WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La radio au mali

( Télécharger le fichier original )
par Pierre Gancel
Science Po Bordeaux - 0 2004
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Pierre Gancel.

Sociologie Politique dans les Pays du Sud. Mme Céline Thiriot

2012

La radio au Mali:

Comment un média traditionnel a permis le

développement d'une démocratie nouvelle ?

Sommaire :

I. La radio est un media particulierement adapte pour promouvoir l'education et donc la politisation de la societe malienne.

A/ La radio est un outil de développement qui convient aux besoins des populations rurales africaines.

1/ La singularité de la radio explique son utilisation intense en zones rurales. 2/ La radio favorise le développement.

3/ Les méthodes éducatives originales de la radio.

B/ La radio fait la promotion de la démocratie et utilise les nouvelles technologies pour encourager la participation citoyenne.

1/ La radio fait la promotion de la démocratie.

2/ La radio utilise les nouvelles technologies pour encourager la participation citoyenne. 3/ Internet a mis fin au monopole sur l'information.

II. La democratie malienne s'est construite en cultivant la liberte d'expression par la liberalisation des ondes.

A/ Mettre fin à la dictature du micro et libéraliser les ondes, afin de diminuer toutes interferences au processus démocratique.

1/ La démocratisation a engendré la libéralisation des ondes.

2/ Le pluralisme médiatique contribue au développement démocratique.

3/ Les radio sont devenues des gardes fous démocratiques.

B/ Cette exception radiophonique donne au quatrième pouvoir malien une portée singulière dans une jeune démocratie.

1/ La liberté d'émission.

2/ Peut il y avo ir véritablement des médias libres ?

3/ Des novices aux commandes d'un média de ma»tre

Introduction:

<< La voix est considérée comme un signe clé de la franchise émotionnelle, de l'authenticité et de l'intimitéÈ (Kunreuther 2006, p.323).La radio, le média de la voix par excellence, reste donc auréolée d'un véritable mystère, d'une force de persuasion inégalable. C'est ainsi que le 30 Octobre 1938, Orson Welles fit trembler l'Amérique par son interprétation réaliste de <<La Guerre des Mondes È. Bien que le poste de radio soit devenu un objet familier, la diffusion d'un univers de sons et de paroles demeure recouverte d'une part d'inconnu. Le grand public ne s'interroge pas sur l'élaboration de la matière sonore, il se contente de recevoir le message qui lui est transmis (Richard 1985, p.1).

Comment ne pas s'alarmer face au pouvoir et au danger que représente un tel outil? Les régimes totalitaires saisirent d'emblée la portée de ce média capable de transporter les émotions et le charisme par delà les distances. Ainsi Goebbels déclarait en 1933 : << La radio sera au vingtième siècle ce que la presse fut au dix-neuvième È (Malanowski 2011, p.109).

A l'instar du télécran imaginé par George Orwell dans <<1984 È, la radio devint dans l'Allemagne des années trente l'outil de propagande suprême. Vantant jour et nuit la puissance du régime et subissant une censure permanente; la radio permit au Führer de haranguer les foules jusque dans leurs foyers. Dès lors on comprend mieux l'assertion de Marshall McLuhan selon laquelle Hitler n'aurait pas existé sans la radio (Cheval, p.21).

Pourtant dès 1933, à travers ses <<Fireside chats È, Roosevelt se servait aussi de la radio pour engager directement chaque auditeur dans un rapport d'intimité personnelle (Cheval 2006, p.17). La radio peut donc aussi être percue comme un instrument favorable à la démocratie. En effet, le discours du 18 Juin 1940 du général de Gaulle appelant à la Résistance reste un symbole de lutte contre l'oppression par les ondes.

Intrinsèquement la radio n'est donc ni autoritaire, ni démocratique. Comme toute invention, son usage dépend de celui qui la contrôle. Ainsi en Afrique, la radio est paradoxalement à la fois un vecteur de démocratisation, mais aussi un outil aux mains des dictatures. Si la radio a d'abord été un des instruments de l'ère coloniale et de ses transformations (Tudesq et Nédélec, p.177), elle a aussi été utilisée afin de semer la discorde entre les communautés. En effet en 1993 lors du génocide Rwandais, le régime d'Habyarimana s'est servi de la station des << Milles CollinesÈ pour attiser la haine raciale envers les Tutsis (Fouda 2009, p.203). De plus, les radios nationales ont longtemps été

contrôlées par les dirigeants des régimes autoritaires comme au Gabon (O. Bongo), en Côte d'Ivoire (Houphouët Boigny), ou au Burkina Faso (Camparé).

Néanmoins dans les années 1990 la radio a été l'instrument des démocratisations des nations Africaines comme le Cap Vert, le Sénégal, le Botswana ou le Mali (Colloque de Radio Popolare 2005).

Il est diff icile de concevoir que la radio, percue comme un vieux média dans les démocraties Occidentales, puisse avoir un tel impact. Cependant l'influence de la radio dans les sociétés Africaines aujourd'hui est tout simplement sans précédent. Lorsque en 1966 Marcomer (p.130) liste les moyens d'information au Cameroun par ordre d'importance, il relève premièrement les conversations (entre passants, voyageurs, familles, voisins, etc.), puis le tam-tam (pour les nouvelles locales !), et enfin la radio. Dès lors, on comprend mieux l'observation du rapport MacBride (1980):

Ç Dans les pays en développement, seule la radio peut être qualifiée de moyen de communication de masse. Aucun autre moyen de communication ne peut atteindre autant de personnes à la fois aussi efficacement, aux fins d'information et d'enseignement, de diffusion de la culture et de récréation. È

La singularit é de la radio en Afrique est donc un objet d'étude particulièrement intéressant. D'autant plus que la libéralisation des ondes et la multiplication des stations se sont réalisées en corrélation avec le processus de démocratisation. C'est au Mali que ce phénomène a été le plus marqué. Alors qu'il n'existait qu'une seule antenne officielle inféodée à Moussa Traoré en 1991, on compte en 1997 pas moi ns de 52 stations de radios (Tudesq 2002, p.52). Si la radio a accompagnée la mise en place d'institutions démocratiques au Mali, elle a surtout entrainée le développement de véritables pratiques démocratiques au sein de la population et des élites politiques. Le Mali est en effet un des pays africains qui a le mieux réussi sa transition démocratique.

Comment donc ce média traditionnel a-t-il permis le développement d'une démocratie nouvelle? Si la radio est un média particulièrement adapté pour promouvoir l'éducation, et donc le développement de la démocratie malienne, cette dernière s'est aussi construite en cultivant la liberté d'expression par la libéralisation des ondes.

sommaire suivant