WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse critique de la presse audiovisuelle lushoise. Cas de la radio télévision canal Lubumbashi.


par Grace KABEY MUTEB END NEND
Institut Supérieur Interdiocesain Monseigneur MULOLWA - De graduat en Communications Sociales / Presse et Journalisme 2015
  

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

0.1. PRESENTATION DU SUJET

L'idée selon laquelle les médias favorisent une plus grande démocratisation (participation de tous au débat public) se base sur le concept de médias de masse (compris comme médias grand public à large diffusion). Cependant, la Radio et la Télévision, étant en communication, des médias les plus consommés, de par leur capacité de diffusion à distance, font appel tant dans le journal télévisé que parlé à certaines exigences, dont la Radio Télévision Canal Lubumbashi (RTCL) est censée tenir compte dans l'exercice de ses activités journalistiques. Cependant, le bilinguisme rédactionnel (script en français et le V.T.R en swahili) constituant l'enrobée d'un JP ou JT devient un frein au décodage du message par le public (auditeurs et téléspectateurs) afin de générer une opinion publique, fondement de la démocratie, socle du développement.

Le problème se pose par la diversité de goût du public et la multiplicité de tâches à accomplir, partant de la déontologie.

Il est certes difficile de répondre adéquatement au besoin de tous les auditeurs ou téléspectateurs dans une même émission, sachant que chacun a ses goûts, ses préférences...

Le problème ici n'est pas de satisfaire tout le monde et chacun dans toutes ses dimensions mais de répondre si pas en grande partie, alors tant soit peu aux aspirations du public, celle d'être informés, au sens réel du terme lors du journal tant parlé que télévisé. Cela implique en toute clarté la qualité de l'information qui dépend exclusivement de la manière dont on fait la collecte des nouvelles, les traitements et la diffusion au regard des règles du jeu ou du métier. Nous nous proposons en définitive d'étudier concrètement si la RTCL, dans l'élaboration de sa grille de programmes, tient compte de trois fonctions des médias : Informer, Former et Divertir.

0.2. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Nous assistons effectivement à une disparition de la presse d'opinion. Un phénomène qui correspond aussi à une évolution des mentalités. Les auditeurs et téléspectateurs sont davantage attirés par une presse généraliste et semblent moins en attente d'une presse d'opinion ou qui soit officiellement attachée à un mouvement de pensées ou un parti politique. Le public souhaite avoir le divertissement, de l'émotion et s'intéresse de moins en moins à l'actualité sociopolitique.

La disparition de la presse d'opinion, la diminution incessante du nombre de lecteurs de journaux, la manière dont l'actualité est traitée sans oublier le développement d'une information instantanée et « gratuite » à travers les nouveaux supports de communication, le peu de place laissé à l'analyse et à la critique au profit de l'émotionnel ... l'ensemble de ces éléments peuvent effectivement laisser craindre une perte pour la démocratie et le développement. A cela s'ajoutent les conditions de travail des journalistes aujourd'hui : ont-ils le temps et les moyens de traiter de manière approfondie les événements ?

Nous assistons à une restriction dans l'offre de l'information. A terme, on n'offrira plus à un téléspectateur ou auditeur que l'information qui l'intéresse, avec en corollaire une publicité ciblée, sans aucune ouverture ou curiosité offerte par un JT ou JP qui contient une information variée.

Ainsi, le choix de ce sujet, se justifie par deux raisons majeures découlant d'un constat formulé, étant du domaine des sciences de l'information et de la communication à partir de la curiosité de voir la manière dont la presse audiovisuelle lushoise en générale et la Radio Télévision Canal Lubumbashi ( RTCL) en particulier , organisent les services de diffusion de certains programmes à travers les espaces conçus dans le but de tenir toujours la population lushoise à la page, l'instruire et l'égayer, mais aussi partant de la vie courante qui relève du constat déconcertant par ces dernières à travers les grilles.

En effet, l'intérêt de notre sujet se fait observer à trois niveaux : personnel, scientifique et social.

sommaire suivant