WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Internet sous l'oeil des services de renseignement

( Télécharger le fichier original )
par Isabelle Laumonier
Université Paris I Sorbonne - DEA Communication, Technologie et Pouvoir 2003
  

précédent sommaire suivant

GLOSSAIRE

Renseignement économique : Renseignement qui étudie les capacités économiques d`un pays. Il se compose du renseignement macro-économique et de l`intelligence économique (micro-économique). Le renseignement macro-économique est un élément du renseignement stratégique et est généralement de la responsabilité des services de renseignement officiels. L`intelligence économique est essentiellement pratiquée par des services de renseignement privés au profit des entreprises. La distinction entre renseignement macro- et micro-économique en termes de responsabilité est difficile à déterminer et dépend largement de la politique du pays concerné, de la taille et du rôle des entreprises ou marchés en jeu, du domaine économique concerné, et du rôle des lobbies industriels. Un débat concernant l`implication des services de renseignement officiels dans l`intelligence économique est en cours dans de nombreux pays.215 NB : cette définition de Jacques Baud doit cependant être nuancée. Aujourd`hui en effet, l`intelligence économique fait largement partie des activités des services de renseignement.

Renseignement militaire :
Elément du renseignement stratégique.Ensemble des renseignements touchant les forces armées. Il comprend : l`organisation, l`ordre de bataille, l`équipement et l`armement, la stratégie et l`art opératif, la tactique, la logistique,l`instruction, le potentiel.

Renseignement stratégique :
Renseignement ayant pour objet la détermination des orientations stratégiques d`un pays. Le renseignement stratégique comprend essentiellement : -le renseignement militaire-le renseignement économique-le renseignement géographique

- le renseignement technologique -le renseignement biographique

215 Jacques Baud, Encyclopédie du renseignement et des services secrets, Art : « renseignement économique »

Renseignement technologique : Renseignement ayant pour but ; a) l`acquisition de capacités technologiques, et b) la connaissance du niveau technologique de l`adversaire. [...] Le renseignement technologique est l`un des éléments du renseignement économique et de l`intelligence économique. Dans ce contexte, il s`agit de déterminer la configuration d`un marché commercial, d`identifier la concurrence et d`anticiper des décisions commerciales ou industrielles. Les sources ouvertes sont constituées par l`ensemble des publications techniques et scientifiques, accessibles au public et en libre circulation. Elles couvrent 90% de l`information disponible. Les sources dites « grises » (9%) sont constituées par des publications non-classifiées de manière formelle et qui ne sont pas destinées à une publication de grande échelle. Dans cette catégorie tombent les rapports et communications internes d`entreprises ou d`instituts, voire des confidences transmises oralement.

Le président Clinton a accordé une augmentation des crédits alloués à la lutte contre l`espionnage et un programme de contre-renseignement a été adopté par le FBI. Une liste des technologies sensible a été établie.

Espionnage de concurrence : espionnage liée à une entreprise concurrente. (espionnage industriel)

Espionnage économique : espionnage du fait d`un service de renseignement d`Etat.

DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) : créée par décret du 2 avril 1982. Elle succède au Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE) créée en 1946. Missions : recherche et exploitation des informations concernant la sécurité de la France ; lutte contre les activités d`espionnage dirigées contre la France. Son domaine d`action est plus particulièrement concentré autour du PED, « politique, économique, et diplomatique ». Elle conserve également une partie d`activités en lien avec le renseignement militaire. Organiquement rattachée au ministre de la Défense, elle travaille au profit des plus hautes autorités de l`Etat.

DRM (Direction du Renseignement Militaire) : créée par décret du 16 juin 1992, suite à la Guerre du Golfe, durant laquelle des lacunes avaient été observées concernant l`action des services de renseignement. Missions : Conduite et coordination de la recherche et de l`exploitation du renseignement d`origine militaire et à caractère opérationnel. Elle conseille le Ministre de la Défense. La DRM a permis l`unification des différentes branches du renseignement militaire.

DPSD (Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense) : Organe créé en 1981,successeur de la Sécurité Militaire.Mission : rechercher les atteintes à la protection du secret et à la sûreté de l`Etat, conseiller lesentreprises de l`armement en matière de protection.

NSA (National Security Agency) oeUSA-: Agence responsable de la cryptologie. La NSA « protège la sécurité des signaux et des systèmes d`information, et procure des renseignements issus des Intelligences des nations ennemies des Etats-Unis ».216

CIA (Central Intelligence Agency) oe USA - : Basé à Langley, Virginie. Sa mission est de fournir du renseignement extérieur au « Président, au National Security Council et à tous ceux qui font la politique de sécurité nationale américaine ». Il est également de mener des actions de contre-renseignement.

216 Site Internet de la NSA.

Bibliographie

Textes législatifs et discours officiels

Projet de loi de finances pour 2003 (Avis présenté au nom de la Commission de la Défense Nationale et des forces armées), Défense : Espace, Communication, Renseignement, Yves Fromion, Député.

Projet de loi de finances pour 2003 (Rapport présenté au nom de la Commission des Finances, de l`Economie générale et du Plan), Secrétariat Général de la Défense Nationale et Renseignement), Rapporteur, Bernard Carayon, Député.

Rapport du Parlement Européen sur l`existence d`un système d`interception mondial des communications privées et économiques (système d`interception Echelon), 11 juillet 2001. Par commodité, on appelle ce rapport, « rapport Echelon » dans ce mémoire.

Rapport d`information déposé par la commission de la défense nationale et des forces arméessur les systèmes de surveillance et d'interception électroniquespouvant mettre en cause la sécurité nationale, présenté par M. Arthur PAECHT, Député. (Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 11 octobre 2000)

Discours de la Maison Blanche disponibles sur www.whitehouse.org: National Strategy for Combating Terrorism, février 2003,www.whitehouse.gov/news/releases/2003/02/counter_terrorism/counter_terrorism_strategy.pdf

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy