WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Influence de la granulométrie sur la cinétique de lixiviation du minerai oxydé de Kibolwe


par Daniel UMBA KINDA
Université de Lubumbashi - Bachelier (licence) 2022
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION GENERALE

Les ressources minérales sont omniprésentes dans notre quotidien, aussi bien dans la construction, la production d'énergie ou encore les produits technologiques. Leur importance dans notre vie n'est plus à démontrer dans notre monde en pleine évolution technologique. La demande en métal devient de plus en plus croissante et malheureusement les métaux ne sont plus trouvés à leur état natif comme il y a des siècles.

Actuellement les métaux se retrouvent associés les uns aux autres à des faibles teneures, ce qui rend leurs utilisations et leurs valorisations impossibles dans ces états. Pour leurs valorisations on a recours à certains procédés plus efficaces, respectueux de l'environnement et économiquement rentables, dans un contexte où le marché des métaux fluctue fortement. Ces procédés reposent sur deux technologies : la pyrométallurgie et l'hydrométallurgie mettant en jeux différentes techniques. L'hydrométallurgie est l'une des meilleures perceptives pour arriver à cette fin car elle est moins énergivore et permet de traiter des minerais complexes en réduisant au maximum les pertes. Elle fait intervenir différents techniques entre et autre la lixiviation qui fait objet de notre étude et plus particulièrement pour la valorisation du cuivre.

Plusieurs techniques peuvent se prêter au traitement des minerais pauvres en cuivre. La lixiviation est un processus simple d'extraction par dissolution basé sur le fait que tous les minerais ont des coefficients de dissolution différents et peuvent donc se retrouver séparer par la circulation d'un solvant et est facilement réalisable pour des minerais oxydés. Et elle dépend des différents facteurs et paramètres pour sa bonne réalisation qui peuvent être évalués ensemble ou séparément.

Le minerai faisant l'objet de notre travail provenait du gisement de Kibolwe exploité par la Société d'exploitation minière du Haut-Katanga (SEMHKAT), minerai cupro-cobaltifère dont la teneur en cuivre est largement supérieure à celle des autres métaux présents soit 9,50%. Notre objectif sera d'étudier l'influence de la granulométrie (taille des particules) sur la cinétique de lixiviation du cuivre en milieu acide, afin de déterminer la granulométrie qui donne une meilleure cinétique et par conséquent son rendement de lixiviation. Pour ce faire nous proposons de réaliser quatre essais avec 4 granulométries différentes et gardant les autres paramètres (tels que : le temps de séjours, la densité de la pulpe, ...) constants.

C'est dans cette optique que notre travail intitulé : « Influence de la granulométrie sur la cinétique de lixiviation du minerai oxydé du gisement de Kibolwe. » a été initié.

Page | 2

Outre l'introduction et la conclusion, ce travail comprend quatre chapitres qui sont :

? le premier présente une généralité sur le gisement de Kibolwe et sur la SEMHKAT qui

l'exploite ;

? le second présente une généralité sur la lixiviation ;

? le troisième décrit les matériels et les méthodes à utiliser, et

? le quatrième est focalisé sur la présentation et l'analyse des résultats obtenus.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net