WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche exploratoire de la relation de conséquence : description et implémentation

( Télécharger le fichier original )
par Sébastien Druon
Université Toulouse 2 - DEA de Sciences du Langage 2001
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2 Vers un analyseur rhétorique

Notre objectif à travers l'étude de la relation de conséquence est la construction d'un analyseur rhétorique du français. En effet, cette relation fait partie d'un ensemble plus vaste de relations comme nous venons de le voir à la section précédente. Son étude constitue donc une brique dans la réalisation d'un système capable de dériver automatiquement la structure rhétorique d'un texte.

Un tel analyseur n'existe pas pour le moment pour le français, mais deux systèmes ont été récemment élaborés pour l'anglais, l'approche adoptée par leurs deux concepteurs différant sensiblement l'une de l'autre.

1.2.1 L'approche pattern-matching

Dans sa thèse (MARCU (1997)), Daniel Marcu propose de dériver la structure rhétorique des textes à partir d'indices fiables et faciles à repérer: les connecteurs. Pour établir une relation rhétorique, le système de

1. Cadre global et méthodologie

 

Marcu fait donc une simple recherche de motifs dans les textes (patternmatching) à l'aide d'expressions régulières, ce qui lui permet de repérer les connecteurs et de voir leur contexte immédiat afin de préciser quelque peu leur sens. Par exemple en français, le résultat de la recherche de /Aussi, / est un connecteur alors que celle de /aussi/ ne l'est pas. Cependant, même si cela fonctionne pour aussi, un simple pattern-matching ne suffit en général pas (nous le verrons au chapitre 3).

1.2.2 L'approche morpho-syntaxique

Simon Corston-Oliver (CORSTON-OLIVER (1998b)) quant à lui propose de compléter la recherche de motifs par une analyse morpho-syntaxique. En effet, certains éléments permettent d'établir que l'on a une relation rhétorique particulière, comme par exemple la présence d'un participe présent ou d'un verbe au passif, chose que l'on ne peut chercher avec de simples expressions régulières.

1.2.3 L'intégration de l'interface sémantique-pragmatique

Nous proposons évidemment de tenir compte des critères précédemment cités, mais aussi d'aller en voir d'autres. Ces critères importants à envisager sont des critères sémantiques et pragmatiques, comme l'aspect verbal, le type de verbe (sémantique lexicale) ou les actes de langage en jeu (pragmatique)7.

7Bien que le type d'acte de langage soit très important dans certains cas pour déterminer à quelle relation rhétorique on a affaire (c'est le cas pour la relation de conséquence, voir DRUON (2000)), nous n'aurons pas le temps ici de traiter de ce sujet.

1. Cadre global et méthodologie

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net