WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux géopolitiques des initiatives des grandes puissances en matière de maintien de la paix en Afrique

( Télécharger le fichier original )
par Oumarou KOLOGO
Université de Ouagagougou - Master de sociologie 2010
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

0

KOLOGO OUMAROU, réflexion sur les enjeux géopolitiques des initiatives
des grandes puissances pour le maintien de la paix en Afrique. Contacts :
kologo_jean@yahoo.fr; +226 70224179

Enjeux géopolitiques des Initiatives des Grandes Puissances en matière de Renforcement des Capacités Africaines de Maintien de la Paix

Réalisé par KOLOGO Oumarou

KOLOGO OUMAROU, réflexion sur les enjeux géopolitiques des initiatives
des grandes puissances pour le maintien de la paix en Afrique. Contacts :
kologo_jean@yahoo.fr; +226 70224179

Introduction

L'Afrique, on le sait, est un continent fort déchiré. L'ONU y a sanctionné un nombre considérable d'opérations de maintien de la paix. Comme le soulignait en septembre 1998 Bernard MIYET, secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les OMP, au cours des huit dernières années, sur les 32 opérations, 16 ont été déployées en Afrique. À ces activités onusiennes viennent s'ajouter les actions des organisations régionales ou sous régionales et les initiatives de nombreux pays en faveur d'une africanisation du maintien de la paix1. L'incapacité de l'ONU à tenir ses promesses dans le maintien de la paix en Afrique et la pauvreté des Etats à faire face seuls aux cas de conflits ont conduit les l'organisation mondiale à impliquer les organisations régionales et sous-régionales dans les Opérations de Maintien de la Paix. En outre, vu leurs liens ancestraux forts avec les Etats africains, certains Etats occidentaux ont décidé d'apporter leurs soutiens divers aux Etats africains en général et aux organisations sous-régionales africaines en particulier pour les préparer aux opérations de paix. Si pour les Etats africains et leurs organes régionaux, ces apports sont une aubaine véritable pour le renforcement de leurs capacités, il n'en demeure pas moins que ces interventions suscitent des interrogations. En effet, comment se manifestent concrètement ces soutiens occidentaux ?quels sont les mobiles qui sous-tendent ces actions occidentales ?

§1. DU RENFORCEMENT DES CAPACITES AFRICAINES DE MAINTIEN DE LA PAIX

1.1 Historique d'une stratégie internationale de renforcement des capacités africaines dans les Opérations de Maintien de la Paix

La fin de la guerre froide suscite en Afrique de grandes espérances: la Namibie obtient son indépendance, le conflit au Mozambique est réglé et la politique de l'apartheid en Afrique du Sud est à sa fin. Dans cette quasi-euphorie, l'échec de la mission d'imposition de la paix en Somalie en 1992-93 (ONUSOM I et II), amplifié par la tragédie rwandaise en 1994 et les crises au Burundi et au Zaïre en 1996, remet en cause la légitimité de l'ONU et accentue davantage sa marginalisation au sein du continent. L'expulsion de la mission de l'ONU en Angola en 1999, n'est qu'une manifestation de ce phénomène de dénonciation de l'action de l'ONU. Ces échecs ont, cependant, sur un autre plan, entraîné une transformation en profondeur de la pratique onusienne du maintien de la paix dans ce continent. On a ainsi assisté à une reconfiguration des rapports de partenariat au sein des pays africains eux-mêmes, d'une part, et entre l'Afrique et le monde, d'autre part. C'est ainsi que va être réactivée l'idée dormante de doter le continent africain d'une capacité endogène de maintien de la paix. En exemple, lors du 18e Sommet francobritannique à Londres en1995, était développée cette analyse: «Nous considérons qu'il appartient d'abord aux Africains de régler eux mêmes leurs conflits. Notre rôle est de les y aider, de manière pragmatique.». Une année plus tard (10/09/1996) Kofi ANNAN reprenait dans le même sens : «We have a responsibility to help build Africa's capacity to help itself, in peacekeeping as in other areas. We, the international community, must not shirk thisi.

Ces assertions seront confortées en 1995 par le premier rapport du Secrétaire général de l'ONU portant
sur l'amélioration de l'état de préparation à la prévention des conflits et au maintien de la paix en Afrique,

1 Manon TESSIER et Thierry GONGORA, Institut Québécois de hautes études internationales, bulletin n° 44, janvier 2000.

2

4

6

8

KOLOGO OUMAROU, réflexion sur les enjeux géopolitiques des initiatives
des grandes puissances pour le maintien de la paix en Afrique. Contacts :
kologo_jean@yahoo.fr; +226 70224179

publication suivie en 1999 d'un deuxième rapport sur le renforcement de la capacité de l'Afrique en matière de maintien de la paix. À ces analyses vient s'ajouter en 1998 la publication d'une étude sur les causes des conflits et la promotion d'une paix et d'un développement durables en Afrique. L'Afrique est donc au coeur d'une réflexion de l'ONU sur le maintien de la paix qui entraîne un renforcement de sa coopération avec l'Organisation de l'unité africaine (OUA) et les organisations sous-régionales oeuvrant dans le méme domaine. Ainsi, l'ONU a ouvert un bureau de liaison politique auprès de l'OUA à AddisAbeba, organisé trois rencontres internationales consacrées au renforcement des capacités africaines de maintien de la paix et créé un Fonds spécial pour la prévention des conflits en Afrique. Elle a aussi organisé des séminaires au Ghana, en 1997, et en Zambie, en 1998, une mission d'aide à la formation au Swaziland en 1998 et un stage de formation à la logistique au Kenya en 1998. L'ONU a également participé à des exercices multinationaux au Zimbabwe, en 1997, et au Sénégal, en 1998.

En mage de ces efforts au sein de l'ONU de renforcer les capacités africaines en matière de maintien de la paix dans le cadre de la gestion des conflits en Afrique, de nombreux pays occidentaux, au premier rang desquels les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont pris des initiatives historiques allant dans ce sens. L'objectif est de préparer l'engagement de forces africaines ou interafricaines sur le continent dans le maintien de la paix. Des conférences politico-militaires aux exercices multilatéraux, en passant par la formation et le soutien opérationnel des contingents, ces initiatives tentent de s'adapter au contexte africain marqué par une recrudescence des conflits internes aux multiples causes.

sommaire suivant