WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Chambre d'isolement : du point de vue des patients. Impact d'un temps d'élaboration sur le vécu des patients après un séjour en chambre d'isolement dans une unité d'hospitalisation de psychiatrie adulte

( Télécharger le fichier original )
par Charlotte Mouillerac
Université Paris 8 - Master 1 psychologie clinique et psychopathologie 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2 Méthodologie et déroulement expérimental

Le but premier de cette recherche a été de recueillir des témoignages permettant d'évaluer le vécu de patients par rapport à une pratique thérapeutique. Plutôt qu'une approche strictement statistique, une approche qualitative a donc été privilégiée, au travers d'une représentation idiographique, c'est-à-dire privilégiant les traits caractéristiques de l'objet d'observation.

Le but recherché était de comprendre l'expérience des patients et les interprétations qu'ils en font. Le discours de la personne devait être respecté, avec ses particularités, sa dynamique et ses cadres de référence.

Il s'agit par ailleurs d'une étude transversale, qui représente le cliché d'une population à un moment donné, et permet, dans ce cas précis, l'étude d'une association entre un dispositif (la CI) et une issue clinique (le vécu des patients).

Il était important de réaliser cette recherche dans un service où l'isolement se passait dans de bonnes conditions.

Il n'était en effet pas question de polémiquer sur un sujet déjà difficile, mais plutôt de mieux connaître le retentissement de ce soin sur les patients, dans une perspective d'amélioration des pratiques thérapeutiques.

2.1 CHOIX DU LIEU DE RECHERCHE

La recherche a été effectuée au printemps 2007 au sein d'un service de psychiatrie adulte de l'hôpital Saint Jean de Dieu de Lyon. L'unité Saint-Exupéry est en effet dans une démarche remarquable de recherche et d'évaluation des dispositifs d'accueil et d'isolement, dans laquelle la position du patient est vécue comme centrale.

Le travail accompli par le docteur J.P. Vignat, chef de service, et par ses équipes, est comme on l'a vu dans la partie théorique, cité en référence dans de nombreuses études.

De plus, le psychologue de l'unité, M. Patrick Perret, est l'un des rares en France à réaliser de manière systématique des entretiens de "débriefing" auprès des patients ayant fait un séjour en chambre d'isolement.

P. Perret s'est dit intéressé par le thème de cette recherche puisqu'il s'agit d'interroger les patients à distance de leur séjour en chambre d'isolement, ce qui est un plus par rapport à leur démarche actuelle.

Dans un même temps, l'hôpital Saint Jean de Dieu a, en ce début d'année 2007, effectué un travail de réflexion et d'amélioration des dispositifs, en oeuvrant sur la redéfinition des protocoles de soins d'isolement. Le protocole spécifique créé et utilisé par l'unité Saint-Exupéry a servi de modèle à cette redéfinition.

2.1.1 QUELQUES CHIFFRES.

2.1.1.1 Thèse d'Isabelle Pépier en 1992

Lors de son travail de recherche effectué à Saint Jean de Dieu en 1992116(*), c'est-à-dire avant la publication du rapport de l`ANAES, Isabelle Pépier présente un certain nombre de données chiffrées qui permettent de se représenter l'évolution de l'utilisation de la CI dans cet hôpital.

Durant la période de 4 mois étudiée par elle :

Ø Il y eut 115 séjours en CI (certains patients ayant pu faire plusieurs séjours durant cette période)

Ø 47% des patients isolés étaient des hommes, 53% des femmes.

Ø L'âge moyen était de 36,1 ans, avec une fourchette allant de 18 à 70 ans.

Ø 72% des patients isolés l'étaient dans leur service d'origine et 23% en "dépannage".

Ø 58% étaient en HL, 33% en HDT, 9% en HO.

Ø La durée moyenne d'isolement fut de 2 à 8 jours pour 36%, de quelques heures pour 18% et d'une nuit pour 26%. Pour 7 patients non comptabilisés dans sa recherche (pour des raisons de non représentabilité), elle fut supérieure à 22 jours.

Ø Les patients isolés reçurent un traitement médicamenteux pour 65% des cas, en intramusculaire pour 50% d'entre eux, en perfusion pour 3 patients.

Ø 85% furent mis en pyjama.

Ø 19% furent mis en contention physique.

Ø 30% eurent droit à des sorties dans le service pendant le temps d'isolement.

Ø 64% étaient atteints de psychose et 1/3 de schizophrénie.

Les raisons invoquées pour les cas représentés (285) sont :

Ø Agitation psychomotrice 24,56%

Ø Désorientation 14,73%

Ø Violence, acte agressif 10,52%

Ø Dissociation, déstructuration 8,77%

Ø Fugues 7,71%

Ø Agressivité verbale 6,31%

Ø Prévention d'actes auto-agressifs 6,31%

Ø Risques suicidaires 5,96%

Ø Acte non toléré par le règlement 5,61%

Ø Ivresse 4,21%

Ø P.O. ou P.V. 3,5%

Ø Refus de soins 1,75%

* 116 Pépier, I. (1992) A propos de l'utilisation des chambres d'isolement dans l'institution psychiatrique. Thèse de médecine / Faculté de Dijon

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy