WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La problématique de l'intégration de l'Afrique face à  la multiplicité des organisations sous- régionales africaines

( Télécharger le fichier original )
par Timothée MBOMBO KASANKIDI
Université de Kinshasa - Licence 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2.La langue

La multiplicité de zones linguistique au sein de certains Organisations Sous-Régionales africaines constitue sans aucun doute un obstacle sérieux pour leur véritable intégration.

En effet, les dirigeants de tradition française se sentent à l'aise entre eux qu'en compagnie des anglophones, des arabophones ou des lusophones, vice versa.

Pour le professeur KABAMBA WA KABAMBA, la langue entant qu'elle, est un instrument de communication sociale pouvant assurer la compréhension mutuelle, véhiculer la culture, favoriser le développement des solidarités et la formation d'un patrimoine de conceptions communes, peut faciliter et accélérer le processus de l'intégration, mais elle ne le conditionne pas.103(*)

Du fait que plusieurs États se retrouvent dans les Organisations avec des langues différentes celles-ci entraineraient parfois des obstacles sur le plan communicationnel.

1.3.La stabilité politique interne fragile des États

L'instabilité de certains régimes africains et les multiples changements d'orientations qui résultent le plus souvent ne font que reculer l'échéance d'une véritable intégration dans la mesure où les nouveaux régimes font table rase des engagements interafricains antérieurs et, où les dirigeants en place se préoccupent plutôt d'asseoir leur autorité dans tout le pays que de dépenser leurs énergies à assurer les bases d'une véritable intégration.

L'influence très marquée des dirigeants sur toute décision tant nationale qu'internationale est aussi rattachée à l'instabilité politique. Beaucoup de régimes politiques africains sont dictatoriaux où les dirigeants politiques considèrent l'État comme un bien privé, c'est-à-dire l'État et la Nation s'identifient à la personne du Chef.

Cette situation engendre des conflits armés dans presque tout l'ensemble du continent africain ceux-ci constituent des inconvénients à l'intégration africaine. Il ya même les États africains qui se font la guerre entre eux.

SALIA TRAORE ajoute également que les accords signés sur décision politique, lors de la mise en oeuvre il y'a hésitation.104(*)

1.4.La lutte pour le leadership

L'ancien Secrétaire Général de l'OUA, EDEM KODJO avait structuré son option autour du concept de « pôles fédérateurs ».Il analyse l'intégration par le biais de certains États considérés comme « pôles fédérateurs ». Il s'agit de la RDC pour l'Afrique centrale, la RSA pour l'Afrique Australe, du Nigéria pour l'Afrique Occidentale et l'Éthiopie pour l'Afrique de l'Est.105(*)

Cette analyse d'EDEM KODJO fait aujourd'hui que chaque dirigeant africain, chaque État africain veut jouer le rôle de leadership et réaliser l'intégration autour de soi. Chacun se croit en devoir d'être fédérateur exclusif et propose son leadership. Personne n'est disposé à accepter celui d'un autre. Cette recherche du leadership bloque l'intégration comme le montre le cas de la SADC qui a été divisée sur sa politique étrangère lors de la guerre de 1998 en RDC. Le Zimbabwe et l'Angola ont décidé d'intervenir en RDC alors que l'Afrique du Sud qui jouait le rôle de Gendarme de l'Afrique Australe sous le parapluie de la SADC, s'y opposait et malgré son rôle officiel de médiateur, elle soutenait l'Ouganda et le Rwanda en fournissant des équipements militaires à ces deux pays engagés eux aussi dans la guerre en RDC, où ils étaient des adversaires du Zimbabwe et de l'Angola. Les relations entre l'Afrique du Sud et le Zimbabwe s'étaient détériorées davantage pendant cette période ; dans un tel contexte, la position de la SADC, en particulier celle de la RSA était difficile sinon délicate.106(*)

De même, la Fédération du Mali avait éclaté, entre autres causes, parce que MODIBO KEITA ne voulait pas de CEDAR SENGHOR à la présidence de la République.107(*)

Donc, ces situations de rivalité de leadership continental occasionnent des obstacles à l'intégration.

* 103 KABAMBA WA KABAMBA,G.,op-cit, p.143

* 104 TRAORE, S., La problématique de l'intégration régionale, conférence débat, mai, 2006, Bamaka, p.23

* 105 EDEM KODJO, cité par LABANA LASAY'ABAR, J.B., la politique étrangère de la RDC, éd.MES, Kinshasa, 2008, p.84

* 106 DIANGITUKWA, F., op-cit, p.64

* 107 KABAMBA WA KABAMBA, G.,op-cit, p.143

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.