WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

àČtude et analyse de la stéréotypie dans le discours politico-médiatique. Le figaro et les discours de la droite française.

( Télécharger le fichier original )
par Wajdi Belgacem
Institut Supérieur des Etudes Appliquées en Humanité de Gafsa - Master 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

La concordance sémantique, l'adéquation discursive et l'interférence pragmatique entre les automatismes langagiers et les entités des discours systémiques constituent des domaines de recherche assez considérables. En fait, notre travail se focalise sur le « dualisme » de la constance des expressions figées, toutes faites versus la fluctuation et l'oscillation du discours politico-médiatique.

Également à la politeia grecque qui renvoyait à la structure d'un groupe social, la politique contemporaine regroupant les textes systémiques et les échanges les plus triviales, constitue un dispositif de communication, de prépondérance et, surtout, d'impact. Tout comme les parlers quotidiens et les discussions journalières abordant des activités usuelles, le discours politico-médiatique tient à reporter, démontrer, convaincre, débattre et persuader. Ainsi, serait-il imprudent de conclure que les concaténations figées détiennent une fonctionnalité constative en accomplissant un balayage futile de l'actualité. En revanche, ces formules sont susceptibles d'exercer une fonction illocutoire au sein de l'unité textuelle.

Le recours aux items lexicaux et discursifs tout faits dans le discours en général et le discours politique dans le cas présent s'inscrit sous la dimension de l'idéologisme. Les formules préconstruites, les variantes banales et les récurrences rebattues permettent d'édifier un effet de partage et d'imposition, caractéristiques primordiales de l'aspect idéologique. En raison de sa physionomie identifiable et de sa contribution au profilage de l'actualité, le discours politico-médiatique garantit une sorte de compréhensibilité, voire une intelligibilité, permettant d'imposer un verdict et de renforcer le statu quo. C'est ainsi, que les analyses sociolinguistiques envisagent les énoncés stéréotypés comme une plate-forme des opinions partagées, des jugements communs et préétablis. Ainsi, les stéréotypes fonctionnent-ils comme l'ensemble des consensus visant à construire un réseau sémantico-pragmatique où les signifiants s'entrecroisent, convergent et tendent, instinctivement, au même signifié.

Dans cette recherche, le processus de la typologisation des variantes stéréotypées nous a permis de relever et de mettre en relief les représentations concrètes de la notion du préconstruit. Les stéréotypes ne se réduisent pas à des conceptions collectives, abstraites et usitées sans être -carrément- perçues à l'instar des entités conceptuelles et rebattues de la

82

communauté politico- médiatique. C'est ainsi que les préventions préétablies et les lieux communs pourraient être repérés, modelés et manipulés pour prendre la forme d'un cliché lexicalisé susceptible d'être analysé à travers une dimension morphologique, syntaxique et pragmatique.

Notre objectif primordial était de délimiter les aspects du fonctionnement des stéréotypes dans un dispositif textuel actualisé comme celui du pouvoir et du quatrième pouvoir. Cependant, la corrélation entre les deux niveaux du discours, à savoir les passages stéréotypés et le discours politique médiatisé, constitue la pierre d'achoppement pour la délimitation de la physionomie des items stéréotypés. Les liens intrinsèques entre la dimension sémantico-pragmatique d'un discours systémique rigide et le dérapage des énoncés stéréotypés empêchent la circonscription des spécificités de notre problématique.

Toutefois, lorsque nous mettons en relation l'ensemble des composants textuels normatifs et les différentes récurrences stéréotypées, nous nous apercevons que cette unité discursive évolue et se développe dans un sens précis et selon une stratégie rhétorico-argumentative catégorique. L'indispensabilité des items stéréotypés pour la progression d'une unité discursive et leur contribution à la cohérence textuelle constituent la solution pour cerner et étudier les variantes de la stéréotypie. Pour ce fait, il convient d'admettre le discours politico-médiatique, avec ses différentes substances, comme un tout évoluant vers les mêmes visées informatives et argumentatives. Sur le niveau formel, les expressions figées et stéréotypées se démarquent, souvent, aisément des énoncés normatifs au sein d'un texte de presse ou un discours politique. Par contre, la délimitation de l'aspect rhétorique de la stéréotypie et ses enjeux pragmatiques exige une analyse globale de l'ensemble des paramètres discursifs et de l'environnement textuel et contextuel.

83

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net