WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Comment la publicité peut-elle permettre à l'église chrétienne de retrouver une image forte et positive alors que la société actuelle est de plus en plus réfractaire aux dogmes et à leur présence dans les médias?

( Télécharger le fichier original )
par Lisa HEINRICH
Institut supérieur de communication et publicité ( ISCOM ) Paris - Master I 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

D. Les moyens à mettre en oeuvre

1. Un dispositif de relations presse

Les RP sont dans le cas présent la priorité et le support le plus adapté afin de transmettre un message dans un cadre d'échange et de pédagogie.

Depuis l'arrivée de Jean-Paul II, l'activité de relations publiques du Pape a eu un impact sans précédent ; on ne compte plus le nombre de pays visités, et la rencontre de plus de 1000 personnalités du monde politique a sans aucun doute permis de rasseoir la notoriété et la légitimité de l'Eglise dans l'imagination populaire.

251665408L'image du Pape actuel étant moins forte que celle de son prédécesseur, il convient de cibler les RP, non plus sur l'image d'une seule figure de l'Eglise, mais sur un ensemble de valeurs et sur l'implication des fidèles. Comme lors des JMJ, la présence du Pape doit être un avantage mais les évènements doivent rester centrés sur l'aspect communautaire et les valeurs véhiculées ainsi que la modernité des événements. Les JMJ sont un excellent exemple et l'on pourrait imaginer qu'un événement annexe puisse avoir lieu chaque année en France car ils permettent de réunir Eglise, Médias et Société, ce qui est chose rare.

2. Une présence accrue et réfléchie sur Facebook

251664384

Facebook est loin d'être un phénomène de mode en France, en effet le réseau social comptait plus de 24 millions d'utilisateurs en janvier 2012 dans l'hexagone. Près de la moitié des utilisateurs français se connectent chaque jour, ce qui en fait le deuxième site le plus visité de France après Google.

Ce réseau a un avantage certain : celui de rassembler tous les publics. Selon une étude Ifop effectuée en janvier 2010, on constate que 84% des 18-24 ans ont un compte Facebook, il en est de même pour 46% des 25-34 ans, 21% des 50-64 ans et enfin 15% des plus de 65 ans.

Facebook est devenu un véritable phénomène de société qui a introduit de nouvelles façons de communiquer et de s'informer tout en s'adaptant aux besoins du consommateur.

Une particularité majeure : faire passer l'interaction avant tout

Les partages de contenu sur Facebook sont différents d'un blog ou d'un site Internet car l'objectif premier n'est pas le contenu partagé mais le partage et la mise en relation, chacun peut devenir à la fois l'émetteur et le récepteur. La principale différence avec un site institutionnel réside dans le fait que la crédibilité ne passe pas par la notoriété de l'institution mais par l'étendue de son réseau (nombre d'amis, de fans).

La présence contrôlée de l'Eglise sur ce réseau est nécessaire pour deux raisons :

- une partie croissante de la population est sur Facebook

- il s'agit en quelque sorte d'un nouveau forum où tout le monde peut s'exprimer, l'Eglise y a logiquement sa place

Comme pour toutes les institutions, Facebook constitue un potentiel d'échange considérable, mais il faut prendre conscience des ses limites car aujourd'hui tout le monde peut transmettre, commenter et partager l'information. Il s'agit néanmoins d'une opportunité pour l'Eglise de rejoindre la cible jeune dans son univers et d'être crédible auprès d'elle en partageant le même moyen de communication.

Facebook peut devenir un lieu d'évangélisation puisque chaque contact peut devenir un prescripteur, il s'agit de le transformer en point de contact, d'écoute, d'accueil, par exemple pour ceux qui ne fréquentent pas l'Eglise, cela permettra aussi le partage de témoignages et d'expériences.

Selon une enquête du SNEJSE20(*) après des jeunes, 70% des 19-25 ans déclarent témoigner de leur foi ou évangéliser, principalement par Internet en partageant ou en relayant des contenus ; cela confirme la place que l'Eglise doit occuper sur le premier réseau social.

L'objectif principal d'une présence renforcée sur Facebook est d'adopter une posture d'écoute et de dialogue, notamment grâce aux commentaires sur les murs et les actualités, qui permettront d'appréhender et de comprendre les attentes et les questionnements des jeunes. Cela ne signifie pas la disparition des sites institutionnels, mais la complémentarité du contenu des sites et du contenu partagé.

Facebook correspond aussi à un besoin d'appartenance et de reconnaissance qui va de pair avec les valeurs de l'Eglise, ce qui offre la possibilité de renforcer les liens entre ses membres et de permettre de nouvelles rencontres. Afin de gérer le contenu et de répondre à l'objectif, le community manager a un rôle crucial à jouer, il doit être à l'écoute de ses membres et apporter la réponse à leur demande, il doit aussi utiliser le langage adapté à la cible jeune (exemple de la page du diocèse d'Evreux : « une rando déjantée qui donne les clés pour s'engager »), enfin, il doit être en veille permanente pour s'adapter à l'évolution du réseau et de ses membres.

La page Facebook la plus populaire de l'Eglise catholique ciblant les jeunes est aujourd'hui la page des JMJ ; la nécessité de la création d'une autre page Facebook pour les jeunes et non liée à un événement réside dans le fait que les jeunes oseront plus difficilement poser des questions personnelles sur leur foi sur le mur d'un événement, d'autant plus qu'ils ne savent pas précisément qui est derrière cette page.

Il faut donc créer une page Facebook destinée aux jeunes, avec un ou plusieurs administrateurs reconnus, afin que les jeunes qui ont des questionnements puissent savoir à qui ils s'adressent et que ces personnes aient une certaine légitimité à répondre à leurs interrogations. Le contenu partagé sur cette page servira à guider à la fois les personnes en recherche, mais aussi les jeunes fidèles.

L'enjeu est aussi de centraliser le contenu des différentes pages déjà existantes, qui diluent le message par leur trop grand nombre.

Le deuxième objectif est de continuer à relayer les événements à destination des jeunes par l'intermédiaire de Facebook, en effet, un événement Facebook peut avoir plus d'impact qu'une affiche ou une campagne de tractage, et ce à moindre coût.

* 20 SNEJSE : Le Service national pour l'évangélisation des jeunes, scolaires et étudiants

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy








"Ceux qui rêvent de jour ont conscience de bien des choses qui échappent à ceux qui rêvent de nuit"   Edgar Allan Poe