WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etat de l'Art du e-learning


par Walid Kassem, Ahmad Mounajed, Nadia Saadoun
Université Panthéon ASSAS Paris II -  0000
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

DU Modèles de l'Economie Numérique

Informatique - Economie - Management - Droit
3è promotion - 2003/2004

Etat de l'Art du E-Learning

Walid Kassem, Ahmad Mounajed, Nadia Saadoun

Projet du module 4.1 : Management et NTIC

Projet soutenu le 16/02/2004

Résumé

L'application des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC) au domaine de la formation a conduit à la création de cette nouvelle réalité appelée e-learning. Décrit comme le mariage du multimédia (son, image, texte) et de l'Internet (diffusion on line, interactivité) le e-learning apparaît à beaucoup comme le second souffle du marché de ces technologies.

Tous les publics sont visés, cadres, techniciens, publics, etc. Actuellement, les domaines qui utilisent ce mode d'apprentissage sont les langues et la bureautique avec 70% des volumes, mais aussi des formations métiers avec environ 20%.

La connexion entre réel et virtuel s'effectue à travers des plate-formes. La plate-forme est un outil de diffusion et de gestion des connaissances, associant des contenus de cours à des moyens de communication, des outils d'entraînement et d'évaluation. Les plate-formes sont très nombreuses et offrent un choix très varié de services pour les usagers.

Si le e-learning permet de cumuler les avantages de la personnalisation et de la démultiplication et ne présente que peu d'inconvénients, il représente, cependant, un changement fort des habitudes de travail des utilisateurs et des formateurs.

Mots clés

Acquisition des connaissances Apprentissage à distance - E-learning - Formation à distance - NTIC- Plate-forme e-learning.

Abstract

The application of Information and Communication Technologies (ICT) to the training area led to the creation of this new reality called e-learning. Described like the marriage of multi-media (sound, image, text) and of the Internet (diffusion on line, interactivity) the e-learning appears with much like the second breath of the market of these technologies.

All the public ones are aimed, frameworks, technicians, public, etc. Currently the fields most concerned are the languages and office automation with 70% of volumes, but also the training trades, approximately 20%.

Connection between reality and virtual is carried out through platforms.The platform is a tool of dissemination and knowledge management, associating contents of course means of communication, tools of drive and evaluation.The platforms are very numerous and offer a very varied choice of services for the users.

If the e-learning makes it possible to cumulate the advantages of personalization and of reduction and presents only few disadvantages, it, however, represents a strong change of the practices of work of the users and trainers.

Keywords

Acquisition of knowledge - E-learning - E-learning platform - E-training - ICT.

Table des matières

AVANT-PROPOS 6

I - MIEUX COMPRENDRE LE E-LEARNING 7

I.1. CONCEPTS DE BASE DU E-LEARNING. 7

I.1.1. E-learning et e-formation 7

I.1.2. Autres modes de formations 8

I.1.3. Quelques comparaisons 9

I.1.4. Réglementation du e-learning 9

I.2. APPLICATIONS DU E-LEARNING 11

I.2.1. Dans quels domaines se développe la e-formation ? 12

I.2.2. La e-formation et l' étudiant 12

I.2.3. La e-formation et l'entreprise 13

I.2.4. Avantages d'une session de e-formation 13

I.3. CONCLUSION : ENJEUX DU E-LEARNING 17

II - QUELLE SOLUTION OPTER ? 20

II.1. INFRASTRUCTURES DU E-LEARNING 20

II.1.1. Principales plates-formes de e-learning 20

II.1.2. Synchrones et asynchrones, en direct ou en décalé 24

II.2. LES SOLUTIONS : DU PORTAIL À LA PLATE-FORME 27

II.2.1. Netop School 2.0: une plate-forme technique pour le e-learning 27

II.2.2. Atos-Origin mise sur le e-learning en mode synchrone 27

II.2.3. Mediapluspro, un portail d'auto-formation en situation réelle 28

II.2.4. LearningSpace de Lotus, un poids lourd des plates-formes 29

II.3. PROJETS DE E-LEARNING 30

II.3.1. Outils et fonctions du e-learning 30

II.3.2. Démarche pour conduire un projet de e-learning 32

III - QUEL AVENIR POUR LE E-LEARNING? 36

III.1. LE E-LEARNING DANS LE MONDE 36

III.1.1. Le e-learning en France 36

III.1.2. Le e-learning aux Etats-Unis 40

III.1.3. Limites culturelles et opportunités fonctionnelles 42

III.2. PERSPECTIVES D'ÉVOLUTION DU E-LEARNING. 43

III.2.1. Echec ou réussite 43

III.2.2. Taille du marché et perspectives d'évolution 44

CONCLUSION 45

GLOSSAIRE 46

BIBLIOGRAPHIE 53

Avant-propos

Aujourd'hui, la matière grise représente la principale richesse d'un pays. C'est aussi l'atout compétitif majeur d'une entreprise, ainsi que pour des parents où la formation de leurs enfants constitue aujourd'hui la meilleure dot : « You earn what you learn ». La formation devient donc un enjeu essentiel.

Or, chaque jour, les technologies progressent, les métiers évoluent, l'organisation change, les méthodes de management se transforment. Les besoins augmentent tant pour la formation initiale que continue. Mais les budgets disponibles et surtout le temps qu'il est possible de dégager ne sont pas extensibles à l'infini. C'est la raison pour laquelle les outils construits sur l'Internet, qui offrent d'immenses atouts (outre l'économie considérable en temps et en déplacement) émergent à très grande vitesse dans les pays qui ont pris de l'avance (notamment en Amérique du Nord).

Avec l'avènement des NTIC, nous devons, dès à présent, « penser apprentissage rapide et efficace », avec un minimum de problèmes d'organisation, de logistique et surtout de perte de temps. L'e-learning est la solution. C'est le nom donné actuellement à une phase importante de l'introduction des NTIC dans la formation. Il s'agit d'une évolution rapide des technologies pour l'apprentissage, rendue possible par le développement planétaire de l'Internet.

L'objectif de notre projet est de réaliser un « état de l'art du e-learning ». Pour ce faire, nous avons structuré notre document en trois parties :

- Dans la première partie, seront présentés les concepts de base du e-learning, les différents modes de formation, ainsi que les enjeux du e-learning.

- La seconde partie, plus technique, nous permettra de présenter les différentes stratégies et plates-formes du e-learning. Nous aurons également un chapitre avec quelques études de cas.

- La troisième partie consiste à présenter quelques statistiques et les perspectives d'évolution du e-learning.

Enfin, une conclusion clôturera ce dossier.

Nous tenons à remercier nos professeurs, Michel De Rougemont, Halim M'Silti, Mélissa Saadoun, Gilles Le Blanc, Georges Châtillon, qui nous ont permis de découvrir les nouvelles facettes de l'économie numérique.

Nos plus vifs remerciements à notre professeur Mme Mélissa Saadoun, qui nous a permis de découvrir le monde du e-learning.

I - Mieux comprendre le e-learning

Comprendre est le commencement d'approuver. Spinoza

I.1. Concepts de base du e-learning

I.1.1. E-learning et e-formation

Le e-learning consiste à utiliser les ressources de l'informatique et de l'Internet pour acquérir, à distance, des connaissances.

Ce type d'apprentissage, constituant une des facettes du e-learning, se différencie par l'utilisation de la technologie Web. Ces applications et ces contenus sont dispensés via un ordinateur relié à un intranet, à un extranet ou encore à Internet. Les contenus constituent une étape plus avancée que l'utilisation du CD-Rom ou les cours sont dispensés en salle.

Le e-learning est un domaine révolutionnaire, un changement dans le champ de l'apprentissage. Les instructions qu'il offre en ligne peuvent être fournies n'importe quand et n'importe où par une gamme très vaste de solutions d'apprentissages électroniques telles que les groupes de discussions, les cours virtuels « en live », vidéo et audio, Web chat, simulations.

Quelles différences entre e-learning et e-formation ?

La e-formation est liée à Internet. D'ailleurs, les anglo-saxons utilisent la notion de « web-based training ». Brandon Hall, spécialiste américain de la e-formation, définit la e-formation comme « un programme de formation qui est accessible via un navigateur* Internet, à travers Internet ou un intranet. En utilisant le Web, ou le Web d'un intranet pour la formation, on fait référence par définition à l'environnement visuel et interactif propre à Internet. »

La notion de e-formation1 s'insère dans le cadre des formations dites « à distance ». L'objectif étant le même : réduire le temps de présentiel, c'est-à-dire le moment où l'on regroupe les personnes à former avec le formateur dans un même lieu et à la même heure.

Plusieurs modèles de e-formation co-existent en fonction de la place accordée à ce distanciel. Principalement, le marché propose 3 modèles de e-formation.

Formation exclusivement

Formation exclusivement en

Formation en ligne et en

en ligne sans tutorat

ligne avec tutorat

présentiel avec tutorat en

1 Nous utiliserons dans la suite du document, e-learning ou e-formation pour désigner le même concept.

 
 

ligne

Proche du service fourni par

Modèle de référence des portails

Modèle des universités, écoles et

un CD-Rom ou d'une vidéo

de formation.

organisme de formation.

de formation.

Destiné au grand public.

Mise en ligne du contenu de la

N'apporte pas beaucoup de

L'acheteur paye en ligne sa

formation, tests, tutorat et

valeur ajoutée.

formation.

évaluations.

Se trouve souvent sur les

Un tuteur propose un

Réduction du temps de

portails de formation.

programme de travail.

présentiel.

Tend à devenir gratuite, certains portails faisant payer

 

Permet d'individualiser la formation.

uniquement le tutorat en

 

Permet de faire le point, de

ligne.

 

répondre à des interrogations ou d'approfondir le sujet.

Tableau 1 - Modèles de e-formation

I.1.2. Autres modes de formations Qu'est-ce que la formation ouverte ?

La formation ouverte ou Open Learning, permet aux apprenants des entrées et des sorties permanentes. Elle correspond à un mode d'organisation pédagogique diversifié qui s'appuie sur des apprentissages à distance, en auto-formation. En formation ouverte, l'apprenant peut alterner des séquences individuelles et collectives. L'auto-formation est un processus par lequel l'individu détermine son itinéraire d'apprentissage (rythme, contenu, temps de travail) de façon autonome et en étant éventuellement en relation avec un tuteur ou un groupe structuré.

Qu'est-ce que l'enseignement à distance ou formation à distance (EAD/FAD) ?

La formation à distance est un système de formation qui permet de se former sans se déplacer sur le lieu de formation et sans la présence physique d'un formateur. La transmission des connaissances et les activités d'apprentissage se situent en dehors de la relation directe en face à face, dite « en présentiel » entre l'enseignant et l'apprenant.

La formation à distance recouvre plusieurs modalités : cours par correspondance et e-learning.

La formation à distance est incluse dans le concept plus général de Formation Ouverte et à Distance (FOAD).

Qu'est-ce que la formation ouverte et à distance (FOAD) ?

Une personne qui s'inscrit à un dispositif de formation ouverte et à distance peut, à partir de sa maison ou de son poste de travail, avec une connexion Internet, utiliser un navigateur pour accéder à la plate-forme du cours. Une fois enregistrée (identifiant et mot de passe) elle peut suivre la formation en consultant les documents pédagogiques,

participer aux séances de cours en mode synchrone (chat) ou en asynchrone (forums), envoyer des questions au tuteur du module.

Une formation ouverte et à distance :

- Est un dispositif organisé, finalisé, reconnu comme tel par les acteurs.

- Qqui prend en compte la singularité des personnes dans leurs dimensions ndividuelle et collective.

- Repose sur des situations d'apprentissage complémentaires et plurielles en termes de temps, de lieux, de médiations pédagogiques humaines et technologiques et de ressources.

- Se positionne avec les NTIC.
Qu'est-ce que la Blended formation ?

Blended formation ou formation mixte, correspond à un système de formation hybride qui combine des modalités pédagogiques diversifiées, alternant formation à distance et formation en présentiel.

I.1.3. Quelques comparaisons

Formule

Avantages

Inconvénients

FAD à large diffusion

Faibles coûts unitaires Qualités des supports

Faible personnalisation

Faible taux de réussite

Préparation et investissement initial

Formation individualisée

Personnalisation des parcours Accompagnement local

Contraintes de mise en oeuvre Difficultés de déploiement Préceptorat coûteux

Préparation et investissement initial

Classes virtuelles

Préparation raisonnable

Faible personnalisation Faible économie d'échelle Coûts de communication Risques liés au synchrone

e-learning

formation distribuée en réseau

Personnalisation

Déploiement et économie

Suivi et accompagnement dosé

Nouveauté et risque

Nécessité d'adapter la pédagogie, l'organisation, le positionnement sur le marché

Tableau 2 - Comparatifs de quelques formations

I.1.4. Réglementation du e-learning

Bien qu'il n'y ait aucune modalité de formation exclue par la loi de 1971, le e-learning,
en principe tout à fait admis, pose aux financeurs et aux contrôleurs quelques difficultés.

Le remboursement des frais n'est pas une difficulté majeure. Les achats de logiciels et les investissements peuvent par exemple être pris en compte.

La nouveauté réside simplement dans la manière d'établir la preuve de la réalité de la formation. Le résultat n'étant pas de la seule responsabilité de l'opérateur de formation, c'est la mise en oeuvre effective des moyens qui demeure le critère essentiel dans ce domaine. Les modalités et moyens de formation doivent être définis dans le projet ainsi que les moyens d'évaluer leur mise en oeuvre.

L'établissement de contrats entre les différents intervenants de la formation (financeurs, acheteurs, opérateurs, utilisateurs) est la solution la plus efficace. Ces contrats doivent définir :

- Les conditions de formation, lieux, modalités pédagogiques.

- Les moyens envisagés, tutorat, documents, communication, etc.

- Les moyens pour établir la preuve de la réalité de formation au niveau des stagiaires, qu'il s'agisse de la présence ou de la production d'un travail équivalent à une durée de formation.

En règle générale, les durées forfaitaires sont possibles et il n'est pas nécessaire de détailler les temps réels passés.

I.2. Applications du e-learning

Les entreprises françaises de grande taille (Renault, PSA, Michelin, Alcatel, Société Générale, Paribas, Crédit Agricole, Axa, La Poste, etc.) s'engagent. Les entreprises moyennes sont encore hésitantes.

Toutes les entreprises rencontrent une difficulté à s'orienter dans le maquis des offres. Selon l'enquête Rhinfo, la majorité des responsables de formation (66%) estiment ne pas avoir une vision claire de l'offre.

Les grandes entreprises françaises ont besoin d'assistance face aux fournisseurs de formation en ligne. Les PME demanderont une collaboration avec des organismes de formation et des branches professionnelles leur permettant d'exprimer leurs besoins à une échelle satisfaisante. Les organismes de formation pourront leur proposer des solutions compatibles avec leurs publics à la condition d'acquérir des compétences en matière de e-learning. Pour la masse des PME, la solution réside dans la participation à des extranet de formation permettant à chaque entreprise de bénéficier des mêmes avantages que les grandes entreprises.

Aujourd'hui, le e-learning est lié spécialement à deux secteurs :

- Des grandes entreprises qui l'utilisent avec le KM (Knowledge Management ou management des connaissances) pour former et actualiser les connaissances de ses employés de manière plus rapide.

- Des universités qui offrent des alternatives de formation à distance. L'univers du e-learning s'étend à des différents prestataires :

- Les entreprises qui offrent des solutions technologiques : infrastructure, plates-formes.

- Les sociétés qui fournissent des contenus pédagogiques qu'elles ont dans l'étagère. - Les sociétés qui développent un contenu pédagogique sur mesure.

Quand on parle de e-learning, il ne faut pas oublier une partie importante que sont les apprenants. Est-ce que les objectifs d'apprentissage ont été basés sur les besoins du public cible ? Est-ce que les apprenants sont-ils satisfaits avec les résultats ?

La réussite d'un cours à distance est directement liée à la motivation et au comportement de l'apprenant. Pour qu'il puisse arriver à la fin de la formation, il aura besoin de tutorat et de support technique.

Un cours de e-learning bien préparé comprend : - Le cahier des charges de la formation.

- La définition des objectifs de formation. - Le choix des modules.

- La scénarisation de la formation et des modules.

- La construction du dispositif normalement basé sur une plate-forme. - Le suivi des apprenants.

- L'organisation de leur entrée dans le dispositif.

- L'organisation du support et du tutorat pendant la durée de la formation.

I.2.1. Dans quels domaines se développe la e-formation ?

Formation à la carte

Formation initiale

Formation continue professionnelle

Cible : le particulier qui cherche une formation plutôt dans le domaine des loisirs ou de la culture

La formation passe par des portails de formation comme smartplanet.com (USA)

Cible : les étudiants, les écoles, les universités mettent en oeuvre des programmes de formation Inscription en ligne à des cours Auto-évalution

Appel aux enseignants par e- mail

Repose sur des plate-formes de
télé-formation comme WebCT

(USA)

Cible : les salariés d'entreprise, les indépendants, les professions libérales, les adultes en reprise d'étude

Actuellement, c'est le domaine le plus concerné par l'offre de e-formation

Tableau 3 - Domaines de développement de la e-formation

I.2.2. La e-formation et l' étudiant

Au niveau de l'enseignement scolaire, le e-learning offre de nombreux avantages pour les étudiants :

- Permet l'accès à de nouvelles compétences et chaque étudiant peut se familiariser avec les nouvelles technologies.

- Constitue également un moyen d'aller en cours régulièrement, pour ceux qui n'ont pas la possibilité de se déplacer facilement.

- Permet également un autonomie de l'étudiant qui devient ainsi l'acteur de sa formation.

L'outil informatique sert à de nouveaux usages éducatifs et permet d'adapter la formation au rythme et à l'intelligence de chacun :

- Les techniques de simulation et de réalité virtuelle, peuvent, par exemple, facilité la vision de l'espace.

- Les livres électroniques, support de cours plus riches, plus interactifs.

- Les logiciels de simulation, permettent de modéliser des phénomènes complexes.

- Le développement de contenus culturels adaptés aux besoins des communautés éducatives.

Mais des limites subsistent au cyber apprentissage, des barrières face à l'école traditionnelle :

- L'enseignement est très coûteux.

- Un taux d'échec et d'abandon très élevé.

- L'enseignant ne peut plus exercer de contrôle et n'a plus d'échange pédagogique. La médiation directe disparaît.

- Inégalité face à l'accès.

I.2.3. La e-formation et l'entreprise

En général, une session de formation organisée pour des salariés à former (les apprenants) se déroule selon le schéma suivant :

Figure 1 - Organisation d'une session de formation

L'ensemble de la formation se faisant uniquement en présentiel implique des inconvénients en termes de :

- Coûts : Frais annexes importants (déplacements, hébergement, etc.), coûts de désorganisation pour l'absence du salarié.

- Efficacité : les programmes de formation sont souvent denses donc l'assimilation est faible. Le groupe est souvent peu homogène, d'où l'impression de « perdre son temps » ou inversement de « ne pas arriver à suivre ».

I.2.4. Avantages d'une session de e-formation

Un session ou un stage de e-formation, comprend dans sa forme complète 3 temps :

- Un processus amont où le salarié prend connaissance du contenu de la formation et suit un planning de travail sur site Web.

- Un présentiel intervenant après le processus amont qui permet de faire le point et de travailler les points difficiles.

- Un processus aval permettant d'aller plus loin, de rester en contact entre apprenants et formateur afin d'assurer une bonne compréhension de la formation.

Figure 2 - Trois temps d'une session de e-formation Définition et positionnement dans l'institution

Choix pédagogique

Choix technique

Ressources
Externes/Internes

Acteurs

Rôles

Figure 3 - Positionnement dans l'institution

Choix pédagogique :

- Choix du modèle pédagogique, du support au cours en présentiel ou à distance.

Choix technique :

- Choix d'une plate-forme LMS (Learning Management System).

- Achat de licences d'utilisation.

- Définition des objectifs et des modules de la formation.

- Ressources de médiation (forum, chat, vidéoconférence, mode asynchrone ou synchrone).

- Définition du nombre maximal d'élèves, du nombre de groupes, de la durée des formations.

- Choix des outils d'appui à être utilisés en cas de production local du contenu où choix d'un fournisseur de contenu pédagogique.

- Définition de l`infrastructure (serveurs, disque dur, comptes d'accès). Ressources externes / ressources internes :

- Documents pédagogiques disponibles sur d'autres médias (CD-ROM, papier) en cas de besoin.

- Logistique de distribution.

- Infrastructure technologique (bande passante, équipements de réception de vidéo en cas de besoin...).

- Tuteurs et animateurs de cours.

- Spécialistes de contenu.

- Concepteur pédagogique. - Équipe de production.

- Équipe de logistique. - Support technique. Les acteurs et leurs rôles :

- Spécialiste de contenu : Maîtrise le sujet traité par le module. Parfois, la personne qui a écrit le contenu du cours n'est pas le tuteur lui-même.

- Apprenant : Cible de tous les acteurs décrits.

- Instructional designer : Avec le spécialiste de contenu, il élabore une manière de présenter le matériel aux apprenants, en alliant les contenus pédagogiques à la technologie.

- Equipe de support : Responsable pour la résolution de problèmes techniques des apprenants. Généralement il y a un horaire de garde, basé sur les heures d'accès plus fréquents.

- Equipe de production : Constituée au moins par un designer et un programmateur. A partir du storyboard, ils produisent le contenu du cours.

- Animateur : Soutien le tuteur dans la gestion des groupes. Responsable pour la mise à jour du cours, l'affichage et la publication de fichiers à télécharger.

- Tuteur : Parfois peut-être la même personne qui a écrit le cours. Est aidé par l'animateur de cours, pour faire le tutorat de la formation. Résoudre des questions, proposer des thèmes de discussion et modère les séances de chat.

- Equipe de logistique : Avec l'animateur du cours, il gère les délais et envoie/reçoit des matériaux avant que les cours démarrent.

I.3. Conclusion : Enjeux du e-learning

Les enjeux du e-learning sont notamment de :

- Rendre plus efficaces, plus solides, plus adaptés les processus d'apprentissage et l'accès à la connaissance.

- Bénéficier des avantages des technologies éducatives (interactivité, simulation...).

- Bénéficier des avantages de la formation à distance (plus grande autonomie, élimination de contraintes...) tout en éliminant les inconvénients de déshumanisation.

Le e-learning trouve de nombreuses applications à la condition de réunir les critères pédagogiques et organisationnels de l'efficacité. Pour les responsables de formation, au plan pratique, l'efficacité du e-learning réside dans :

- La personnalisation de la formation.

- Le gain de temps.

- La réduction de coûts.

- La démultiplication des thèmes de formation.

- L'efficacité de l'apprentissage.

Au plan organisationnel, on observe également :

- Une standardisation des supports d'auto-formation et une approche qualité.

- Une ouverture des sources d'approvisionnement des offres de formation : acheter devient un acte important.

- Des perspectives élargies de diffusion auprès des salariés, des fournisseurs, des clients. Tout investissement peut être immédiatement valorisé à l'échelle la plus large.

Les effets observés à ce niveau sont liés à la mise en place d'un système de e-formation englobant plusieurs offres. Une gamme d'offres et de nouveaux modes de commercialisation :

- En raison de sa souplesse et de son économie, le e-learning permet d'élargir les conditions d'accès des publics à la formation.

- Au plan de la commercialisation, la présence sur les portails de formation publics et privés démultiplie l'audience des offres.

- Une partie de la formation (ressources pédagogiques) n'induisant pas de coûts variables, elle peut être diffusée gratuitement. Cela peut jouer un rôle d'appel. En effet, les dispositifs tournés vers les publics larges proposent des formations gratuites.

- De plus, des services additionnels à plus forte valeur ajoutée peuvent être proposés, tels que le suivi personnalisé, la validation des acquis professionnels, les services de conseil aux entreprises.

Le e-learning recouvre une palette large de pratiques pédagogiques, depuis la distribution de modules d'auto-formation accompagnés de quiz jusqu'aux groupes projet, travail personnel, travaux de groupe, tutorat, coaching, études de cas, réalisation de projet, etc. De manière générale, les risques d'abandon et d'échec sont élevés et leur réduction demande une pédagogie active, basée sur l'obtention de résultats à court terme.

La personnalisation de la formation et des services qui l'accompagnent ainsi que l'implication des utilisateurs sont les conditions du succès. Dans ce cas, le e-learning est rapidement perçu par les utilisateurs comme un service auquel ils participent. Apprendre par ce moyen nouveau présente des avantages et demande un effort supplémentaire que les services permettent de fournir de manière réaliste.

Avantage, efforts et services peuvent être mis en correspondance comme le montre le tableau 4.

Avantage

Effort

Services

Économie de temps Productivité de l'effort

Évaluation préalable

Diagnostic initial

Evaluation formative et sommative

Souplesse des horaires

Travail personnel et initiative

Projet à court terme Rendez-vous

Souplesse du lieu

Autonomie Initiative

Organisation

Diagnostic

Aide au choix des solutions

Personnalisation des parcours

Implication

Formulation de buts professionnels et personnels

Modules courts Présentation de l'offre

Tutorat personnalisé

Apprendre à communiquer, y compris par écrit

Rendez-vous

Animation

Progression dans la difficulté

Tableau 4 - Conditions pédagogiques.

Au-delà des services proposés, une place plus importante est à accorder à l'évaluation formative. Cela est nécessaire pour conserver une dynamique suffisante au processus pédagogique et appuyer l'intervention des tuteurs sur les productions du stagiaire. Cela exclut la simple mise en ligne de supports et du tutorat. Les supports et le tutorat doivent être adaptés aux situations de formation qui font alterner :

- Positionnement et orientation.

- Formation par modules de 1 à 10 heures.

- Evaluation formative basée sur des production réalisées par les stagiaires.

- Evaluation sommative liée au suivi de la progression.

La pertinence par rapport aux projets et aux besoins doit toujours être vérifiée afin de garder le bénéfice de l'économie de temps et d'efforts exprimé par les utilisateurs. Cela demande une offre de formation élaborée à partir des besoins pratiques et s'appuyant sur des ressources variées.

Les avantages recherchés du e-learning sont :

- La personnalisation de la formation.

- La souplesse dans les lieux et les horaires de la formation. - La maîtrise des contenus et des méthodes d'enseignement. - Le meilleur contrôle des coûts.

- La rapidité dans le déploiement des modules de formation.

Ces résultats sont obtenus à la condition que le e-learning soit inséré dans un dispositif efficace :

- Construit sur un recours raisonné aux outils en fonction des situations de formation et des publics.

- Avec un contrat pédagogique facilitant l'implication des utilisateurs grâce à des contenus adaptés à leurs attentes et à des méthodes actives qui les motivent.

- Répondant à une stratégie de développement géographique (régional, national, voire international).

- Articulant les natures de services proposés, formation, certification, conseil.

En France, à côté des grandes entreprises et des fournisseurs spécialisés tels les portails, les organismes de formation publics et les organisations professionnelles ont un rôle important à jouer notamment pour :

- Elaborer des offres de formation professionnelle orientées métiers.

- Réunir les conditions d'économie et de diffusion satisfaisantes pour les PME en mutualisant des coûts de développement.

- S'adresser à des publics de jeunes n'ayant pas trouvé leur voie dans le système éducatif traditionnel.

II - Quelle solution opter ?

On se lasse de tout, excepté de comprendre. Virgile

II.1. Infrastructures du e-learning

II.1.1. Principales plates-formes de e-learning

Editeur/Solution

Type d'offre

Prix

Clients

Commentaire

INTERWISE avec MILLENIUM

Campus virtuel : cours magistraux en Web conférence avec possibilité de travail collaboratif (partage

d'applications/documents). Gestion active des participants (prise de parole...)

Nombre

d'heures

prédéfini (15 à 25 dollars l'heure)

Licence, 100 à 150 dollars par utilisateur, inter- échangeable

entre les

salariés.

Non communiqué.

Fortement axée sur l'audiovisuel pour classes virtuelles synchrones.

Mise en oeuvre lourde,

mobilisation d'un tuteur et

téléchargement de fichiers richmédia.

CENTRA avec CONFÉRENCE et SYMPOSIUM

Gestion et de diffusion de contenus.

Création de sessions de formation avec diffusion en streaming.

Partage d'applications,

outils d'animation de

session (votomètre...), co- browsing vers d'autres sites Internet...

25 000 dollars pour le serveur Licences nominatives pour 200 dollars par utilisateur Licences concurrentes à 2000 dollars.

Infoconvergenc e

(organisme de formation) pour la bureautique ou les langues)

Concurrent direct d'Interwise, cette plate-forme se destine

également aux classes virtuelles en mode synchrone. Elle implique des contraintes assez fortes en terme de bande

passante.

M2S

Production et diffusion de supports de formation.

2 serveurs d'apprentissage et de diffusion de contenu. Création de groupes de formation, allocation ou suppression de séquences de formation selon le

niveau des groupes. Outil de conception de cours multimédias : 30 modules de formation bureautique

Achat de

licences par

cours et par utilisateur pour un prix moyen de 550 francs par utilisateur.

La Deutsche Post pour former à la bureautique et au management ses 320 000

collaborateurs

Les fichiers de contenu sont dans un format propriétaire (.wit) mais permettent d'industrialiser la production de contenu.

Compatibilité AICC.

 

(Microsoft, Lotus)

 
 
 

SmartCanal

Plate-forme d'agrégation de contenu et d'auto- évaluation.

Solutions : de l'université virtuelle à l'espace formation.

Plus de 300 formations (de l'architecture Windows aux mathématiques

financières). Plates-formes Docent et Saba pour gérer les apprenants, l'administration des

groupes, le suivi des performances et des

progrès via des statistiques...

La formule la plus courante est la location, soit environ 1000 francs par an et par apprenant pour une formation.

Non communiqué

Fait partie de la Sun Développer Connexion

(SDC). Dispose des serveurs Sun Enterprise 250 (1 Go de mémoire) garantissant des temps de réponse proches des CDRom (selon l'éditeur).

Lotus avec LearningSpace

Solution haut de gamme permettant de mixer formation auto-dirigée, asynchrone (forum) et synchrone (dialogue et visioconférence temps réel).

Authentification des utilisateurs, catalogue des cours, gestion par groupe et suivi des parcours de formation (évolution des modules de formation de façon personnalisée en fonction des progrès de l'apprenant).

Facturation au nombre d'utilisateurs (licences par poste client):

entre 300 et 400 francs par poste client

France Télécom Formation : près de 25000

employés ont utilisé les dictaticiels pour des formations techniques ou commerciales.

Il est possible d'intégrer un contenu issu d'applications de type Macromédia ou Office (auparavant seulement

Notes). La technologie Sametime permettra

d'intégrer des fonctions de communication temps réel. Compatible AICC

ANTALIS avec SYFADIS

Une plate-forme française de formation

professionnelle en ligne, permettant de créer des classes virtuelles et d'organiser des tutorats distants.

Propose des outils de travail collaboratif tels que les forums ou les espaces de chat directement intégrés aux classes virtuelles

A l'achat, 75 000 francs pour 100 utilisateurs.

En ASP, loyer mensuel situé entre 2 800 et 3 500 francs.

Activ'Partners ou la Chambre de Commerce et de l'industrie de

Paris.

La plate-forme présente

l'avantage de permettre à un tuteur de charger lui-même son contenu

pédagogique en vue de créer un cours en ligne et de gérer ensuite les parcours de formation des apprenants.

SmartForce

Plate-forme d'origine

Quelques

Le constructeur

Intégration de

 

irlandaise + didacticiels de

centaines de

Dell pour ses

contenu ad hoc à

 

formation (environ 4000

francs par

clients :

partir de

 

heures disponibles :

utilisateur

educateu.com

Dreamweaver et

 

bureautique informatique, gestion). Les fonctions sont

(accessible en intranet ou

 

grande portabilité de la plate-forme

 

disponibles à la carte : depuis l'université virtuelle jusqu' à la constitution de parcours de formations à la carte.

Internet).

 

et du contenu grâce à la compatibilité AICC, SCORM, LRN et IMS.

Tableau 5 - Fournisseurs de plates-formes

Editeur/Solution

Type d'offre

Prix

Clients

Commentaire

IPROGRESS et ses logiciels

Logiciels d'auto-formation principalement

Prix à l'usage, 175 à 250 francs

Danone ou Total

Le langage Toolbook permet

PROGRESSION

bureautiques basés sur le la

le parcours de

 

d'assurer un

 

simulation de

formation.

 

diagnostic précis

 

l'environnement à acquérir

Licence de

 

des compétences

 

(langage Toolbook).

formation à

 

de l'apprenant, et

 

Catalogue de 150 modules

partir de 22 000

 

une adaptation

 

de formations

francs pour un groupe de 300 utilisateurs et plus.

 

dynamique aux possibilités de réponse lors d'un exercice.

 
 
 
 

Migration intranet en cours.

Tableau 6 - Fournisseurs de contenu

Editeur/Solution

Type d'offre

Prix

Clients

Commentaire

Onlineformapro

Catalogue de 200 modules

Tutorat en ligne

Sony : formation

Les technologies

 

de formations (CAO/DAO/

payant par

Outlook pour un

de

 

Bureautique, langues...)

visioconférence :

effectif de 1000

développement

 

accessibles depuis Internet

300 francs par

salariés (à raison

des logiciels

 

ou en intranet. Contenu

mois.

de 220 francs par

permettent de

 

développé en Flash et Java.

Déploiement en

salarié).

recréer des

 

Evaluation pré et post formation basée sur Net

intranet, facturation au

 

simulations accessibles sur

 

Perception. Principalement asynchrone avec validation automatique des exercices. Web call center ponctuel vers un tuteur.

cas par cas.

 

des connexions même bas débit. Plate-forme complète avec des fonctions de suivi des

parcours.

Brainpollen

Plate-forme de diffusion de

Intranet : pour

l'Hôpital de

Les contenus de

 

contenu pédagogique et de

50 000

Dieppe : une

formation pour

 

paiement sécurisé. Outil

utilisateurs, 6

trentaine de

l'entreprise

 

d'administration de suivi des

francs par

salariés qui se

proviennent de

 

progrès et de l'assiduité des

utilisateur et par

forment à Lotus

partenaires tels

 

apprenants. Applet java de

formation.

Notes depuis le

que

 

gestion des licences et contrôle des connexions pour éviter toute fraude

Internet, 79 à 395 francs par utilisateur par abonnement annuel sur 1 formation.

site Internet.

Eduperformance. Possibilité de création de tutoriels (environ 180 sur le site) pour des

formations plus grand public.

Mediapluspro

Portail d'auto-formation en

Facturé à l'usage

Les magasins

La formation est

 

ligne tutorée conçu par le

soit un coût de

Atac du groupe

exclusivement

 

groupe d'édition

l'ordre de 100

Auchan . La

bureautique à

 

informatique ENI. Couche

francs par

solution a été

l'heure actuelle.

 

logicielle développée à

utilisateur et par

déployée à

Elle présente

 

partir des fonctions

titre (nom du

destination des

l'avantage d'être

 

Automation de Windows :

logiciel).

directeurs de

très modulable et

 

pilotage à distance du

 

magasin, des

très

 

logiciel à apprendre et

 

caissières et des

personnalisable

 

commentaire en direct des

 

assistantes de

puisque les

 

manipulations effectuées par l'apprenant. Environnement réel donc. Forum de communication

 

direction.

modules sont subdivisés

jusqu'à la commande (ex :

 

asynchrone avec les tuteurs.

 
 

apprendre à faire un tableau).

Tableau 7 - Portails de formation en ligne

Voici représentées schématiquement les différentes fonctions des plates-formes.

Figure 4 - Les différentes fonctions des plates-formes

Le choix de la plate-forme adéquate devient délicat en raison d'une offre abondante (plus d'une vingtaine de produits) et mouvante et de la multiplicité des fournisseurs de plates-formes et de portails (incluant eux-même une plate-forme).

Principales plates-formes

Principaux portails et prestataires

Ariadne

BlueU

Academynet

Click2learn

CampusVirtuel

FT Knowledge

Course Info

Headlight.com

Docent

Hungryminds

E-cursus/e-savoir

OnlineFormapro

Ingenium

Pensare

LearningSpace

SmartForce

Luvit

Smart Planet

Saba

Solstra

Syfadis

Toutapprendre.com

Sylfide

Viviance

TopClass

M2S

VirtualU

Prestataires : Smartcanal, T3W, Interwise

Tableau 8 - Principales plates-formes

De manière synthétique, on peut identifier cinq grandes orientations qui permettront de choisir la plate-forme en fonction des priorités retenues. Ainsi on peut avoir un système de formation centré sur :

- Les cours, distribuer des cours vers des individus ou des groupes.

- La coopération, inter-stagiaires, formateurs, experts.

- Les compétences, établir une relation permanente entre formation et compétence. - La documentation, mise à jour des documents et des offres.

- Répartition des fonctions et soucis d'indépendance entre portail et plate-forme.

Academy net

Docent

Luvit version.3.0

Plei@d

Ariadne

Ingenium version.5

Saba

TopClass

Campus virtuel

e-cursus, e-savoir

Syfadis version.1

WebCT

CourseInfo

LearningSpace version.4

Sylfide

VirtualU

Tableau 9 - Principales plates-formes présentes sur le marché français.

II.1.2. Synchrones et asynchrones, en direct ou en décalé

En France, l'intégration du e-learning reste encore embryonnaire comparé à nos voisins
d'Outre-Atlantique. Aux États-Unis, on observe en effet un véritable engouement pour
ces pratiques. Le e-learning représente environ 60% des dépenses de formation aux

USA et 92% des grandes entreprises américaines ont déployé cette année un projet de ce type (source Arthur Andersen).

Une étude du cabinet Arthur Andersen portant sur un échantillon de 74 grandes entreprises françaises révèle que seules 8 d'entres elles ont mis en oeuvre des solutions d'e-learning, principalement cantonnées aux langues ou à la bureautique. En fait, les principales réticences des entreprises porteraient sur le fait que les formations délivrées en interne sont le plus souvent des formations métier, impossibles à trouver sur le marché mais également le manque d'information sur les solutions existantes.

Cependant, il faut savoir faire le tri parmi tous les prestataires se déclarant « leaders du e-learning ». On distingue en réalité deux types de fournisseurs : les éditeurs et les développeurs de contenu.

Les éditeurs qui ont développé une plate-forme de diffusion de contenu avec des fonctions plus ou moins avancées en terme d'administration des apprenants, des parcours de formation. Par ailleurs, il faut distinguer les modes de formation proposés (synchrone, asynchrone, outils de travail collaboratif...). De nombreux éditeurs se sont positionnés sur ce type d'infrastructure dont l'un des poids lourds du logiciels, comme Lotus avec sa plate-forme Learning Space.

Mais ce type de dispositif retire les principaux bienfaits de la formation en ligne, censée affranchir des contraintes de temps et garantir des délais d'apprentissage plus courts. En effet, sur les plates-formes de type Interwise destinées aux cours magistraux, la visioconférence nécessite de mobiliser un tuteur et les moyens de communication entre apprenants et tuteurs peuvent paraître fastidieux (boutons de prise de parole, pour lever la main, etc.).

En revanche, les plates-formes qui permettent de diffuser des formations auto-dirigées, avec diagnostic préalable et évaluation des progrès en fin de module, semblent intéressantes, en particulier lorsqu'elles offrent des outils de communication asynchrone (forums) ou synchrones de type chat, qui peuvent s'avérer efficaces et peu contraignantes lors de difficultés ponctuelles sur une formation.

Ce type de plate-forme développe de plus en plus des outils de tracking des progrès des élèves et propose des technologies permettant d'adapter le contenu de façon personnalisée aux aptitudes ou difficultés détectées lors du parcours. La technologie Pathware de Macromedia, permet, par exemple d'obtenir ce type de paramétrage. Enfin la tendance est d'être compatible avec la norme AICC (Aviation Industry Computer Based Training Commitee), qui permet d'importer des contenus ou des modules applicatifs d'éditeurs externes, offrant ainsi une plus grande souplesse d'évolution.

Les développeurs de contenu, catégorie complémentaire à la première, peuvent également disposer de leurs propres plate-formes de diffusion. Ces derniers proposent en général un catalogue de formation générique fortement axé sur la bureautique ou encore les langues étrangères. Ils offrent en général des environnements d'apprentissage basés sur la simulation. Par ailleurs, certains disposent de pôles d'édition spécifiques ou

d'outils de conception propriétaires, leur permettant de réaliser des contenus de formation à la demande selon le métier du client.

II.2. Les solutions : du portail à la plate-forme

Le e-learning promet de révolutionner la formation en réduisant les contraintes de temps et d'espace, ce qui peut conduire à une diffusion rapide du savoir. Les outils et les plates-formes de e-learning progressent rapidement et visent à donner aux enseignants et élèves les mêmes réflexes que ceux qui existent dans le monde physique.

II.2.1. Netop School 2.0: une plate-forme technique pour le e-learning

Les sociétés Addjust Technologies (française) et Danware (danoise) viennent de présenter la nouvelle version de leur technologie de formation à distance en mode synchrone, NetOpSchool 2.0. Cette solution est dotée de fonctions permettant à l'enseignant de contrôler à distance les machines de ses élèves. Il peut ainsi corriger des exercices, faire défiler des documents ou présentations. Il est aussi possible de distribuer et de relever des fichiers aux élèves. L'enseignant a de plus accès à un panneau de contrôle représentant en mosaïques les écrans des élèves. Le logiciel inclut une représentation schématique d'une salle de classe où l'enseignant peut placer les élèves par groupe de niveau par exemple. Enfin, un canal voix est intégré et contrôlé par le formateur pour distribuer la parole.

Cette solution est exploitable en réseau local comme sur Internet et permet donc de rassembler des élèves des quatre coins du monde en une classe virtuelle. Si elle s'accommode d'une connexion modem, une connexion haut débit est tout de même préférable en particulier si la transmission de la voix sur IP et le contrôle à distance sont utilisés simultanément. NetopSchool fait par ailleurs usage de la technologie multicast, une caractéristique intéressante pour les réseaux internes des universités et des entreprises mais encore inutilisable via un fournisseur d'accès classique.

Le multicast est un procédé d'acheminement qui consiste à envoyer des paquets IP une seule fois afin d'être reçus par de multiples utilisateurs ayant demandés explicitement de recevoir ces paquets. Un réseau multicast duplique les paquets afin de desservir tous les utilisateurs abonnés.

Enfin, le produit Netop School est commercialisé aux prix de 550 euros, pour un pack couvrant les besoins d'un enseignant et de 10 élèves.

II.2.2. Atos-Origin mise sur le e-learning en mode synchrone

Depuis près de 25 ans, la SSII française Atos-Origin délivre des formations professionnelles et propose à l'heure actuelle près de 300 stages. Depuis environ 2 ans, le centre évolue peu à peu vers les technologies d'apprentissage en ligne via des partenariats avec quelques portails de formation tels que Study.com ou encore Teach-line. Ces partenariats concernent des formations génériques portant sur la bureautique ou les langues étrangères.

- Study.com adopte une formation en mode asynchrone qui mise sur les forums pour la communication avec les tuteurs.

- Teach-Line mise sur la formation synchrone en web-conférence avec prise de contrôle des postes à distance.

Il y a donc une transition de la formation présentielle au e-learning. En parallèle à ces portails accessibles le plus souvent en mode ASP, la société est aussi intégrateur de la plate-forme Docent, un learning management system, c'est-à-dire l'infrastructure de diffusion d'un contenu spécifique susceptible de s'intégrer au système d'information de la société, l'ouverture des sources des bases de données de la plate-forme permet un paramétrage très fin personnalisé aux besoins du client. La société se dirige vers une formation synchrone. Les clients du centre sont exclusivement des grands comptes du domaine bancaire ou assurances (par exemple, Paribas). Néanmoins à l'heure actuelle aucune société n'envisage le e-learning comme un mode de formation exclusif. Il est souvent vu comme une façon de valoriser ou de compléter un cursus traditionnel.

II.2.3. Mediapluspro, un portail d'auto-formation en situation réelle

Le groupe d'édition ENI connu pour ses nombreux ouvrages dédiés à la formation informatique a inauguré il y a peu un portail d'auto formation en ligne tutorée, baptisé Mediapluspro.

Le portail met à disposition une plate-forme permettant de se former directement sur le logiciel à étudier. Il s'agit en fait d'une couche logicielle développée à partir des fonctions Automation de Windows et qui permet de piloter à distance le logiciel à apprendre et de commenter en direct les manipulations effectuées après avoir indiqué le résultat à obtenir. L'éditeur a respecté un environnement de formation en situation réelle et non pas fondé sur la simulation ou les QCM d'auto-évaluation.

L'apprentissage des logiciels est subdivisé par commande. Sur Word par exemple, près de 240 commandes sont passées en revue. Cette organisation permet de configurer des parcours de formation métier à la carte (par le tuteur par exemple). Diverses entrées aux programmes de formation sont également envisageables soit à partir de sa fonction professionnelle ou bien à partir d'un besoin précis. Un module administration permet aux tuteurs :

- De gérer l'inscription des apprenants.

- De déterminer les parcours d'évaluation.

- De définir des groupes de niveau.

- De générer en fonction des programmes de formation précis.

Un outil de requête permet d'éditer près d'une centaine d'états pédagogiques récapitulant
les performances des apprenants ou les temps de formation passés. Un tutoring

asynchrone est également possible via la messagerie ou les forums de discussion. Divers contextes d'utilisation sont possibles :

- En intranet sur le réseau local de l'entreprise. - Depuis le serveur de l'éditeur via Internet.

- En centre de ressources.

Le coût d'accès à la plate-forme et au contenu est facturé exclusivement à l'usage, un coût qui reste très compétitif (environ 15 euros par utilisateur et par titre).

II.2.4. LearningSpace de Lotus, un poids lourd des plates-formes

La nouvelle version de la plate-forme de e-learning de l'éditeur Lotus, LearningSpace adopte un profil plus ouvert et des fonctions de suivi de formation plus élaborées. Cette solution présente la particularité de mixer formation auto-dirigée, asynchrone (forum) et synchrone (dialogue et visioconférence en temps réel). Le coeur de la solution repose sur un moteur logiciel de règles baptisé Learning Space Core. Il assure l'interface en front office avec les utilisateurs. Il est directement relié à une base de données relationnelle qui peut être Oracle ou DB2. Il gère l'authentification des utilisateurs, le catalogue des cours de formation, la gestion par groupe d'apprenants et le suivi des parcours dynamiques de formation (évolution des modules de formation de façon personnalisée en fonction des progrès de l'apprenant).

En option, on trouve les fonctions de travail collaboratif que sont les logiciels de communication en temps réel et de communication asynchrone. Il s'agit d'une salle de classe virtuelle avec des forums de discussion pour échanger avec son tuteur ou d'autres élèves suivant des sessions de formation identiques. Le temps réel est possible avec des fonctions de dialogue instantané et de tableau blanc (tracer et commenter un schéma en application partagée). C'est la technologie Sametime de Lotus qui est ici mise en oeuvre. Cette organisation est compatible avec la norme AICC, ce qui lui permet d'importer n'importe quel contenu et des exercices issus de tout environnement.

En terme d'architecture, la plate-forme autorise le déploiement sur des machines uniques ou une infrastructure complètement répartie. Ainsi, pour une entreprise répartie géographiquement sur plusieurs sites, il est possible de centraliser la gestion des parcours et des authentifications au siège par exemple et d'opter pour des serveurs collaboratifs décentralisés par région, ce dans un objectif évident d'optimisation des temps d'accès. Dans tous les cas, la solution fonctionne sur des serveurs NT et plutôt en usage intranet.

Le coût de la solution ne dépend en aucun cas du nombre de serveurs mais du nombre d'utilisateurs (licences par poste client). Il est évalué entre 50 et 60 euros par poste client.

II.3. Projets de e-learning

II.3.1. Outils et fonctions du e-learning

Internet permet un accès à l'ensemble des ressources humaines (communication),
documentaires (documents) et administration (outils) nécessaires à la réalisation de la
formation. La standardisation démultiplie considérablement les possibilités de diffusion.

Figure 5 - Organisation des ressources

Ces outils sont utilisés pour mener à bien les fonctions indispensables au e-learning : - Production et intégration des ressources pédagogiques.

- Diffusion et accès aux ressources.

- Présentation de l'offre et des programmes de formation.

- Positionnement, construction des parcours de formation individualisée. - Gestion des parcours.

- Animation des personnes et des groupes.

- Administration financière, technique.

La tendance est aujourd'hui à l'intégration de ces fonctions dans un système d'information et de formation unique (plates-formes de télé-formation). Cette intégration apporte une grande flexibilité à la production, diffusion et utilisation des ressources. Elle apporte aussi des possibilités de suivi de l'information et une économie considérable des tâches de gestion.

Editeurs/Outils

Spécificités

Cibles

Distribution

Agie Formations agie-

formation.com

Intégrateur, organisme de formation. Plate-forme de diffusion de contenus

Offre : conseil, ingénierie pédagogique, pilotage de projets, conception et réalisation de contenus e-learning sur mesure

PME

Vente directe à l'utilisateur final

Centra Software centra.com

Editeur de contenus e-learning, spécialisé dans le synchrone

Grands comptes. Collectivités

locales

Vente par le biais d'un réseau de partenaires (distributeurs, SSII, sociétés de conseil, organismes de formation).

IBM Lotus
ibm.com.fr

Editeur de plate-forme de diffusion de contenus Partenariats avec des éditeurs de logiciels de e-learning

Intégrateur de Learning Lotus Space

Grands comptes PME

Vente exclusive par le réseau des Lotus Business Partners

HyperOffice hyperoffice.fr

Intégrateur, conception et réalisation de contenus sur mesure

Conseil, ingénierie pédagogique

Grands comptes Grandes administrations

Vente directe à l'utilisateur final

Editions ENI editions-eni.fr

Editeur d'une plate-forme propriétaire de diffusion de contenus e-learning

Délivre des cours

d'informatique et de bureautique en ligne pour le grand public par le biais de 123training.com

Grands comptes PME

Centres de formation. Ecoles

Vente directe aux grands comptes

Vente indirecte par le biais des centres de formation

BJ Interactive bjinteractive.com

Editeur de contenus e-learning Délivre des cours

d'informatique et de

bureautique, de management, de sécurité, en solution CD-ROM, Internet ou Intranet avec au total, 4600 modules d'autoformation

Collectivités

locales

Grands comptes PME

Vente exclusive par le réseau de l'intégrateur BJ Interactive

Iporgress iprogress.com

Editeur de plate-forme de diffusion de contenus e-learning sur Internet

Le tutorat est assuré

Grands comptes PME

Vente directe aux entreprises

Net G

Editeur de plate-forme de diffusion de contenus et de

Grands comptes

Vente directe à l'utilisateur final

netg.fr

solutions de contenus e-learning

 
 

NetSupport Inc pci.co.uk

Editeur de plate-forme de diffusion de contenus et de solutions de contenus e-learning (Net Support School 7.0)

Ecoles et universités

Vente indirecte par le biais d'un réseau de distributeurs

Onlineformapro onlineformapro.co

m

Editeur de plate-forme de diffusion de contenus e-learning Organisme de formation en ligne, en visioconférence ou par mail

Grands comptes PME

Vente directe aux grands comptes

Vente indirecte par le biais d'un réseau de distributeurs

Tableau 10 - Outils du e-learning

II.3.2. Démarche pour conduire un projet de e-learning

Huit étapes sont nécessaires pour conduire un projet de e-learning :

1. Elaborer les offres types et un dispositif de formation dans ses aspects pédagogiques (méthode, situation, contenus, contrat).

2. Estimer les coûts de fonctionnement.

3. Estimer les coûts d'investissement et le budget du projet incluant, la mise en place du dispositif et l'expérimentation de l'offre (opération pilote).

4. Lancer une opération pilote composée d'une ou plusieurs offres sur un public bien identifié.

5. Valider les méthodes et le dispositif de formation et offres.

6. Choisir les outils.

7. Mettre en place le dispositif.

8. Généraliser ou déployer la solution.

Elaborer les offres de formation

Les propositions de formation doivent s'adapter aux conditions pratiques, aux rythmes et environnement de travail. Définir les contenus à numériser ou les ressources pédagogiques à mettre en ligne ne suffit pas. C'est un processus de formation et un dispositif qu'il faut formaliser. De nombreux paramètres sont à prendre en compte :

- Les besoins, pré-requis, contenus et objectifs.

- Les méthodes pédagogiques.

- Les services à mettre en place et le contrat pédagogique. - Les modalités d'évaluation.

- Les situations d'usage, durée.

- Les qualités des supports pédagogiques, les outils (simulateurs, générateurs d'exercices, etc.) et matériaux pédagogiques disponibles et à développer.

Les possibilités d'adapter l'offre dans le temps et pour la diversités de publics doivent être prévues.

Estimer les coûts d'investissement

Chaque offre peut faire l'objet d'un budget d'investissement et d'exploitation. Dans un grand nombre de cas, l'accent est mis sur le montant de l'investissement et assez peu sur l'économie de la mise en oeuvre, les résultats et les effets. Concernant l'investissement, outre son montant, deux facteurs sont à considérer :

- Le délai de mise en oeuvre. Aux investissements lourds et aux délais importants, préférer les investissements modestes à réalisation rapide.

- La pertinence par rapport aux usages et aux besoins. Celle-ci doit être vérifiée rapidement.

Cela incite à une progressivité de solutions tant que le savoir faire n'est pas solide. Quant au fonctionnement, la relation entre situations de formation (auto formation tutorée, travaux dirigés tutorés, projets, classes virtuelles, etc.) et moyens consommés est souvent peu abordée. Pourtant, des différences importantes entre ces situations portent sur :

- Le ratio-temps de tutorat / volume de formation.

- Les consommations de télécommunications par heure de formation.

Les résultats et effets de chaque situation et du dispositif d'ensemble peuvent être mesurés à l'aide des outils de management du e-learning proposés par les plates-formes, à savoir :

- Les volumes réalisés.

- Les durées de formation et leur réduction au regard des résultats. - Les résultats pédagogiques.

- La rapidité de déploiement et d'évolution, etc.

Lancer l'opération piote

Afin de mesurer l'efficacité de la plate-forme, il est nécessaire de lancer une opération pilote, c'est-à-dire, tester cette plate-forme sur un public choisi en offrant quelques services.

Valider les méthodes

Le lancement de l'opération pilote va permettre de valider les méthodes, les dispositifs de formation, ainsi que les offres proposées.

Choisir les outils

L'utilisation d'une plate-forme minimale et de moyen de communication (Web conférence, outil de gestion de rendez-vous, etc.) est nécessaire pour l'expérimentation. Ceux-ci seront choisis à titre provisoire.

Mettre en place le dispositif

Certaines représentations pèsent encore fortement sur les projets :

- On apprendrait bien avec des ordinateurs ce qui se décrit d'une manière logique et les comportements et relations devraient s'apprendre en dehors des outils.

- La formation avec les NTIC demande une maîtrise des outils qui la réserve aux personnels les plus qualifiés.

- Le e-learning est réservé aux publics très nombreux et éloignés. Pourtant Bell utilise ce moyen pour des publics de 15 personnes.

En réalité, tous les publics et contenus de formation sont concernés sans restriction. Des formations de publics faiblement qualifiés sur les compétences de base ou d'employés sur des comportement d'accueil, ou encore des publics en difficulté ont montré que de bons résultats pouvaient être obtenus dès lors que les méthodes et situations pédagogiques étaient adaptées.

Même si la formation initiale notamment universitaire est largement pratiquée aux Etats-Unis et dans une moindre mesure en France; les formations continues sont en premier lieu concernées par le e-learning. Il s'agit en général de formations organisées par étapes, motivantes en terme de résultat à court terme, composées de modules courts s'inscrivant dans un projet d'évolution à moyen terme. Les choix de dispositif obéissent à des préoccupations de rapport coût/efficacité. Le programme de travail d'un usager du e-learning peut se dérouler selon une alternance de :

- Formation individuelle à domicile avec ou sans tutorat, en cas de présence de matériel.

- Formation individuelle en centres de ressources équipés.

- Formation en petits groupes, en l'absence des formateurs, dans des lieux équipés.

- Séances de travail avec les formateurs, sur place ou à distance par télécommunications.

De la même manière, les parcours de formation peuvent être organisés en fonction de deux logiques qui peuvent se renforcer :

- Logique d'acquisition de techniques organisées à partir des contenus et de séquences de formation pré-formatées.

- Une logique de production de travaux orientés métier favorisant l'application pratique et l'évaluation formative.

Dans les deux logiques, un positionnement initial et un suivi de la progression s'imposent. La production et la gestion des documents pédagogiques est probablement à envisager dans la durée. On peut partir du principe suivant :

- Sous-traitance pour le standard mais le savoir faire lié à l'adaptation peut demeurer interne.

- Interne pour les métiers, en lien avec la documentation et avec la communication.

Enfin, les tâches techniques liées aux plates-formes de gestion et de distribution seront sous-traitées si elles sont standards et trouveront leurs premières réponses dans les offres ASP. Une connaissance des offres et une maîtrise des processus liés à ces plates-formes est donc nécessaire.

Généraliser la solution Plusieurs tâches se présentent :

- Expérimenter les méthodes et produits et bâtir une expérience des dispositifs de formation qui conviennent aux différents besoins.

- Impliquer les utilisateurs dans le processus d'acquisition d'autonomie.

- Mettre en cohérence les nouvelles modalités de formation avec les structures en place.

- Mettre en place une organisation et des procédures.

- Reconvertir les formateurs et intervenants.

- Un apport extérieur est nécessaire dans la phase de mise en place.

Le recours à des prestataires nouveaux, portails, gestionnaires de plates-formes, fournisseurs de services qui ont déjà intégré les nouvelles données d'organisation pour eux-mêmes est souvent indispensable. Il faut probablement distinguer :

- La gestion de la formation (depuis l'inscription jusqu'à la certification des compétences) et au suivi des résultats.

- La gestion des offres et de leur évolution.

Ces tâches sont liées au portail, lieu de transaction, et doivent être considérées comme stratégiques. Pourtant en dépit de ces offres multiples et florissantes, le marché des entreprises reste frileux à la mise en place d'un projet e-learning dont les contraintes techniques restent lourdes (en particulier, la disponibilité de la bande passante), et les freins culturels encore persistants. Le développement des intranets, des réseaux hautdébit et la commercialisation en ASP laissent pourtant entrevoir des perspectives prometteuses. Le cabinet IDC prévoit d'ailleurs que ce marché devrait connaître un taux de croissance de l'ordre de 40% au cours des 5 prochaines années, pour peser près de 1,6 milliards en 2004 contre, 200 millions de francs en 1998.

III - Quel avenir pour le e-learning?

Il n'est pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va. Sénèque.

III.1. Le e-learning dans le monde

III.1.1. Le e-learning en France

Le e-learning a été considéré d'emblée comme un produit de substitution à la formation traditionnelle, dans le domaine professionnel notamment. Cette vision s'est faite en considérant les avantages comparatifs nécessaires du e-learning :

- Abolition des distances.

- Disparition du présentiel.

- Souplesse des horaires et des lieux.

- Personnalisation de la pédagogie.

- Economie sur les budgets indirects de formation (déplacements, locaux).

Les entreprises françaises sont encore peu utilisatrices de nouvelles technologies en formation. Seules 12% des entreprises utilisent Internet et 22% l'Intranet pour la formation. C'est ce qui ressort d'une étude effectuée par Arthur Andersen sur le e-learning, auprès de 74 entreprises. Huit d'entre elles ont mis en place des solutions faisant appel au e-learning, le plus souvent dans le domaine de l'informatique ou des langues.

Raisons pour lesquelles les entreprises françaises ne font pas appel au e-learning :

- Le e-learning est considéré comme adapté à des problématiques générales alors que leurs besoins portent sur des formations spécifiques.

- Le manque d'information (72%).

- La culture d'entreprise (70%).

- Une mauvaise maîtrise des NTIC (63%). - Le coût (60%).

- Le CD-ROM prend ses marques dans l'entreprise où il est connu et utilisé dans 30% des cas.

Le marché de la formation en ligne semble avoir trouvé ses marques. Entreprises et fournisseurs d'outils de e-learning sont désormais en totale adéquation. Le e-learning est passé d'un marché d'offre à un marché de demande. De plus les différents acteurs ont dès le début misé sur les NTIC au service de l'éducation et de la formation. C'est une

des raisons pour lesquelles, aujourd'hui, il se stabilise. Jusqu'en 2000, les possibilités de ce marché ont été surestimées. Il y avait une approche « tout outil » qui n'a pas su convaincre, les produits étaient très chers et les entreprises n'ont pas été complètement conquises.

Au moment de l'explosion d'Internet, de nombreuses sociétés de conseil et SSII ont investi dans ce secteur. Mais le coût des produits, la méconnaissance du e-learning par les clients, ainsi que l'étendue des offres proposées ont entraîné leur perte. Ayant tiré les leçons des erreurs commises dans le passé, ce marché connaît actuellement une véritable mutation.

Depuis 2002, les comportements ont radicalement changé. Les entreprises grands comptes comme PME s'orientent de plus en plus vers le e-learning, car aujourd'hui les produits sont davantage ciblés. Les mentalités ont, elles aussi, évolué. La pédagogie a repris le dessus face à la technologie. Les cursus de formation sont désormais moins longs et mieux adaptés à la demande des clients. Ils sont délivrés par modules de trois heures maximum, avec des sessions d'une durée qui n'excède pas 30 minutes. Les thèmes abordés sont très variés : l0a bureautique, les langues, mais aussi le management.

Pour persuader les entreprises de la nécessité de ce type de formation, les spécialistes ont dû se pencher sur ses méthodes de mise en application. Au vu des premiers résultats, il ressort que le 100% e-learning est à proscrire. Car le e-learning ne peut pas survivre sans le recours à la pédagogie. C'est donc la méthode mixte qui s'est imposée. Les cursus associent désormais la formation à distance (auto-formation), à la formation présentielle, qui requiert l'intervention sur place d'un formateur. Les acteurs du marché de la e-formation ont compris que seuls des formateurs étaient capables d'intéresser les stagiaires, car le e-learning doit être structuré et les stagiaires encadrés.

Afin de toucher une plus vaste clientèle, les offres ont dû être élargies. Au départ, trop chères, elles n'étaient proposées qu'aux grands comptes. Aujourd'hui, les offres se sont adaptées à la demande des PME. C'est dans ce contexte que les formations spécifiques par métier ont fait leur apparition. Les grandes entreprises préfèrent l'intranet pour utiliser le e-learning. Les PME choisissent d'abord des solutions hébergées, qui sont plus rapides et moins chères à mettre en place. Ensuite, elles rapatrient leur base de données sur leur plate-forme interne.

Le développement du e-learning n'en demeure pas moins relativement lent. Cela tient, notamment, au fait que nombre d'entreprises n'ont toujours pas intégré l'ADSL dans leur réseau. Malgré tout, le e-learning connaît aujourd'hui un regain d'intérêt. En 2002, les entreprises de moins de 500 salariés étaient deux fois plus nombreuses à proposer ce type de formation à leur personnel, par rapport à 2001. Au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), le nombre d'inscrits a augmenté de 20% depuis 2000.

Figure 6 - Le recours à la e-formation en fonction de la taille des entreprises.

La e-formation concerne surtout les grandes entreprises de plus de 1000 salariés, mais elle progresse dans les entreprises de moins de 500 salariés depuis 2002.

Figure 7 - La progression de la e-formation entre 1995 et 2002

Le recours aux formations en ligne se généralise dans les entreprises, puisqu'en 2002, 46% d'entre elles ont formé plus de 200 salariés, contre 29% en 2001. Les compétences requises sont :

- Posséder de bonnes connaissances dans les domaines de la pédagogie et des différentes technologies proposées.

- Avec l'arrivée de l'ADSL, les acteurs du e-learning doivent acquérir des compétences en matière de réseaux.

- Les prestataires doivent proposer des services complémentaires, tels que des outils de planification, pour que le stagiaire organise son temps.

- Les professionnels étant de plus en plus nombreux à recourir à la e-formation, ils demandent des outils personnalisés et donc des compétences métier.

2001 : le e-learning en France, promesses non tenues ?

En décembre 2000, le marché du e-learning en France devait croître de 41.7% au cours des cinq prochaines années et atteindre une valeur de 1.6 milliard d'euros en 2004, annonçait une étude réalisée par Rhinfo.com. En mai 2001, le marché du e-learning ne devait croître finalement que de 40% par an au cours des cinq prochaines années et représenter en 2002, 2.2% des dépenses de formation continue en formation. A long terme, la formation continue des salariés passerait entre 70% et 80% par le net (La Tribune). D'autres enquêtes prospectives nous annonçaient d'ailleurs que le terme e-learning était bien présent chez les décideurs à la recherche de gain en efficacité et en coût de formation. Parmi les avantages cités par les personnes interrogées :

- 89% pensaient qu'il était complémentaire aux formations traditionnelles. - 86% y voyait un gain de temps.

- 73% que le e-learning facilitait l'acquisition des connaissances (étude d'OpinionWay.com réalisée en novembre 2000)

L'étude d'Arthur Andersen Consulting publiée au premier semestre 2001 signalait que sur 74 entreprises interrogées 60% affirmaient avoir eu recours au e-learning. Le e-learning était bien en phase ascensionnelle.

La France, selon les estimations, était en marche vers le e-learning comme l'Europe dont le marché devait représenter en mai 2001 plus de 797 millions d'Euros et atteindre en 2004 un chiffre d'affaires de 4,4 milliards.

Le marché aux USA, selon IDC, aurait atteint 3.8 milliards de dollars en 2002.

Quant au marché mondial de la formation en ligne, il représentait en 1997 un chiffre d'affaires de 197 millions de dollars et devait atteindre, selon les estimations d'IDC, 5.5 milliards en 2002, soit une croissance de 95% (Thot).

Le Crédit Suisse First Boston annonçait, toujours en mai 2001, une croissance de 100% par an jusqu'à obtenir 40 milliards de dollars en 2005 (La Tribune).

En juin 2001, un nouveau discours apparaît, le e-learning ne perce pas (La Tribune) non seulement en France mais aux Etats-Unis, la formation en ligne ne faisait pas recette. Certains parlent d'hécatombe financière de sociétés du secteur ( 01.net).

Que s'était-il passé ? Serait-ce la chute du Nasdaq qui aurait freiné quelques investissements ?

Selon ASTD le marché du e-learning ne devrait atteindre finalement que 1.2 milliards de dollars aux USA en 2001 alors que WR Hambrecht+Co annonçait en décembre 2000 une croissance importante pour atteindre 11.5 milliards de dollars en 2003.

Seraient-ce les résultats en matière de e-learning publiées aux Etats-Unis qui auraient changé les estimations ?

Une enquête IDC signalait que les entreprises américaines auraient dépensées 1.1 milliard de dollars en 1999 pour le e-learning (ASTD).

ASTD publiait en mars 2001 les résultats des entreprises américaines entre 1998 et 1999 et voyait notamment dans les moyennes entreprises une légère baisse du e-learning, soit 8.4% de la formation consacrée au e-learning en 1999 contre 8.5% en 1998. ASTD notait parallèlement l'augmentation de la formation en salle traditionnelle qui s'expliquerait par la mise en place de Blended solutions c'est-à-dire de formations mêlant le e-learning et des solutions traditionnelles de formations. Toutefois, ASTD signalait que parallèlement les très grandes entreprises avaient augmenté leur taux de temps de formation en e-learning, 12.3% en 1998 contre 13.8% en 1999.

III.1.2. Le e-learning aux Etats-Unis

En France, le e-learning devrait représenter 12% des dépenses de formation en 2002, pour 2% en 1998. Tandis qu'aux Etats-Unis, il représente 60% de dépenses de formations pour atteindre 10 milliards de dollars en 2002 et est utilisé par 92% des entreprises.

Aux États-Unis, il concerne les principales grandes entreprises et représente 5% des dépenses de formation professionnelle dans les entreprises pour 10% des volumes de formation réalisés. L'analyse du marché américain montrent que le e-learning est en passe de se substituer dans les 5 à 10 ans à venir aux formations traditionnelles.

Chez Arthur Andersen on pense que trois leviers rendent efficaces une solution e-learning :

- Des séminaires de sensibilisation. - Des bases d'information.

- Le coaching.

Mais ces chiffres reflètent davantage l'inconsistance provisoire du marché du e-learning, la confusion - technique et conceptuelle - dans laquelle il est en train d'émerger et les résistances culturelles qu'il rencontre à différents niveaux plutôt qu'un véritable choix politique de la part des entreprises.

Il est certain que le marché va se structurer dans un proche avenir, que les produits vont
s'élaborer de manière plus convaincante et que cette réalité nouvelle va passer dans les
moeurs. Les gains potentiels qu'elle permet, tant sur le plan économique que sur le plan

opérationnel, sont trop importants. Et de fait, les projets et réalisations fleurissent, venant d'initiatives purement privées ou soutenus par l'Union Européenne, qui collabore à leur financement de façon significative.

Aux Etats-Unis, pour les entreprises, le volume d'affaires réalisé par la formation sur Intranet/Internet s'élevait à 1 milliard de $ en 1999, soit 1/3 du marché total des formations utilisant les technologies et 2 milliards en 2000. La tendance est à une inversion des courbes entre formation classique et formation en ligne entre 2003 et 2005 (50% - 50%).

Voici cette estimation réaliste. La progression est plus sensible encore en terme de volume puisque les entreprises qui réalisent plus de 10% de leurs dépenses en e-learning assurent ainsi le double, soit plus de 20% de leur volume de formation.

Figure 8 -.Marché du e-learning aux Etats-Unis Cette croissance aux Etats-Unis s'explique par plusieurs facteurs :

- Les applications des NTIC sont largement répandues depuis une dizaine d'années. En 2000 (selon Hambrecht), la part des formations utilisant les NTIC hors Internet représente encore la majorité des usages, les CD-ROM et les cassettes vidéo étant encore traditionnellement utilisés.

- Les entreprises aidées de fournisseurs ont pu mettre en place des systèmes de diffusion de la formation économiquement viables malgré les limites des trois formules déjà citées. Ces universités d'entreprises existaient avant Internet et ont été encouragées par les possibilités nouvelles de leur Intranet et l'amélioration de l'offre.

III.1.3. Limites culturelles et opportunités fonctionnelles

En France, le marché est estimé à 200 MF pour 2000 (IDC) avec une croissance de plus de 40% à plus de 140% par an. Cela représente en proportion, 1/10 du marché américain.

Selon l'enquête Rhinfo, menée auprès de 194 entreprises en octobre 2000 et juin 2001, la e-formation représente une réalité pour 50% des DRH enquêtées, proportion en très forte augmentation, soit 12% en mars 2000 et 33% en juin 2000). Si seulement 10% des entreprises pratiquent le e-learning, 50 % escomptent le mettre en oeuvre dans les 3 ans à venir. Outre cette différence de rythme, une différence d'appréciation influe sur l'efficacité du e-learning.

Fin 1999, 90% des DRH et responsables de formation étaient persuadés que le e-learning demeurait une technique de plus, un complément marginal. Cette appréciation a peu évolué puisqu'en juin 2001, (selon l'enquête OFEM, Le Préau, Oravep), 18% seulement des entreprises prévoient une substitution du e-learning à la formation traditionnelle.

Avec l'apparition du e-business dans l'entreprise et la généralisation de l'usage d'Internet dans l'entreprise il ne leur est plus possible de considérer l'impact de la technologie comme marginal. Cette réticence tranche également avec la situation aux Etats-Unis ou WR Hambrecht en accord avec le Gartner Group prévoit qu'en 2003, 60% des entreprises disposeront d'une plate-forme de e-learning et le marché de la formation sera modifié par le e-learning.

Aux Etats-Unis, l'approche du marché de la formation a été plus volontariste et rationnelle. Il faut dire que l'estimation de ce marché à 772 milliards de $, a beaucoup influencé les investisseurs et convaincu les professionnels de l'importance du phénomène du e-learning.

III.2. Perspectives d'évolution du e-learning

III.2.1. Echec ou réussite

Aujourd'hui, le e-learning n'a pas atteint les chiffres annoncés par les analystes il y a trois ans. Le phénomène « coquille vide » des plates-formes e-learning en est la cause. En effet, dans de nombreux projets e-learning, l'espace de formation que représente la plate-forme n'a proposé que peu de contenu aux apprenants. Car les formateurs se sont trouvés confrontés à la complexité technique et à la pauvreté pédagogique des outils mis à leur disposition. Ils n'ont eu pour seule solution que de traduire leur savoir et savoir-faire par des Quiz ou des QCM. Ajouter à cela le coût très important des plates-formes, on peut comprendre que le e-learning se soit soldé dans certains cas par un échec. Et pourtant, l'apport pédagogique des supports multimédias est considérable :

- Evaluation des pré-requis pour mieux cibler les apprentissages. - Personnalisation des parcours de formation.

- Accompagnement pendant et après les formations.

- Validation des acquis post formations.

Malgré tout, nous pouvons dire qu'il y a un avenir pour le e-learning, grâce à l'arrivée des outils auteurs dédiés au e-learning. Ce type de logiciel conçu pour les formateurs, permet de mettre en forme rapidement des contenus et des exercices autrement plus pertinents que les Quiz ou les QCM. Tout comme on utilise PowerPoint pour concevoir des diaporamas, il est évident que les formateurs utiliseront dès demain des outils comme e-learning maker pour accompagner leurs formations.

Récemment un acteur principal du marché a annoncé des pertes financières record le conduisant à l'arrêt de son activité e-learning, cela semblerait sonner le glas de la e-formation. Mais lorsque les formateurs conçoivent simplement des supports multimédias de qualité, les proposent à leurs stagiaires et rentabilisent à très court terme l'investissement d'un logiciel auteur, cela assure un avenir radieux pour le e-learning.

Une manifestation est entièrement consacrée aux technologies les plus récentes et à leur application dans la formation. e-éducation 2003 (Berne, le 23 mai 2003, OFFT - l'Office Fédéral de la Formation et de la Technologie.).

La manifestation est conçue comme un espace dans lequel des représentants de l'instruction publique rencontrent des professionnels de la recherche et des entreprises. Une attention toute particulière est consacrée au degré tertiaire et à la formation continue en entreprise.

Il est nécessaire d'intégrer les nouvelles technologies dans l'enseignement et dans la formation. C'est pourquoi cette manifestation a pour thème principal la relation future entre le secteur public et le secteur privé dans le domaine du e-learning.

Afin de rendre les hautes écoles aptes à intégrer de manière durable les NTIC et à mettre en oeuvre, seules, de nouvelles formes d'enseignement et d'apprentissage qui font appel aux prestations NTIC, l'OFFT soutient, avec le projet Campus virtuel suisse (placé sous la direction de Beat Hotz-Hart) la mise en place de projets de e-learning dans les hautes écoles spécialisées.

Le but de cette aide financière de départ est de développer, en partenariat avec les hautes écoles universitaires, des modules communs de formation en ligne dans les domaines de la formation initiale et de la formation continue.

L'exposition spécialisée e-éducation 2003 donne une vue d'ensemble des produits, des solutions et des services qui existent sur le marché en matière d'enseignement et d'apprentissage assistés par la technologie. L'OFFT présente des projets de formation en ligne plus simples et pratiques, développés dans des hautes écoles spécialisées de Suisse. Ils ont été élaborés conjointement par des enseignants et par des étudiants, dans le cadre du concours d'idées.

III.2.2. Taille du marché et perspectives d'évolution

Le e-learning est complexe à gérer tant au niveau des choix des solutions techniques, des contenus, de l'évaluation de l'efficacité, que de la formulation des besoins des utilisateurs. Aussi, les projets actuels sont essentiellement expérimentaux et s'inscrivent le plus souvent dans des démarches plus globales (conduite du changement, réorganisations). L'offre et la demande se structurent progressivement, par les retours d'expérience. Le cadre juridique n'a pas évolué malgré la volonté affichée des pouvoirs publics. L'évolution de ce cadre réglementaire sera longue et ne permettra pas d'élargir rapidement le marché (aux PME notamment). Le coût reste encore élevé, surtout pour les modules non standards. Ces formations n'ont pas de légitimité sur le plan de la reconnaissance des acquis.

Pour ces raisons, le marché du e-learning est aujourd'hui limité aux grands comptes qui sont les seuls à disposer :

- Des compétences internes (responsables de formation) pour formuler correctement leurs besoins.

- De budgets suffisants pour financer des modules.

- D'effectifs à former suffisamment importants pour rentabiliser les investissements. - D'infrastructures techniques adaptées.

Le e-learning est centré sur des formations opérationnelles, immédiatement réutilisables ce qui explique la domination de la bureautique et de l'anglais, segments largement développés où la concurrence est nombreuse.

Conclusion

Le marché du e-learning est en pleine expansion. Aux Etats-Unis, le e-learning a envahi le marché de l'éducation. En France, le e-learning est encore timide, mais il est promis à une forte croissance. D'ailleurs, depuis ces quatre dernières années, les entreprises françaises font appel à ce nouveau mode d'apprentissage.

Le e-learning prend son essor et bouscule les habitudes pédagogiques des enseignants qui deviennent des «intégrateurs de savoirs» mis à la disposition de tous via les réseaux et doivent gérer de nouvelles communautés virtuelles de connaissance.

Le e-learning ne trouve pas encore sa place dans le milieu de l'éducation, face aux formations plus traditionnelles. Cette peur du changement est due à la méconnaissance du e-learning ainsi que par un manque d'outils informatiques.

Quelles sont les limites techniques et pédagogiques du e-learning ?

Le potentiel pédagogique et économique du e-learning n'est pas remis en cause. Néanmoins, le rythme de développement du marché sera beaucoup plus lent que prévu. Par ailleurs, le e-learning devrait davantage être un complément des dispositifs de formation traditionnels qu'un substitut. Les conditions de développement sont les suivantes :

- Education réaliste du marché, vendre le e-learning crée des attentes non satisfaites et risque de compromettre son avenir.

- Simplification de l'offre, pour en améliorer la visibilité.

- Standardisation, pour diminuer les prix et faciliter les arbitrages budgétaires des entreprises.

- Adaptation des dispositifs d'évaluation pour mesurer l'efficacité des dispositifs.

- Enrichissement des supports, ce qui dépend de la généralisation de l'accès à Internet à haut débit.

Le e-learning doit donc parvenir à convaincre de son rapport efficacité/prix et conquérir une véritable légitimité, ce qui soulève la question de la reconnaissance professionnelle des diplômes en ligne.

Enfin, le module M4.1 de Management,1 nous a appris une façon d'organiser un projet et de travailler en équipe. Nous avons également appris diverses notions concernant les NTIC, comme les 3C. Nous avons appliqué ces nouvelles notions dans notre projet « Etat de l'art du e-learning », un sujet qui nous sera certainement très utile. Nous avons également pu mettre en pratique les connaissances acquises dans ce module, grâce au campus virtuel « Mayetic Village » proposé par notre professeur.

Glossaire

Accompagnement

Aussi appelé tutorat, il consiste à suivre l'apprenant et à l'assister dans son parcours de formation. Avec l'enseignement à distance se développe une nouvelle notion de tutorat. Le formateur devient un guide dans les processus d'enseignement et d'apprentissage personnalisés. L'accompagnement implique des moments (avant, pendant, après la formation), des acteurs (formateurs, enseignants, experts, intervenants, techniciens) et des outils (téléphone, courrier, forum de discussion). Il peut être d'ordre technique, pédagogique ou méthodologique. Il peut aussi inclure des phases de travail en commun entre les apprenants (apprentissage de type collaboratif).

AICC (Aviation Industry Computer-Based Training Committee)

Ce groupe de travail issu du monde des industriels de l'aéronautique, rédige des spécifications, établit des normes pour le développement d'outils de formation assistée par ordinateur.

Apprenant

Il s'agit du bénéficiaire de la formation, également appelé, étudiant, formé, stagiaire. Auto-évaluation

Évaluation par l'apprenant de ses progrès, généralement effectuée au moyen d'un questionnaire qu'il remplit seul.

Auto-formation

Désigne un processus par lequel l'individu détermine son itinéraire d'apprentissage (rythme, contenu, temps de travail) de façon autonome et en étant éventuellement en relation avec un tuteur ou un groupe structuré.

Blended formation

Dispositif de formation hybride ou mixte combine des modalités pédagogiques diversifiées, alternant formation à distance et en présentiel.

Campus numérique

Dispositif de formation modularisée, répondant à des besoins d'enseignement supérieur identifiés, combinant les ressources du multimédia, l'interactivité des environnements numériques et l'encadrement humain et administratif nécessaire aux apprentissages et à leur validation.

Campus virtuel

Désigne tout site web ayant pour objet de s'adresser à une communauté d'apprentissage
en mettant à sa disposition les ressources pédagogiques et les fonctionnalités de
communication et de collaboration correspondantes. Certains de ces sites choisissent

une métaphore graphique représentant un campus physique avec sa cafétéria, sa bibliothèque, ses salles de cours etc.

CBT (Computer Based Training)

Terme anglo-saxon désignant les apprentissages réalisés à l'aide d'un ordinateur. Le support de cours est généralement un CD-Rom. Le CBT a constitué l'une des premières étapes de l'apprentissage électronique (Enseignement Assisté par Ordinateur). Cette option perd aujourd'hui du terrain au profit des formations en ligne.

Centre de ressources

Regroupement de ressources de formation dans un espace réel de l'entreprise ou dans un établissement d'enseignement pour fournir des technologies et des facilités d'accès à la formation, accompagné souvent d'un tutorat. Le centre de ressources reste une modalité pratique pour la mise en oeuvre de la e-formation. C'est une alternative possible lorsque les apprenants ne peuvent pas se former directement sur leur poste.

Chat

De l'anglais bavarder, le « chat » consiste à échange de messages textuels sur le Web, entre deux ou plusieurs individus connectés. Il s'agit d'un lieu de conversation en temps réel (synchrone), par opposition au forum qui est un lieu d'échange en temps différé (asynchrone). Le plus célèbre est sans doute l'IRC (International Relay Chat).

Classe virtuelle

Désigne la simulation d'une classe réelle. La diffusion du cours se fait à l'aide d'une solution réseau, à une date et une heure précise (synchrone) auprès d'apprenants éloignés géographiquement. Cet environnement intègre des outils reproduisant à distance les interactions d'une salle de classe.

Communauté virtuelle

Ensemble de personnes reliées par ordinateur dans le cyberespace, qui se rencontrent et échangent par l'intermédiaire d'un réseau informatique, tel Internet, et qui partagent un intérêt commun. Accessibles uniquement via un ordinateur, les communautés virtuelles sont formées par des groupes de personnes, dispersées à travers le monde, qui communiquent par voie électronique, courrier électronique et « chat » notamment, participent à des forums de discussion, font du commerce en ligne.

Didacticiel

Logiciel spécialisé dans l'enseignement d'une discipline, d'une méthode ou d'un ensemble de connaissances. Dans le domaine de l'informatique, le didacticiel est destiné à l'apprentissage d'un logiciel d'application ou d'une procédure. En ce sens, le terme didacticiel est employé au même titre que tutoriel.

Dispositif de formation

Ensemble d'éléments (méthodes, outils, procédures, routines, principes d'action) articulés ayant pour finalité la production de compétences individuelles et collectives ; ensemble de moyens matériels et humains destinés à faciliter un processus d'apprentissage.

Dispositif d'évaluation

Ensemble d'éléments (méthodes, outils, procédures, principes, routines, principes d'action) articulés ayant pour finalité la mesure de l'efficacité d'une action ou d'un dispositif de formation.

Distanciel

Désigne toutes les activités d'enseignement/apprentissage organisées à distance. E-formation

Est à l'origine un sous-ensemble de la FOAD (formation ouverte et à distance), qui s'appuie sur les réseaux électroniques. Aujourd'hui le concept d'e-learning est de plus en plus employé, attestant de l'évolution fondamentale de ce domaine de formation.

E-learning

Terme anglophone pour e-formation. Utilisation des nouvelles technologies multimédias et de l'Internet, pour améliorer la qualité de l'apprentissage en facilitant l'accès à des ressources et des services, ainsi que les échanges et la collaboration à distance. Le e-learning définit tout dispositif de formation qui utilise un réseau local, étendu ou l'Internet pour diffuser, interagir ou communiquer, ce qui inclut l'enseignement à distance, en environnement distribué, l'accès à des sources par téléchargement ou en consultation sur le net. Il peut faire intervenir du synchrone ou de l'asynchrone, des systèmes tutorés, des systèmes à base d'auto-formation, ou une combinaison des éléments évoqués.

E-learning maker

Logiciel de référence en matière de simplicité et de performance offertes aux formateurs.

EAD (Enseignement A Distance)

Situation éducative dans laquelle la transmission des connaissances et les activités d'apprentissage se situent en dehors de la relation directe en face à face (dite « en présentiel ») entre l'enseignant et l'enseigné.

ENT (Environnement Numérique de Travail)

Dispositif global fournissant à la communauté éducative l'accès, à travers les réseaux, à la totalité des services, ressources et outils numériques en rapport avec son activité.

Évaluation de la formation

Action d'apprécier, à l'aide de critères définis préalablement, l'atteinte des objectifs pédagogiques et de formation d'une action de formation. Cette évaluation peut être faite à des temps différents, par des acteurs différents (stagiaire, formateur, entreprise cliente...). On distingue, par exemple, l'évaluation de satisfaction, l'évaluation du contenu de l'action de formation, l'évaluation des acquis, et l'évaluation des transferts éventuels en situation de travail.

FAD (Formation à Distance)

Système de formation conçu pour permettre à des individus de se former sans se déplacer sur le lieu de formation et sans la présence physique d'un formateur. La formation à distance recouvre plusieurs modalités (cours par correspondance, e-learning...) et est incluse dans le concept plus général de Formation Ouverte et à Distance. La formation à distance couvre l'ensemble des dispositifs techniques et des modèles d'organisation qui ont pour but de fournir un enseignement ou un apprentissage à des individus qui sont distants du l'organisme de formation prestataire du service.

FOAD (Formation Ouverte et A Distance)

Se positionne sur l'intégration des Technologies de l'Information et de la Communication, l'adaptation à l'individu et la modularité de la formation. Elle se caractérise par un dispositif de formation fondé sur une prise en compte des besoins des apprenants, articulant les contenus de formation à des services variés (tutorat, forum, exercices ou simulations...), libérant des contraintes de lieux et de moments. La FOAD peut ainsi être partiellement ou intégralement à distance.

A côté des situations d'apprentissage traditionnelles, un dispositif de FOAD s'appuie sur une ou plusieurs situations telles que :

- Les cours par correspondance.

- Les systèmes de formation en ligne.

- Les centres de ressources.

- Les cours télédiffusés par radio ou télévision (à la demande ou non). - Le télé-présentiel collectif ou individuel (télé-cours, télé-tutorat).

- Les campus virtuels ou classes virtuelles.

Formation asynchrone

Modalités d'échange d'informations en différé (mail, forum, etc.). Dans une formation asynchrone, l'échange avec les autres apprenants ou avec les tuteurs s'effectue via des modes de communication ne nécessitant pas de connexion simultanée. Il peut s'agir de forums de discussion ou bien encore de l'échange de mails.

Formation ouverte

Ou Open Learning : En France on emploie le terme « ouvert » comme synonyme de « flexible ». Une formation flexible est une formation qui permet aux apprenants des entrées et des sorties permanentes.

Formation en mode présentiel

Le présentiel est un terme utilisé pour désigner le moment où les personnes qui suivent une formation sont réunies dans un même lieu avec un formateur. La formation en présentiel correspond au mode de formation traditionnel, selon un mode magistral (information souvent descendante) et pour une durée prédéterminée.

Formation synchrone

Du grec « syn » qui signifie « avec », marque l'idée de réunion dans le temps et l'espace. Et « chronos » qui signifie « temps ». Modalités d'échange d'informations en direct (téléphone, visioconférence, visiophonie, ...). On parle de formation synchrone lorsque les participants se connectent simultanément à leur session de formation. Ils peuvent alors communiquer en temps réel, soit par "chat" ou par web-conférence ou visioconférence. Les formations synchrones permettent également de partager des applications (tableau blanc) et d'interagir sur celles-ci au moment où le tuteur leur donne la main sur le document partagé. Concept politique, inspiré par Jacques Delors et paru pour la première fois dans le Livre Blanc (1993), intitulé « Croissance, compétitivité, emploi : les défis et les pistes pour entrer dans le XXIème siècle » : La formation tout au long de la vie est née de l' « idée du développement, de la généralisation et de la systématisation de l'éducation permanente et de la formation continue » pour répondre au besoin croissant, appelé à se développer encore dans l'avenir, de recomposition et de construction permanente des connaissances et des savoirs.

Intranet

Réseau informatique privé ou interne à une entreprise qui utilise les protocoles de communication et les technologies du réseau Internet.

LCMS (Learning Content Management System)

Système de gestion de contenu d'apprentissage Un LCMS est un système (le plus souvent basé sur les technologies Web) qui permet de créer, valider, publier et gérer des contenus d'apprentissage. Pour comprendre ce qu'est un LCMS, il est nécessaire de partir de la formule suivante : LCMS = LMS + CMS (le LMS, considéré dans bien des cas comme le coeur du dispositif e-formation, a pour but de simplifier la gestion et l'organisation de la formation. Les CMS ou systèmes de gestion de contenu ont pour but de simplifier la création et la gestion du contenu en ligne. Ils permettent une meilleure fréquence des mises à jour des ressources déjà publiées et à moindre coût).

LMS (Learning Management System)

Désigne la plate-forme de e-formation. Système informatique conçu pour optimiser, sur un réseau Internet ou Intranet, la gestion de l'ensemble des activités de formation, depuis l'information sur l'offre, l'inscription des participants, la distribution des ressources, l'organisation de parcours individualisés, le suivi par le tuteur et du tutorat (gestion intégrée des interactions apprenants-formateur), l'animation de communautés d'apprentissage. Selon leur conception, elles favorisent l'entrée par les contenus ou les compétences, le travail collaboratif ou individuel, l'acquisition de compétences ou l'organisation de connaissances (les grains...).

Plate-forme

C'est un outil de diffusion et de gestion des connaissances, associant des contenus de cours à des moyens de communication, des outils d'entraînement et d'évaluation. Exemples : WebCT (Web Course Tools), Learning Space (Lotus), Campus Virtuel (Archimed).

Plate-forme de formation

Logiciel qui fournit aux trois principaux utilisateurs, formateur, apprenant, administrateur, un dispositif qui a pour premières finalités la mise à disposition, la consultation à distance de contenus pédagogiques, l'individualisation de l'apprentissage et le télé-tutorat. Autour de ces premières finalités, peuvent s'ajouter d'autres fonctionnalités et d'autres rôles. Des fonctionnalités relatives aux référentiels de formation et à la gestion de compétences, aux catalogues de produits de formation, au commerce électronique, à la gestion administrative, à la gestion des ressources pédagogiques, à la gestion de la qualité de la formation; des rôles d'administration des matériaux pédagogiques, des rôles d'administration de la scolarité ou de la formation.

Présentiel

Désigne communément l'enseignement en face à face. Le présentiel se déroule en présence d'un formateur ou d'un professeur dans une salle de classe.

Portail de formation

Ce type de site sert de porte d'entrée sur Internet à une communauté d'internautes inscrits dans une activité de télé-formation gratuite ou payante. Les portails de téléformation s'inscrivent dans une logique de prestation de service.

Tableau blanc

Permet le partage synchrone d'une fenêtre graphique et textuelle à l'intérieur de laquelle tous les utilisateurs peuvent interagir simultanément. Cette fonction autorise le partage de documents et la possibilité d'élaborer des documents en temps réel qui seront visionnés par les apprenants et modifiables par chacun des participants.

NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication)

Désigne l'ensemble des technologies numériques (ordinateurs, réseaux, multimédia...).

TICE (Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Education ou l'Enseignement)

Désignent les technologies numériques utilisées dans un contexte et à des fins de formation.

Tracking

Consiste à pouvoir suivre (littéralement « poursuivre ») et mémoriser, via une plate-forme de télé-formation ou une base de données, le cheminement et l'activité de l'apprenant dans son parcours de formation.

Tutoriel

Programme de présentation qui guide l'utilisateur dans l'apprentissage et la mise en oeuvre d'un matériel ou d'un logiciel. Le tutoriel peut inclure un manuel d'apprentissage ou un ensemble d'exercices programmés. Bien qu'il soit également utilisé pour désigner une autre notion, le terme didacticiel est considéré comme synonyme de tutoriel lorsqu'il touche l'apprentissage d'un logiciel d'application ou d'une procédure.

Université virtuelle

Très proche de la définition du campus virtuel, cette solution de e-learning regroupe du contenu, des outils de gestion et de création de formations. L'université virtuelle joue le rôle d'interface entre l'apprenant et l'offre de formation souvent large qui pourra être personnalisée selon l'apprenant qui composera son programme de formation à la carte.

Bibliographie

Claire Colin et Estelle Durand, Estelle, Le guide des formations à distance. L'Etudiant (Les guides de l'Etudiant, Etudes), 2002.

Henri Samier (sous la direction de), L' université virtuelle. Hermès, Les cahiers du numérique, vol. 1, n°2, 2000.

E-learning : Constat d'un échec et avenir radieux ! http://www.e-doceo.net
Site officiel du Ministère de l'Education française http://www.education.fr






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy