WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Histoire de la production du coton dans les cercles de la moyenne vallée du fleuve Sénégal de 1920à  1960.


par Insa BA
Cheikh Anta DIOP - Master 2 2014
  

précédent sommaire suivant

3-Délimitation du sujet

Dans le cadre de ce travail, notre étude couvrira la moyenne vallée du fleuve Sénégal de 1920 à 1960.

-Sur le plan spatial, nous avons choisi comme espace d'étude la vallée du fleuve Sénégal pour pouvoir traiter véritablement l'histoire de la production du coton dans les cercles de la moyenne vallée du fleuve Sénégal des années 1920 à1960.

La vallée du fleuve Sénégal, foyer de culture et de civilisations brillantes, apparait comme étant l'une des entités territoriales les plus dynamiques de la colonie du Sénégal dans le domaine agricole. Cet espace géographique, fut avant l'occupation française, un important carrefour où se croisaient plusieurs routes reliant les vastes plaines agricoles du Walo et la région de la Sénégambie septentrionale. En effet, l'économie coloniale y fut organisée autour de la vallée du fleuve longtemps considéré comme le grenier du soudan occidental.

-Sur le plan temporel, l'année 1920 marque notre point de départ. C'est en effet, cette date fut marquée par l'introduction d'une nouvelle politique coloniale dans les possessions françaises. Elle avait pour objectif principal de créer des conditions sans commune mesure à l'accroissement de la production .Et l'année 1960 constituant notre point d'arrivée, marque le début de la fin de la période coloniale et le début d'une nouvelle époque, l'ère des indépendances. Cette année, marque aussi la fin de la politique coloniale, ce qui impliqua fondamentalement la participation des Sénégalais à la gestion de leur propre pays, notamment dans le secteur agricole.

4-Méthodologie

Dans cette étude historique de la culture du coton, l'approche analytique est à la fois la plus simple et la plus féconde. Et la colonisation agricole au sein d'une population déterminée et très attachée à leur terre, forme un ensemble duquel une étude particulière ne doit se dérober. Ce qui veut dire que la fréquence et la consolidation de la domination impériale dans chaque colonie, dépendent, en plus de divers facteurs économiques et sociaux, de la motivation et de la volonté des puissances coloniales à se tailler une sphère d'influence comme la vallée du fleuve. Ceci traduit, pour chacune des puissances, en particulier pour la France, l'intérêt qu'elle porte à la colonisation agricole de la vallée. Nous porterons donc un regard attentif à l'histoire de la culture du coton pour mieux dégager l'importance de notre recherche.

L'étude sur la production du coton a connu une évolution lente qui affecte le potentiel économique de la métropole. L'histoire des essais de culture cotonnière a souvent été étudiée de façon analytique c'est-à-dire en examinant le développement dans le temps la culture du coton. Cette approche a cependant le défaut de laisser dans l'ombre des faits historiques concernant l'influence d'une telle politique agricole dans la vallée du fleuve par le colonisateur.

Nous allons donc utiliser la méthode historique qui est une méthode de connaissance qui met en évidence l'exploitation des données par leur analyse et interprétation profondes14(*).Cette méthode d'explication exploite en ce qui nous concerne deux approches : quantitative et qualitative. L'étude de l'histoire de la culture du coton dans la vallée du fleuve Sénégal soulève diverses questions .Les unes d'ordre technique -agronomique, industriel et commercial ; sont liées afin de produire une fibre compétitive. Les autres politiques et économiques s' interrogent sur le rôle respectif des pouvoirs publics métropolitains ; de l'industrie textile et de l'administration territoriale dans ses interventions .Enfin se posent celles des réactions des producteurs, selon les conditions de la culture-libre ou plus ou moins contraignante et leur intérêt personnel.

La première étape de notre recherche nous autorise à exploiter les sources écrites comme les documents d'archives, les récits de voyages notamment arabes au moyen âge et européens des temps modernes. Les ouvrages généraux et spécialisés sur le thème, des mémoires, des études et des articles, ne seront pas en reste.

* 14 Tshund'olela, (E, S.,), « Un impératif épistémologique : Revisiter et redéfinir l'histoire, son domaine, sa méthode et son esprit », in Somba Kinyamba, S, Paris, l'Harmattan, 2007, pp63-97.

précédent sommaire suivant