WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion du risque opérationnel par le contrôle interne au sein du secteur bancaire: cas de la société générale de Mauritanie

( Télécharger le fichier original )
par Oumar Sileye Diallo
Ehesicom - Master en audit et contrôle de gestion 2015
  

sommaire suivant

Introduction générale

Au cours de ces dernières années l'environnement économique et financier a connu de perpétuels changements stratégiques. En grande partie marqué par la mondialisation et les crises économiques, le système bancaire Mauritanien doit faire face à de nombreux changements. C'est pourquoi il est question d'évoquer la notion du risque qui impacte la survie de l'entreprise.

Les évolutions technologiques et économiques ont influé sur la pratique de l'audit interne qui doit évaluer l'efficacité des dispositifs du management du risque. La priorité des entreprises aujourd'hui est, d'améliorer le contrôle interne sous une surveillance permanente, pour maîtriser les risques liés à l'activité. Si un problème échappe au contrôle, l'entreprise devient l'ennemi de ses clients, des citoyens ; elle risque donc une faillite. Malgré la mise en place de ces stratégies, plus de la moitié des banques ont disparu ces vingt dernières années dans le monde. Ces faits montrent clairement l'importance des risques que subissent les établissements de crédit au quotidien

De nos jours, une nouvelle variable s'est introduite dans la prise de décision : il s'agit du risque qui, désormais, reste la préoccupation majeure des dirigeants. Vu mon orientation professionnelle, notre choix porte sur l'étude d'un thème d'audit traitant la gestion du risque opérationnel par le contrôle interne au sein du secteur bancaire. Car tout simplement le contrôle interne est l'outil le mieux indiqué puisqu'elle représente un moyen d'évaluation et de maîtrise des risques.

Le risque bancaire est l'un des causes majeures de la volatilité des résultats de l'établissement de crédit qui sont exposés à des multitudes de dysfonctionnements qui peuvent entraîner leur défaillance et leur position sur le marché. Ainsi le référentiel comptable international dit COSO définit un risque comme un événement pouvant affecter la bonne marche des entreprises.

Au sein du milieu bancaire cette notion de risque est omniprésente et à toujours exister. En cela il y' a une multitude de dangers pouvant nuire à l'activité d'une banque et certains analystes distinguent huit classes de risque comme suit :

«  Le risque commercial, le risque informatique, le risque opératoire, le risque juridique et fiscal, le risque politique, le risque de concurrence, le risque d'environnement et le risque des ressources ».

Ces derniers peuvent se regrouper en deux grands types de risques tels que les risques financiers et ceux non financiers dit « Risques opérationnels ». Le premier regroupe trois aspects tels que les risques de liquidité, de marché (taux de change, perte de valeur sur les instruments financiers), et de crédit (incapacité des clients ou autres acteurs de la banque à respecter leurs engagements sur les sommes empruntées).

Le second lui, inclut les risques de pertes ou de sanctions du fait de fraudes, de défaillances de procédures, de faiblesse dans le système d'information, d'évènement externe à l'entreprise ou encore à de mauvaises exécutions d'opérations.

Les risques étant multiples et variés, nous limiterons notre analyse au risque opérationnel. Celui-ci est à l'origine de lourdes pertes estimées à des centaines de milliards de dollars sur les 10 dernières années. A cet effet, et pour faire face aux exigences règlementaires, les autorités prudentielles imposent à tous les établissements bancaires depuis 1997 (CRBF)1(*), de mettre en place un service de contrôle interne.

Malgré ces mesures, le contrôle interne est très souvent contredit du fait de ces quelques défaillances. Pour un grand nombre de cas, ces derniers sont relatifs aux risques opérationnels remettant ainsi en cause l'efficacité de ce dispositif et nous amènes à nous poser la question suivante :

Comment le contrôle interne permet-il de gérer efficacement le risque opérationnel au sein du secteur bancaire ?

Notre question de recherche, comme nous l'avons présenté est d'un intérêt certain puisque celle-ci s'inscrit en plein coeur de notre formation (master audit et contrôle de gestion) qui conduit aux métiers d'auditeurs et de contrôleurs de gestion. Le stage de fin d'étude s'effectuant à la Direction du Secrétariat Général et plus précisément au sein du service de la surveillance permanente est pour moi un véritable atout pour répondre à cette problématique.

Pour répondre à cette interrogation, nous consacrerons dans une première partie une présentation détaillant théoriquement le concept du contrôle interne et la notion du risque opérationnel. La seconde partie exposera la réponse de la problématique, les déficiences que rencontre le contrôle interne pour une meilleure gestion du risque opérationnel en passant par les limites qu'il rencontre. La troisième partie de ce mémoire concernera le cadre pratique au sein de la Société Générale Mauritanie.

* 1Comité de la Règlementation Bancaire et Financière est une institution fixant des prescriptions au secteur bancaire en suivant les orientations définies par le gouvernement. Ce comité fixe notamment les normes en matière de prudence, ou encore organise le marché interbancaire.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy