WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Incidence de la prolifération de la culture de la canne à  sucre sur le revenu des ménages dans le territoire de Kabare:cas du groupement de Bugobe

( Télécharger le fichier original )
par Yves CIRHUZA KASOLE
Institut supérieur de développement Bukavu rural (ISDR) - Diplôme de gradué en développement rural 2009
  

précédent sommaire suivant

SIGLES ET ABREVIATIONS.

I.S.D.R. : Institut Supérieur de Développement Rural

T.D.R. : Technicien de Développement Rural

ADABU : Association de Développement des Artisans de Bugobe

A.D.I-Kivu : Actions pour Développement Intégré du Kivu

CIDISHA : Comité d'Initiatives de Développement d'Ishamba

P.N.K.B. : Parc National de Kahuzi Biega

SIDEBU : Syndicat d'Initiatives pour le Développement de Bugobe

C.T. : Chef des Travaux

UPDI : Union Paysanne de Développement Intégré

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

% : Pourcentage

CERUKI : Centre d'Etude et de Recherche Universitaire de Kivu

UNILU : Université de Lubumbashi

C.C.T. : Congo Chine Télécom

G.T.Z. : Deutshe Gesellscht Füs technishes Zusamme narbeit(cooperation

technique Allemande

SARCAF : Service d'Accompagnement et de Renforcement de

capacitéd'Autopromotion de la femme.

B.D.O.M. : Bureau Diocésain des cEuvres Médicales

A.D.E.K.A : Association de Développement de Kalulu

P.A.M. : Programme Alimentaire Mondial

C.I.C.R. : Comité International de la Croix Rouge

C.A.B. : Comité Anti-Bwaki

$ : Dollar américain

IRC : International Rescue Comminittee

RCK : Radio Communautaire de Kabare

CHAP. 0. INTRODUCTION GENERALE

0.1. PROBLEMATIQUE

En Afrique et en ses régions rurales, l'agriculture est au centre des activités humaines. Elle occupe plus de quatre vingt pourcent de la population congolaise.

Elle est née au cours de la préhistoire dès que l'homme a dépassé le stade de la chasse et de la cueillette et qu'il a commencé a domestiquer les plantes et les animaux pour assurer leur production selon sa volonté ou assurer les meilleures conditions de vie 1

L'agriculture constitue le facteur le plus essentiel pour le développement du fait qu'elle a été la base de l'amélioration des conditions de vie de l'homme dès l'antiquité jusqu'a présent, selon la satisfaction socio économique des ménages qui se justifie par le progrès agricole mondial avec augmentation du revenu de la population2

Traditionnelle avec peu ou pas du tout d'intrants externes, et une main d'oeuvre locale et mécanique, elle conduit les pratiquants a exploiter une petite fraction de la superficie du territoire national qui s'élevé a 2.345Km2. Qu'il s'agisse de la culture vivrière ou celle d'exportation autrement dit de plantation, elle est toujours source de revenu, des biens et de services.

La canne a sure dit saccharum SPP est appréciée pour sa tige sucrée dont le liquide cristallisable est riche en saccharose. Elle est utilisée pour la consommation directe comme canne de bouche en plus comme canne fourragère aussi pour la production du sucre.

La cause de la prolifération de cette culture a Bugole est multidimensionnelle. Elle se rapporte d'abord a l'économie : dans le dessein de se procurer des montants colossaux d'argent, les paysans y recourent pour subvenir a leurs besoins soit de construction, de mariage, paiement de frais scolaire, ....

La principale conséquence est que la production vivrière devient inférieur par rapport aux besoins des populations ; ce qui a un impact négatif sur le revenu des ménages. Plusieurs villages de Bugobe se trouvent dans ces roues négatives enchamnées par la monoculture des cannes a sucre. Une désintégration socio économique et

1 MWANGALALO AITE, cours d'agriculture générale, G1 ISDR /Bukavu, 2006-2007, inédit

2 Roger MPANANO Cours de géographie humaine et économique, G2 ISDR/Bukavu, inédit

culturelle s'en suit pourtant, pour l'homme, il faut une production suffisante, stable et a long terme pour améliorer son standing de vie.

La canne a sucre n'étant pas capable de subvenir aux besoins vitaux familiaux de manière directe et de facon quotidienne, mais, elle occupe une grande superficie champêtre toute la durée de sa croissance. Elle est prédatrice, concurrence et étouffe d'autres cultures surtout celles vivrières.

Son circuit de commercialisation, lui a son tour reste informel sans réglementation.

La monoculture de canne a sucre, qui est assez générale montre ses limites dans diverses régions oü elle dégrade les sols sur le plan physique (compaction, diminution de la réserve utile), chimique (acidification du sol, carence en silice) et biologique (réduction de l'activité microbienne, prolifération des nématodes) avec conséquences négatives sur le revenu des ménages3

Après trois a quatre productions successives, Elle devient de plus en plus faible. Ainsi, il ne sera plus possible de produire suffisamment des denrées vivrières, le sol étant dégradé. Avec cette allure combien inquiétante, on se pose la question et demain ?parce que cette culture peut détruire l'agro écologie ; la génération future ne produira plus jamais dans un environnement écologiquement sain, économiquement viable,socialement équitable,adapté et humanisé pour un lendemain meilleur des ménages.

Quel bilan peut on réellement faire par rapport a cette culture a

Bugobe ?

Quelles stratégies faut- il adopter en vue de réduire sensiblement d'adoption de la conne a sucre a Bugobe ?

Que faire pour augmenter la production et le rendement des plantes vivrières au détriment de la canne a sucre ? C'est ce questionnement qui va guider notre réflexion tout au long de ce travail.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.