WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Promotion touristique du complexe parc w/Bénin

( Télécharger le fichier original )
par M. Georges LEGBA
Abomey-Calavi/Bénin - Maitrise Professionnelle(bac+5) 2007
  

sommaire suivant

REPUBLIQUE DU BENIN

-&-&-&-&-&-&-

UNIVERSITE D'ABOMEY - CALAVI

FACULTE DES LETTRES ARTS ET SCIENCES HUMAINES

THEME : PROMOTION TOURISTIQUE DU COMPLEXE

PARC W / BENIN

PRESENTE ET SOUTENU PAR :

LEGBA M. Georges

gispels2@yahoo.frINTRODUCTION

Le tourisme constitue pour le Bénin aujourd'hui la seconde source de rentrée de devise. Cette importance qu'il revêt attire de plus en plus l'attention.

Il est évident que pour valoriser et rentabiliser les différents produits de ce secteur, il faut des actions appropriées. Il ne suffit pas d'affirmer que le Bénin constitue un pôle d'attraction grâce à ses sites touristiques tels que les musées, palais royaux, cité lacustre, parcs nationaux et autres. Nous devrons nous demander le niveau d'audience que ces produits ont aujourd'hui à l'intérieur du pays comme à l'étranger.

Cette question est essentielle parce que l'écotourisme prend de plus en plus de l'importance dans les destinations. Ceci s'explique en partie par le fait que le besoin de communiquer avec la nature existe et croit : industrialisation et robotisation obligent.

Le parc national du Bénin est dans ce cadre un atout majeur dans la réception des "affamés de la nature". Heureusement que notre pays, à travers le Centre National de Gestion des réserves de faune, créé en Avril 1996, a opté pour la conservation et la gestion des aires protégées dont les Parcs nationaux.

Le Centre National de Gestion des réserves de Faunes (CENAGREF) a pour mission de :

- Développer le réseau de pistes dans les réserves de Faune.

- Renforcer les capacités nationales de conservations de la biodiversité et de gestion des réserves de Faune.

- Valoriser les ressources naturelles

- Promouvoir l'écotourisme et le tourisme de vision.

- Promouvoir la gestion participative.

- Soutenir toutes autres initiatives de valorisation de la faune(C.E.NA.G.R.E.F,2005).

Pour une application efficiente du programme, plusieurs structures ont été mises en place. En dehors de la Direction Générale à Cotonou, il y a :

- La direction du Parc (DPNW) à Kandi ainsi que des partenaires tels que ;

- Les Associations Villageoises de Gestion des Ressources de Faune (AVIGREF), les opérateurs privés, les structures de formation et les ONG.

Dix ans après la naissance du CENAGREF, il est opportun de se demander si tous les objectifs visés notamment :

- Promouvoir l'écotourisme et le tourisme de vision sont atteints.

C'est dans ce cadre que s'inscrit le choix de notre sujet de recherche qui s'intitule : « la promotion touristique du complexe Parc W du Bénin ».

Les différentes idées de cette étude seront organisées et développées autour d'un plan tripartite composé de trois grands centres d'intérêts :

- Le Parc W et Marketing.

- Les actions de promotion.

- Les Problèmes et Perspectives

I- PROBLEMATIQUE

1- Objectifs de recherche

Cette étude vise fondamentalement à évaluer les actions de promotion et leur impact dans la rentabilité du complexe Parc W.

De manière spécifique, il s'agira d'analyser :

- Les potentialités du Parc

- Les méthodes de promotion et leur efficacité

- Les perspectives

2- Hypothèses de recherche

L'interrogation de recherche qui se dégage de cette étude peut être libellée comme suit :

Quel est le niveau de valorisation et la rentabilité des produits touristiques du Parc W du Bénin.

Ce questionnement et les objectifs spécifiques nous mènent aux hypothèses suivantes :

- Le Parc W dispose d'atouts touristiques attrayants.

- Le Parc W ne bénéficie pas de mesures adéquates de promotion.

- La rentabilité touristique dépend d'une promotion appropriée.

3- Méthodologie de recherche

Pour mener nos recherches nous avons adopté une démarche méthodologique en trois phases :

- La recherche documentaire

- La collecte des données

- Le traitement et l'analyse des données.

a- La recherche documentaire

Elle consiste à consulter des ouvrages et documents spécifiques ayant un lien intéressant avec le sujet. Nous avons pu visiter les bibliothèques et centres de documentation ci-dessous :

- Bibliothèque de la Faculté des Sciences Agronomiques

- Centre de Documentation de la Faculté des lettres Arts et Sciences Humaines.

- Centre de documentation de la Direction du Parc W à Kandi

- Centre Culturel Français

b- Collecte des données sur le terrain

Les enquêtes de terrain nous ont permis d'actualiser et de compléter les informations qui ont été collectées au cours de notre recherche documentaire. Les données ont été recueillies au moyen d'un questionnaire qui a été administré aux différents groupes cibles. Les autres informations ont été recueillies grâce aux observations directes qui ont été faites sur le terrain. Ces observations ont lieu au cours d'une visite du Parc W en Septembre 2006.

APPROCHE CONCEPTUELLE DU TOURISME ET ELEMENTS CARACTERISTIQUES DU PARC W-BENINCHAPITRE 1 : LES ELEMENTS CARACTERISTIQUES DU PARC W

I-1 : LE MILIEU PHYSIQUE ET HUMAIN

Le complexe parc w (762.438 ha) est composé de :

- Le Parc du W (563.280 ha)

Le parc national désigne une aire placée sous l'autorité de l'Etat dont les limites ne peuvent être modifiées et dont aucune partie n'est susceptible d'aliénation. Le parc W est géré principalement dans le but de protéger les écosystèmes et à des fins touristiques ou récréatives, scientifiques, sociales et éducatives.

- La zone cynégétique de la Djona (115.200 ha)

C'est une zone de réserve de faune ou est autorisée la chasse sportive mais réglementée.

- La zone de chasse de la Mékrou (83.958 ha)

- La zone de transition essentiellement composée de tous les villages qui entourent le parc ; encore appelé AIRE de COOPERATION, comprend un certain nombre d'activités agricoles, d'établissements humains ou autres exploitations. Autour du parc W, les ethnies rencontrées sont : les Bariba, les Peulh, les Gando, les Dendi, les Mokollé, Gourmantché1(*)...

Un peuple Riverain du Parc W (Peulh)

Source : Photo Léandre DANNON : 2006

Photo N°1 :

Cette image met en exergue à la fois le mode d'habillement d'une population riveraine et une activité économique : la production de lait de vache dans la région de Banikoara.

Toutes ces vies se développent dans une végétation composée d'espèces diversifiées au sein d'un paysage caractéristique des zones soudano-sahéliens comprenant des savanes herbeuse, arbustive, arborée et boisée ainsi que des forêts claires. On y rencontre le néré, l'acacia, le lingué, le kapokier, le cailcédral, le baobab, le tamarinier, le karité...

Ainsi la faune qui compte plus de 20 espèces y trouve son habitat et est incontestablement le principal attrait touristique et la raison fondamentale de protection de l'Aire protégée.

Ces grandes espèces sont les Eléphants, les buffles, les hippotragues, les bubales, les cobes de Buffon, les damalisques, les guépards, les lions, les hyènes...

Quant aux oiseaux, on compte environ 280 espèces. Ce sont : les aigrettes, les hérons, les grues couronnées, les jabirus, les marabouts, les calgos, les serpentaires, les rolliers...

Climat : Le climat du parc W se caractérise par un gradian d'aridité croissante du sud au nord, avec des pluviosités étalées entre 900 et 400mm de pluie. La partie nord ne bénéficie que d'une courte saison de pluie de 3 à 4 mois tandis qu'au sud, elle s'étale sur 6 mois.

Pour dire, l'ensemble de la zone considérée ne connaît qu'une seule saison des pluies, ce qui la situe dans un climat de type soudanien incluant pour la moitié nord une variante plus aride de type soudanien sahélien.

Le réseau hydrographique

Bordé par le fleuve Niger sur sa partie nord -Est, le parc w bénéficie de la présence d'important réseau hydrographique temporaire et permanente avec trois grandes rivières (Mékrou, Tapoa et Alibori) un total de plus de 100km de cours d'eau et de très nombreuses mares naturelles (source DPNW).

Le complexe Parc W du Bénin est situé au Nord Ouest du Bénin et couvre les communes de :

- Banikoara au sud

- Kandi au Centre

- Karimama au Nord ;

Elle a une superficie de 762.438 ha

Milieu physique

Situé sur trois pays, le Bénin, le Burkina Faso et le Niger, le Parc W tire son nom des méandres du fleuve Niger.

Cette région vaste de plus d'un million d'hectares de savane, constitue l'un des derniers bastions de la grande faune en Afrique de l'Ouest. Le Niger est un fleuve espiègle : après avoir pris sa source à une centaine de kilomètres de l'Océan Atlantique, il lui tourne le dos et se dirige vers l'Est pour un grand périple africain avant de toucher le Parc cet se jeter dans le Golfe de Guinée. Ce périple décrit la lettre W en venant de la côté d'où le nom de Parc W.

Haut lieu de la préhistoire africaine et donc de l'origine de l'histoire de l'homme, la région du Parc W et les abords de la rivière Mékrou en particulier, recèlent de très nombreux sites archéologiques, dont les plus anciens, caractérisés par des outillages de pierres taillée, datent du paléolithique inférieur (-200.000 ans) une caractéristique importants de l'archéologie du W, est l'exceptionnelle continuité de la présence de l'homme dans la région depuis ces temps reculés jusqu'à la période actuelle.2(*)

Certaines traces d'activités humaines fréquentes dans le Parc sont constituées par les innombrables vestiges de foyers métallurgiques (hauts fourneaux), qui témoignent d'une antique tradition de production de fer à partir du minerai contenu dans la latérite. De cette activité très ancienne ne subsistent désormais que des amoncellements de scories métalliques qui défient le temps et les éléments et qui fond du parc W l'un des hauts lieux de la préhistoire de l'âge du fer.

Au point triple, point symbolique de convergence du parc W, existe un écomusée pour approfondir cet aspect du parc W. (Source DPNW).3(*)

- Carte N° 1

Situation Géographique du Parc W

Source : DPNW (2006)

I.1.1- La faune et la flore

Toutes ces vies se développent dans une végétation composée d'espèces diversifiées au sein d'un paysage caractéristique des zones soudano- sahéliens comprenant des savanes herbeuse, arbustive, arborée et boisée ainsi que forêts claires. On y rencontre le néré, l'acacia, le lingué, le kapokier, le caïlcédral, le baobab, le tamarinier, le karité...

Ainsi la faune qui compte plus de 20 espèces y trouve son habitat et est incontestablement le principal attrait touristique et la raison fondamentale de protection de l'Aire protégée.

Ces grandes espèces sont les Eléphants, les buffles, les hippotragues, les bubales, les cobes de Buffon, les damalisques, les guépards, les lions, les hyènes...

Quant aux oiseaux, on en compte environ 280 espèces. Ce sont : les aigrettes, les hérons, les grues couronnées, les jabirus, les marabouts, les calaos, les serpentaires, les rolliers...

Tableau n°1

Les oiseaux du Parc

Espèces

Habitat préféré

Ombrette

Mares et cours d'eau

Grue couronnée

Mares et cours d'eau

Tantale ibis

Mares et cours d'eau

Cigogne épiscopale

Mares et cours d'eau

Jabiru d'Afrique

Mares et cours d'eau

Marabout

Mares et cours d'eau

Oie de Gambie

Mares et cours d'eau

Jacana

Mares et cours d'eau

Martin pêcheur Pie

Mares et cours d'eau

Aigle pêcheur

Mares et cours d'eau

Rollier d'Abyssinie

Mares et cours d'eau

Guêpier à gorge rouge

Savane arbustive et boisée

Guêpier écarlate

Cours d'eau

Aigle batelair

Savane arbustive et boisée

Aigle huppard

Savane arbustive et boisée

Calao à bec noir

Savane arbustive et boisée

Photo N°3

Quelques images d'oiseaux de la RBW

Source : DPNW : 2006

En 2003, un recensement aérien total a été réalisé par Mike en collaboration avec le parc régional w/ ECOPAS afin de dénombrer les différentes espèces. Voici le tableau de quelques espèces :

Tableau n°2

Espèces

Nombre

Eléphants

1200

Buffles

3300

Hyppotragues

2350

Bubales

450

Damalisques

50

Source : DPNW 2005

Du fait de la politique de conservation et de protection de la faune en cours dans le parc, ces nombres auraient certainement connu des modifications significatives à la faune.

Tableau n°3 : Les mammifères

Espèces

Habitat préféré

Lion

Savane arbustive

Guépard

Savane herbeuse et arbustive

Léopard

Forêt galerie

Hyène tachetée

Savane herbeuse et arbustive

Lycaon

Forêt claire et Savane arbustive

Chacal à flan rouge

Savane herbeuse et arbustive

Eléphant

Savane boisée et forêt galerie

Hippopotame

Rivière Mékrou

Buffle

Forêt dense sèche et Savane boisée

Hippotrague

Savane arbustive et boisée

Bubale

Savane arbustive et boisée

Damalisque

Savane herbeuse et arbustive

Cob défassa

Savane herbeuse et arbustive

Cob de Buffon

Savane herbeuse et arbustive

Guib harnaché

Forêt galerie

Ourébi

Savane arbustive

Céphalophe à flan roux

Forêt galerie

Phacochère

Toute Savane

Babouin

Savane herbeuse, arbustive et boisée

Vervet

Forêt galerie et Savane boisée

Patas

Savane arbustive

Photo N°4

Lion

Source : DPNW : 2006

Photo N°5

Guibe Harnaché

Source : DPNW : 2006

Photo N°6

Buffle

Source : DPNW : 2006

CHAPITRE 2 : LES ACTIVITES TOURISTIQUES DANS LE PARC W

* 1Cf. dépliant DPNW 2005

* 2 Cf. dépliant DPNW

* 3Cf. dépliant DPNW

sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy