WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Population, facteur de développement en Afrique

( Télécharger le fichier original )
par Blaise AGUIDE AKOINA
Institut supérieur de philosophie et de sciences humaines Don Bosco, Lomé - Licence 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV.2. La population élevée et conflits politique.

Les taux élevés de la population démographique sont aussi à l'origine de conflits politiques et sociaux entre les différents groupes ethniques (le cas du Rwanda), religieux (cas du Nigeria) et linguistique. Au fur et à mesure que la population augmente, la demande relative des services gouvernementaux dans les secteurs sanitaires, de l'éducation, du bien-être s'accroient également. L'insatisfaction de ces demandes contribue à l'apparition de la violence. Etant donné que les fortes proportions de jeunes, en particulier ceux en demande d'emplois ou en chômage ou ceux qui ont un avenir incertains risquent de se transformer en une force politique subversive et éventuellement explosive.

IV.3. L'accroissement rapide des villes

Une autre conséquence majeure de la croissance démographique rapide de l'Afrique est le taux de croissance rapide des populations urbaines. Compte tenu de l'accroissement de la population totale du contient, la population urbaine de l'Afrique a atteint 377 millions en 2000, Ce nombre passera à 1271 millions en 2025. Il paraît clair que cette croissance démographique rapide de nombre d'habitants en ville va contribuer à la multiplication des villes en un rythme accéléré ce qui entrainera d'autres problèmes sociaux. L'Afrique qui est un continent rural et agricole dans la large mesure, puisque 75 pour cent de tous les Africains vivaient hors du milieu urbain. Par contre, durant cette dernière période l'urbanisation s'est développée à un rythme alarmant. Plus de 42 pour cent de la population vit en milieu urbain à comparer à 8 pour cent seulement en 1960. Cette croissance urbaine serrait due à plusieurs facteurs comme la recherche d'un emploi, un meilleur accès à l'éducation et aux soins médicaux et aussi par l'attrait de la vie urbaine.

Mais en face de la réalité, plusieurs migrants, après avoir s'installer dans les grandes villes se rendent comptent à l'évidence que leurs aspirations ne s'étaient pas réalisées. L'accroissement de la population est ainsi à l'origine d'un grand nombre de problèmes au lieu de contribuer à un développement. La concentration des humains permet de réaliser des économies d'échelle concernant les coûts des transports, de la production et de la consommation et dans la fourniture, par exemple, de l'eau salubre et d'un assainissement efficace. Mais cette concentration peut aussi alourdir les fardeaux et exiger des technologies parfois coûteuses pour protéger de manière efficace et durable tant les humains que leur environnement.

L'urbanisation a été l'un des traits les plus saillants du siècle passé. En Afrique, par exemple, 5 % seulement de la population vivaient dans les zones urbaines en 1900, 20 % environ en 1960 et 38 % environ aujourd'hui. Le taux actuel de croissance urbaine en Afrique est le plus élevé du monde, dépassant 4 % par an. Dans de nombreuses parties du monde en développement, les villes grandissent à un rythme double de la population. Chaque jour, environ 160 000 personnes quittent les zones rurales pour s'installer dans les villes. Cette croissance urbaine explosive est souvent due autant à l'effondrement des environnements ruraux, à la pauvreté, à la dure condition des paysans sans terre et au manque de possibilités d'emploi qu'à l'attraction de meilleurs emplois et services sociaux dans les villes. Les migrants découvrent souvent que leur vie devient plus difficile. La croissance est la plus rapide dans les petites villes, qui sont souvent dépourvues d'infrastructures, ainsi que dans les bidonvilles et colonies de squatters qui entourent beaucoup de grandes villes. En Afrique 37 % des résidents des villes vivent dans ces établissements «informels ».

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net