WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des boues de vidange en milieu urbain au cameroun: CSA de la ville de Bafoussam

( Télécharger le fichier original )
par Celestin DEFO
Universite de Dschang - Master of Science 2006
  

sommaire suivant

FICHE DE CERTIFICATION DE L'ORIGINALITE DU TRAVAIL

Je soussigné, Monsieur DEFO Célestin, atteste que la présente thèse est le résultat de mes propres travaux de recherche effectués dans la ville de Bafoussam, chef lieu de la province de l'Ouest Cameroun sous la direction du MANJELI Yacouba, Professeur à la FASA et de l'encadrement technique du Dr FONKOU Théophile, Chargé de cours au Département de Biologie Végétale à l'Université de Dschang. Cette thèse est authentique et n'a jamais été présentée pour l'acquisition de quelque grade universitaire que ce soit.

NOM ET SIGNATURE DE L'AUTEUR

M. DEFO Célestin

Date :............................

VISA DU DIRECTEUR VISA DE L'ENCADREUR

Date :............................ Date :............................

VISA DU CHEF DE DEPARTEMENT

Date :............................

FICHE DE CERTIFICATION DES CORRECTIONS APRES SOUTENANCE

La présente thèse a été revue et corrigée conformément aux observations du jury.

Visa du Directeur Visa du Membre du Jury

Date...........................

Date :..................

Visa du Président du jury Visa du chef de département

Date.................... Date............................

DEDICADE

A :

Mon cher Papa : Sob Valentin qui a consenti tous ses efforts pour mon éducation, en m'inculquant l'esprit de persévérance et l'amour au travail.

Ma chère maman Noumsi Marceline : Ceci est le fruit de ta tendresse

infinie, de ton soutien moral et matériel que tu as toujours manifesté à mon égard.

REMERCIEMENTS

Ce travail a trouvé sa dimension scientifique grâce à la contribution d'un certain nombre de personnes qui m'ont permis d'atteindre mes objectifs de recherche.

J'exprime ainsi ma profonde gratitude :

- Au Pr Manjeli Yacouba qui, malgré ses multiples occupations, a accepté de diriger ce travail et a entretenu une collaboration chaleureuse avec l'équipe jusqu'à son terme.

- Au Dr Fonkou Théophile pour l'encadrement chaleureux, son ardeur au travail et la disponibilité qu'il a toujours manifesté tout au long de ce travail.

- Aux Dr Kamgaing Théophile, Dr Nono Alexandre et Dr Omoko Michel pour leur assistance et précieux conseils qui ont été pour moi de véritables catalyseurs.

- A M. Pounde René pour son assistance permanente, ses précieux conseils, son apport documentaire et logistique.

- A Monsieur Nguifo Etienne, Chef de service de l'hygiène à la commune urbaine de Bafoussam pour l'accueil qu'il m'a réservé dans ses services pendant le stage et pour la documentation qu'il m'a fourni. Tous ses collaborateurs se trouvent aussi ici remerciés. Il s'agit de : M. Wabo, Ndji, M. Chembong, Mme Cathy etc.

- Madame Tchekoulong, Chef de service technique à la commune urbaine de Bafoussam

Je remercie aussi toutes les personnes qui m'ont apporté une assistance morale et financière. Il s'agit :

- Des familles Nyotué de Garoua, Fotso de Banyo et Kahkaping de Mayo Darlé, Kuate de Douala et Kamga de Bandjoun et de ma grand-mère Moche Lucienne de Bafoussam.

- De mon grand frère Mabou Paul Blaise, doctorant en Géographie à l'université de Yaoundé I pour l'orientation et le soutien qu'il a toujours manifesté à mon égard.

- De tous mes frères et soeurs : Léopold Wabo pour son assistance financière, Valery Kengne, Ruphine Moche, Kuate. D Guy Simplice, Merlin Foko et Patou.

- Monsieur Adama Philémon pour son hospitalité, son soutien moral et matériel, son assistance tout au long de la formation.

Je voudrais aussi bien payer tribut :

- A Madame Nyotue Clotilde, Madame Fotso Bernadette et Maman Cécile.

- A tous mes camarades de la troisième promotion du cycle de Master of Science en Gestion de l'Eau : Aminou Bouba Kaou, Kamegne Chrestien, Gouafo Casimir, Baok Gisèle, Fomukom Gilbert, Dondji Fongou, Kum Sylvester Beng.

- A tous mes amis : Noubissi Tagne Samuel, Cyrille Sadeu, Tanguenang, Sidje Tesso. E, , Jean Rodolphe Chouna, Mamtsaï, Armelle Dongmo, Henry Ngapout, Nadine Sylvie Nankeu, Cyrille Simo, Nelly Mepah Sielenou et Felix Meutcheyie.

- M. Wafo Bernard Guy pour son assistance et apport logistique.

- Maman Massudom Jaqueline, Madame Bopda Suzanne et Madame Dongmo Agnès pour leur hospitalité.

- Madame Tabouopda. V, M. Defo Moyou et M. Defo Joseph Jules pour leur assistance et leurs conseils.

Que toutes les personnes qui ont contribué à la genèse de ce document et dont les noms ne figurent pas sur cette liste se trouvent ici remerciées !

RESUME

L'étude a été conduite de juillet à décembre 2005 dans la ville de Bafoussam, chef lieu de la province de l'Ouest Cameroun. L'objectif global était de contribuer à l'amélioration de la gestion des boues de vidange dans cette ville. Il s'agissait plus spécifiquement d'analyser l'influence des caractéristiques socioéconomiques de la population sur la gestion des boues de vidange et le rôle des acteurs intervenant dans la chaîne d'assainissement, d'évaluer les techniques de gestion actuelle, de caractériser les boues de vidange, d'apprécier leur impact sur la population du site de décharge, d'en déduire les principales contraintes et de proposer des solutions. Pour ce faire, les documents disponibles, les observations directes, les fiches d'enquête et le laboratoire ont été utilisés. Les quartiers de la ville de Bafoussam ont été divisés en trois catégories (aisés, mixtes et défavorisés), en fonction de leur niveau d'hétérogénéité et de la densité des populations. Les principaux résultats ont montré que : la population de Bafoussam est constituée en majorité des chefs de ménages hommes dans tous les quartiers (73,6 %), âgés de plus de 40 ans (89,0 %), mariés (81,0 %), de religion chrétienne dominante (83,0 %), dont plus de 50 % ont reçu une formation au delà du secondaire. Les activités professionnelles libérales sont prédominantes dans les quartiers défavorisés (52,0 %) et le quartier mixte (48,0 %) alors que les quartiers aisés regorgent beaucoup plus de salariés et de retraités (80,0 %). L'ethnie Bamiléké est dominante avec une forte proportion dans le quartier mixte (84,0 %). La taille de la famille est plus élevée (6 à plus de 12 personnes) dans les quartiers défavorisés (66,7 %) et mixte (80,0 %), mais plus faible (0 à 6 personnes) dans les quartiers aisés (91,7 %). Les revenus mensuels varient du faible (0 à 30000 FCFA) dans les quartiers défavorisés et le quartier mixte au fort (plus de 90000 FCFA) dans les quartiers aisés. L'utilisation du matériau local (brique de terre) est plus caractéristique des quartiers défavorisés (58,3 %) alors que les logements en dur sont plus fréquents dans les quartiers aisés et le quartier mixte avec 83,4 % et 72 % respectivement. Plusieurs acteurs interviennent dans l'assainissement de la ville de Bafoussam : la commune urbaine, les délégations ministérielles, les Organisations Non Gouvernementales et les entreprises privées. Dans tous les quartiers étudiés, les boues de vidange sont gérées de manière autonome dans deux types d'ouvrages : les fosses septiques (49 %) et les latrines (59 %). Les latrines peuvent avoir des dalles en ciment (97 %) ou en bois (3 %). La vidange de ces fosses est effectuée par deux camions de 6 m3 dont l'un appartient à la commune urbaine et l'autre à une entreprise privée. Les concentrations physico-chimiques des boues sont très élevées (Demande Chimique en Oxygène : 60500 mg/l ; Azote Ammoniacal (NH4+):1472,92 mg/l ; Phosphate (PO43- ):1044,85 mg/l). Les boues sont déversées après vidange sans traitement au bord de la rivière Noun. Elles constituent une source de plusieurs nuisances à la population environnante (odeurs, moustiques, maladies...). Les principales contraintes qui entravent la gestion des boues de vidange sont nombreuses. Au niveau de la population : faible revenu, ignorance de la réglementation en matière de vidange des boues, absence de connexion au réseau d'adduction d'eau, accès difficile aux quartiers, mauvaise utilisation des ouvrages sanitaires (dépôt d'objets solides ou plastiques, fermetures des fosses sans vidange...). Au niveau de la commune urbaine : manque de cadres techniques, contrôle irrégulier d'hygiène et de salubrité, mauvais entretien des camions et motivation insuffisante des vidangeurs, procédé administratif long et compliqué d'octroie du camion. Au niveau des délégations ministérielles et les Organisations Non Gouvernementales : conflits de rôles, moyens financiers limités et manque de personnels techniques. Au niveau de l'entreprise privée : coûts élevés de vidange et modicité de logistiques. Des efforts devraient être faits pour lever les contraintes ci-dessus relevées et la construction d'une station d'épuration des boues de vidange devrait être envisagée.

ABSTRACT

This study was conducted in Bafoussam, capital of the West province in Cameroon, and stretched from July to December 2005. The principal objective of the study is to improve the management of faecal sluge of this town. Most specially, the study takes an indepth analysis of the influence of socioeconomic implication of population on issues related to the management of the feacal sludge. It further examines the role of stakeholders in the domain of sanitation, evaluate present management techniques, analyse the physico-chemical characteristics of the the faecal waste, examines their impact on the population of the dumping site, design of waste disposal system, deduce the main constraints and propose solutions. Realizing these necessited the consultation of available documents, direct observations on the field, administration of questionnaires and laboratory analysis. Quarters in Bafoussam were divided up into three categories: rich, mixed and slums. This was done in function of the heterogeneity and population density of the quarters. The main results revealed that the population of Bafoussam is made up of mostly men(73.6%) as householdheads, householdheads of more than 40 years constitute 89% of the total population, those married 81%, those who attend the dominant Christian religion 83% of which more than 50% have attended school beyong secondary level. Those whose occupation is tertiary sectormostly live in slums (52%), those in mixed quarters (48%) which the rich quarters mostly host retired and senior civil servants. The Bamileke people dominate in mixed quarters (84%). Householde size in slums range from 6 to more than 12 persons and constitute 66.7%, in mixed quarters this constitute 80%. But, in rich quarters, household size range between 0 to 6 persons and this constitute 91.7%. Monthly incomes vary from low (0 to 30 000 FCFA) in slums and mixed to high (>90 000FCFA) to rich quarters. About 58.3%of houses in slums are constructed with the use of local materials (tricks) while 83.4% and 72% of houses in the affluent and mixed quarters are constructed with blocks respectively. There are many stakeholders in the domain of sanitation in Bafoussam. They include: the urban council, Provincial delegations of ministries, NGOs and private enterprises. In all the quarters studied, faecal sludge is managed autonomously in two ways: in septic tanks (49%) and in latrines (59%). It was observed that, 97% of latrines had cemented floors while 3% had wooden floors. Emptying these pits is done by two tanker vehicles of 6m3 each of which one belongs to the urban council and a private enterprise. The physic-chemical concentrations of these faeces are so high (Chemical Demand in Oxygen 60500 mg/l; Amoniacal Nitrogen (NH4+): 1472.92 mg/l; Phosphate (PO43- ): 1044.85mg/l). these faeces emptied from pits are dumped along the banks of river Noun without treatment. They therefore pose as a threat to the surrounding population in their poor odors, diseases and breeding ground to mosquitoes.

Feacal sludge management is compounded by many constraints in Bafoussam. At the level of the population, low incomes, ignorance in the regulation of faecal sludge, the absence of pipe borne water, difficult accessibility into the quarters, poor use of sanitation equipment (use of solids or plastic objects, closing the toilette without flushing...) all render the management of faecal sludge difficult. At the level of the urban council, we have lack of technical expertise, irregular control of hygiene and salubrity, poor maintenance of tanker vehicles and no motivation (no risk allowance) to the workers, administrative bottlenecks in the release of tanker vehicles. At the level of provincial delegations of ministries and NGOs, we have conflicts of interest, limited financial means and inadequate technical personnel. At the level of private enterprises: high cost of of emptying pits, out moded logistics. There are continuous efforts to overcome above mentioned constraints. More over a project of construction of a station of treatment would be erected.

SOMMAIRE

FICHE DE CERTIFICATION DE L'ORIGINALITE DU TRAVAIL................................

i

FICHE DE CERTIFICATION DES CORRECTIONS APRES SOUTENANCE ...................

ii

DEDICACE...... .............................................................................................

iii

REMERCIEMENTS..........................................................................................

iv

RESUME.......................................................................................................

vi

ABSTRACT....................................................................................................

viii

LISTE DES ABREVIATIONS..............................................................................

x

SOMMAIRE...................................................................................................

xi

LISTE DES FIGURES, DES TABLEAUX ET DES FIGURES.......................................

xiv

CHAPITRE I : INTRODUCTION

 

1.1 Généralités ...............................................................................................

1

1.2 Position du problème ...................................................................................

1

1.3 Objectifs....................................................................................................

2

1.3.1 Objectif global......................................................................................

2

1.3.2 Objectifs spécifiques........................................................................

2

CHAPITRE II : REVUE DE LA LITTERATURE.

 

2.1 ESSOR DES VILLES DANS LES PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT.................

3

2.1.1 Explosion urbaine....................................................................................

3

2.1.2 Causes de l'explosion urbaine......................................................................

3

2.1.3 Crise urbaine..........................................................................................

3

2.2 ASSAINISSEMENT URBAIN AU CAMEROUN..................................................

3

2.2.1 Contexte général......................................................................................

3

2.2.2 Contexte légal........................................................................................

5

2.3 EAUX USEES.............................................................................................

6

2.3.1 Origine des eaux usées..............................................................................

6

2.3.2 Traitement des eaux usées...........................................................................

6

2.3.2.1 Méthodes conventionnelles..................................................................

6

2.3.2.2 Méthodes naturelles..........................................................................

6

2.4 BOUES D'EPURATION................................................................................

7

2.4.1 Origine des boues....................................................................................

7

2.4.2 Différents types de boues...........................................................................

8

2.4.2.1 Boues physico-chimiques...................................................................

8

2.4.2.2 Boues biologiques............................................................................

8

2.4.2.3 Boues de vidange.............................................................................

8

2.4.2.3.1 Composition des boues de vidange.................................................

8

2.4.2.3.2 Mode de transmission des maladies par les boues de vidange..................

10

2.4.2.3.3 Contexte de gestion des boues de vidange au Cameroun........................

11

2.4.2.3.4 Mode de gestion de boues de vidange.............................................

11

2.4.2.3.5 Conséquences de rejet des boues de vidange......................................

18

2.5 INSTALLATIONS SANITAIRES.....................................................................

19

2.5.1 Assainissement collectif.............................................................................

19

2.5.2 Assainissement individuel ou autonome..........................................................

19

2.5.2.1 Types de latrines..............................................................................

19

2.5.2.2 Installations septiques........................................................................

19

CHAPITRE III: MATERIELS ET METHODES

 

3.1 PRESENTATION DE LA ZONE D'ETUDE.........................................................

21

3.2 CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DE LA POPULATION....................

23

3.2.1 Délimitation et définition des quartiers échantillonnés..........................................

23

23

3.2.2 Choix des ménages .................................................................................

24

3.2.3 Collete des donnees .................................................................................

25

3.3 ROLES DES ACTEURS DE LA CHAINE D'ASSAINISSEMENT.............................

25

3.3.1 Identification des acteurs de la chaine d'assainissement à Bafoussam.......................

25

3.2.2 Roles des acteurs dans l'assainissement.........................................................

25

3.4 EVALUATION DES TECHNIQUES DE GESTION DES BV....................................

25

3.4.1 Prise de contact avec les services de vidange...................................................

25

3.4.2 Techniques de vidange et collecte des donnees.............................................

25

3.5 CARACTERISTIQUES PHYSICO-CHIMIQUES DES BV.......................................

25

3.6 IMPACT DES BV SUR LES POPULATIONS DU SITE DE DECHARGE...................

26

3.7 CONCEPTION D'UNE STATION D'EPURATION............................................

26

3.7.1 Bassin de reception.................................................................................

26

3.7.2 Bassins de sédimentation/épaaississement.......................................................

27

3.7.3 Lits de séchage.......................................................................................

28

3.8 ANALYSE STATISTIQUE.............................................................................

28

CHAPITRE IV: RESULTATS ET DISCUSSIONS

 

4.1 CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES DES POPULATIONS....................

29

4.2 ROLE DES PRINCIPAUX ACTEURS DE LA CHAINE D'ASSAINISSEMENT............

31

4.2.1 Commune urbaine...............................................................................

32

4.2.2 Délégations ministérielles et ONG.................................................................

32

4.2.3 Etablissement KINMO..............................................................................

33

4.3 TECHNNIQUES DE GESTION DES BOUES DE VIDANGE....................................

33

4.3.1 Les ouvrages d'assainissement autonome.........................................................

33

4.3.2 Techniques, fréquences et coûts de vidange des boues à Bafoussam.........................

34

4.3.2.1 Techniques de vidange.......................................................................

34

4.3.3.2 Fréquences de vidange.......................................................................

36

4.3.3.3 Coûts de vidange.............................................................

36

4.3.3.4 Quantités de boues pompées par les camions par an.................................

37

4.4 CARACTERISTIQUES PHYSICO-CHIMIQUES DES BOUES DE VIDANGE...............

37

36

4 .5 IMPACT DES BOUES DE VIDANGE SUR LES POPULATIONS DE LA DECHARGE .

DECHARGE..............................................................................................

39

37

4.6 STATION D'EPURATION............................................................................

40

4.6.1 Dimensionnement des ouvrages................................................. ..................

40

4.6.1.1 Bassin de sédimentation/épaaississement...............................................

40

4.6.1.2 Lits de séchage..............................................................................

40

4.6.3 Fontionnement de la station...........................................................................

41

4.7 PRINCIPALES CONTRAINTES......................................................................

43

4.7.1 Au niveau de la population.........................................................................

43

4.7.2 Au niveau des acteurs................................................................................

45

4.7.2.1 Commune urbaine...........................................................................

45

4.7.2.2 Délégations ministérielles et ONG.........................................................

46

4.7.2.3 Etablissement KINMO......................................................................

47

4.7.3 Au niveau des techniques de gestion des boues de vidange....................................

47

CHAPITRE IV: CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

 

CONCLUSION................................................................................................

48

RECOMMANDATIONS....................................................................................

49

BIBLIOGRAPHIE.............................................................................................

51

ANNEXES

 

Annexes 1 : Fiche d'enquête socio-économique sur la gestion des Boues de Vidange à

Bafoussam.......................................................................................

54

Annexes 2 : Questionnaire adressé aux populations du site de décharge..............................

59

Annexes 3 : Tableaux de dénombrement..................................................................

60

LISTE DES ABREVIATIONS

BV

: Boues de Vidange

CIPCRE

: Cercle International pour la Promotion de la Création

CEREHT 

: Centre de Recherche et d'Etude sur les Hautes Terres

ERA

: Environnement Recherche Actions

DCO

: Demande Chimique en Oxygène

FASA

: Faculté d'Agronomie et des Sciences Agricoles

FIDEPE 

: Fondation Internationale pour le Développement, l'Education, l'Entrepreunariat et

la Protection de l'Environnement.

à la Saisie.

IAGU

: Institut Africain de Gestion Urbaine

Endogène et Rural.

MEF

: Ministère de l'Environnement et de la Faune

.

MES

: Matières En Suspension

MAETUR

: Mission d'Aménagement et d'Equipement des Terrains Urbains et Ruraux

MINDUH

: Ministère du Développement Urbain et de l'Habitat

MINUH

: Ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat

.

MINEE

: Ministère de l'Eau et de l'Energie

de la province de l'Ouest.

MINMEE

: Ministère des Mines, de l'Eau et de l'Energie

et des Hauts plateaux

MINPLADAT 

: Ministère de la planification, du Développement et de l'Aménagement du

Territoire

.

MINPRONAT

: Ministère de l'Environnement et de la Protection de la Nature.

MS 

: Matières Sèches

MVS

: Matières Volatiles Sèches

NT 

: Azote Total

des Synergies d'Action de Développement.

OCALUCH

: Organisation Sociale d'Appui aux Processus de Développement et de la

Communication.

.

ORISAD

: Organisation Internationale pour la Santé et le Développement.

PACCDU

: Programme d'Appui aux Capacités Décentralisées et du Développement Urbain

PM

: Premier Ministre

PR 

: Pas de Réponse

.

SANDEC

: Département Suisse pour l'Eau et Assainissement dans les Pays en Voies de

Développement

STD

: Solids Total Dissolved

sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.