pouvoir constitue-t-il un tout composite regroupant le dit officiel versus le non-officiel, le formel versus le suggestif, le normatif versus le non-normatif. C'est le contraste qui constitue le germe de la manifestation des éléments lexicaux variés, dotés d'une sorte de répercussions rhétoriques, stylistiques et pragmatiques.

Contrairement à la doxa commune, le discours politico-médiatique ne représente pas un manuscrit impulsif comportant des messages spontanés, instinctifs et irréfléchis. Au contraire, le discours du pouvoir est le produit structuré d'un planning. Les composants d'un texte politico-médiatique sont disposés et représentés pour des finalités stratégiques associées au processus d'influence et à la technique de captation. L'interlocuteur, le co-énonciateur ou le lecteur subit un package de formes lexicales ayant pour visée de déclencher et d'accaparer son attention. Pour répondre à l'attente de leur récepteur, les producteurs du discours politique peuvent manipuler un ensemble de formules brèves et frappantes, des déjà-vu, des lieux communs, des conceptions figées, des images rebattues et des concaténations stéréotypées. Le recours aux formules clichées et le maniement des items stéréotypés participent, généralement, à l'installation d'une « cohérence idéologique »2. C'est ainsi que notre étude porte sur la manipulation de ces éléments figés au sein d'un genre textuel présumé remuant et évoluant. Ainsi, ce travail constituerait-il une triade analytique abordant la notion de la stéréotypie dans les textes systémiques à travers la dimension lexicale, stylistique et pragmatique.

La première partie de cette recherche s'attache à une théorisation de la stéréotypie tout en envisageant les controverses associées à la notion. A travers les études historiques et les approches sociolinguistiques qui ont abordé ce concept, nous allons fournir une illustration élémentaire de la « stéréotypisation ». Par la suite, nous embrasserons la catégorisation proposée par Charlotte Schapira dans Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules3 pour effectuer une délimitation détaillée de formules stéréotypées par le recours à des exemples et des énoncés politico-médiatiques précis.

2 Patrick Imbert, L'objectivité de la presse : le 4ème pouvoir en otage, Hurtubise HMH,Cahiers du Québec/communications, Montéral, 1989

3 Charlotte Schapira, Les stéréotypes en français, Ophrys, 1999, L'Information Grammaticale, 2002, vol. 92, n°1

9

La seconde partie sera consacrée à une mise en relief de points de convergence rhétoriques et stylistiques entre les stéréotypes, objet de notre recherche, et la langue de bois, spécificité substantielle du discours du quatrième pouvoir. Nous allons montrer que les deux notions s'interfèrent parfaitement pour participer à la rhétoricité du discours politico-médiatique. Les automatismes lexicaux et la langue de bois constituent des activités langagières complémentaires qui se recoupent afin de produire un texte suivi visant à influer les convictions des récepteurs. Dans cette même partie, nous étudierons les techniques permettant à des formules figées comme les stéréotypes et les clichés de s'imposer en tant que procédé de construction et d'influence. Ainsi, analyserons-nous, en premier lieu, les stéréotypes reformulés et renouvelés. En second lieu, nous envisagerons la position stratégique d'un énoncé tout fait dans un texte de la presse. L'étude porte sur les titres, les attaques et les couronnements figés visant à actualiser l'information.

La troisième partie de cette recherche portera sur le fonctionnement des automatismes du langage dans le cadre communicationnel. Nous essayerons de discerner les liens intrinsèques entre la stéréotypie et les actes de langage. En d'autres termes, nous aborderons la fonction illocutoire des énoncés comportant des thèmes stéréotypés. Quoique certains énoncés constituent des assertions banales d'identité informative, ils restent dotés d'un aspect pragmatique qui fait partie des compétences productives et interprétatives des communicants.

En tant qu'unité textuelle cohérente, compacte et structurée comportant un ensemble de données textuelles agencées, le texte journalistique et le discours politique constituent la plate-forme qui nous permet de visualiser le mode productif des concepts stéréotypés. C'est ainsi que Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot constatent que « le développement de la presse, puis des différentes formes de médias, l'avènement des sociétés démocratiques modernes ont crée une hantise de la stéréotypie »4. Le libellé du Figaro ou les discours de la Droite française restent-ils un choix efficient pour étudier le fonctionnement du stéréotype. Un tel support obéit à l'ensemble de paramètres relatif à la nature lexicale, contextuelle et cotextuelle du texte politique médiatisé. Ce genre se caractérise par une sorte d'homogénéité discursive permettant d'apercevoir le surgissement, l'évolution, le fonctionnement et les objectifs des données stéréotypées. L'étude de cette variante linguistique ne se réduit pas à une visualisation superficielle du sens immédiat de l'unité textuelle. En revanche, l'analyse de

4 Ruth Amossy, Anne Herschberg Pierrot, Stéréotypes Et Clichés : langue, discours, société, Nathan, Paris, 1997, p.5

10

la stéréotypie politico-journalistique exige une inspection de l'environnement linguistique et extra- linguistique. Dans son article « A quoi sert l'analyse de discours politique ? »5, Patrick Charaudeau a mis en évidence la corrélation entre l'activité langagière et les faits non-langagiers (politiques, sociaux...etc.) dans le discours politique. Il a constaté que ce genre discursif n'est pas susceptible d'être abordé hors de « l'action ». Notre recherche part de cette hypothèse qui constituera le tremplin pour envisager les procédures d'exécution propres aux formules stéréotypées et leur rapport avec les assises intérieures et extérieures d'un texte politique. Le but de notre étude est de montrer que la stéréotypie dans le discours politico-médiatique est le résultat de l'interférence d'un certain nombre de variantes textuelles, cognitives, énonciatives et situationnelles.

D'un autre coté, notre choix est motivé par la perméabilité du quatrième pouvoir aux clichés, au figement langagier, aux concaténations toutes faites et à la langue de bois. Cette perméabilité à l'automaticité linguistique découle de la fonctionnalité primordiale des éditoriaux politiques. En fait, la tâche d'un discours journalistique ne se réduit pas à reporter l'information ou à transposer l'actualité. Le journalisme a été toujours l'instrument systémique visant à soutenir l'ordre établi à travers la consolidation des notions adéquates aux expectatives de la « clientèle ». Selon Patrick Imbert, le texte journalistique « emporte la conviction et renforce, d'une manière permanente, les clichés nécessaires à la survie sociale. Ceux-ci ne sont plus que les concaténations figées de mots que l'on connait »6.

Par ailleurs, nous avons opté pour le discours de la Droite française vis-à-vis ses rapports avec les images figées et les conceptions clichées. En effet, les responsables et les partisans de la Droite manipulent une stratégie rhétorique identique afin de produire leurs propos, convaincre le lectorat et diriger l'opinion publique. Ainsi, les thèmes et les points de vue embrassés par ce clan sont-ils, souvent, réitérés et redits. C'est ainsi que Clémence Bodoc constate que « L'extrême droite manie bien la rhétorique, le langage et l'art du discours, et il est parfois difficile de déceler le message principal que ses représentants véhiculent »7.

5 Cet article est un extrait de l'ouvrage Le dialogue dans un modèle de discours, Cahiers de linguistique française, 17, Genève, Université de Genève, 1995c, pp. 141-178

6 Patrick Imbert, L'objectivité de la presse : le 4ème pouvoir en otage, Hurtubise HMH,Cahiers du Québec/communications, Montéral, 1989, p.75

7 Clémence Bodoc, Je veux comprendre... le discours de l'extrême droite en France : l'article constitue une étude systématique des discours de la Droite française publié le 7 juin 2013 dans madmoizelle.com.

11

S'interroger sur le fonctionnement des formules toutes faites dans le discours politico-médiatique exige une mise en relation entre la stabilité, dominante fondamentale des expressions toutes faites, et la variation8, particularité vitale du discours en général et du discours systémique dans le cas présent. Notre recherche tient à mettre en évidence les liens intrinsèques qui subsistent entre les clichés et les textes politico-médiatiques.

-Quelles sont les différentes récurrences des automatismes langagiers dans le discours systémique ?

-Quels rôles peuvent jouer les stéréotypes et les clichés dans un discours censé être actualisé, évoluant et mis à jour ?

-Quels sont les atouts permettant à des concaténations figées et imagées de mettre en branle le credo du realpolitik ?

8 Phi Nga Fournier, Stéréotypie et analyse de discours, Stéréotypie et Prototypie dans les methodes de FLE, Université de Rouen, 2004, p.40

PREMIERE PARTIE

12

Etude générale de la notion de stéréotypie et catégorisation
des concaténations stéréotypées

13

Avant d'entamer une analyse approfondie englobant le mécanisme et les différentes visées langagières des formules stéréotypées, nous allons essayer de circonscrire les traits historiques et lexicaux de ce phénomène. Nous commençons par un aperçu historique qui découle des différentes définitions associées à la notion de « stéréotype ». Ainsi, mettons-nous en relation les représentations générales liées aux stéréotypes avec un jugement commun défavorable, voire dévalorisant, qui a été attribué à ce fait linguistique. De même, les acceptions psychologiques et sociologiques considèrent que le « stéréotype » est une donnée figée utilisée machinalement par un locuteur lors d'une argumentation. Cependant, nous allons envisager la métamorphose sémantique qui a marqué le phénomène de stéréotypie. Ainsi, aborderons-nous les approches contredisant l'acception péjorative classique et mettant en valeur l'efficacité discursive de la stéréotypie en tant qu'instrument langagier opérationnel qui subsiste et qui assure la fluidité de la communication. Par ailleurs, nous allons fournir un synopsis qui rapproche les dénominations « stéréotype » et « cliché » pour essayer de distinguer le fonctionnement de chaque concept. D'autre part, et en partant de critères sémantico- syntaxiques, nous effectuerons une typologie qui regroupe les différentes formules figées.

1.1. Le cheminement historico-sémantique de la notion de stéréotypie

1.1.1. Glissement sémantique et oscillation entre versant négatif et versant positif Le terme « stéréotype » a été usité pour la première fois dans le secteur de l'imprimerie. Au XIXe siècle, la « stéréotypie » ou, également, le « clichage » signifiaient la reproduction perpétuelle d'un modèle fixe en masse. C'est ainsi que le TLF9 définit le stéréotype : « Cliché métallique en relief obtenu, à partir d'une composition en relief originale (caractères typographiques, gravure, photogravure, etc.), au moyen de flans qui prennent l'empreinte de la composition et dans lesquels on coule un alliage à base de plomb [...]. » A partir de 1865, « le stéréotype » est devenu le synonyme du mot « cliché » qui est une expression onomatopéique provenant du son « clic ». En photographie, ces mots ont eu le sens du « négatif » dont on peut tirer plusieurs images en série.

9 Le Trésor de la langue française (TLF) est un dictionnaire de la langue française, en 16 volumes, publié sur papier entre 1971 et 1994, puis en 2004 sous forme de cédérom. L'Analyse et traitement informatique de la langue française (ATILF) en propose une version informatisée : Le Trésor de la langue française informatisé (TLFi).

14

Tous les emplois précédents profèrent aux stéréotypes le sens figuré suivant : les stéréotypes et les clichés sont des expressions et des idées banales, toutes faites répétées et (ré) utilisées machinalement sans être analysées. Cette notion passe par un glissement sémantique qui se traduit par une mise en rapport ordinaire entre la forme d'un énoncé et son contenu. En fait, le TLF mentionne une nouvelle acception psychologique et sociologique, le stéréotype est une « Idée, opinion toute faite, acceptée sans réflexion et répétée sans avoir été soumise à un examen critique, par une personne ou un groupe, et qui détermine, à un degré plus ou moins élevé, ses manières de penser, de sentir et d'agir ». Ensuite, la notion de la stéréotypie est envisagée dans une perspective linguistique et stylistique. Selon le centre national des ressources textuelles et lexicales, les stéréotypes constituent une « Association stable d'éléments, groupe de mots formant une unité devenue indécomposable, réemployée après avoir perdu toute expressivité et avec une fréquence anormale »10.

La stéréotypie figure parmi les aspects du figement linguistique. Dans ce cadre, Roland Barthes constate que l'emploi d'un cliché est marqué par une spontanéité linguistique. Il dénonce la compatibilité de cette unité figée avec des affinités argumentatives différentes ;

« Le stéréotype, c'est le mot répété, hors de toute magie, de tout enthousiasme, comme s'il était naturel, comme si par miracle ce mot qui revient était à chaque fois adéquat pour des raisons différentes, comme si imiter pouvait ne plus être senti comme une imitation: mot sans-gêne, qui prétend à la consistance et ignore sa propre insistance ».11

Pour Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot les stéréotypes constituent « des croyances », « des clichés, images préconçues et figées », et « des manières de penser »12. La stéréotypie renvoie à une reproduction de formules et d'idées préétablies. C'est le maniement du déjà-vu pour régénérer des préjugés ancrés dans l'esprit de l'interlocuteur. Désormais, le rapport avec l'autre est présidé par des formules ritualisées. Généralement, ces images constituent tout un patrimoine culturel et social permettant de partager des « lieux communs ». Les représentations et les définitions liées aux stéréotypes sont marquées par une mutation considérable. Le terme passe d'un emploi technique, d'un sens propre vers une conception psychologique, sociale, linguistique et stylistique.

10 http://www.cnrtl.fr/definition/stéréotype

9 Roland Barthes, Le Plaisir du texte, 1973, p. 69.

12 Ruth Amossy et Herschberg-Pierrot, Stéréotypes et clichés : langue, discours et société, 1997, p.27

15

En tant que phénomène linguistique, les stéréotypes et les clichés ont été toujours mentionnés péjorativement. Les dictionnaires modernes et les critiques littéraires ne cessent de dévaloriser la notion du stéréotype et le recours, même, à cette « technique ».

Selon Charlotte Schapira, la dégradation sémantique des stéréotypes « provient [...] du fait que, sorti de son contexte technique, le terme stéréotype met en opposition la banalisation obtenue par la production en série et le caractère original du prototype, qui est unique »13. Certains sociologues, linguistes et stylisticiens ont tendance à adopter et théoriser les représentations péjoratives précédentes. Ils affirment que le recours aux formules stéréotypées n'est que le résultat d'une faiblesse stylistique provenant d'une attitude normative. C'est le manque d'originalité qui ressuscite ces « images fossilisées ». Cependant, on ne peut pas contester le fait qu'on a eu des théories qui essayent, incessamment, de remettre en question cette doxa.

Michel Riffaterre a constaté que le cliché tire son originalité de sa banalité14. Pour lui, la finalité de la stylistique et l'objectif primordial des stylisticiens ne sont pas de juger, mais de constater. Il refuse le fait que les clichés doivent être mis à une critique éthique ou à un jugement de valeur. Il est prévu que les clichés peuvent ressusciter des réactions favorables et défavorables, mais ces formules arrivent - certainement - à empreindre l'esprit du récepteur. La prise de position envers les énoncés stéréotypés (favorablement ou défavorablement) ne permet pas de dissimuler les effets de cette structure stylistique figée. Riffaterre considère que ce qui importe ce n'est pas la faveur ou la défaveur de la réaction qui peut susciter l'emploi d'un cliché, mais c'est le stimulus en lui-même. L'originalité et l'expressivité de cette unité linguistique sont le résultat de la diversité des réactions et la disparité des jugements. Dans ce même contexte, Michael Herzfeld a montré que la survie même des stéréotypes mérite d'être envisagée et étudiée davantage. Il affirme aussi que « la surprise est non pas que [les stéréotypes] soient devenus l'objet d'une attention critique, mais qu'ils soient bien vivants.». Ensuite, il constate

« Les blagues ethniques, les injures raciales, les manières d'éviter de toucher les »autres», toutes ces actions sont fondées sur des stéréotypes auxquels ceux qui y sont soumis font face

13 Charlotte Schapira, Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules, Ophrys, (collection L'essentiel français), 1999

14 Michel Riffaterre, « Fonctions du cliché dans la prose littéraire », Cahiers de l'Association internationale des études françaises », 1964, p. 83

16

de multiples manières, ethnographiquement intéressantes. À l'époque présente [...] le ressort des stéréotypes demande à être examiné de près »15.

On ne peut pas nier que les stéréotypes peuvent souvent se revêtir d'une valeur négative. Néanmoins, ils participent à la caractérisation du groupe et à la valorisation du « nous » par rapport à l'Autre. Jan Berting affirme que la construction d'une identité collective à travers les stéréotypes sert à élaborer une image cohérente de l'Autre qui s'oppose aux images généralisées. En fait, cette « pensée collectiviste » va aboutir à « la création et l'endoctrinement d'une image de nous »16.

Les différentes définitions qui se contredisent montrent que cette notion reste ambivalente et oscille, toujours, entre deux acceptions contradictoires : les stéréotypes sont « la marque visible de la dégradation du langage » ou bien restent-ils « un ingrédient indispensable de la communication »17?

1.1.2. L'antagonisme stéréotype - cliché

Bien que « stéréotype » et « cliché » véhiculent des aspects convergents, les linguistes ont essayé de dissocier les deux notions pour définir le système opérationnel de chacune. Nous nous n'attarderons pas sur l'écart sémantique entre le « cliché » et le « stéréotype », car les études et les théories qui ont abordé ce thème sont innombrables. Cependant, nous allons envisager les principaux points de divergence entre les deux concepts. Ainsi, les clichés se caractérisent-ils par leurs effets de style banals. C'est une formule stylistique figée régénérée qui semble être adéquate avec les différents stades de la communication. Le cliché recouvre une idée mise en forme. Suivant la théorie de Ruth Amossy, le cliché peut se définir comme une « figure de style lexicalisée et figée »18. Il se présente sous la forme d'une expression figée indécomposable et immuable. Selon Gabriela Scrpnic, « le cliché se réfère au plan de la langue avec ses expressions figées que les locuteurs ne peuvent modifier ni du point de vue de la forme, ni en ce qui concerne le contenu sémantique »19.

15 Michael Herzfeld. La Pratique des stéréotypes, tome 32 n°121. Anthropologie du proche, 1992.

16 Gilles Boëtsch, Christiane Villain-Gandossi, Les stéréotypes dans les relations Nord-Sud : images du physique de l'Autre et qualifications mentales, CNRS Editions, Paris, 2001, p.55.

17 Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau : Dictionnaire d'Analyse du Discours, Seuil, 2002, p.544

18 Ruth Amossy, « La notion de stéréotype dans la réflexion contemporaine », Littérature, no 73, 1989, pp. 29-46

19 Gabriela Scrpnic, L'étude du cliché journalistique en tant qu'indice de d'hétérogénéité énonciative et de communication médiée, Université «Dunarea de Jos» de Galati, 2009, p.1

17

En revanche, les stéréotypes renvoient à une conceptualisation commune et partagée. Ces formules représentent une image préconçue et visent le niveau des démonstrations mentales reçues telles quelles et partagées par les membres d'un groupe. Selon Amossy et Hershberg Pierrot, les stéréotypes constituent une « représentation simplifiée associée à un mot »20 permettant de concevoir et de mettre en relief les schèmes d'une image collective. Les stéréotypes ne prennent pas toujours la forme d'un syntagme textuel et ils sont, souvent, des codes abstraits partagés. La stéréotypie est une représentation généralisatrice et collective qui se familiarise avec nos tendances communicationnelles.

L'éditorial publié dans Le Figaro le 11 février 2015 est capable de mettre en relief ces liens entre le cliché et le stéréotype. L'ancien ministre Gérard Longuet s'est interrogé sur son attitude envers le nouveau positionnement de l'ex-président Nicolas Sarkozy sur la tête de l'UMP. Ainsi, Longuet affirme-t-il que le fait de présider une formation politique et diriger un parti est « un métier de chien ». Le locuteur vient d'activer un stéréotype socio- politique concernant une idée répandue qui considère que la responsabilité politique reste toujours une tâche pénible. Il ajoute « La politique est devenue un métier un petit peu difficile [...]. Vous êtes obligé de vous battre avec des gens qui inventent tous les matins quelque chose pour exister eux-mêmes et en général en crachant dans la soupe qu'on devrait manger en commun »21. L'énonciateur tient à partager un point de vue routinier, une image stéréotypée qui prend chair à travers une formule lexicale clichée et figée.

Toutefois, nous constatons que les valeurs aspectuelles caractérisant les clichés et les stéréotypes se confondent, les limites entre ces deux notions s'estompent. Ainsi, les images stéréotypées se manifestent-elles sous la forme de clichés. C'est ce qu'on appelle les clichés stéréotypés. C'est ainsi qu'Anne-Marie Perren-Naffakh affirme que « la stéréotypie est un terme ambivalent qui recouvre tantôt la banalisation des contenus, tantôt celle de l'expression »22. Autrement dit, les clichés et les stéréotypes pourront être l'avers et le revers de la même médaille.

20 Ruth Amossy et Herschberg-Pierrot, Stéréotypes et clichés : langue, discours et société, 1997, p.29

21 Le Figaro.fr avec AFP, « Longuet : diriger un parti, »un métier de chien» », publié le 11/02/2015

22 Anne-Marie Perrin-Naffakh, Le cliché de style en français moderne, PU Bordeaux, 1995, p.29

18

1.2. Analyse lexicale et typologisation des expressions figées

Dans cette partie, nous essayerons d'établir une typologie syntactico-lexicale des formules figées. Dans ce cadre, Phi Nga Fournier affirme ;

« Une typologie de stéréotypes serait difficile à établir pour deux raisons principales: premièrement, le développement en diachronie des expressions stéréotypées - dites locutions - a toujours subi l'influence des éléments imprévisibles donc non systématiques; deuxièmement, il existe toujours dans la phraséologie une grande confusion terminologique qui rend le classement tellement difficile »23.

La complexité de la catégorisation des formules figées provient de deux caractéristiques primordiales de la langue : le dynamisme et l'interférence de formules ressassées et routinières. Ainsi, le système langagier se compose-t-il d'un ensemble de codes régénérés. Ces codes englobent des unités et des images préconçues. Selon Bakhtine, le langage découle « d'un consensus entre des individus socialement organisés au cours d'un processus d'interaction »24. D'autre part, le langage est un système de signes vivants qui évolue incessamment. Il est dynamique et variant. Ce dynamisme marquerait et affecterait, de près ou de loin, l'ensemble des entités stéréotypées et les codes préconçus qui composent un langage.

A travers des exemples et des énoncés précis, nous allons mettre en évidence la catégorisation proposée par Charlotte Schapira dans son ouvrage Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules25. Elle distingue deux catégories des stéréotypes : la première inclut les locutions grammaticales fonctionnant comme une seule unité lexicale et la seconde catégorie regroupe les locutions stéréotypées. En premier lieu, nous avons les locutions expressives, comprenant les expressions stéréotypées métaphoriques, allusives et les clichés. En second lieu, les énoncés stéréotypés qui comprennent les formes parémiques (les proverbes et les slogans). Enfin, cette catégorie regroupera les expressions idiomatiques. Il faut mentionner que les locutions grammaticales et les locutions stéréotypées sont des formes syntagmatiques, des séquences composées et figées qui renvoient à des aspects sémantiques et syntaxiques similaires. De ce fait, les traits de divergence entre les deux catégories sont

23 Phi Nga Fournier, Le stéréotype dans le lexique, Synergies Pays riverains du Mékong n° 1, 2010 p.86

24 Mikhaïl Bakhtine (N. V. Volochinov), Le Marxisme et la philosophie du langage, Essai d'application de la méthode sociologique en linguistique, traduit du russe et présenté par Marina Yaguello, 1977, p.41

25 Catégorisation proposée par Charlotte Schapira dans Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules, Ophrys, (collection L'essentiel français), 1999

19

difficiles à contourner. D'une façon générale, les locutions stéréotypées se caractérisent par leur contenu métaphorique et leur aspect imagé.

1.2.1. Les locutions grammaticales

La locution grammaticale est une unité composée d'un groupe de mots ayant les mêmes caractéristiques grammaticales d'un seul mot. Cet ensemble d'entités forment une unité de sens, une « Unité fonctionnelle du langage, composée de plusieurs mots graphiques, appartenant à la langue et devant être apprise en tant que forme globale non divisible »26. Dans ce contexte, Michel Martins-Baltar affirme que l'idée d'une locution ne se conçoit qu'à travers l'idée ou les idées de ses composants. Ces derniers sont des éléments de base qui permettent de construire les syntagmes et les phrases27. Quant à Gaston Gross, la locution grammaticale recouvre « tout groupe dont les éléments ne sont pas actualisés individuellement » 28. Selon lui, l'actualisation de la locution pourrait découler d'une « lecture compositionnelle » de l'unité grammaticale. Soit l'exemple, Valls va tenter de sauver les meubles29. Le processus de l'interprétation de cette assertion doit passer par une lecture globale de l'énoncé. Sauver les meubles est une locution verbale qui se charge de la fonction d'un complément d'objet indirect. L'expression désigne le fait de préserver ce qui semble important ou substantiel dans le cas d'un bouleversement. Elle est une unité compacte n'étant pas susceptible d'être actualisée. Ainsi, la locution n'admet-elle ni une substitution de ses composantes (va tenter de sauver leurs meubles) ni un enrichissement lexical (sauver les anciens meubles).

Citons un second exemple, un titre journalistique soulignant les stratégies médiatiques d'Arnaud Montebourg, le candidat aux primaires socialistes en 201130 ; « Avec sa »démondialisation», Montebourg a fait mouche ». Faire la mouche est une locution syntaxique clichée désignant le fait d'atteindre un but précisément. La locution grammaticale correspond souvent à un aspect proverbial ou métaphorique. Elle se présente

26 http://fr.wiktionary.org/wiki/locution

27 Michel Martins-Baltar, La locution, entre langue et usages, ENS Éditions, Langages, 1997, p.291

28 Gaston Gross, Les expressions figées en français: noms composés et autres locutions, Ophrys, L'essentiel français, 1996, p.14

29 Marc de Boni, « Partielle dans le Doubs : Valls va tenter de sauver les meubles », publié le 27/01/2015

30 Le Figaro.fr, « Avec sa »démondialisation«, Montebourg a fait mouche », publié le 10/10/2011

20

« quantitativement » comme un groupe d'entités juxtaposées, mais - « intuitivement » - elle est l'équivalent d'un mot unique non dérivable.

1.2.2. Les locutions stéréotypées

Selon Phi Nga Fournier, les locutions stéréotypées sont des formules lexicales simples provenant de constructions individuelles « libres ». Ces formules seront usitées pour s'imposer régulièrement dans l'usage. Ce sont des unités personnelles néologiques qui tiennent à prendre part dans l'héritage langagier. Les locutions stéréotypées se caractérisent par un aspect lexical figé. En dépit de l'incompatibilité de la composition syntaxique et de la composition morphologique de ce genre de formules avec l'usage contemporain, les expressions stéréotypées archaïques préexistent et survivent toujours. Charlotte Schapira définit les locutions stéréotypées comme la formule qui suggère un sémantisme par le recours aux figures stylistiques et rhétoriques. C'est un va-et-vient entre les « contenus originels » et les « effets de sens »31.

1.2.2.1. Les locutions expressives

Phi Nga Fournier constate que les locutions stéréotypées expressives constituent « un luxe du lexique ». On peut toujours remplacer ces expressions par d'autres termes « neutres » qui restent plus simples sur le niveau morphologique et syntaxique. Mais, stylistiquement, ces composantes neutralisées seront, souvent, non marquées. Ainsi, pouvons-nous remplacer la phrase parvenir à des résultats insatisfaisantes par l'expression la montagne accouche d'une souris ou le verbe pronominal se priver par la formule se serrer la ceinture et pour illustrer le fait d'exterminer une source de profit nous pouvons dire que c'est le fait de tuer la poule aux oeufs d'or. Les stéréotypes expressifs peuvent se présenter à travers la métaphore, l'allusion et le cliché. Ainsi, analysons-nous les expressions stéréotypées métaphoriques, allusives et les clichés stéréotypés.

1.2.2.1.1. Les expressions stéréotypées métaphoriques

Selon Aristote, la métaphore est l'une des « figures d'expression » qui se base sur l'analogie. C'est le transfert à une entité de l'expression qui désigne une autre entité. Cette figure se distingue par l'absence d'indications formelles de rapprochement qui marquent la

31 Charlotte Schapira, Les stéréotypes en français : proverbes et autres formules, Ophrys, (collection L'essentiel français), 1999

21

comparaison. Les théories anciennes considéraient que ce système de transfert sémantique traduit une sorte d'ingéniosité et de sagacité à travers des formules plus expressives et plus élégantes. Dans la même perspective, la métaphore se manifeste comme « un type particulier d'image [...] qui associe un terme à un autre appartenant à un champ lexical différent afin de traduire une pensée plus riche »32.

D'un point de vue rhétorique, la métaphorisation a été toujours catégorisée parmi les figures qui caractérisent la suggestivité et l'expressivité de la langue. Ainsi, remarque-t-on que les énoncés métaphoriques ne cessent jamais de jalonner les différents textes littéraires et poétiques. La métaphore permet de renforcer l'aspect suggestif qui marque ce genre de textes. Les conceptions traditionnelles classaient la métaphore parmi les tropes rhétoriques. Ensuite, d'autres théories viennent pour dénoncer cette hypothèse. Bien que les expressions métaphoriques véhiculent des aspects qui restent longtemps associés à la littérarité et au poétique (la suggestion, l'implicite, l'évocation...), nous ne pouvons pas confirmer l'idée que la métaphore est toujours l'atout rhétorique par excellence. Il ne faut pas restreindre son emploi à des finalités rhétoriques et ornementales uniquement. En revanche elle pourrait avoir une fonction totalement cognitive.

Les expressions métaphoriques peuvent revêtir une densité d'informations étant transmise à travers des tournures connotatives. Les discours d'autorité sont souvent les discours les plus perméables aux métaphores et aux formules connotatives en général. Ainsi, citons et analysons-nous l'exemple suivant. C'est un extrait du discours de l'ancien premier ministre François Fillon33. Le 19 mars 2009, les huit premiers syndicats ont organisé quatre journées de grèves et de manifestations et ils ont réussi à réunir trois millions de manifestants. Ils avaient pour but de faire reculer le gouvernement et sa politique face à la crise économique en France. Face à cette situation, François Fillon est intervenu sur TF134 pour écarter tous les nouveaux plans de relance. Le premier ministre a affirmé que les nouvelles mesures sociales seraient inutiles et ne feraient qu' « empêcher la reprise ». D'ailleurs, il a mis en garde la gauche qui voulait aggraver la situation et transformer la crise en « un conflit franco-français ». Fillon a recours à l'expression stéréotypée métaphorique conflit franco-français

32 http://fr.wikipedia.org/wiki/Métaphore

33 Nommé premier ministre le 17 mai 2007 et forme son premier gouvernement après la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007

34 Télévision française 1

22

pour conceptualiser et «vulgariser» l'évènement. Le choix de cette expression géopolitique n'était jamais arbitraire. Dans l'ouvrage d'Olivia Carpi intitulé Les guerres de Religion 15591598, l'expression un conflit franco-français est employé comme sous-titre qui vient mettre en exergue l'information fournie par le titre principal. L'ex-premier ministre se sert de cette métaphore connotative pour rapprocher deux images décalées : l'atrocité des guerres de religion pendant le 16ème siècle entre catholiques et protestants qui ont ravagé le royaume de France versus le cabochard de la gauche française et des manifestants qui s'agitent et déstabilisent la situation.

Franco-français est une expression pléonastique. Elle prend une forme d'un syntagme redondant par redoublement de terme. Les éléments ajoutés sont, souvent, inutiles et ils ne semblent pas toujours indispensables pour la grammaticalité du propos. Cette redondance est une stratégie stylistique et discursive qui permet de renforcer ou de préciser une idée. Le locuteur s'en est servi pour des intentions emphatiques et pour mettre en évidence son point de vue. C'est ainsi que François Fillon manie cette métaphore pléonastique pour démontrer les conjectures et les réactions des gouverneurs d'une part et pour inculquer dans l'esprit de la société française l'attitude de l'Etat vis-à-vis les mouvements populaires, d'autre part. En outre, cette forme est une manière condensée servant à montrer que les manifestations ou les conflits sont faits par les français et ils vont porter atteinte aux français eux- mêmes. De ce fait, le locuteur veut caricaturer l'évènement en convainquant son interlocuteur que les manifestants français sont les artisans de leurs propres maux.

L'expression stéréotypée métaphorique peut aussi prendre la forme d'une épithète métaphorique. Nous allons citer un autre exemple du discours de François Fillon. Dans le même cadre des manifestations, l'ancien premier ministre a adressé un appel sévère à propos de la question du versement de rémunérations trop élevées : « Il faut que les patrons qui ne comprennent pas la gravité de la crise cessent de se servir des salaires astronomiques ». Le substantif des salaires est suivi d'une épithète à visée métaphorique. Le recours à l'adjectif astronomique sert à démontrer à quel point l'augmentation incontrôlée des salaires pourrait aggraver la situation.

Bien que l'épithète soit « un pur phénomène d'expressivité »35, Françoise Berlan affirme que cette forme « est inappropriée quand on doit informer et convaincre comme dans

35 Aristote, La Rhétorique, traduit par Pierre Chiron, édition Flammarion, GF, Paris, 2007

23

le politique et le judiciaire, et non émouvoir l'imaginaire comme dans le poétique »36. Contrairement à la théorie précédente, les textes de Port-Royal insistent sur l'effet explicatif de cette composante. L'emploi d'une épithète métaphorique stéréotypée permet de bien expliciter le contenu du substantif. Ces formules courantes sont susceptibles d'avoir une dimension cognitive et leur utilisation ne véhicule pas une discordance sémantique ou discursive avec la cohérence du raisonnement.

1.2.2.1.2. Les expressions stéréotypées allusives

Généralement, les formules stéréotypées allusives renvoient aux anecdotes, aux actualités ou aux évènements connus. Elles servent à déclencher dans l'esprit du récepteur un rapprochement entre des procès différents mis en parallèle. En fait, l'expression allusive est une rétrospection permettant d'envisager le passé pour l'assimiler avec l'actuel. C'est ainsi que l'idée de l'allusion est basée sur l'analogie aux données connues et partagées. Afin de se tenir efficacement dans la stratégie discursive, le lecteur ou le récepteur doit connaitre les objectifs argumentatifs de l'énoncé et les différentes sources à travers lesquelles le stéréotype est formulé. La constitution et la reconstitution de l'expression stéréotypée allusive exige une connaissance et un partage des référents. Locuteur et interlocuteur doivent connaître la genèse de l'expression stéréotypée allusive afin de saisir sa position dans le discours. En revanche, l'absence de l'un des ingrédients de la mise en place du stéréotype allusif engendre un dysfonctionnement au niveau du processus communicationnel. Pour éluder ce dérèglement, les clichés allusifs doivent toujours être contextualisés. Ainsi, deviennent-ils accessibles, compréhensibles et adéquats à la situation temporelle et argumentative. Cette expression « n'est vivante que dans le contexte de l'époque qu'il a engendrée »37.

On donne l'exemple de l'article publié récemment dans Le Figaro. Sébastien Falletti a choisi le titre suivant : « En conférence à Séoul, Sarkozy règle ses comptes avec les intellectuels ». A l'occasion de sa première sortie internationale depuis son retour en politique, l'ancien président français s'en est pris à l'économiste Thomas Piketty devant les décideurs de world knowledge forum38. En parcourant les différentes représentations de

36 Françoise Berlan, L'épithète entre rhétorique, logique et grammaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, In: Histoire Épistémologie Langage. Tome 14, fascicule 1, 1992. P.182

37 Phi Nga Fournier, « Le stéréotype dans le lexique », Synergies Pays riverains du Mékong n° 1, 2010

38 Sébastien Falletti, « En conférence à Séoul, Sarkozy règle ses comptes avec les »intellectuels» », Le Figaro, le14/10/2014

24

l'intellectuel, nous constatons que ce terme véhicule une connotation péjorative dans cet exemple. On désignait par « intellectuel » le penseur surréaliste qui essaye d'analyser des sujets qu'il ne connaît pas bien. Un « intellectuel » est un « penseur réfugié dans l'abstraction »39. Quant à Jean-Paul Sartre, l'intellectuel est « quelqu'un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas »40. Dans cette perspective, Noam Chomsky critique le statut de l'intellectuel dans la société. Il considère que les intellectuels sont ceux qui soutiennent une idéologie dominante. Cette catégorie se contente d'adopter et de défendre les idées doctrinales de la société. Ainsi, constate-t-il que « ces gens-là sont appelés intellectuels, mais il s'agit en réalité plutôt d'une sorte de prêtrise séculière, dont la tâche est de soutenir les vérités doctrinales de la société. Et sous cet angle-là, la population doit être contre les intellectuels, je pense que c'est une réaction saine »41.

L'allusion dans cette expression stéréotypée naît du rapprochement entre un statut social (l'intellectuel en tant que membre de la communauté culturelle) et les préjugés liés à ce statut. Le choix et le maniement de cet énoncé dépendent des fonds culturels que partagent les récepteurs. Implicitement, Sébastien Faletti met l'accent sur ce trait pour provoquer et régénérer le déjà-vu du lecteur. Le degré de l'efficacité du cliché se rattacherait aux premières réminiscences venant à l'esprit du destinataire. En revanche, si l'expression n'aurait pas de vestiges dans l'intuition de l'auditoire, elle perd son caractère rebattu. De ce fait, la formule n'est plus ni stéréotypée ni allusive.

1.2.2.1.3. Les expressions stéréotypées métaphorico-allusives

L'analyse des expressions stéréotypées métaphoriques et allusives nous permet de poser la question suivante : les stéréotypes métaphoriques sont-ils forcément allusifs ou, au contraire, ce sont des locutions stéréotypées allusives qui devront être métaphoriques ? En fait, on peut dire que métaphore et allusion sont les deux faces de la même monnaie. L'idée du rapprochement sur laquelle la métaphore est basée constitue un aspect primordial de l'allusion. Le rapprochement des images ou des idées semble impossible si les traces de ces images ne sont pas présentes dans l'esprit. Les savoirs extralinguistiques interviennent

39 Wikipedia

40 Patrick Wagner, La notion d'intellectuel engagé chez Sartre, Le Portique [En ligne], Archives des Cahiers de la recherche, Cahier 1, 2003

41 Noam Chomsky, Comprendre le pouvoir, premier mouvement, (propos mis en livre par Peter R. Mitchell et John Schoeffel et traduit par Thierry Vanès), Aden, 2006, p. 183

25

toujours dans le processus de l'activation et de l'interprétation des expressions métaphoriques / allusives. Les métaphores allusives réfèrent en général à des données partagées ou utilisées. L'interprétation de cette catégorie de stéréotypes dépend de l'interprétation du sens propre. Afin de comprendre, d'analyser et de reconstruire les expressions métaphoriques allusives, il faut se rendre compte du domaine d'emploi et des usages de l'image source. La presse a recours à ces formules pour les titres des éditoriaux et les phrases d'accroche en général. Dans le figaro, nous lisons le titre « Jean-Marie Le Pen, trou noir du firmament électoral »42. L'interprétation de la métaphore allusive dans l'énoncé exige une connaissance astrophysique pour rendre compte du fonctionnement sémantique de l'image stéréotypée. Dans un second exemple Marine Le Pen s'élève contre Nicolas Sarkozy et son équipe, elle pense que l'ex-président est « daté » et elle vient d'ajouter que «C'est comme un vieux feuilleton. Ça a à peine commencé, je suis déjà lassée. C'est un peu Merlin l'Enchanteur »43. La présidente du Front National manie ce cliché allusif pour railler les stratégies politico-médiatiques de Nicolas Sarkozy. La locutrice trouve dans le personnage légendaire de Merlin l'Enchanteur une convergence avec la frivolité et la chimère politique de son adversaire. Le trou noir, Merlin l'Enchanteur et les différentes métaphores allusives exigent une sorte d'interférence mentale entre l'actualisation des atouts cognitifs et encyclopédiques, d' un coté, et la manipulation de la destination pragmatique et argumentative du message stéréotypé, de l'autre côté.

1.2.2.1.4. Les clichés

La notion de cliché pourrait être abordée à travers deux approches ; l'une est sémantique, l'autre est linguistique et stylistique. En tant que concept, les clichés deviennent « ces innombrables petites images que nous pouvons épousseter et faire revivre à volonté, tiennent sous la boîte osseuse de notre cerveau, dans un espace très limité »44. En outre, le cliché est l'unité linguistico-stylistique, ou c'est « toute expression qui constitue un écart de style par rapport à la norme et qui se trouve banalisée par l'emploi trop courant qui en a déjà été fait »45. Autrement dit, les clichés deviennent des images statiques, remémorées et présentées sous une forme d'entités lexicales fixes.

42 Jean d'Ormesson, de l'Académie française, publié le 18/04/2007

43 Sophie Huet, le figaro, Marine Le Pen : «Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé», publié le 21/09/2014

44 TLF

45 Ibid

26

Selon Charlotte Schapira, le degré de la perspicacité des clichés varie selon la composition lexicale de ces derniers. Ainsi, distingue-t-elle les clichés intensifs qui sont les « clichés les plus fertiles et les plus systématiques de la langue française »46. Sur le niveau formel, ils sont composés de la conjonction de comparaison comme plus le syntagme nominal. Analysons l'exemple tiré d'un article publié dans Le Figaro le 9 avril 2014. Le premier ministre Manuel Valls a débattu la situation économique critique. Il a déclaré ; « La reprise économique est là, mais elle est fragile. Nous devons l'entretenir comme un feu naissant et l'accompagner ». Dans cette comparaison, l'opération d'entretien de la reprise économique est assimilée à l'image de borner le développement progressif d'un feu naissant. Le groupe nominal un feu naissant correspond à l'élément comparant et véhicule un cliché stéréotypé à valeur intensive.

Dans le même contexte, on peut donner un autre exemple qui éclaircit ce processus. Jean Yves Guérin et Anne Jouan analysent l'intervention de la ministre de l'Ecologie à propos la « remise à plat » de la taxe poids lourd. Ainsi affirment-ils, « une déclaration interprétée comme un ballon d'essai pour envisager l'abandon de cet impôt très impopulaire »47. D'un point de vue scientifique et météorologique, le ballon d'essai est un « Petit ballon aérostatique qu'on lance pour connaître la direction du vent »48. Ensuite, cette expression a eu la signification figurée suivante d'un « petit ouvrage d'esprit publié par un auteur pour sonder le goût du public et dans l'intention de faire paraître ensuite un ouvrage plus important »49.

Par analogie, ce petit ballon d'essai renvoie à toute déclaration ayant pour but de sonder l'opinion publique avant d'aborder ou exécuter un projet. La mobilisation d'une telle comparaison permet, d'une part, de relever les enjeux de cette déclaration et d'autre part elle dénonce la stratégie politique des dirigeants français. Toutefois, les constructions comparatives ne sont pas -forcément- intensives ou stéréotypées. On peut envisager les deux occurrences suivantes :

- (1) Il est intelligent comme son cousin

- (2) Il est intelligent comme Pierre

L'élément comparant est le critère définitoire permettant de saisir l'intensité d'une construction comparative clichée. L'adjonction du déterminant possessif dans la première

46 Charlotte Schapira, Les stéréotypes en français. Proverbes et autres formules, Ophrys, 1999, p. 4

47 Jean Yves Guérin et Anne Jouan, Le Figaro, Publié le 08/04/2014

48 http://fr.wiktionary.org/wiki/ballon_d'essai

49 Ibid.

27

phrase dévie l'aspect intensif du composant comparant. Le récepteur ne peut pas décrypter le degré d'intensité de cette construction comparative parce que le référent est un élément spécifique et objet d'interprétation.

Dans le second exemple, le locuteur rapproche le niveau d'intelligence de Il à celui d'un comparant spécifique exclusif à travers le nom propre Pierre. L'emploi des noms propres ordinaires montre que le processus de la comparaison véhicule une simple conformité et il ne s'agit pas d'une construction intensive. Les noms propres non allusifs ne peuvent pas représenter des modèles intensifs stéréotypés. Cependant, le recours aux noms propres iconiques en tant que référent peut augmenter le degré d'intensité de la comparaison. D'une manière générale, la presse propose des données partagées et emblématiques. Alors, choisissons l'extrait suivant du Figaro; « Sur la question de l'avortement, un évêque a affirmé que »ceux qui ne font pas du meurtre un péché» pavent la voie des »bouchers» comme Hitler ou Staline »50.

Cette déclaration vise à montrer la violence de l'acte de l'avortement. L'article rapporte les propos d'un dignitaire ecclésiastique. Le figement dans cette expression découle à travers trois niveaux : la locution figée (paver la voie), la métaphore stéréotypée (les bouchers) et le cliché intensif (comme Hitler ou Staline). Le locuteur culpabilise ceux qui amnistient cet homicide. Ainsi, intensifie-t-il ce message à travers le choix des composants lexicaux.

La locution verbale « pavent la voie » est une locution figée qui signifie la facilité d'obtention ou de faire quelque chose abondamment. Elle permet de remplacer des verbes neutres comme « faciliter », « aider » ou « aplanir » et accentuer la subjectivité. De plus, cette expression permet de déborder le cadre de délation pour ajouter une idée de complicité dans la proclamation. La condamnation s'étend par le recours à la métaphore « bouchers ». Le mot « boucher » renvoie à l'image de l'homme violent et sanguinaire. Dans le Tlf, on trouve une autre définition péjorative de ce substantif, le boucher est un « homme aux instincts sanguinaires, prodigue -ou du moins peu économe- de sang humain versé [Le plus souvent en parlant d'un chef d'État ou d'armées] »51.

Le troisième niveau de figement consiste à employer le cliché intensif, objet de notre étude dans cette partie. Le prêcheur a recours aux images des politiciens les plus

50 AFP, « Le président sortant en lice pour sa réélection en Slovaquie », Le Figaro, 29/03/2009

51 Tlf

28

controversés ; le dirigeant allemand Adolf Hitler et le révolutionnaire communiste Joseph Staline. Ce sont les figures centrales de la dictature totalitaire. De ce fait, ces politiciens deviennent les icones de la férocité par excellence. Contrairement à l'exemple précédent (l'exemple 2) où le nom propre n'est pas inspirant et ne projette aucun ouï-dire, « Hitler » et « Staline » sont des noms résonnants et des référents antonomastiques lexicalisés renvoyant à une psychose collective.

Nous constatons que les expressions comparatives intensives sont basées sur des référents à nature générique comme dans le premier exemple que nous avons analysé plus haut (une déclaration est interprétée comme un ballon d'essai). De même, les comparants peuvent être des références spécifiques ou des noms propres qui partagent quelques caractéristiques avec le comparé (des bouchers comme Hitler ou Staline). La nature du syntagme nominal qui constitue l'élément comparant permet de déchiffrer les desseins du procédé comparatif.

1.2.2.2. Les Enoncés stéréotypés : les formes parémiques

En tant que formules rebattues et toutes faites, les énoncés stéréotypés passent rapidement du stade de la création personnelle vers un usage machinal. Toutefois, l'origine de plusieurs expressions figées reste encore inconnue bien que les historiens et les linguistes essaient de référencier et d'archiver ces expressions. De ce fait, certaines unités figées sont mentionnées dans les dictionnaires spécialisés comme le Dictionnaire des proverbes, sentences, maximes de Maurice Maloux, le Dictionnaire des citations françaises de Pierre Oster.

Soient les expressions proverbiales comme à bon vin pas d'enseigne ou acheter chat en poche. La première formule signifie que ce qui est bon n'a pas besoin d'être vanté, car il se fait connaitre par ses qualités. Le deuxième exemple sert à démontrer l'action de terminer une affaire ou conclure un achat sans l'examiner et sans en voir la valeur. Parallèlement à la suggestivité, le point commun entre ces deux locutions proverbiales et les proverbes en général est le parcours étymologique inexploré. On ne peut pas saisir les liens entre l'image du « vin » et la qualité de modestie, entre l'anecdote du « chat » et les règlements commerciaux (les deux premiers exemples). Sans avoir besoin de s'enquérir des prémices et de l'ascendance des formules figées, le locuteur les utilise instinctivement. Phi Nga Fournier constate que « ces énoncés, à structure propositionnelle ou phrastique, constituent un fond

29

lexical dans lequel le locuteur prend des séquences grammaticalement achevées et (le plus souvent) sémantiquement autonomes »52.

Pendant l'apprentissage de la langue, le locuteur reçoit, enregistre et rediffuse ces locutions figées. Les expressions rituelles, les phrases de circonstance et les formules de politesse font partie des énoncés figés. Ils s'érigent pendant l'acquisition de différents protocoles sociaux53. L'unité linguistique reçue se caractérise par son caractère indécomposable et immuable. L'effet d'une telle unité s'anéantit suite à toute modification. Soit l'énoncé casser sa pipe qui constitue une démonstration figée d'une idée dysphorique et fait référence à une réalité disparue. Elle est associée à la méthode utilisée par les médecins militaires quand ils plaçaient une pipe en terre cuite entre les dents du patient pour supporter la douleur. Au moment où le blessé abandonnait, il laissât la pipe tomber et elle se brisât54. Le caractère archaïque de l'expression entrave toute métamorphose formelle. Ainsi, des formules comme casser gentiment sa pipe ou casser sa nouvelle pipe peuvent-elles ébranler le caractère référentiel de l'expression.

Dans notre étude, nous allons aborder les deux formes parémiques qui jalonnent les différents discours politiques et les textes journalistiques : les proverbes et les slogans.

1.2.2.2.1 Les proverbes

Des Fables de Jean de La Fontaine aux Caractères de Jean de La Bruyère et jusqu'aux publications périodiques et les articles journalistiques, les maximes et les proverbes illustrent la pensée du locuteur à travers des images populaires, légendaires et renommées. Le proverbe est « une formule langagière de portée générale contenant une morale, expression de la sagesse populaire ou une vérité d'expérience que l'on juge utile de rappeler »55. Cette « courte maxime populaire »56 permet d'illustrer une vérité générale à travers des codes laconiques, cursifs et partagés. Nous pouvons figurer les contrecoups d'une infraction pénale à travers cette formule montrant une expérience vérifiée ; Qui vole un oeuf, vole un boeuf. Nous

52 Phi Nga Fournier, Le stéréotype dans le lexique, Synergies Pays riverains du Mékong n° 1, 2010

53 Ibid

54 fr.wiktionary.org/wiki/casser sa pipe

55 http://fr.wikipedia.org/wiki/Proverbe

56 Chrétien de Troyes, Perceval ou le Conte du Graal, F. Lecoy, 1180

30

préconisons une règle de bienséance à travers la recommandation proverbiale ; Il faut tourner la langue sept fois dans la bouche avant de parler57.

Autant que la formule proverbiale est une image instrumentalisée pour des finalités rhétoriques, elle permettrait d'illustrer le statut et les desseins du locuteur. On donne l'exemple du célèbre proverbe ; oeil pour oeil, dent pour dent. Le recours à cette « loi » est très fréquent dans les interactions politiques. Le Figaro rapporte le discours menaçant du président gambien Yahya Jammeh qui a promis de « se débarrasser » des assaillants. Il a ajouté que pendant les précédentes tentatives de coup d'Etat il a fait preuve de clémence, mais « cette fois, c'est oeil pour oeil, dent pour dent »58. Etymologiquement, cette maxime provient de la loi du talion (1730 avant JC) dans le code du sixième roi de la dynastie de Babylone Hammourabi qui affirme que « telle la faute, tel le châtiment ». Selon les principes de cette loi, la peine doit être toujours identique au délit commis59.

En général, les différentes formules proverbiales constituent l'héritage linguistique d'une communauté. Par ailleurs, il y a plusieurs proverbes qui coïncident avec d'autres formes provenant d'autres nations et d'autres cultures. Beaucoup de formes proverbiales sont refaites et retraduites en différentes langues. C'est à travers ce remploi que les unités figées proverbiales garantissent une continuité et parfois une progression formelle et sémantique. Les expressions proverbiales ne véhiculent pas toujours l'aspect des formules accessoires ornementales, mais elles permettent -souvent- d'assumer le rôle argumentatif dans le discours politique et médiatique.

Nous pouvons citer l'exemple de la « petite blague » de l'ancien président Nicolas Sarkozy. Lors de sa visite à Bruxelles, pour remettre la légion d'honneur à l'ex-ministre fédéral des finances et le ministre des affaires belges son ami Didier Reynders, Sarkozy multiplie les allusions et les critiques pour égratigner la politique de François Hollande. Il s'est lancé dans un discours de dix huit minutes, il rend hommage à son ami, ensuite il a eu l'occasion de brosser l'actualité française à sa manière. En maniant son humour, l'ancien chef

57 Cette formule surgissait dans l'Ancien Testament sous la forme « Le sage tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. » (Proverbes de Salomon dans Le Livre des proverbes, Xe siècle av. J.C.) .

58 Gambie/ coup d'Etat : « oeil pour oeil, dent pour dent » (président), Le Figaro.fr avec AFP, publié le 06/01/2015

59 « § 196 : Si quelqu'un a crevé un oeil à un notable, on lui crèvera un oeil. § 197 : S'il a brisé un os à un notable, on lui brisera un os. § 200 : Si quelqu'un a fait tomber une dent à un homme de son rang, on lui fera tomber une dent. » Loi du talion, 1730 avant JC

31

d'Etat a eu recours à un proverbe de Liège, La ville natale de Reynders. Il affirme : « Faites comme à Liège, laissez pleuvoir », ensuite il poursuit souriant « Bon, je me demande parfois si je ne suis pas moi-même un peu de Liège. Je laisse pleuvoir. Il ne sert à rien de maudire la pluie car elle finit toujours par laisser un jour ou l'autre la place au soleil » 60.

Le proverbe wallon Faites comme à Liège, laissez pleuvoir renvoie à l'attitude de l'être humain qui doit garder son sang froid même dans les altercations et les situations critiques. Il faut qu'un homme garde le contrôle, reste serein et laisse « l'orage » passer. A travers une formule proverbiale humoristique, le locuteur fait allusion à son inculpation dans l'affaire politico-financière française de Woerth-Bettencourt61.

Citons un deuxième exemple illustrant le maniement rhétorico-argumentatif des proverbes de la part des dirigeants de la droite française. Cette fois-ci, c'est avec, encore une fois, François Fillon. Invité sur TF1 dans le JT de 20h le 15 janvier 2014, l'ancien premier ministre vient évaluer le discours de François Hollande, le président de la république. François Fillon a exprimé son étonnement et son émerveillement suite au tournant du discours de Hollande. Ce dernier a décidé de réduire les dépenses des administrations publiques et de mettre fin aux cotisations familiales aux entreprises. Fillon s'avoue convaincu devant le grand oral du président, il a déclaré que c'est « un discours auquel on ne peut que souscrire » et il a ajouté « J'approuve à 100% mais je veux des preuves ». Enfin, l'ancien premier ministre a reformulé le proverbe japonais Ce n'est pas avec un éventail qu'on dissipe les brouillards pour démontrer son infléchissement et dénier la satisfaction totale. Ainsi, a précisé-t-il : « Mais on ne dissipe pas le brouillard avec un éventail ». Le locuteur a mis en oeuvre ce proverbe pour exposer son point de vue. Il a reconstruit cette expression proverbiale figée en gardant les balises thématiques ; le brouillard, l'éventail et l'action de dissiper.

Nous avons affirmé que les expressions figées ne sont pas susceptibles d'être modifiées ou reformulées. Mais ce n'est pas le cas de l'exemple précédent. Dans cette formule, on ne peut pas parler de la modification lexicale d'une unité figée, car l'expression est transposée. C'est la traduction d'un proverbe japonais vers la langue française. On pourrait alors trouver

60 Sarkozy et un proverbe de Liège : « je laisse pleuvoir », http://videos.tf1.fr/infos, le 27 Mars 2013

61 L'affaire Woerth-Bettencourt est une affaire politico-financière française déclenchée par la publication [...] d'enregistrements réalisés clandestinement en 2009[...].Liliane Bettencourt est soupçonnée de fraude fiscale [...] et l'existence d'un possible financement illégal de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy.

32

plusieurs versions. Par conséquent, le résultat de cette transposition peut apparaitre sous de formes différentes en conservant la visée thématique.

1.2.2.2.2. Les slogans

Cette expression est d'origine celte et elle signifiait « le cri de foule » ou « le cri de guerre » produit et lancé par un groupe. Selon le TLF, le slogan est une « Formule concise et expressive, facile à retenir, utilisée dans les campagnes de publicité, de propagande pour lancer un produit, une marque ou pour gagner l'opinion à certaines idées politiques ou sociales ». C'est une « Phrase généralement courte énonçant une règle d'action, une appréciation ou un jugement d'ordre moral ou général »62.

Le slogan est l'expression qui permet de démontrer un concept, une idée, et même une idéologie à travers une formule simple et concise. Le slogan se caractérise par une brièveté et un mode de construction basé souvent sur la notion de parataxe. En général, les composants d'un slogan sont juxtaposés ou coordonnés ce qui leur confère une rapidité et une instantanéité. C'est ainsi que les slogans sont plus compatibles avec la langue parlée. Le slogan est un écriteau indicatif linguistique emblématique. Il représente une sorte de dépêche, une communication concise transmise rapidement sous la forme d'une unité linguistique simple. Des slogans comme « À bas la dictature » ou bien « vive la liberté » sont des expressions courtes et banales, mais elles renvoient à des requêtes pressantes. En politique, les slogans sont des outils de communication permettant de faire la propagande et de transmettre des messages courts et répétitifs lors des campagnes électorales.

Dans ce contexte, nous analysons l'un des slogans lancé par les responsables de l'Union pour un Mouvement Populaire. Depuis janvier 2012, les dirigeants de l'UMP confirment le grand retour de Nicolas Sarkozy. Ce dernier a officialisé sa candidature à son deuxième mandat au journal de 20 heures sur TF1. Il a choisi le slogan suivant ; « La France forte ». Le slogan est une phrase nominale déclarative composée de deux éléments ; le substantif, nom propre la France et l'adjectif mélioratif juxtaposé forte.

Dans cet exemple, il n'est pas difficile de trouver le rapport entre les deux composants du slogan. Le discours d'un locuteur ayant le statut d'un politicien et candidat à l'élection présidentielle française est basé sur les promesses et les engagements. De ce fait, l'emploi

62 Tlfi

33

d'un adjectif mélioratif et appréciatif lié au sujet (la France) sert à prévoir la situation du pays si le peuple choisirait le bon candidat. Ce slogan pourrait avoir les formes suivantes ; La France sera forte ; la France deviendra forte ; la France est forte ou la France est plus forte. Selon le publicitaire Franck Tapiro, le slogan de « la France forte » est un positionnement adressé au peuple français et aux candidats. C'est un message implicite qui veut dire « si vous votez contre Nicolas Sarkozy, vous votez contre une France forte »63.

Le second exemple qu'on peut citer est le slogan de l'homme politique français François Bayrou «Un pays uni, rien ne lui résiste ». Contrairement à l'expression précédente, le lien entre les composants de ce slogan est clair. C'est une structure consécutive composée de deux unités ; l'unité a qui figure l'action et l'unité b illustrant la suite de l'action et son résultat. La première unité est un appel aux citoyens français pour s'unir, et la deuxième unité est une démonstration des conséquences de cette union. Selon le créateur de ce slogan, l'aboutissement du fait b est le résultat légitime de la réalisation du fait a. Autrement dit, l'invincibilité d'un Etat dépend de l'entente entre les différents pôles.

Frank Tapiro critique ce slogan : « Le message transmis ici est de loin le meilleur puisqu'il signifie que nous sommes plus fort unis. Mais sa syntaxe maladroite fait qu'il n'est pas facile à mémoriser »64. Le publicitaire et le président de l'agence de publicité Hémisphère Droit à Paris affirme qu'un changement formel de ce slogan serait nécessaire pour renforcer sa fonction promotionnelle. Il propose une forme comme «Rien ne résiste à un pays uni».

Nous remarquons que le slogan devient un outil communicationnel dans la société mass-médiatisée. En politique, le slogan peut condenser les longs discours ennuyeux et les oraux stériles. Son efficacité dépend de sa représentation formelle et du choix de ses composants. Un slogan efficace est celui qui touche l'esprit, influe l'auditeur et séduit le récepteur par un message répétitif et concis.

1.2.2.3. Les expressions idiomatiques

Le terme idiome provient du grec idios et signifie le « propre » ou le « spécial ». Les idiomes sont l'ensemble des outils expressifs langagiers propre à une communauté donnée. Selon TLF, l'idiome est l'« usage linguistique propre à une région, à une province, à un

63 Marion Joseph, Les slogans des candidats passés au crible, Le Figaro, publié le 23/02/2012

64 Ibid

34

groupe social, indépendamment d'une structure politique, administrative ou nationale »65. L'expression idiomatique est « Toute lexie complexe saisie comme une seule signification formée par des éléments lexicaux soudés »66. Selon le Dictionnaire de Linguistique l'expression idiomatique est « toute forme grammaticale dont le sens ne peut être déduit de sa structure en morphèmes et qui n'entre pas dans la constitution d'une forme plus large »67.

Les formules idiomatiques sont les formules linguistiques particulières qui caractérisent la langue ou l'idiome de chaque communauté. Généralement, les expressions idiomatiques de chaque langue n'ont pas d'équivalents littéraux dans les autres langues. Tout de même, plusieurs expressions se sont retraduites et réemployées. De ce fait, les idiomes sont le produit de la tradition culturelle, tiennent leur signification de l'usage succédé et se représentent comme des expressions régénérées devenant, enfin, des formules figées. Dans la langue française, les exemples sont nombreux. Nous citons ; Mariage pluvieux ; Mettre la main à la pâte ; Ne pas avoir froid aux yeux ; Avoir plusieurs cordes à son arc ; Avoir la main verte...

Les idiomes se caractérisent par l'imprécision de ses composantes. Le lien sémantique entre les syntagmes d'une expression idiomatique n'est pas toujours facile à maintenir. Cependant, et malgré la complexité de ces formules, son usage ne semble indissociable uniquement au langage familier. La presse se sert de ces expressions figées pour brosser l'actualité d'une manière simple et accessible.

Lors des manifestations qui ont eu lieu le 19 mars 2009 dénonçant les stratégies inadéquates et la politique stérile du gouvernement face à la progression de la crise économique en France, l'ancien premier ministre François Fillon est intervenu pour donner son point de vue. Selon lui, l'Etat n'a pas eu les atouts permettant de restreindre les effets de la crise économique mondiale. Il est allé plus loin en écartant tous les nouveaux plans de relance et en affirmant que les changements ne vont être qu'une pierre d'achoppement devant la reprise. Bruno Jeudy entame son éditorial68 par la formule « pas de grain à moudre ».

C'est la reformulation de l'expression donner du grain à moudre. Le verbe donner est remplacé par le forclusif, l'adverbe pas marque de négation employé familièrement sans

65 TLFi

66 Ibid

67 Jean Dubois et alii, Dictionnaire de Linguistique, Larousse, Expression, 2001, p.239

68 Bruno Jeudy, Pour Fillon « la mobilisation ne résoudra pas la crise », Le Figaro, publié le 20/03/2009

35

l'élément constant de la négation ne. L'expression donner du grain à moudre signifie - figurément- « donner une matière à réfléchir » ou « donner l'occasion d'agir »69. C'est ce deuxième sens figuré qui est plus adéquat avec la situation pour laquelle cette expression est employée.

Dans cet extrait, l'expression idiomatique entame l'article. Elle se présente sous la forme d'une maxime qui garantit, en premier lieu, la progression textuelle et contextuelle du discours. En second lieu, cette expression assume une tournure interprétative rétroactive. Ainsi, la suite de l'article fonctionne-t-elle comme un éclaircissement, affirmation et illustration de la position justifiée par la formule idiomatique. Bruno Jeudy a poursuivi : « Sans surprise, François Fillon a fermé la porte à toutes nouvelles concessions sociales ou salariales après la seconde journée de grèves et de manifestations ». Dans ce même contexte et dans un article annexe, les journalistes Olivier Auguste et Eric De La Chesnais ont eu recours à une autre expression idiomatique pour exposer la situation. Ils affirment : « Bien décidés à battre le fer tant qu'il est chaud, les huit syndicats se retrouvent dès ce matin ».

C'est une expression idiomatique proverbiale figée qui existe sous plusieurs variantes depuis le XIVème siècle. C'est une formule métaphorique ayant le sens de « réagir rapidement », « Poursuivre une affaire pendant qu'elle est en cours »70, « il ne faut pas laisser l'occasion d'agir sous peine de ne plus pouvoir le faire efficacement, tout comme il ne faut pas laisser le métal refroidir et le travailler pendant qu'il est encore chaud et malléable »71.

L'abondance et la diversité des expressions idiomatiques font de ces formules un large patrimoine linguistique héréditaire. Les formules idiomatiques illustrent l'héritage linguistique de chaque langue. Elles permettent de déterminer un jargon et peuvent avoir ses équivalents dans d'autres langues. Certaines expressions sont transposées, réutilisées et se sont manifestées à travers plusieurs formes. Nous citons l'exemple de la formule que nous avons analysée précédemment. En dialecte américain, Battre le fer tant qu'il est chaud se traduit par to strike while the iron is hot. C'est une traduction littérale qui suit mot à mot l'expression française. En revanche, cette même expression aura son synonyme anglais à travers la traduction contextuelle qui donne la formule suivante ; to make hay while the sun shines et qui signifie faire le foin pendant que le soleil brille.

69 Wiktionary

70 http://fr.wiktionary.org/wiki/il_faut_battre_le_fer_pendant_qu%E2%80%99il_est_chaud

71 http://www.expressio.fr/expressions/battre-le-fer-quand-il-est-chaud.php

36

Suite à leur utilisation itérative, les expressions idiomatiques deviennent des unités proverbiales figées banalisées et fonctionnant comme des énoncés clichés. Ce sont des expressions regroupant des composantes qui semblent, parfois, associées d'une façon qui ne répond pas à une forme de bon sens. Cette incohérence sémantique est le résultat d'un archaïsme qui marque la plupart de ces expressions. Néanmoins, l'abondance des idiomes renvoie à la richesse de la langue. Le recours aux formules idiomatiques permet de construire et de partager des images mentales accessibles.

Nous avons essayé de fournir une « analyse typologique » des formules stéréotypées. D'une part, nous avons étudié les locutions grammaticales qui fonctionnent comme une seule unité composée d'un groupe de mots ayant les mêmes caractéristiques grammaticales d'un seul mot. La locution grammaticale regroupe un ensemble des éléments lexicaux juxtaposés, mais, elle se caractérise par un aspect compact et par une sorte de non-compositionnalité. D'autre part, nous avons analysé les différentes locutions stéréotypées. En premier lieu, nous avons décortiqué les locutions expressives qui « représentent toujours des alternatives figées »72. En second lieu, nous avons démontré les énoncés stéréotypés comprenant les formes parémiques. Enfin, nous avons essayé d'illustrer le fonctionnement des idiotismes à travers les différentes formules employées dans Le Figaro ou via les propos utilisés par les dirigeants de la Droite.

Nous remarquons que la notion de la stéréotypie se manifeste à travers deux aspects contradictoires et paradoxaux ; d'une part, elle véhicule les images préfabriquées, les idées banalisées et les figures usées. D'autre part, cette notion renvoie à une richesse linguistique, à un effet qui marque et empreint la langue. De ce fait, les stéréotypes sont susceptibles d'imprégner la langue non marquée et devenir un choix stylistique permettant de raviver le discours. Ainsi, comment peut-on ranimer un langage courant à travers des formules « mortes-vivantes » ? Quels sont les facteurs qui permettent aux expressions obsolètes de rénover un propos ? Quels effets stylistiques pourront être révoqués par des clichés ?

72 Phi Nga Fournier, Le stéréotype dans le lexique, Synergies Pays riverains du Mékong n° 1, 2010

DEUXIEME PARTIE

37

Stéréotypes, langue de bois et effets stylistiques

38

Dans cette partie, nous essayerons de discerner les liens et les rapports entre l'objet de notre étude, les expressions stéréotypées, et la langue de bois, le concept qui caractérise, primordialement, les propos politiques, médiatiques et journalistiques. Dans un second lieu, nous allons envisager les effets stylistiques découlant des stéréotypes et les différentes techniques permettant de renforcer l'aspect suggestif des unités figées. Ainsi, abordons-nous, d'abord, le contraste entre l'écriture ou le parler stéréotypé et les énoncés dits normatifs. Ensuite, nous étudions le recours aux formules stéréotypées renouvelées. Puis, nous allons analyser la mise en espace des clichés dans les textes journalistiques.

2.1. L'interdépendance entre les formules stéréotypées et la langue de bois

« Dans son usage courant, répertorié dans les dictionnaires usuels à partir des années 1980, cette expression métaphorique désigne un langage stéréotypé, propre à la propagande politique, une manière rigide de s'exprimer qui use de clichés, de formules et de slogans »73. C'est ainsi que le Dictionnaire d'Analyse du Discours définit la langue de bois. Notre travail consiste, tout d'abord, à fournir un synopsis et un aperçu historique suivant les vestiges de cette expression. Ensuite, nous analyserons les différents marqueurs linguistiques de la langue de bois et nous aborderons le mode d'emploi de ce processus rhétorique. Enfin, nous relèverons les points de convergence entre les fondements linguistiques et sémantiques de la langue de bois et la notion de stéréotypie.

2.1.1. Synopsis et vue d'ensemble historique

Par l'intermédiaire du polonais, l'expression « langue de bois » est un emprunt au russe. Lors de la Révolution russe, les citoyens raillaient les propos de l'administration bureaucratique tsariste en les qualifiant de « langue de chêne » et progressivement de « langue de bois ». Le choix des compléments du nom « chêne » et « bois » s'explique par le détachement, l'oppression et l'insignifiance de la langue des dirigeants par référence aux discours systématisés de l'administration de la Russie bolchévique. Ainsi, l'écrivain russe Fesenko. A considère-t-il que la langue de bois est une langue soviétique et il affirme qu' « ils (les Bolcheviks) ont usurpé et monopolisé le droit de créer des clichés phraséologiques »74.

73 CHARAUDEAU Patrick et MAINGUENEAU Dominique, Dictionnaire d'Analyse du Discours, Seuil, 2002, p.335

74 Fesenko. A, Russkij Jazyk Pri Sovetax (La langue russe sous les Soviets), Rausen Bros, New-York. 1955, p. 208

39

Dans ce contexte, l'historien français Michel Heller dénote que « La première caractéristique de la langue soviétique est sa création planifiée »75. Dès 1950, on commence à saisir les traces de l'emploi de cette formule dans les langues européennes à travers des occurrences et des connotations différentes.

Au cours des années 1970, l'expression « langue de bois » s'est répandue, énormément, pour émerger dans le discours politique. Selon Patrick Sériot, la crise des bureaucraties soviétiques constitue une stimulation qui a permis à la « langue de chêne » d'affleurer dans les discours politico-médiatiques76. Plus tard, dans les années 1980, la notion de « langue de bois » commence à être systématisée et relativisée à travers plusieurs recherches qui ont essayé de délimiter les dimensions morphosyntaxiques, lexicales et argumentatives de cette « formule propagandiste »77. Ces recherches ont pour objectif de relever les différents marqueurs langagiers de cette notion.

2.1.2. Les marqueurs linguistiques et stylistiques de la langue de bois

L'article « A Ankara, François met en garde contre »le fanatisme» »78, qui relève les grandes lignes du voyage « religieux et humanitaire » du Pape, constituerait notre plate-forme. En premier lieu, nous envisagerons le recours aux syntagmes nominaux ou ce que nous appelons la substantivité. C'est l'exemple de l'assertion du Pape François qui appelle à un « processus de pacification » lors d'une conférence de presse au palais présidentiel à Ankara avec le président Erdogan. Pour sa part, ce dernier s'est plaint de « la montée de l'islamophobie en Occident ». Ensuite, nous aborderons la désagentivité qui consiste à omettre l'agent dans les tournures passives. Le Pape rappelle que « des centaines de milliers de personnes ont été chassées par la force de leurs maisons pour sauver leur vie et ne pas renier leur foi ». Le troisième marqueur syntaxique que nous pouvons analyser est la dépersonnalisation qui caractérise le discours de bois par une surcharge de tournures impersonnelles. A travers les deux allocutions du Pape à Ankara, nous relevons quelques énoncés impersonnels et pompeux ; « Il est fondamental que les citoyens musulmans, juifs et

75 Michel Heller, Langue russe et langue soviétique, publié dans Le Monde le 5 Mai 1979

76 Sériot Patrick, La langue de bois et son double, In: Langage et société, n°35, 1986. pp. 7-32.

77 Patrick Charaudeau et Dominique Mainguenau, op.cit, p.336

78 Jean-Marie Guénois, « A Ankara, François met en garde contre »le fanatisme» », Le Figaro, publié le 30/10/2014

40

chrétiens [...] jouissent des mêmes droits ; Il faut opposer au fanatisme et au fondamentalisme [...], la solidarité de tous les croyants ».

Par ailleurs, les travaux d'analyse du discours ont relevé quelques critères définitoires d'ordre stylistique et rhétorique de la langue de bois. Les recherches et les critiques ont montré que ce concept découle d'un lexique phraséologique usité, basé sur une « slogonisation développée »79 et sur un ensemble de données langagières figées et stables. Pour forger son discours de bois, l'énonciateur a tendance à utiliser les énoncés périphrastiques et euphémistiques qui constituent les procédés stylistiques permettant d'entretenir les visées diplomatiques de la stéréotypie.

Le discours du 15 avril 2012 de Nicolas Sarkozy80 confirme cette hypothèse. L'ancien chef d'Etat s'adresse au peuple français en répétant plusieurs fois : « J'ai donné rendez-vous à la France qui souffre sans jamais se plaindre [...]. J'ai donné rendez-vous à la France qui ne proteste pas, à la France qui ne casse pas ». Ces expressions périphrastiques constituent l'illustration de son slogan La France forte. Il ajoute : « Vous êtes les porte-paroles de ceux qui n'ont jamais la parole, de ceux qui ne demandent jamais rien, de ceux qui sont fiers de la France [...] ». Par la suite, Nicolas Sarkozy déclare : « Vous êtes, au fond, les témoins, ceux qui maintiennent vivantes la parole et la pensée, quand la parole est confisquée, et quand la pensée est interdite ». Dans cet énoncé le locuteur use de l'euphémisme pour faire allusion à la situation contemporaine du pays et pour opposer le passé déplorable à un meilleur avenir dans la France forte.

Nous pouvons remarquer que le mécanisme de la production de la langue de bois a été toujours lié à la notion de la stéréotypie. Quels sont les points de recoupement entre les formules stéréotypées et la langue de bois ? Dans quelle mesure ces deux phénomènes pourront converger vers les mêmes visées rhétorico- argumentatives ?

2.1.3. L'interférence sémiotique et sémantique entre stéréotypes et langue de bois

Dans le Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse, on définit la langue de bois comme « toute manière rigide de s'exprimer qui use de stéréotypes et de formules figées »81.

79 Ibid.

80 Nicolas Sarkozy, La France Forte, Place de la Concorde, Paris - dimanche 15 avril 2012

81 Grand Dictionnaire encyclopédique Larousse, Larousse, 1984

41

La convergence sémantique entre la langue de bois et la stéréotypie est abordée par les différents dictionnaires. Selon Larousse, la langue de bois est une « phraséologie stéréotypée »82. Cette notion est présentée comme la « façon de s'exprimer qui abonde en formules figées et en stéréotypes non compromettants »83 dans Le Robert.

La langue de bois est un processus linguistique englobant des unités qui, à force d'être employées et répétées plusieurs fois, deviennent des formules rebattues, stéréotypées et figées. Ces formules constituent le fondement de ce genre de langue car elles apparaissent fréquemment au sein du discours et dans des situations différentes. La présence de stéréotypes dans les discours stables se fait remarquer aisément à cause de la position que l'énonciateur choisit pour insérer ses pré-ripostes préalables. D'une manière générale, les clichés lexicalisés et les énoncés stéréotypés prennent place, souvent, au début ou à la fin du discours. Dans le premier cas, l'interlocuteur est en train de recevoir un package d'informations dont il connait bel et bien la nature et les dimensions. De ce fait, il pourrait, souvent, deviner et envisager le reste du discours qui semble être traité et entendu plusieurs fois. Les messages envoyés ne véhiculent pas de décisions nouvelles ou d'idées variantes ; le récepteur vigilant fait face à des formules planifiées et il va, automatiquement, qualifier les énoncés qu'il lit ou entend comme du déjà-vu, du langage détaché et insensible qui ne répondrait pas à ses attentes.

Prenons l'intervention de Laurent Fabius qui a lancé, à l'assemblée nationale, une initiative pour la paix et a proposé « le vote d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU » pour arriver à un « règlement définitif du conflit israélo-palestinien ». Le ministre des Affaires étrangères entame sa proposition par une expression qui relève, parfaitement, de la langue de bois. Ainsi, affirme-t-il que « la France est l'amie à la fois du peuple israélien et du peuple palestinien [...] Nous partageons tous devant ce conflit un sentiment d'urgence ». L'aspect dithyrambique et l'insensibilité qui se profilent dans cet énoncé proviennent de l'idéalisme incontournable du locuteur et se traduisant sur ses propos. Quoique la déclaration de l'énonciateur « lui a valu des salves d'applaudissement à gauche », la plupart des récepteurs ont dénoncé ces grands mots. Le député de Paris Pierre Lellouche (UMP) a déploré « le cynisme absolu » de Laurent Fabius. Selon Lellouche, les propositions du ministre des affaires étrangères sont le résultat des « arrières pensées à caractère électoraliste » du PS pour séduire les musulmans des banlieues. Le député FN Gilbert Collard a accusé la gauche

82 Larousse, 1988

83 Robert, 1993

42

d' « attiser le feu ». Meyer Habib, le député franco-israélien (UDI), envisage la proposition de Laurent Fabius autrement. Ainsi, déclare-t-il que « Reconnaitre l'Etat palestinien, c'est dire au Hamas : Continuez à tuer. ». Le président du groupe des Radicaux de gauche Roger- Gérard Schwartzenberg a considéré que cette résolution est incompatible avec la Constitution. Il a reproché à Fabius de dire « une chose et son contraire. C'est une manière diplomatique de s'exprimer. ».

En revanche, quand la rigidité de la langue affleure à la fin du discours, les unités figées qui achèvent l'intervention du locuteur vont assumer des fonctionnalités sophistiquées et diplomatiques connues. Ainsi, la langue de bois stéréotypée pourrait-elle, d'une part, prendre la forme de formules officielles servant à achever le discours. D'autre part, le locuteur a tendance à utiliser des expressions usuelles pour neutraliser le fond du sujet, pour éviter de dire une réalité explicitement et pour détourner la réaction du récepteur. Revenons encore une fois à l'exemple de François le Pape qui achève son discours prêcheur par une expression passe-partout, c'est un appel « à la collaboration de tous : gouvernements, leaders politiques et religieux et représentants de la société civile » pour répandre la paix entre les peuples. C'est une vision globale et compacte qui devance les règles du jeu politique. Une telle expression ne pourrait pas être appréhendée facilement. Dans le figaro, la rubrique « Décryptage », l'envoyé spécial à Istanbul Jean-Marie Guénois souligne la vision chimérique du locuteur dans un article dont le titre met en exergue les propos illusionnistes du Pape ; « François l'idéaliste face aux contraintes de la realpolitik ».

Dans son article « stéréotypes et langue de bois : comme un air de famille »84, Jean-Louis Dufays a distingué les différentes similitudes entre les stéréotypes et la langue de bois. Ainsi, relève-t-il un critère quantitatif en rapport avec la fréquence de ces formules figées dans les usages quotidiens et dans les fonds culturels des communicants. Ensuite, il met l'accent sur la dimension structurelle de ces unités qui se caractérisent par le « semi-figement » de leurs constituants et de leur résistance à la modification. Dans la même perspective, Dufays a parlé d'un critère diachronique qui concerne le flou qui englobe les sources et la démarche de la création de plusieurs unités stéréotypées (l'exemple des expressions idiomatiques). De même, plusieurs formules officielles qui jalonnent le discours de bois restent toujours indéterminées. Toutefois, ces formules ambigües se caractérisent par

84 Jean-Louis Dufays, stéréotypes et langue de bois : comme un air de famille, Hermès, La Revue, 2010,

43

une pérennité et une immuabilité que lui permettent de subsister dans le potentiel mental des interactants. Par ailleurs, Jean-Louis Dufays a dénoté que ces phénomènes partagent une caractéristique sociologique. Il s'ensuit de leur utilisation et réutilisation une inscription de ces notions dans l'imaginaire collectif. Le discours fondé sur les clichés et les stéréotypes résonne, souvent, dans la mémoire du récepteur qui va y saisir les vestiges dans ses arrière-pensées.

A travers cette étude, nous pouvons constater qu'il existe un ensemble de liens lexicologiques, sémantiques et sémiotiques entre les stéréotypes et la langue de bois. En fait, les deux notions véhiculent, quasiment, des caractéristiques stylistiques similaires et découlent de mêmes intentions discursives. En tant que procédé de communication, ayant des objectifs rhétoriques et pragmatiques bien définis, la langue de bois englobe les différentes nuances de stéréotypes. Le locuteur matérialise les images mentales partagées et convoque les propos rebattus pour produire un discours routinier qui serait, par la suite, évalué vis-à-vis de son efficacité rhétorique. La langue de bois constitue un agencement d'images stéréotypées, au niveau mental aussi bien que langagier, qui auront pour but de sonder les potentiels psychiques d'un récepteur qui créé l'illusion de modifier le statu quo. Généralement, la position de l'énonciateur, en tant que supérieur et dirigeant, lui permet d'assumer les taches d'un illusionniste qui manie le déjà-vu pour changer la situation.

Quoique la langue de bois et la stéréotypie s'interpénètrent dans un réseau linguistique et sémantique commun, nous ne devons pas affirmer que les deux procédés sont, de fond en comble, des équivalents. Selon plusieurs approches, les unités stéréotypées se distinguent par un aspect de généralité. Par conséquent, elles s'associent aux représentations extérieures du monde et restent susceptibles de configurer les différentes démonstrations idéologiques. De ce fait, les stéréotypes semblent capables de couvrir des inspirations générales et surpassent les faits langagiers de la langue de bois. Les constituants de cette dernière sont disposés sous forme de stéréotypes langagiers ayant l'efficience d'être reformulés, introduits ou interposés dans des emplois spécialisés du langage apparenté, communément, aux exposés oratoires et aux discours publics. Par ailleurs, nous nous apercevons qu'il apparait, souvent, une disproportion rhétorique au niveau des finalités primordiales de chaque concept. Le propagateur de la langue de bois cherche, en premier lieu, à se construire une maquette parfaite pour accaparer la confiance et l'attention de son auditoire. En second lieu, il vise à ne pas démontrer, formellement, la réalité et à créer un effet d'opacité. La langue de bois est le

44

processus communicatif qui permet de confirmer l'idée du « comment camoufler des choses avec des mots »85.

Sur ce point, les stéréotypes s'opposent à la langue de bois. Ces procédés rebattus constituent « une partie de la signification qui répond à l'opinion courante associée au mot »86. Les stéréotypes sont des codes conventionnels utilisés par des interactants qui tiennent compte des paramètres et des conditions de fonctionnement de ces formules au sein d'une communauté et une culture données. Ainsi, ces instruments langagiers permettent-ils de « créer une illusion d'évidence et de transparence »87. En général, les stéréotypes servent à simplifier et à décoder les intentions communicatives à travers la simplification et, même, la banalisation des messages échangés entre les communicants. Le recours aux stéréotypes ne se contente pas de la condensation d'une somme d'informations dans une formule brève et banale susceptible d'être partagée. Dans des usages médiatiques et politiques, les formules banales peuvent véhiculer un ensemble d'effets stylistiques.

2.2. Stéréotypes et effets de style : fausse élégance ou effet rhétorique ?

Afin d'aborder la dimension stylistique des formules stéréotypées, nous embrassons l'hypothèse de Michel Riffaterre qui affirme

« Les stylisticiens eux-mêmes, pour la plupart, lui dénient toute valeur expressive et ils étudient, surtout, le renouvellement du cliché qui rend la vie aux images fossilisées. [...] porter un jugement de valeur est l'affaire du critique ; l'objet de la stylistique n'est que de constater »88.

Clichage et stéréotypisation sont les deux procédés discursifs condamnés car ils semblent être le produit d' « un cerveau anonyme et du parfait servilisme intellectuel »89. Néanmoins, cette désapprobation ne permet pas de contester les effets stylistiques véhiculés

85 Par référence à la traduction littérale de How to make things with Words (Quand dire, c'est faire) de John Langshaw Austin

86 Ruth Amossy, Anne Herschberg-Pierrot, Stéréotypes et clichés, Nathan, Paris 1997, p.89

87 J. Dufays, stéréotypes et langue de bois : comme un air de famille, Hermès, La Revue 2010/3 (n° 58)

88 Michel Riffaterre, Fonctions Du Cliché Dans La Prose Littéraire, Cahiers de l'Association internationale des études françaises, 1964, pp. 81-95

89 Rémy de Gourmont, Esthétique de la langue française, édit. R.-L. Wagner, M. Saillet, 1955, page 191

45

par des formules banales comme les stéréotypes. Dans notre analyse, nous allons mettre l'accent sur la dimension rhétorique des stéréotypes vis-à-vis du parler non marqué.

2.2.1. Effet de contraste avec écriture normative

En dépit de toutes les critiques, ces formes véhiculent des effets marquants. La composition morphosyntaxique banale et les idées préfabriquées des expressions stéréotypées constituent une donnée qui confère un contraste par rapport au discours codique dépendant des lois sémantiques et syntaxiques strictes. Ce contraste permet de surligner le texte et de déclencher l'attention du récepteur car « c'est le propre de toute structure stylistique que de s'imposer à l'attention »90.

Les formules stéréotypées provoquent toujours « des réactions esthétiques, morales ou affectives »91. Ces réactions constituent une sorte de passéisme linguistique refusant toute forme de banalité ou stérilité langagière. Or, cette contestation et ce jugement de valeurs constituent le fondement de l'expressivité de la stéréotypie. Stimuler les réactions du récepteur et amener l'interlocuteur à juger, condamner ou apprécier ces images fossilisées constitue, en lui-même, une technique stylistique. L'objectif de la stylistique recoupe avec les visées des expressions stéréotypées. Ainsi, la définition de cette approche permet-elle d'apercevoir les facettes stylistiques des clichés. La stylistique est la « connaissance pratique des particularités caractéristiques d'une langue donnée et notamment des figures et idiotismes »92. De ce fait, nous pouvons constater que les unités langagières stéréotypées pourraient constituer la plate-forme de l'étude stylistique étant donné des formules idiomatiques et phraséologiques.

L'étude stylistique des composants discursifs implique une théorie de style. C'est une étude des unités qui constituent un écart par rapport à l'écriture normative93. Selon Anne-Marie Perrin-Naffakh, le concept de norme et la notion de l'écart sont complémentaires. Elle affirme qu' « un procédé stylistique ne peut être correctement évalué que par rapport à son

90 Michel Riffaterre, Fonctions Du Cliché Dans La Prose Littéraire, Cahiers de l'Association internationale des études françaises, 1964, pp. 81-95

91 Ibid.

92 Tlf, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994) (stylistique) (Mar. Lex. 1951, p. 213)

93 Paul Valéry, Les droits du poète sur la langue, OEuvres, tome2, p.1264

46

entourage verbal et à différentes données (orientations esthétiques d'une époque, d'un genre, d'un écrivain) auxquelles il s'accorde ou s'oppose »94 .

La particularité de l'expression figée réside moins dans l'aspect thématique que dans sa microstructure. Une formule stéréotypée est une unité compacte comportant des lexèmes qui ne peuvent pas entretenir, souvent, entre eux une logique sémantique. Ces éléments ne doivent pas être envisagés et analysés séparément. Utiliser une formule comportant des codes qui ne sont pas toujours adéquats -littéralement- avec la situation d'énonciation est un trait d'expressivité. Le recours à une formule indirecte, métaphorisée et imagée permet de sonder les fonds linguistico- culturels du récepteur. Le fait de recevoir un message véhiculant des indices et des images connus aura plus d'efficacité qu'un message direct car les communicants sont en train d'aborder un axiome ou une idée conventionnelle. C'est une sorte de puzzle linguistique qui comporte des composants lexicaux disparates que l'on doit assembler pour former une image expressive permettant aux communicants de réagir et d'interagir.

Le stéréotype est une formule marquée stylistiquement. Riffaterre affirme qu' « il s'agit bien d'une structure de style, puisqu'elle attire l'attention sur la forme du message linguistique »95. En tant que procédés rhétoriques, les stéréotypes et les clichés se démarquent des énoncés « dynamiques ». Anne-Marie Perrin-Naffakh constate que « ce contraste varie avec la fréquence des expressions clichées dans le contexte »96. D'une façon générale, l'écrit ou le discours constitue un tout ordinaire obéissant aux normes langagières qui englobe un nombre restreint d'unités qui ne semblent pas conformes à l'ordre habituel d'une structure textuelle.

Le trait expressif des stéréotypes est le résultat de la divergence entre le contenu sémantico-lexical de l'expression figée et les conditions de la mise en place de cette expression. La spécificité stylistique des stéréotypes surgit à travers l'aspect morphosyntaxique associé à la composition des expressions figées et qui véhicule, la plupart du temps, un effet de décalage avec le reste du discours comprenant des énoncés et des assertions normatifs.

94 Anne-Marie Perrin-Naffakh, Le cliché de style en français moderne, PU Bordeaux, 1995, p.22

95 Michel Riffaterre, Fonctions Du Cliché Dans La Prose Littéraire, Cahiers de l'Association internationale des études françaises, 1964, pp. 81-95

96 Anne-Marie Perrin-Naffakh, Le cliché de style en français moderne, PU Bordeaux, 1995, p.23

47

Généralement, l'insertion d'un cliché dans un énoncé assertif n'est pas, souvent, compatible - lexicalement et sémantiquement- avec le contexte immédiat. Prenons l'exemple suivant extrait de l'article ; « Avec 40% d'abstention, comment peut-on parler de vague bleue? »97. Lors de la reconquête des électeurs pour le second tour des municipales de la part de l'UMP98, le Figaro demande aux internautes de faire leurs pronostics. Parmi ceux qui croient que le choix d'un maire reste plus important que le parti politique, le journaliste Jennifer Padjemi rapporte le commentaire d'un internaute qui « rappelle qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué ». Le contraste vient de la combinaison entre un contexte sociopolitique et une expression cynégétique. Le locuteur aurait pu respecter le macrocontexte et utiliser un complément d'objet direct qui s'accommode avec les autres composants de la phrase et avec la situation d'énonciation générale. En revanche il a choisi une formule figée qui transpose un court aphorisme imagé et basé sur l'anecdote de l'ours.

L'expression il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué provient de l'ancienne formule il ne faut marchander la peau de l'ours devant que la beste soit morte. Elle signifie qu'il ne faut pas « spéculer sur la réalisation de quelque chose que l'on désire »99 et qu'on doit achever la réalisation d'un projet avant de le considérer comme acquis. La substitution de l'expression figée par un autre complément aboutira à une assertion similaire mais qui serait moins expressive. Contrairement aux syntagmes non marqués, les énoncés clichés se caractérisent par une sorte de suggestivité provenant de cette idée du déjà-vu. De ce fait, le « cliché présente une expressivité forte et stable »100.

Michel Riffaterre oppose la banalité à l'usure. La discordance entre la nature morphosyntaxique et sémantique des formules figées, d'une part, et le contexte général, d'autre part, constitue l'origine de l'aspect banal qui marque les unités stéréotypées. Ainsi, les stéréotypes peuvent-ils être insipides et dépourvus d'originalité, mais ils ne sont pas toujours usés. Si les clichés deviennent usés, ils se prendraient -inconsidérément- à la légère. Mais, au contraire, les expressions stéréotypées se font toujours remarquer.

97 Jennifer Padjemi, Avec 40% d'abstention, comment peut-on parler de vague bleue ?, Le figaro, Vox politique, publié le 26/03/2014

98 L'union pour un mouvement populaire

99 Tlf, Le Trésor de la langue française informatisé (1971-1994)

100 M. Riffaterre, Fonctions Du Cliché Dans La Prose Littéraire, Cahiers de l'Association internationale des études françaises, 1964

48

Prenons un second exemple démontrant la prévisibilité de ces formules. C'est un article publié dans le figaro lors de la nomination du nouveau spécialiste en communication Bernard Candiard. Le 20ème premier ministre de la Vème République, Jean-Marc Ayrault s'est adjoint les conseils du Candiard pour « redorer »101 son image. L'article, écrit par François-Xavier Bourmaud et il a eu le titre ; « Matignon102 a du pain sur la planche en communication »103. L'expression, objet de notre étude, est avoir du pain sur la planche. Dans le Littré, nous trouvons une autre variante ; « avoir du pain cuit sur la planche » qui a eu le sens d' « avoir de quoi vivre en repos, sans travailler »104. A travers le contexte dans lequel elle a été produite, cette formule véhicule la signification qu'on trouve dans Wiktionary « Avoir du travail en réserve, de quoi s'occuper plus ou moins longtemps »105.

Tandis qu'ils se caractérisent par un figement au niveau morphosyntaxique, les stéréotypes lexicalisés pourraient être marqués par un dynamisme au niveau sémantique. Néanmoins, nous remarquons qu'il y a une tendance, dans les usages spécifiques, à détourner les clichés à travers un renouvellement lexical. Cette réorientation nous amène à poser la question suivante : La modification formelle des stéréotypes permettra-t- elle de mettre en évidence ces formules, ou bien serait-elle une altération linguistique ?

2.2.2. Le renouvellement des expressions figées

Dans son ouvrage Le cliché de style en français moderne, Anne-Marie Perrin-Naffakh affirme qu' « un cliché renouvelé par modification formelle ou recharge sémantique constitue un écart au second degré »106. A travers ce point de vue, nous allons étudier les différents processus qui visent à modifier les formules stéréotypées.

101 Ghislaine Ottenheimer, Les dessous de l'éviction de Bernard Candiard, directeur de la communication de Jean-Marc Ayraut, http://www.challenges.fr, 02/04/2013

102 Matignon est la résidence officielle du chef du gouvernement français et du son clan. Métonymiquement, « Matignon » désigne le premier ministre ou bien ses services dans les médias et le langage courant.

103 François-Xavier Bourmaud, « Matignon a du pain sur la planche en communication », Le Figaro, publié le 30/10/2012

104 Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, Gallimard, Hachette, 1967

105 http://fr.wiktionary.org/wiki/avoir_du_pain_sur_la_planche

106 Anne-Marie Perrin-Naffakh, Le cliché de style en français moderne, PU Bordeaux, 1995, p.23

49

2.2.2.1. Le remaniement paradigmatique

Dans les discours de presse, les journalistes utilisent -souvent- les clichés renouvelés pour des objectifs ironiques ou des visées antiphrastiques. Yves Thréard a choisi le titre suivant pour son article publié dans Le Figaro « Parité, égalité... absurdités »107. L'expression est composée de trois substantifs juxtaposés dont le dernier constitue un intrus par rapport aux deux premiers substantifs. Le nom absurdités, évoqué au pluriel, est précédé par les trois points de suspension ce qui montre son inadéquation sémantique et formelle avec les autres composants de ce stéréotype lexicalisé. L'expression est le détournement du slogan stéréotypé « parité, égalité, mixité ». La substitution du nom mixité au substantif absurdité renvoie à la banalité de cet emblème. En général, ce slogan a été toujours employé pour sensibiliser à l'égalité, à la parité et à la mixité entre homme et femme. Or, Yves Thréard croit que les tentatives de traiter ce sujet seront infructueuses pendant que la situation économique de l'Etat reste critique. Il affirme : « Alors que notre pays enregistrait quotidiennement plusieurs centaines de chômeurs supplémentaires, nos députés étaient tout occupés, ces jours-ci, à débattre de l'égalité réelle entre hommes et femmes »108.

Le cliché usé et renouvelé met en relation une médiocrité sémantico-linguistique avec une trivialité sociale. Le locuteur défige le cliché et remanie ses composants pour discuter la situation globale et y trouver à redire. La modification apportée de la formule stéréotypée servant à détourner l'objectif pour lequel l'expression était mise en contexte.

2.2.2.2. L'emprunt lexical

L'emprunt lexical est le « processus par lequel une langue ou un dialecte reçoit une unité linguistique d'une autre langue ou d'un autre dialecte »109. Dans les discours politico-médiatiques modernes, on a tendance à adopter la technique de l'emprunt lexical. Les locuteurs ont recours à des termes et à des expressions courants et qui sont, souvent, partagés par les communicants dans une culture donnée. En fait, c'est un processus de renouvellement de formules usées. Généralement, les paradigmes qui subissent l'opération de l'emprunt lexical sont les clichés lexicalisés ou les unités stéréotypées. Dans notre étude nous analyserons les emprunts anglais en tant qu'illustration de l'interférence lexicale, non

107 Yves Thréard, « Parité, égalité... absurdités », Le Figaro, le 28 janvier 2014

108 Yves Thréard, op. cit

109 Phelizon Jean-François, Vocabulaire de la linguistique, Roudil, Paris, 1976, p 75

50

seulement dans le parler quotidien français, mais aussi dans les textes journalistiques et politiques.

Soit le titre suivant; Royal « entre show business et rassemblement des sectes »110. Dans cet article le membre du parti socialiste Henri Emmanuelli a critiqué le rassemblement organisé par l'ex-candidate socialiste Ségolène Royal au Zénith de Paris. Le journaliste Samuel Laurent a choisi cette formule pour mettre en évidence les facteurs de la contrariété d'Emmanuelli. La formule anglaise show-business désigne, littéralement, l'idée de l'industrie du spectacle. Elle constitue tout un environnement interactionnel dans lequel la créativité artistique et le divertissement embrassent le socio- politique111.

L'emprunt lexical dans cet énoncé est issu de la « discordance » sémantique entre le signifié et le signifiant. Quoique le concept de l'industrie du divertissement soit -relativement-récent et en vogue, il n'existe pas de formule française précise permettant d'illustrer ce processus, un signifiant qui soit susceptible de figurer la notion et représenter le signifié. L'emprunt du mot composé show business est le résultat de l'incapacité du lexique français à fournir une dénomination qui soit courante, appropriée et partagée. La modification de ce cliché politico-social et l'intégration d'une formule « étrangère » s'expliquent par la promptitude de la langue anglaise à démontrer ce concept. Dans ce contexte, Joseph Donato affirme que « le vocabulaire, directement lié aux transformations économiques et culturelles et à tous les échanges et au renouvellement, s'emprunte plus facilement que les structures grammaticales particulières »112. Le recours à l'anglicisme dans cet exemple vise à intensifier la suggestivité de l'énoncé. Ainsi, le locuteur cherche-t-il à conférer une sorte d'élégance stylistique à travers l'emploi d'un élément « intrus » s'opposant à l'ensemble des syntagmes qui composent l'énoncé. En fait, c'est une sorte de déviation langagière, une dérogation au parler normatif. Le renouvellement de l'idée stéréotypée fonctionne comme une accroche qui éveille l'attention et déclenche la curiosité du lecteur.

Dans un autre exemple, Le Figaro rapporte les propos de l'ex-premier ministre François Fillon qui estime que la France « oscille entre désespérance et révolte » et qu'elle « est proche

110 Samuel Laurent, royal « entre show business et rassemblement des sectes, publié le 28/09/2008

111 The word applies to all aspects of the entertainment industry from the business side (including managers, agents, producers and distributors) to the creative element (including artists, performers, writers, musicians and technicians). Oxford English Dictionary, 2nd Ed. (1989)

112 Joseph Donato, La variation linguistique, Linguistique, Paris : P.U.F, 1980, pp. 281-362.

51

du Ko économique et politique »113. Le locuteur opte pour la formule la plus choquante en intégrant le terme ko dans sa prévision. Le mot est utilisé, fréquemment, dans les sports de combat. C'est l'abréviation de l'expression anglaise knock-out qui désigne la mise de l'adversaire hors de combat.

Les formules que nous avons étudiées permettent de mettre en évidence les fonctionnalités rhétoriques et les effets stylistiques d'un cliché renouvelé. Dans le premier exemple l'emprunt lexical semble être un choix obligatoire. Le locuteur évoque une expression référentielle afin de mieux illustrer un signifié indiscernable. En revanche, le remaniement de la formule empruntée, dans le second exemple, provient d'un choix stratégique d'un homme politique qui cherche à démontrer les points faibles et à stigmatiser la vulnérabilité de la situation de l'Etat à travers les atouts linguistiques les plus suggestifs. La notion de l'emprunt des lexies stéréotypées se caractérise par une sorte de relativité. Le décryptage et l'interprétation de ces nouveaux signes linguistiques intégrés ne s'effectuent que par rapport au système linguistique global au sein d'une langue définie.

D'une façon générale, les formules stéréotypées tiennent des positions stratégiques dans les discours spécialisés. Nous allons étudier la disposition des unités clichées dans les textes journalistiques vis-à-vis la stratégie rhétorico-argumentative.

2.2.3. La mise en espace des clichés lexicalisés : stratégie d'attraction

Selon Boris Foucauld, L'écriture de presse « possède différents codes dont le but est de communiquer de l'information au lecteur avec efficacité »114. La disposition typographique des formules stéréotypées dans les textes journalistiques obéit à un agencement stratégique qui vise moins à illustrer des informations et des actualités que d'orienter les visions interprétatives du récepteur. De ce fait, l'écriture journalistique constitue l'exposition d'un ensemble de données actualisées et démontrées à travers une modulation analytique. Par la mise en espace des composants d'un éditorial, nous pouvons saisir la démarche argumentative et les desseins rhétoriques de l'énonciateur.

113 Fillon : on est proche du ko économique, Le Figaro, publié le 06/09/2014

114 Boris Foucaud, L'écriture journalistique : du plaisir de lire structuré, Communication éditoriale, publié le 29 juillet 2014

52

2.2.3.1. Les accroches stéréotypées

Comme la dénomination l'indique, les énoncés d'accroche servent à attirer l'attention du lecteur par des formules qui doivent être, à la fois, concises et suggestives. Les journalistes ont recours aux jeux de mots, aux mots-chocs ou aux locutions stéréotypées. Dans cette perspective, nous allons étudier les titres et les attaques qui sont susceptibles d'imposer des images rebattues permettant de déclencher la vigilance du récepteur.

2.2.3.1.1. La titraille

L'intérêt de l'étude des titres éditoriaux affleure à travers un nombre de facteurs. Ces inscriptions sont la bribe d'une grande masse quotidienne d'informations et de nouvelles. Le choix et la reformulation du titre dépendent de stratégies commerciales, politiques et, en abordant une approche linguistique, nous pouvons, alors, parler d'une stratégie rhétorique. C'est ainsi que Monica Charlot constate que « Le gros titre est le meilleur révélateur du style et des tendances d'un quotidien »115.

A travers cet ensemble de données politiques quotidiennes, le locuteur choisit la formule qui pourrait attirer l'attention du lecteur et qu'il estime la plus séduisante. Le journaliste choisit le titre jugé le plus compréhensible, le plus frappant et le plus accessible. Généralement, le discours journalistique se caractérise par une disposition linguistique spécifique. Ce choix typographique semble être en rapport avec la fonction suggestive d'un éditorial politique. Rappelons que l'énonciateur rapporte et analyse des faits réels pour les exposer à un récepteur vigilant. Si nous avons affirmé que les clichés lexicalisés sont des éléments linguistiques indicateurs, les locuteurs-journalistes ont tendance à avancer ces clichés dans des positions stratégiques. C'est ainsi que la dimension attractive de la formule stéréotypée s'amplifie.

Nous aborderons la titraille dans le Figaro pour relever les principaux énoncés figés qui inaugurent les articles politiques. Les exemples illustrant cette disposition stratégique sont innombrables. Nous allons citer quelques inscriptions clichées placées en tête des articles rédigés par le journaliste Yves Thréard, et publiés dans le figaro blog116.

115 Monica Charlot. Étude de la presse à travers ses gros titres, Revue française de science politique, 17ème année, n°1, 1967, p.115

116 « [...] vous êtes les bienvenus pour partager, avec moi, le goût du commentaire de l'actualité. Tous les jours, de France ou de l'étranger, des informations importantes ou anecdotiques surgissent qui suscitent une émotion, une réaction, une indignation ». Yves Thréard

53

« Le ministre de l'intérieur sur la pointe des pieds », est le titre choisi par Yves Thréard pour esquinter les plannings indécis de Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault117. L'image du politicien indéterminé et qui avance sur la pointe des pieds est développée par la déclaration incitative « On ne reprochera pas à Manuel Valls d'explorer de nouvelles pistes pour lutter contre la délinquance. ». Le lien sémantique entre le titre en tant qu'expression figée et les énoncés assertifs est saisi facilement par un lecteur vigilant. Ce dernier s'est engagé dans ce cadre métaphorique pour relever les points de ressemblance entre l'information imagée et les différentes données exposées dans l'article. Le locuteur corrobore la rhétoricité du titre stéréotypé par l'ajout d'autres assertions. Ainsi, l'objection « Mais le plan qu'il vient de présenter pour renforcer la sécurité dans quinze villes ou quartiers manque singulièrement d'ambition et de logique. », assume-t-elle cette fonctionnalité.

« Les fils à la patte de François Hollande » est un autre titre qui joue le rôle d'une maquette suggestive. Dans cet éditorial, Thréard stigmatise le non-engagement politique du chef de l'Etat. Le locuteur a recours à la formule imagée les fils à la patte qui signifie, selon TLF, « Une entrave à la liberté d'une personne »118. De ce fait, le titre est une évocation aux promesses tenues par le gouvernement de François Hollande. Ainsi, le locuteur commence-t-il son analyse par une interrogation oratoire suivie d'une affirmation subjective : « Où va François Hollande? Le postulant socialiste a beau se retrancher derrière ses « 60 engagements pour la France », il est toujours difficile de le suivre dans sa campagne »119.

Envisageons toujours la politique du chef de l'Etat dans un autre article intitulé « François Hollande roule la gauche dans la farine »120. Notre journaliste met en exergue les stratégies clinquantes du président de la République, et ses manoeuvres avec la Gauche. Thréard affirme que « L'ampleur de l'enthousiasme suscité à gauche par les performances de François Hollande cette semaine n'a d'égal que l'ampleur des mensonges et illusions dont est truffé le programme du candidat socialiste ». Ayant le sens de duper ou tromper, l'expression rouler dans la farine renvoie à la sournoiserie de Hollande qui reste accusé, toujours, de l'illusionnisme politique.

117 Yves Thréard, « Le ministre de l'Intérieur sur la pointe des pieds », publié le 05/08/2012

118 Par référence au fil que les enfants attachent à la patte d'un hanneton pour l'empêcher de s'enfuir

119 Publié le 2 avril 2012

120 Publié le 27 janvier 2012

54

Par ailleurs, nous distinguons la catégorie des titres qui sont repris et développés dans le corps de l'éditorial. Ainsi, le rédacteur réutilise-t-il une formule qu'il a placée à la tête de son article. Cette technique de redondance aurait pour effet de développer l'énoncé suggestif, d'éclaircir ou de consolider une affirmation. C'est l'exemple du titre « Moscow traque la cinquième colonne » décortiqué à la fin de l'article par la déclaration « L'objectif est de traquer les membres d'une potentielle »cinquième colonne», ces fameux partisans d'un État hostile, camouflés et prêts, dans l'esprit du Kremlin, à déstabiliser le pouvoir russe »121. La reprise du cliché la cinquième colonne et son développement à la fin de l'article prennent en considération le lecteur non averti. L'expression provoque, souvent, une ambigüité sémantique pour un récepteur non natif. En fait, le mot colonne ajouté au nombre ordinal cinquième ne permet pas au récepteur de bien gérer les codes allusifs de ce cliché lexicalisé. Un interlocuteur n'aurait pas, forcément, l'aptitude de comprendre que « cinquième colonne » peut désigner « les partisans cachés -- au sein d'un État ou d'une organisation -- d'un autre État ou d'une autre organisation hostile »122.

2.2.3.1.2. L'attaque

Cette formule constitue « la première phrase du papier : elle doit être particulièrement percutante car elle introduit la lecture. L'attaque est souvent relativement courte et rythmée ; elle peut aussi être constituée d'une citation choc »123. Nous choisissons pour exemple une attaque qui inaugure l'article intitulé « Moldavie : Vote à haut risque pour Moscou ». Dans l'article, on lit comment le Kremlin124 essaye de garder la Moldavie dans « son orbite » tout en soutenant les partis prorusses aux élections législatives. Le correspondant à Moscou Pierre Avril a entamé son enquête par l'idée reçue suivante : « Un apparatchik communiste insaisissable, un socialiste versatile et un nationaliste disqualifié : ce sont les seuls personnages sur lesquels peut s'appuyer la Russie pour garder la Moldavie dans son orbite. ». En fait, c'est un stéréotype lexicalisé qui supervise les assises socio- politiques du lecteur.

121 Pierre Avril, « Moscow traque »la cinquième colonne» », Le Figaro, publié le 02/04/2014

122 « Cette expression fut initialement utilisée lors d'une allocution radio- diffusée par le général Emilio Mola, membre de l'état-major des forces nationalistes espagnoles en 1936 pendant la guerre d'Espagne parlant des partisans nationalistes cachés au sein du camp républicain ». Wikipedia

123 Boris Foucaud, L'écriture journalistique : du plaisir de lire structuré, Communication éditoriale, Paris, 2014

124 Le Kremlin : Après avoir été la résidence officielle des tsars, puis des dirigeants de l'URSS, il devient le centre politique de la Fédération de Russie, puisqu'il est aujourd'hui la résidence officielle et le lieu de travail du président de la Fédération. Wikipedia

55

C'est une accumulation qui regroupe trois piliers politiques russes : le communisme, le socialisme et le nationalisme. Les partisans et les adeptes de ces doctrines sont qualifiés péjorativement à travers des annotations critiques partagées. Ainsi, le communiste devient-il un apparatchik insaisissable par référence à la signification dévalorisante du terme apparatchik. Généralement, l'apparatchik est un membre du parti communiste soviétique en Russie, mais, il peut désigner, également, le dignitaire de la bureaucratie administrative du parti.

Selon le locuteur, le socialiste se caractérise par sa versatilité et son indétermination. Le Tlf donne la définition que nous pouvons considérer comme la plus élémentaire de l'adjectif versatile. En parlant d'un groupe de personnes, ce terme sert à désigner le caractère fluctuant et instable. C'est le clan « qui change souvent et aisément de parti, d'opinion; qui est sujet à de brusques revirements ». Egalement, nous pouvons constater que la signification de cet adjectif correspond bel et bien à la réputation politique du courant socialiste. De la sorte, le socialisme a été toujours considéré comme un parti d'anarchie, voire de subversion125. Selon les opposants, ce clan politique est l'incarnation de l'absence du réel fondement idéologique. Dans le même sujet, Dmitri G. Lavroff -l'universitaire et le politologue français- affirme, dans Les Grandes étapes de la pensée politique, que si les partis socialistes de l'Europe s'imposent en tant que pouvoir politique, ils n'auront « aucune originalité théorique ou idéologique »126. Par ailleurs, nous remarquons que le nationaliste est disqualifié. Ce choix provient de la discréditation historique et politique du nationalisme. La dévalorisation de ces figures politiques forme un contraste avec la nature du rhème. Elle permet de démontrer qu'on n'est pas face à l'homme qu'il faut au bon endroit. Par le recours à ces techniques antithétiques-antiphrastiques, le lecteur s'attache à l'attaque, suit le corps du sujet et aperçoit, nettement, la dimension critique de l'article.

Nous constatons que les titres et les attaques journalistiques, en tant qu'assertions concises et stéréotypées, peuvent assumer les fonctionnalités des notes didascaliques. Elles permettent moins de contextualiser l'article que de diriger la perception du lecteur en lui fournissant des synopsis. Le locuteur entame son discours par une formule usitée et partagée

125 Jacques Droz, Histoire générale du socialisme, tome 1 : des origines à 1875, Presses universitaires de France, 1972

126 Dmitri Georges Lavroff, Les Grandes étapes de la pensée politique, Dalloz, « Droit public, science politique », 1999

56

pour condenser un package d'informations. En passant par cette « formule clé », le lecteur aborderait le reste de l'article tout en s'appuyant sur une lecture interprétative critique.

2.2.3.2 Les chutes et les péroraisons partagées

Dans cette deuxième sous-partie, nous étudierons la dimension stylistique des formules rebattues qui pourraient achever un article journalistique. Encore une fois, envisageons les articles du journaliste et du blogueur Yves Thréard. C'est l'éditorial intitulé « PMA127 : vigilance » abordant les différents facteurs qui déclenchent les manifestations du 2 février 2014. C'est une mobilisation ayant pour objectif de dénoncer l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes. Par ailleurs, Thréard parle des « désaccords internes au gouvernement » et de la position du président de la République à l'égard de ce sujet. François Hollande possède « la faculté à dire tout et son contraire, à godiller entre les obstacles ». Le journaliste achève son analyse politique par une expression résumant tout : Rien n'est donc encore gravé dans le marbre. Cette formule idiomatique est une allusion aux inscriptions antiques gravées sur le marbre qui persistent et restent intangibles. Quand l'expression revêtit la forme négative, elle renvoie à tout ce qui pourrait être changé facilement et rapidement, aux affaires non contractuelles. Dans cet énoncé, le locuteur a recours au cliché lexicalisé pour dénoncer l'indétermination du gouvernement et des dirigeants.

La disposition des éléments textuels dans cet article nous rappelle la macrostructure de la plupart des fables de la Fontaine128. L'expression que nous avons analysée pourrait jouer le même rôle que la maxime qui suit le récit et le dialogue, souvent, pour procurer à la fable ce ton du texte de moralité. De même, la clôture stéréotypée vient d'achever un ensemble de faits exposés et rapportés tout au long de l'article pour assumer la fonction d'un synopsis qui condense, en premier lieu, des points de vue et véhicule, par excellence, un aspect suggestif en un second lieu. Quand la maxime, en tant que formule stéréotypée partagée, clôture l'exposé du locuteur, elle permet d'assurer une cohérence discursive et sémantique. Ainsi, l'interprétation de l'énoncé exige-t-elle une analyse de toutes les informations précédentes en balayant les différentes données fournies dans l'article pour envisager le mécanisme

127 La procréation médicalement assistée (PMA) désigne l'ensemble des pratiques cliniques et biologiques, où la médecine intervient plus ou moins directement dans la procréation. Wikipedia

128 Pour mener cette analyse nous avons choisi d'embrasser le schéma discursif de la fable présenté par Mohamed Bouattour dans son ouvrage Interaction et argumentation dans les Fables de la Fontaine. Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sfax 2007. P.84

57

aboutissant à cette péroraison clichée. De ce fait, nous pouvons constater que les faits ou les événements narrés au sein de l'éditorial fonctionnent comme une démonstration et des prémisses découlant un raisonnement qui se traduit en une image partagée, en un déjà-vu.

TROISIEME PARTIE

58

Le fonctionnement des clichés dans le cadre
d'énonciation : valeurs illocutoires et pragmaticité

59

Dans chaque échange verbal ou écrit, le système communicationnel s'effectue à travers l'acte de l'énonciation. L'énonciation est l'acte linguistique qui permet de réifier, d'échanger et d'orienter des éléments langagiers. C'est un pacte qui s'établit entre un énonciateur qui manie des composants discursifs et un co-énonciateur qui reçoit et interprète ces composants. L'énoncé est le résultat de cette opération. De ce fait, le modèle communicationnel constitue le passage de l'acte d'énonciation vers l'énoncé ou, selon la terminologie ducrotienne, le passage du dire vers le dit129.

En tant que stratégie argumentative et énonciative véhiculant un ensemble d'activités langagières, les formules stéréotypées peuvent être envisagées et étudiées d'un point de vue pragmatique. Nous essayerons de discerner les rapports pragmatiques qui s'établissent entre ces formes banalisées et les communicants au sein d'un échange discursif.

3.1. La position du sujet énonciateur dans le discours politico-médiatique

Dans le discours de presse, le locuteur-journaliste peut prendre une position dans le cadre énonciatif en passant du statut de simple rapporteur et informateur vers le statut de critique, d'analyste qui tient à visualiser ses attitudes et embrasser les différents points de vue pour révéler son dissentiment et sa mésentente. De ce fait, l'énonciateur manipule les formules banalisées pour passer d'une visée de faire savoir vers une visée de faire penser130.

Soit l'expression suivante : « L'Union européenne quand même »131. C'est le titre d'un article écrit par Yves Thréard. La phrase est composée du groupe nominal l'union européenne suivi de la locution adverbiale quand même. Généralement, cette locution véhicule un aspect adversatif servant à mettre en relief une opposition entre deux situations ou deux faits dont l'un contrarie l'accomplissement de l'autre. Néanmoins, la formule quand même peut marquer les différentes modalités affectives comme l'ironie, l'étonnement ou l'insistance. Par la mise en relation de l'assertion et de la situation d'énonciation, nous pouvons déterminer la position du locuteur et les visées pragmatiques de son énoncé. Ainsi, Thréard commence-t-il son analyse par l'affirmation suivante : « Il ne faut pas désespérer de l'Union européenne.

129 Oswald Ducrot, Le Dire et le Dit, Editions de Minuit, Propositions, 1985.

130 Patrick Charaudeau, Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives, Revue SEMEN 22, Énonciation et responsabilité dans les médias, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, novembre, 2006

131 Yves Thréard, « L'Union européenne quand même », Le Figaro, le 21 février 2014

60

Quand elle veut, elle peut. ». C'est une forme de juxtaposition totale dont Hanne Leth Anderson la désigne par la parataxe asyndétique132. Les deux unités syntaxiques composant l'énoncé sont liées sans la médiation d'un mot-outil coordonnant ou subordonnant. Dans la première proposition, l'énonciateur a recours au verbe défectif falloir au négatif. L'emploi emphatique de ce verbe a pour fonction d'exprimer une conjecture, un jugement probable fondé sur des données partagées. De même, ce verbe permet de conférer à l'énoncé une dimension maximale. Une dimension qu'est mise en évidence à travers la clôture « quand elle veut, elle peut ».

Afin de bien illustrer son argumentation, l'énonciateur entame son discours par une série de clichés ayant pour effet la captation et la mise en contexte du thème. Son énoncé se livre à une fonction d'analyse, d'explication et de commentaire. Yves Thréard poursuit sa démonstration et fournit les informations nécessaires permettant de consolider ses assertions, il ajoute : « La preuve vient d'être apportée à Kiev, où elle a joué un rôle décisif dans l'accord trouvé entre le président Ianoukovitch et l'opposition »133. Le locuteur a établi un raisonnement déductif en partant d'une affirmation générale renforcée par des formules stéréotypées partagées vers une chronique fondée sur une investigation journalistique. La disposition des items banalisés constitue un procédé de construction susceptible de créer une cohérence idéologique.

Néanmoins, l'énonciateur ne se contente pas de l'activité du rapporteur. En revanche, il se situe au sein de son discours pour expliquer et commenter. Ainsi, affirme-t-il : « Bien sûr, elle a perdu beaucoup de temps. Peut-être le sang n'aurait-il pas autant coulé, place de l'Indépendance, si elle avait montré davantage d'empressement »134. Thréard, use de la locution adverbiale bien sûr et de l'adverbe peut être introduisant la proposition hypothétique. En outre, il emploie un stéréotype pathétique couler le sang permettant d'établir une complicité entre les images stéréotypées affectives et le processus d'acquisition de la connaissance, ou ce que Galen V. Bodenhausen appelle « la collaboration entre le système cognitif et le système affectif »135. Dans le même contexte, le laboratoire de

132Hanne Leth Andersen, La subordination dans les langues romanes, Actes du colloque international, Copenhague, 1994, p.15

133Yves Thréard, op.cit

134Ibid

135Galen Bodenhausen, Thomas Mussweiler, Shira Gabriel & Kristen Moreno, Affective influences on stereotyping and intergroup relations, P. Forgas, Handbook of affect and social cognition 2001, p.319

61

Psychologie Sociale136 a étudié les liens entre l'impact de l'activation de l'information affective et l'utilisation des stéréotypes du jugement social. Ces études ont montré que l'activation de l'information relative aux nouvelles tragiques augmente le recours aux stéréotypes, alors que l'emploi de ces formules diminue quand il s'agit d'une information journalière et quotidienne137.

Par la suite, Yves Thréard continue son analyse et affirme : « Certes, l'avenir de l'Ukraine reste en pointillé ». Il fait allusion aux enjeux de la situation politique critique de l'Ukraine à travers une formule imagée prospective. Ainsi, l'énonciateur emploie-t-il la locution adverbiale en pointillé qui signifie « [rester] en arrière-plan, sous une forme moins nette ou moins assurée »138. Ensuite, il enrichit son enquête par une série de questions ayant pour visée d'amplifier le degré interactionnel avec le lecteur ou le récepteur: « Qui formera le gouvernement... ? », « Qui pourra se présenter à l'élection présidentielle... ? », « Quel sera le sort de Viktor Ianoukovitch... ? ». A travers cet éditorial, nous remarquons que le locuteur pose le thème, fournit les informations, inspecte les données et envisage les résultats en s'appuyant sur des idées reçues lexicalisées, évidemment démontrées. Ces idées sont des images répandues et des codes inscrits dans le subconscient cognitif de l'interlocuteur.

Pour embrasser une attitude, prendre un point de vue et établir une communication, le sujet communicant doit surmonter le fond linguistico-culturel individuel. En revanche, « l'attirail » linguistique d'un locuteur doit être « toujours traversé par le discours de l'Autre, la rumeur publique qui sous-tend les énoncés »139. En s'attribuant une position dans l'article et en prenant le contrôle de l'activité communicationnelle, le journaliste érige « le sujet destinataire »140 qui va recevoir (lire) l'information, l'analyse et l'interprète et -simultanément- il s'intronise, lui-même, en « sujet énonçant »141 qui va user de différentes techniques langagières pour garantir l'efficacité pragmatique de son énoncé.

136University of Paris 5

137François Ric, Effects of the activation of affective information on stereotyping: When sadness increases

stereotype use. Personality and Social Psychology Bulletin, 2004 138Tlf

139Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot, Stéréotypes et clichés, Nathan, vol. 60, n° 1, 1999, p. 99

140Patrick Charaudeau, Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives, Revue SEMEN 22, Énonciation et responsabilité dans les médias, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, novembre, 2006

141Ibid

62

La démonstration de la position du sujet énonciateur vis-à-vis de l'énoncé exige un passage par l'identification des données de la situation de communication. Selon Patrick Charaudeau, ces données sont -essentiellement- des facteurs d'ordre socio-communicationnel qui concernent la nature identitaire des communicants, les relations qui s'établissent entre les partenaires de l'échange discursif et les visées de l'énoncé. En d'autres termes, la nature identitaire regroupe les statuts et les rôles des sujets communicants. Tandis que, les liens qui s'établissent entre ces derniers relèvent des finalités pragmatiques.

Tout énoncé est capable de véhiculer des notions pragmatiques différentes. Le locuteur manie ses énoncés en tant qu'un atout rhétorico-argumentatif permettant d'informer, de demander, de promettre, de conseiller, d'exhorter ou de convaincre. Quels rapports pouvons-nous dégager entre les actes du langage et les expressions stéréotypées ? Dans quelle mesure, une formule clichée permet-elle de mettre en relief la dimension pragmatique d'un énoncé ?

3.2. Stéréotypes et actes de langage

La théorie des actes de langage provient de la philosophie du langage ordinaire142 qui a donné plus d'intérêt aux pratiques et aux usages de la langue. Cette théorie a été inspirée et développée, d'abord, par John Langshaw Austin, ensuite, John Searle a continué la théorisation de la notion des actes de langage qui a eu comme objectif d'étudier les aspects interactionnels de l'énoncé par opposition à l'aspect descriptif et expressif qui a marqué le langage au cours des siècles.

Dans son ouvrage Quand dire c'est faire143, John L. Austin a montré que, contrairement à l'acception traditionnelle, les énoncés ne peuvent pas être toujours constatifs, ayant pour objectif de décrire la réalité. En revanche, le discours se présente, souvent, comme un dispositif performatif quand il revêtit un énoncé dynamique planifiant et quand le fait de la production de l'énoncé permet d'accomplir un acte. La théorie d'Austin prévoit le

142 La philosophie du langage ordinaire (appelée aussi philosophie linguistique) est un courant dans la philosophie analytique qui prétendait éviter les « théories » philosophiques, les excès de formalisme pour étudier les usages du langage ordinaire et du sens commun. Le courant était inspiré par Wittgenstein, [...] a choisi de partir de ce langage ordinaire pour résoudre les problèmes philosophiques qui sont engendrés par le langage de la philosophie. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Philosophie_du_langage_ordinaire)

143 C'est la traduction de l'oeuvre How to do Things with Words (1962): c'est un titre qui se réfère aux livres anglo-saxons de conseils pratiques (How real is real, How to make friends). Les idées inscrites dans cette oeuvre reviennent à 1939.

63

franchissement du contenu sémantique du dit pour aborder les liens entre l'assertion et l'environnement énonciatif. L'acte de langage est le résultat de l'emploi pragmatique des énoncés. En fait, le locuteur a recours à plusieurs techniques pour activer et actualiser son énoncé. C'est ainsi que le langage serait moins un simple moyen de communication échangé via un support de transmission écrit, oral ou visuel, qu'une formule discursive permettant d'exécuter divers actes.

Dans cette perspective, nous essayerons d'étudier les rapports entre les actes de langage et les expressions stéréotypées utilisées dans les registres politico-médiatiques. Selon Maurice Kauffer, « les actes de langage stéréotypés »144 constituent une catégorie langagière cohérente permettant d'analyser la formation et l'utilisation des formules clichées, courantes et banales dans un discours interactionnel. Kauffer a relevé trois critères d'actes de langage stéréotypés. Premièrement, l'expression stéréotypée est un énoncé -sémantiquement- autonome qui peut être employé indépendamment. C'est l'exemple des proverbes et des maximes qui sont des énoncés isolés équivalant aux expressions libres non figées et permettant d'élaborer une stratégie argumentative. Dans l'expression qui suit, Jean Auclair145 s'est élevé publiquement contre les turcs et s'est exclamé: « On se plante des épées dans le dos. Les Turcs nous achètent des taurillons et des broutards [...] »146. Le proverbe joue le rôle d'une phrase affirmative libre qui véhicule un acte illocutoire ayant pour fonction de dénoncer.

Le deuxième critère concerne l'idiomaticité sémantique et le caractère sémantique non compositionnel de l'expression figée. La signification globale de la formule stéréotypée provient de l'ensemble des composantes de l'énoncé figé. Par exemple, lorsque le président de la république, François Hollande exhorte ses ministres, il utilise le propos « ne pas jouer individuel ». L'emploi et l'interprétation des mots jouer et individuel ne permettent pas de considérer que cette expression est une simple affirmation sur l'acte de jouer. En fait, le chef d'Etat insiste « sur la lignée fixée par le pacte de responsabilité »147 et demande à ses ministres de travailler collectivement.

144 Maurice Kauffer, Le figement des « actes de langage stéréotypés » en français et en allemand, Université de Lorraine-Nancy / CNRS-ATILF, UMR 7118

145 Jean Auclair est un homme politique français, négociant qui a été élu à la creuse (2e circonscription) en 1993. Il faisait partie à l'assemblée nationale du groupe UMP.

146 Sophie Huet, « Génocide arménien : les députés dans l'embarras », Le Figaro, le 20/12/2011

147 http://www.lefigaro.fr/politique, publié le 26/08/2014

64

En troisième lieu, Kauffer relève la pragmaticité que véhiculent les actes de langage stéréotypés. A ce niveau là, les expressions stéréotypées auront une fonction moins référentielle que communicationnelle. Ainsi, le sens sous-jacent des stéréotypes lexicalisés serait-il dépendant du contexte et de la position des locuteurs dans le cadre interactionnel. L'interprète de ces formules doit prendre en considération l'ensemble des contextes syntaxiques, les contextes énonciatifs et les contextes génériques148. Selon, R. Amossy et A. Herschberg, les locuteurs sont appelés à tenir compte du « linguistique et du social, du discursif et de l'interdiscursif »149. Le recours aux actes stéréotypés de langage n'a pas -uniquement- pour fonction de dire et de rapporter ce qui est dit. Or, ces formules se dotent d'une grande capacité pragmatique servant à accomplir un acte tout en employant le langage. Ainsi, un acte de langage permet-il au locuteur de concrétiser ses points de vue, de matérialiser un sentiment ou un concept et de démontrer une attitude. Dans les énoncés journalistiques ou les discours politiques, les actes de langage stéréotypés détiennent une visée expressive de critiquer ou dénoncer et une visée pragmatique d'agir sur le récepteur ou de faire réagir ce dernier.

La position du locuteur par rapport à son interlocuteur détermine la dimension énonciative de l'acte de langage. Dans « La modalisation et les modalités énonciatives » 150, Patrick Charaudeau a regroupé les actes énonciatifs en trois catégories selon la position et la présence des énonciateurs ; les actes allocutifs, élocutifs et délocutifs. Dans l'acte allocutif, l'interlocuteur est impliqué et il pourrait interagir. C'est l'énoncé de type je t'ordonne de partir. L'acte allocutif se caractérise par l'emploi des représentants référentiels (les pronoms personnels de la première et la deuxième personne). Dans l'acte élocutif, les noms propres, les noms communs et les pronoms personnels révèlent la présence de l'énonciateur. C'est l'exemple de la phrase je pense qu'il a tort. Le récepteur n'est pas obligé de réagir. La troisième catégorie inclut les actes délocutifs. C'est une forme impersonnelle de type il est vrai que ce n'est pas simple. Ni locuteur, ni interlocuteur ne sont impliqués dans l'énoncé, mais, c'est le discours d'une tierce personne qui est rapporté. Selon Patrick Charaudeau,

148Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot ont parlé de la prise en compte des contextes génériques qui concernent le genre de l'énoncé et les facteurs de la production du texte discursif (les éditoriaux, les interviews, les conférences...). Stéréotypes et clichés : langue, discours, société, Nathan, 2000. p.106

149 Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot, op.cit, p.106

150 Patrick Charaudeau, La modalisation et les modalités énonciatives, Grammaire du sens et de l'expression, Hachette Education, Paris, 1992, pp.569-607

65

chaque type d'acte de langage renvoie à un ensemble de modalités énonciatives. Ainsi, l'injonction, l'interrogation et l'interpellation correspondent-elles à l'acte allocutif. Alors que, l'opinion, l'appréciation, l'obligation, la promesse, l'accord peuvent découler de l'acte élocutif.

D'une façon générale, les assertions journalistiques et politiques se recoupent -le plus souvent- avec les actes élocutifs et délocutifs. L'énonciateur présente l'information, donne son point de vue et démontre son attitude, mais le lecteur ou le récepteur ne peut pas s'imposer, réagir ou interagir directement. Bien que le destinataire n'ait pas toujours la capacité de s'introduire dans le processus communicationnel, il pourrait -pour autant- saisir l'impact de l'énoncé reçu. Dans ce même contexte, Austin a parlé de l'effet psychologique de toute assertion sur l'interlocuteur. Selon la théorie des actes de langage de John Austin, un acte performatif véhicule deux versants ; d'une part, un versant illocutoire comprenant l'ensemble des messages latents qui ne se manifestent pas explicitement. D'autre part, un versant perlocutoire qui concerne le retentissement d'un énoncé sur le récepteur et les effets psychologiques qu'un acte de langage peut produire151.

3.3. Les valeurs illocutoires des actes de langage stéréotypés

En partant de la théorie d'Austin et de l'étude proposée par Kauffer, nous allons relever et analyser les différents actes langagiers stéréotypés à travers des exemples précis tirés des éditoriaux politiques et des propos des dirigeants de la Droite française.

3.3.1. L'indignation

Après la révélation d'une partie des échanges téléphoniques avec son avocat, Nicolas Sarkozy est sorti de son silence et il a contre-attaqué dans une tribune au Figaro. L'ancien chef d'Etat affirme que « Contrairement à ce qui s'écrit quotidiennement », il n'éprouve pas le désir de s'impliquer dans la vie politique de la France. « Si je le fais, c'est parce que des principes sacrés de notre République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupule sans précédent »152, poursuit Nicolas Sarkozy en dénonçant la détérioration des principes républicains.

151 John L. Austin, Quand dire c'est Faire, SEUIL, Coll. Points 1962

152 Charles Jaigu, « Nicolas Sarkozy s'adresse aux Français », Le Figaro, publié le 20/03/2014

66

La locution figée foulé(s) aux pieds témoigne de la grande indignation de l'énonciateur. Cette expression renvoie à une connotation péjorative marquée. En fait, la formule fouler au pied signifie dédaigner, déprécier une affaire intangible ou traiter ce qui est sacré avec un grand mépris. Le locuteur a intensifié l'effet pragmatique de la locution figée par l'utilisation de groupes nominaux une violence inédite et une absence de scrupule. Nicolas Sarkozy va jusqu'au bout de sa riposte en assimilant le scandale des écoutes téléphoniques aux activités de la Stasi153.

A travers ce discours tout fait, le locuteur effectue un énoncé à tri-acte : dans un premier lieu, un acte locutoire qui consiste à produire une suite d'éléments grammaticaux composant l'ensemble de l'assertion et concrétisant l'idée de l'énonciateur. En second lieu, l'énoncé est illocutoire dans la mesure où il démontre le thème et fournit les informations nécessaires aux lecteurs (les principes sacrés de la République sont foulés aux pieds). Au moment où ces informations sont bien représentées, le locuteur réussit à établir un troisième acte qui serait perlocutoire. L'intensification de l'énoncé et l'insertion du cliché accentuent l'effet perlocutoire de l'énoncé. Ainsi, cette assertion comprendra-t-elle des effets psychologiques qui seront saisis par les récepteurs.

En fait, le discours de Sarkozy suscite l'emportement de la Gauche et plusieurs visages politiques ont interagi. Dans un communiqué, le 20e ministre démissionnaire, Jean-Marc Ayrault a qualifié la contre-attaque de Sarkozy de « grave faute morale » et il croit que la comparaison entre la France et le Stasi allemand reste « insupportable ». Christiane Taubira, garde des Sceaux, ministre de la justice répond : « je n'entends pas accepter cette injure ». D'un autre coté, Michel Sapin, le ministre du travail, a jugé « un coup d'Etat verbal contre les institutions » la tribune de Nicolas Sarkozy. Selon lui, le discours de Sarkozy est une réaction « à la Berlusconi »154.

Etudions un deuxième exemple extrait, toujours, du Figaro. Cette fois-ci, c'est le journaliste Alexandre Devecchio qui a recours au cliché lexicalisé afin de procéder à un acte de langage stéréotypé et démontrer la modalité de l'indignation. Lors de l'attribution du prix

153 La Stasi est le service de police politique, de renseignements, d'espionnage et de contre-espionnage de la République démocratique allemande (RDA). Il est créé le 8 février 1950.

154 Tribune de Sarkozy : La gauche s'indigne, http://www.lepoint.fr, publié le 21/03/2014

67

de « l'élu local de l'année »155, par le jury Trombinoscope, au maire d'Hénin-Beaumont Steeve Briois, A. Devecchio a constaté que « Le principe même d'un prix du Trombinoscope est déjà très con! Pour le reste, c'est le bouquet! La question qui devrait se poser est la suivante. Steeve Briois, quelle que soit son étiquette politique, est-il un bon maire? »156.

L'expression stéréotypée c'est le bouquet remonte au 19ème siècle. Le terme bouquet signifiait l'apogée ou la belle conclusion annonçant la fin d'une affaire. Cette même formule peut invoquer l'ironie et avoir une signification contraire à ce qu'elle désignait. En effet, on utilise c'est le bouquet pour qualifier une situation exceptionnelle inattendue ou pour dénoncer la réalisation d'un événement inespéré. Elle est le synonyme de la locution c'est le comble157. Ayant une fonction intonative, le point d'exclamation qui vient de suivre l'expression clichée c'est du bouquet ! permet de mettre en évidence l'acte de langage en marquant une intonation particulière de l'énoncé.

Les assertions que nous avons analysées portent sur la nuance de l'indignation à travers des locutions figées. D'une perspective sémantico-pragmatique, la modalité -dans le premier énoncé- est renforcée par une série d'expressions péjoratives (une violence inédite et une absence de scrupule). Tandis que, le producteur du deuxième énoncé se sert, d'une part, de l'ironie et de l'antiphrase à travers la déviation d'une expression qui était méliorative. D'autre part, l'emploi d'un point d'exclamation s'accompagnant à l'expression vient traduire l'emportement de l'énonciateur.

3.3.2. Le refus

En mai 2013, la direction nationale de l'UMP connaissait des problèmes de trésorerie importants. Elle a demandé à la fédération des Hauts-de-Seine un prêt de 200 à 300.000 euros. Le secrétaire départemental, Roger Karoutchi, a refusé cette demande. En adressant une fin de non recevoir, l'ex-ministre et secrétaire général de la fédération UMP des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi affirme que le budget annuel est d'environ 250.000 euros et qu'il ne veut pas

155 Chaque année, depuis 1992, l'annuaire professionnel du monde politique, le Trombinoscope, choisit les personnalités de l'année.

156 Alexandre Devecchio, « Jean-François Kahn : à 30%, Marine Le Pen vous dit merci », Le Figaro, publié le 29/01/2015

157 www.expressio.fr

68

déstabiliser la « bonne » gestion. «Ils pouvaient toujours courir la bouche ouverte, c'est nous qui aurions eu un problème si on avait fait ça »158, poursuit le sénateur.

Pouvoir toujours courir est une expression figée qu'on attribue à la fable de La Fontaine ; Le lièvre et la tortue. Le lièvre peut toujours courir mais il n'arriverait jamais à rattraper la tortue159. En d'autres termes, c'est une formule qu'on emploie pour démontrer une attitude de protestation contre une requête d'autrui sans tenir compte de ses efforts en vue d'atteindre un objectif.

Dans cet énoncé, les interlocuteurs intéressés (les membres de la direction nationale de l'UMP) sont désignés par la troisième personne du pluriel Ils. Généralement, le pronom personnel Il fait référence à un composant exclu de l'énonciation. En revanche, ce pronom personnel dépasse le rôle anaphorique et désignatif. Le Il n'est plus, comme le désigne Emile Benveniste, une simple « non-personne » qui ne participe pas à communication. A priori, l'emploi de ce pronom personnel associé à la formule stéréotypée constitue un phénomène d'énallage. Dans cet énoncé, le locuteur envisage son destinataire comme étant écarté du système communicationnel et qu'il n'aurait pas les arguments suffisants pour riposter.

3.3.3. La menace et l'avertissement

Les formules stéréotypées renvoyant à ces modalités doivent être contextualisées afin de saisir leurs visées énonciatives. Elles peuvent varier du simple avertissement jusqu'à la menace.

C'est un article écrit par Richard Heuzé-Rome dans Le Figaro160. Il rapporte une interview avec Silvio Berlusconi, le président du Conseil italien, diffusée sur la radio publique. Berlusconi accuse Giorgio Napolitano, le président de la république, de l'avoir trahi. S'acharnant, il poursuit : « Je ferai voir aux Italiens de quel bois je me chauffe ! ». L'énonciateur s'attribue cette expression figée pour montrer au destinataire son aptitude et de quoi il serait capable. La formule de quel bois il se chauffe avait une dimension exhortative pour « connaitre la nature, les moeurs ou le caractère de quelqu'un »161. Toutefois, cette même

158 Tristan Quinault Maupoil, « Roger Karoutchi a refusé un prêt à l'UMP nationale », Le Figaro, publié le 19/08/2014

159 http://fr.wiktionary.org/wiki/pouvoir_toujours_courir

160 Richard Heuzé - Rome, « Berlusconi au pied du mur judiciaire », Le Figaro, publié le 09/10/2009

161 http://fr.wiktionary.org/wiki/de_quel_bois_il_se_chauffe

69

formule revêtit, dans plusieurs types de discours, une modalité de menace. L'intensification dans cet énoncé provient du choix du destinataire. Le locuteur ne se contente pas d'accuser son interlocuteur directement, il s'élève contre toute une communauté. La motivation de ce choix semble, au premier abord, psychologique. L'assertion aurait pu être interprétée ainsi « Nous ne nous chauffons pas du même bois »162 pour signifier que les communicants ne partagent pas les mêmes idées et n'auront pas les mêmes opinions. Néanmoins, en envisageant l'aspect global de la phrase, nous remarquons que la signification précédente ne peut pas concerner l'énoncé, objet de notre étude. L'utilisation du pronom personnel je, l'emploi du futur de l'indicatif (je ferai) et implication des destinataires (Giorgio Napolitano et avec lui, les italiens) confèrent à cet énoncé la modalité de l'avertissement menaçant.

3.3.4. La résignation

Dans un blog de soutien à la candidature de Marine Le Pen163, les rédacteurs ont publié un article intitulé « Monsieur Valls, après le camouflet marseillais, pour vous les carottes sont cuites ! »164. Les carottes sont cuites est une expression idiomatique « gastronomique » qui signifie qu'une situation est compromise irrémédiablement. Elle a comme synonyme l'expression « c'est la fin des haricots »165. En d'autres termes, ces formules renvoient à une grande complexité pour sauver une affaire.

L'article publié par la rédactrice Josiane Filio166 prend la forme d'une pétition adressée au premier ministre Manuel Valls. Le texte commence par la formule « Monsieur le premier ministre ». Cette formule de politesse a perdu toute valeur locutoire puisqu'elle suit un titre qui a dénié les visées normatives et détruit les codes communicationnels d'un énoncé de politesse. Ce contraste s'accentue quand l'énonciatrice ajoute des assertions de type « il est devenu parfaitement inutile de continuer vos mensongères accusations envers le Peuple de France », « vous poursuivez de votre haine et de vos injustes mesures ». L'énonciatrice

162 http://www.cnrtl.fr/definition/academie8/bois

163 C'est un blog qui soutient la candidature de Marine Le Pen pour les élections présidentielles 2017 et qui prétend fournir les informations dont les autres journalistes les dissimulent aux ordres du système.

164 http://www.marine-le-pen-presidente-2017.com

165 http://fr.wiktionary.org/wiki/les_carottes_sont_cuites

70

achève sa « lettre ouverte » par une signature qui reprend le premier acte de langage stéréotypé introduit par le titre et l'expression idiomatique. Ainsi, se présente-elle : « Josiane Filio - citoyenne courroucée et impatiente de vous voir quitter une fonction que vous remplissez si mal. »

Chargée de communication dans un mouvement politique non officiel (opposition UMPS), la locutrice a voulu interagir avec son destinataire à travers un discours qui aurait pu être composé d'énoncés rigides et officiels. Par contre, l'énonciatrice a rédigé un texte comportant des formules idiomatiques. La position que prend l'expression figée dans le titre permet au récepteur d'aborder le texte autrement. Ce dernier, en envisageant le reste du texte, garde toujours l'idée des carottes cuites et de la résignation du premier ministre. Rappelons que cette disposition mime la typographie de plusieurs fables de La Fontaine qui commencent par une maxime ou une expression stéréotypée, partagée par les membres du groupe social et mettant en lumière le thème ou le procès traité dans le reste du texte. Au niveau stylistique, l'idiotisme, en tête de texte, semble paradoxal et choquant. Dans cet énoncé, la locutrice s'adresse « directement » à son co-énonciateur. Malgré que celui-ci n'est pas présent carrément, mais il est impliqué dans cet acte de langage allocutif et il pourrait répondre ou interagir.

Nous étudierons les dimensions pragmatiques et stylistiques de l'expression stéréotypée à travers un autre exemple dans lequel le locuteur a utilisé le même idiotisme les carottes sont cuites. Le point de divergence primordiale entre les deux exemples réside dans la position des interactants. C'est un article intitulé « L'agonie des temps modernes »167 écrit par le journaliste Ivan Rioufol. Ce dernier esquinte les déclarations du ministre de l'économie Emmanuel Macron lors d'un entretien dans Le journal du Dimanche affirmant que le ministère aura « six mois pour créer une nouvelle donne en France et en Europe ». L'énonciateur a entamé son anathème par l'assertion « Si l'on entend bien Emmanuel Macron, les carottes sont cuites ». Dans cet exemple, le journaliste rapporte et interprète les propos d'une tierce personne à travers la formule stéréotypée pour fournir les informations aux lecteurs et partager - simultanément- ses points de vue dans un discours subjectif.

3.3.5. L'approbation

167 Ivan Rioufol, « L'agonie des temps modernes », Le Figaro, publié le 13 octobre 2014

71

Analysons l'énoncé suivant « Bon vent au traité de Lisbonne »168. C'est le titre qui inaugure un éditorial publié dans le figaro par Pierre Rousselin. Le journaliste s'exprime après la signature du « traité de Lisbonne » le 13 décembre 2007 à Lisbonne entre les vingt-sept États membres de l'Union européenne. Ce traité vise à transformer l'architecture institutionnelle de l'UE. « Il fallait le traité de Lisbonne pour que l'Europe sorte de l'impasse où les non français et néerlandais l'avaient engagée. Maintenant que le texte est signé, il reste à lui souhaiter bon vent », poursuit Pierre Rousselin.

Contrairement aux modalités précédentes, l'énonciateur, dans cet énoncé, porte un jugement favorable du thème posé et il veut partager cette approbation avec son lecteur à travers un l'acte de langage stéréotypé bon vent. L'expression appartenait, d'abord, au lexique maritime. Elle désignait le vent favorable à la navigation, qui peut pousser les bateaux directement vers leurs destinations. Par conséquent, on utilise bon vent comme une formule pour souhaiter d'avoir une navigation agréable. Ensuite, l'emploi de cette expression figée correspond à une attitude de consentement. Nous allons envisager la valeur illocutoire de cette formule dans un second exemple.

Lors de la passation de pouvoir avec Alain Juppé, le 1 mars 2011 au Quai d'Orsay, l'ex ministre des affaires étrangères Michelle Alliot-Marie a entamé son discours par les clichés politiques les plus rituels. Elle est revenue à son bilan de « moderniser, transformer, rénover » l'institution. De même, elle a parlé de son « engagement pour la grandeur de la France ». Ensuite, elle a souhaité à son successeur « bon vent et bonne mer »169. Dans cet exemple, nous constatons que les actes de langage stéréotypés constituent des données énonciatives permettant de traduire une attitude et d'édifier l'éthos et la manière d'être. En manipulant ces formules toutes faites et démontrant son consentement, l'énonciatrice se construit l'image de la femme politique sensée et prévoyante.

L'étude des actes de langage stéréotypés dans la presse ou dans les propos politiques, nous a permis de concevoir que ces formules constituent des données illocutoires qui devront être analysées et interprétées profondément au-delà de leurs sens immédiats. D'une part, l'énonciateur convoque ces données indicielles pour faire passer des messages qui auraient pu être acerbes s'ils n'étaient pas reformulés par des idiotismes. D'autre part, la perméabilité du

168 Pierre Rousselin, « Bon vent au traité de Lisbonne », Le Figaro, publié le 14/12/2007

169 Anne-Laëtitia Béraud, « MAM souhaite »bon vent et bonne mer» à Juppé lors de la passation de pouvoirs », http://www.20minutes.fr/politique/

72

discours journalistique aux stéréotypes stimule l'énonciateur à s'appuyer sur cette fresque lexicale partagée pour transmettre un ensemble de ripostes et diriger l'opinion publique. C'est ainsi que David blonde affirme que « le recours à des concaténations figées de mots n'est pas gratuit : il sert à consolider le statu quo »170.

3.4. Le figement pragmatique des actes de langage stéréotypés

Selon Michel Martins-Baltar, l'étude des différentes formes phraséologiques « conduit à intégrer les résultats de l'analyse syntagmatique et sémantique dans une perspective pragmatique »171.

En tant que phénomène de phraséologie, les énoncés stéréotypés et les actes de langage stéréotypés se caractérisent par un figement morpho- syntaxique et sémantique. Sur le niveau morpho- syntaxique, les expressions figées sont des unités linguistiques qui excluent, généralement, toutes les expansions syntaxiques et les modifications paradigmatiques. Pour le figement sémantique, il provient de la non-compositionnalité des actes de langage stéréotypés. Le figement morpho- syntaxique et sémantique de ces formules nous permet de réfléchir sur la question du figement pragmatique des actes de langage stéréotypés.

Maurice Kauffer a proposé de développer la notion du figement pragmatique de l'acte de langage stéréotypé à travers l'analyse de l'environnement linguistique immédiat de l'énoncé et les différents liens existant entre l'acte de langage et les éléments contextuels et cotextuels172. Nous aborderons les affinités pragmatiques de l'énoncé stéréotypé à travers l'étude des rapports discursifs qui subsistent entre l'acte de langage stéréotypé, d'une part, et le contexte, la situation extra- linguistique et la fonction pragmatique, d'autre part.

3.4.1. Énoncés figés et contexte

Les pronoms anaphoriques et les termes exophoriques constituent les deux illustrations linguistiques permettant d'aborder ce rapport entre l'énoncé figé et le contexte.

Ayant un usage anaphorique, le pronom démonstratif ça constitue une variante assurant l'interaction entre l'énoncé stéréotypé et le contexte. Le premier exemple, extrait du Figaro,

170 David Blonde, « Du cliché journalistique ». Protée, vol. 32, n° 1, 2004, p. 81-90.

171 Michel Martins-Baltar, La locution : entre langue usages, Langages, 1997, p. 334.

172 Maurice Kauffer, Le figement des »actes de langage stéréotypés» en français et en allemand, Université de Lorraine-Nancy / CNRS-ATILF, UMR 7118. p.5

73

est capable de visualiser le fonctionnement pragmatique de ce pronom. Après la formation du gouvernement de Manuel Valls, Christiane Taubira ne s'attendait pas à s'engager dans cette nouvelle équipe gouvernementale. Pendant qu'elle s'apprête à quitter le ministère de la Justice, C. Taubira a été convaincue « à la dernière minute » de rempiler dans le groupe gouvernemental autour de Valls. Avant d'accepter l'offre, Christiane Taubira a confié à ses proches : « J'ai envie de rentrer chez moi. Ça suffit. Tout ça me gonfle »173.

L'expression figée ça me gonfle permet de traduire un sentiment d'insatisfaction, d'énervement et d'agacement. Précédé du pronom indéfini tout, le pronom anaphorique reprend l'ensemble des facteurs à cause desquels l'énonciatrice hésitait envers l'acceptation de l'offre proposée. En fait, Taubira s'inquiète de la réticence du gouvernement par rapport à la mise en place de la réforme pénale. Le pronom anaphorique ça est un signe indexical permettant d'identifier ou de désigner un référent en tenant compte de la situation d'énonciation. L'emploi anaphorique du pronom dans l'acte de langage stéréotypé représente le « pontage référentiel » qui s'oriente vers un antécédent174. Dans notre exemple, le pronom démonstratif renvoie aux différentes données contextuelles associées à l'énoncé dans un environnement référentiel précis.

Par la suite, nous abordons les exophoriques qui correspondent, selon P. Charaudeau et

D. Mainguenau, à une « anaphore cognitive » se rapportant à la faculté de la connaissance des éléments extra- linguistiques. L'énonciateur et le co- énonciateur doivent se conduire sur la même longueur d'onde, le premier pour procéder à son discours et le second pour l'interpréter. Dans la même perspective, les analyses de Geneviève Girard ont montré que les exophoriques constituent une manifestation plus centrale du processus d'anaphorisation. Girard affirme qu' « il faut un antécédent cognitivement récupérable, mais cette récupérabilité n'est pas nécessairement pointable de manière spécifique »175.

Pour étudier les rapports exophoriques dans le discours, nous adoptons la théorie de Thomas Fraser et André Joly qui consiste à classer ces éléments discursifs en deux catégories; les exophores in absentia et les exophores in praesentia. Cette catégorisation s'appuie sur la

173 Ivan Valerio, « Christiane Taubira ne souhaitait pas se retrouver dans le nouveau gouvernement », Le Figaro, publié le 06/04/2014

174 Patrick Charaudeau et Dominique Mainguenau, Dictionnaire d'analyse du discours, Seuils. 2002, p.221

175 Geneviève Girard, « Les paramètres à la construction des anaphores », Cycnos, Volume 18 n°2, mis en ligne le 15 juillet 2004

74

visibilité du référent dans le discours. En fait, si le référent constitue une donnée mémorielle dans le répertoire des interactants et n'est pas, vraiment, explicité dans l'énoncé, on est en présence d'une relation exophorique in absentia. En revanche, si l'élément référentiel de la situation extralinguistique est bien présent dans le cadre interactionnel, le renvoi s'opère avec un exophore in praesentia176.

L'exemple suivant permettrait de mettre en évidence la nature de la notion d'exophorie dans le discours. Lors de la publication de l'ouvrage intitulé Marine le Pen177, Jean-Marie Le Pen, Louis Aliotn Marine Le Pen et les responsables du Front National ont poursuivi les créateurs de l'ouvrage pour injures publiques et diffamation. Les plaintes s'étendent à d'anciennes figures du parti dont leurs témoignages ont été rapportés dans le livre. Devant les juges, l'ancien membre du FN et le professeur de droit à l'université d'Assas Jean- Claude Martinez affirme : « Après ce que j'ai fait pour les deux gosses (Marine Le Pen et Louis Aliot), ils me font des procès ! ». Il ajoute : « Dire d'elle que c'est un animal politique, les bras m'en tombent [...] Un teckel aussi, c'est un animal ! ».

Cet énoncé transmet les modalités de la surprise et de la stupéfaction. L'adjonction de l'image des bras et l'action de tomber renvoie à l'idée de la lassitude ou du désespoir. En d'autres termes, le locuteur « ahuri » ne peut pas réagir. Les indicateurs exophoriques dans l'énoncé relèvent de la chaine référentielle in absentia. Le locuteur exploite l'arrière plan mémoriel de ses interlocuteurs. Ces derniers doivent avoir une idée cohérente des différents facteurs qui ont engendré l'emploi d'une telle formule dans une telle situation. Le décortiquement de la situation d'énonciation constitue le tremplin principal à partir duquel le récepteur pourrait analyser l'énoncé.

D'un point de vue discursif, les éléments syntaxiques dans l'expression sont des indicateurs déictiques qui servent à déterminer les proportions de l'énoncé. Dans l'exemple que nous avons abordé, le sujet bras est suivi du pronom personnel conjoint complément me. Le référent me est un « embrayeur du discours » qui renvoie au sujet de l'énonciation et permet d'identifier la position de celui-ci dans l'énoncé.

176 Thomas Fraser et André Joly, « Le système de la deixis. Esquisse d'une théorie d'expressions en anglais », Modèles linguistiques, 1 (2), 1979, pp. 97-157

177 Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Marine Le Pen, Grasset, Documents français, 2011 : c'est une biographie de Marine Le Pen qui a rencontré le succès public, avec plus de 11000 exemplaires vendus depuis sa parution.

75

Selon les études de Jean-René Klein et Béatrice Lamiroy, les sujets pronominaux sont très fréquents dans la composition morpho- syntaxique des expressions figées. Toutefois, les auteurs de Routines conversationnelles et figement affirment que les pronoms de la première et la deuxième personne perdent, souvent, leur valeur exophorique dans les actes de langage stéréotypés178. Dans notre énoncé, le pronom personnel me est figé. Ainsi, le locuteur n'envisage-t-il pas s'adresser à son allocutaire par une formule comme les bras t'en tombent. De plus, on ne peut pas attribuer l'énoncé à une tierce personne par la phrase les bras s'en tombent ». L'interprétation, le déchiffrement de ses visées argumentatives et la mise en évidence de la dimension pragmatique de la formule figée les bras m'en tombent exigent, simultanément, une analyse de données contextuelles ainsi qu'un balayage de l'ensemble d'informations co-textuelles.

3.4.2. Les énoncés figés et la situation extra linguistique

Dans la deuxième catégorie, nous dégageons les différents liens qui s'entretiennent entre l'acte de langage stéréotypé et la situation extra linguistique. Maurice Kauffer propose deux modes d'interférence antonymiques entre ces deux instances; d'un coté, une seule situation d'énonciation pourrait déclencher plusieurs actes de langage. En revanche, un seul acte de langage stéréotypé aurait la potentialité linguistique d'être employé dans des situations extra- linguistiques différentes. Dans cette perspective, nous embrassons la terminologie de P. Charaudeau pour distinguer une situation d'énonciation polymorphe et un acte de langage syncrétique179. Pour argumenter, dénoncer, informer ou critiquer, le locuteur peut manier plusieurs stratégies discursives. Chaque situation extra- linguistique peut être envisagée à travers des actes de langage divers.

Prenons l'exemple de la réapparition politique de l'ancien chef d'Etat Nicolas Sarkozy et les différentes réactions qui sont déclenchées suite à ce grand retour. Face à cette situation, les récepteurs et les interactants ont réagi et ils se sont exprimés. Entre supporteur et refusant,

178 Jean René Klein et Béatrice Lamiroy, Routines conversationnelles et figement. In Le figement linguistique: la parole entravée. Anscombre J., Mejri S. (eds.) Champion (Paris), 2011, p. 200

179 Dans son article « La modalisation et les modalités énonciatives », Patrick Charaudeau a abordé les problèmes relatifs à la catégorisation de la modalisation. Il a parlé de la polysémie de marques linguistiques, la polymorphie concernant la diversité des énoncés renvoyant à une seule intention de communication et le syncrétisme qui consiste à démontrer des intentions communicationnelles diverses à travers la même marque linguistique.

76

chaque interlocuteur adopte un angle de prise de vue. Par la suite, il produit et transmet un acte de langage différent. Ainsi, relevons-nous quelques ripostes stéréotypées.

Invité du « Grand Rendez-vous »180 sur Europe 1, Jean Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, affirme que le retour de Sarkozy constitue « une mauvaise nouvelle pour la France » et « une bonne nouvelle pour la gauche ». Le locuteur a choisi ce dualisme stéréotypé entre deux variantes opposées et complémentaires, à savoir le maléfique et le bénéfique. Ces actes de langage rebattus permettent à l'énonciateur de manifester une attitude d'incrédulité et de méfiance.

Dans Le Figaro, on lit que l'entourage de François Hollande affirme que le président de la république se réjouit du retour « fracassant » de son adversaire. Ainsi, les fidèles de Hollande lancent-ils : « On va enfin nous lâcher les baskets avec les frondeurs »181. L'expression lâcher les baskets signifie, selon Wiktionary, « laisser quelqu'un tranquille, en paix ». Provenant de l'idiome « coller aux basques », cette expression figée est une métaphore qui renvoie à une personne importune qui « collait quelqu'un de trop près au point de s'agripper à ses baskets »182. A travers cet acte de langage stéréotypé, le locuteur montre une certaine sérénité vis-à-vis de la situation.

De sa part, le député de l'UMP de Paris Bernard Debré ne voit pas d'un bon oeil l'idée du retour de l'ex-président à la tête du parti. Selon lui, Nicolas Sarkozy ne doit pas revenir pour diriger l'UMP après la présidence de la République. Invité de RFI183, Bernard Debré affirme : «Nicolas Sarkozy a été présenté comme l'homme providentiel: il pourra battre François Hollande. Ça n'est plus d'actualité. N'importe quel veau pourra battre François Hollande ». Le journaliste Ivan Valerio a reproduit cette même remarque dans un article intitulé «Aujourd'hui, un veau pourrait battre François Hollande »184. Le locuteur a recours à l'idiotisme animalier afin de démontrer sa réaction. En fait, l'idée du veau a été utilisée par Charles de Gaulle quand il affirmait que « Les français sont des veaux. La France entière est

180 Les grandes lignes de cette interview furent rapportés par Marc de Boni dans l'article « Le retour de Nicolas Sarkozy réjouit aussi ses adversaires politiques » publié le 01/12/2014 dans Le Figaro.

181 Cette affirmation est lancée sur France Inter et rapportée dans le Figaro, « Le retour de Nicolas Sarkozy réjouit aussi ses adversaires politiques ».

182 http://www.linternaute.com. Expressions, état d'esprit

183 Radio France internationale

184 Le Figaro, publié le 08/09/2014

77

un pays de veaux »185. Nous pouvons constater que ce cliché animalier évoque l'image péjorative d'un troupeau d'êtres crédules et dociles. Le locuteur exprime un blasement et montre son désenchantement envers la situation en question.

La diversité des clichés lexicalisés et des expressions idiomatiques figées constituent la principale figure de la polymorphie des interactions discursives. A travers une multitude des actes de langage stéréotypés, les locuteurs et les récepteurs arrivent à se positionner dans le cadre énonciatif, illustrer ou débattre une situation extra- linguistique.

Par ailleurs, nous pouvons constater qu'un seul énoncé pourrait renvoyer à plusieurs visées communicationnelles. La même assertion serait évoquée pour envisager et réagir à plusieurs situations. De ce fait, Le cadre discursif et pragmatique, englobant l'acte de communication, détermine la nature illocutoire de l'énoncé. Maurice Kauffer a donné l'exemple de l'énoncé stéréotypé que nous avons analysé auparavant c'est le bouquet. Cet énoncé est un acte de langage stéréotypé quand il sert à exprimer une valeur d'indignation dans la phrase suivante : « Le principe même d'un prix du Trombinoscope est déjà très con! Pour le reste, c'est le bouquet! »186. Dans ce contexte, la formule figée a le sens de c'est le comble. De même, cet énoncé pourrait accomplir d'autres fonctions dans la communication. C'est le bouquet pourrait être une réponse à l'interrogation partielle c'est le vase ou le bouquet que tu as mis sur la table ? visant à savoir la nature d'une chose posée sur une table. Enfin, ce syntagme peut assurer la reprise sémantique d'un antécédent dans un texte écrit ou oral. Dans ces cas, l'énoncé n'est plus un acte de langage stéréotypé. En revanche, il véhicule des informations et des rhèmes qui participent à la cohérence énonciative.

Citons un autre exemple qui illustre ce phénomène discursif. Dans une interview au Journal du Dimanche, le maire de Nice et l'ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Christian Estrosi s'élève contre la direction de son parti, l'UMP. Ainsi, qualifie-il ce parti d' « armée mexicaine, sans véritable chef » dont il ne connait pas « les règles de fonctionnement »187. Le sens actuel de l'expression armée mexicaine provient de la disparité qui caractérisait les généraux de l'armée révolutionnaire lors de la révolution mexicaine. Cette troupe

185 Jean-Raymond Tournoux, La Tragédie du Général, Plon, 1967

186 Alexandre Devecchio, « Jean-François Kahn : à 30%, Marine Le Pen vous dit merci », Le Figaro, publié le 29/01/2015

187 Le Figaro (avec le Journal du Dimanche), « Pour Estrosin l'UMP est »une armée mexicaine» », publié le 30/03/2008

78

révolutionnaire rassemblait des paysans qui n'avaient eu jamais une formation militaire. Wiktionary fournit une définition élémentaire de cette formule figée qui « sous-tend l'incapacité à diriger avec plusieurs donneurs d'ordres incohérents, et surtout une organisation où tout le monde occupe un poste honorifique »188. De ce fait, le recours à cette formule clichée dans un débat politique véhicule un acte de langage stéréotypé avec la valeur illocutoire d'indignation.

Envisageons le même syntagme dans l'énoncé : « L'armée mexicaine a libéré 165 migrants, qui ont indiqué avoir été retenus pendant plusieurs semaines par un groupe criminel dans l'Etat du Tamaulipas [...] »189. L'expression armée mexicaine s'inscrit sous la configuration d'un compte rendu. C'est une information thématique qui concerne une nouvelle rapportée et ne relève pas d'actes de langage illocutoires.

A travers l'analyse des liens qui subsistent entre acte de langage stéréotypé et la situation extra- linguistique, nous constatons que ces messages clichés ne pourront pas être systématisés. Maurice Kauffer a parlé de la non- « routinisation » des actes langagiers stéréotypés dans des situations particulières190.

3.4.3. Les énoncés figés et la fonction pragmatique

Le dernier critère que nous allons étudier relève de différents rapports entre l'acte de langage stéréotypé et la fonction pragmatique. L'usage et l'interprétation des données stéréotypées dépendent d'un processus de modification et d'adaptation aux intentions des communicants. Dans la même perspective du syncrétisme des formules figées, nous remarquons qu'un acte de langage stéréotypé peut empiler des fonctions pragmatiques différentes. Donnons l'exemple de l'expression ce n'est pas ma tasse de thé191. A travers les emplois de cet énoncé, nous allons discriminer deux visées illocutoires différentes. Le Figaro a rapporté les propos de Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière. Ce dernier a affirmé qu'il ne compte pas rencontrer Marine Le Pen, la candidate du Front National car « le national-socialisme n'est pas sa tasse de thé, tout en précisant qu'il ne

188 http://fr.wiktionary.org/wiki/armée_mexicaine

189 Le Figaro (avec AFP), « Mexique : l'armée libère165 migrants », publié le 06/06/2013

190 Maurice Kauffer, « Le figement des »actes de langage stéréotypés» en français et en allemand », Université de Lorraine-Nancy / CNRS-ATILF, UMR 7118. P.7

191 Cette formule date du XIXème siècle. Elle a des origines anglaises et provient du Royaume uni. C'est la traduction de l'expression « it's not my cup of tea »

79

comparaît pas le FN aux nazis »192. Par le biais de l'expression ce n'est pas ma tasse de thé, l'acte de langage stéréotypé permet d'exprimer une attitude personnelle d'inimitié.

Par ailleurs, quand le Front National subit une opération de dédiabolisation concernant la question d'homosexualité, Jean- Marie Le Pen est intervenu pour remettre en cause cette accusation. Selon le président honoraire du FN, l'adhésion de Christophe Chenu, le créateur du Gaylib193 ne constitue pas un choc. Le Pen a lancé: « l'homosexualité, ce n'est pas ma tasse du thé ». Il ajoute qu'« au Front national il y' a de tout. Il y' a des Gaullistes, des homosexuels »194. Dans cet énoncé, le locuteur parle au nom du parti. Ainsi, exploite-t-il les différents atouts rhétoriques pour intercéder et défendre l'organisme. En se servant de l'ironie, d'une part, et en banalisant l'affaire censée être délicate, d'autre part, l'énonciateur exprime une sorte de détachement stratégique pour abriter son groupe politique et consolider sa position face à la diffamation.

Dans les deux répliques que nous avons analysées, l'intention de communication stimule le détournement pragmatique de la tasse de thé. Dans le premier énoncé, ce cliché véhicule une valeur illocutoire du heurt et de l'incompatibilité entre les deux communicants. Tandis que, le producteur du second acte de langage stéréotypé vise à s'adapter et à se réconcilier avec son environnement interactionnel.

A ce stade de notre recherche, nous avons mis en évidence la position du sujet énonciateur dans le cadre d'un texte de presse ou un discours politico-médiatique. Nous avons essayé de mettre en évidence les rapports s'installant entre le trio; énonciateur, cliché et discours politique. Dans ce contexte, nous avons étudié la manipulation des items stéréotypés et le passage d'un statut d'un locuteur informateur vers le statut du locuteur témoin, observateur et fondeur.

Ensuite, nous avons embrassé la théorie des actes de langage développée par J. Austin et J. Searle pour analyser l'aspect illocutoire des formules figées. De ce fait, nous avons abordé la dimension interactionnelle de l'énoncé vis-à-vis sa fonction expressive et descriptive. Ainsi, le discours ne constitue-t-il pas toujours un support constatif et

192 Le Figaro (par AFP), « FO refuse de rencontrer Marine Le Pen », publié le 09/01/2012

193 « Gaylib est une association française, créée en 2001, qui milite pour les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres et d'une manière plus générale évoque ces thématiques dans une démarche libérale. » Wikipedia.

194 http://www.rtl.fr/actu/politique

80

démonstratif, mais, il pourrait comporter -également- des énoncés rebattus et performatifs ayant pour objectif d'accomplir un ensemble des actes de langage au sein d'un discours systémique. En s'appuyant sur l'étude proposée par Maurice Kauffer, nous avons illustré les différentes valeurs illocutoires des lexèmes figés.

Enfin, nous avons développé la notion du figement pragmatique de l'acte de langage stéréotypé à travers l'analyse de l'environnement linguistique de l'énoncé figé. Chaque unité textuelle inclut des composantes qui s'interfèrent via un ensemble des liens sémantiques, sémiotiques et discursifs. En fait, la dernière partie de cette recherche constitue une étude des liens qui s'enchainent entre l'énoncé stéréotypé d'une part et le contexte, la situation extra-linguistique et la fonction pragmatique d'autre part.

81

sommaire suivant