WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Administration publique et le développement socio-économique. Cas de la ville de Lubumbashi


par Georges Makema Kasongo
université de Lubumbashi - Gradué en Science Politique et Administrative  0000
  

sommaire suivant

EPIGRAPHE

«L'abondance est le fruit d'une bonne administration »

Jean JAURES.

DEDICACE

Aux autorités politico administratives ;

A mes parents : MAKEMA KALONDA Floribert et Ivonne KASONGO.

A l'élite intellectuelle ;

A mes frères et soeurs,

A tous ceux qui bâtissent la nation congolaise.

MAKEMA KASONGO Georges

251659776

AVANT PROPOS

Le travail que nous présentons aujourd'hui est le fruit de 3 années d'étude au département des Sciences Politiques et Administratives à l'Université de Lubumbashi UNILU en cycle. Qu'il me soit permis d'honorer le dévouement au travail du directeur de ce travail de fin de cycle, le chef de travaux John KIPINDULA MWIMBI qui a suivi avec habilité les différentes étapes de notre recherche, imprimant à ce travail le caractère scientifique. Si ce travail à quelque mérite, c'est à lui qu'il le doit avant tout.

Je remercie sincèrement tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, m'ont aidé durent les trois années. Il s'agit sans être exhaustive de différents formateurs et de mes collègues de la faculté des Sciences Sociales Politique et Administratives : KUMAKELE NGANGOLO Paulin, CINYAMA MWELA Modeste.

Je témoigne aussi un signe de reconnaissance à mon cher père MAKEMA KALONDA Floribert, à ma chère mère KIBAMBO KASONGO Yvonne, à toute la famille MAKEMA : Bernadette MAKEMA, John MAKEMA, Dauphin MAKEMA, Marcel MAKEMA, et ma jeune soeur Thérèse MAKEMA, à mon oncle Dominique KALUNGA et son épouse Djo MANDA, à ma tente Blandine MUSINDO et son époux Jean MULAPI pour l'encouragement, le soutien financier, moral, technique qu'ils m'ont apporté durent ces 3 ans d'études. Enfin, nous remercions les autres personnes qui ont apporté leurs contributions à la réalisation de ce travail et dont les noms n'ont pas été cités. Qu'elles sachent que le silence n'est pas synonyme d'oubli.

Nous souhaitons que ce travail puisse susciter, stimuler d'autres chercheurs et le dépasser. C'est la récompense que nous en escomptons.

INTRODUCTION

I. PROBLEMATIQUE ET HYPOTHESES

1. PROBLEMATIQUE

La problématique est l'ensemble des questions qu'une science ou une philosophie se pose relativement à un domaine particulier.1(*)

Elle est aussi définie par J.BACHLER comme une explication donnée à une ou plusieurs questions qu'un chercheur se pose.2(*)

Selon MULUMBATI NGASHA Adrien, elle peut êtredéfinie également comme « un ensemble construit autour d'une question principale des hypothèses et des lignes qui permettront de trouver le sujet ».3(*)

Pour notre part nous définissons la problématique selon QUIVY et VAN CAMES H., qui définissent la problématique comme l'approche ou la perspective théorique que l'on décide d'aborder pour traiter le problème posé par la question de départ4(*).

En observant avec attention la vie quotidienne d'une société normale, non bouleversée par des catastrophes ,nous découvronscependant des actes et des comportements administratifs capables de nous rassurer sur la vie administrative congolaise en général et en particulier celle de la ville de LUBUMBASHI ,car autour de ces services administratifs, ce ne sont que les corruptions, le favoritisme, etc... qui dominent.

En mettant en évidence les difficultés d'ordre organisationnel, matériel et structurel...dans lesquels le système administratif se trouve, nous remarquons que toute révolution politique connait un moment exceptionnel et cela a toujours une influence sur l'administration publique qui est indubitablement son appareil d'exécution.

En recherchant àréaliser les intérêts personnels et gloutonsau détriment des intérêtspublics, cette situation rend de plus en plus la population dans l'état d'abandon car toutes les actions posées par les autorités publiquesne parviennent pas àrésoudreles problèmes de la population lushoise.

Eu égard à ce qui précède,partant de notre analyse et de nos constats, nous pouvons résumer notre préoccupation dans la question suivante :

Quel peut-être le rôle que l'administration public doit remplir pour un développement socio-économique de la population lushoise ?

* 1 Le Larousse de poche, Paris, 2002, p.625

* 2 BACHLER J .Le phénomène révolutionnaire, Paris, PUF, 1971, p.14

* 3 MULUMBATI NGASHA, manuel de sociologie générale, Lubumbashi éd. Africa, 1981, p.466

* 4 QUIVY et VAN Hondt., Manuel de recherche en sciences sociales, Bordas, Paris, 1998, p.85.

sommaire suivant