WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Investissement public et investissement privé en côte d'ivoire: effet d'éviction ou effet d'entrainement?

( Télécharger le fichier original )
par Oumar DIARRA
Université de Cocody, Abidjan - Hautes études en gestion de la politique économique 2009
  

sommaire suivant

 
 
 

Programme de Formation en Gestion de la Politique Economique

Boulevard Latrille, près Lycée Classique d'Abidjan
08 BP 1295 Abidjan 08 _ Tél 22 48 62 12

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Union-Discipline-Travail

UNIVERSITE DE COCODY UFR-SEG/CIRES

PROGRAMME DE FORMATION EN GESTION
DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

INVESTISSEMENT PUBLIC ET INVESTISSEMENT PRIVE EN CÔTE D'IVOIRE : EFFET D'EVICTION OU
EFFET D'ENTRAÎNEMENT ?

THÈME

D.E.S.S

Hautes Etudes en Gestion de la Politique Economique
11ème Promotion (2009-2010)

PRESENTE PAR :
DIARRA Oumar

SOUS LA DIRECTION DE
Dr. AHOUNOUD Benié
Enseignant -Chercheur/ UFR-SEG

Avril 2010

REMERCIEMENTS

Je remercie tout d'abord le tout puissant ALLAH, de m'avoir donné la force de terminer ce travail.

Ensuite mes remerciements vont à l'endroit de :

la Fondation pour le Renforcement des capacités en Afrique et à la Banque Mondiale pour le concours financier ;

Docteur SECA Paul Assaba, Directeur du Programme GPE et à travers lui, toute la direction du programme GPE et le personnel d'encadrement qui n'ont ménagé aucun effort pour assurer le bon déroulement des enseignements.

Docteur AHOUNOUD Benie, Enseignant -Chercheur/UFR-SEG qui a bien voulu diriger ce travail malgré son emploi du temps chargé ;

tout le personnel du CIRES, pour leur franche collaboration pendant toute la durée de notre formation.

Enfin je remercie tous ceux qui ont contribué à la réalisation de ce travail.

AVANT PROPOS

Dans le but de renforcer les capacités des cadres des administrations publiques et privées des pays en développement, la Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) et l'Institut de la Banque Mondiale, grace à un programme de bourses financé par le Gouvernement japonais, aident à la formation des spécialistes en gestion de la politique économique à travers le programme de formation en Gestion de la Politique Economique (GPE).

Cette formation a pour objectif de doter les auditeurs d'un ensemble d'instruments de gestion de la politique économique leur permettant d'aider les autorités de leurs pays respectifs à la prise des décisions de politique économique.

Le présent dossier de politique économique est élaboré dans ce cadre. Il consiste pour l'auditeur à choisir un problème de politique économique, à l'analyser et à proposer des solutions idoines aux autorités.

Nous avons choisi le thème «investissement public et investissement privé en Côte d'Ivoire : effet d'éviction ou effet d'entraînement ?». Ce thème nous permettra de mettre en exergue la relation entre l'investissement public et l'investissement privé en Côte d'Ivoire.

SIGLES ET ABREVIATIONS

ACBF: African Capacity Building Foundation

ADF : Augmented Dickey-Fuller

BCEAO : Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest

CIRES : Centre Ivoirien des Recherches Economiques et Sociales DCPE : Direction de la conjoncture et de la Prévision Economique DESS : Diplôme d'Etudes Supérieures Spécialisées

DGE : Direction Générale de l'Economie

DPE : Dossier de Politique Economique

F CFA : Franc de la Communauté Financière Africaine FMI : Fonds Monétaire International

GPE : Gestion de la Politique Economique

KPSS: Kwiatkoswski-Phillips-Schmidt-Shin

MCE : Modèle à Correction d'Erreur

MEF : Ministère de l'Economie et des Finances MMCO : Méthode des Moindres Carrés Ordinaires PIB : Produit Intérieur Brut

PP : Phillips-Perron

PRI : Pays à Revenu Intermédiaire

SEG : Sciences Economiques et de Gestion TVA : Taxe sur la Valeur Ajoutée

UEMOA : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

UFR : Unité de Formation et de Recherche

TABLE DES MATIERES

REMERCIEMENTS i

AVANT PROPOS ii

SIGLES ET ABREVIATIONS iii

TABLE DES MATIERES iv

LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES v

NOTE DE SYNTHESE. vi

I. INTRODUCTION 1

I.1. CONTEXTE GENERAL 1

I.2. PROBLEMATIQUE 2

I.4. OBJECTIF DE L'ETUDE 3

I.3. INTERET DE L'ETUDE 4

I.5. HYPOTHESES DE RECHERCHE 4

I.6. METHODOLOGIE 4

I.7. ANNONCE DU PLAN 5

II. SITUATION DES INVESTISSEMENTS EN COTE D'IVOIRE 6

II.1. REVUE DE LITTERATURE SUR LES RELATIONS ENTRE L'INVESTISSEMENT PUBLIC ET L'INVESTISSEMENT PRIVE 6

II.1.1. FONDEMENTS THEORIQUES 6

II.1.2. TRAVAUX EMPIRIQUES 6

II.2. EVOLUTION DE L'INVESTISSEMENT EN COTE D'IVOIRE 9

II.2.1. PREMIERE PHASE (1960-1973) : LE MIRACLE IVOIRIEN 9

II.2.2. DEUXIEME PHASE (1974-1979) : LES GRANDS TRAVAUX 9

II.2.3. TROISIEME PHASE (1980-1993): LE PAS AVEC SES RESTRICTIONS BUDGETAIRES 10

II.2.4. QUATRIEME PHASE (1994-1998) : LA DEVALUATION DU FRANC CFA ET SES CONSEQUENCES SUR L'ECONOMIE IVOIRIENNE 10

II.2.5. CINQUIEME PHASE (1999 A 2008) : LA CRISE POLITICO-MILITAIRE 11

III. DONNEES ET METHODOLOGIE DE L'ETUDE 12

III.1. PRESENTATION DU MODELE 12

III.1.1. SPECIFICATION DU MODELE 12

III.1.2. RE-SPECIFICATION DU MODELE 13

III.2. ANALYSE STATISTIQUE DES VARIABLES 14

III.2.1. CALCUL DE LA MATRICE DES VARIANCES ET COVARIANCES 14

III.2.2. ECART ENTRE LES VARIABLES 15

III.2.3. STATIONNARITE DES VARIABLES 15

IV. RESULTATS DE L'ESTIMATION ET INTERPRETATION 17

IV.1. RESULTAT DE L'ESTIMATION DE LA RELATION DE LONG TERME 17

IV.2. RESULTAT DE L'ESTIMATION DE LA RELATION COURT TERME 17

IV.3. INTERPRETATION 18

V. RECOMMANDATIONS DE POLITIQUE ECONOMIQUE 19

VI. CONCLUSION GENERALE 20

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES viiANNEXES viii

LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES

TABLEAUX

TABLEAU N°1: Taux de croissance de l'investissement public et privé

TABLEAU N°2: Corrélation entre les variables du modèle

TABLEAU N°3 : Ecarts entre les variables

TABLEAU N°4 : Résultats du test de stationnaritéTABLEAU N°5 : Résultats du test de cointégration

TABLEAU N°6: Résultats de l'estimation de la relation de long terme

TABLEAU N°7 : Résultats de l'estimation de la relation de court terme

GRAPHIQUE

GRAPHIQUE N°1 : Evolution de l'investissement public et privé (en % du PIB)

NOTE DE SYNTHESE

En Côte d'Ivoire, l'investissement public et privé représentaient respectivement seulement 4% et 10% du PIB en 2008.

Pourtant, ces deux types d'investissements avaient connu une croissance impressionnante pendant les années 1970 avant de baisser de façon fulgurante pendant les années 1980 avec l'avènement des PAS visant la redynamisation du secteur privé.

L'investissement est l'un des déterminants clés de la croissance économique. Ce constat nous a amené à savoir s'il existe un lien entre l'investissement public et privé en Côte d'Ivoire. C'est-à-dire, si la baisse connue de l'investissement privé est due au fait que l'Etat ait réduit le niveau de son investissement.

Le rôle de l'Etat dans l'économie a toujours fait l'objet de débat dans la littérature économique. Parmi les arguments, celui selon lequel les dépenses publiques et plus particulièrement l'investissement public serait source de l'accumulation du capital privé nous a particulièrement intéressé pour l'économie ivoirienne.

Cette étude a eu pour objectif de déterminer la nature des liens entre l'investissement public et l'investissement privé en Côte d'Ivoire à long et court terme.

Pour la réalisation de ce travail, la démarche méthodologique a consisté à faire une revue de la littérature sur le lien entre les deux types d'investissements. Ce lien a fait l'objet d'une étude économétrique (STATA 10 et EVIEWS 5) sur la base des données collectées à la DCPE.

A l'issu de l'étude économétrique, les résultats suivants ont été dégagés:

 

l'investissement public influence positivement l'investissement privé en Côte d'Ivoire sur le long et le court terme. Il n'existe donc pas d'effet d'éviction ;

le taux d'intérêt agit négativement sur l'investissement privé à long terme;

le PIB favorise l'investissement privé à long terme ;

En conséquence, les données utilisées dans le cadre de cette étude confirment la thèse keynésienne selon laquelle les dépenses publiques donc l'investissement public a un effet multiplicateur sur l'économie.

 
 
 
 
 

En vue de relancer la politique d'investissement en Côte d'Ivoire, un facteur incontournable pour une croissance significative, nous proposons les recommandations de politique économique suivantes :

 
 
 

un bon agencement de tous les déterminants du PIB est nécessaire pour un niveau plus élevé de celui-ci, favorable à l'accumulation du capital privé.

 
 
 

les dépenses publiques d'investissement ne devraient pas être trop soumises à la contrainte de la politique budgétaire au risque de mettre en mal le dynamisme du secteur privé et de compromettre les potentialités de croissance à long terme ;

 
 
 

l'Etat devra donc continuer d'assumer son rôle de locomotive dans l'économie en la viabiisant par la réalisation d'importants investissements qui constituent un signal fort en direction du secteur privé ;

 
 
 

la mise en place d'une politique monétaire axée sur la baisse du taux de l'intérêt en vue de relancer l'investissement privé nécessaire à la croissance économique. Les textes régissant la législation bancaire doivent être orientés dans ce sens.

 

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.