WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Situation de l'assainissement liquide zone de Cabo Negro Martil


par Abdelkader NEJJARI
Université Abdelmalek Essadi - licence 2008
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION

La région du Nord et la Wilaya de Tétouan, en particulier, connaissent un développement économique et touristique sans précédent. De nombreux grands chantiers voient le jour : le port Tanger Méd., la rocade méditerranéenne, le repositionnement du littoral, qui donnent lieu à une mise à niveau des principales villes de la Région, au niveau des infrastructures routières de base, de la revalorisation du tissu urbanistique et de l'installation ou de la réhabilitation du réseau d'assainissement....

Dans le cadre du projet de fin d'études qui s'inscrit dans la formation continue GAMU (Gestion d'Assainissement en Milieu Urbain) dispensée au sein de la Faculté des Sciences de Tétouan, nous souhaiterions justement inscrire notre étude et nos analyses dans le cadre de cet effort régional mais également national du mouvement socioéconomique que nous connaissons. C'est ainsi que nous avons voulu travailler sur « l'état de l'assainissement liquide dans la zone de Cabo Negro »

Pour cela, nous avons souhaité adopter une démarche de type inductif : nous n'entendons pas exposer des principes et des idées générales puis les appliquer au réel ; mais au contraire, partir d'un diagnostic et nous amener à observer le terrain, à la lumière des savoirs et savoir-faire acquises au sein des séances de GAMU. Ce qui permet sans conteste de proposer des solutions clairement exposées aux problèmes et points noirs que nous avons rencontrés.

Nous avons, tout d'abord, délimité la zone d'études. Puisque nous avons décidé de travailler sur le réseau d'assainissement, il était important de répertorier l'ensemble des projets présents et opérationnels, ceux en cours de construction mais également, les projets en cours d'études. C'est ainsi que le travail d'enquête a pu commencer.

Ensuite, pour chaque projet, nous avons souhaité savoir quels étaient les moyens mis en place dans l'effort d'assainissement liquide, lorsque celui-ci existe. Sur place, nous avons pu constater, avec l'aide des responsables, le cycle des rejets de déchets liquides et leurs différents types de traitement. De cette manière, il nous a été possible d'avoir une traçabilité des rejets des déchets liquides.

Enfin, le travail d'analyse, à la lumière des points noirs constatés, de différentes données telle que la consommation en eau ou la projection de la population selon les documents d'urbanisme, nous ont permis de proposer des solutions possibles pour l'amélioration du système d'assainissement dans la dite zone.

Nous insistons ici sur l'importance, dans notre méthodologie, du travail sur l'ensemble de la zone Cabo Negro. Ce qui nous a permis de recueillir des données chiffrées ou non et de pouvoir dresser des comparaisons entre les différents projets d'une part. D'autre part, il faut savoir que, la volonté de l'état est de créer des zones « intégrées » et non désolidarisées. Ce qui oblige à penser la gestion des différents sites d'une manière globale. Pour notre sujet, nous avons souhaité sortir avec des propositions concernant la gestion des déchets liquides. Propositions qui n'auraient pu être mis en évidence sans l'examen de l'ensemble de la zone. Travail ambitieux certes, mais nécessaire pour mener à bien notre mission

PREMIERE PARTIE

PRESENTATION GENERALE

I. DESCRIPTION DE LA ZONE D'ETUDES

1) Situation géographique

La zone objet de notre étude fait partie de la commune urbaine de Martil qui s'étale sur une superficie de 1000 hectares.

Elle est limitée au nord par la forêt Koudiat Taifour, au sud par l'Oued al Malah, à l'est par la mer Méditerranée et à l'ouest par la route nationale 13. Il s'agit d'une zone touristique engagée par des complexes touristiques et des lotissements de type d'habitat secondaire dont la superficie représente environ 180 hectares, c'est-à-dire 18% de la superficie totale de la zone

2) Situation urbanistique

La zone est couverte par le schéma directeur de l'aménagement urbain du littoral qui a été homologué en 1998 (Voir Extrait du schéma directeur). Les principales dispositions de ce document sont résumées comme suit :

Zonage

C.O.S.1

Hauteur

Zone touristique de type A

0.15

R+1

Zone touristique de type C

0.60

R+3 (pour les résidences)
R+4 (pour les hôtels)

Zone de boisement

-

-

Zone agricole

0.02

R+1

Golf

-

-

Zone à restructurer

60%

R+1

voiries

-

-

Règlement du schéma directeur

1 Coefficient d'Occupation du Sol

Extrait du schéma directeur

Vu l'insuffisance des dispositions du schéma directeur, qui reste un document de planification et non de gestion, un plan d'aménagement en cours d'étude est lancé par l'Agence Urbaine de Tétouan, qui a pour objectif de doter la zone d'un document de gestion urbaine. Ce plan sera réalisé dans le but de programmer des équipements et des infrastructures qui pourront améliorer l'accessibilité et la qualité des installations touristiques et de rehausser la qualité urbaine de cette zone. C'est dans le cadre de cette vision que l'Agence Urbaine de Tétouan estime que l'établissement d'un plan d'aménagement permettra d'organiser et de planifier le développement spatial, à l'instar du littoral M'diqF'nideq, et par conséquent définir les orientations garantes d'un développement durable et équilibré.

3) Cadre bâti

La zone concernée est composée de complexes touristiques, des hôtels, des lotissements à usage d'habitats secondaires, de l'habitat rural et de l'habitat non règlementaire. Les hauteurs des constructions varient entre Rez-de-chaussée et R+3.

4) Topographie de la zone

La zone est caractérisée par une topographie diversifiée avec la présence de collines au nord et une plaine côté ouest. L'altitude varie entre 2 m et 113 m NGM. Nous signalons l'existence de plusieurs chaâbas de différentes tailles.

5) Situation foncière

La zone est caractérisée par une mosaïque foncière très diversifiée. Le parcellaire varie entre des parcelles de 100m2 jusqu'à 50 ha. Le taux d'immatriculation est important. Il représente environ 70% de la surface totale de la zone. La morphologie des parcelles est irrégulière ; ce qui ne permet pas un aménagement harmonieux et cohérent.

Il serait d'ailleurs primordial de réaliser un réaménagement foncier vu que le minimum parcellaire prévu par le schéma directeur ne correspond pas avec l'état parcellaire existant.

6) Infrastructures existantes

1. Assainissement : Absence d'un réseau d'assainissement publique dans cette zone.

2. Eau potable : Existence du réseau d'Amendis. Quelques habitants utilisent tout de même l'eau des puits.

3. Electricité : la zone est alimentée par un réseau d'électricité gérée par Amendis.

4. La voirie : la zone est desservie par des voies goudronnées (RN13, RN16) et par des pistes.

7) Hydrographie

Vu que la topographie du terrain est accidentée, il existe des cours d'eau, des chaabas et des khandaqs ainsi qu'un oued situé au sud de la zone (Oued elMalah). Cette zone est caractérisée par l'existence d'un nombre important de puits (au nombre de 200) utilisés pour l'irrigation et même comme source d'eau potable. La présence de ces puits peut s'expliquer par l'existence de la nappe phréatique.

DEUXIEME PARTIE

DIANOSTIC ET ANALYSE

Pour élaborer un diagnostic qui soit fiable, il nous a semblé important de nous baser sur des images satellitaires et des fonds de restitution à l'échelle 1/1000 de la zone qui nous intéresse. Pour cela, nous avons recueilli ses documents de l'Agence Urbaine de Tétouan et utilisé le site Google Earth.

Ensuite, à partir de la cartographie, nous avons pu tracer le réseau d'assainissement tel qu'il existe actuellement (annexe 3).

Toujours à partir de la carte satellitaire, nous avons pointer les différents types de réseaux d'assainissement existants : les fosses septiques, les puits... et les points noirs que nous avions relevés sur le terrain.

précédent sommaire suivant