WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La métamorphose de l'état de droit comme processus de consolidation de la paix chez Emmanuel Kant. Une lecture du projet de paix perpétuelle

( Télécharger le fichier original )
par Michel Kakule Kabunga
Université de Kinshasa - Licence 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

AVANT-PROPOS

« Criton, nous devons un coq à Asclépios », disait Socrate. Le présent mémoire, marquant la fin de mon deuxième cycle de philosophie, est un édifice bâti avec des pierres et des mains de différentes personnes, à qui «  je dois un coq ». Le paiement de cette dette réside dans les mots de gratitude, reconnaissance et remerciement que je leur exprime dans cette page. Mon coeur sait qu'ils méritent plus.

Je rends un hommage mérité et déférent au professeur Macaire Abe Pangulu qui, de par sa disponibilité, son substantiel apport documentaire et sa probité intellectuelle, n'a ménagé aucun effort dans la direction de ce mémoire. Je reconnais en lui un maître soucieux de l'excellence scientifique.

La même expression de gratitude s'adresse au Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, le professeur Phambu-Elie Ngoma Binda, aux membres du Bureau du Département de Philosophie, le professeur Jean-Christ Kinanga Masala, le professeur Alexis Mpoyi Mukala, le chef de travaux Jacques Ngangala Balade, respectivement Chef de Département, Secrétaire à l'enseignement et Secrétaire à la recherche. A travers eux, je tends une palme d'or à tous les professeurs, Chefs de Travaux et Assistants de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines qui, de près ou de loin, ont contribué à ma formation intégrale.

Je remercie ici toutes celles et tous ceux qui ont aiguisé ma soif des études universitaires. Je ne peux les nommer toutes et tous, mais je veux tout de même citer quatre noms : celui de l'honorable Juliette Mbambu Mughole, dont la générosité inextricable m'a été providentielle au moment du tournant décisif de ma vie ; celui de Maître Thierry Kasereka Sokulu et son épouse, dont l'hospitalité au sein de son foyer m'a offert un cadre propice de détermination et d'engagement existentiel ; celui du Chef de Travaux Henri-Jacob Ndobo Koti Kpata, qui m'a initié à la pratique administrative ; celui du Professeur Rombaut Mimbu Ngayel, dont la sagesse, le savoir faire et l'expérience professionnelle m'ont initié à l'amour du travail fini et bien fait.

Par ailleurs, l'épiphanie de mon être a trouvé son plein épanouissement en famille. Ainsi, j'ai un réel plaisir de gratifier mes grands parents ; mes tantes et oncles ; mes frères et soeurs Innocent Bakwanye, Nicolas Kabunga, Pierrot Kavunga, Hermélinde Aloza, Chantal Kavunga et Mbambu Kabunga ; mes cousins et cousines Modeste Mughongolo, Alain Mughongolo, Georges Kakule Mukosasenge, Bertier Mathe, Paluku Matsande, Germain Matsande, Gentil Kisune, Grâce Mathe, Anifa Mathe, Jeanine Mughongolo, Denise Matsande, Anitha Matsande ; mes neveux et nièces Mowa, Diego, Bienvenu, Salomé Kunahimbire, Mamie, Nia, Léa, Diane, Nancy.

Je tiens à remercier sincèrement ma belle famille, pour sa confiance. Je pense particulièrement à mes beaux parents Dieudonné Kasereka Katuko Mathe et Pauline Kakule Mbeva ; à mes belles soeurs Consolée Vira Mukiranya, Martine Mbambu Mwasimuke et Victorine Katungu ; à mes beaux frères Deogratias Muhindo Mukandirwa et son épouse Gisèle Kambesa, Pacifique Kambale Mathe et Benoît Kasereka Mukandirwa.

Enfin, je me dois de remercier ceux qui m'ont témoigné leur amitié : Serge Kasisivahwa, Adelard Kambale  et Ange Nswete Midimi, les soeurs Francine Wasukundi Kasivirwa et Aimérance Mandefu Kavira, l'Abbé Robert Kisimba Muyambi, Michel Makangila, Jonathan Kankonde, Muamba Ngueshe, André Saïo Muanda Lusala.

Je m'en voudrais de ne pas redire à mon épouse Stella Kavugho Sivwira à quel point sa patience, sa sagesse, sa compréhension, sa motivation et son appui m'ont soutenu au cours de la réalisation de ce mémoire. Je la remercie infiniment pour l'affection, la ténacité, l'encouragement et l'empathie dont elle n'a cessé de faire montre avec grande constance et abnégation.

A vous tous, je dis que « mon avenir serait fou et flou sans votre secours ». Votre appui tant financier, matériel que morale justifie à présent ce cri de mon coeur : « Si longue et tortueuse que soit la route, le voyageur béni, chanceux, vigilant et opiniâtre arrive toujours à destination, par la grâce de Dieu qui nous bénit en Jésus-Christ sous l'action du Saint Esprit ».

Michel Kakule Kabunga

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net