WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'entreprise et sa rentabilité

( Télécharger le fichier original )
par René Gide MBAYA MUTSHI WA MUKANDA
Université de Lubumbashi, RDC - licence en sciences de gestion 2007
  

sommaire suivant

1

L'ENTREPRISE ET SA RENTA B ILITE

L'entreprise et les problèmes de gestion qu'elle rencontre font l'objet d'une actualité riche et variée. Aussi, pour bien appréhender la complexité des regards dont elle est l'objet, son fonctionnement, mais également son évolution ou celle de son rôle, il semble incontournable de bien la cerner et la définir. Cela dit, cette complexité ne doit pas cacher certains traits caractéristiques généraux. Tel est l'objet de la première section de ce chapitre.

Enfin, au delà des caractéristiques juridiques et économiques nécessaires à l'identification et à la classification des entreprises, au delà de ses modes de financement, ce qui importe pour le gestionnaire, c'est de pouvoir analyser l'entreprise de manière à expliquer sa rentabilité et à prescrire les conditions de son amélioration. Nous aborderons cela à la seconde section de ce chapitre.

SECTION I : L'ENTREPRISE I.1 NOTIONS

Dans l'acception courante de la comptabilité nationale, l'agent « entreprises » est constitué de toutes les unités économiques de production qui exercent leurs activités sur le territoire national.1

Cette acception raccorde l'entreprise à la production au point que LECAILLON et PONDAVEN2 attestent que si l'activité économique de consommation est le propre du consommateur ou du ménage, l'activité de production est le fait des entreprises.

L'erreur y est pour beaucoup. Elle semble avoir été encouragée par la vision restrictive de la production que les économistes ont longtemps adoptés ; afin préserver une analyse macroéconomique, beaucoup plus descriptive, qu'analytique. Sans nous enliser dans ce débat, nous noterons que toute activité

1 LAFOLA, A. et VANDERPOOTEN, L., Les Ménages et les Entreprises, A. de Boeck, Bruxelles, 1995, p.47.

2 LECAILLON, J et PONDAVEN, C., Analyse Microéconomique, Cujas, Paris, 1998, p.85.

est productive, puisque sa seule existence suppose qu'au moins un individu en retire une satisfaction.3

Dès lors, tous les agents économiques sont producteurs. Cela va de soi pour les entreprises, les institutions financières et les ménages. Maintenant qu'elle est l'intérêt de la notion de l'entreprise ?

L'intérêt de cette notion n'est pas nouveau. Car l'entreprise est toujours perçue comme un vecteur essentiel du développement économique. Sa place semble aussi prépondérante dans l'analyse des évolutions actuelles de la société.4 Mais les débats que l'entreprise inspire changent progressivement de nature au point qu'il n'en existe pas une définition précise, qui fasse l'objet d'un consensus global entre les différentes disciplines qui s'y intéressent. La difficulté en l'occurrence, tient notamment à la pauvreté immanente du langage, incapable de restituer toute la luxuriance des faits, c'est-à-dire non seulement tous les aspects qu'ils représentent ; mais aussi les mouvements de leur évolution. Mais elle tient aussi au fait qu'une définition n'est pas nécessairement innocente dans la mesure où elle met en jeu des intérêts perceptibles dans le cadre institutionnel de la science.

En l'absence d'une représentation de l'entreprise qui soit globale, synthétique et admise par tous, le plus sage serait d'énoncer quelques définitions telles qu'avancées par différents auteurs et en tirer une définition opérationnelle pour ce travail.

FAYEL et PERNOT5 définissent l'entreprise comme une organisation qui se procure des moyens de production et les utilise pour l'élaboration des biens et des services destinés à être vendus à la clientèle.

Cette définition cache une grande diversité des situations. Pour bien les appréhender, il faut rechercher dans cet ensemble, les caractéristiques principales.

3 GENEREUX, J., Introduction à l'Economie, Seuil, Paris, 2001, p.24.

4 CHARPENTIER, P., Organisation et gestion de l'entreprise, A. Colin, Paris, 2OO4, p.6.

5 FAYEL, A. et PERNOT, D., Comptabilité générale de l'entreprise, Dunod, Paris, 2004, p.25.

Aussi tout au long de ce travail, l'entreprise sera entendue comme un agencement dynamique et durable d'hommes, des moyens techniques et des capitaux organisés en vue de l'exercice d'une activité économique, débouchant sur la réalisation d'un produit brut, permettant d'attribuer des revenus bruts ou nets à tous ceux qui ont concourus à sa réalisation.6

I.2 DES CARACTERISTIQUES GENERALES, MAIS UNE DIVERSITE D'ENTREPRISES

I.2.1 DES C A RA C T E R IS T IQ U E S G E N E RA L E S 7

L'entreprise est une organisation, elle est donc complexe. Elle regroupe des hommes et des femmes et pose un problème de cohérence. Ses caractéristiques principales, sont celles de toute organisation.

Toute entreprise est une coalition avec un but commun, celui de produire et de vendre des biens ou des services. La coalition résulte d'une adhésion plus ou moins forte aux buts poursuivis. En plus, l'entreprise reste toujours un centre des décisions distinct des individus qui la composent. Elle est aussi considérée comme un agent qui intervient au même titre que tous les autres acteurs de la vie économique et sociale. Elle choisit, décide, intervient et exerce une influence sur son environnement et notamment ; sur le marché des biens et des services. Ainsi donc, elle a une stratégie, un pouvoir sur l'extérieur, et une personnalité juridique.

Enfin, l'entreprise est une somme des moyens d'action humains, industriels, intellectuels et financiers indispensables à l'exercice de son activité. Cependant, toutes ces caractéristiques communes ne cachent pas non plus la grande diversité de cette réalité économique.

6 ANTOINE, J. et CORNIL, J-P, Lexique thématique de la comptabilité, Boeck, Bruxelles, 1998, p.113.

7 CONSO, P. et HEMICI, F., L'entreprise en 20 leçons : Stratégie, gestion, fonctionnement, Dunod, Paris, 2003, p.22.

sommaire suivant