WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le financement des microentreprises par les institutions de microfinance (cas de l'ACEP Sénégal)

( Télécharger le fichier original )
par Prince Juste BATCHY TOME
Université Dakar Bourguiba - Maitrise 2008
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

Les années 1929 ont marqués une avancée considérable dans l'organisation des marchés financiers. Les banques qui en sont des acteurs à part entière, ont pendant plusieurs décennies été à l'écoute de la population grâce aux nombreux services financiers qu'elles octroient. Des pays du nord au pays du tiers monde, des économies nanties aux pays les moins avancés (PMA), l'offre de service du système bancaire n'a atteint en moyenne que 20 à 30%* de la population active occidentale. En Afrique précisément au Sénégal les chiffres sont beaucoup moins intéressants (une personne sur cinq à accès aux services de la microfinance).

De nombreuses raisons expliquent cet écart, notamment le manque d'information, les garanties importantes demandées, la pauvreté etc.  . C'est dans ce cadre que dans les années 1990, lors des réformes des marchés financiers sera promulgué une loi visant la désintermédiation du système bancaire au profit de plusieurs organes agrées dont le but serait de fournir des services financiers aux populations démunies ; exclues du milieu des banques : les institutions de microfinance.

En effet aujourd'hui, la micro finance est considérée comme un outil visant à promouvoir des micros - services (micro - assurance, micro - crédit) aux personnes dont le revenu est inférieur à 2 dollars/jour ; et aux entreprises ayant une très faible capacité de financement et d'autofinancement.

Cependant il faut noter que les activités des institutions de micro finance dans le monde rural et urbain sont diverses et variées.

*selon le rapport du forum organisé par le conseil islamique des services financiers en 2007.

1 ère PARTIE:

CADRE THEORIQUE ET METHODOLIGIQUE DE RECHERCHE

CHAPITRE I :

PROBLEMATIQUE, INTERET, OBJECTIFS ET HYPOTHESE DE RECHERCHE

Ce chapitre est consacré à la problématique, aux objectifs et hypothèses de recherche.

Section 1 : Problématique et intérêt de recherche

Dans cette section, il s'agira de développer la problématique et de dégager l'intérêt de la recherche.

Paragraphe 1 : Problématique de la recherche

Il a été permis depuis la désintermédiation financière (1981) la création d'organisme agréer afin de fournir des services similaires à ceux des banques. C'est dans ce cadre qu'on vu le jour les IMF (institutions de micro finance) dont le but est de permettre aux exclus du système de bénéficier avec de moindre garanties, des avantages de proximité.

A chaque stade de développement ou de l'évolution de l'économie de tout pays, le financement de la production, gage de création de richesses et d'emplois, est réalisé par des institutions et des mécanismes mettant en oeuvre des techniques financières de plus en plus élaborées. La plupart de ces institutions ont pour activité principale l'intermédiation financière qui constitue la base des investissements.

Ainsi, le passage de l'économie d'endettement à l'économie de marché des capitaux a été concrétisé dans la plupart des pays industrialisés par le développement et le perfectionnement du système de financement de l'économie qui n'est pas sans risque, comme l'indique la crise financière qui secoue actuellement le monde entier et qui est devenue pour toutes les grandes puissances mondiales et même pour ceux en voie de développement un sujet majeur de préoccupations du fait de la mondialisation de l'économie.

Les crises économiques, le poids de l'endettement et les problèmes de gouvernance ont rendu très précaires les conditions de vie des différentes couches sociales dans les populations des pays en voie de développement. Dans ces pays où cohabitent les secteurs d'activité formelle et informelle, les microentreprises n'ont pas toujours accès au financement bancaire classique pour suppléer l'Etat dans la création de la richesse et des emplois.

En effet les institutions de micro finance s'attellent à la fourniture de micro service (microcrédit, micro assurance etc.) pour essayer de remédier le problème de la pauvreté, à cet effet elles disposent des soutiens et aides d'une part des organisations non gouvernementales et des bailleurs de fonds ; d'autre part du marché interbancaire pour atteindre leurs objectifs. Les institutions de micro finance prônent la pérennisation et l'autonomie des micros entreprises nées ou destinées à naître notamment dans le milieu rural. Les méthodes de ciblage concentrent leurs objectifs vers les pauvres, les plus pauvres, les micros entreprises, les micros industries, les petits commerces etc.

Le choix politique est forcément un déterminant de l'économie. Ainsi, depuis l'avènement de la démocratie pluraliste au Sénégal en 1990, les décideurs ont opté pour le libéralisme économique. Or, une économie de marché ne peut se développer, effectivement, que dans la mesure où, le financement des activités est réalisé par des institutions efficaces, viables et pérennes. En effet, l'émergence d'un secteur privé dynamique capable de soutenir la relance de l'économie Sénégalaise a amené les autorités monétaires à favoriser la mise en place des institutions de micro finance évoluant aux côtés du système bancaire classique. C'est ainsi qu'en décembre 1993 a été crée l'ACEP, l'alliance de crédit et d'épargne pour la production, après l'évaluation du projet de l'USAID démarré en 1986 dans le bassin arachidier au centre ouest du Sénégal ; qui avait pour objectif d'appuyer les ONG et les entrepreneurs des régions de Kaolack et Fatick.

Le dynamisme du secteur de la micro finance, s'explique par le souci de réduire au maximum les effets néfastes engendrés par les différentes crises financières qui ont aggravé la situation des entreprises. Du coup, celles-ci ont donc recours aux usuriers pour le financement de leurs activités.

Il convient de se demander si les objectifs visé par les institutions de micro finance notamment les objectifs sociaux sont atteint ?

Plusieurs données poussent à croire que les institutions de microfinance octroi difficilement des crédits aux petites et moyennes entreprise et privilégient leur rentabilité financière.

Peut- on ainsi apprécier positivement l'impact des institutions de micro finance dans le financement des microentreprises?

sommaire suivant