WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effet de la méthode pliométrique sur l'amélioration de la puissance musculaire des membres inférieurs et de la vitesse chez les jeunes footballeurs

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Ali WERGHEMMI
Université de promotion formation recherche des sports de Besançon - Master 1 entrainement, management et ingénierie du sport 2013
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Université de Franche-Comté

U.P.F.R. Sports Besançon

Mémoire pour l'obtention du Diplôme de MASTER 1

Entrainement, Management et Ingénierie du Sport

Année Universitaire 2012-2013

Nom, Prénom : WERGHEMMI Medali

Directeur mémoire: RAVIER Gilles

Responsable du stage : BRENET Olivier

Effet de la méthode pliométrique sur l'amélioration de la puissance musculaire des membres inférieurs et de la vitesse chez les jeunes footballeurs

Sommaire

Chapitre I : Partie Théorique

I. La Pliométrie....................................................................................4

II. Importance de la puissance chez les footballeurs.........................................5

III. Importance de la vitesse chez le footballeur................................................6

Chapitre II : Partie méthodologique

I. Objectifs de travail..............................................................................9

II. Organisation et déroulement de l'expérimentation

1. Test utilisé..............................................................................10

2. Programme d'entrainement.........................................................11

III. Partie statistique................................................................................12

Chapitre 3 : Interprétation des résultats

Partie I : REPRODUCTIBILITE

I. Corrélation entre T0 et T1 « Test Z »........................................................14

Partie II : LA RELATION ENTRE LES DETERMINANTS DE LA PERFORMANCE

I. La Différence à T2 entre les U-15, U-17 et U-19..........................................22

II. Relation entre les Variables à T2.............................................................25

III. Effet de l'entrainement T1 et T2...............................................................26

IV. La perception de l'effort « CR10 de Borg »................................................30

Partie III : EFFET DE LA TREVE

I. Effet de trêve« T2 et T3 ».....................................................................32

II. L'analyse de variance..........................................................................36

Discussion................................................................................................41

Conclusion.................................................................................................43

Bibliographie..............................................................................................44

Annexe.....................................................................................................45


I. La pliométrie :

Dans la pratique du football nous avons remarqué que la majorité des actions s'exécutent avec une rapidité extrême et une puissance remarquable, donc les éducateurs s'efforcent à travailler et à développer les qualités de base chez leurs joueurs pour arriver à atteindre leurs objectifs. Ainsi il convient de bien adapter leurs contenus d'entraînements suivant les exigences physiques, les capacités et la catégorie d'âge de leurs joueurs. C'est pour cela que nous avons choisi cette étude pour présenter l'effet de la méthode pliométrique sur l'amélioration de la vitesse et de la puissance musculaire des membres inférieurs chez des footballeurs de différentes catégories.

En effet, des travaux récents ont montré que la nature dynamique de la pliométrie provoque le plus grand développement de la vitesse de contraction musculaire, donc de la puissance musculaire. De manière simple la pliométrie est un mode de travail musculaire (et non pas un régime de contraction) qui a pour caractéristique l'enchainement d'un étirement rapide suivi d'une contraction maximale.
Pour être plus précis, l'entrainement pliométrique utilise à la fois le réflexe d'étirements et les composantes élastiques du muscle. Dans l'exemple d'un saut en contrebas, type Drop-Jump, le saut en bas va provoquer l'étirement des muscles qui seront sollicités par la suite pour remonter. Cet étirement détecté par le corps entraine une augmentation de l'influx nerveux qui va solliciter un plus grand nombre de fibres musculaires, ce qui va augmenter la force et la vitesse de contraction des muscles. De plus cette pré-innervation va modifier l'élasticité des muscles. Enfin lors du contact au sol, les composantes élastiques du muscle restituent la tension et l'énergie emmagasinées qui s'ajoutent à l'énergie produite par la contraction musculaire.
Le principal intérêt de la pliométrie est donc de développer l'explosivité des joueurs.

Le travail de pliométrie va permettre :

· de développer des forces supérieures à la force maximale volontaire (1 fois et demi voire 2 fois la force maximale volontaire)

· de diminuer les inhibitions sur le réflexe myotatique. (Schmidbleicher, 1988)

· d'élever le seuil des récepteurs de Golgi.(Bosco 1985)

· d'améliorer la sensibilité du fuseau neuromusculaire.(Pousson 1988)

· de diminuer le temps de couplage (Bosco 1985)

· d'augmenter la raideur musculaire. (Pousson 1988)

Le schéma suivant proposé par G.Cometti résume les conséquences d'un travail en pliométrie.


L'entraînement pliométrique nécessite une force musculaire suffisante, une technique appropriée, une bonne intégrité articulaire et tendineuse, une grande maîtrise de l'intensité et de la quantité des exercices, une parfaite gestion de la récupération.

Chaque footballeur possède sa propre compliance ou raideur musculaire. Il est impératif de demander au joueur d'exploser pendant l'exécution des exercices de pliométries. A une certaine vitesse de contraction (environ 5 m/s), la fibre lente ne se contracte quasiment plus. A 8 m/s, la fibre lente peut alors avoir un effet néfaste sur la contraction musculaire. Les fibres lentes dans le muscle auraient un rôle freinateur notamment à cause de la surcharge pondérale. Le travail pliométrique doit donc être entrepris avec le souci de rester le moins de temps en contact avec le sol.

sommaire suivant






La Quadrature du Net