WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation des conditions de mise en oeuvre des normes issues des directives CEE/ ONU dans la production des noix brutes de Cajou à  Kouandé, Atacora, Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Boris HOUENOU
Université d'Abomey- Calavi faculté des sciences agronomiques - Diplôme d'ingénieur agronome, option économie-socio-anthropologie et communication pour le développement rural 2008
  

précédent sommaire

ANNEXES

Annexe N°I demande en main d'oeuvre de chaque opération culturale dans la production des noix brutes d'anacardier

Temps Opérations culturales

Description

Nombre H/j

Année d'installation

Désherbage

Manuel

8

Défrichement

Manuel

8

Trouaison

Manuel

1

Année d'exploitation

Sarclage

Manuel

6

Sarclage de saison
Sèche

Manuel

5

Pare feux

Manuel

3

Récolte

Manuel

5

Annexe N°II : Temps et coûts des travaux standard de la culture d'anacardier dans la commune de Kouandé lors de la culture d'anacardier pour la campagne 2007-2008

Temps et coûts

Opérations culturales

Description

Coût/ha

H/j

Année d'installation

Désherbage

Manuel

20 000

8

Défrichement

Manuel

15 000

8

Trouaison

Manuel

2 500

1

Année d'exploitation

Sarclage

Manuel

12 000

6

Sarclage de

saison

Sèche

Manuel

10 000

5

Pare feux

Manuel

12 000

3

Récolte

Manuel

18 000

5

Annexe N°III : Les charges d'exploitation et coûts

Opérations

culturales ou charges

Description (quantités et
type)

Coût/ha (IT1)

Coût/ha (IT2)

Année d'installation

Désherbage

Manuel

20 000

20 000

Défrichement

Manuel

15 000

15 000

Trouaison

Manuel

2 500

0

Préparation

Manuel

1000

0

semences ou plants

Manuel

15 000

0

Semis ou Plantation

Manuel

6000

0

Sarclage

Manuel

12 000

 

Sous-total installation

69 000

35 000

Année d'exploitation

Sarclage de saison Sèche

Manuel

10 000

10 000

Pare feux

Manuel

12 000

12 000

Sarclages

Manuel

22 000

11 000

Fumure minérale

Manuel

23 500

0

Traitements

 

11 500

0

Récoltes

Manuel

18 000

18 000

Transport

Manuel ou motorisé

5 000

5 000

Mise en stock

Sacs de stockage

2 000

2000

Commercialisation

pesée

5 00

500

Autre 1

Couture, chargement bascule

5 00

500

Autre 2

chargement

5 00

500

Sous-total exploitation par année

82 000

69 000

Annexe N°IV: Cluster history

Cluster History

e

NCL

Clusters Joined

 

RMS

FREQ

T

i

STD SPRSQ RSQ

 

BSS

58

40 61

2

0.1067

0.0002

1.00

0.1253

 
 

57

39 41

2

0.1368

0.0003

.999

0.2058

 
 

56

10 27

2

0.2153

0.0008

.999

0.5099

 
 

55

CL58 47

3

0.2073

0.0013

.997

0.8199

 
 

54

1 26

2

0.3086

0.0016

.996

1.0478

 
 

53

5 55

2

0.3782

0.0025

.993

1.5734

 
 

52

50 51

2

0.3797

0.0025

.991

1.5857

 
 

51

35 53

2

0.3920

0.0026

.988

1.6902

 
 

50

20 48

2

0.4194

0.0030

.985

1.9353

 
 

49

31 33

2

0.4284

0.0032

.982

2.0185

 
 

NCL

Clusters Joined

 

FREQ

STD

SPRSQ

RSQ

BSS

e

48

9 37

2

0.4452

0.0034

.979

2.1801

 
 

47

4 12

2

0.4562

0.0036

.975

2.2897

 
 

46

19 30

2

0.4715

0.0038

.971

2.4458

 
 

45

 

3

14

2 0.4744 0.0039 .967 2.4757

44

 

52

56

2 0.4894 0.0041 .963 2.6344

43

 

2

23

2 0.4968 0.0043 .959 2.7145

42

 

18

54

2 0.5030 0.0044 .954 2.7834

41

 

43

CL52

3 0.4469 0.0044 .950 2.808

40

CL57

 

60

3 0.3844 0.0048 .945 3.0445

39

 

34

58

2 0.5351 0.0049 .940 3.1495

38

CL54

 

29

3 0.4377 0.0050 .935 3.1663

37

 

16

17

2 0.5456 0.0051 .930 3.2746

36

CL50

 

25

3 0.4882 0.0052 .925 3.308

35

CL51

 

38

3 0.4803 0.0053 .920 3.3846

34

 

11

36

2 0.5739 0.0057 .914 3.623

33

 

6

22

2 0.5800 0.0058 .908 3.7004

32

CL43

 

24

3 0.5659 0.0068 .902 4.3317

31

CL49

 

32

3 0.5457 0.0071 .894 4.5338

30

CL56

 

CL41

5 0.4694 0.0075 .887 4.7913

29

CL36

 

49

4 0.5559 0.0078 .879 4.9556

28

 

21

45

2 0.6736 0.0078 .871 4.9908

27

CL47

 

8

3 0.5761 0.0079 .863 5.0116

26

CL34

 

CL40

5 0.5311 0.0087 .855 5.536

25

CL28

 

59

3 0.7173 0.0099 .845 6.3289

24

CL38

 

CL44

5 0.5525 0.0103 .835 6.582

23

 

13

CL35

4 0.6067 0.0111 .823 7.0737

22

CL48

 

42

3 0.6509 0.0112 .812 7.1407

21

CL42

 

CL29

6 0.6063 0.0113 .801 7.2353

20

 

15

28

2 0.8189 0.0116 .789 7.3758

19

CL45

 

46

3 0.6734 0.0118 .778 7.4999

18

CL46

 

CL25

5 0.7025 0.0125 .765 7.9482

17

CL24

 

7

6 0.6275 0.0129 .752 8.224

16

CL53

 

CL31

5 0.6495 0.0164 .736 10.437

15

CL27

 

CL26

8 0.6431 0.0190 .717 12.131

14

CL17

 

CL30

11 0.6375 0.0209 .696 13.358

13

CL23

 

CL55

7 0.6553 0.0239 .672 15.246

12

CL16

 

CL33

7 0.7735 0.0270 .645 17.229

11

CL19

 

CL39

5 0.8427 0.0284 .617 18.121

10

CL15

 

CL22

11 0.7400 0.0299 .587 19.073

9

CL20

 

CL37

4 0.9523 0.0302 .557 19.275

8

CL32

 

CL18

8 0.8052 0.0332 .543 21.167

7

CL14

 

CL21

17 0.7068 0.0361 .535 23.001

6

CL10

 

CL13

18 0.7781 0.0386 .449 24.633

5

CL11

 

CL12

12 0.9450 0.0585 .390 37.325

4

CL5

 

CL6

30 0.9179 0.0744 .316 47.492

3

CL8

 

CL4

38 0.9665 0.0963 .219 61.464

Annexe N°V: Propositions de stratégies et actions par groupes Propositions de stratégies et actions pour le groupe 1

GROUPE

OBECTIFS

RESULTATS

STRATEGIES ET ACTIONS

ACTEURS
RESPONSABLES

MESURES
D'ACCOMPAGNEMENT

OBSERVATION

NORME D'ECARTEMENT ENTRE ANACARDIERS

18 ,33%

CT

Information

Les producteurs

Prévenir les producteurs sur les

Producteurs et

Aider à

Ces

de la

sur le respect

sont informés à

possibilités de ne pas déboiser les

leurs

l'organisation

producteurs

populati

de

90% sur le

anacardiers subitement mais

organisations

financière des

sont dans une

on qui

l'écartement

respect de

plutôt de remplacement

 

initiatives de

moindre

ne respecte

 

l'écartement

progressif des champs

 

communication et au renforcement de

mesure, ceux qui sont à la

nt aucun

 
 

Multiplier les réunions de

 

capacités

périphérie su

des paramètr

 
 

21

restitution au sein des CVPA

 

managériales des acteurs principaux

système des groupements

es de normes

 
 

Utiliser les groupes

communautaires et leurs
retrouvailles comme canaux de

diffusion. Exemple le

goroyaburu ou chinigorojè

peulh

 

des groupements

et des formations

qu'ils reçoivent donc

 
 
 

Améliorer la gestion des cvpa et accroitre les taux d'adhésion et de fréquentation des réunions et formations

 
 
 

20 CT= court terme soit 0 à 3 ans

21 CVPA : unité organisationnelle des producteurs, elle se définit comme Coopérative Villageoise des Producteurs d'Anacardiers

 
 
 
 

prévenir les producteurs sur les possibilités de ne pas déboiser les anacardiers subitement et de remplacement progressif des champs

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Utilisation de messages radiodiffusés en langue locale

 
 
 
 
 
 

Utiliser les champs des producteurs comme lieux de déroulement des formations

 
 
 
 
 
 

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

 
 
 
 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

 
 
 
 
 
 

Utiliser les canaux des

 
 
 
 
 
 

GV existants pour le compte de la cotonculture.

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

 
 
 
 
 
 

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

 
 
 
 
 
 
 

Renforcer la fréquence des

Pouvoir

 
 
 
 
 
 

radios locales

politique et collectivités

 
 
 
 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

locales

 
 
 
 
 
 

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

 
 
 
 
 
 
 

Financer à concurrence de plus

Partenaires

 
 
 
 
 

de la moitié la motorisation des

techniques et

 
 
 
 
 

Secrétariats des CVPA

financiers

 
 
 
 
 

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

 
 
 
 
 

Remplaceme

Les plantations

Recenser des producteurs qui ont

Producteurs et

Mettre en place des

 
 
 

nt partiel des

sont

un écartement faible

leurs

incentives au profit

 
 
 

plantations

partiellement remplacées

 

organisations

des producteurs

 
 
 
 
 

Faire des éclaircies progressives dans les plantations performantes

 
 
 
 

MT22

 
 

(la prise en charge des éclaircisseurs est à la charge des groupements, en prélevant dans la caisse de solidarité de ceux-ci, ou des producteurs).

 
 
 
 
 
 
 

Couper les plantations de moins de 5ans d'âge sous la supervision de l'encadrement

 
 
 
 
 
 
 

Poursuivre la sensibilisation

 
 
 
 
 
 
 

Formation par démonstration

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Formation sur champs école

paysan et démultiplication et

utilisation des mètres et prise

d'exemple sur corde et ficelle,

définissant la distance de
l'écartement

 
 
 

22 MT= Moyen terme soit 3 à 5 ans

 
 
 
 

Mettre en place un projet d'exploitation du bois des vieilles exploitations

Diversifier les structures de financement et réduire le monopole du réseau FECECAM

Mettre en place des crédits et subventions par l'intermédiaire des collectivités locales ou des cellules communales du trésor public (Recette perceptions)

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 
 
 

Mettre en place des crédits de courte durée (1an) pour l'opération d'éclaircie

Mettre en place un processus de warrantage et/ ou de remboursement en nature des crédits (crédits de courte durée 1an)

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 
 

Renforcer le contrôle de qualité

Commerçants exportateurs et intermédiaires commerciaux

 
 
 
 
 

Appuyer en matériel et

financier au projet d'exploitation des vieilles plantations

(fourniture de tronçonneuses et d'autre matériel d'exploitation forestière)

Partenaires techniques et financiers

 
 

LT23

Installation de nouvelles plantations

Les plantations sont totalement remplacées

Envoyer et former les formateurs et assurer leur rémunération

Assurer la relation tutélaire pour la mettre en place des crédits aux producteurs

Producteurs et leurs

organisations

Installer une

mutuelle de santé et de crédits

consommation sur une période de 4 ans au moins

 
 
 
 
 

Former les formateurs

Former les producteurs sur la méthode de conduite des pépinières

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Fournir la novelle variété de noix
et poursuivre la sélection variétale

Recherche

 
 
 
 
 

Fourniture du matériel de mesure, ficelles de 50m et mètres

Créer un de fonds de garantie
pour la culture de l'anacardier

Inciter et financer les jeunes pour la mettre en place des plantations grâce au FNPEEJ

Diversifier les structures de financement et éliminer le monopole du réseau FECECAM

Mettre en place des crédits et subventions par l'intermédiaire des collectivités locales ou des cellules communales du trésor public (Recette perceptions)

Pouvoir

politique et collectivités locales

 

23 LT = Long terme soit de 5 à 10 ans

 
 
 
 

Mettre en place de crédits pour

IMF et

 
 
 
 
 
 

installer de nouvelles, un

structures de

 
 
 
 
 
 

financement avec différé de trois ou quatre ans et remboursable sur

financement

 
 
 
 
 
 

6 ans au moins

 
 
 
 
 
 
 

Mettre en place un financement remboursable en trois annuités après 4 ans de différé, soit 26%, 50%et 24%

 
 
 
 
 
 
 

Réduire à 5% le taux d'intérêt des crédits

 
 
 
 
 
 
 

Mettre en place de moyens

Partenaires

 
 
 
 
 
 

matériels et techniques

techniques et

 
 
 
 
 
 

(machines d'entretien et équipements divers...

financiers

 
 

NORME DE RECOLTE DES NOIX BRUTES

 

CT

Informer les planteurs sur le respect de la norme de récolte

Les producteurs sont informés à 90% sur le respect de la norme de récolte

Utiliser des émissions

radiodiffusées et interactives avec témoignages des producteurs bien identifiés

Producteurs et leurs

organisations

 
 
 
 
 

Renforcer l'action de la vente groupée

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation par les pairs

 
 
 
 
 
 

Utiliser les groupes

communautaires et leurs
retrouvailles comme canaux de

diffusion. Exemple le

goroyaburu ou chinigorojè

peulh

 
 
 
 
 
 

Utiliser les canaux des

 
 
 
 
 
 

GV existants pour le compte de la cotonculture.

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

 
 
 
 
 
 

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

 
 
 
 
 
 

Multiplier les séances de

formation avec projection des

méfaits de la récolte sur arbre des noix

Conseil agricole

 
 
 
 
 
 

Utiliser des émissions

radiodiffusées et interactives avec témoignages des producteurs bien identifiés

Sensibilisation par les pairs

 
 
 
 
 
 
 

Renforcer la fréquence des

Pouvoir

 
 
 
 
 
 

radios locales

politique et collectivités

 
 
 
 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

locales

 
 
 
 
 
 

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

 
 
 
 
 
 
 

Contribuer au financement des émissions radiodiffusées

 
 
 
 
 
 
 

Financer à concurrence de plus

IMF et

 
 
 
 
 
 

de la moitié la motorisation des

structures de

 
 
 
 
 
 

Secrétariats des CVPA

financement

 
 
 
 
 
 

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

 
 
 
 

MT ET LT

Adopter le mode de récolte

Les producteurs ont adopté à

près de 70% le

Mettre en place de brigades civiles en période de récolte

Producteurs et leurs

organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs

 
 
 

mode de récolte

Poursuivre la sensibilisation des populations avec le slogan :

 

exemplaires

 
 
 
 

laisser chuter avant de voler

 
 
 
 
 
 

Renforcer la commercialisation groupée

 
 
 
 
 
 

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

 
 
 
 
 
 

Assurer le gardiennage dans les plantations

 
 
 
 
 
 

Poursuivre la sensibilisation des populations avec le slogan:

Conseil agricole

 
 
 
 
 

laisser chuter avant de voler

 
 
 
 
 
 

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

 
 
 
 
 
 

Prospecter les marchés et soutenir la commercialisation groupée

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 
 

Mettre en place une législation contre le vol, la pyromanie et le pâturage en plantation suivie de forte diffusion

 
 
 
 
 
 

Aligner l'achat de noix volées au rang de délit de recel

 
 
 
 
 
 
 

Fixer les collecteurs et leur appliquer les amendes liées au délit de recel des noix brutes

 
 
 
 
 
 
 

Mettre en place de programmes pour réduire le chômage des jeunes et partant réduire les cas de vols de noix

 
 
 
 
 
 
 

Etablir et faire diffuser des circulaires co-signées des autorités communales, du

 
 
 
 
 
 
 

CeCPA, des producteurs et de la brigade

 
 
 
 
 
 
 

Eviter ou limiter la corruption qui pourrait intervenir comme sur le marché de coton où le contrôleur reçoit un pourboire

 
 
 
 
 
 
 

Fixer et faire publier en début de campagne les prix des

différentes qualités de noix brutes

 
 
 
 
 
 
 

Limiter et étiqueter le nombre des commerçants autorisés

 
 
 
 
 
 
 

Faire tenir une table ronde au début de chaque campagne

 
 
 
 
 
 
 

Installer une interprofession

 
 
 
 
 
 
 

Accélérer la transformation

 
 
 
 
 
 
 

locale des noix

Uniformiser les périodes et opérations de la campagne de commercialisation (achat en même temps, en groupe et sur toute l'étendue du territoire)

Organiser deux ou trois marchés de sur toute l'étendue du territoire: 1er marché autour
mi-avril, le second autour de mi- mai et le troisième autour de mi- juin

 
 
 
 
 
 

Ouvrir et soutenir une mutuelle de santé au profit des

producteurs enregistrés dans les groupements

Mettre en place des crédits
courts pour le gardiennage

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 

Améliorer le rapport qualité/prix

Améliorer et rendre efficace le contrôle de qualité au moment des achats

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Commerçants exportateurs et les

intermédiaires commerciaux

 
 
 

Prospecter les marchés et soutenir la commercialisation groupée

Partenaires techniques et financiers

NORME DE STOCKAGE DES NOIX RECOLTEES

150

 

CT

Informer sur le respect de la norme de stockage

Les producteurs sont informés à 90% sur le respect de la norme de stockage

Multiplier les émissions radiodiffusées dans les mois de janvier et février

Utiliser l'approche d'information parles griots

Producteurs et leurs

organisations

 
 
 
 
 

Multiplier les séances de

formation avec projection des

méfaits du stockage en sac en plastique

 
 
 
 
 
 

Renforcer l'action de la vente groupée

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation par les pairs

 
 
 
 
 
 

Utiliser les groupes

communautaires et leurs
retrouvailles comme canaux de

diffusion. Exemple le

goroyaburu ou chinigorojè

peulh

 
 
 
 
 
 

Utiliser les canaux des

 
 
 
 
 
 

GV existants pour le compte de la cotonculture.

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

 
 
 
 
 
 

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

 
 
 
 
 
 
 

Multiplier les émissions radiodiffusées dans les mois de janvier et février

Utiliser l'approche d'information parles griots

Conseil agricole

 
 
 
 
 
 

Multiplier les séances de

formation avec projection des

méfaits du stockage en sac en plastique

 
 
 
 
 
 
 

Sensibilisation par les pairs

 
 
 
 
 
 
 

Former les producteurs sur l'usage des sites et matériels de stockage

 
 
 
 
 
 
 

Renforcer la fréquence des

Pouvoir

 
 
 
 
 
 

radios locales

politique et collectivités

 
 
 
 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

locales

 
 
 
 
 
 

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

 
 
 
 
 
 
 

Financer à concurrence de plus

IMF et

 
 
 
 
 

de la moitié la motorisation des

structures de

 
 
 
 
 

Secrétariats des CVPA

financement

 
 
 
 
 

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

 
 
 
 
 

Adopter les

Plus de 70% des

Construire un magasin

Producteurs et

Mettre en place des

 
 
 

sites et

producteurs ont

communal

leurs

incentives au profit

 
 
 

matériels de

adopté les sites

 

organisations

des producteurs

 
 

MT ET LT

stockage

et matériels de stockage

Faciliter et coordonner la mise n place des crédits individuels pour l'acquisition des sites et matériels de stockage

Planifier la commercialisation groupée : objectifs, moyens, indicateurs de performance, responsables et stratégies

 

exemplaires.

Encourager la production et la transformation locale des fibres de jute.

 
 
 
 
 

Livrer et vendre les sacs de jute sur bon de vente de noix aux

 
 
 
 
 
 
 

CVPA

 
 
 
 
 
 
 

Former sur les conditions optimales de stockage et de construction de petits magasins individuels

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Former les producteurs sur l'usage des sites et matériels de stockage

 
 
 
 
 
 
 

Mettre en place un fonds de

Pouvoir

 
 
 
 
 

garantie

politique et collectivités

 
 
 
 
 

Faciliter la mise place des magasins communaux comme dans la filière coton.

locales

 
 
 
 
 

Organiser vite le marché pour réduire la durée de stockage.

 
 
 
 
 
 

Multiplier par deux par an les marchés sur le plan national

 
 
 
 
 
 

Fixer et faire publier en début de campagne les prix des

différentes qualités de noix brutes

 
 
 
 
 
 

Faire tenir une table ronde au début de chaque campagne

 
 
 
 
 
 

Uniformiser les périodes et opérations de la campagne de commercialisation (achat en même temps, en groupe et sur toute l'étendue du territoire)

 
 
 
 
 
 

Organiser deux ou trois marchés de sur toute l'étendue du territoire: 1er marché autour
mi-avril, le second autour de mi- mai et le troisième autour de mi- juin

 
 
 
 
 
 
 

Financer la construction des mini magasins aux producteurs par crédit bonifié de 5% au plus

Mettre en place de crédit de courte durée (1an) pour l'achat des sacs de stockage

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 
 
 

Mettre en place et à crédit ou à

Commerçants

 
 
 
 
 
 

prix bonifié des sacs de jute au

exportateurs et

 
 
 
 
 
 

niveau des structures des

les

 
 
 
 
 
 

producteurs au début de la

intermédiaires

 
 
 
 
 
 

récolte

commerciaux

 
 
 
 
 
 

Renforcer et mettre à disposition des CVPA les ressources financières pour réaliser les objectifs de vente

 
 
 
 
 
 
 

Fournir en début de campagne, un stock de sacs de jute au près des producteurs

 
 
 
 
 
 
 

Contribuer au financement à

Partenaires

 
 
 
 
 

concurrence de plus de 70% à la

techniques et

 
 
 
 
 

mettre en place des magasins communaux

financiers

 
 

Propositions des stratégiques et actions pour le groupe2

GROUPE

OBECTIFS

RESULTATS

ACTEURS MESURES

STRATEGIES ET ACTIONS D'ACCOMPAGNEMENT OBSERVATION

RESPONSABLES

NORME D'ECARTEMENT ENTRE ANACARDIERS

18,34% de l a population

soit 11,67% qui

respectent partiellement la norme de Stockage et 6,67% qui respectent aussi

partiellement le paramètre de Stockage et

entièrement celui de l'écartement

CT24

Information sur le respect de

l'écartement

Les producteurs sont informés à 90% sur le

respect de l'écartement

Multiplier les réunions de restitution au sein des CVPA25

Utiliser les groupes communautaires et leurs retrouvailles comme canaux de diffusion. Exemple le goroyaburu ou chinigorojè peulh

Améliorer la gestion des cvpa et accroitre les taux d'adhésion et de fréquentation des réunions et formations

Producteu rs et leurs organisati ons

Aider à l'organisation financière des initiatives de communication et

au renforcement de capacités

managériales des acteurs principaux des groupements

Ces

producteurs sont dans une moindre

mesure, ceux qui sont à la périp hérie du système des groupements et des

formations

qu'ils

reçoivent donc

 
 
 

Utilisation de messages radiodiffusés en langue locale

Utiliser les champs des producteurs comme lieux de déroulement des formations

Utiliser les canaux des GV existants

pour le compte de la cotonculture.

Sensibilisation à l'aide des chefs des

collectivités locales

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de lajournée de l'arbre et des séances de vaccination

Conseil
agricole

 

24 CT= court terme soit 0 à 3 ans

25 CVPA : unité organisationnelle des producteurs, elle se définit comme Coopérative Villageoise des Producteurs d'Anacardiers

 
 
 
 

Renforcer la fréquence des radios locales

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

Pouvoir politique et

collectivit és locales

 
 
 
 
 

Financer à concurrence de plus de la moitié la motorisation des Secrétariats des CVPA

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

Partenaire s

technique s et

financiers

 

MT26

Remplaceme nt partiel des plantations

Les plantations sont

partiellement remplacées

Recenser des producteurs qui ont un écartement faible

Faire des éclaircies progressives dans les

plantations performantes (la prise en charge des éclaircisseurs est à la charge des groupements, en prélevant dans la caisse de solidarité de ceux-ci, ou des producteurs).

Couper les plantations de moins de 5ans d'âge sous la supervision de l'encadrement

Producteu rs et leurs organisati ons

Mettre en place des incentives au profit des producteurs

 
 
 

Formation par démonstration

Formation sur champs école paysan et

démultiplication et utilisation des mètres et prise

d'exemple sur corde et ficelle, définissant la
distance de l'écartement

Conseil
agricole

 
 
 
 

Mettre en place des crédits de courte durée (1an) pour l'opération d'éclaircie

Mettre en place un processus de warrantage et/ ou de remboursement en nature des crédits (crédits de courte durée 1an)

IMF et structures de

financeme nt

 

26 MT= Moyen terme soit 3 à 5 ans

 
 
 
 

Appuyer en matériel et financier au projet d'exploitation des vieilles plantations (fourniture de tronçonneuses et d'autre matériel d'exploitation forestière)

Partenaire s

technique s et

financiers

 
 

LT27

Installation de nouvelles plantations

Les plantations sont totalement remplacées

Assurer la relation tutélaire pour la mettre en place des crédits aux producteurs

Producteu rs et leurs organisati ons

Installer une mutuelle de santé et de crédits consommation sur une période de 4 ans au moins

 
 
 

Former les producteurs sur la méthode de

conduite des pépinières

Conseil
agricole

 
 
 
 

Fournir la novelle variété de noix et poursuivre la sélection variétale

Recherch e

 
 
 
 

Fourniture du matériel de mesure, ficelles de 50m et mètres

Créer un de fonds de garantie pour la culture de l'anacardier

Diversifier les structures de financement et éliminer le monopole du réseau FECECAM

Mettre en place des crédits et subventions par l'intermédiaire des collectivités locales ou des cellules communales du trésor public (Recette perceptions)

Pouvoir politique et

collectivit és locales

 
 
 
 

Mettre en place de crédits pour installer de nouvelles, un financement avec différé de trois ou quatre ans et remboursable sur 6 ans au moins Réduire à 5% le taux d'intérêt des crédits

IMF et structures de

financeme

 

27 LT = Long terme soit de 5 à 10 ans

 
 
 
 
 

nt

 
 
 
 
 

Mettre en place de moyens matériels et techniques (machines d'entretien et équipements divers...

Partenaire s

technique s et

financiers

 

NORME DE RECOLTE DES NOIX BRUTES

 

CT

Informer les planteurs sur le respect de la norme de récolte

Les producteurs sont informés à 90% sur le respect de la norme de récolte

Utiliser des émissions

radiodiffusées et interactives avec témoignages des producteurs bien identifiés

Renforcer l'action de la vente groupée

Utiliser les groupes

communautaires et leurs
retrouvailles comme canaux de
diffusion. Exemple le

goroyaburu ou chinigorojè
peulh

Utiliser les canaux des

GV existants pour le compte de la cotonculture.

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

Producteurs et leurs

organisations

 
 
 
 
 
 

Multiplier les séances de

formation avec projection des

méfaits de la récolte sur arbre des noix

Utiliser des émissions

radiodiffusées et interactives avec témoignages des producteurs bien identifiés

Sensibilisation par les pairs

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Renforcer la fréquence des radios locales

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 

Financer à concurrence de plus de la moitié la motorisation des Secrétariats des CVPA

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

IMF et

structures de
financement

 
 

MT ET LT

Adopter le mode de récolte

Les producteurs ont adopté à

près de 70% le mode de récolte

Mettre en place de brigades civiles en période de récolte

Poursuivre la sensibilisation des populations avec le slogan: laisser chuter avant de voler

Renforcer la commercialisation groupée

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Producteurs et leurs

organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs exemplaires

 
 
 

Poursuivre la sensibilisation des

Conseil agricole

 
 
 
 

populations avec le slogan: laisser chuter avant de voler

 
 
 
 
 
 

Prospecter les marchés et soutenir la commercialisation groupée

Partenaires techniques et financiers

NORME DE STOCKAGE DES NOIX RECOLTEES

 

CT

Informer sur le respect de la norme de stockage

Les producteurs sont informés à 90% sur le respect de la norme de stockage

Multiplier les séances de formation avec projection des méfaits du stockage en sac en plastique

Renforcer l'action de la vente groupée

Utiliser les groupes communautaires et leurs retrouvailles comme canaux de diffusion. Exemple le goroyaburu ou chinigorojè peulh

Producteurs et leurs organisations

 
 
 
 
 
 

Multiplier les séances de formation avec projection des méfaits du stockage en sac en plastique

Former les producteurs sur l'usage des sites et matériels de stockage

Conseil agricole

 
 
 
 
 
 

Renforcer la fréquence des radios locales

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

Pouvoir politique et collectivités locales

 
 
 
 
 

Financer à concurrence de plus de la moitié la motorisation des Secrétariats des CVPA

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

IMF et structures de financement

 
 

MT ET LT

Adopter les sites et matériels de stockage

Plus de 70% des producteurs ont adopté les sites et matériels de stockage

Construire un magasin communal

Faciliter et coordonner la mise n place des crédits individuels pour l'acquisition des sites et matériels de stockage

Producteurs et leurs organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs exemplaires.

Encourager la production et la

transformation locale des

fibres de jute.

 
 
 
 
 

Former sur les conditions optimales de stockage et de construction de petits magasins individuels

Former les producteurs sur l'usage des sites et matériels de stockage

Conseil
agricole

 
 
 
 

Mettre en place un fonds de garantie

Faciliter la mise place des magasins communaux comme dans la filière coton.

Organiser vite le marché pour réduire la durée de stockage.

Multiplier par deux par an les marchés sur le plan national

Pouvoir politique et collectivités locales

 
 
 
 

Financer la construction des mini magasins aux producteurs par crédit bonifié de 5% au plus

Mettre en place de crédit de courte durée (1an) pour l'achat des sacs de stockage

IMF et structures de financement

 

Commerçant s

exportateurs

Mettre en place et à crédit ou à prix bonifié des sacs de jute au niveau des structures des producteurs au début de la récolte

GROUPE

OBECTIFS

RESULTATS

STRATEGIES ET ACTIONS

Renforcer et mettre à disposition des

ACTEURS

CVPA les ressources

RESPONSABLES

et les

MESURES

intermédiaire

D'ACCOMPAGNEMENT

OBSERVATION

financières pour réaliser les objectifs de vente s

NORME D'ECARTEMENT ENTRE ANACARDIERS

commerciaux

Partenaires techniques et financiers

Fournir en début de campagne, un stock de sacs de jute au
près des producteurs

Contribuer au financement à concurrence de plus de 70% à la mettre en place des magasins communaux

20% de

la populati on soit

11

qui respecte

nt le paramètr

e de

cr28

Information sur le respect de

l'écartement

Les producteurs sont informés à 90% sur le

respect de l'écartement

Améliorer la gestion des cvpa et accroitre les taux d'adhésion et de fréquentation des réunions et formations

Producteurs et leurs

organisations

Aider à

l'organisation financière des initiatives de communication et au renforcement de capacités

managériales des acteurs principaux

des groupements

Ces

producteurs sont une

dans

moindre

mesure, ceux qui sont à la périphérie su système des groupements et des

28 CT= court terme soit 0 à 3 ans

l'écartem

 
 
 

Utiliser les champs des

Conseil agricole

 

formations

ent et

 
 
 

producteurs comme lieux de

 
 

qu'ils

8,33%

 
 
 

déroulement des formations

 
 

reçoivent donc

qui

 
 
 
 
 
 
 

respecte nt celui

 
 
 

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

 
 
 

du

 
 
 
 
 
 
 

stockage

 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

 
 
 
 
 
 
 

Utiliser les canaux des

 
 
 
 
 
 
 

GV existants pour le compte de la cotonculture.

 
 
 
 
 
 
 

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

 
 
 
 
 
 
 

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

 
 
 
 
 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 
 

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

 
 
 
 

MT29

Remplaceme nt partiel des plantations

Les plantations sont

partiellement remplacées

Faire des éclaircies progressives dans les plantations performantes

Poursuivre la sensibilisation

Producteurs et leurs

organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs

 
 
 
 

Mettre en place des crédits et subventions par l'intermédiaire des collectivités locales ou des cellules communales du trésor public (Recette perceptions)

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 

Mettre en place des crédits de courte durée (1an) pour l'opération d'éclaircie

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 

Renforcer le contrôle de qualité

Commerçants exportateurs et intermédiaires commerciaux

 

LT3°

Installation de nouvelles plantations

Les plantations sont totalement remplacées

Assurer la relation tutélaire pour la mettre en place des crédits aux producteurs

Producteurs et leurs

organisations

Installer une

mutuelle de santé et de crédits

consommation sur une période de 4 ans au moins

 
 
 

Former les producteurs sur la méthode de conduite des pépinières

Conseil agricole

 
 
 
 

Fournir la novelle variété de noix
et poursuivre la sélection variétale

Recherche

 

29 MT= Moyen terme soit 3 à 5 ans

30 LT = Long terme soit de 5 à 10 ans

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Inciter et financer les jeunes pour la mettre en place des plantations grâce au FNPEEJ

Mettre en place des crédits et subventions par l'intermédiaire des collectivités locales ou des cellules communales du trésor public (Recette perceptions)

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 

Mettre en place un financement remboursable en trois annuités après 4 ans de différé, soit 26%, 50% et24%

Réduire à 5% le taux d'intérêt des crédits

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 

Mettre en place de moyens matériels et techniques (machines d'entretien et équipements divers...

Partenaires techniques et financiers

 

NORME DE RECOLTE DES NOIX BRUTES

 

CT

Informer les planteurs sur

Les producteurs sont informés à

Sensibilisation par les pairs

Producteurs et leurs

 
 
 

le respect de

90% sur le

Utiliser les canaux des

organisations

 
 
 

la norme de

respect de la

GV existants pour le compte de

 
 
 
 

récolte

norme de récolte

la cotonculture.

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

 
 
 
 
 
 

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

 
 
 
 
 
 

Utiliser des émissions

radiodiffusées et interactives avec témoignages des producteurs bien identifiés

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Sensibilisation par les pairs

 
 
 
 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 
 

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

 
 
 
 
 
 

Contribuer au financement des émissions radiodiffusées

 
 
 
 

MT ET LT

Adopter le mode de récolte

Les producteurs ont adopté à

près de 70% le mode de récolte

Poursuivre la sensibilisation des populations avec le slogan: laisser chuter avant de voler

Renforcer la commercialisation groupée

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Producteurs et leurs

organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs exemplaires

 
 
 
 

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Prospecter les marchés et

Pouvoir

 
 
 
 
 

soutenir la commercialisation

politique et

 
 
 
 
 

groupée

collectivités locales

 
 
 
 
 

Eviter ou limiter la corruption qui pourrait intervenir comme sur le marché de coton où le contrôleur reçoit un pourboire

 
 
 
 
 
 

Fixer et faire publier en début de campagne les prix des

différentes qualités de noix brutes

 
 
 
 
 
 

Limiter et étiqueter le nombre des commerçants autorisés

 
 
 
 
 
 

Faire tenir une table ronde au début de chaque campagne

 
 
 
 
 
 

Installer une interprofession

 
 
 
 
 
 

Accélérer la transformation

 
 
 
 
 
 
 

locale des noix

Uniformiser les périodes et opérations de la campagne de commercialisation (achat en même temps, en groupe et sur toute l'étendue du territoire)

Organiser deux ou trois marchés de sur toute l'étendue du territoire: 1er marché autour
mi-avril, le second autour de mi- mai et le troisième autour de mi- juin

 
 
 
 
 
 

Ouvrir et soutenir une mutuelle de santé au profit des

producteurs enregistrés dans les groupements

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 

Améliorer et rendre efficace le contrôle de qualité au moment des achats

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Commerçants exportateurs et les

intermédiaires commerciaux

NORME DE STOCKAGE DES NOIX RECOLTEES

 
 

Informer sur

Les producteurs

Multiplier les émissions

Producteurs et

 
 
 
 

le respect de

sont informés à

radiodiffusées dans les mois de

leurs

 
 
 
 

la norme de stockage

90% sur le respect de la norme de stockage

janvier et février

Utiliser l'approche d'information parles griots

organisations

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation par les pairs

 
 
 
 
 
 
 

Utiliser les canaux des

 
 
 
 

CT

 
 

GV existants pour le compte de la cotonculture.

 
 
 
 
 
 
 

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

 
 
 
 
 
 
 

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

 
 
 
 
 
 
 

Multiplier les émissions radiodiffusées dans les mois de janvier et février

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Utiliser l'approche d'information parles griots

 
 
 
 
 
 

Sensibilisation par les pairs

 
 
 
 
 
 
 

Emissions radiodiffusées interactives crépusculaires, en langue locale, animée par les producteurs

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 

Adopter les

Plus de 70% des

Construire un magasin

Producteurs et

Mettre en place des

 
 
 

sites et

producteurs ont

communal

leurs

incentives au profit

 
 
 

matériels de

adopté les sites

 

organisations

des producteurs

 
 

MT ET LT

stockage

et matériels de stockage

Faciliter et coordonner la mise n place des crédits individuels pour l'acquisition des sites et matériels de stockage

Planifier la commercialisation groupée : objectifs, moyens, indicateurs de performance, responsables et stratégies

 

exemplaires.

Encourager la production et la transformation locale des fibres de jute.

 
 
 
 
 

Livrer et vendre les sacs de jute sur bon de vente de noix aux

 
 
 
 
 
 
 

CVPA

 
 
 
 
 
 
 

Former sur les conditions optimales de stockage et de construction de petits magasins individuels

Conseil agricole

 
 
 
 
 

Former les producteurs sur l'usage des sites et matériels de stockage

 
 
 
 
 
 
 

Mettre en place un fonds de

Pouvoir

 
 
 
 
 

garantie

politique et collectivités

 
 
 
 
 

Faciliter la mise place des magasins communaux comme dans la filière coton.

locales

 
 
 
 
 

Organiser vite le marché pour réduire la durée de stockage.

 
 
 
 
 
 

Fixer et faire publier en début de campagne les prix des

différentes qualités de noix brutes

 
 
 
 
 
 

Faire tenir une table ronde au début de chaque campagne

 
 
 
 
 
 

Uniformiser les périodes et opérations de la campagne de commercialisation (achat en même temps, en groupe et sur toute l'étendue du territoire)

 
 
 
 
 
 

Organiser deux ou trois marchés de sur toute l'étendue du territoire: 1er marché autour
mi-avril, le second autour de mi- mai et le troisième autour de mi- juin

 
 
 
 
 
 
 

Financer la construction des mini magasins aux producteurs par crédit bonifié de 5% au plus

Mettre en place de crédit de courte durée (1an) pour l'achat des sacs de stockage

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 
 
 

Mettre en place et à crédit ou à

Commerçants

 
 
 
 
 
 

prix bonifié des sacs de jute au

exportateurs et

 
 
 
 
 
 

niveau des structures des

les

 
 
 
 
 
 

producteurs au début de la

intermédiaires

 
 
 
 
 
 

récolte

commerciaux

 
 
 
 
 
 

Renforcer et mettre à disposition des CVPA les ressources financières pour réaliser les objectifs de vente

 
 
 
 
 
 
 

Fournir en début de campagne, un stock de sacs de jute au près des producteurs

 
 
 
 
 
 
 

Contribuer au financement à

Partenaires

 
 
 
 
 

concurrence de plus de 70% à la

techniques et

 
 
 
 
 

mettre en place des magasins communaux

financiers

 
 

Propositions des stratégiques et actions pour le groupe4

GROUPE

OBECTIFS

RESULTATS

STRATEGIES ET ACTIONS

ACTEURS
RESPONSABLES

MESURES
D'ACCOMPAGNEMENT

OBSERVATION

NORME D'ECARTEMENT ENTRE ANACARDIERS

43% de la

populati on soit qui

respecte nt aussi bien les normes d'écarte ment que celles de stockage

CT"

Information sur le respect de

l'écartement

Les producteurs sont informés à 90% sur le

respect de l'écartement

Utiliser les canaux des

GV existants pour le compte de la cotonculture.

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

Conseil agricole

Aider à

l'organisation financière des initiatives de communication et au renforcement de capacités

managériales des acteurs principaux

des groupements

Ces

producteurs sont dans une moindre

mesure, ceux qui sont à la périphérie su système des groupements et des

formations

qu'ils

reçoivent donc

 
 
 

Renforcer et bâtir des fortes capacités de gestion des CVPA

Partenaires techniques et financiers

 

MT32

Remplacem

Les plantations sont

partiellement remplacées

Poursuivre la sensibilisation

Producteurs et leurs

organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs

ent partiel

des

plantations

 

31 CT= court terme soit 0 à 3 ans

32 MT= Moyen terme soit 3 à 5 ans

 
 
 
 

Mettre en place un projet d'exploitation du bois des vieilles exploitations

Diversifier les structures de financement et réduire le monopole du réseau FECECAM

Mettre en place des crédits et subventions par l'intermédiaire des collectivités locales ou des cellules communales du trésor public (Recette perceptions)

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 
 
 

Mettre en place un processus de warrantage et/ ou de remboursement en nature des crédits (crédits de courte durée 1an)

IMF et

structures de
financement

 
 

LT"

Installation de nouvelles plantations

Les plantations sont totalement remplacées

Former les producteurs sur la méthode de conduite des pépinières

Conseil agricole

Installer une

mutuelle de santé et de crédits

consommation sur une période de 4 ans au moins

 
 
 
 
 
 

Fournir la novelle variété de noix et poursuivre la sélection variétale Fournir la variété précoce

Recherche

 
 
 
 
 

Inciter et financer les jeunes pour la mettre en place des plantations grâce au FNPEEJ

Pouvoir

politique et collectivités locales

 

33 LT = Long terme soit de 5 à 10 ans

 
 
 
 

Diversifier les structures de financement et éliminer le monopole du réseau FECECAM

Mettre en place des crédits et subventions par l'intermédiaire des collectivités locales ou des cellules communales du trésor public (Recette perceptions)

 
 
 
 
 
 
 

Réduire à 5% le taux d'intérêt des crédits

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 
 

Mettre en place de moyens matériels et techniques (machines d'entretien et équipements divers...

Partenaires techniques et financiers

 

NORME DE RECOLTE DES NOIX BRUTES

 

CT

Informer les planteurs sur le respect de la norme de récolte

Les producteurs sont informés à 90% sur le respect de la norme de récolte

Utiliser les canaux des

GV existants pour le compte de la cotonculture.

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

Producteurs et leurs

organisations

 
 
 
 
 
 

Utiliser des émissions

radiodiffusées et interactives avec témoignages des producteurs bien identifiés

Conseil agricole

 
 
 

MT ET LT

Adopter le mode de récolte

Les producteurs ont adopté à

près de 70% le mode de récolte

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Assurer le gardiennage dans les plantations

Producteurs et leurs

organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs exemplaires

 
 
 

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Conseil agricole

 
 
 

Mettre en place des crédits
courts pour le gardiennage

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 

Améliorer et rendre efficace le contrôle de qualité au moment des achats

Publier les qualités et grades de noix brutes et leur prix de vente au début de la campagne

Commerçants exportateurs et les

intermédiaires commerciaux

NORME DE STOCKAGE DES NOIX RECOLTEES

 

CT

Informer sur le respect de la norme de stockage

Les producteurs sont informés à 90% sur le respect de la norme de stockage

Utiliser les canaux des

GV existants pour le compte de la cotonculture.

Sensibilisation à l'aide des chefs des collectivités locales

Information dans les centres cultuels et religieux (notamment les mosquées, églises et couvents) comme dans le cas de la journée de l'arbre et des séances de vaccination

Producteurs et leurs

organisations

 
 
 
 
 
 

Multiplier les séances de

formation avec projection des

méfaits du stockage en sac en plastique

Conseil agricole

 
 
 
 
 
 

Renforcer le personnel d'encadrement spécifique sur l'anacardier

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 

MT ET LT

Adopter les sites et matériels de stockage

Plus de 70% des producteurs ont adopté les sites et matériels de stockage

Planifier la commercialisation groupée : objectifs, moyens, indicateurs de performance, responsables et stratégies

Livrer et vendre les sacs de jute sur bon de vente de noix aux CVPA

Producteurs et leurs

organisations

Mettre en place des incentives au profit des producteurs exemplaires.

Encourager la production et la transformation locale des fibres dejute.

 
 
 
 

Multiplier par deux par an les marchés sur le plan national

Pouvoir

politique et collectivités locales

 
 
 
 
 
 

Mettre en place de crédit de courte durée (1an) pour l'achat des sacs de stockage

IMF et

structures de
financement

 
 
 
 
 

Renforcer et mettre à disposition des CVPA les ressources financières pour réaliser les objectifs de vente

Fournir en début de campagne, un stock de sacs de jute au près des producteurs

Commerçants exportateurs et les

intermédiaires commerciaux

 
 
 
 
 

Contribuer au financement à concurrence de plus de 70% à la mettre en place des magasins communaux

Partenaires techniques et financiers

 

Annexe N°VI : Les tests statistiques

Chi-Square Tests classe de producteurs * disponibilité de Matériels

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square Likelihood Ratio Linear-by-Linear Association N of Valid Cases

a

23,755

25,865

,640

60

24 24 1

,476
,360
,424

Chi-Square Tests classe de producteurs * ventes
Exportables

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square

19,918 a

18

,337

Likelihood Ratio

20,780

18

,291

Linear-by-Linear

 
 
 
 

,044

1

,834

Association

 
 
 

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classe de producteurs * Coûts de production

 
 
 

Asymp. Sig. (2-

 

Value

df

sided)

Chi-Square Tests classe de producteurs * Rendement

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

23,548a

12

,023

Likelihood Ratio

23,000

12

,028

Linear-by-Linear Association

,022

1

,882

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classes de producteurs* prix aux producteurs

Pearson Chi -Square

a

21,934

24

,583

 
 
 
 

Likelihood Ratio

22,258

24

,564

Linear-by-Linear

 
 
 
 

,008

1

,930

Association

 
 
 

N of Valid Cases

60

 
 
 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square

a

22,821

24

,530

Likelihood Ratio

24,583

24

,429

Linear-by-Linear Association

,452

1

,502

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classes producteurs et qualité des noix

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

15,083a

18

,656

Likelihood Ratio

15,778

18

,608

Linear-by-Linear Association

,004

1

,951

N of Valid Cases

59

 
 

.

Chi-Square Tests classes des producteurs et habileté compétitive
des plantations

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

28,510a

24

,239

Chi-Square Tests classe producteurs et profit aux concurrents

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square

a

22,253

24

,564

Likelihood Ratio

20,741

24

,654

Linear-by-Linear Association

,448

1

,503

N of Valid Cases

60

 
 

Likelihood Ratio

26,201

24

,343

Linear-by-Linear Association

,090

1

,765

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classe producteurs et coopération entre
producteurs

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square

12,877 a

18

,799

Likelihood Ratio

12,133

18

,840

Linear-by-LinearAssociation

,100

1

,752

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classe producteur et protection de
l'environnement

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square Likelihood Ratio Linear-by-LinearAssociation N of Valid Cases

a

22,488
20,915
1,090
60

18 18 1

,211
,284
,296

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square

a

19,618

24

,718

Likelihood Ratio

20,481

24

,669

Linear-by-Linear Association

,023

1

,881

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classe producteurs et compétition positive sur le
marché

Chi-Square Tests classe producteur et protection de
l'environnement

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square Likelihood Ratio Linear-by-LinearAssociation

22,488a 20,915 1,090

18 18 1

,211
,284
,296

a. 23 cells (82,1%) have expected count less than 5. The minimum expected count is ,07.

Chi-Square Tests classes de producteurs * type de producteur

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

33,006a

6

,000

Likelihood Ratio

44,336

6

,000

Linear-by-Linear Association

6,050

1

,014

N of Valid Cases

59

 
 

Chi-Square Tests classe producteur* stockage en sac de jute

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square

45,329 a

6

,000

Likelihood Ratio

57,071

6

,000

Linear-by-LinearAssociation

,052

1

,819

N of Valid Cases

60

 
 

a. 10 cells (71,4%) have expected count less than 5. The minimum expected count is 1,40.

Chi-Square Tests classes producteurs * ecartement

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

24,306a

12

,018

Likelihood Ratio

32,184

12

,001

Linear-by-LinearAssociation

1,747

1

,186

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classe producteur * mode faire valoi

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

66,074a

18

,000

Likelihood Ratio

34,296

18

,012

Linear-by-Linear Association

14,800

1

,000

N of Valid Cases

60

 
 

Chi-Square Tests classe producteur* scolarisation

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

47,068a

18

,000

Likelihood Ratio

43,017

18

,001

Linear-by-Linear Association

7,095

1

,008

N of Valid Cases

60

 
 

a. 25 cells (89,3%) have expected count less than 5. The minimum expected count is ,60.

Chi-Square Tests classe producteur et célérité du ramasage

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square Likelihood Ratio Linear-by-Linear Association N of Valid Cases

a

28,969
28,296
8,957
60

6
6
1

,000
,000
,003

Chi-Square Tests classe producteur* semence

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi-Square

a

35,651

6

,000

Likelihood Ratio

34,446

6

,000

Linear-by-LinearAssociation

11,162

1

,001

N of Valid Cases

60

 
 

a. 9 cells (64,3%) have expected count less than 5. The minimum expected count is ,73.

Chi-Square Tests classe producteur* mélange des noix

 

Value

df

Asymp. Sig. (2-
sided)

Pearson Chi -Square

19,091 a

6

,004

Likelihood Ratio

22,853

6

,001

Linear-by-Linear

 
 
 
 

,078

1

,780

Association

 
 
 

N of Valid Cases

60

 
 

a. 10 cells (71,4%) have expected count less than 5. The minimum expected count is 1,67.

a. 9 cells (64,3%) have expected count less than 5. The minimum expected count is ,67.

ANOVA classe producteur et localisation des planntations

Localisation

 
 
 
 
 
 

Sum of Squares

df

Mean Square

F

Sig.

Between Groups

5,216

6

,869

,330

,918

Within Groups

139,784

53

2,637

 
 

Total

145,000

59

 
 
 

ANOVA classe producteur et rendement

Rendement

 
 
 
 
 
 

Sum of Squares

df

Mean Square

F

Sig.

Between Groups

173128,252

6

28854,709

,894

,506

Within Groups

1711413,398

53

32290,819

 
 

Total

1884541,650

59

 
 
 

Annexe N° VII: Caractéristiques physiques de la zone d»étude

LES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES

Caractéristiques géomorphologiques et hydrographiques

Le relief

Etendues sur environ 10% de la superficie, les chaînes montagneuses structurent le relief de Kouandé. Au titre des plus importants massifs, nous pouvons citer:

La chaîne de l'Atacora, le plus important massif montagneux de notre pays constitué de quartzites fins et de granites, de gneiss, de migmatites et de micaschistes, traverse la commune de Kouandé sur 40 à 46 Km de l'Est à l'Ouest avant de culminer à 658m à Alédjo. A Kouandé, elle culmine à une altitude de 641m à Kampuya34, alors que son point le plus bas est à 320m d'altitude au Nord-Est dans la vallée du fleuve Mékrou et

Le massif de Birni est entouré de la forêt classée de Birni.

Ce relief accidenté réduit à priori l'étendue et la continuité des terres cultivables, notamment dans les arrondissements de Oroukayo, de Kouandé-centre, de Birni et de Chabi Kouma.

L'hydrographie

Elle est à tout le moins dense et renferme des cours d'eau permanents, plusieurs rivières et des ruisseaux saisonniers. Le Mékrou, grand affluent du fleuve Niger, prend sa source dans le terroir de Yakabissi (arrondissement de Birni). Il est complété par des cours d'eau saisonniers ou non permanents : Daro (Fô-Tancé), Sinaïssiré (Chabi kouma), Sarga (Guilmaro) et et d'autres permanents à savoir Wonkagou (Ourakayo) et Findarou (Birni). Ces cours d'eau sont menacés par l'ensablement et les implantations des champs dans les lits des cours d'eau et la pêche « chimique ».

Le climat

Le climat à Kouandé est de type soudano-guinéen, avec une saison pluvieuse couvrant la mi-avril à
mi-octobre (7mois) contre une saison sèche de 5 mois allant de mi-octobre à mi-avril. Cette
récurrence est parfois perturbée par l'altitude et depuis peu par la variation climatique. La

34 Kampuya est situé dans l'arrondissement de Fô-Tancé au Nord-Ouest de la Forêt classée de Kouandé.

pluviometrie varie de 900mm à 1.100mm/an avec un pic en Août. Les plus fortes precipitations sont enregistrees dans la partie meridionale dans les arrondissements de Birni et Chabi kouma et la partie Quest, alors que les plus basses pluviometries sont notees dans le Nord-est et l'Est. La temperature moyenne est estimee à 27°c avec un regime d'harmattan35 pour une amplitude thermique de 9,5°C.

Les ressources naturelles

ü La flore

La strate arboree est composee de plusieurs espèces vegetales dont les plus caracteristiques sont : Afzelia africana (lingue), Khaya senegalensis (caïlcedrat), Parkia biglobosa (nere), Vitellaria paradoxa (Karite), Anarcadium occidentale (anacardier) et Manguifera indica (manguier).

La strate herbacee très variee est composee dans sa majorite de graminees.

Par ailleurs, les grandes formations vegetales rencontrees sont :

· La savane est le type de formation vegetale dominant avec des savanes arbor ees et arbustives à forte emprise agricole (40% de la superficie totale) et

· La galerie forestière le long des cours d'eau (5% de la superficie totale) est fortement entamee par les agriculteurs et les « exploitants forestiers » et

· Les forêts denses semi-decidues sèches (5% de la superficie totale) aussi entamees par les habitations et

· Les savanes arborees et arbustives saxicoles (15% de la superficie totale) utilisees comme pâturages et aires de chasse et

· Les trois forêts classees de Kouande, de Mekrou et de Birni couvrent une superficie de 9km2, soit environ 5% de la superficie totale et

· Les cinq (05) grandes plantations domaniales (ex plantations d'Etat) d'anacardiers couvrent une superficie totale de 558,15 ha et sont installees entre 1961 et 1984.

ü La faune

Les ressources fauniques retrouvees dans la commune sont notamment des biches, des cephalopes, des antilopes, des phacochères, des singes, des bubales et le petit gibier très varie. La proximite de la commune avec la zone cynegetique du parc Pendjari et les deux forêts classees valident l'existence de la faune sauvage.

35 L'harmattan est un vent sec et froid qui souffle du mois de novembre à mi-mars.

Les sols

Les ressources pédologiques sont faites de sols peu évolués à tendance ferrugineuse, des sols peu lessivés et des sols lessivés. On y trouve des sols ferralitiques et ferrugino-tropicaux et des sols latéritiques et de sous-bois disponibles en petites quantités et concentrés sans la zone Nord de la commune. Les sols ferralitiques et ceux ferrugino-tropicaux sont très peu fertiles et ont une faible capacité de rétention d'eau et sont ainsi sensibles au déficit pluviométrique.

Milieu humain et activités économiques

1.5.3.1. Caractéristiques démographiques de la population de la commune

La commune de Kouandé compte plus de 80 000 habitants. Selon INSAE (2002), le recensement de la population donne une population d'environ 80261 habitants dont 40.132 hommes (50,002%) contre seulement (49,998%) 36

40.129 femmes avec plus de 90% de population rurale. Le taux

d'accroissement de cette population est de 4,77% contre 3,25% au plan national. Le taux de masculinité avoisine 100% en moyenne au niveau communal, alors que les arrondissements de Kouandé, de Fô-Tancé et de Guilmaro ont un taux de masculinité supérieur à 100%. La densité moyenne de la population est de 14,26 hbts/km2.

Cette répartition traduit une certaine inégalité en faveur de l'arrondissement de Kouandé qui abrite plus du quart (25,82%) et au détriment respectivement des arrondissements de Guilmaro, de Oroukayo, de Birni, de Chabi Kouma et de Fô-Tancé.

La population de la commune est comme au niveau national jeune avec 51% de la population âgée de 0 à 14 ans et 44% âgée de 15 à 59 ans. La taille moyenne d'un ménage est de 8,4 personnes pour environ 8.543 ménages.

Caractéristiques ethniques, religieuses et cultuelles

La commune de Kouandé est essentiellement peuplée des groupes ethniques suivants: Baatonu (43,6%), Bétamaribè, Natimba (24%), Peulhs (17,9%), Yom & Lokpa (7,2%), Gourmantché, Dendi, Yorouba, Adja, Fon et autres (7,2%).

Les religions pratiquées sont principalement l'Islam (38,5%), les Religions Traditionnelles (30,2%), le Catholicisme (14,8%), le Protestantisme (1%) et autres (15,6%).

36 La population est plus masculine que féminine contrairement à la tendance nationale où nous avons 52% de femmes pour 48% d'hommes. Cette tendance à Kouandé n'a pas évolué depuis le recensement de 1992.

Les lieux de culte sont constitués de plusieurs mosquées et de chapelles dans chacun des arrondissements dont la mosquée centrale et la cathédrale de Kouandé-centre sont les plus importantes. Par ailleurs, les cultes animistes sont rendus à des divinités comme:

Bouri auquel on sacrifie un coq et

Gnari auquel annuellement un boeuf roux, un chien et un coq sont immolés et

Bouro auquel on sacrifie un coq et

Buèkèrènon, Dieu de la pluie auquel on sacrifie un coq et

Doko auquel on sacrifie également un coq.

Les caractéristiques économiques de ha commune de Kouandé

Les activités économiques couvrent divers domaines dont les plus importants sont l'agriculture, l'élevage, la pêche, le commerce, l'artisanat, le tourisme et l'industrie.

Les activités rurales (agriculture, élevage et la pêche) occupent 49,56% des actifs de la population, alors que le commerce emploie 9,98% des actifs, le secteur des petites et moyennes entreprises 18,74%, le sous-secteur des Bâtiments et Travaux Publics (BTP) 4,10% et d'autres secteurs 17,62%. Nous présenterons ici les caractéristiques essentielles du secteur agricole.

L'Agriculture occupe près de 93% de la population totale et contribue pour plus de 47% au revenu des ménages contre 49% des activités non agricoles toutes catégories cumulées (INSAE, 2002). Cette agriculture est extensive, itinérante sur brûlis et se pratique sur 291.539 ha, soit 64,8% des terres cultivables en 2002. Ce taux, bien que faible n'offre pas forcément une perspective d'extension à cause de la pression démographique, de la dégradation des terres et à la durabilité des pratiques culturales.

Les caractéristiques principales de la production végétale sont: culture extensive, itinérante sur brûlis et forte utilisation de la fumure minérale et d'insecticides à cause de la production cotonnière et la houe comme principal outil aratoire (80% des superficies cultivées à la houe) et une association de l'agriculture à l'élevage (sauf chez les peulh).

Le conseil agricole est assuré par le Centre Communal de Promotion Agricole (CeCPA) alors que le tissu structurel qui appuie le financement des activités est composé d'une CLCAM à Kouandé- centre, une CREP à Niarosson, trois (03) CVEC (Niékéné Bansou, Guilmaro et Birni), cinq (05) ASF (Guilmaro, Sékogourou, Oroukayo, Chabi Kouma et Birni).

Les organisations paysannes de toute la commune sont au nombre de soixante quinze (75) dont trente cinq (35) formelles.

L'image des occupations des speculations se presente en 2002 comme suit : manioc (21,62%), coton (14,91%), l'igname (10,21%), maxis (8,92%) et le sorgho (7,03%).

Quant à l'elevage, les espèces bovines, ovines, caprines et porcines, et la volaille (poulet, dindon, pintade, pigeon...) sont elevees dans la commune de Kouande, soit en enclos (porcins), en pâturage, en transhumance (Bovins et ovins), en divagation (ovins et volaille) et en basse-cour (volaille).

Le pâturage est forme des espèc es ligneuses forestières et/ou savannières (Anogeisus, Leiocarpus, Isoberlinia doka, Isoberlinia tomentosa, Pterocarpus erinaceus, Burkea africana, Afzelia africana, Khaya senegalensis, Terminalia macroptera, Damelia oliveri, Parkia biglobosa, Acacia polycantha, Vitellaria paradoxa) et des espèces herbacées (Andropogon gayanus, Brachiaria falcifera, Hyparrhenia subpluimosa, Loudetai simplex, Stylosantes erecta, Pennisetum polystachion, Andropogon schirensis, Tephrosia pedicellata)

La transhumance, d'origine departementale (Oussa-Pehunco, Kerou, Banikoara, Copargo) fait varier souvent les effectifs locaux. La petite transhumance se deroule du mois de juin (dès la mise en place des cultures) à Novembre (au debut de la recolte du sorgho) et recherche l'espace libre pâturable et libère les espaces de cultures. La grande transhumance court des mois de decembre- janvier au mois de Mai-Juin et se fait sur de longues distances et represente une menace pour les forêts classees.

Le système d'elevage est donc extensif et ecoule des produits dans divers marches notamment le marche à betail de Chabi Kouma, anime tous les quatre (04) jours.

Le CeCPA dispose de deux postes d'elevage (Kouande-centre, Guilmaro) et la commune dispose de cinq (05) retenues d'eau (Kpessourou, Kataba, Sekogourou, Goutere) pour completer les points d'abreuvement naturels du betail (cours d'eau).

En ce qui concerne la pêche, bien que le potentiel existe, elle n'est pas developpee. Elle est surtout distractive et exercee seulement à contre saison. C'est seulement à Fô-Tance qu'elle a connu une intervention en installation de captage et son empoissonnement.

Les constituants du potentiel sont essentiellement cinq (05) cours d'eau permanents, 07 barrages, un captage de source d'eau à Maka, ressources halieutiques riches de Tilapia et une pêche traditionnelle.

Pour les activités sylvicoles, les activités de reboisement et les superficies des plantations domaniales d'anacardiers mises en place pour des fins de reboisement en restent le témoignage. Il faut aussi noter l'existence d'un verger de manguiers étalé sur trente six (36) ha à Papatia.

Annexe N°VIII : Fiche d'enquête

Guide d'entretien individuel

Date d'enquête..... .. ...... . ... ..

Enquêteur

I- Identification de l'enquêté

Commune:

COMM :__ :__

:

 
 
 

Village:

VIL :__ :__ :__

:

 
 
 

Hameau ou lieu-dit

:__ :__ :__ :

 
 
 
 
 

Nom du chef de ménage:

 
 
 
 
 
 

Age

AGE:__ :__

:

 
 
 
 

Sexe (1. Féminin et 2. Masculin)

SEXE :__ :

 
 
 
 
 

Numéro de ménage

NOMEN:

:

:

:

:

:

Type de planteur37

TYP :: :

:

:

:

:

 

II- Caractéristiques de l'enquêté

Ethnie (...)

ETHNIE :__ :__ :

 

Degré

d'autochtonie

(1. appartient à une famille de premiers arrivants et 2. migrants installés depuis plus d'une génération et 3. migrant récent, installés de façon temporaire depuis moins d'une génération)

AUTOCHT :__ :__

:

Niveau de

scolarisation

(0. jamais scolarisé et 1. déscolarisé avant début CM1 et 2. fin

d'études primaires et 3. collège et 4. lycée et 5. supérieur)

NIVSCOL :_

 

Maîtrise de la langue française

(0. aucune et 1. comprend et s'exprime difficilement et 2. comprend et s'exprime avec aisance en français)

FRANC :__:

 

Maîtrise de la lecture et de l'écriture en français

(0. aucune et 1. lit et écrit difficilement et 2. lit et écrit avec aisance en français)

LECTURF :__ :

 

37 Indiquez s'il s'agit d'un planteur individuel ou en groupement.

Maîtrise de la lecture et de l'écriture en langue locale

(0. aucune et 1. lit et écrit difficilement et 2. lit et écrit avec aisance)

LECTURL :__ :

 

A-t-il appris un métier et lequel

?

METIER :__ :__ :

 

Nature de la formation professionnelle

:

(0. aucune et 1. apprentissage informel non sanctionné par un diplôme et 2. apprentissage informel chez un artisan sanctionné par un diplôme et 3. formation dans un centre de formations professionnelles et 4. formation dans un lycée technique et 5. formation technique supérieure)

FORMPRO :__ :

 

Destination de la migration la plus longue hors de la localité

:

(1. rurale dans le département et 2. rurale dans le pays et 3. rurale dans la sous région et 4. urbaine dans le département et 5. urbaine dans le pays et 6. urbaine dans la sous région et 7. urbaine lointaine et 0. jamais sorti du milieu)

DESTMIG :__ :

 

Durée de la migration la plus longue (mois)

DURMIG :__ :__:__

:

Activité principale durant la période de migration

ACTMIGR :__ :__ :

 

Situation matrimoniale :

1. Célibataire et 2. Marié(e) et 3. Veuf ou veuve et 4. Divorcé(e) ou séparé(e)

MATRI :__:

 

Statut dans le ménage:

(1. chef de ménage et 2. responsable d'unité de production et aide familiale et 3. aide familiale seulement et 4. aide domestique essentiellement et 5. élève ou en formation et 6. autre)

STATUT :__ :

 

III- Recensement des activités productives de l'enquêté

Catégories d'activités et classement par rang d'importance

Ces activités peuvent être destinées à l'obtention d'un revenu monétaire ou l'autoconsommation. Toutes les activités gérées par l'enquêté sont concernées. Aidez vous de votre boite à icônes ou de symboles (graines, feuilles, cailloux, etc.)

CACT

Catégories d'activités

Classement par niveau d'importance

 
 

Temps

Revenu

Consommation

 

Productions végétales

 
 
 
 

Productions animales

 
 
 
 

Transformations agroalimentaires

 
 
 
 

Exploitation de ligneux

 
 
 
 

Chasse

 
 
 

 

Pêche

 
 
 
 

Autres formes d'exploitation des ressources naturelles

Commerce

 
 
 
 

Prestations pour autrui avec équipement

 
 
 
 

Manoeuvre chez autrui

 
 
 
 

Artisanat

 
 
 
 

Activités salariées (employé)

 
 
 
 

Autres (A spécifier)

 
 
 
 

Retraité

 
 
 
 

Dons ou transferts divers

 
 
 

Valeur des productions agricoles

Numéro de Parcelle

 
 
 
 
 
 

Culture(s)

 
 
 
 
 
 
 

Superficie emblavée (ha)

 
 
 
 
 
 
 

Nature du produit principal

 
 
 
 
 
 

récolté

Production récoltée (kg)

 
 
 
 
 
 
 

Pertes au stockage (% ou en kg à préciser)

 
 
 
 
 
 

Production utile (kg

 
 
 
 
 
 
 

Rémunération en nature de manoeuvres (kg)

 
 
 
 
 
 

Quantité autoconsommée

 
 
 
 
 
 

Quantité donnée

 
 
 
 
 
 

Quantité conservée comme semence ou semenceaux

 
 
 
 
 
 

Quantité utilisée pour les animaux

 
 
 
 
 
 

Prix moyen (F/kg)

 
 
 
 
 
 
 

Valeur autoconsommation (F)

 
 
 
 
 
 

Valeur dons (F)

 
 
 
 
 
 
 

Valeur des semences (F)

 
 
 
 
 
 
 

Valeur alimentation animale

 
 
 
 
 
 

(F)

Vente 1 : période

 
 
 
 
 
 

Quantité

 
 
 
 
 
 

Prix moyen

 
 
 
 
 
 

Vente 2 : période

 
 
 
 
 
 

Quantité

 
 
 
 
 
 

Prix moyen

 
 
 
 
 
 

Vente 3 : période

 
 
 
 
 
 

Quantité

 
 
 
 
 
 

Prix moyen

 
 
 
 
 
 

Vente 4 : période

 
 
 
 
 
 

Quantité

 
 
 
 
 
 

Prix moyen

 
 
 
 
 
 

Valeur totale des ventes de production 1

 
 
 
 
 
 

Valeur totale production 1(F)

 
 
 
 
 
 

Valeur de la Production

 
 
 
 
 
 

récoltée (F)

 

Utilisation principale de cette production

 
 
 
 
 
 

Produit brut ( F)

 
 
 
 
 
 

Valeur totale des ventes (F)

 

IV- Activités agricoles de l'enquêté

Recensement des champs et des parcelles sous gestion de l'enquêté durant la campagne 2007-08

Vous pouvez vous aider en faisant faire une petite carte au sol par l'enquêté où les différents champs puis parcelles sont dessinées. Une parcelle est cultivée de façon homogène sous la même culture ou les mêmes cultures associées alors que le champ peut regrouper plusieurs parcelles. Traiter toutes les parcelles d'un champ avant de passer au champ suivant. Un champ est une unité de lieu et de mode de faire valoir. numéro du champ : : : numéro de parcelle 512 est la douzième parcelle du cinquième champ

N° champ

Localisation ou nom

du champ

Nature du site138

Superficie (ha)

N° parcelle1

Culture(s) de la parcelle

CCULT

 

Superficie (ha)

Mode

de faire
valoir39

Droit de plantation (x si oui)

Droit

d'exploitation des plantations(x sioui)

 
 
 
 

1 101

 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

:__

:

:__

:__ et__

:_

:

(

)

(

)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

:__

 
 
 
 
 
 
 

38 1. bas-fonds aménagé ; 2. bas-fond sommairement aménagé ; 3. bas-fonds non aménagé ; 0. champs exondés

39 Mode d'obtention : 1. héritage partagé ; 2. héritage non partagé ; 3. achat ; 4. << don », cession à durée indéterminée et sans restriction d'usage, transmissible aux descendants; 5. << don », cession à durée indéterminée et sans restriction d'usage, non transmissible aux descendants ; 6. emprunt gratuit à durée déterminée; 7. métayage; 8. location; 9. emprunt gratuit à durée indéterminée, avec restriction du droit d'investissement et plantation ;10. autre (préciser)

Charges variables des productions agricoles

Numéro de parcelle

 
 
 
 
 
 

Culture(s)

 
 
 
 
 
 

Superficie emblavée (ha)

 
 
 
 
 
 

Semences et plants

 
 
 
 
 
 

Nature et quantité

 
 
 
 
 
 

Valeur totale CVSEM

 
 
 
 
 
 

Dont valeur des plants et semences achetés ACHSEM

 
 
 
 
 
 

Engrais

 
 
 
 
 
 

Quantité

 
 
 
 
 
 

Valeur totale

 
 
 
 
 
 

Produits phytosanitaires

 
 
 
 
 
 

Nature et quantités

 
 
 
 
 
 

Valeur totale

 
 
 
 
 
 

Prestations et locations durant la période de Culture

 
 
 
 
 
 

Nature et quantité

 
 
 
 
 
 

Valeur totale

 
 
 
 
 
 

Prestations de manoeuvres avant récolte,

 
 
 
 
 
 

pendant récolte et
commercialisation

 
 
 
 
 
 

Travaux concernés

 
 
 
 
 
 

Valeur totale des rémunérations en espèces

 
 
 
 
 
 

Estimation de la

rémunération en
nature

 
 
 
 
 
 

Valeur monétaire

des rémunérations

 
 
 
 
 
 

Valeur totale CVMO

 
 
 
 
 
 

Prestations de

transport et mise en marché

 
 
 
 
 
 

Nature et quantité Valeur totale

 
 
 
 
 
 

Autres charges (à préciser):

 
 
 
 
 
 

Valeur totale

 
 
 
 
 
 

Charges totales Dépenses monétaires

 
 
 
 
 
 

Fiche signalétique de la culture de l'anacarde dans le village de

Qui produit de l'anacarde dans le village (niveau de prospérité, ethnie,

genre, âge etc.)

Nombre de producteurs en 2007-08

NBPRANA : __ :__ :__ :__ :

Nombre de femmes productrices

 

Sur 30 (40) hommes (resp. femmes) ayant des activités autonomes combien ont produit (resp. vendu) de l'anacarde durant la campagne 2007-08. Parmi 30 (40 ??) producteurs, combien ont cultivé moins de 0,5 ha, 0,5-2 ha, 2-5 ha, plus de 5 ha. Combien ont vendu en groupe leur noix via l'union des producteurs d'anacarde

Catégories

Hommes

Femmes

Ne produisent pas d'anacarde

 
 

Ont planté mais les plantations ne sont pas en

production

 
 

Ont des plantations en production

 
 

Taille des plantation

 
 

Moins de 0,5 ha

 
 

0,5-2 ha

 
 

2-5 ha

 
 

Plus de 5 ha

 
 

Commercialisent avec des collecteurs

 
 

Commercialisent de façon groupée

 
 

Quelles sont les différentes façons de conduire la culture de l'anacarde dans le village? (Identification des itinéraires techniques les plus courants et description des opérations culturales, densités, choix des semences ou plants, niveaux d'utilisation d'intrants, etc.) Lister les pratiques culturales pour chaque itinéraire technique (celles réellement mises en oeuvre et non celles vulgarisées)

Rayez les mentions inutiles et inscrire le nom de l'espèce le cas échéant

VIL :__ :__ :__ :

Espèce :

Sur (40 ) hommes (respectivement femmes si elles plantent), combien pratiquent chaque itinéraire
ci-dessus décrit. S'il y a des producteurs en culture manuelle et d'autres en culture attelée,

différenciez les deux itinéraires et si nécessaire, ajoutez d'autres itinéraires (prestations mécanisées, traditions culturales différentes d'un groupe à l'autre)

 

Description de

l'itinéraire

C_ITKIGN46

hommes

femmes

IT1

 

:__ :

 
 

IT2

 

:__ :

 
 

IT3

 

:__ :

 
 

Cycle d'une plantation

Faites vous indiquer à partir de quelle année la plantation entre en production et les quantités récoltées selon l'âge de la plantation. Si nécessaire spécifiez ces rendements selon les itinéraires techniques. Les quantités seront si possible exprimées en kg/ha et à défaut en F/ha.

Produit(s) récolté(s):

Rendements

IT1

IT2

 

Noix ou fruits

Autre ( à préciser)

Noix ou fruits

Autre( à préciser

Année 1(plantation)

 
 
 
 

Année 2

 
 
 
 

Année 3

 
 
 
 

Année 4

 
 
 
 

Année 5

 
 
 
 

Année 6

 
 
 
 

Année 7

 
 
 
 

Année 8

 
 
 
 

Année 9

 
 
 
 

Année 10

 
 
 
 

Année 11

 
 
 
 

Année 12

 
 
 
 

Année 13

 
 
 
 

Année 14

 
 
 
 

Prix de vente en 2007-2008 (cf. fiche des prix) - Noix ou fruit

- Autre ( )

Niveaux d'utilisation des semences, intrants, prix et coûts de la fumure et des traitements de l'anacarde ( ) durant la campagne 2007-08 (plantation respectivement exploitation

 

IT1

IT2

 

Description (quantités et type)

Coût unitaire

Coût/ha

Description

HJ/ha

FCFA/ha

Année de plantation

Semences ou plants

 
 
 
 
 
 

Autres

 
 
 
 
 
 

Années d'exploitation

Fumure minérale

 
 
 
 
 
 

Autre fertilisant

 
 
 
 
 
 

Traitements en

végétation

 
 
 
 
 
 

herbicides

 
 
 
 
 
 

Sacs

 
 
 
 
 
 

Autre

 
 
 
 
 
 

campagne 2007-2008

Temps et coûts de travaux standard de la culture d'anacarde ( ) dans la localité pour la

 

IT1

IT2

 

Description (quantités et type)

Coût unitaire

Coût/ha

Description

HJ/ha

FCFA/ha

Année de plantation

Désherbage

 
 
 
 
 
 

Défrichement

 
 
 
 
 
 

Trouaison

 
 
 
 
 
 

Préparation

 
 
 
 
 
 

semences ou plants

 
 
 
 
 
 

Semis ou plantation

 
 
 
 
 
 

Sarclage

 
 
 
 
 
 

Sarclage de saison sèche

 
 
 
 
 
 

Pare feux

Années d'exploitation

Sarclages

Fumure minérale

traitements

Récoltes

Transport

Mise en stock

Commercialisation

Autre 1

Autre 2

Total

Après avoir collecté ces données, restituer les pour calculer le revenu à l'hectare

V- Perception des normes

1-Avez-vous entendu parler des normes de qualité des noix de cajou? Oui Non

Si oui, qu'en savez vous ?

2- Comment en avez-vous entendu parler

Par formation au CeCPA

Par les collecteurs ou commerçants de noix de cajou Par autres canaux

3-Avez-vous reçu des formations sur les techniques culturales de l'anacarde? Oui Non
Si oui,

avant l'installation de la plantation Ou après l'installation de la plantation Par qui?

Pendant combien de jours ?
4-L'observance des normes de production de cajou accroît -elle la confiance des vos clients?

CA40 PA PD TD N

40 Complètement d'Accord

41 Partiellement d'Accord

42 Partiellement en Désaccord

43 Totalement en Désaccord

44 Néant

R45

...

5-Les normes de production aident-elles à la protection de l'environnement CA PA PD TD N

R 6-Le niveau de respect des normes de production dépend-t-il de la disponibilité des matériels? CA PA PD TD N

R 7-Le respect des normes de production augmente-t-il vos ventes exportables ? CA PA PD TD N

R
8-Le respect des normes réduit-il les coûts de production

CA PA PD TD N

R
9-Le respect des normes réduit-il les prix aux producteurs

CA PA PD TD N

R
10-Le respect des normes affecte-t-il la qualité des noix de cajou récoltées

CA PA PD TD N

R 11-Le respect des normes des commerçants exportateurs augmente-t-il le revenu de production? CA PA PD TD N

R
12-Le respect des normes profite-t-il plus à vos concurrents

CA PA PD TD N

R 13-La normalisation de la production renforce-t-elle l'habilité compétitive de votre exploitation CA PA PD TD N

R 14-La normalisation de la production crée-t-elle ou renforce-t-elle la coopération entre les exploitations?

CA PA PD TD N

45 Raisons

R

15-La normalisation de la production cause -t-elle une compétition positive sur le marché? CA PA PD TD N

R

16-Quel est votre grand problème dans la mise en oeuvre des normes de production? La langue de vulgarisation Le contenu technique

Le coût

Les informations sur les normes Les formations La méthode de vulgarisation Autres

17- Comment la formation sur les normes de production pourrait -elle être organisée dans le

futur ?

Fiches techniques imagées Fiches techniques en langue locale et imagée Formation continue

Suivi régulier des exploitations

18-Qu'est-ce qui d'autres, selon vous, affecte le respect des normes de production?

19-Quel genre de normes ou règlements pensez-vous crucial dans les 10 ans à venir? Normes nationales

Normes européennes Normes internationales

Normes volontaires ou normes des ONG Autres

VI- Conduite de la plantation

Choix du site

L'eau stagne-t-elle sur votre plantation? Oui Non

Préparation du sol

Avez-vous cultivé une fois d'autres cultures sur votre champ avant l'installation de la plantation ? Oui Non

Avez-vous fait des trous avant la mise en place des plants de cajou en terre ? Oui Non

Matériel végétal

Produisez-vous vous-même vos plants?

Si oui, décrivez le processus de sélection des

semences

Si non, où vous approvisionnez-vous ?

Est-il un pépiniériste formé par le programme de recherche forestière de l'INRAB ou par la SONAPRA? Oui Non

Mise en place de la plan tation

Quel écartement sépare deux plants? 10mx10m 10mx10m 10mx10m

Les plants ont-ils été installés par piquetage systématique ? Oui Non

Entretien et gestion de la plantation

Désherbage Oui Non

Ronds Oui Non

Non Non

Pare feu Oui

Taille de formation Oui

Elagage des gourmands Oui Non

Eclaircie Oui Non

Fumure Oui Non

Quelle fumure ?

Quelle dose par ha ?

Quelle source d'approvisionnement ?

Quelle fréquence ?

Quel est l'âge de la plantation à la première application de fumure?

Quel est l'âge de la plantation à la deuxième application de la fumure ?

Traitement phytosanitaire Oui Non

Si oui, quel(s) produit(s)

Date

Dose

Lieu d'approvisionnement

Récolte

Ramassage des fruits mûrs tombés Oui Non

Célérité du ramassage Oui Non

Les noix sont-elles immédiatement séparées des pommes? Oui Non

Cueillette prématurée des fruits sur l'arbre Oui Non Les noix malades/immatures sont-elles mélangées aux autres à la récolte ? Oui Non

Séchage

Le planteur dispose t-il d'une aire de séchage ? Oui Non

Si oui en quel matériau est-il fabriqué ?

Si non où sèche t-il les noix ?

Les noix sont-elles séchées à l'ombre ? Oui Non

Les noix sont-elles triées avant l'ensachage ? Oui Non

Les noix sont-elles ensachées par calibre ou taille égale ? Oui Non

Stockage

Emballage approprié dans des sacs de jute Oui Non

Marquage suivant la variété et le calibre Oui Non

Stockage en magasin Oui Non

Stockage sur palettes Oui Non

précédent sommaire